Louis Derrac

Consultant et formateur spécialisé dans les domaines de l’éducation et de la culture numérique

  • Google menace de bloquer son moteur de recherche en Australie
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2021/01/22/google-menace-de-bloquer-son-moteur-de-recherche-en-australie_6067152_440899

    L’initiative australienne est suivie de près à travers le monde à un moment où les médias souffrent dans une économie numérique où les revenus publicitaires sont de plus en plus captés par Facebook, Google et d’autres grandes firmes de la tech. La crise des médias a été aggravée par l’effondrement économique provoqué par le coronavirus. En Australie, des dizaines de journaux ont été fermés et des centaines de journalistes licenciés.

    Le projet de code prévoit que Google et Facebook rémunèrent les médias australiens, qu’il s’agisse du groupe public ABC ou des titres du groupe News Corp, de Rupert Murdoch, pour la reprise de leurs contenus. Le gouvernement a cependant décidé de ne cibler que Facebook et Google, mais pas d’autres plates-formes très populaires, comme Instagram ou YouTube.

    Réflexion rapide reprise de Twitter :
    En fait ça me fait un peu penser au phénomène de philanthropie très marqué aux US (peut-être plus largement aux pays anglo-saxons). En gros les ultra-riches payent le moins d’impôts possibles en optimisant au max. Et ensuite ils créent des structures philanthropiques.

    Sauf que ce n’est pas un modèle acceptable. Ce n’est pas à Bill Gates, Mark Zuckerberg et les autres de décider où doit aller cet argent et ce qu’il doit financer. Où doit aller l’argent ? Dans les impôts. Et qui doit décider ? Les représentants élus dans chaque pays.

    L’affaire Google/Australie est assez proche. Google refuse de payer ses impôts, et de rémunérer les médias dont ils tirent pourtant la valeur. Et Google se défend en insistant sur son souhait de soutenir les médias, selon ses règles et intérêts (via http://Google.org)

    Mais ce n’est pas non plus acceptable, car ce n’est pas à Google, par le fait du prince, de choisir comment les médias seront soutenus, et à quel montant. Il faut que Google se mette à payer correctement ses impôts ET ses fournisseurs de contenus.

    #regulation #GAFAM #presse