• La France đŸ‡«đŸ‡·, la COVID et les Ă©coles... Une triade que le monde regarde quelque peu interloquĂ© !

    Long thread un peu beaucoup agacĂ© ! đŸ˜€
    ▻https://threadreaderapp.com/thread/1369386629392175113.html

    2/n
    Depuis 1 an, le discours officiel = "la pandémie de COVID ne concerne pas les enfants, peu contaminés et peu contaminants".
    Le binĂŽme JMB et la SociĂ©tĂ© Française de PĂ©diatrie Ă©tant restĂ©s solidaires et inĂ©branlables dans ce dĂ©ni que seul un autre pays maintient, la SuĂšde 🇾đŸ‡Ș.
    3/n
    Pourtant, les donnĂ©es internationales montrent depuis le dĂ©but de la pandĂ©mie que :
    1) l’infection est possible, et avec la mĂȘme frĂ©quence, Ă  tous les Ăąges (voire dĂ©sormais plus frĂ©quente chez les enfants avec le variant B.1.1.7 🇬🇧)...
    4/n
    2) charge virale similaire Ă  tout Ăąge ;
    3) enfants contaminés et au moins aussi contaminants que les adultes.
    Comme disait François BOURDILLON (ancien directeur de SantĂ© Publique France), "il existe en France un dĂ©ni du risque de l’épidĂ©mie Ă  l’école"
    Covid-19 : « Il existe en France un dĂ©ni du risque de l’épidĂ©mie Ă  l’école »
    TRIBUNE. MalgrĂ© les donnĂ©es scientifiques dĂ©montrant le rĂŽle des Ă©coles dans la diffusion du virus, le gouvernement a choisi de les maintenir ouvertes. Or cette dĂ©cision ne s’accompagne pas d’une stra

    ▻https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/02/24/en-france-il-existe-un-deni-du-risque-de-l-epidemie-a-l-ecole_6070995_3232.h
    5/n
    On sait Ă©galement que les enfants ne sont pas Ă  l’abri de COVID sĂ©vĂšres et/ou de sĂ©quelles :
    – Syndromes inflammatoires multisystĂ©miques pĂ©diatriques (MIS-C ou PIMS) :

    ▻https://twitter.com/itosettiMD_MBA/status/1357770377049604099?s=20

    – SĂ©quelles cardiovasculaires au long cours : news.uthscsa.edu/post-covid-syn
 ...
    Post-COVID syndrome severely damages children’s hearts ; ’immense inflammation’ causing cardiac blood vessel dilation - UT Health San Antonio
    Multisystem inflammatory syndrome in children (MIS-C), believed to be linked to COVID-19, damages the heart to such an extent that some children will need lifelong monitoring and interventions, said t

    ▻https://news.uthscsa.edu/post-covid-syndrome-severely-damages-childrens-hearts-immense-inflamma
    6/n
    – COVID longues pĂ©diatriques :
    Unroll available on Thread Reader

    ▻https://twitter.com/chrischirp/status/1363473889951637504?s=20

    – DiabĂšte auto-immun induit par la COVID :

    ▻https://twitter.com/yoncabulutmd/status/1359364725549785089?s=20

    7/n
    En limitant le recours aux tests de dépistage et en modifiant les définitions des cas contacts dans le cadre scolaire par rapport à la population générale, la France a ainsi pu masquer la circulation virale dans les établissements scolaires et chez les plus jeunes
    8/n
    Pourtant, Ă  chaque vague, on a clairement pu noter l’impact Ă©pidĂ©mique favorable de la fermeture des Ă©tablissements scolaires ; ce que les autoritĂ©s mettent d’ailleurs Ă  profit pour leur stratĂ©gie de Slow Burn avec un cycle de 6 Ă  8 semaines imposĂ© par les vacances scolaires
    9/n
    Les donnĂ©es de l’ONS (institut national de statistiques 🇬🇧) rappellent encore l’ampleur de la diffusion virale dans les Ă©coles Ă  partir des taux de sĂ©roprĂ©valence :
    – 15% des enseignants
    – 8% des enfants du primaire
    – 11% des enfants du secondaire
    ons.gov.uk/peoplepopulati

