Rezo

Le portail des copains

  • Covid-19 : non, notre système immunitaire n’a pas été affaibli par les mesures sanitaires | David Simard, Frédéric Fischer, Lonni Besançon et Michaël Rochoy
    https://theconversation.com/covid-19-non-notre-systeme-immunitaire-na-pas-ete-affaibli-par-les-

    Selon la théorie de la « dette immunitaire », l’ampleur des épidémies survenues fin 2022, telle que celle de bronchiolite, serait la conséquence des mesures anti-Covid-19. Une hypothèse peu plausible. Source : The Conversation

    • La théorie de la dette immunitaire

      Elle a été proposée pour la première fois au printemps 2021 par des pédiatres français dans un article publié dans la revue Infectious Diseases Now. Précisons qu’il s’agissait d’un article d’opinion , et non d’une publication proposant un modèle épidémiologique solide ou des données expérimentales relevant de la microbiologie et de l’immunologie.

      Dans son principe, elle s’inspire de l’hypothèse hygiéniste, formulée initialement à la fin des années 1980 par l’épidémiologiste David P. Strachan. Selon ce chercheur, dont l’hypothèse ne fait toujours pas consensus dans le milieu scientifique, la propension à développer des allergies (atopie) serait liée à la diminution d’infections virales (notamment respiratoires) dans l’enfance, en raison du renforcement des normes sociales d’hygiène.

      🐓🇨🇵

    • L’idée sous-jacente à la théorie de la dette immunitaire, qui est celle d’une discontinuité de l’activité du système immunitaire, fait écho à une représentation de ce dernier qui n’est plus d’actualité .

      La conception d’un système immunitaire qui devrait être « formé » et « renforcé » trouve en effet son origine dans le premier quart du 20e siècle . À cette époque, l’immunologie était réduite à l’opposition anticorps/antigènes (terme désignant un élément reconnu comme étranger par l’organisme), les premiers n’étant supposés actifs qu’à l’occasion de la rencontre des seconds.

      Or, on sait aujourd’hui que les systèmes immunitaires inné et adaptatif sont déjà fonctionnels in utero, sans qu’ils aient préalablement rencontré de pathogènes. Certes, les nouveau-nés développent leur répertoire immunologique après la naissance, mais ils ne sont pas dépourvus de toute défense immunitaire lorsqu’ils viennent au monde.

      #VieuxConsMoisis

    • La recrudescence de formes éventuellement plus fréquemment sévères d’infections virales respiratoires ou bactériennes, voire fongiques, sont à l’étude. Ces recherches s’intéressent notamment à la perturbation du système immunitaire résultant d’une infection par le SARS-CoV-2, qui pourrait affecter le fonctionnement des lymphocytes B impliqués dans la mémoire immunitaire notamment.

      (Surprise !)