François Isabel

Ni dieu, ni maître, nirvana

  • Star de YouTube, Léo Grasset est mis en cause par plusieurs femmes | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/230622/star-de-youtube-leo-grasset-est-mis-en-cause-par-plusieurs-femmes

    À la tête d’une chaîne spécialisée de vulgarisation scientifique, le trentenaire est mis en cause par plusieurs vidéastes. L’une d’entre elles l’accuse de viol. Sept autres affirment avoir subi des violences psychologiques, sexuelles, ou avoir constaté un comportement jugé problématique. Questionné, il n’a pas souhaité répondre.

    Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux

    23 juin 2022 à 11h32
    Mise en garde

    Cet article fait état de récits de violences sexuelles et psychologiques.

    « Je suis tellement en colère, je suis tellement meurtrie. » Ces mots, Lisa* a beaucoup hésité à les prononcer publiquement. À la tête d’une chaîne à succès sur YouTube, la jeune femme a soupesé longuement le fait de dénoncer des violences dans son milieu où la réputation fait et défait les carrières et où le cyberharcèlement peut être particulièrement dévastateur.

    Ces dernières années, elle a traversé un « enfer mental », selon les mots du journal intime qu’elle tient consciencieusement. Il y a deux ans, en mars 2020, elle a pensé tout arrêter. Dans une vidéo destinée à sa chaîne, finalement jamais diffusée, on la voit, en larmes, évoquer un « différend avec un autre vidéaste, pas un différend professionnel, quelque chose d’important [...] ». « J’aurais pas dû laisser les choses se faire [...]. Ça a vraiment changé les choses et après ça, j’étais plus tout à fait pareille », dit-elle encore sur cet enregistrement.

    Lors d’entretiens avec Mediapart, devant ses ami·es, dans des messages et des courriels, Lisa, âgée d’une vingtaine d’années, a affirmé avoir subi des violences sexuelles de la part d’une star de la vulgarisation scientifique sur YouTube, Léo Grasset. Au total, Mediapart a recueilli le récit de huit femmes le mettant en cause, à des degrés très divers, dans des relations intimes ou au travail. Aucune plainte n’a à ce jour été déposée.

    Contacté par Mediapart, ce dernier n’a pas souhaité répondre à nos questions. « Nous ne souhaitons pas répondre aux sollicitations de presse, Monsieur Grasset se tenant à disposition de l’autorité judiciaire dans l’hypothèse où celle-ci était saisie de ces allégations », ont indiqué ses avocat·es par courriel (lire notre Boîte noire).

    À 32 ans, Léo Grasset est une figure de la vulgarisation scientifique sur YouTube : sa chaîne « DirtyBiology », créée en 2014, compte plus de 1,3 million d’abonné·es avec des questions aussi diverses que « Comment créer une couleur ? », « Le cancer est-il un organisme vivant ? » , « Pourquoi le PQ est sous-optimal » ou le plaisir féminin. Il est cocréateur de la chaîne Vortex, lancée en 2019 et coproduite par Arte, et l’auteur de plusieurs ouvrages – une BD chez Delcourt, avec son frère Colas, La Grande Aventure du sexe, ou un essai au Seuil, Le Coup de la girafe. Son dernier ouvrage Le Grand Bordel de l’évolution est sorti en novembre chez Flammarion.
    « Il est érigé en tant que Dieu »

    L’histoire de Lisa commence au milieu des années 2010. À l’époque, la vulgarisation sur YouTube est un petit milieu où les liens se tissent rapidement. Léo Grasset est « charismatique » et « sympa », Lisa, qui a à peine 18 ans, « s’entiche » de lui. Ils se parlent souvent – à distance, sur Skype ou Messenger. Il vit à l’étranger. Ils flirtent. Quand ils auraient couché ensemble à l’été 2015, « il est très gentil », se souvient-elle.

    Leur relation est vite chaotique. Léo Grasset aurait pris ses distances puis renoué. Elle suit. « J’avais énormément d’admiration et de respect pour lui et, dans notre milieu, il est érigé en tant que Dieu », selon Lisa.

    Ils se voient de temps en temps, auraient parfois des relations sexuelles. Puis il disparaît de nouveau, sans qu’elle ne sache où, ni avec qui. Parfois, dans des forums de vidéastes, il se moque d’elle, mais, en privé, revient vers elle. « Le truc qui est devenu excessivement malsain, c’est que j’étais retombée dans l’engrenage de l’admiration, de l’emprise », raconte la jeune femme. Ces sentiments contrastés lui auraient provoqué « une espèce de yoyo mental ».

