marielle

« vivere vuol dire essere partigiani » Antonio Gramsci

  • Bon ! Je sais, ça ne va pas vous plaire, mais là on a atteint le point de non retour...

    « GIGN en #Guadeloupe, balles réelles contre manifestants à #Rotterdam.
    État de droit, vraiment ? »
    https://www.youtube.com/watch?v=WzKet4RgoVc

    Carte postale au bord du gouffre. 20 novembre 2021

    Dictature de la force ! Le néolibéralisme en roue libre...

    Les «  Allo ! » d’Alexis Poulin sont les « Alertes ! » des peuples !

    La police tire à balles réelles ! Les #valeurs de l’#europe tout ça...

    • La Guadeloupe en feu. Macron seul responsable.

      La situation est très tendue en Guadeloupe. C’est le résultat d’un façon d’agir à la Darmanin, avec beaucoup de mépris pour les populations des DOM-TOM. Il a joué sa partition traditionnelle : le pourrissement, histoire de pouvoir diaboliser les gens en action et réprimer ensuite avec une violence qui force l’admiration des brutes et de l’extrême droite qu’il courtise.

      Car il faut savoir que l’exaspération actuelle vient de loin. Les mains tendues coté guadeloupéen n’ont pas manqué. Un collectif guadeloupéen rassemblant plus d’une trentaine d’organisations syndicales et citoyennes est mobilisé depuis le 17 juillet contre l’obligation vaccinale des soignants et des pompiers et contre l’extension du « passe sanitaire ».

      Ainsi, depuis plus de 4 mois, les réunions syndicales, meetings populaires et marches se sont succédés toutes les semaines. Toutes les semaines ! Y compris en pleine 4ème vague, particulièrement meurtrière et traumatisante la Guadeloupe. Et cela malgré un confinement et un couvre-feu renforcés.

      Aucun signal de dialogue n’est jamais venu du gouvernement. Les suspensions de personnels soignants et pompiers, bien que repoussées en raison de la quatrième vague, ont été maintenues. Elles sont désormais effectives depuis le 15 novembre, date du début de la grève générale. À l’heure actuelle, les services de santé sont totalement délabrés et le droit à la santé n’est plus respecté .

      Nous rappelons que près de 70% de la population n’est pas vaccinée. On peut dire que la campagne de conviction est un échec total. L’application du passe sanitaire soulève donc des problèmes de société insolubles.

      Les services de pompiers, par exemple, fonctionnent grâce à leur dévouement : une grande majorité d’entre eux n’est pas vaccinée. Ils sont pourtant réquisitionnée malgré les menaces de suspension !

      À tous ces problèmes il faut ajouter une longue liste de questions non résolues depuis de nombreuses années. L’exasperation est à son comble. Ainsi quand sont recommandés des gestes barrière alors que le tiers de l’île n’a plus accès à l’eau courante… Sans oublier l’empoisonnement du sol et des eaux du territoire par le chlordécone, crime imprescriptible que les gouvernements n’en finissent plus de vouloir contourner.

      Les décisions aberrantes, l’indifférence et les mensonges des autorités laissaient prévoir facilement l’explosion qui a eu lieu. Tout était prévisible. M. Macron a choisi de regarder ailleurs et de laisser la situation dégénérer. Telle est la logique de pourrissement et de diabolisation qui permet ensuite de justifier une répression féroce.

      L’annonce d’envoi de renforts de CRS par le ministre Darmanin est un très mauvais signe. C’est la stratégie violente habituelle de la macronie qui se déploie. Les effectifs prélevés sur les autres DOM de la région laissent la place libre sur place. Le message est bien reçu.

      Sur place, le collectif réaffirme son opposition à l’obligation vaccinale réelle ou déguisée par l’imposition d’un passe sanitaire. Pour ma part, je demande au gouvernement de prendre la mesure réelle de la situation guadeloupéenne en ouvrant des négociations rapidement avant que des seuils soient franchis. Et que les autres DOM-TOM voyant la férocité et la nullité de la réponse apportée aux demandes des citoyens libres n’en tirent à leur tour de l’exaspération très active. En Guadeloupe, il est temps pour Macron de choisir la désescalade et le retour aux moeurs républicaines : le respect des populations et le dialogue normal.

