Sombre

The point, as Marx saw it, is that dreams never come true. (Hannah Arendt)

    • Eh ! y a pas de c (dur ou doux) en breton ! normalement c’est la lettre k. Et, avec mes faibles notions - et sous réserves de mon ignorance quasi totale sur la langue bretonne et, particulièrement, les mutations consonantiques – le problème du genre est crucial, puisque quand il est précédé de l’article défini
      • si le mot est masculin, le k mute en c’h (comme la jota espagnole) kovid -> ar c’hovid
      • si le mot est féminin, le k mute en g (toujours dur, comme gueux) kovid -> ar govid
      la pratique semble privilégier le masculin
      et s’il y a un truc certain, c’est que, en aucun cas, c’est ar Covid (et encore moins en Bretagne gallèse (!) ou francophone)

      selon cette même règle, et en principe, sans débat, koronavirus -> ar c’coronavirus

      Débat sur France Bleu Bretagne (18/04/2020)

      Petra zo gwelloc’h skrivañ, « ar C’hovid-19 » pe « ar Govid-19 » ?
      https://www.francebleu.fr/infos/education/petra-zo-gwelloc-h-skrivan-ar-c-hovid-19-pe-ar-govid-19-1587035207
      dont le titre se comprend quasiment tout seul :-)

    • Mais oui @sombre ! Ca fait un moment que je propose de vendre cette belle institution à Abu Dhabi. Ca leur ferait des antiquités pour leurs musées vides et ca nous ferait des économies. Tout le monde serait contents, même les momies académiques qui continueraient leurs vies de patachons dans un environnement qui partage vraiment leurs valeurs d’ancien régime.

    • Ah, l’article a été modifié pour intégrer les (sans doute) très nombreuses remarques provoquées par la formulation initiale du billet, mais… l’infographie n’a pas bougé :-)

      Depuis la publication de cette infographie, de nombreux bénévoles issus des régions m’ont signalé quelques erreurs. En créole réunionnais on dira covid, sans article (par exemple dans la phrase : « ma la pa gingn covid »). En créole antillais, on me propose kovid-la. En Artois et en Picardie on dira ch’covid ; en flandre flamingante, de koveed ; dans le grand Est on dira ‘s covid, die covid, d’r kovit’ ou deh’ cooooôôvid ; en Vaucluse on dira lou couvidou ; dans les Alpes-de-Haute-Provence, Lou covidou, et en pays aixois, Lou couvido. Au pays basque kovid-a ; en Corse, on me propose u cov’, u covid, u govid, ou encore le mal continental. En Bretagne soit ar c’hovid, ar gaoued ou ar govid, sauf en pays Gallo ou ça sera la covid. En Catalogne el covid ou la covid ; en occitan pyrénéen, eth covid ; en occitan toulousain ou en audois, lé covid ; en grassois sou covid, tandis qu’en mentonasque, ce sera ou covid.

      Zut il faudrait que je redessine tout !