    Fin juillet 2016, ils doivent se retrouver à Paris. Le soir du rendez-vous, comme en attestent les messages qu’ils échangent ce soir-là, il traîne avec des amis. Elle est dépitée. Finalement, « vers 1 h 30 », le jeune homme la rejoint. Il est fortement alcoolisé, d’après plusieurs témoins.

    Elle est « en colère » et elle ne veut plus faire l’amour, affirme-t-elle lors d’un entretien à Mediapart. « Je lui dis plusieurs fois que je n’ai pas envie. » Après des caresses, elle aurait essayé « de se décaler ». Un geste qui aurait provoqué une « espèce de switch dans son regard ».

    La jeune femme décrit ensuite une scène violente. Léo Grasset l’aurait « maintenue avec ses mains autour de son cou », et l’aurait « pénétrée avec des coups très forts ». « J’ai eu excessivement peur », raconte Lisa, en larmes durant tout le récit qu’elle fait à Mediapart.

    « J’ai voulu crier et il n’y avait aucun son qui sortait de ma bouche », dit-elle encore avant de parler d’un « trou noir » et de s’être sentie en « état de choc ». « J’avais vraiment une espèce de dissonance cognitive maximum où je me disais “c’est la personne que j’aime et il vient de se passer ça” », dit encore Lisa. Il serait ensuite parti au petit matin.

    La vidéaste se serait alors frotté le corps sous la douche avec une éponge abrasive. « J’ai dû me laver en tout une vingtaine de fois d’affilée. » Depuis, Lisa ressent de « la honte » – le mot revient sans cesse. Elle a régulièrement des « crises d’angoisse », sa vie amoureuse et sexuelle en a été perturbée.
    Les confidences auprès des proches

    Sa mère a recueilli ses confidences dès l’été 2016, même si le mot « viol » n’est pas prononcé. « Pour moi, à l’époque, un viol, c’est se faire agresser dans la rue par un inconnu. Mais j’ai réalisé tout de suite la gravité de ce que ma fille a décrit », explique-t-elle, émue, à Mediapart. Elle constate « la descente de [sa] fille ». « Dans les semaines et les mois qui ont suivi, elle avait un dégoût de tout. Elle a pris des médicaments, vu des psys », rapporte-t-elle.

    Deux ami·es proches de Lisa ont aussi confirmé à Mediapart avoir reçu les confidences de la vidéaste. Dès 2016 pour Paul : « C’était avant #MeToo, elle n’a pas mis les mots tout de suite. » Mais il a vu la nette dégradation de son état de santé, des « moments de grosse déprime », une perte de confiance en soi, une « crise de panique » un soir de fête chez elle…

    Une comédienne, proche de Lisa, raconte avoir passé une soirée avec Léo Grasset, au Québec, à l’automne 2017. Le sujet de conversation aurait porté sur le « stalking », cette forme de harcèlement dont les femmes sont les premières victimes. Léo aurait alors accusé Lisa : « J’en connais une bonne, moi, de stalkeuse, ta pote […]. » Il aurait ajouté : « Et moi je lui ai bien défoncé les muqueuses. » Questionné sur ce point, le youtubeur n’a pas répondu.
    L’entreprise de décrédibilisation

    Devant plusieurs personnes que nous avons interrogées, ou dans des groupes de discussion, Léo Grasset tient, dès 2016 et à de nombreuses reprises, des propos dégradants au sujet de Lisa. Il fait le récit d’une relation à sens unique et d’une jeune femme très éprise de lui, « hardcore en love », – quand lui parle de « plan cul » –, et il sape peu à peu sa crédibilité. Il la présente comme une « psychobitch » ou une « mytho » et étend le discrédit à la sphère professionnelle.

    Il exploite alors, avec d’autres, les maladresses qui peuvent émailler le lancement de sa chaîne YouTube. À l’époque, elle est jeune, manque d’expérience et tâtonne – comme beaucoup dans cet univers très récent. « Il y avait des défauts mais j’ai corrigé très vite, je voulais apprendre et je faisais tout pour m’améliorer », explique la vidéaste.