    10/n
    Les enseignants sont Ă©galement au 4Ăšme rang des professions les plus exposĂ©es Ă  un surrisque d’infection par SARS-CoV-2 ons.gov.uk/peoplepopulati

    11/n
    La semaine derniĂšre, le Pr. FONTANET a publiĂ© un Ă©ditorial dans le BMJ offrant une porte de sortie au gouvernement pour opĂ©rer un revirement sĂ©mantique digne du plus beau salto arriĂšre de la patineuse Surya Bonaly !!!
    bmj.com/content/bmj/37

    12/n
    Dans cet Ă©ditorial, on peut apprendre, sources Ă  l’appui, que le virus circule dans les Ă©coles exactement comme dans le reste de la population !!!
    Ainsi, le Pr. FONTANET réduit à néant le discours de la Société Française de Pédiatrie et de Jean-Michel BLANQUER...
    13/n
    Cependant, il offre un "sauf-conduit" de communication largement repris dans les mĂ©dias : "les Ă©coles ne jouent pas le rĂŽle d’amplificateur de l’épidĂ©mie" đŸ€ĄđŸ˜‰
    Les Ă©coles "ne jouent pas le rĂŽle d’amplificateur" de l’épidĂ©mie, selon une Ă©tude française
    Si l’on ne peut nier la prĂ©sence du virus dans les Ă©coles, est-ce pour autant un lieu de super contamination ? Pas plus que dans le reste de la sociĂ©tĂ©, nous dit une Ă©tude française, qui se veut Ă©gale

    ▻https://www.franceinter.fr/les-ecoles-ne-jouent-pas-le-role-d-amplificateur-de-l-epidemie-selon-une
    14/n
    On passe donc d’un dĂ©ni dĂ©lirant ("la COVID ne concerne pas les Ă©coles") Ă  une rhĂ©torique bien plus sibylline ("les Ă©coles n’amplifient pas l’épidĂ©mie") 😅
    15/n
    Le Pr. FONTANET reprĂ©sente une ligne dĂ©sormais dĂ©criĂ©e au sein du conseil scientifique, puisqu’il est partisan d’une stratĂ©gie de suppression virale et d’un contrĂŽle strict des Ă©coles Ă  dĂ©faut de pouvoir les fermer...
    16/n
    La stratĂ©gie de suppression virale Ă©tait clairement recommandĂ©e dans les avis du conseil scientifique (mĂȘme si elle n’a jamais Ă©tĂ© instaurĂ©e par le gouvernement)...
    17/n
    Du moins, jusqu’à ce que l’équipe DELFRAISSY/LINA ne bascule du cĂŽtĂ© de la dĂ©claration de Great Barrington et ne recommande l’isolement ciblĂ© des plus ĂągĂ©s pour laisser le virus circuler dans le reste de la population.
    18/n
    Comme le disait le Pr. FONTANET lors d’une confĂ©rence internationale d’épidĂ©miologistes, il faudrait fermer les Ă©coles mais "notre Ministre de l’éducation a dit qu’il faudrait d’abord lui passer sur le corps".

