entreleslignesentrelesmots

  • « Enfermés différemment » : la vie sous bracelet électronique

    Le bracelet électronique, Roger (1) le vit comme une « forme de libération ». La détention à domicile sous surveillance électronique (DDSE) lui a “ouvert” les portes de sortie de l’institution carcérale au sein de laquelle il a passé trente années. Dans sa maison à la campagne, il « profite du bon air », sa femme le rejoint le week-end, parfois aussi sa fille : « Ça me convient très bien. Pour moi le bracelet est relativement nouveau. Est-ce que je vais le supporter jusqu’au bout, je ne peux pas dire. »

    De fait, pour la plupart des personnes placées, la mesure ne se passe pas sans douleurs ni contraintes, surtout quand elle dure plusieurs mois, voire années ou que la personne était libre avant son placement (2). Assignées à résidence, les personnes concernées ne sont autorisées à sortir que quelques heures par jour. Le principe est simple : toute entorse détectée par le boîtier, posé à domicile et connecté au bracelet, est susceptible d’être sanctionnée par une incarcération si elle n’est pas justifiée. La DDSE peut s’accompagner d’autres modalités, comme une injonction de soin, une obligation de travailler, ou encore une limitation géographique des déplacements. La vie quotidienne est donc dictée par le respect de ces contraintes.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/10/31/enfermes-differemment-la-vie-sous-bracelet-electronique

    #prison