• Le #covid, vu de mon pallier.

    J’ai croisé ce matin un voisin dans la cage d’escalier, lui visage découvert, évidemment.
    Courant septembre, il a été hospitalisé 2-3 semaines pour une pneumopathie aiguë , mais rien à voir avec le covid, avait tranché son épouse, « l’épidémie est finie ».
    Donc, 2 mois plus tard, celui-qui-n’a-pas-eu-le-covid m’avoue ne pas arriver à s’en remettre, être tout le temps essoufflé et fatigué. Bon, il a dans les 80 balais. Et un oxymètre. Qui plafonne à 91% de sat., mais plus souvent autour de 88%.

    Personne ne porte de masque dans les espaces communs comme la cage d’escalier, les boites aux lettres, le local poubelles… où il y a tout le temps passage et brassage. En ville dans les administrations, je vois toujours le même cirque  : des agents qui discutent tranquilles museaux à l’air dans des box en plexi ouverts en haut et sur les côtés et qui rajustent vaguement leur masque aux élastoques détendus quand ils me voient arriver en mode Dark Vador.

    Bref, personne n’a rien compris à cette pandémie, son fonctionnement et à son mode de contamination exclusif (https://seenthis.net/messages/936234), l’#aérosolisation.

    Autrement dit, on n’a pas le cul sorti des ronces et je suppose qu’on va continuer à nous raconter que cet automne, la bronchiolite fait un tabac…