    « Tout », peut-être, mais rien n’y fait. La méfiance est instaurée. Elle est manifeste quand Lisa va commencer à évoquer des violences, même de manière implicite. Quand elle tweete, en février 2019, à la suite des révélations sur la Ligue du LOL, elle n’est pas crue par beaucoup. « Je me méfie parce que je pense qu’elle est capable d’instrumentaliser tout ça à son profit », écrit par exemple un vidéaste, pilier du secteur, sur un groupe d’échanges entre youtubeurs consulté par Mediapart.

    Selon un autre document, un deuxième youtubeur raconte avoir été averti en 2018 par un collègue sur un Discord spécialisé que les méthodes de la vidéaste « n’étaient pas scientifiques » ou que Lisa avait fait des « sales coups à d’autres vidéastes ». La participation de Lisa à plusieurs événements est annulée. À un ami, elle écrit en 2016 : « Je sais pas pourquoi ils m’aiment pas à ce point c’est ouf. »

    « Léo porte une énorme responsabilité dans la décrédibilisation de [Lisa]. Il nous l’a présentée systématiquement comme une mythomane, et il a fini par réussir à la faire passer pour une folle incompétente », se souvient l’un des précurseurs sur YouTube dans la vulgarisation scientifique. Longtemps proche de « DirtyBiology », il a rompu le contact depuis qu’il a recueilli le récit de plusieurs femmes.

    Et s’il a parfois pu être critique du travail de Lisa à ses débuts, il regrette aujourd’hui les propos qu’il a tenus : « Depuis, j’ai compris… C’est fou de mesurer combien Léo a réussi à créer une bulle et à l’évincer. On s’est sentis extrêmement coupables d’être tombés là-dedans. »

    Arnaud Gantier, de la chaîne YouTube « Stupid Economics », se souvient lui aussi qu’en 2016, Léo Grasset « se moque régulièrement de [Lisa] avec un langage ordurier et sexiste ». Sous son impulsion, elle devient, dit-il, un « bouc émissaire d’une partie du groupe ». « Très vite, on lui construit une réputation de meuf qui triche, de meuf malhonnête », rappelle la vidéaste Manon Bril. Or la « réputation » sur YouTube est cruciale.

    Alerté à l’époque, Vincent Manilève, auteur d’un livre de référence, YouTube derrière les écrans. Ses artistes, ses héros, ses escrocs (Lemieux, 2018), en est certain : « Cela a ralenti l’ascension de [Lisa]. Elle était exclue de certains milieux. Elle va un jour atteindre 1 million d’abonnés – cela aurait pu être le cas bien avant, car elle aurait dû avoir bien plus de collaborations. » Sur YouTube, les partenariats entre deux chaînes est un moyen important de gagner de nouveaux abonné·es.
    « Si je porte plainte, ma carrière sera foutue »

    Lisa dit qu’elle a été « détruite ». Même si elle a tenu, et que sa chaîne a prospéré, elle a eu des « pensées excessivement sombres ». Pousser la porte d’un commissariat lui a semblé impensable. « À l’époque, je pense que si je porte plainte, ma carrière va être foutue. Au mieux, je vais être considérée comme la fille qui a été violée. Au pire, tous les autres vidéastes vulgarisateurs vont se liguer contre moi », pense-t-elle.

    Avec Léo Grasset, les échanges se sont poursuivis de manière très ponctuelle sur Facebook. Le 19 janvier 2019, il prend l’initiative de lui écrire pour saluer une « vidéo nickel ». Il ajoute : « Je veux profiter de ce message pour m’excuser. [...] J’ai pas été correct avec toi quand on s’est revus en 2016. [...] Bon c’était une période particulièrement bordélique de ma vie, et ça va mieux maintenant, mais ça n’excuse rien. »

    Il revient sur le plan professionnel : « Je mentionnerai pas les trucs merdiques qui ont suivi, les dramas sur YouTube [...] etc. L’idée est vraiment de faire la paix avec tout ça, et de ne plus garder de rancœur ou de froideur particulière. Une neutralité m’irait déjà pas mal. »

    Lisa répond six jours plus tard. Elle propose d’en parler de vive voix. Le rendez-vous a lieu en avril 2019, dans un café parisien. D’après son récit, Léo Grasset se serait excusé, expliquant, à propos de la nuit de juillet 2016, qu’il était « bourré », et parlant d’une « erreur de jeunesse ». Un récit que la jeune femme a fait à plusieurs proches. Le 19 avril 2019, Léo Grasset écrit : « Cette discussion a fait du bien. » Réponse de Lisa : « Oui c’était une bonne chose ! [...] Si tu veux en reparler au besoin, n’hésite pas. »

