• La constance du jardinier de John Le Carré, 2001. Un #livre qui fait écho à l’actualité des brevets depuis des essais pharmaceutiques (souvent mortels) en Afrique
    https://www.lemonde.fr/archives/article/2001/10/05/la-constance-de-john-le-carre_4194045_1819218.html

    (..) Dans un entretien accordé en décembre à l’hebdomadaire britannique The Spectator, Le Carré explique qu’il souhaitait aborder le pillage et l’exploitation du tiers-monde au nom de la liberté et qu’il cherchait une intrigue pour étayer son argumentation. « Quand j’en ai entrouvert la porte, le milieu pharmaceutique m’a pris à la gorge et ne m’a plus lâché. Tout y est », avoue l’auteur, qui dit y avoir trouvé aussi bien « les espoirs et les rêves que l’on nourrit à son égard, son potentiel bénéfique infini » que les « coulisses obscures où règnent l’amoralité, l’hypocrisie, la corruption et l’avidité des laboratoires. »

    Dans le roman, un interlocuteur de Justin Quayle lui pose la question suivante : « A ton avis, quel est le secteur où évoluent les requins les plus dissimulateurs, menteurs, fourbes et hypocrites que j’aie jamais eu le douteux bonheur de rencontrer ? » La réponse est sans surprise. On reconnaît des échos de cette philippique dans les documents de Tessa que Justin retrouve et qui racontent par le menu les dons du laboratoire fabriquant le Dypraxa à un grand hôpital universitaire américain et la prise en charge des « salaires plus les frais de trois cliniciens réputés et de six assistants », qui viendront défendre le point de vue de la généreuse firme contre les médecins audacieux qui mettraient en cause ses produits.

    Avant que ce livre ne paraisse, John Le Carré avait signé au printemps dans The Guardian une tribune assassine, intitulée « Beaucoup de gens avares », dénonçant le procès intenté à l’Afrique du Sud par 39 laboratoires pharmaceutiques pour empêcher l’entrée en vigueur d’une nouvelle loi sur les médicaments facilitant l’accès aux produits génériques. On voit que la prise de conscience du héros Justin Quayle suit le même chemin que celle de John Le Carré, son inventeur. De ce fait, le livre, même s’il relève de la fiction, ne manquera pas de soulever des controverses. L’#industrie_pharmaceutique se drapera dans sa dignité pour rejeter une image qu’elle qualifiera de trompeuse et d’inadmissible. D’autres, à commencer par certains milieux médicaux, y verront la transposition romanesque du rôle des multinationales à l’heure de la mondialisation.

    POSTCOLONIALISME

    C’est à la fois justifié et ambigu. Car La Constance du jardinier ne se résume pas à une intrigue d’amour et d’aventures plaquée sur un pamphlet anticapitaliste. Ce roman est oeuvre d’écrivain et non le énième produit formaté d’un auteur de best-sellers. Le faux rythme sur lequel il démarre suggère remarquablement bien les pesanteurs, la futilité et la mesquinerie de l’univers post-colonial britannique. Le protocole du haut commissariat, les codes sociaux des expatriés britanniques, les intrigues et luttes d’influence des fonctionnaires de Sa Majesté entre Londres et Nairobi sont dépeints avec plus de soins encore que l’univers des multinationales, laissé délibérément dans le clair-obscur. De même, mérite d’être soulignée la consistance des personnages secondaires, Sandy Woodrow ou Markus Lorbeer, évoluant pour leur propre compte et partie prenante du versant amoureux ou pharmaceutique de l’intrigue. Enfin, le personnage de Tessa se distingue dans la galaxie de Le Carré par son intensité et sa force, réservées le plus souvent aux personnage masculins.

    Le livre a été adapté au cinéma (pas vu)
    https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Constant_Gardener
    #médicaments #bigpharma #thriller