BigGrizzly

Groumpf

  • Nucléaire Les petits réacteurs modulaires, solution du nucléaire de demain - Enviscope
    https://www.enviscope.com/les-petits-reacteurs-modulaires-solution-du-nucleaire-de-demain

    L’idée de petits réacteurs modulaires (Small Modular Reactors) a été développée au États-Unis, puis reprise tardivement en France. EDF, TechnicAtome, le CEA et Naval Group développent le SMR français Nuward. Ce réacteur est destiné à remplacer les centrales à charbon avec un objectif de commercialisation mondiale après 2030. Les petits réacteurs seraient adaptés à des contextes particuliers : absence de ressource en eau pour le refroidissement, agglomération, etc.

    Mais, note le rapport de l’OPECST, compte tenu du nombre élevé de projets concurrents, ayant parfois quelques années d’avance, « le projet Nuward mériterait d’être soutenu dans la suite de son développement, avec l’objectif de l’accélérer. »

    •  :-) c’est un tout petit éditeur...

      Le déploiement de petits réacteurs nucléaires modulaires est une piste proposée par le rapport de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques invitant à un large débat sur le nucléaire du futur.

      Jusqu’à présent, la filière nucléaire a poursuivi une stratégie de déploiement de réacteurs de plus en plus puissants, l’abaissement des coûts du mégawatt installé devant découler mécaniquement de l’accroissement de la taille. Or, cet objectif a des limites car les changements d’échelle peuvent aussi créer des coûts.

      L’idée de petits réacteurs modulaires (Small Modular Reactors) a été développée au États-Unis, puis reprise tardivement en France. EDF, TechnicAtome, le CEA et Naval Group développent le SMR français Nuward. Ce réacteur est destiné à remplacer les centrales à charbon avec un objectif de commercialisation mondiale après 2030. Les petits réacteurs seraient adaptés à des contextes particuliers : absence de ressource en eau pour le refroidissement, agglomération, etc.

      Mais, note le rapport de l’OPECST, compte tenu du nombre élevé de projets concurrents, ayant parfois quelques années d’avance, « le projet Nuward mériterait d’être soutenu dans la suite de son développement, avec l’objectif de l’accélérer. »

      La construction en série nécessite une usine

      La construction de réacteurs en série implique de disposer d’un outil industriel (une usine) inenvisageable sans un volant initial de commandes suffisant. Les rapporteurs estiment qu’il faudra évaluer la possibilité de remplacer, après 2030, certains réacteurs de 900 MWe par des SMR, en mettant en balance les questions de coût, de sûreté et de développement industriel.

      Le succès des SMR dépendra aussi de la possibilité d’homogénéiser leurs conditions de certification dans les différents pays. Les rapporteurs soutiennent les démarches engagées en ce sens par l’ASN et l’IRSN et demandent que les moyens nécessaires pour les mener à terme leur soient accordés.

      Enfin, environ la moitié des projets de SMR, issus d’un concept de réacteur de quatrième génération, désignés sous l’acronyme AMR pour Advanced Modular Reactor ou « réacteur modulaire avancé », pourraient eux aussi tirer bénéfice de leur faible puissance pour apporter un saut significatif en matière de sûreté.

      Pour les rapporteurs, cette voie de recherche et développement doit être poursuivie. Considérant qu’il est nécessaire de réagir rapidement pour montrer que la France dispose toujours d’une vision claire de l’avenir de l’énergie nucléaire, les rapporteurs proposent de refonder une stratégie de recherche sur le nucléaire avancé, au travers d’un projet ou d’une proposition de loi programmatique qui serait l’occasion d’un large débat au sein du Parlement.

    •  :-) c’est un tout petit éditeur...

      Ok compris ;o) merci.

      Les rapporteurs estiment qu’il faudra évaluer la possibilité de remplacer, après 2030, certains réacteurs de 900 MWe par des SMR, en mettant en balance les questions de coût, de sûreté et de développement industriel.

      Mouaip alors là… En quoi un réacteur plus petit est plus sûr je suis loin d’être convaincu. D’autre part ce réacteur, plus petit soit-il, génère toujours sa part de produits de fission (de merde) et donc ne règle pas la question : que fait-on des merdes générées par un réacteur nucléaire. Pire, on multiplie le problème par le nombre de petits réacteurs…

      Enfin, environ la moitié des projets de SMR, issus d’un concept de réacteur de quatrième génération, désignés sous l’acronyme AMR pour Advanced Modular Reactor ou « réacteur modulaire avancé », pourraient eux aussi tirer bénéfice de leur faible puissance pour apporter un saut significatif en matière de sûreté.

      Ah… Faudra m’expliquer en quoi le fait qu’ils aient une plus faible puissance est gage de sûreté… En cas d’accident majeur, un rejet à l’extérieur reste une sacrée merde, quelle que soit la taille de l’engin.

      Pour les rapporteurs, cette voie de recherche et développement doit être poursuivie.

      Ils ont l’air convaincus… C’est pas forcément rassurant :o)

      Considérant qu’il est nécessaire de réagir rapidement pour montrer que la France dispose toujours d’une vision claire de l’avenir de l’énergie nucléaire

      Ah ben la voilà la vraie raison ! Les X-Mines-Ponts d’EDF sont toujours à la manœuvre ! :o))

      Je vois une certaine pérénité chez notre électricien national.