    Il n’y aura pas de suite.
    « Le consentement dans le cul [...], c’est un jeu »

    Il faudra attendre le printemps 2020 pour qu’une partie des proches de Léo Grasset change de regard sur Lisa : lors du confinement, des femmes du milieu de la vulgarisation, et leurs amis, se confient. Elles se rendent compte que plusieurs d’entre elles ont eu une mauvaise expérience avec « Dirtybiology », qu’elles ont parfois eu des relations avec lui en même temps. Elles revisitent chacune leur histoire, se sentent manipulées et posent des mots sur ce qu’elles estiment avoir subi.

    Même si leurs récits sont différents, plusieurs femmes interrogées ont cru déceler, dans leur expérience, des passerelles avec le récit de Lisa. Marine Périn, « Marinette » sur YouTube et Twitch, rencontre Léo Grasset en 2018. Durant l’été, lors d’un rapport sexuel choisi, elle lui aurait demandé d’arrêter pour retirer sa coupe menstruelle. En vain. À Romain Monté, le vidéaste de la chaîne « Linguisticae », la journaliste écrit en mai 2020 : « À titre perso, je peux te dire qu’il a beaucoup de mal avec la notion de consentement. Par exemple, crier le mot “arrête” ne l’empêche pas du tout de continuer. »

    Selon Marine Périn, Léo Grasset est, dans son esprit, « dans l’idée de sexe brutal mais consenti ». Dans un message du 30 juillet 2018, il lui écrit : « Le consentement dans le cul, pour la plupart des gens, c’est un jeu. Enfin tu joues à le perdre, ton consentement. »

    Le youtubeur souffrirait aussi de « sexomnie ». Il s’agit d’un trouble rare, qui ressemble à du somnambulisme, avec des gestes, parfois brutaux, de nature sexuelle, parfois sans souvenirs au réveil. À Marine Périn, Léo Grasset écrit le 30 juillet 2018 sur Messenger : « Je baise en dormant, des fois. [...] Quand je suis dans cet état-là, j’suis un peu animal. [...] Quand je suis éveillé, je fais vachement attention à l’autre [...], alors que quand je dors, je m’en baleeeeeeeek. »
    Des messages très nombreux

    Six femmes évoquent auprès de Mediapart ce qu’elles qualifient de « violences psychologiques » ou de comportement « toxique » dans le cadre d’une relation intime – de plusieurs années ou quelques mois, selon les cas, et à des degrés divers. Une thématique encore peu connue et rarement évoquée, notamment en France. Dans leurs récits, il ne s’agit pas seulement d’attitudes qui pourraient être banalement désagréables, mais d’un comportement qui se serait répété à plusieurs reprises et qui aurait eu pour conséquences des dommages physiques et psychiques avec de forts retentissements dans leur vie personnelle et professionnelle.

    D’après ces récits, Léo Grasset, qui n’a pas souhaité répondre, serait coutumier de relations virtuelles très intenses, passant par l’envoi de très nombreux messages sur une courte période. Ce que les Anglo-Saxons appellent le « love bombing », c’est-à-dire le bombardement d’amour, qui peut créer une « dépendance affective très forte », et « submerger d’émotion » celui ou celle qui les reçoit, indiquent les travaux de Gwénola Sueur et Pierre-Guillaume Prigent, spécialistes des violences conjugales.

    « On se voit très peu. Mais on se parle 24 heures sur 24, c’est une relation omniprésente », explique ainsi Marine Périn, qui l’a fréquenté en 2018. Jeanne*, une youtubeuse aux centaines de milliers d’abonné·es, raconte ses échanges la même année : « C’était très pernicieux : il y avait des fois où il ne me répondait pas pendant une semaine et ensuite une dizaine de messages en une heure… C’était toujours à son bon vouloir à lui. J’avais l’impression que j’étais à sa disposition. » La relation ne dure que quelques mois. Jeanne pense avoir été « un peu protégée » par son « statut sur YouTube ».

