BigGrizzly

Groumpf

  • « Les scores se stabilisent donc. Conclusions partielles : Lula au niveau prévu mais Bolsonaro extrêmement haut. L’extrême droite brésilienne fait mieux que résister. Elle peut l’emporter au second tour. » / Twitter
    https://twitter.com/brunomeyerfeld/status/1576725120110178304

    Les scores se stabilisent donc.
    Conclusions partielles :
    Lula au niveau prévu mais Bolsonaro extrêmement haut.
    L’extrême droite brésilienne fait mieux que résister. Elle peut l’emporter au second tour.

    La preuve que le bolsonarisme n’est pas une vague parenthèse mais un mouvement désormais enraciné qui séduit toujours près de la moitié de la population. A peu de chose près Bolsonaro répète son score de 2018.

    Lula a investi toute sa campagne à Rio et são paulo. Il est distancé dans les États, qui sont parmi les plus peuplés de la fédération.

    C’est une énorme claque pour la gauche et le lulisme. D’une manière ou d’une autre une page se tourne se voir. Enorme remise en cause à venir pour le PT

    Pire : les candidats d’extrême droite ont fait de très bons résultat au Congrès et aux gouvernorales. En témoigne la victoire symbolique de Claudio Castro à Rio. Un homme au bilan désastreux et sans doute criminel.

    Le Brésil est à la croisée des chemins. L’"homme politique le plus populaire du monde" est talonné par un paria accusé de crimes contre l’humanité.

    Des temps très sombres s’annoncent.

    Les élections là bas sont comme chez nous. C’est celui qui caresse le bourgeois dans le sens du poil qui l’emporte.

    Tu vois, quand Lula est poursuivi en Justice pour des faits qu’on sait tous faux, on en fait des tonnes dans le monde entier. Quand Bolsonaro est poursuivi pour crime contre l’humanité, on parle de Lula et de ses anciennes casserolles et de la claque que le PT va prendre et qu’il va devoir se remettre en cause.

    Très franchement, je suis tellement pessimiste ces temps, cette fin de semaine, j’en étais à me dire que ça ne serait pas si mal si Bolsonaro l’emportait. On continuerait dans la même direction, à fond dans le mur. Une bonne fois. Toutes les tares du capitalisme débridé les mains libres, sans aucune limite.

    • les Brésiliens, eux, au moins, sont allés voter ; seulement 21% d’abstention, c’est plutôt une bonne nouvelle, non ? Par rapport à nous, j’veudire...

      Bien entendu, personne ne parle du déficit d’abstention à cette élection dans la presse fr. Ils cachent [à peine] leur joie de voir que Lula le rouge « pourrait perdre » au 2nd tour - ce qui, somme toute, est un peu du wishful thinking quand même vu les scores ; on retourne pas 6 millions de Brésiliens comme ça quand même, si ?

      2 millions de votes blancs, 3.5 millions de votes nuls.

      https://seenthis.net/messages/975083

      EDIT : Mediapart commente l’abstention en début d’article / reportage :

      Près de 32 millions de Brésilien·nes (20,9 % de l’électorat) ne se sont pas rendu·es aux urnes, dans un pays où le vote est pourtant obligatoire, faisant grimper l’abstention à son plus haut niveau depuis 1998.

    • un extrait optimiste de la suite du reportage de Mediapart sur le sujet :

      Pour Bolsonaro, un écart difficile à rattraper

      « C’est plus une victoire de Bolsonaro qu’une défaite du PT, qui retrouve ses scores d’avant 2018 à la présidentielle », estime Sergio Praca, professeur à la Fondation Getulio Vargas. Lula reste le favori, mais à l’inverse de 2018, qui avait vu l’extrême droite envahir l’espace politique, il n’y a pas cette année de grand bouleversement idéologique. Déjà bien installé, le bolsonarisme s’ancre pour quatre ans de plus dans le paysage politique brésilien.

      Reste que le bilan est mauvais pour un président sortant, normalement en position de force. Le désavantage de Jair Bolsonaro – de six millions de votes – sera difficile à résorber à moins de 27 jours du deuxième tour. D’autant qu’après avoir notamment distribué de nombreuses aides diverses, le président en exercice semble avoir épuisé ses ressources pour séduire de nouveaux électeurs et électrices.

      et en même temps, y a les législatives en parallèle au Brésil ; et là, c’est Bolso qui gagne, pour l’instant :

      le parti de Jair Bolsonaro (PL) : 99 député·es. Le Parti des travailleurs (PT) et ses alliés devraient de leur côté rester en deçà, mais passent tout de même de 68 à 80 député·es.