    ▻https://twitter.com/vincentglad/status/1355657246915616772?s=20

    19/n
    Dignes de la Pravda, les mĂ©dias français reprennent donc uniquement 1 phrase de l’éditorial pour servir le discours politique : "les Ă©coles ne jouent pas le rĂŽle d’amplificateur de l’épidĂ©mie"...
    20/n
    Un peu comme la HAS qui recommande tjs Ă  point ce dont le gouvernement a besoin pour mener sa politique ! 😉 :
    – dĂ©calage de la 2Ăšme dose, au mĂ©pris des donnĂ©es immuno et recos internationales,
    – extension du vaccin AZ aux >65 ans pour combler l’angle-mort des 65-74 ans...
    21/n
    Pourtant, cet Ă©ditorial paru dans le BMJ insiste sur un point crucial : Ă  dĂ©faut de fermer les Ă©coles, il faut impĂ©rativement y implĂ©menter des mesures sanitaires renforcĂ©es.
    Pourquoi ? L’éditorial rĂ©pond :...
    22/n
    A) les Ă©coles contribuent Ă  la transmission communautaire du virus ;
    B) les enfants constituent une voie majeure d’importation du virus dans le foyer familial.
    23/n
    Pour rappel, les autoritĂ©s sanitaires britanniques ont identifiĂ© depuis des mois les enfants comme Ă©tant la principale source d’importation du virus dans les foyers familiaux
    TFC : Children and transmission - update paper, 17 December 2020
    Update paper prepared by the Children’s Task and Finish Group (TFC) on children, schools and transmission.
    ▻https://www.gov.uk/government/publications/tfc-children-and-transmission-update-paper-17-december-2020
    24/n
    Ces donnĂ©es montrent que la probabilitĂ© d’ĂȘtre le cas index du foyer (« relative external exposure ») est :
    – 7x plus Ă©levĂ©e pour la tranche 12 – 16 ans
    – 3x plus Ă©levĂ©e pour la tranche <12 ans
    (la comparaison est faite avec les adultes : >17 ans)... Image
    25/n
    ... La suite du thread arrive...
    26/n
    La capacitĂ© Ă  transmettre le virus aux autres (« relative transmissability ») est aussi ↗ chez les enfants (3x plus que chez l’adulte).
    Mais les enfants restent plus souvent asympto, ce qui complique la surveillance Ă©pidĂ©mio en l’absence de dĂ©pistage systĂ©matique Ă  l’école
    27/n
    Une Ă©tude danoise montre le mĂȘme surrisque d’infection par SARS-CoV-2 chez les adultes d’un foyer familial s’ils ont des enfants scolarisĂ©s
    Le surrisque varie de +13% à +54% selon le nombre et l’ñge des enfants.
    SARS-CoV-2 infection in households with and without young children : Nationwide cohort study
    Background Infections with seasonally spreading human coronaviruses (HCoVs) are common among young children during winter months in the northern hemisphere, with immunological response lasting around 

    ▻https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2021.02.28.21250921v1
    28/n
    Ce surrisque d’importation virale depuis les Ă©coles pourrait pourtant ĂȘtre maĂźtrisĂ© Ă  condition d’appliquer des mesures sanitaires strictes dans les Ă©coles...
    29/n
    Une Ă©tude Ă©pidĂ©mio đŸ‡ș🇾 montre que le surrisque d’importation virale dans le foyer familial, via les enfants scolarisĂ©s, peut-ĂȘtre ↘ au niveau de la pop gĂ©nĂ©rale Ă  partir de 7 Ă  9 mesures appliquĂ©es dans les Ă©coles (incluant dĂ©pistage rĂ©gulier, enseignement en extĂ©rieur...).
    30/n
    Les propositions de la communautĂ© scientifique ne manquent pas, exemples :
    A)

    ▻https://twitter.com/dgurdasani1/status/1368137796058284032?s=20

    B) ducotedelascience.org/ressources-pou

    C)
    Covid data show sewage monitoring could be vital in infection control
    A pilot study’s analysis of schools’ wastewater shows it could be an early warning system for public health teams
    ▻https://www.theguardian.com/world/2021/mar/07/covid-data-show-sewage-monitoring-could-be-vital-in-infection-control
    Ressources pour écoles, collÚges, lycées - Du CÎté de la Science
    Voici des propositions élaborées par le collectif Du CÎté de la Science, pour aider les établissements scolaires à faire face aux défis posés par la pandémie de COVID-19. Cette page propose aussi des 