    « Pendant deux mois et demi, c’était non stop », dit aussi Chloé, 27 ans, comédienne, qui a gardé un mauvais souvenir de sa « relation virtuelle » en 2019. « J’ai eu l’impression d’être un peu un objet qu’il ne considère pas. Ça a été psychologiquement compliqué. » Après une nuit passée avec Chloé, Léo Grasset aurait disparu, selon son récit. « Dans ma situation psychologique fragile de l’époque, je me suis beaucoup dit que c’était de ma faute. »
    Des femmes parlent d’une « emprise »

    Surtout, ces relations très intenses, du moins virtuellement, se doublent, d’après les récits recueillis, de sentiments pour ces femmes de « chauds froids » incessants, où, aux périodes de forte intensité succèdent des moments, parfois longs, durant lesquels leur correspondant « disparaît ». Elles racontent des rendez-vous tant espérés, finalement annulés, des soirées programmées, repoussées. Un vécu qui peut « semer la confusion », avec des « injonctions contradictoires » et le sentiment de vivre des choses « qui ne sont pas rationnelles » – ce qu’on appelle parfois le « gas lighting », selon Gwénola Sueur et Pierre-Guillaume Prigent.

    Plusieurs femmes parlent d’une forme « d’emprise » qui s’instaure. Et qui les laisse parfois en « état de choc ».

    En 2019, Léo Grasset et Émilie*, une jeune femme passionnée par la vidéo, se parlent « pendant des journées, des soirées, tous les jours, tout le temps ». « Il est extrêmement charismatique, très drôle, très gentil, très attentionné. C’est un peu l’homme parfait », résume Émilie. C’est en rencontrant un ami de Léo Grasset qu’elle apprend que l’histoire d’amour qu’elle croit vivre est illusoire. « J’ai été dans un état de choc », affirme-t-elle, en raison de « la situation d’emprise » dans laquelle elle se serait trouvée. Son ami Corentin confirme son « état de choc immense » : « Elle tremblait de partout, elle regardait dans le vide. Son corps ne bougeait presque plus. »

    Jusque-là, seule la façon dont Léo Grasset avait parlé de deux de ses ex devant elles l’avait un peu alarmée. Il les aurait présentées comme « folles » (dont Lisa). À un ami, Léo écrit que, sur YouTube, « toutes les meufs mignonnes ou bonnes même, hop, elles sont niquées de la tête [...] / ou en dépression à cause de moi ».
    Manon Bril, « kidnappée émotionnellement »

    Parmi celles-ci figure une autre vidéaste à succès : Manon Bril. Docteure en histoire, elle anime sa chaîne de vulgarisation sur YouTube, « C’est une autre histoire ».

    Elle rencontre Léo Grasset fin 2015, à l’époque où elle se lance sur YouTube : « J’ai 5 000 abonnés, il en a 300 000. Il est super intéressant, je flashe sur lui. » Leur relation va durer plusieurs années. Laquelle est souvent à distance (il vit la plupart du temps à l’étranger), instable (« des hauts et des bas » constants), implicite (leur couple n’est jamais tout à fait officiel), souvent numérique (des échanges de messages).

    Ils bossent parfois ensemble, il contribue à sa notoriété montante. « Il me donne plein de conseils, il me valorise dans mon travail. Il m’intègre dans une communauté. » Mais dans la vie personnelle, « il m’a mise dans une insécurité émotionnelle énorme », dit Manon.

    Elle perd confiance en elle, elle devient « jalouse ». Elle fait très vite partie du groupe de vidéastes hostiles à Lisa. En le fréquentant simultanément, les deux femmes se sont trouvées « en concurrence » auprès de Léo Grasset pendant quelques mois. Depuis, elles se sont parlé des heures durant, se soutiennent l’une l’autre. Elles pleurent parfois en s’écoutant. Manon, surtout. « On s’est tellement haïes, enfin surtout moi. Dans cette horreur, nous vivons aujourd’hui une vraie expérience de sororité. »

    Fin 2017, Léo Grasset met fin à sa relation avec Manon Bril. « Et c’est parti pour deux ans d’une rupture continue », selon la vidéaste. Elle raconte qu’elle va mal. Sa mère tombe gravement malade. Et lui réapparaît au moment où elle est si vulnérable ; il est présent auprès d’elle mais s’éloigne « à chaque fois que ça devenait un peu trop ». « Il m’a kidnappée émotionnellement », dit-elle.

