M😷N😷LECTE 🤬

Fauteuse de merde 🐘 @Monolecte@framapiaf.org

    • (...) violences volontaires ayant entraîné une mutilation. Pour son ancienne secrétaire médicale, les patients ne comprenaient pas que le « sourire de star » promis par Lionel Guedj avait pour revers la mortification de nombreuses – parfois toutes – de leurs dents. « On leur conseillait de prendre un deuxième avis, on leur disait que ce qu’ils allaient faire n’était pas anodin », confie-t-elle au tribunal.

      Benoît Dobbels, son associé de 2005 à 2012 qui a partagé les mêmes bancs depuis la classe de 6e, raconte que la salle d’attente était pleine des clients de « Lionel ». Un rendez-vous toutes les dix-quinze minutes quand lui réservait des créneaux d’une demi-heure par patient. L’assistante lui rapportait que le docteur Guedj ne désinfectait pas les racines des dents au Dakin lors des dévitalisations. « Il posait énormément de prothèses, et 80 % de son chiffre d’affaires venait de l’activité prothèses, 20 % des soins, un ratio qui a étonné tout le monde. Moi, c’est le ratio inverse », reconnaît-il, gêné d’accabler l’ancien ami.

      Les chiffres que Sophie Ruggieri, à l’époque médecin-conseil du service du contrôle médical des Bouches-du-Rhône, expose froidement devant les juges sonnent comme un réquisitoire avant l’heure. Elle détaille deux contrôles menés sur l’activité du praticien. « Sur la base de la nomenclature sur la durée des actes, le nombre d’actes facturés représentait 41 heures par jour en 2009 et 52 heures pour les premiers mois de 2010. » Même avec l’aide son père, Jean-Claude Guedj, qui faisait deux vacations hebdomadaires au cabinet de son fils, « même avec un rythme de travail intensif, c’est irréaliste ».

      Sur les écrans de la salle d’audience s’affiche un tableau de chiffres : en vingt-quatre mois, de mars 2008 à avril 2010, Lionel Guedj avait posé 4 133 prothèses pour 927 patients alors que le dentiste ayant la seconde plus forte activité de Provence-Alpes-Côte d’Azur en avait facturées 1 410 pour 2 243 patients.

      « Absence de justification médicale »

      La CPAM avait alors décidé un contrôle des travaux dentaires avant paiement en examinant les patients. Mais, a raconté Mme Ruggieri, « il allait tellement vite pour mettre les couronnes qu’on était obligé d’aller encore plus vite pour convoquer les gens ». Impossible en effet, une fois les prothèses posées, de connaître l’état antérieur des dents. « La fraude à grande échelle provenait non pas de l’absence de réalisation d’actes facturés, mais de l’absence de leur justification médicale », avaient conclu les contrôleurs en 2011.

      « C’est une prise de risque. On a beau travailler vite, avoir du bon matériel, quand on enchaîne un tel volume d’actes à un tel rythme, on ne se donne pas les moyens de garantir la sécurité des patients », a conclu Sophie Ruggieri, qui n’a pu contenir son émotion. « Dans cette enquête hors normes, lâche-t-elle des sanglots dans la voix, ce qui a vraiment été déterminant, c’est ce qu’on a pu observer chez ces patients qui, toute leur vie, vont vivre avec une bouche détruite. Voyez-vous, si je suis venue témoigner, c’est avant tout parce que j’ai pensé à eux. »

      Une même motivation a poussé l’ancienne assistante dentaire à confirmer à la barre des témoins que les devis n’étaient pas faits, les radios falsifiées pour être envoyées au contrôle médical, les clichés panoramiques pris avant les travaux détruits. « Il fallait que ça aille très vite pour qu’il y ait le plus de monde. Vous venez pour deux caries et toutes les dents sont dévitalisées peu après. » Dans les derniers temps, la jeune assistante allait travailler « la boule au ventre ». Trop dur, explique-t-elle, de voir des patients avoir mal, des femmes en pleurs.

      https://www.lemonde.fr/societe/article/2022/03/03/a-marseille-derriere-les-sourires-de-star-promis-par-le-dentiste-une-frenesi

      #santé #dents #Marseille #quartiers-nord #dentiste