    ▻https://ducotedelascience.org/ressources-pour-les-etablissements-scolaires
    31/n
    Le Pr. FONTANET fait preuve de bcp de finesse dans son édito, car tout en offrant une porte de sortie aux autorités ("pas de rÎle amplificateur"), il réaffirme sa position et le consensus international sur le lien écoles/COVID = voie MAJEURE de propagation du virus
    32/n
    En effet, il rappelle clairement, sources Ă  l’appui, que le virus circule activement dans les Ă©tablissements scolaires, aussi bien entre enfants, qu’entre personnels Ă©ducatifs, ou qu’entre enfants et personnels...
    33/n
    Or, comme il le rappelle aussi, les mesures actuelles sont insuffisantes et nĂ©cessitent d’ĂȘtre largement renforcĂ©es (c’est d’ailleurs l’objet de cet Ă©ditorial co-signĂ© par le Pr. Devi Sridhar qui milite activement depuis des mois pour une sĂ©curisation des Ă©coles 🇬🇧)...
    34/n
    Les mesures barriĂšres ne sont pour l’instant pas assurĂ©es dans les Ă©coles, tjs pas d’effectifs rĂ©duits en classe, tjs pas de contrĂŽle de transmission par aĂ©rosols via gestion de l’aĂ©ration des lieux clos, tjs pas de port du masque strict pour tous Ă  tout Ăąge...
    35/n
    JMB promettait le dĂ©ploiement de tests salivaires dans les Ă©coles. Outre une sous-dotation massive par rapport au nombre d’élĂšves en France, ne permettant pas un dĂ©pistage rĂ©pĂ©tĂ© de tous les Ă©lĂšves, les 1ers objectifs sont dĂ©jĂ  revus Ă  la baisse ! 😅
    Tests salivaires : comment Jean-Michel Blanquer est passĂ© de 50 000 Ă  3 000 tests en 24 heures
    Les tests salivaires dans les Ă©coles, prĂ©sentĂ©s comme l’ultime recours pour ne pas fermer les Ă©tablissements scolaires, peinent Ă  dĂ©marrer. Mardi, sur France Inter, le ministre de l’Education national

    ▻https://www.franceinter.fr/tests-salivaires-comment-jean-michel-blanquer-est-passe-de-50-000-a-3-00
    36/n
    Pour comparaison, l’Autriche a rouvert ses Ă©coles malgrĂ© une Ă©pidĂ©mie trĂšs active, mais avec des tests salivaires obligatoires pour tous les Ă©lĂšves chaque lundi thelocal.at/20210112/coron

    37/n
    Idem au Royaume-Uni, qui annonce la réouverture de ses écoles le 8 mars, mais là encore avec un dépistage obligatoire 2 fois par semaine dÚs le secondaire
    All households with children of school age to get 2 rapid COVID-19 tests per person per week
    Whole families and households with primary school, secondary school and college age children, including childcare and support bubbles, will be able to test themselves twice every week from home as sch

