François Isabel

Ni dieu, ni maître, nirvana

  • « Quand les fils ont appris la préparation du film… » : le réalisateur du documentaire choc sur Claude François raconte les pressions de la famille du chanteur
    https://www.programme-tv.net/news/societe/285058-quand-les-fils-ont-appris-la-preparation-du-film-le-realisateur

    François Pomès, le réalisateur du documentaire La Face cachée de Claude François, diffusé ce lundi 11 octobre sur RMC Story, confie avoir subi des pressions de la part des fils du chanteur.

    La colère du clan François… Ce lundi 11 octobre, RMC Story frappait fort en diffusant La Face cachée de Claude François. Un documentaire choc, mettant en lumière les nombreuses relations qu’aurait eues le chanteur star avec des fans mineures. Une enquête qui paraissait quelques années après un premier documentaire, à l’époque diffusé sur Paris Première, et révélait l’existence d’une femme, Julie, fille cachée et fruit des amours du chanteur et d’une jeune fille prénommée Fabienne, qui n’avait pas alors 14 ans. François Pomès, qui a réalisé le film de 2021, se confie sur les pressions qu’il a subies lorsque les descendants de la star de la chanson, ont découvert le sujet de son travail.
    « On ne veut pas mettre de l’huile sur le feu »

    Interrogé dans Soir Mag, le réalisateur, qui explique être entré en contact avec Julie, la fille cachée de Claude François, assure d’abord : « On ne s’attendait pas à des histoires plus complexes, à savoir qu’il avait des rapports intimes avec nombre d’adolescentes qui le suivaient. On savait que c’était un coureur, mais pas à ce point. Le système était bien organisé permettant aux fans d’aller le voir en privé, pour des rapports sexuels. » François Pomès rappelle qu’il ne comptait pas « rejuger des faits datant des années 70 », dans son documentaire, justifiant que « la morale ne réprimait pas à ses comportements à l’époque » et précisant sa démarche : « On ne veut pas mettre de l’huile sur le feu, on a tout vérifié, on voulait un docu purement factuel. On a interrogé les fans, des proches collaborateurs ». Mais les proches de Claude François n’étaient pas pour autant ravis qu’une telle enquête voit le jour.
    « Des pressions se sont exercées, via le clan François »

    François Pomès raconte alors au magazine belge : « Très vite, quand les deux fils ont appris qu’on le préparait, ils se sont servis du canal le plus efficace du moment, les réseaux sociaux, pour dénoncer notre enquête, en demandant aux fans de nous lyncher publiquement, en divulguant nos coordonnées, pour que personne ne parle ni ne participe. Cette omerta nous a motivés en tant que journalistes. Certaines vérités sont gênantes à entendre », confie-t-il, dévoilant plus précisément les embûches qu’il a fallu surmonter pour réaliser le documentaire : « On a craint deux choses : un référé, et des retraits de témoins. Des pressions se sont exercées, via le clan François. À quelques jours de la diffusion, on le craignait. On ne veut pas de mauvais buzz. Ce film est une réflexion sur Claude François et les autres et sur les années 70 », a-t-il conclu.