• Les hôpitaux débordés, Macron défend son laissez-faire face au coronavirus - World Socialist Web Site
    https://www.wsws.org/fr/articles/2021/03/29/macr-m29.html
    https://www.wsws.org/asset/f8935fa9-e509-4646-95eb-cc84d7dae8fa?rendition=image1280
    Vous vous souvenez de Philippe annonçant fièrement que nous avions sauvé 116 vies en roulant à 80km/h pendant 6 mois dans les territoires ruraux  ?

    Dans un article intitulé « J’assume totalement », Macron a affiché un mépris flagrant pour les vies des Français : « Pour les jours qui viennent, nous allons regarder l’efficacité des mesures de freinage et nous prendrons si nécessaire celles qui s’imposent. Mais à cette heure rien n’est décidé ».

    Or, ce prétendu « freinage » est une débâcle, le nombre de cas journaliers de COVID-19 étant passé en un mois de 25.000 à plus de 40.000. Déjà 95.000 personnes sont mortes de COVID-19 en France, et seuls les 3,8 pour cent des Français sont pleinement vaccinés. Macron compte faire toutefois subir sans broncher à la population un nouveau pic pandémique, longtemps prédit par les scientifiques, dû à la généralisation du variant anglais.

    Macron a insisté que malgré l’hécatombe annoncée, il refuse toute fermeture, même temporaire, des écoles et des industries non-essentielles : « Nous faisons tout pour renforcer les protocoles sanitaires afin de pouvoir maintenir les écoles ouvertes ». Alors que des morts à une échelle horrifiante se profilent, Macron a martelé que la fermeture des écoles, point central de toute politique véridique de confinement visant à stopper le virus, « doit demeurer un dernier recours. »

    Or c’était au plus tard en septembre 2020 qu’il aurait fallu mettre en place le « dernier recours », car déjà la résurgence du virus suite à la levée prématurée du confinement de mars 2020 se confirmait. A présent, l’urgence extrême est annoncée, avec le danger d’un effondrement du système médical français, mais Macron refuse un confinement pour casser l’emballement de la contagion.