ARNO*

Geek dilettante habitant une belle et grande propriété sur la Côte d’améthyste

    • Chères lectrices, chers lecteurs,

      Suite à l’ajout il y a quelques semaines du mot « iel » dans notre dictionnaire en ligne Dico en ligne Le Robert (https://dictionnaire.lerobert.com/definition/iel), un débat animé nourrit les réseaux sociaux, débat qui a été repris par certains médias et par des personnalités politiques.

      Si une majorité d’entre vous a fait part de sa satisfaction à voir apparaître ce mot dans un dictionnaire Le Robert, d’autres ont pu se montrer surpris, sinon indignés. Positivons : que la controverse autour de notre langue, de son évolution et de ses usages, puisse parfois être vive, parfois houleuse, ce n’est pas nouveau, on peut même y voir un excellent signe de sa vitalité.
      Nous souhaitons néanmoins préciser ici pourquoi nous avons intégré ce mot dans Dico en ligne Le Robert et vous donner un éclairage sur les critères et les circuits de décision qui président à l’intégration d’un mot dans un dictionnaire Le Robert.

      Depuis quelques mois, les documentalistes du Robert ont constaté un usage croissant du mot « iel ». La fréquence d’usage d’un mot est étudiée à travers l’analyse statistique de vastes corpus de textes, issus de sources variées. C’est cette veille constante qui nous permet de repérer l’émergence de nouveaux mots, locutions, sens, etc.

      Le mot « iel » a été discuté début octobre en comité de rédaction Le Robert, au cours duquel il a été décidé de l’intégrer dans notre dictionnaire en ligne : si son usage est encore relativement faible (ce que nous avons souligné dans l’article en faisant précéder la définition de la marque « rare »), il est en forte croissance depuis quelques mois. De surcroît, le sens du mot « iel » ne se comprend pas à sa seule lecture – dans le jargon des lexicographes, on dit qu’il n’est pas « transparent » –, et il nous est apparu utile de préciser son sens pour celles et ceux qui le croisent, qu’ils souhaitent l’employer ou au contraire… le rejeter.

      Est-il utile de rappeler que Le Robert, comme tous les dictionnaires, inclut de nombreux mots porteurs d’idées, présentes ou passées, de tendances sociétales, etc. ? Ce qui ne vaut évidemment pas assentiment ou adhésion au sens véhiculé par ces mots. Dit plus clairement : ce n’est pas le sujet pour nos lexicographes. La mission du Robert est d’observer l’évolution d’une langue française en mouvement, diverse, et d’en rendre compte. Définir les mots qui disent le monde, c’est aider à mieux le comprendre.

      Charles Bimbenet

      Directeur général des Éditions Le Robert

    • https://www.lesnouvellesnews.fr/iel-woke-et-le-ministre-de-leducation-nationale

      Un dictionnaire définit le pronom « Iel », Jean-Michel Blanquer s’insurge, Elisabeth Moreno y voit un progrès. Le Figaro magazine accuse l’école d’endoctriner les enfants, le ministre de l’Education tarde à réagir.

      « Iel Iels : Pronom personnel sujet de la troisième personne du singulier et du pluriel, employé pour évoquer une personne quel que soit son genre. L’usage du pronom iel dans la communication inclusive. » Depuis que Le Petit Robert a ajouté ce pronom dans sa nouvelle édition, les polémiques vont bon train. A tel point que les responsables du dictionnaire ont dû s’expliquer dans Le Figaro notamment : « On a constaté que ce mot prenait de l’ampleur et nous l’avons intégré » a expliqué Marie-Hélène Drivaud, lexicographe du Petit Robert qui se défend de tout militantisme.

      Au singulier l’usage du pronom est revendiqué par les personnes qui se définissent comme non-binaires (ne se reconnaissent dans aucun genre) et au pluriel il enthousiasme celles et ceux qui en ont assez que « le masculin l’emporte » et trouvent absurde de dire « ils » dans une assemblée comptant 99 femmes et un homme.

      Bronca dans les rangs des conservateurs. Le député de la majorité présidentielle François Jolivet, jusqu’ici peu connu, estime que les utilisateurs de ces nouveaux vocables sont des « militants d’une cause qui n’a rien de français », le « wokisme ». L’affaire est à ses yeux assez grave pour qu’il saisisse l’Académie française (qui a toujours été hostile à la féminisation des titres et fonctions). L’élu voit en cette mention dans le dictionnaire « le stigmate de l’entrée dans notre langue de l’écriture dite “inclusive”, sans doute précurseur de l’avènement de l’idéologie “woke”, destructrice des valeurs qui sont les nôtres ».

      Et la tirade du député a été boostée par le ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports en personne qui a amplifié son message en tweetant son « soutien » au député, ajoutant : « l’écriture inclusive n’est pas l’avenir de la langue française. Alors même que nos élèves sont justement en train de consolider leurs savoirs fondamentaux, ils ne sauraient avoir cela pour référence » a affirmé Jean-Michel Blanquer.

      Elisabeth Moreno, la ministre chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances ne partage pas l’avis de son collègue de l’Education nationale. Pour elle, « iel » est un progrès. Mardi 17 novembre sur France Info elle demandait : « Que l’on dise que potentiellement, on peut dire ‘iel’, parce que ça vient enrichir la langue et c’est un pronom neutre, pourquoi c’est si choquant ? », a-t-elle interrogé ?

