• Le cours du blé bat son record absolu après l’embargo indien sur les exportations
    https://www.lefigaro.fr/conjoncture/le-cours-du-ble-bat-son-record-absolu-sur-le-marche-europeen-en-cloture-202

    Deuxième producteur de blé au monde, l’Inde a annoncé samedi interdire les exportations de cette denrée, sauf autorisation spéciale du gouvernement, face à la baisse de sa production due notamment à des vagues extrêmes de chaleur. New Delhi, qui s’était auparavant engagé à fournir du blé aux pays fragiles autrefois dépendants des exportations d’Ukraine, veut assurer la « sécurité alimentaire » des 1,4 milliard d’habitants de l’Inde. Une décision qui va « aggraver la crise » d’approvisionnement en céréales au niveau mondial, s’est alarmé samedi le G7.

    • Manquerait plus qu’une sécheresse sur l’Europe de l’Ouest, tiens ...

      Quelques clics plus loin : https://www.lefigaro.fr/conjoncture/la-flambee-des-cours-du-ble-profiteaux-cerealiers-francais-20220424

      Sauf aléa majeur concernant la récolte 2022, les marges atteindront cette année des niveaux historiques. Mais pour les agriculteurs qui ont tardé à acheter leurs engrais, l’inflation des charges limitera les bénéfices.

      Alors que les cours du blé, du maïs, du tournesol ou du colza volent de record en record, d’abord dopés par la reprise économique post-Covid puis par l’instabilité liée à la guerre en Ukraine, toutes les filières agricoles ne sont pas affectées de la même manière. Les éleveurs souffrent de cette flambée des prix mondiaux depuis un an, la ration céréalière et protéique de leurs animaux pesant jusqu’à 75 % de leurs coûts de production. Pour leur part, les producteurs de grandes cultures tireront probablement mieux leur épingle du jeu. C’est le cas notamment des producteurs de blé tendre, de colza ou de maïs, dont les cultures actuellement sur pied prennent de la valeur de jour en jour, avant même d’avoir été récoltées. Après une stabilisation au mois de mars, les prix de la tonne de blé tendre à échéance septembre - c’est-à-dire pour les grains de la récolte 2022 - sont ainsi repartis fortement à la hausse en avril. Ils atteignaient vendredi 361 euros la tonne sur le marché européen, soit…

      Chacun-pour-sa-gueule et délit-d’initiés sont dans un bateau ...