    ▻https://www.gov.uk/government/news/all-households-with-children-of-school-aged-to-get-rapid-covid-19-tests-per-pers
    38/n
    En France, on ne vise que quelques milliers de tests chaque semaine, en gros pour Ă©valuer trĂšs partiellement la circulation virale dans des Ă©coles sĂ©lectionnĂ©es dans un panel, sans aucun objectif de contrĂŽle Ă©pidĂ©mique... Bref, encore un Ă©niĂšme affichage sans intĂ©rĂȘt.
    39/n
    Ainsi, on comprend comment l’épidĂ©mie se propage principalement via les Ă©coles :
    chez les adultes, les mesures barriĂšres sont imposĂ©es au quotidien, via les fermetures d’activitĂ©s/commerces non-essentiels, tĂ©lĂ©travail, protocoles sanitaires dans les commerces avec jauges...
    40/n
    couvre-feux... Tout ceci est présenté comme efficace (au moins partiellement) pour freiner la propagation virale.
    Chez les enfants, ces mesures ne sont pas appliquĂ©es, l’enseignement reste prĂ©sentiel sans mesures sanitaires renforcĂ©es ni surveillance virologique stricte...
    41/n
    Ainsi le virus diffuse facilement parmi les enfants et VIA les enfants vers les foyers familiaux.
    On comprend alors que les Ă©coles constituent la voie MAJEURE de propagation du virus ENTRE foyers familiaux.
    42/n
    L’éditorial Ă©voque l’argument de la souffrance psychologique, hausse des suicides. Ceci est prĂ©sentĂ© comme Ă©tant associĂ© aux effets des confinements et des la fermeture des Ă©coles...
    43/n
    Pourtant l’introduction du mĂȘme Ă©ditorial rappelle que la France ou la NorvĂšge comptent parmi les pays qui ont le moins recouru Ă  la fermeture des Ă©coles ; et la France a recouru moins frĂ©quemment et moins strictement aux confinements que ses voisins europĂ©ens !...
    44/n
    Les Ă©coles sont restĂ©es fermĂ©es depuis des moins dans la trĂšs grande majoritĂ© des pays (cf. carte synthĂ©tique UNESCO), et dans les pays qui ont connu les confinements les plus stricts et les plus longs (Australie et Nouvelle-ZĂ©lande), les taux de suicide ont chutĂ© !
    45/n
    On dĂ©couvre donc une victime inattendue de cette pandĂ©mie : la crĂ©dibilitĂ© de la communautĂ© mĂ©dico-scientifique sortie du discours logique et scientifique, mais dans un discours auto-censurĂ©, politique, incompatible avec l’objectivitĂ© nĂ©cessaire Ă  l’exercice de la science...
    46/n
    Ce n’est pas au conseil scientifique de dire si les Ă©coles doivent ouvrir/fermer. Il doit simplement prĂ©senter les donnĂ©es Ă©pidĂ©mio objectives afin que les autoritĂ©s politiques fassent le choix de les ouvrir/fermer selon des considĂ©rations sanitaires, Ă©co, sociologiques...
    47/n
    J’évoquais plus tĂŽt un autre pays noyĂ© dans le dĂ©ni sur le rĂŽle des Ă©coles dans la propagation de l’épidĂ©mie = la SuĂšde 🇾đŸ‡Ș.
    RĂ©cemment, le Pr. CASALINO (directeur mĂ©dical Ă  l’AP-HP) Ă©voquait une Ă©tude Ă©pidĂ©mio 🇾đŸ‡Ș Ă  paraĂźtre dĂ©but mars...
    48/n
    Cette Ă©tude Ă©tait censĂ©e ĂȘtre une nouvelle preuve que les Ă©coles n’interviennent pas dans l’épidĂ©mie de COVID !
    Outre la proximitĂ© idĂ©ologique toujours aussi forte entre modĂšle français et modĂšle suĂ©dois, il est important de souligner ce que cette Ă©tude a provoquĂ© !!!...
    49/n
    Tout simplement un scandale international !!!
    Oscillant entre falsification de données, idéologie nauséabonde, interférence politique dans les travaux scientifiques...
    50/n
    La suite du thread arrive...
    51/n
    L’auteur principal, le Dr. Jonas Ludvigsson (pĂ©diatre et Ă©pidĂ©mio), semble avoir cachĂ© des donnĂ©es liĂ©es aux COVID sĂ©vĂšres et dĂ©cĂšs chez les enfants et enseignants, afin de construire cette Ă©tude visant Ă  soutenir la politique d’immunitĂ© collective suivie par la 🇾đŸ‡Ș :...
    52/n
    Unroll available on Thread Reader

