vazy

L’espace d’un instant, et inversement.

  • Les enfants de Tchernobyl - Commémorations des 35 ans de la catastrophe
    https://www.lesenfantsdetchernobyl.fr/03J1_Commemorations_35ans.php

    Le 26 avril 1986, le réacteur n°4 de la centrale de Tchernobyl (Ukraine) explosait.

    En 2021, 35 années plus tard, la catastrophe sanitaire se poursuit. Elle concerne en particulier la seconde génération d’« Enfants de Tchernobyl » et les femmes enceintes.

    Dans un entretien exclusif réalisé depuis Kiev (Ukraine), le Professeur Yuri Bandazhevsky répond à 7 questions posées par Thierry Meyer, Président-fondateur de l’association française « Les Enfants de Tchernobyl ».

    Docteur en médecine, professeur, fondateur et premier recteur de l’Université médicale d’État de Gomel (1990-1999), expert principal du projet de la Commission européenne en Ukraine sur les programmes sanitaires et environnementaux liés à la zone d’exclusion de Tchernobyl, le Professeur Yuri Bandazhevsky dirige actuellement le Centre ukrainien « Ecologie et Santé » d’Ivankiv situé à proximité de Tchernobyl.

    https://www.lesenfantsdetchernobyl.fr/Telechargements/08_Presse/06A4_Reportages_Filmes/BV_Banda.mp4

    ENTRETIEN
    >


    1. MT :« 35 années se sont écoulées depuis l’explosion de la centrale de Tchernobyl le 26 avril 1986. Beaucoup disent, écrivent et pensent que c’est du passé. Que leur répondez-vous ? »

    > YB : « Tchernobyl n’est allé nulle part. Des éléments radioactifs à vie longue sont présents dans le sol et dans les plantes à une distance considérable de la centrale nucléaire de Tchernobyl. Un grand nombre de personnes y sont constamment exposées, mangeant des baies sauvages et des champignons, de la viande d’animaux sauvages, des produits agricoles. Il est également dangereux pour la santé humaine d’utiliser du bois contenant des radionucléides pour les besoins domestiques. Il convient de noter les énormes conséquences que la catastrophe de Tchernobyl a déjà laissées et laisse maintenant dans la population humaine sous forme de malformations congénitales et de maladies oncologiques, de troubles cardiaques. Vous avez juste besoin de regarder et d’analyser objectivement. »

    >

    > 2. MT :« Vous travaillez depuis une trentaine d’années sur les conséquences sanitaires de Tchernobyl sur les populations, en particulier sur les effets des contaminations internes en césium 137 chez les enfants. Pourriez-vous nous informer des principaux résultats de vos travaux scientifiques ? »

    > YB : « Tous mes travaux « Tchernobyl » étaient liés à l’étude de l’influence des radionucléides incorporés sur les systèmes les plus importants du corps. Il s’agit d’un modèle naturel d’interaction humaine avec le facteur de rayonnement. L’ingestion de radionucléides dans le corps des enfants et des adultes avec de l’air, de l’eau, de la nourriture, même en quantités relativement faibles, endommage les organes et systèmes vitaux. Le plus vulnérable est l’organisme de l’enfant, dans lequel se forment des processus pathologiques qui se manifestent à l’état adulte sous la forme de maladies graves. Nos études cliniques et expérimentales ont montré la vulnérabilité du système cardiovasculaire du corps d’un enfant aux effets des radionucléides Cs-137 incorporés. Des concentrations élevées de ces radionucléides ont été trouvées lors d’une autopsie dans le myocarde d’enfants et d’adultes vivant dans la région de Gomel dans les dix premières années après l’accident de la centrale nucléaire de Tchernobyl. Chez les enfants, une relation directe a été trouvée entre la teneur en radionucléides Cs-137 dans le corps et les arythmies, ainsi que les cataractes.

    >
    Sur la base des résultats de nos études, nous avons identifié une cardiomyopathie induite par le Cs-137.
    > Compte tenu de l’incorporation du Cs-137 par les organes vitaux, nous avons isolé le syndrome des radionucléides incorporés à vie longue (SIDR), qui survient chez les personnes résidant en permanence dans une zone contaminée par des radionucléides à la suite de l’accident du nucléaire de Tchernobyl centrale électrique. Elle se caractérise par la destruction simultanée de plusieurs organes et systèmes par des éléments radioactifs. Dans le même temps, dans le corps, il y a un affaiblissement des liens régulateurs entre les organes, ce qui contribue à l’émergence de processus pathologiques génétiquement déterminés.
    > Dans des études expérimentales sur des animaux de laboratoire, nous avons montré le rôle provocateur des radionucléides Cs-137 dans la survenue de malformations congénitales du groupe multifactoriel.
    > Même 30 ans après l’accident de la centrale nucléaire de Tchernobyl, de graves troubles métaboliques ont été détectés chez des enfants de la deuxième génération de Tchernobyl (taux élevés d’homocystéine dans le sang) vivant dans les territoires touchés. Ces troubles entraînent la survenue de maladies cardiovasculaires et oncologiques. Nous avons montré le rôle des feux de forêt contenant des radionucléides dans la survenue de ces perturbations. Une situation similaire se présente lors de l’utilisation de bois contenant des radionucléides pour les besoins domestiques - cuisiner et chauffer la maison.

