• Pour une éducation populaire féministe - Les mots sont importants (lmsi.net)
    https://lmsi.net/Pour-une-education-populaire-feministe

    - Suite au groupe non-mixte qui avait eu lieu sur le muret, il y a eu une grosse réponse de condamnation et d’agressivité des collègues masculins. J’ai dû passé 12 heures de train à justifier ce choix-là. Il a fallu répondre à tous les collègues du Pavé un à un. Il y a eu une réponse très agressive dans certaines équipes : 10 femmes assises pendant une demi-heure pour parler de leur condition, ça crée un vent de protestation, et y compris de la part d’autres femmes
    Quelles ont été les étapes pour en arriver à « travailler » cette agression sexuelle ? Vous parliez de tentatives d’étouffement.

    – Oui. Pour la majorité de nos ex-collègues, l’agression sexuelle qui a eu lieu pendant la fête à conflit n’a jamais été un analyseur pour aller vers de la transformation de pratique, avec du droit, comme nous on a pu l’imposer après dans le travail, notamment du bouquin. Les démarches ont été : d’isoler et d’individualiser, voire d’incriminer l’agressée. Et il ne fallait surtout pas relier ce qui s’était passé à tous les rapports de genre.