    La jeune femme s’enfonce. À l’automne 2018, elle est en dépression. Elle consomme des anxiolytiques et des antidépresseurs. Elle prend du poids, elle a des « trous de mémoire », elle pleure « tous les jours », elle fait du psoriasis, se bloque le dos... Elle voit Léo Grasset de temps en temps, puis il disparaît à nouveau.

    En janvier 2018, le youtubeur écrit : « Ça me dévaste de voir l’impact de notre relation sur ta santé. » En mars, elle écrit : « Toute l’année a été comme ça, t’as soufflé le chaud et le froid en permanence. »

    Charles Villa, journaliste à « Brut », se souvient d’une « Manon dévastée » et d’une soirée ensemble où il l’avait raccompagnée chez elle car « elle était terrorisée à l’idée qu’il puisse monter à Paris et l’attendre sur son palier ». « Manon, c’est une boule de joie, de soleil, d’énergie incroyable. Au fur et à mesure des années, j’ai vu la lumière qui s’éteignait », raconte son amie et collègue Lucie. Longtemps, elle a pensé qu’elle assistait à une histoire impossible entre deux êtres pas « prêts l’un pour l’autre ». Aujourd’hui, elle estime qu’il « ne lui a pas juste brisé le cœur, il l’a détruite. »

    Manon Bril finit par couper toute communication avec Léo Grasset en avril 2020. Peu avant, elle a découvert l’infidélité. Peu après, elle a recueilli les paroles de plusieurs femmes, dont Marine Périn et Lisa. « C’est la sidération », dit Manon Bril.
    « Un comportement très collant » à la rupture

    Diane* n’est pas youtubeuse, mais évolue elle aussi dans le monde des sciences. Fin 2017, elle met fin volontairement à la relation à distance dans laquelle elle s’est lancée avec Léo Grasset quelques mois plus tôt. À la rupture, elle décrit « un comportement très collant, à base d’appels, de messages » et parfois de cadeaux, qui devient « anxiogène ». « Il peut être très drôle, il a une belle rhétorique. Mais quand ça va pas, c’est un mec malaisant », affirme-t-elle.

    Le 3 avril 2018, après de nombreux messages, Diane décide d’éclaircir sa position : « Je visualise mal un futur ensemble. [...] du coup, aujourd’hui, je peux pas assurer toute cette communication de pti sms toute la journée, etc. J’aimerais bien qu’on essaye d’arrêter de se parler, au moins histoire de voir ce qu’on ressent. » Les messages ne s’arrêtent pas. Cinq jours plus tard, elle insiste : « Ce que je t’avais dit à propos de tous les messages, ça tient toujours. » Puis : « Je reste sur mon idée de plus se parler pendant un temps. »

    Mi et fin avril de la même année, il lui reproche ses esquives et c’est elle qui aurait un « problème ». Sur Messenger, il écrit : « Si ta réaction à un mec qui essaie de pas perdre le contact cool avec toi [...] c’est d’agir comme si tu n’étais pas capable de te mettre à sa place ou de le repousser encore plus fort, c’est que t’as ptêtre un vrai problème. »

    Il essaie de l’appeler. « C’était souvent ça, je rejetais l’appel sur le téléphone, puis sur Facebook, puis j’avais un message : “Pourquoi tu réponds pas ?” Après je culpabilisais », précise-t-elle, en faisant défiler l’historique de son téléphone.

    Elle se retrouve alors à lui dire « pardon ». Il finit par s’excuser également. Trois semaines après, il prend un Airbnb non loin du village de ses parents, où elle habite. Elle lui écrit pourtant : « J’me sens mal que ça implique que tu descendes ici. »

    Anne-Cécile, son amie d’enfance, prétend que Diane « se sentait épiée ». Viviane Lalande, de la chaîne YouTube « Scilabus », se souvient également de cette période : « [Diane] me disait qu’elle n’en pouvait plus, qu’il ne comprenait pas le “non”. Elle avait cette peur d’être observée. »

    Ce comportement pourrait s’apparenter à du « stalking » (le fait de traquer une personne post-séparation), selon les spécialistes des violences dans le couple Gwénola Sueur et Pierre-Guillaume Prigent – qui ne s’expriment pas sur ce cas précis.
    Au travail : « Espèce de sac à foutre »

    Mediapart a aussi recueilli le récit d’une youtubeuse qui s’est plainte de Léo Grasset dans un cadre strictement professionnel. Archéologue de formation, Clothilde Chamussy anime « Passé sauvage », une chaîne de vulgarisation autour de l’archéologie, de l’anthropologie et de l’histoire, à laquelle 120 000 personnes sont abonnées. Elle rencontre Léo Grasset en 2016, l’année du lancement de sa propre chaîne. Il compte déjà 400 000 abonné·es et « fait beaucoup de choses pour mettre en avant [son] travail ». Mais il instaure aussi, d’après son récit, un climat très sexualisé.