    >
    Ainsi, l’un des principaux facteurs étiologiques de la morbidité cardiovasculaire et oncologique dans les régions touchées par l’accident de la centrale nucléaire de Tchernobyl a été identifié. Dans le même temps, il est très important de souligner que le développement de ces maladies commence dans l’enfance, ce qui prédétermine la mise en œuvre de mesures préventives appropriées.
    > Sur la base des études réalisées, on peut conclure que les victimes de la catastrophe de Tchernobyl doivent être considérées comme des personnes qui entrent régulièrement en contact avec des radionucléides d’origine Tchernobyl. »

    >

    > 3. MT : « Vous avez publié récemment plusieurs articles scientifiques à propos des liens entre les radionucléides incorporés par les populations et les modifications constatées de certains processus métaboliques. Est-il possible de résumer vos observations sans utiliser un vocabulaire scientifique ? »

    > YB : « Les radionucléides Cs-137 minent le potentiel énergétique des cellules des organes vitaux. Cela peut être le plus clairement enregistré du côté du système cardiovasculaire. Il a été possible d’établir une relation entre la quantité de radionucléides dans l’organisme et l’incidence des troubles métaboliques dans le système cardiovasculaire, le système hématopoïétique et le développement physique des enfants. De plus, cela se produit même avec des quantités relativement faibles de radionucléides de césium incorporés dans le corps. »

    >

    > 4. MT :« Vos travaux scientifiques des dernières années mettent en évidence une modification des taux sanguins d’homocystéine chez les populations qui vivent dans les régions du nord de l’Ukraine contaminées par les retombées radioactives de Tchernobyl. Pourriez-vous nous expliquer ce qu’est l’homocystéine et pourquoi vos découvertes sont importantes ? »

    > YB : « L’homocystéine est un acide aminé, un produit de transformations dans l’organisme de l’acide aminé essentiel méthionine. Une augmentation de son contenu dans le sang indique le développement de processus pathologiques dans le système circulatoire et pas seulement. Ce sont les maladies oncologiques, la pathologie de la grossesse et le développement fœtal. Nous avons trouvé des niveaux élevés d’homocystéine dans le sang d’un grand nombre d’adolescents vivant à proximité de la centrale nucléaire de Tchernobyl. Et cela est très dangereux du point de vue du développement de maladies graves chez eux à l’avenir. »

    >

    > 5. MT : « En 2020, la région de Tchernobyl fut victime d’immenses incendies durant près d’un mois. Selon vous, cela a-t-il conduit à des conséquences sanitaires pour les populations qui vivent à proximité, et si oui lesquelles ? »

    > YB : « Les incendies dans la zone d’exclusion de Tchernobyl sont très dangereux pour la santé humaine. Après les incendies de 2015, nous avons enregistré une augmentation des taux d’homocystéine sanguine chez la plupart des enfants examinés. C’est très mauvais pour leur santé. Les incendies de 2020 étaient plus importants et dangereux pour la santé des personnes vivant à proximité de la zone d’exclusion de Tchernobyl. »

    >

    > 6. MT : « Sur la base de résultats déjà obtenus, vous proposez la mise en œuvre de nouvelles perspectives pour la prévention du cancer du sein auprès des femmes susceptibles d’être contaminées par la radioactivité. Pourriez-vous expliquer à celles et ceux qui vous regardent cette proposition ? »

    > YB : « Nous avons trouvé un niveau élevé de prédisposition génétique chez les filles vivant dans les zones bordant la zone d’exclusion de Tchernobyl à l’apparition de maladies oncologiques, y compris le cancer du sein. Des taux élevés d’homocystéine ont été enregistrés dans le sang des enfants. Ainsi, même dans l’enfance, des conditions se présentent pour le développement de maladies oncologiques.
    > Nous pensons que la prévention du cancer du sein dans les zones touchées par les rayonnements devrait commencer dès l’enfance. Dans le même temps, une attention particulière doit être portée aux enfants présentant des changements génétiques appropriés dans le cycle des folates et un taux élevé d’homocystéine dans le sang. Ces enfants doivent être répartis dans le groupe à risque. Dans ce groupe, il convient de surveiller particulièrement attentivement et régulièrement la teneur en radionucléides dans le corps des enfants et les produits alimentaires que ces enfants consomment. »

    >

    > 7. MT : « Au regard de votre expérience, de vos constats et de vos travaux sur la situation sanitaire des populations qui continuent de vivre en Ukraine, Biélorussie et Russie sur des territoires contaminés par Tchernobyl, que pensez-vous qu’il faudrait faire aujourd’hui en 2021 ? »

