ARN😷*

Geek dilettante habitant une belle et grande propriété sur la Côte d’améthyste

  • Bravo à France 24 pour avoir su trouver l’axe super-original et super-humain pour traiter de la Grève dans l’Éducation nationale : le casse-tête de l’organisation pour les parents
    https://www.youtube.com/watch?v=wP5yaT8Htp4

    Ah ah, je crois que pour travailler dans le journalisme, il y a un test de marronnier néolibéral.

    – Alors, monsieur Choupinet, si je vous dis « grève des transports », qu’est-ce que ça vous évoque ?
    – Euh, « galère des usagers », « prise d’otage » ?
    – Oui, bravo. Attention, plus difficile : « piquet de grève » ?
    – Ouh là. Euh… je sais, je sais… euh, « violence intolérable » ?
    – Oui, c’est bien. Et si je dis : « grève dans l’éducation nationale » ?
    – Ah là là, je l’ai sur le bout de la langue. Euh. « Génération sacrifiée » ?
    – Non, ça c’est pour le confinement. Je répète : « Grève dans l’éducation nationale »… ?
    – Non, désolé, je sèche. J’ai bien révisé le monde enseignant, les trotskistes islamo-wokistes affiliés à la MGEN dont la vision du monde a été forgée par la lecture assidue du catalogue de la CAMIF, tout ça, mais là…
    – C’était pourtant pas difficile : « la casse-tête des parents… », vous savez, devoir garder des enfants alors qu’on a un vrai travail dans la vie…
    – Ah oui, zut, je le savais pourtant…
    – D’accord mais non, là, vous avez pas assez révisé. Vous voyez, ça doit sortir comme ça, là… paf paf, hop, sans réfléchir.

    • j’ai parlé aujourd’hui à une mère de famille de gauche d’une enfant en primaire qui n’a pas eu école depuis lundi et qu’elle a du emmener à son travail (profession libérale). discours sur le manque de remplaçant.es (la maitresse s’occupait de son enfant covidé) typiquement consumériste (y savent pas s’organiser pour fournir le service attendu, et ce d’autant que c’est dans une école primaire d’un quartier pop. où la dame fait partie de la mince couche qui s’installe dans le neuf en achetant, ni les classes, ni les profs, ni les élèves, ne sont au niveau, faut bien le comprendre) sans que la pandémie soit l’occasion de rapporter ces difficultés à la destruction sur longue durée de toute la sphère publique (école, santé, facs, and so on), manière de conduire qui le peut à aller vers un privé (financé à coups de fonds publics, en particulier très directement l’école : depuis la déculottée suite à la mobilisation pour l’école libre des années 80). et d’ailleurs, comme tant d’autres de gauche avant elle, le privé, elle y pense.

      monter les parents contre les profs, les tests, l’école, c’est du gâteau. une piqure de rappel, ça peut pas faire pas de mal.

      #école #media #idéologie_dominante