    ▻https://twitter.com/DrEricDing/status/1366879139341492226?s=20

    Critics slam letter in prestigious journal that downplayed COVID-19 risks to Swedish schoolchildren
    Researchers omitted data suggesting child mortality went up in the spring of 2020
    ▻https://www.sciencemag.org/news/2021/03/critics-slam-letter-prestigious-journal-downplayed-covid-19-risks-swedis
    53/n
    Pourtant, en juillet 2020, des emails Ă©changĂ©s entre ce mĂȘme Dr. Ludvigsson et le Pr. Tegnell (Ă©pidĂ©miologiste en chef suĂ©dois), soulignaient la surmortalitĂ© des enfants ĂągĂ©s de 7 Ă  16 ans et scolarisĂ©s
    Unroll available on Thread Reader

    ▻https://twitter.com/DGBassani/status/1366918905411874817?s=20

    54/n
    On se rappelle Ă©galement des emails impliquant le Pr. Tegnell et Ă©voquant ouvertement la nĂ©cessitĂ© de maintenir Ă  tout prix les Ă©coles ouvertes afin d’entretenir la circulation active du virus dans la population pour favoriser l’immunitĂ© collective !
    thelocal.se/20200813/revea

    55/n
    La falsification n’est pas inĂ©dite ! Exemple rĂ©cent et marquant ave l’analyste amĂ©ricaine Rebekah Jones, licenciĂ©e aprĂšs avoir alertĂ© et refusĂ© de falsifier les donnĂ©es de mortalitĂ© par COVID en la Floride. Elle est dĂ©sormais emprisonnĂ©e.

    ▻https://twitter.com/afao94/status/1368477950459383809?s=20

    56/n
    Pour mieux comprendre le scandale suĂ©dois, il faut souligner que le Dr. Ludvigsson est un des signataires de la dĂ©claration de Great Barrington, tribune polĂ©mique soutenue par l’extrĂȘme-droite amĂ©ricaine, les milieux climatoseptiques...
    57/n
    Elle vise Ă  inciter Ă  l’isolement ciblĂ© des plus vulnĂ©rables pour permettre une circulation active du virus dans le reste de la population, en s’appuyant sur la chimĂšre de l’immunitĂ© collective...
    58/n
    Outre la polĂ©mique française autour des avis de la SociĂ©tĂ© Française de PĂ©diatrie, on note les mĂȘmes prises de positions proches de la dĂ©claration de Great Barrington chez les pĂ©diatres quĂ©bĂ©cois !
    Des pĂ©diatres mĂšnent un combat d’arriĂšre-garde contre les mesures de prĂ©vention sanitaire | Ricochet
    Depuis le dĂ©but de la pandĂ©mie, des pĂ©diatres quĂ©bĂ©cois mĂšnent une lutte d’arriĂšre-garde contre les mesures sanitaires visant Ă  endiguer le coronavirus. Certains d’entre eux flirtent avec la stratĂ©gie

    ▻https://ricochet.media/fr/3338/des-pediatres-menent-un-combat-darriere-garde-contre-les-mesures-de-prev
    59/n
    Que de telles idĂ©ologies s’observent en SuĂšde, ce n’est pas surprenant. L’Histoire nous rappelle que ce pays dĂ©clarĂ© "neutre" durant la seconde guerre mondiale, aurait vendu de l’acier au rĂ©gime nazi...
    60/60
    La 🇾đŸ‡Ș aurait aussi pratiquĂ© des stĂ©rilisations forcĂ©es jusqu’en 1996 au nom d’un eugĂ©nisme inscrit dans sa constitution (fr.wikipedia.org/wiki/St%C3%A9r
).
    Par contre, voire un rapprochement avec le modĂšle suĂ©dois dans la francophonie est bien attristant !
    Stérilisation contrainte
    â–șhttps://fr.wikipedia.org/wiki/St%C3%A9rilisation_contrainte

    ‱ ‱ ‱

    • Covid Ă  l’école : « Il n’y a plus de protocole, il est Ă  la fois insuffisant et inapplicable »

      Mara-Lisa a 35 ans. Elle est professeure de français depuis une dizaine d’annĂ©es, tutrice pour les « apprentis » profs. A tort ou Ă  raison, elle a longtemps considĂ©rĂ© son mĂ©tier comme un engagement, et a agi en petit soldat, tant qu’elle a eu l’impression que sa mission Ă©tait noble.