    En février 2017, lors d’un festival, à Nice, alors qu’elle se penche pour ranger ses affaires, il aurait lancé : « Je te toucherais bien les fesses, mais on n’est pas assez amis. » Quelques minutes après, écrit-elle dans un récit transmis à l’Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail (AVFT) en 2021, il lui aurait proposé : « Ça te dirait du sexe d’après-midi ? » En mai 2017, lors d’une soirée à l’Aquarium Ciné-Café à Lyon, « cette nuit je me glisserai entre vous deux, ok ? », aurait-il suggéré à Clothilde Chamussy et à son compagnon. « J’avais trouvé ça extrêmement déplacé », se souvient ce dernier.

    En septembre 2018, Clothilde est embauchée pour travailler sur la web-série Le Vortex dont Léo Grasset est l’un des cofondateurs. D’après elle, Léo Grasset l’aurait insultée à deux reprises, alors qu’ils étaient seuls dans une pièce : « Espèce de sac à foutre », puis « espèce de gros sac à foutre », aurait-il lancé. Il se serait excusé le soir, sur le ton de la rigolade.

    Clothilde Chamussy, qui a appelé plusieurs fois son compagnon, « choquée », se serait tout de suite confiée à Viviane Lalande, de la chaîne YouTube « Scilabus », présente lors du tournage. « Ça a profondément blessé et choqué Clothilde », dit sa collègue. Les deux femmes se souviennent d’un climat « macho ». « Léo avait eu l’idée du Vortex : la hiérarchie, c’était lui en mâle alpha », indique Viviane. Clothilde déplore, elle, l’« ambiance hyper-viriliste ».

    Pierre Kerner, maître de conférences et youtubeur, faisait des relectures sur le Vortex et a aussi été confident de Clothilde : « Viviane et Clothilde m’ont rapporté que l’ambiance était particulièrement sexiste sur le tournage et que Léo avait eu des propos déplacés. »

    Un des producteurs du Vortex, Ronan Letoqueux, plus connu sous le nom de RealMyop sur YouTube, affirme n’avoir aucun souvenir d’insultes sur le tournage. « Je ne dis pas que ça n’a pas existé, mais je ne me souviens pas qu’on m’en ait parlé. » Le youtubeur se remémore en revanche une ambiance sexualisée amenée par Léo Grasset : « Il est un peu lourd, mais toujours sous couvert d’humour. C’est à la fois des jeux de mots intelligemment construits et en même temps c’est désagréable, voire inadmissible. »

    Le producteur, qui accueillait le tournage dans sa maison de Fougères (Ille-et-Vilaine), affirme qu’il y avait un « manque de prévention ». « En 2021, j’ai fait la formation anti-harcèlement du CNC qui n’existait pas à l’époque. Aujourd’hui, on a des protocoles qui existent, des chartes qu’on fait signer en début de tournage. C’est toujours plus difficile quand on n’a pas les règles en tête de fixer les limites. » Ronan Letoqueux précise que c’était « le premier et le dernier » tournage qu’il a fait avec Léo Grasset.

    Au nom d’Arte, Lama Serhan affirme aussi n’avoir jamais été informée « pendant le tournage ». Et si la chaîne a cessé de collaborer avec Léo Grasset c’est, dit-elle, en raison de « son comportement non professionnel (rendu des scripts au-delà du temps imparti, dénigrement d’Arte dans des interviews) ».

    Aujourd’hui, Clothilde hésite à porter plainte. D’après Marilyn Baldeck, la directrice générale de l’AVFT,« des injures sexistes et des propos à connotation sexuelle qui sont répétés » ont eu « des conséquences » – la vidéaste se serait isolée professionnellement pendant quelques mois.

