BigGrizzly

Groumpf

  • Incendies : en Californie, « on ne trouve pas d’indice que des feux aussi sévères ont eu lieu dans les mille dernières années »
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2022/07/27/en-californie-on-ne-trouve-pas-d-indice-que-des-feux-aussi-severes-ont-eu-li

    Nathan Stephenson, biologiste et chercheur émérite à l’Institut d’études géologiques des Etats-Unis, explique, dans un entretien au « Monde », que 13 % à 19 % des séquoias géants de Californie, donc du monde, ont été détruits par le feu depuis 2020.

    • La suite :

      Nathan Stephenson, biologiste, chercheur émérite au Centre de recherches écologiques sur l’Ouest américain de l’Institut d’études géologiques des États-Unis, étudie les séquoias géants (Sequoiadendron giganteum) depuis plus de trente ans. Ces arbres millénaires ne poussent que sur le versant occidental de la Sierra Nevada, en Californie, entre 1 500 et 2 100 mètres d’altitude. Ils sont répartis en 75 futaies, dispersées sur 350 kilomètres.

      Depuis 2014, vous étudiez les répercussions de la sécheresse en Californie sur les séquoias géants. Qu’avez-vous constaté ?

      J’avais été alerté par le fait que les séquoias perdaient des feuilles en hauteur pour la première fois. C’était une manière intelligente de réagir au stress : en se débarrassant de certaines feuilles, ils réduisaient leurs besoins en eau et conservaient leurs jeunes feuilles, plus productives. D’ailleurs, dès l’année suivante, ils sont revenus à la normale.

      Mais, au même moment, 33 séquoias sont morts. Nous avons déterminé qu’ils avaient été tués par les bark beetles [scolytes, des insectes coléoptères]. Jusque-là, jamais ces insectes n’avaient réussi à s’attaquer aux séquoias. En soi, perdre 33 arbres n’est pas un phénomène inquiétant. Si l’hiver est extrêmement rigoureux, cela peut arriver. Mais cet exemple nous a montré que, si l’élévation des températures continue, les scolytes vont réussir à tuer nos séquoias.

      Et puis, les feux ont commencé…

      En 2015, un grand incendie a tué au moins une centaine de séquoias. Le record précédent datait de 1987 : quatorze arbres, et ça nous avait paru énorme ! En 2017, deux autres incendies ont abattu 120 arbres, au moins. Ces dernières années, 2020 et 2021, ont vu une hécatombe : en deux étés, nous avons perdu de 13 % à 19 % de tous les séquoias géants de la Sierra Nevada, c’est-à-dire du monde ! Avant, nous avions 75 000 séquoias de plus de 1 mètre de diamètre. Jusqu’à 14 000 d’entre eux ont été détruits. Quand on étudie les anneaux de croissance des arbres, on ne trouve aucun indice que des feux aussi sévères ont eu lieu dans les mille dernières années et probablement avant cela.

      Nous avons aussi noté un autre phénomène : certains des incendies qui ont décimé les séquoias étaient des « feux de couronne » [crown fire, qui se propagent de cime en cime]. Même les feuilles qui se trouvent à 90 mètres de haut ont été atteintes. Le feu a brûlé les cônes. Ceux-ci sont tombés, détruisant la source des graines qui permettent à de nouveaux arbres de pousser. Il est à craindre que la régénération des futaies soit menacée dans certains endroits.

      On croyait les séquoias immortels… Comment expliquer cette vulnérabilité maintenant ?

      Le changement climatique exacerbe la sécheresse, ce qui a un effet indirect sur les incendies. Neuf des onze dernières années ont vu des précipitations inférieures à la moyenne en Californie. Du fait de l’augmentation des températures, des dizaines de millions d’arbres, pour la plupart des pins et des sapins, ont été tués. Vous avez tout ce bois mort sur le sol, et des étés plus chauds et secs, qui rendent ces troncs morts encore plus secs. Quand ils s’enflamment, vous obtenez ce comportement extrême du feu.

      Il y a aussi les pratiques de gestion de la forêt. Dans les lieux les plus visités, comme la Forêt des Géants (Sequoia National Park), des feux contrôlés avaient été organisés. La majorité des arbres ont survécu. En revanche, aucun feu n’avait pu être programmé dans le canyon de Redwood Mountain Grove, dans le Kings Canyon National Park, trop encaissé. Des arbres de plus de 2 000 ans ont été tués. Il ne reste plus qu’un paysage lunaire.

      La pratique des feux contrôlés pourrait être d’un grand secours, voire apporter une solution, à condition d’être intensifiée. Pour l’instant, le problème est tellement vaste que vous devez être stratégique dans le choix des endroits que vous allez protéger : les populations ? Les zones sauvages à haute valeur [touristique] ? Parfois, c’est une question de moyens. Parfois, de réglementations.

      Dans la vallée de San Joaquin [Californie], la qualité de l’air est tellement mauvaise qu’on ne peut brûler qu’avec l’accord du bureau de contrôle de la pollution, et pour une période très courte. Dans les Etats de l’Ouest, le personnel manque. Les équipes de gestion des feux sont constamment appelées en renfort sur tel ou tel incendie dans un autre Etat – le Montana ou l’Oregon. Cela dit, la situation va peut-être s’améliorer. Le Congrès examine actuellement une loi qui attribuerait 10 millions de dollars [9,85 millions d’euros] au Service des forêts des Etats-Unis et aux parcs nationaux pour protéger sérieusement les séquoias.

      #séquoias #Californie #réchauffement_climatique #sécheresse #incendies