• Accelerated biological aging in COVID-19 patients | Nature Communications
    https://www.nature.com/articles/s41467-022-29801-8


    En fait, quand un #covid_long te dit qu’il vit comme dans le corps d’un gus de 80 ans, ce n’est pas tout à fait qu’un ressenti… 👀

    Chronological age is a risk factor for SARS-CoV-2 infection and severe COVID-19. Previous findings indicate that epigenetic age could be altered in viral infection. However, the epigenetic aging in COVID-19 has not been well studied. In this study, DNA methylation of the blood samples from 232 healthy individuals and 413 COVID-19 patients is profiled using EPIC methylation array. Epigenetic ages of each individual are determined by applying epigenetic clocks and telomere length estimator to the methylation profile of the individual. Epigenetic age acceleration is calculated and compared between groups. We observe strong correlations between the epigenetic clocks and individual’s chronological age (r > 0.8, p < 0.0001). We also find the increasing acceleration of epigenetic aging and telomere attrition in the sequential blood samples from healthy individuals and infected patients developing non-severe and severe COVID-19. In addition, the longitudinal DNA methylation profiling analysis find that the accumulation of epigenetic aging from COVID-19 syndrome could be partly reversed at late clinic phases in some patients. In conclusion, accelerated epigenetic aging is associated with the risk of SARS-CoV-2 infection and developing severe COVID-19. In addition, the accumulation of epigenetic aging from COVID-19 may contribute to the post-COVID-19 syndrome among survivors.

    • Tu es sûr·e que c’est covid long et pas covid sous forme grave ? Autrement dit ceux qui sont en réa mais n’en sortent pas les pieds devant
      A moins que ce ne soit systématique que l’un implique l’autre (je ne crois pas) ?

    • Ce qu’on sait depuis deux ans maintenant, mais qu’on a du mal à admettre, comme pour l’aérosolisation, c’est que c’est aléatoire, et ça concerne tous les contaminés. Les formes légères comme graves peuvent passer dans le corps sans laisser de séquelles. Tout comme l’exact opposé. Le truc à retenir, c’est que le virus peut abimer des vaisseaux sanguins partout, et que partout, donc, des organes vont pouvoir dysfonctionner plus ou moins gravement et plus ou moins longtemps. Avec les conséquences diverses qu’on connait. Comme les épidémies de bidules qui touchent le foie des enfants, et qu’on croit que c’est un nouveau virus mais qu’en fait c’est documenté depuis des mois que ce type d’effets secondaires existent suite à un covid, même léger (cf. les informations d’hier à ce sujet largement diffusées sur les canaux généralistes qui ont oublié de vérifier si par hasard, ce n’était pas évident que c’était une suite du covid).

    • Vacciné ou pas ? Il y a des covid longs de personnes vaccinées, oui. Mais pas d’idées claires de probas, je ne suis pas allé voir ce que ça dit récemment. Je retiens qu’il vaut mieux être vacciné, et qu’il vaut mieux ne pas l’avoir du tout. Comme pour l’assurance incendie de ton logement.

    • https://seenthis.net/messages/957599#message957681

      vers minute 7 :

      la vaccination semble réduire les chiffres des covid longs

      et, minute 6 :

      avoir été hospitalisé [cas « grave »] ou pas [cas « léger » voire asympto] ne change pas radicalement le nb de symptômes rapportés

      ceci dit, minute 10 :

      hospitalistrion / cas grave = risque très accru de conséquences à long terme

      et

      les non hospitalisés ont très peu voire pas de différence [nb de pb rapportés] avec le groupe contrôle « saints », sauf pour les myocardites

      et à 10:38 (une question sur la vax)

      la vax comme traitement pour les gens qui ont un covid longs [...] [pour régler un éventuel pb de persistance virale] résultat : un tout petit peu efficace [...] pre-print de septembre 2021