      JLM

      https://melenchon.fr/2021/11/20/la-guadeloupe-en-feu-macron-seul-responsable

    • En Guadeloupe, au lieu de négocier, Macron se comporte en envahisseur et abolit ce qui reste de l’état de droit.
      Il ne sait rien faire d’autre que de souffler sur les braises.
      Accepter ça, c’est renier tout ce qui a fait la France.
      #SoutienGuadeloupe

      Plusieurs semaines pour envoyer de l’oxygène, quelques jours pour envoyer le GIGN.
      Quand on veut, on peut…

      Avec le naturel déconcertant du mythomane chronique, Marlène Schiappa nous explique que la Guadeloupe est « tout sauf abandonnée »
      Si c’était vrai, ils auraient mis un quart de ce qu’ils vont claquer en répression dans les services publics et tout irait bien !

      https://twitter.com/realmarcel1/status/1462392640847196163

    • France-2 évoque les émeutes de Rotterdam en 38 secondes et parle de « tirs de sommation », de 7 blessés...en omettant de préciser « par tirs à balles réelles », pour la première fois dans l’histoire de l’UE.

      Imaginez l’indignation si Poutine avait fait tirer sur son Peuple !

    • – En Guadeloupe -

      Taux de chômage 20% et d’illettrisme 20%

      Pénurie d’eau (ravitaillement par citernes et eau de pluie)

      Scandale des cancers à la chlordécone

      Comment ne pas comprendre le ras-le-bol des gens ?

      Il y a un moment où la population n’en peut plus et dit STOP

    • Une petite dose de néo-colonialisme et hop !


      L’air du temps est à la grève générale - Jacques Chastaing

      Ce qui donne tout le sens et la dynamique à venir aux luttes actuelles, que ce soient celles des Gilets Jaunes contre les hausses de prix particulièrement marquée ce samedi 20 pour leur 3e anniversaire, celles des manifestants anti-pass sanitaire qui continuent à leur 19e samedi, celles des grévistes pour les salaires dont les luttes ont pris une dimension encore plus importante cette semaine avec l’entrée en action des cheminots, de ceux de l’énergie, de la chimie, du pétrole, des pneumatiques, de la pharmacie ou des aéroports, celles encore des féministes qui ont manifesté en nombre ce samedi 20 contre les violences faites aux femmes, celles enfin des motards... c’est la grève générale illimitée en Guadeloupe commencée il y a une semaine et les grèves générales illimitées qui débutent le 22 novembre en Martinique et en Polynésie.

      Ces grèves générales illimitées traduisent le fond de l’air commun à la situation dans les Dom-Tom et dans l’Hexagone. Bien sûr, la conjoncture est plus exacerbée et cela depuis longtemps dans les anciennes colonies, mais le fond est le même et les dynamiques sous-jacentes aux situations sont les mêmes.

      La grève générale illimitée en Guadeloupe est partie de la lutte contre l’obligation vaccinale et le pass sanitaire, contre la suspension des soignants et pompiers non vaccinés mais s’est vite élargie au fur et à mesure que des enseignants, des pompistes, des employés d’hôtels et restaurants, des jeunes... la rejoignaient, à des revendications pour l’augmentation des salaires, des pensions et des minima sociaux, l’interdiction des licenciements dans le public et le privé, des embauches massives dans les services publics et mille autres revendications dont l’ensemble ressemble aux cahiers de doléances des périodes de révolution.

      En même temps que les revendications s’élargissent, la situation se radicalise, avec des barrages, des feux, des militants encagoulés, des jets de pierre, des forces de l’ordre qui interviennent violemment mais sont dépassées et font appel à des renforts, 2 500 hommes de plus, des blindés, du matériel militaire, des éléments du GIGN et du RAID et l’ensemble de la situation prend ainsi un caractère d’atmosphère insurrectionnelle.