    > YB : « La prévention, ou prévention de l’apparition et de la propagation des maladies, est un terme extrêmement important pour les habitants de toute la planète. Aujourd’hui, il est associé à l’expansion virale. Cependant, en ce qui concerne l’exposition aux rayonnements, ce terme est pleinement applicable. Une surveillance radiologique constante de la population vivant dans les zones souffrant des conséquences de la catastrophe de Tchernobyl (détermination de la teneur en radionucléides dans le corps humain et les aliments) est nécessaire. La surveillance sanitaire doit être continue et approfondie, y compris une évaluation de l’état du métabolisme, y compris la détermination du taux d’homocystéine dans le sang. Il ne faut pas oublier que les enfants de la deuxième génération de Tchernobyl sont très sensibles à l’exposition aux rayonnements, même à petites doses. À cet égard, il est nécessaire de réfléchir à la protection des générations futures. »

    Association LES ENFANTS DE TCHERNOBYL
    > 14 rue des Dahlias F-68740 ROGGENHOUSE (France)
    lesenfantsdetchernobyl@gmail.com
    www.lesenfantsdetchernobyl.fr
    https://www.facebook.com/lesenfantsdetchernobyl

    Youri Ivanovitch Bandajevsky (aussi orthographié Yuri Bandazhevsky), né le 9 janvier 1957 en Biélorussie, est un scientifique travaillant sur les conséquences sanitaires de la catastrophe de Tchernobyl de 1986.

    Fils unique, son père était un officiel du Parti et sa mère une enseignante. Il a fait ses études à l’Institut médical de Grodno et a obtenu un doctorat en 1987. Il est ensuite devenu directeur du Laboratoire central de recherche scientifique de Biélorussie.

    En 1999, Youri Bandajevsky est un scientifique réputé, professeur d’anatomo-pathologie et recteur depuis 10 ans de l’Institut de médecine de Gomel, ville du sud-est de la Biélorussie où il avait décidé de s’installer, préférant travailler au cœur des zones contaminées afin d’étudier l’impact de la catastrophe de Tchernobyl et de répondre aux besoins des victimes.

    Sa recherche concerne la détérioration de l’état de santé des enfants, il a pris des positions engagées. Il a ainsi publiquement critiqué le gaspillage des fonds publics consacrés à la recherche sur les conséquences de Tchernobyl, s’en prenant à un institut dépendant du ministère de la Santé. Il a également décidé de publier le résultat de ses recherches sur les effets délétères des incorporations chroniques de produits radioactifs. Par différentes approches (expérimentations, examens cliniques, autopsies), il a mis en évidence les processus pathologiques induits par la contamination chronique des enfants.

    Ses recherches ont notamment porté sur la corrélation entre le taux de césium 137 mesuré dans leur organisme et les altérations cardiaques révélées par l’électrocardiogramme (problèmes d’arythmie par exemple). Il est arrivé à la « conclusion que l’action prolongée d’éléments radioactifs, en particulier le césium 137, sur des organes et systèmes vitaux comme le système cardio-vasculaire, le foie, les reins, le système reproducteur, produisent des modifications pathologiques lourdes liées essentiellement à des atteintes au niveau des gènes, de l’information génétique. »

    Le professeur Bandajevsky a été arrêté le 13 juillet 1999 dans le cadre des mesures d’urgence destinées à combattre le terrorisme, arbitrairement détenu, finalement accusé de corruption, puis condamné le 18 juin 2001 à 8 années de prison — malgré la rétractation publique de son accusateur, au terme d’un procès qui a violé la plupart des règles de droit. Amnesty international considérait le professeur Bandajevsky comme prisonnier d’opinion jusqu’à sa libération conditionnelle survenue le 5 août 2005. Progressivement la mobilisation s’était étendue au niveau international : la libération de Bandajevsky avait ainsi été intégrée dans les négociations entre la Biélorussie de Loukachenko et l’Ukraine.

    A sa sortie de prison en avril 2006, il séjourne un an et demi à Clermont Ferrand (où il a reçu une bourse de recherches d’un an financée par le Conseil régional d’Auvergne), puis va fonder en Ukraine un Centre Ecologie et Santé où il continuera ses travaux. Il y conduira, soutenu par le Parlement européen et la commission, un programme de protection et suivi de la santé des femmes enceintes et de plusieurs milliers d’enfants.

    Suite aux interventions de Yuri Bandazhevsky , entre 2013 et 2017, l’Union européenne a accordé cinq millions d’euros à plusieurs projets destinés à améliorer les conditions de vie des populations des zones contaminées autour de Tchernobyl : le rééquipement d’un hôpital, une serre où produire des aliments sains et un incinérateur pour brûler le bois radioactif de la zone interdite.

    En 2021, le professeur Bandajevsky poursuit ses travaux et continue de publier ses résultats dans des revues scientifiques internationales. Exception faite de très rares aides privées ponctuelles, il ne dispose d’aucun soutien matériel ni financier depuis la fin du projet d’aide européen. L’association française « Les Enfants de Tchernobyl » dont le siège se situe à Roggenhouse (Haut-Rhin) reste l’un de ses derniers fidèles soutiens.

    Thierry Meyer - www.lesenfantsdetchernobyl.fr

    #nucléaire #Tchernobyl