      « Je suis une enseignante passionnĂ©e, j’adore mes Ă©lĂšves, j’aime enseigner, j’aime travailler en Ă©quipe avec mes collĂšgues, me lever sans savoir exactement ce qu’il va se passer dans ma journĂ©e. Mais voilĂ , lundi, je crois que je n’irai pas. Nous sommes en guerre, disait Macron.

      « RĂ©sultats catastrophiques »

      « En septembre, j’ai bataillĂ© pour le masque, expliquĂ© sa nĂ©cessitĂ© auprĂšs des Ă©lĂšves. Quand j’ai parlĂ© Ă  ma cheffe de la contamination par aĂ©rosol, elle m’a rĂ©pondu qu’il fallait arrĂȘter de regarder BFM, et ne pas rentrer dans des dĂ©bats scientifiques.

      « En octobre, j’ai testĂ© le taux de CO2 de beaucoup de salles de cours, la salle des profs, la cantine. Les rĂ©sultats sont pour la plupart catastrophiques. Un collĂšgue m’a demandĂ© si mon appareil mesurait aussi le mĂ©thane Ă©mis par les pets des Ă©lĂšves.

      « En novembre, la moitiĂ© de mes collĂšgues et moi-mĂȘme nous sommes mobilisĂ©s : nous avons fait grĂšve pour alerter la presse de la situation sanitaire de l’établissement, pour demander en vain des capteurs, des agents d’entretien et des surveillants supplĂ©mentaires, le changement des fenĂȘtres.

      « En dĂ©cembre, nos cours et nos Ă©valuations ont Ă©tĂ© bousillĂ©s Ă  la derniĂšre minute : nous avons appris quatre jours avant les vacances que les deux derniĂšres journĂ©es Ă©taient facultatives pour les Ă©lĂšves afin de permettre aux familles un NoĂ«l plus en sĂ©curitĂ©.

      « Conflit ouvert avec les Ă©lĂšves »

      « En janvier, je rentre pour la premiĂšre fois de ma carriĂšre en conflit ouvert avec une classe dont six ou sept Ă©lĂšves refusent sciemment de porter correctement le masque. Ils rĂ©pĂštent que ce que je fais ne sert Ă  rien, puisqu’ils se contamineront dans les autres cours. Ils font un scandale dĂšs que j’ouvre une fenĂȘtre. Ils s’insurgent car je suis « la seule Ă  les chercher ». Ils murmurent que je serais complĂštement « flippĂ©e ».

      « Les surveillants sont Ă  bout de souffle, et une AESH [Accompagnant des Ă©lĂšves en situation de handicap, ndlr] qui s’inquiĂ©tait de contaminer son mari Ă  risque a disparu des radars. Mes collĂšgues m’avouent qu’ils ont rendu les armes avec le masque : ils veulent pouvoir enseigner. Les uns avalent rapidement leur ration, seuls dans leur bagnole. D’autres mangent ensemble Ă  la cantine ou en salle des profs. Fracture. On se dĂ©chire pour savoir si on revient Ă  une salle par prof.

      « En ce dĂ©but mars, dans ce banal collĂšge de banlieue, avec un taux d’incidence local supĂ©rieur Ă  250 pour 100 000, 600 Ă©lĂšves se croiseront dans des tranchĂ©es couvertes de moins de deux mĂštres de large, Ă  chaque heure de cours. La dĂ©sinfection des tables est prĂ©vue Ă  chaque cours, mais je ne sais pas si c’est Ă  moi de la faire. Je suppose que oui. J’espĂšre qu’on aura assez de lingettes dĂ©sinfectantes car on nous a retirĂ© le spray : aprĂšs deux mois d’utilisation, la fiche technique nous a appris qu’il fallait pour le manipuler des gants et des lunettes de protection.