      La même atmosphère qu’en 2009 avec la grève générale qui avait duré 44 jours et s’était étendue à la Martinique et la Guyane. Mais une atmosphère qui est aussi aujourd’hui partagée au moins en partie dans l’Hexagone.

      En 2009, en Guadeloupe, le conflit avait démarré sur quelque chose qui ne concernait qu’une petite minorité, les gérants de stations services qui ne voulaient pas une extension trop grande du nombre de stations en Guadeloupe. De là, il est passé à la lutte pour la hausse des salaires contre la vie chère et avec la création du LKP « Lyannaj kont pwofitasyon », une organisation d’une quarantaine de syndicats, partis, associations culturelles ou sociales, le conflit s’est étendu aux entreprises et à la rue, entraînant peu à peu l’adhésion de toute la population et étoffant au fur et à mesure les revendications originelles à la remise en cause globale de tous les maux de la société guadeloupéenne, sociaux, environnementaux, économiques et politiques.

      Aujourd’hui, dix ans après, le LKP est toujours là, mais le terreau commun de la révolte est encore plus important et le point de départ également. Il ne s’agit plus d’une histoire de stations services, mais de l’obligation vaccinale.

      Or, de la part d’un gouvernement incapable et incohérent dans sa politique sanitaire mais violent dans ses mises en œuvre, incapable d’assurer un système de santé satisfaisant dans l’île, incapable de remettre en route le CHU partiellement détruit par un incendie, qui n’a rien fait contre l’empoisonnement général de toute la population par le Chlordécone sinon amnistier les criminels, les gros planteurs de bananes, cette obligation vaccinale imposée par la violence, additionnée de la suspension des soignants et des pompiers, tout cela a provoqué un sentiment profond d’injustice, de mépris et au final de révolte. Autour de l’obligation vaccinale, c’est le sentiment d’être méprisés, d’être traités de « nègres », d’abrutis par le rhum et les gourous, qui fait ressortir toutes les révoltes, toutes les colères et toutes les revendications. Le taux de chômage de la jeunesse est bien plus important que dans l’Hexagone, le nombre de lits hospitaliers par habitant et plus généralement de tous les équipements des services publics est inférieur à celui de l’Hexagone, on émigre de Guadeloupe pour sortir de la misère et aller à Paris... Les raisons de la colère sont nombreuses et profondes, la grève générale illimitée n’est pas prêt de finir.

      Avec des histoires légèrement différentes, c’est la même situation, le même sentiment et les mêmes revendications en Martinique ou en Polynésie. Et on aura probablement, peu ou prou, la même grève générale, et les mêmes forces de répression envoyées pour casser du gréviste. Et même si les médias font tout et feront tout pour cacher ce qui s’y passe, les informations finiront par percer.

      Or, si la situation est plus dégradée dans les Dom-Tom que dans l’Hexagone, tout le monde comprend que la même dynamique de descente dans la pauvreté accompagnée de montée de la répression est aussi en route ici.

      Et si le mépris colonial et racial n’est pas comparable, de plus en plus de gens sentent toutefois ici avec l’aggravation du mépris de classe, le mépris pour les « rien », les « alcooliques » ou les « fainéants » mais aussi le mépris de ceux qui se révoltent, des Gilets Jaunes et des anti-pass qualifiés de fascistes, combien notre sort est commun et combien la dynamique qui anime nos luttes en profondeur est la même que dans les Dom-Tom.

      La Guadeloupe, la Martinique, la Polynésie ouvrent la voie de la grève générale illimitée. Soyons pour le moment totalement à leurs côtés avant de nous-mêmes emprunter le même chemin.

      https://blogs.mediapart.fr/jean-marc-b/blog/211121/lair-du-temps-est-la-greve-generale-jacques-chastaing