• Enquête sur l’"islamo-gauchisme" dans la recherche : l’impossible décolonisation de l’Université
    https://www.lejdd.fr/Societe/enquete-sur-lislamo-gauchisme-dans-la-recherche-limpossible-decolonisation-de-

    Stéphane Dufoix, professeur de sociologie à l’Institut Universitaire de France, analyse les accusations d’"l’islamo-gauchisme" dont fait l’objet l’université française.

    [...]
    Depuis quand « décoloniser » est-il devenu un mot abject ? Depuis quand serait-il incompatible avec les valeurs de la science ? Si l’universalisme scientifique ne prend en compte les propriétés culturelles et sociales ni des individus ni des idées, comment peut-il dans le même temps fustiger les campus nord-américains ou bien dénoncer les positions « idéologiques » de chercheurs en sciences sociales ?

    Il y a ici une contradiction dans les faits parce que les défenseurs de l’universalisme ne font pas ce qu’ils affirment pourtant défendre et qu’ils n’admettent pas qu’il puisse exister plusieurs définitions de l’universalisme, alors que l’immense majorité des auteurs non-occidentaux (Anouar Abdel-Malek, Alberto Guerreiro Ramos, Paulin Hountondji etc.) ayant critiqué l’"injustice épistémique" de la domination occidentale ne l’ont pas fait au nom d’un simple repli sur eux-mêmes mais au nom d’un autre universalisme à inventer.

    D’ailleurs, la question compliquée de la décolonisation des sciences sociales implique de se saisir de deux dimensions qu’interdit une version radicale de l’universalisme : la capacité à « situer » socialement ce que disent et ce que font les acteurs sociaux, ainsi que la nécessité de faire preuve d’une bonne connaissance de l’histoire, comme le rappelait il y a peu Jean‑François Bayart à propos de la dénonciation de l’islamo-gauchisme.

    Pravda, peut-être, mais alors après la glasnost

    #universalisme #décolonisation_des_sciences