      « Et un bruit de fond qui s’installe, pourquoi s’embĂȘter avec le masque puisque Ă  la cantine il n’y en a pas ? Et pourquoi s’embĂȘter avec la distanciation puisque dans la cour il n’y en a pas ? Et pourquoi pas de brassage, puisque tout le monde se croise dans les couloirs ? Il n’y a plus de protocole : sa seule performance est d’ĂȘtre Ă  la fois insuffisant et inapplicable. Je ne sais pas qui il protĂšge. Ma seule armure, c’est le masque FFP2 que mon employeur ne me fournit pas.

      « Leur mĂ©pris pour nous me dĂ©chire »

      « Mes collĂšgues pour certains font les autruches. La tĂȘte dans le sable, ils s’adressent parfois de maniĂšre condescendante Ă  ceux qui s’insurgent ou qui ont peur. D’autres courbent juste l’échine. D’autres encore pleurent, parfois Ă  8 h 24 en salle des profs. On essuie les larmes et on y va.

      « Moi, je sais que le virus est aĂ©roportĂ©, je sais que les Covid longs, y compris pĂ©diatriques, existent. Je dois regarder mes Ă©lĂšves dans les yeux, et je pense Ă  cette mĂšre d’élĂšve dĂ©cĂ©dĂ©e au printemps dernier. Parce que ce sont les ordres, je participe Ă  ce qui est au mieux une mascarade, au pire un crime. Et Ă  chaque seconde oĂč se dĂ©ploie devant moi ce terrible spectacle de rĂ©signation collective ou de simple dĂ©sinvolture, je pense Ă  mes propres enfants que je ne protĂšge pas non plus, eux aussi dans leur classe, eux aussi avec des enseignants broyĂ©s.

      « Alors, si je n’y vais pas lundi, n’y voyez pas un acte de rĂ©sistance politique ; n’y voyez mĂȘme pas l’envie de me dorer la pilule. Ce n’est qu’un effondrement personnel. J’aime mes Ă©lĂšves, j’aime mes enfants, je crois en mon mĂ©tier, leur mĂ©pris pour nous me dĂ©chire chaque jour. Ce qu’on me demande d’accepter, c’est que ma santĂ©, celle de mes Ă©lĂšves, celle de leur famille, celle de mes enfants, ne compte pas. Ce qu’on me demande, c’est de participer Ă  un #mensonge_d’Etat.

      « Aujourd’hui, je suis le soldat sans arme qui pleure, prostrĂ©, quand sonne l’heure de l’assaut, car je ne peux plus. Je dĂ©serte, vous n’aurez qu’à me fusiller. Courage Ă  ceux qui restent. »

      Journal d’épidĂ©mie, par Christian Lehmann

      Christian Lehmann est Ă©crivain et mĂ©decin dans les Yvelines. Pour « LibĂ©ration », il tient la chronique d’une sociĂ©tĂ© suspendue Ă  l’évolution du coronavirus. Aujourd’hui, le tĂ©moignage d’une enseignante dĂ©sespĂ©rĂ©e au point de dĂ©serter.

    • sur les enseignants Ă  risques, l’étude mentionnĂ©e semble en fait ĂȘtre ▻https://www.ons.gov.uk/peoplepopulationandcommunity/healthandsocialcare/causesofdeath/bulletins/coronaviruscovid19relateddeathsbyoccupationenglandandwales/deathsregisteredbetween9marchand28december2020#deaths-involving-covid-19-in- mais ce qu’on y lit est assez diffĂ©rent This analysis did not find statistical evidence of a difference in the positivity rate between primary and secondary school teachers, other key workers and other professions.