• Les équipes de Didier Raoult dénoncent les falsifications de leur patron sur l’hydroxychloroquine | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/191121/les-equipes-de-didier-raoult-denoncent-les-falsifications-de-leur-patron-s

    Auditionnés en octobre sur leurs conditions de travail, plusieurs membres de l’IHU dénoncent les pressions exercées par Didier Raoult et la falsification de résultats scientifiques pour démontrer l’efficacité de l’hydroxychloroquine. Mediapart a pu consulter un compte rendu de ces entretiens conduits, notamment, par l’Université d’Aix-Marseille, l’Inserm et l’AP-HM.

    Cette fois, Didier Raoult est lâché par ses propres équipes. Selon de nouveaux documents et témoignages que nous avons recueillis, plus d’une dizaine de personnes (biologistes, médecins, internes ou assistants) ont fait part de leur malaise face à « des pratiques scientifiques et éthiques regrettables ». Pire : ils dénoncent la falsification de résultats biologiques afin de démontrer l’efficacité de l’hydroxychloroquine, un temps présenté comme une solution magique pour combattre le Covid-19.

    C’est lors d’une série d’entretiens réalisés en octobre que plusieurs membres de l’IHU, plus de dix, ont témoigné, auprès des représentants des instances qui les emploient : l’université d’Aix-Marseille, l’Assistance publique – hôpitaux de Marseille (AP-HM), l’Institut de recherche pour le développement (IRD), ainsi que l’Inserm. 

    Par « peur des représailles », qu’elles soient internes ou externes à l’IHU, la préservation de l’anonymat et la confidentialité des échanges ont été les conditions posées à ces entretiens d’une durée d’une heure. 

    Mediapart et L’Express avaient déjà révélé que l’IHU avait conduit plusieurs essais cliniques non autorisés et prescrit des traitements à l’efficacité non prouvée et à la toxicité avérée (notamment sur la tuberculose). C’est à présent sur le traitement phare de Didier Raoult, celui qui l’a fait connaître du grand grand public, qu’on découvre la réalité de ses méthodes.

    Les témoignages décrivent une réalité très éloignée de celle que donne à voir le professeur Didier Raoult, qui se targue de compter parmi ses équipes 10 % des chercheurs français aux publications les plus citées, mais qui n’a pas donné suite à nos sollicitations. « Il n’y a pas de véritable science derrière les publications de l’IHU depuis des années », lance l’un des médecins interrogés. « Les résultats présentés doivent correspondre aux hypothèses faites par Didier Raoult. Dans le cas contraire, les personnes concernées peuvent être dévalorisées publiquement avec mise en doute de leurs compétences », est-il rapporté dans un compte rendu de ces auditions que nous avons pu consulter. 

    En 2020, lors de la première vague du Covid, alors que Didier Raoult pousse ses équipes à travailler sur l’hydroxychloroquine, certains virologues émettent des réserves sur le choix du professeur d’annoncer, publiquement, les effets positifs de cette molécule, non prouvés à ce stade et « sans attendre la complétude de toutes les études pour valider ce protocole ». 

    Deux groupes de patients ont été analysés avec des critères différents pour permettre de conclure faussement à l’efficacité de l’hydroxychloroquine. 

    « La médiatisation renforcée de Didier Raoult » nourrit alors un « climat de culte de la personnalité » avec la « diffusion de vidéos de Didier Raoult en boucle, à l’intérieur du bâtiment ». Dans ce contexte, expliquent-ils, toute critique contre le traitement devient impossible. « L’absence de débats contradictoires au sein de l’IHU » atteint un tel paroxysme que la moindre interrogation est malvenue. En réunion de staff, où se retrouvent le professeur, des internes et des responsables, pour suivre les indicateurs, « si on pose des questions, la réponse est souvent : “Tais-toi, tu n’es pas payé pour réfléchir” », témoigne un autre membre de l’IHU. 

    C’est dans ce climat ambiant que ces personnels auditionnés ont assisté à la falsification de résultats biologiques permettant de conclure à l’effet bénéfique de l’hydroxychloroquine en biaisant les résultats des tests PCR dans une étude comparant des patients de l’IHU, prenant le traitement et des patients du CHU de Nice, ne le prenant pas. 

    Les résultats « n’allant pas dans le sens de Didier Raoult », le seuil de positivité des tests PCR a été modifié rendant ainsi négatifs un plus grand nombre de résultats pour les patients suivis à Marseille et permettant, de la sorte, de conclure à l’effet bénéfique de l’hydroxychloroquine.

    La stratégie a été la suivante : pour les patients de Marseille, la valeur seuil du test de détection du virus par PCR a été abaissée à 34 cycles ; par contre pour les patients de Nice, la valeur seuil initiale de 39 cycles a été conservée. Un patient présentant une valeur de 37 cycles était donc déclaré négatif à Marseille (sous hydroxychloroquine) mais positif à Nice (groupe témoin sans hydroxychloroquine). Les deux groupes de patients ont donc été analysés avec des critères différents pour permettre de conclure faussement à l’efficacité de la molécule. 

    Pour ce faire, le professeur Didier Raoult « a évincé les médecins biologistes des plannings “afin qu’ils prennent du repos”et en contrepartie a mis en place un logiciel pour automatiser la déclaration des résultats dans le logiciel de l’AP-HM, [avec un cycle d’amplification différent favorisant la négativité – ndlr] sans validation préalable par les médecins biologistes. »