marielle

« vivere vuol dire essere partigiani » Antonio Gramsci

  • Islamogauchisme : un épouvantail en retard d’une crise
    http://imagesociale.fr

    La séquence qui se clôt avec le désaveu de la ministre de l’enseignement supérieur par le président de la République avait commencé après l’assassinat de Samuel Paty, le 16 octobre 2020. La résurgence brutale de l’imaginaire des attentats terroristes des années 2015-2016 suscitée par ce fait divers abject avait provoqué l’habituelle hystérisation du débat public, entretenue par les politiques et les médias islamophobes, ravis de l’aubaine. Alors que le souvenir du terrorisme jihadiste commence à s’éloigner, le retour au premier plan de ses principaux motifs a en effet permis aux militants du choc des civilisations de se livrer à leur sport favori : l’instrumentalisation de l’émotion au profit de la dénonciation tous azimuts de prétendus complices, au premier rang desquels les forces de gauche et les milieux intellectuels, accusés de complaisance face aux dangers du fanatisme islamique ...

    ... Emprunté à Pierre-André Taguieff (par ailleurs principal animateur du groupe Vigilance Universités), le terme « islamogauchisme », détourné de son sens initial qui visait l’antisionisme, sert désormais de fourre-tout pour recouvrir d’un label cette hallucination collective. Mis à part le fait que les travaux sur le racisme ou la critique du colonialisme énervent beaucoup le Rassemblement national, on aura du mal à trouver un quelconque rapport doctrinal ou idéologique entre l’intégrisme islamiste et ce que désigne aujourd’hui l’islamogauchisme. On comprend donc que le préfixe « islamo » sert avant tout de qualificatif infamant pour calomnier ceux que le populisme de droite considère comme ses ennemis. La « complicité » dont ils seraient coupables ne concerne en effet rien d’autre que l’accusation de fermer les yeux sur les dangers de l’islamisme.

    La reprise de ce motif dans les rangs du gouvernement s’explique par l’offensive que Macron a souhaité engager après son cuisant affrontement avec les Gilets jaunes. C’est en effet le président de la République qui lance, le 10 juin 2020, dans le contexte des mouvements de protestation contre les violences policières racistes : « Le monde universitaire a été coupable. Il a encouragé l’ethnicisation de la question sociale en pensant que c’était un bon filon. Or le débouché ne peut être que sécessionniste ». A l’été 2020, dans la vision vaguement gramscienne qui s’exprime dans les allées du pouvoir, on a le sentiment d’avoir perdu la bataille « idéologique ». Mais de la part de novices dans l’exercice du soft power, cette préoccupation ne débouche que sur l’idée qu’il faut réprimer les esprits, comme les matraques ont tabassé les corps. Adoptée le 16 février, la loi sur le séparatisme traduit l’accession de l’islamophobie au rang de doctrine d’Etat et d’outil pour restaurer la cohésion nationale, mise à mal par les conflits sociaux...

    Devant l’indignation unanime des chercheurs, Macron perçoit le danger de donner prise à des accusations de mise au pas de l’université. Après l’épisode malheureux qui a vu le ministre Gérald Darmanin doubler Marine Le Pen sur sa droite, le faux-pas de #Vidal accentue l’image d’un gouvernement gangrèné par le populisme. Mais surtout, ce sont les images de la misère d’étudiants sans ressources, contraints de recourir au secours alimentaire, qui ont renvoyé les accusations de déviance idéologique rejoindre Mao et Khomeiny dans les poubelles d’un lointain passé. En attendant la prochaine diversion, le chiffon rouge islamogauchiste a bel et bien montré ses faiblesses. Loin de constituer une arme solide, il apparaît comme un collage hâtif et déjà vieillot, marqué au fer rouge par la haine raciste de l’#extrême-droite – un épouvantail en retard d’une crise.