      Le ministre de l’Education ne cesse de dénoncer le wokisme. Un courant venu des Etats-Unis signifiant être éveillé à la lutte contre les discriminations- qui a, comme tout courant, ses brebis galeuses. Mais le mot woke est beaucoup utilisé en France par les conservateurs pour disqualifier celles et ceux qui combattent diverses discriminations.

      Et quand le Figaro Magazine accuse l’école d’endoctriner « nos enfants », Jean-Michel Blanquer tarde à prendre la défense des enseignants et de l’école dont il est le ministre. La Une du Figaro Magazine du 12 novembre titrée « Comment on endoctrine nos enfants » accuse l’école de « dérive organisée » parce qu’elle prônerait, selon ce journal, « antiracisme » « idéologie LGBT+ » ou « décolonialisme ». De nombreux syndicats d’enseignants s’en sont indignés. Mais lorsque le ministre a été appelé à réagir le 17 décembre au Sénat, il a voulu pointer du doigt la fameuse idéologie woke.

      La sénatrice qui l’a interpelé, Laurence Rossignol, a été claire : « je pensais que l’antiracisme et la lutte contre l’homophobie faisaient partie des valeurs universelles, de celles que déclinent la devise de la République Liberté, Egalité et Fraternité » Et elle lui a tendu une perche : « les enseignants ont besoin de vous entendre leur dire que l’antiracisme, la lutte contre l’homophobie sont bien des valeurs que l’école a pour mission de transmettre ». Et la réponse du ministre fut poussive. Après un développement sur les missions de base de l’école et les valeurs qui doivent être transmises avec les parents, il a fini par rappeler que « la lutte contre le racisme, le féminisme, la lutte contre l’homophobie s’intègrent complètement dans la liberté, l’égalité, la fraternité ». S’il a dit très clairement, « je soutiens les professeurs qui sont dans cette transmission des valeurs », il a ajouté un bémol et voulu dénoncer « des courants venus de l’extérieur qui ont une influence » et « ce serait une erreur de ne pas les voir ». Reprenant la parole, Laurence Rossignol l’a remercié pour sa réponse mais a tenu à évoquer les priorités. Certes on peut discuter de ces nouvelles idéologies a-t-elle admis mais rappelant le récent suicide d’une adolescente victime de racisme et d’homophobie, elle a insisté : « aujourd’hui, ce dont il faut d’abord protéger nos élèves, c’est le racisme, l’antisémitisme et l’homophobie, c’est ce qui les tue. »

      Exit le #sexisme comme d’habitude. "Iel" c’est pour lutter contre l’invisibilisation des femmes, mais on veut bien lutter contre le racisme dont sont victimes seulement les hommes, l’antisémitisme quant il touche les hommes et l’homophobie contre les gays uniquement mais les discriminations dont sont victimes les élèves filles le rôle de l’école c’est de les augmenter car on est au pays des droits de l’homme.

      Il parait que " Élisabeth Moreno estime qu’il n’est pas « choquant » d’utiliser le pronom neutre « iel »" selon le figaro mais je trouve pas la video
      https://www.lefigaro.fr/politique/c-est-un-progres-elisabeth-moreno-estime-qu-il-n-est-pas-choquant-d-utilise

    • J’ai une édition de 2002. J’y trouve par exemple les mots « négro », « bicot », « chinetoque » et « youpin ». Je pense que je vais écrire à Monsieur la Dame qui fait secrétaire à l’Académie* pour lui dire que je suis ravi qu’on respecte ainsi nos valeurs et traditions nationales.

      Note* : évidemment l’abruti qui a lancé l’« affaire » s’est fait un devoir d’adresser son courrier à « Madame le secrétaire ». Après il est allé changer de slip, parce que c’était trop fort comment il a humilié les mal-écrivants. (Si à 50 ans, tu n’as pas publiquement interpellé « Madame le ministre » ou « Madame le député », tu n’es pas vraiment un député de droite.)

      Note** : je pense que l’abruti en question a aussi repassé son courrier au correcteur orthographique (made in America mais tant pis), et a fait plancher tout son staff, l’a fait relire par tous les correcteurs de l’Assemblée, histoire qu’il s’y subsiste rigoureusement aucune faute d’orthographe, de grammaire ou de tournure, sinon après ça fait pingouin sur les réseaux sociaux.

    • Jean-Mimi soutient qu’« il est très bon de féminiser les noms de profession, c’est pas quelque chose de difficile à faire, et on le fait », alors que toute cette fadaise est partie d’une lettre adressée à « Madame le secrétaire perpétuel », laquelle Madame-le a une opinion très tranchée sur le sujet : Hélène Carrère d’Encausse, l’Académie française et le “politiquement incorrect”
      https://www.courrierinternational.com/article/vu-despagne-helene-carrere-dencausse-lacademie-francaise-et-l

      Sur la féminisation des titres et des fonctions, d’abord, à laquelle elle s’oppose. “Même si c’est une femme, elle est, et insiste en ce sens, secrétaire perpétuel (genre grammatical masculin) et non secrétaire perpétuelle