    Le 18 octobre 2019 se déroule le dernier échange de Clothilde Chamussy et Léo Grasset sur Instagram. Il réagit à l’une de ses photos sur laquelle on la voit avec une serviette nouée sur la tête : « From meuf avec un giga décolleté to meuf avec un turban de dingue real quick ». Clothilde répond par un message vocal : « Salut [...] peux-tu s’il te plaît arrêter tes remarques sur mon physique ou tes insinuations sexuelles quand on se voit ? C’est arrivé plusieurs fois. Ça me prend la tête, parfois ça me blesse. »

    Il répond directement par écrit : « oulaaaa ok » puis « j’avoue que c’est la 4eme dimension comme ressenti, y a aucune intention de te sexualiser [...] mais de relever le côté comique du changement de ta situation avec le changement de ta tronche. Déjà j’explique ma blague ce qui est désagréable, mais en plus du jamais vu dans mes relations sociales d’avoir un tabou total sur le physique de mes potes ». Ce à quoi Clothilde répond : « Mais je suis pas certaine qu’on soit potes. Tu me parles comme de la merde trop souvent. »
    Des youtubeurs en soutien

    Au fil des années, plusieurs youtubeurs (qui ont souvent des centaines de milliers d’abonné·es) ont été les confidents de Manon, Émilie, Lisa, Marine ou Clothilde. Certains avaient détecté que des choses n’allaient pas, vu des « signaux d’alerte », d’autres sont tombés des nues. Aujourd’hui, ceux qui ont répondu à Mediapart veulent « soutenir les filles ».

    Arnaud Gantier, de la chaîne « Stupid Economics », contacte l’association AVFT en 2020 pour savoir comment les épauler. Au début, il remarque uniquement « le panel de blagues déplacées de Léo ». Puis il recueille au fil des années les confidences, même partielles, de Manon et de Clothilde.

    Théo, de la chaîne « Balade Mentale » (650 000 abonné·es), a connu Léo Grasset début 2018. Ils ont été « assez proches ». Il voyait bien « qu’il avait plein d’aventures et s’en vantait », mais rien de plus. Mi-2020, Théo coupe progressivement les ponts notamment après avoir reçu les confidences de deux de ses amies (Manon Bril et Émilie).

    Fin 2021, il accepte de revoir Léo Grasset – le petit monde de la vulgarisation sur YouTube est alors informé de certaines accusations pesant sur l’animateur de « DirtyBiology ». « Je l’ai revu parce que j’avais besoin de comprendre, mais il a évité le sujet, il a fait comme s’il n’y avait rien de spécial à dire, j’ai fini par lui demander s’il avait envie de s’expliquer, il m’a dit que tout n’était que rumeurs. » Selon Théo, son interlocuteur se serait même interrogé devant lui : « Franchement, quand je vois comment on me traite aujourd’hui, des fois, j’en viens à me demander si je n’ai pas violé Manon ou [Lisa]. » Théo est resté « estomaqué » par ces propos qu’il a rapportés à plusieurs de nos sources. Léo Grasset n’a pas répondu sur ce point.

    « Choqué » par les confidences de Manon Bril, Romain Monté, de la chaîne « Linguisticae », raconte avoir « confronté » Léo Grasset sur Messenger en avril 2020. « Franchement, Leo wtf aussi ton comportement avec les meufs non ? », écrit Romain. Réponse : « J’ai clairement des torts hein. [...] Y’a un peu de slut-shaming [stigmatisation du comportement sexuel de certaines femmes – ndlr] là dedans effectivement, un peu de vraie merde que j’ai faite ici et là et du story telling. »

    Léo Grasset plaide l’indifférence aux rumeurs : « Bah tu sais les infos comme ça, ça circule comme un feu de paille, 3 maillons de la chaîne plus loin j’aurais harcelé une meuf et 5 j’aurais agressé sexuellement ^^ . »

    Des « rumeurs » dont il aurait eu connaissance dès 2019. Vled et Thomas de la chaîne « La Tronche en biais » ont reçu un mail envoyé par un abonné, le 25 octobre 2019, qui fait état de « rumeurs d’agressions sexuelles », sans « aucune preuve de ça à l’heure actuelle ». L’abonné prévient pour éviter qu’un « scandale entache » toute la communauté de la vulgarisation scientifique. À l’époque, Thomas pense que « cela ne repose sur rien de concret » et transfère le message à Léo Grasset. Aujourd’hui, avec Vled, ils tiennent à « soutenir les filles ».

    Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux