oAnth

« offene Ablage : nothing to hide » - acronyme : oAnth || l’origine sur soup.io come base de toutes ses activités centralisées via RSS commencés en Janivier 2009 ; les serveurs de soup.io étaient définitivement débranchés en Juillet 2020

  • Christiane Taubira, (toujours) les mots justes

    https://www.facebook.com/rekacewicz/posts/10158743150551182

    J’ai repris cette partie du dialogue entre Christiane Taubira et le journaliste de France 5, parce que ça vaut la peine de s’en souvenir. D’abord parce que Christiane Taubira en un mot suggère qu’il faut repenser profondément le sens du mot justice quand on l’utilise. Aussi parce quelle explique que laisser le droit aux grands fauves de spéculer sur les denrées alimentaires empêche les gens de manger, au moment même ou l’endive toxique qui nous sert de ministre de l’intérieur vient d’interdire aux migrants de Calais de se nourrir.

    –---------
    Ali Badou, sur France 5, montre à Christiane Taubira une séquence tournée sur l’île de Lesbos en Grèce, dans laquelle une enfant originaire de RDC - et sa maman - expriment leur désespoir de migrantes.

    Ali Badou demande en premier lieu à Christiane Taubira :

    -- « Qu’est-ce que ces images vous inspirent »

    Christiane Taubira visiblement émue fait une première réponse :

    -- « Lorsqu’on parle d’une justice, on parle de ça. Ces personnes sont à la fois des victimes et des combattantes. Ce sont des victimes des désordres du monde, et nous avons notre part [de responsabilité] dans les désordres du monde, notre part dans le fait qu’on puisse spéculer sur les denrées alimentaires : c’est autorisé de faire des "hedge funds" et d spéculer sur le prix du riz, sur le prix du mil, sur le prix du maïs. Donc, lorsqu’on parle d’inégalités, ce sont des choses tangibles. On empêche des gens de manger. Lorsqu’on parle de corruption, ce sont des choses tangibles. On est complice de gens qui pillent des richesses, ou qui permettent le pillage de richesses. Ce sont aussi des battantes, parce que ce sont ds gens qui se lèvent, qui mettent un pied devant l’autre, qui partent sur le monde, qui marchent sur la croûte terrestre. »

    Ali Badou pose alors une deuxième question à Christiane Taubira, "question provocante" avoue-t-il lui même :

    -- « Est-ce que l’hospitalité, ça fait une politique ? » demande-t-il

    Christina Taubira :

    -- « Est-ce que le pillage fonde une politique ? Est-ce que la connivence avec la corruption fonde une politique ? est-ce que l’économie qui dévaste la terre, et qui détruit des régions entières et qui fait que de toutes façons des gens vont mettre un pied devant l’autre pour aller ailleurs fonde une politique ? Les gens ne vont pas se laisser noyer ? Mais l’hospitalité oui ! ça, ça fait une politique. »

  • Si même l’Assemblée le dit...
    http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2020/09/si-meme-l-assemblee-le-dit.html

    L’investigation géopolitique a ceci de passionnant qu’elle permet de tomber parfois, au hasard des recherches, sur de véritables pépites. Certes, le fidèle lecteur de ce blog n’apprendra rien de bien nouveau, mais il verra ses opinions confortées, vérifiées,...

    • J’ai souvenir de discussions en 2013 avec des diplomates français qui me disaient : « on va maintenir une guerre de basse intensité contre le régime de Bachar el-Assad et il finira par tomber ». C’était quand même oublier que la Syrie n’était pas unie, que nous n’étions plus hégémoniques dans le monde, comme c’était le cas après la chute de l’Union soviétique, et que des acteurs comme la Russie allaient évidemment vouloir combler le vide. La géopolitique a horreur du vide.

  • For Math Fans: A Hitchhiker’s Guide to the Number 42 - Scientific American
    https://www.scientificamerican.com/article/for-math-fans-a-hitchhikers-guide-to-the-number-42

    Everyone loves unsolved mysteries. Examples include Amelia Earhart’s disappearance over the Pacific in 1937 and the daring escape of inmates Frank Morris and John and Clarence Anglin from Alcatraz Island in California in 1962. Moreover our interest holds even if the mystery is based on a joke. Take author Douglas Adams’s popular 1979 science-fiction novel The Hitchhiker’s Guide to the Galaxy, the first in a series of five. Toward the end of the book, the supercomputer Deep Thought reveals that the answer to the “Great Question” of “Life, the Universe and Everything” is “forty-two.”

    Deep Thought takes 7.5 million years to calculate the answer to the ultimate question. The characters tasked with getting that answer are disappointed because it is not very useful. Yet, as the computer points out, the question itself was vaguely formulated. To find the correct statement of the query whose answer is 42, the computer will have to build a new version of itself. That, too, will take time. The new version of the computer is Earth. To find out what happens next, you’ll have to read Adams’s books.

    The author’s choice of the number 42 has become a fixture of geek culture. It’s at the origin of a multitude of jokes and winks exchanged between initiates. If, for example, you ask your search engine variations of the question “What is the answer to everything?” it will most likely answer “42.” Try it in French or German. You’ll often get the same answer whether you use Google, Qwant, Wolfram Alpha (which specializes in calculating mathematical problems) or the chat bot Web app Cleverbot.
    Advertisement

    Since the first such school was created in France in 2013 there has been a proliferation of private computer-training institutions in the “42 Network,” whose name is a clear allusion to Adams’s novels. Today the founding company counts more than 15 campuses in its global network. The number 42 also appears in different forms in the film Spider-Man: Into the Spider-Verse. Many other references and allusions to it can be found, for example, in the Wikipedia entry for “42 (number).”

    The number 42 also turns up in a whole string of curious coincidences whose significance is probably not worth the effort to figure out. For example:

    In ancient Egyptian mythology, during the judgment of souls, the dead had to declare before 42 judges that they had not committed any of 42 sins.

    The marathon distance of 42.195 kilometers corresponds to the legend of how far the ancient Greek messenger Pheidippides traveled between Marathon and Athens to announce victory over the Persians in 490 B.C. (The fact that the kilometer had not yet been defined at that time only makes the connection all the more astonishing.)

    Ancient Tibet had 42 rulers. Nyatri Tsenpo, who reigned around 127 B.C., was the first. And Langdarma, who ruled from 836 to 842 A.D. (i.e., the 42nd year of the ninth century), was the last.

    An obvious question, which indeed has been asked, is whether the use of 42 in Adams’s books had any particular meaning for the author. His answer, posted in the online discussion group alt.fan.douglas-adams, was succinct: “It was a joke. It had to be a number, an ordinary, smallish number, and I chose that one. Binary representations, base thirteen, Tibetan monks are all complete nonsense. I sat at my desk, stared into the garden and thought ‘42 will do.’ I typed it out. End of story.”

    #42 #Geek_culture #Mathématiques

  • L’enquêteur, le nazi et son fils
    https://laviedesidees.fr/Philippe-Sands-The-Ratline-Love-Lies-Justice-Nazi.html

    À propos de : Philippe Sands, The Ratline. Love, Lies and Justice on the Trail of a Nazi Fugitive, Londres, Weidenfeld & Nicholson, 2020.. L’avocat Philippe Sands, petit-fils de Juifs persécutés, a enquêté sur le personnage d’Otto von Wächter, Autrichien SS et gouverneur de Cracovie pendant la guerre, avec l’aide du fils de ce dernier.

    #Histoire #Pologne #Shoah #famille #nazisme
    https://laviedesidees.fr/IMG/docx/20200923_ratline.docx
    https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20200923_ratline.pdf

  • https://www.youtube.com/watch?time_continue=181&v=ovbh4accBWg&feature=emb_logo

    Владимир Ойунович Ойдупаа (6 сентября 1949 — 25 сентября 2013) — тувинский музыкант, создатель уникального стиля горлового пения каргыраа, сопровождаемого игрой на баяне. Исследователи сравнивали стиль Ойдупаа с блюзом и подчеркивали сложность такого стиля исполнения, требующего от певца сильного напряжения голосовых связок[2].
    Биография

    Владимир Ойдупаа 33 года провел в исправительных лагерях — Кызыле, Златоусте, Кемеровской области. После выхода из тюрьмы в 2006 году зарабатывал на жизнь музыкой и гравировкой по металлу.

    В 1999 году был выпущен самый известный диск Владимира — «Divine music from the jail» («Божественная музыка из тюрьмы»)[3]. По словам автора, альбом был записан в кабинете начальника колонии. В 2011 году вышел его второй альбом — «Singing With Echoes Through the Universe». Творчество Владимира Ойдупаа было оценено западными слушателями[4].

    В 2007 году Владимир Ойдупаа стал участником проекта Минута Славы на Первом канале.

    Песня у меня была собственного сочинения, на тувинском языке, в девяностых годах ее написал. Если привести на русский, слова такие: «Как хорошо сидеть под вербой, там прохладно и сухо, как хорошо быть среди своего народа, там уютно и отрадно».

    Однако жюри не позволило ему закончить свое выступление. Татьяна Толстая заметила, что песня не показалась ей благозвучной, а сочетание баяна с пением — органичным. По словам Юрия Стоянова, звучание было «диссонирующим и не радующим слух». Позже Владимир сообщил, что целенаправленно пытался «раздражать» жюри, так как в случае победы канал получил бы право транслировать его песни без выплат. Кроме того, музыканту пришлось бы согласовывать собственные выступления с каналом.

    Владимир Ойдупаа скончался в Туве 25 сентября 2013 года.

    О смерти исполнителя высказался глава правительства Тувы Шолбан Кара-оол: «В музыке Владимир Ойдупаа был колоритной фигурой и внес свой вклад в ее развитие. У его творчества есть многочисленные поклонники, его талант оценили ученые музыковеды. Выражаю свои соболезнования всем, кто скорбит по Владимиру. Наверняка его музыкальный талант не пропал даром и у него есть творческие последователи»[5].

    Extrait de https://ru.wikipedia.org/wiki/%D0%9E%D0%B9%D0%B4%D1%83%D0%BF%D0%B0%D0%B0,_%D0%92%D0%BB%D0%B0%D0%B4%D

    A propos du #chant_diphonique appelé parfois « chant de gorge » :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Chant_diphonique

  • Le #totalitarisme par l’espace : les « terres de sang » au croisement de l’hitlérisme et du stalinisme | Revue Esprit

    https://esprit.presse.fr/article/jean-claude-monod/le-totalitarisme-par-l-espace-les-terres-de-sang-au-croisement-de-l-hi

    Le livre de Timothy Snyder, Terres de sang. L’Europe entre Hitler et Staline, est un événement. Il fait l’histoire d’un espace qui s’est trouvé au carrefour de deux totalitarismes. Les régimes nazi et soviétique ont utilisé ces terres de Pologne et d’Ukraine comme grenier, champ de bataille et outil de leur politique impériale. Voilà une invitation à regarder autrement les crimes du xxe siècle.

    –—

    Timothy Snyder : Terres de sang - L’Europe entre Hitler et Staline (Prix du livre d’Histoire de l’Europe 2013) ; Gallimard, 2012 ; 720 pages | Cairn.info
    https://www.cairn.info/revue-defense-nationale-2015-2-page-127.htm

    Au moment où tous les regards se braquent – tout au moins en Europe – sur l’Ukraine et sur l’Europe centrale et alors que l’on se demande où Vladimir Poutine s’arrêtera dans son ambition de reconstituer la Grande Russie et d’y réintégrer les minorités russes de cette région, un livre, un livre hallucinant, terrible, vient nous rappeler une période historique dramatique de ces « terres de sang ». Ce livre est indispensable à tous ceux, et celles, qui veulent comprendre les événements actuels et leurs ressorts profonds.

  • Le modèle Agroindustriel à Almeria | Les paysans et paysannes dans la lutte des classes
    https://blogs.radiocanut.org/luttespaysannes/2020/05/29/le-modele-agroindustriel-a-almeria

    Entretien avec Bernard Roux, agronome, qui présente la naissance et le développement du modèle de production intensive de la province d’Almeria, en Andalousie, basé essentiellement sur l’hyper-technologisation des cultures et l’exploitation d’une main d’œuvre immigrée. Cet entretien a été réalisé initialement dans le cadre des activités de l’asssociation AGTER, pour « l’amélioration de la gouvernance de la terre, de l’eau et des resssources naturelles », que nous remercions. Durée : 59 min. Source : Radio Canut

    https://luttespaysannes.potager.org/lpdlc28mai2020.mp3

  • Pourquoi les Pays-Bas menacent de poursuivre la Syrie en justice
    https://www.justiceinfo.net/fr/divers/45454-pourquoi-pays-bas-menacent-poursuivre-syrie-justice.html

    À la surprise et à la satisfaction de ceux qui militent pour que le régime de Bachar el-Assad rende des comptes, les Pays-Bas, jusqu’ici plus connus pour leur appétence pour le consensus, viennent d’annoncer leur intention de poursuivre la Syrie devant la Cour internationale de justice, pour torture.

    « Le régime Assad a commis des crimes horribles à maintes reprises. Les preuves sont accablantes. Nous devons en tirer les conséquences », a déclaré le ministre des Affaires étrangères néerlandais Stef Blok. Vendredi 18 septembre, il a annoncé que La Haye avait notifié à la Syrie qu’elle la tenait pour responsable en vertu du droit international d’actes de torture, tels que définis par la Convention des Nations unies de 1984. Une telle note diplomatique est la première étape vers le dépôt d’une plainte (...)

    #Divers

  • Appels, messages, notifications… les apps de sevrage numérique se démocratisent avec le télétravail
    https://www.frenchweb.fr/appels-messages-notifications-les-apps-de-sevrage-numerique-se-democratisent-avec-le-teletravail/405205

    Appels, messages, notifications… Les sollicitations numériques étaient déjà omniprésentes, elles ont encore bondi avec la généralisation du télétravail : une aubaine pour les applications mobiles et outils de sevrage numérique qui promettent sérénité et efficacité, une « détox » non sans paradoxe. L’application taïwanaise « Forest » caracole ainsi en tête des ventes des applications payantes sur l’Apple Store, avec plus de 40 millions de téléchargements dans le monde. Elle utilise le principe de « gamification », soit « se servir de mécanismes de jeu pour engager et motiver numériquement les utilisateurs », explique Shaokan Pi, fondateur et PDG, à l’AFP.

    Une graine virtuelle est plantée, jusqu’à devenir un arbre si l’utilisateur résiste à la tentation d’utiliser son téléphone pendant un temps donné. « Forest a vu une augmentation du nombre de téléchargements estimée à 3 millions, attribuable à la crise du Covid », poursuit Shaokan Pi. « Nous avons constaté une augmentation de 120% des téléchargements au premier semestre de cette année par rapport à celui de l’année dernière. Notre chiffre d’affaires a augmenté de 60% ». Même satisfaction chez Google avec l’outil gratuit « Bien-être numérique », qui enregistre « une forte augmentation du nombre d’utilisateurs actifs depuis le début de la crise », assure à l’AFP Rose La Prairie, cheffe de produit chez Google.

    « Focus Keeper », une application coréenne qui se base sur la technique de gestion du temps Pomodoro -des cycles de quatre périodes de travail de 25 minutes et cinq minutes de pause- constate également les effets de la crise sanitaire. Une augmentation des téléchargements et de l’utilisation de 60% selon Sangwon Kim, PDG de Pixo Inc., la société qui développe Focus Keeper. Ces applications reposent généralement sur un modèle économique dit « freemium ». Leurs versions de base sont téléchargeables gratuitement, mais les utilisateurs doivent payer pour plus de fonctionnalités.
    « Monétisation du temps de concentration »

    « On a vu apparaître la monétisation du temps de concentration à partir du moment où s’est installée dans le grand public l’idée que les grands opérateurs numériques volaient du temps d’attention et que ça menait à des formes d’abrutissement par l’écran », soutient Olivier Ertzscheid, enseignant-chercheur en sciences de l’information à l’Université de Nantes. En mai 2016, Tristan Harris, ex-ingénieur chez Google, publiait un article sur Medium intitulé « Comment la technologie pirate l’esprit des gens », démontant les mécanismes de l’économie de l’attention, et ce par quelqu’un qui les a conçus. « Les personnes ont compris que des designers étaient payés pour qu’on soit de plus en plus accro aux écrans avec des stratégies de persuasion issues de la psychologie cognitive », poursuit Olivier Ertzscheid.

    Yves Citton, co-directeur de la revue Multitudes et directeur de l’ouvrage « Pour une écologie de l’attention », évoque le principe de « faillance » ou autrement dit, « ce à quoi nous ne pouvons pas ne pas faire attention », pour expliquer le fonctionnement des notifications et autres alertes numériques. Un peu comme une sirène de pompier, une notification force en quelque sorte à consulter son smartphone. D’autant plus que les alertes numériques sont personnalisées, ce qui les rend encore plus attrayantes.
    L’autocontrôle « pas forcément valorisé » ?

    À propos de ce marché du « bien-être numérique », il met en garde : « Il y a un marché à partir du moment où on se rend compte que notre attention est généralement marchandisée et que nous vivons dans un monde de faillances qui nous épuisent. C’est une marchandisation non pas de l’attention mais de la protection de l’attention. Et ça va absolument de pair ». En parallèle, le télétravail met au défi l’autocontrôle, autrement dit « ce qui nous permet de différer certaines choses pour mieux se concentrer sur une tâche », explique Marie-Hélène Marie, psychologue du développement. « L’autocontrôle n’est pas forcément valorisé dans notre société. Au travail ou à l’école, on nous demande de nous soumettre à un cadre extérieur ».

    Un cadre auquel les applications de concentration se substituent avec une logique de récompense. « Ce qui est paradoxal, c’est qu’en termes de psychologie cognitive, ces applications utilisent exactement les mêmes ressorts de l’addiction que les applications contre lesquelles elles sont supposées lutter », alerte Olivier Ertzscheid : « Elles créent les problèmes qu’elles se proposent de traiter. »

    #Attention #Concentration_attention #Addiction

  • TXL: Die Trauer der Taxifahrer um den Flughafen Tegel - Berliner Morgenpost
    https://www.morgenpost.de/bezirke/reinickendorf/article230228542/Die-Trauer-der-Taxifahrer-um-den-Flughafen-Tegel.html

    Noch eine Information über Taxifahrereinkommen: Eine Fahrt in die City brachte den Fahrern dann mindestens 25 Euro, ein Abstecher weiter raus entsprechend mehr. Vier bis fünf solcher Fahrten am Tag waren nicht unrealistisch. Das reichte allemal, um über die Runden zu kommen.

    Der Mopjournalist behauptet, dass 100 bis 125 Euro Umsatz am Tag reichen würden, um mit seinem Taxi über die Runden zu kommen. Rechnen wir mal nach.

    Von den optimistischen 125 Euro bleiben am Ende 40 bis 50 zum Leben. Der Rest geht für Fahrzeugunterhalt, Steuern und Sozialversicherung drauf. Bei einem Achtstundentag entspricht das fünf bis sechs Euro pro Stunde netto. Da braucht man schon eine sehr billige Wohnung und darf sich nicht den Luxus einer Familie leisten, um „über die Runden zu kommen“. Regelmäßig ein neuer Daimler ist damit erst recht nicht drin.

    TXL war aus der Sicht von umsatzstarken Fahrern seit Jahrzehnten eine Verdienstbremse wo nur geladen wurde, wenn sich die Fahrgäste um die Autos balgten. Eine verspätet nach Mitternacht gelandete Maschine oder Stau in ganz Berlin, so dass es kein anderes Taxi zum Flughafen schaffte, das waren die Ausnahmesituationen, in denen sich TXL anzufahren lohnte.

    Dennoch gibt es heute ein Problem: Wo sollen die ungefähr 600 TXL-Stammfahrer nun hin? Selbst wenn, wie zwischen Berlin und LDS zur Zeit vereinbart 300 Berliner Taxis am BER laden dürfen, bleiben immer noch 300 Wagen und Fahrer, für die keine Stellfläch an den Taxihalten vorhanden ist, und die sich den verbleibenden täglichen Umsatz mit allen anderen 7000 Taxi und 3000 Mietwagen teilen müssen.

    Anders gesagt: Dier Schließung von TXL bedeutet für die Berliner Taxis einen Umsatzverlust von fünf bis zehn Prozentpunkten. Damit wird eine „Gesundung“ des Berliner Taxigewerbes auf absehbare Sicht unmöglich.
    Ist das politisch gewollt?

    22.08.2020 von Dennis Meischen - Sie kennen sich seit Jahren, schätzen Tegel und erinnern sich gern an ihre Erlebnisse. Auf den BER blicken sie mit großer Sorge.

    Raus aus der Maschine, den Koffer vom Gepäckband geholt und dann mit dem Taxi ab in die Innenstadt. Das ging für Passagiere kaum einfacher als vom City-Flughafen Tegel (TXL) aus. Bei gutem Verkehr schaffte man es in nur 15 Minuten zum Kurfürstendamm und in einer halben Stunde an den Alexanderplatz. „Viele Fahrer haben sehr gern am Flughafen gestanden“, sagt Rolf Feja von der Taxi-Innung Berlin wehmütig, „ich habe zum Beispiel einen Kollegen, der hasst es, ins Zentrum zu fahren. Wenn der das Gewusel in Kreuzberg gesehen hat, ist der sofort wieder umgedreht, um in Tegel locker auf Kundschaft zu warten.“

    Und dieses Warten lohnte sich. Zu Spitzenzeiten landeten nämlich täglich bis zu 75.000 Passagiere am TXL. Eine Fahrt in die City brachte den Fahrern dann mindestens 25 Euro, ein Abstecher weiter raus entsprechend mehr. Vier bis fünf solcher Fahrten am Tag waren nicht unrealistisch. Das reichte allemal, um über die Runden zu kommen.

    Kein Wunder also, dass die Taxi-Kutscher Tegel-Wartezeiten von im Schnitt 40 Minuten und länger gern in Kauf nahmen. „Die Kollegen sind auch deswegen sehr traurig und melancholisch, dass der Flughafen schließen muss“, so Feja dazu, „viele von ihnen kennen sich vom jahrelangen gemeinsamen Warten und Stehen. Da sind doch einige Tränen geflossen.“

    So auch bei Petra Gansauge. Seit 2007 fährt die fröhliche Frau schon Taxi – und seit 2007 steht sie eigentlich auch immer vor dem Flughafen Tegel. „Die Stimmung hier war immer schön kollegial“, sagt Gansauge, „und die Zielrichtung der Aufträge klar. Geschäftsmänner und Touristen in die Stadt zu fahren, ist außerdem immer etwas ganz Besonderes. Viele von ihnen sind über jeden noch so kleinen Insider-Tipp total dankbar.“

    Und das, obwohl es die Taxifahrer von Tegel zuletzt gar nicht so leicht hatten. Erst im März etwa hatten rund 600 Fahrer gegen den Plan des Bundesverkehrsministeriums demonstriert, ihren Markt zugunsten von privaten Konkurrenten wie Uber und FreeNow stärker zu öffnen, und dabei die Wege zum Flughafen lahmgelegt. Auch Sammeltaxis wie der Berliner Berlkönig schaden zunehmend dem Geschäft.

    Taxifahrer am Flughafen Tegel: Große Proteste gegen Mietwagen-Konkurrenten
    Die Taxifahrer kritisieren damals wie heute, dass die Mietwagen-Konkurrenten die Rückkehrpflicht umgehen und sich nicht in die Warteschlange am Flughafen einreihen – wo man mitunter je nach Aufkommen stundenlang auf den nächsten Kunden harren müsse. Vielmehr führen sie um das ganze Terminal, um selbstständig Passagiere zu suchen. Ein Problem, dass sich aller Voraussicht nach auch verstärkt am BER fortsetzen wird. In den vergangenen Monaten sorgten die niedrigen Fluggastzahlen in Tegel und die Ansteckungsangst durch das Coronavirus dann für weitere wirtschaftliche Verluste und ziemlichen Frust unter den Berliner Taxifahrern.

    „Das alles führt dazu, dass man etwas wehmütig in die Vergangenheit blickt“, so Feja von der Taxi-Innung, „und sich an die zahlreichen Erlebnisse aus Tegel-Zeiten erinnert.“ Dass man als Taxifahrer viel erlebt, ist eine Binsenweisheit. Sie alle können skurrile Geschichten aus ihren Tagen als Fahrer von Tegel erzählen. So auch Carsten Reichert. „Ich werde nie vergessen, wie ich eine US-Amerikanerin vom Flughafen abgeholt habe, die vehement verlangte, an den Adolf-Hitler-Platz gefahren zu werden“, sagt er mit einem Schmunzeln und einem Kopfschütteln. Die Dame habe ganz offensichtlich nicht gewusst, dass sich die politischen Verhältnisse in Deutschland geändert hatten und sich auch nicht eines Besseren belehren lassen. „Ich bin dann mit ihr zum Berliner Abgeordnetenhaus gefahren und habe mit ihr zusammen die dortige Kantine besucht“, fährt Reichert fort, „um ihr zu zeigen, in was für einem politischen System wir jetzt leben.“ Einige der anwesenden Politiker kannte der Taxifahrer dabei bereits von vorherigen Aufträgen von Tegel aus. „Die Amerikanerin war doch schon etwas verwundert, wie viele der Abgeordneten mich im Vorbeigehen grüßten“, sagt Reichert lachend.

    Auch Petra Gansauge kommt auf Tegel angesprochen gar nicht mehr aus dem Geschichtenerzählen heraus. Von streitenden Großmüttern und Enkelinnen auf der Rückbank, für die man sich den guten Rat im Eifer des Gefechts dann doch lieber verkniffen hat, über Moorforscher mit merkwürdigen Gerätschaften und „Tatort“-Schauspieler bis hin zum geschockten, nach 20 Jahren plötzlich verlassenen Ehemann hat sie schon einiges in Tegel erlebt. Ein Fahrgast ist ihr dabei aber ganz besonders im Gedächtnis geblieben.

    „Der Herr war offensichtlich gut betucht und hatte sich irgendwo eine teure Statue gekauft, die er bei mir in den Kofferraum packte“, beginnt sie, „aber er hatte vier Stunden Aufenthalt bis zu seinem Weiterflug. Ich sollte ihn in dieser Zeit ein bisschen durch Berlin kutschieren und ihm verschiedene Ecke zeigen.“ Als gute Gastgeberin habe sie ihn dann sowohl zu Konnopke’s Imbiss in Prenzlauer Berg als auch zu Curry 36 in Kreuzberg gebracht und ihm selbstverständlich jeweils eine Currywurst ausgegeben. „Curry 36 hat knapp gewonnen“, sagt sie lächelnd. Danach habe sich der Herr mit einem Kaffee revanchiert – und zwar am berühmten Elefantenbrunnen im Hotel Adlon: „Das war wirklich toll! So etwas erlebt man eben nur an Flughäfen.“

    Die Flughafen-Euphorie unter den Taxifahrern dehnt sich derweil nicht wirklich auf den im Oktober startenden BER in Schönefeld aus. Mit Blick auf den neuen Großflughafen spricht Leszek Nadolski von der Berliner Taxi-Innung viel eher von einer „sehr miesen Stimmung“ unter den Fahrern. „Für viele unserer Kollegen war Tegel wie eine zweite Heimat“, so Nadolski. Daher überlege man intern auch schon länger, in einer letzten, großen Protestaktion mit Särgen auf den Autos durch die Stadt zu fahren. „Für uns kommt das Ende des TXL nämlich durchaus einer Beerdigung gleich“, sagt Nadolski.

    Denn der Flughafen-Umzug auf brandenburgischen Boden hat auch eine äußerst politische Dimension, die den Taxiunternehmen der Hauptstadt schwer zu schaffen macht. Zwar würde sich die längere Fahrzeit nach Schönefeld sehr wohl finanziell für die einzelnen Wagen lohnen – voll ausschöpfen können die Berliner Taxifahrer dieses Potenzial jedoch nicht.

    „Stand jetzt dürfen wir Berliner zwar Gäste aus der Stadt an den Flughafen bringen“, erklärt Nadolski, „es ist uns aber nicht erlaubt, Passagiere vom BER einzusammeln und sie beispielsweise zu ihren Hotels in Berlin zu befördern. Das dürfen nur die Brandenburger Kollegen.“ De facto hätten alle Wagen somit mindestens eine Leerfahrt, denn im Umkehrschluss dürften auch die Brandenburger die Reisenden zwar vom BER nach Berlin bringen, dort jedoch keine neuen Fahrgäste aufnehmen. „Ein absurdes ökologisches Desaster“, findet Nadolski, „das unseren ohnehin schwierigen Stadtverkehr weiter belasten wird.“

    Mit sich reden lassen wollen die Taxifahrer des Landkreises Dahme-Spreewald, in dem sich der neue BER befindet, aber nicht. „Sie glauben, dass alles ganz allein bewältigen zu können“, kommentiert Nadolski, „und wollen uns höchstens bei Überlastung um Hilfe bitten. Ansonsten scheint eine Zusammenarbeit aber unerwünscht.“ Er könne natürlich auch verstehen, warum.

    „Über 90 Prozent der Menschen, die am BER landen, werden nach Berlin wollen und nicht nach Brandenburg. Die wittern das große Geschäft.“ Nadolski wisse jedoch nicht, ob die Kapazitäten der Brandenburger Kollegen dafür wirklich ausreichen. „Ich bin der Meinung, dass sie unsere Unterstützung brauchen. Ich sehe ansonsten schon voraus, dass die Leute gar nicht mehr vom BER wegkommen, wenn einmal der Schienenverkehr ausfällt. Und hier in Berlin kämpfen dann ohne TXL und BER 6000 Taxis gegeneinander um Kunden!“ Ein weiterer Grund, warum die Berliner jetzt auf eine politische Entscheidung in dem Streit hoffen.

    Warten auf eine Lösung im Streits um den BER
    Doch ähnlich wie das Warten auf Kunden am TXL braucht man auch für eine solche Entscheidung einen langen Atem. „Wir hoffen schon seit Monaten vergeblich auf das versprochene Signal von Verkehrssenatorin Regine Günther und der Flughafengesellschaft“, sagt Nadolski, „ich habe das Gefühl, man hat uns und unsere Interessen bei der Flughafenplanung damals einfach übergangen oder gleich ganz vergessen.“ Dabei habe man doch auch am Airport Schönefeld zumindest für lange Zeit gemeinsame Lösungen gefunden. Es ginge also, wenn man nur wollte.

    Bis jetzt gebe es aber trotz mehrerer Anfragen seitens der Innung immer noch keine offizielle Stellungnahme. „Wenn hier keine Entscheidung zu unseren Gunsten getroffen wird, sehe ich für viele unserer Taxikollegen schwarz“, so Nadolski, „im Moment wissen wir nämlich nicht so richtig, wie es weitergehen soll, und erwarten hohe wirtschaftliche Verluste.“ Petra Gansauge bestätigt das: „Zum ersten Mal habe ich richtig Angst um meinen Beruf.“ Rund 1000 Taxis hätten ihre Konzession deswegen schon abgeben.

    Nimmt man all diese Probleme zusammen, verwundert es also nicht, dass die Berliner Taxifahrer ziemlich wehmütig auf ihre Zeit am Flughafen Tegel zurückblicken. Und sei es nur wegen skurriler Geschichten um den Adolf-Hitler-Platz oder einen besonderen Dankeskaffee im Adlon.

    #Taxi #Berlin #TXL #Renickendorf

  • Nous soutenons la pétition pour bannir la reconnaissance faciale en Europe
    https://www.laquadrature.net/2020/09/22/nous-soutenons-la-petition-pour-bannir-la-reconnaissance-faciale-en-eu

    Nous republions ici le texte de la pétition rédigée par l’artiste et militant Paolo Cirio et appelant à l’interdiction permanente de la reconnaissance faciale utilisée pour l’identification et le profilage dans toute l’Europe. Le site…

    #Non_classé #Surveillance

  • Les nouvelles zones d’emploi de 2020 | Insee
    https://www.insee.fr/fr/information/4652090

    Les nouvelles zones d’emploi partagent la France en 306 zones. Sept profils se distinguent selon leur principale orientation économique.

    Les grandes agglomérations, scindées en deux classes selon l’intensité de leurs spécialités, sont caractérisées par des emplois typiques des grandes métropoles et par la présence de grands établissements. Certaines zones d’emploi sont spécialisées dans l’agriculture comme Carhaix-Plouguer en Bretagne, l’industrie comme Oyonnax en Auvergne-Rhône-Alpes ou encore le tourisme comme Sainte-Maxime en Provence-Alpes-Côte d’Azur. D’autres sont davantage diversifiées comme Chaumont dans le Grand Est. Enfin, certaines zones d’emploi ont un caractère plus résidentiel : la part d’actifs qui y habitent et y travaillent est plus faible qu’ailleurs ; elles se situent principalement dans le voisinage des grandes agglomérations.

    –—

    L’orientation économique des zones d’emploi : entre spécialisation et diversification des économies locales - Insee Première - 1814
    https://www.insee.fr/fr/statistiques/4653582

    Les nouvelles zones d’emploi partagent la France en 306 zones. Sept profils se distinguent selon leur principale orientation économique. Les grandes agglomérations (scindées en deux profils selon l’intensité de leur spécialité) sont caractérisées par des emplois typiques des grandes métropoles et par la présence de grands établissements. Certaines zones d’emploi sont spécialisées dans l’agriculture comme Carhaix-Plouguer en Bretagne, dans l’industrie comme Oyonnax en Auvergne-Rhône-Alpes ou encore dans le tourisme comme Sainte-Maxime en Provence-Alpes-Côte d’Azur. D’autres sont davantage diversifiées comme Chaumont dans le Grand Est. Enfin, certaines zones d’emploi ont un caractère plus résidentiel : la part d’actifs qui y habitent et y travaillent est plus faible qu’ailleurs ; elles se situent principalement dans le voisinage des grandes agglomérations.

    #france #économie #zones_d_emploi #emploi #travail #activité_économique #cartographie #statistiques

  • L’histoire au pluriel de Reinhard Koselleck
    https://laviedesidees.fr/L-histoire-au-pluriel-de-Reinhard-Koselleck.html

    Souvent réduite à sa dimension théorique, l’œuvre de Reinhart Koselleck a renouvelé le champ historiographique au moyen d’approches variées, où la philologie et l’analyse des images favorisent une meilleure appréhension des crises de la modernité.

    #Philosophie #Histoire #langage
    https://laviedesidees.fr/IMG/docx/20200922_koselleck.docx
    https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20200922_koselleck.pdf

  • #François_Gemenne sur l’#appel_d'air : Ils ne vont pas venir pour une douche à Calais...

    3 minutes pour déconstruire magistralement une #idée_reçue...

    François Gemenne : « Je suis frappé de voir comment toute une série de concepts qui étaient réservées à l’#extrême_droite il y a quelques années encore, c’est le cas de l’appel d’air sont désormais passés dans le langage courant parfaitement acceptés dans le débat public, utilisés tant par la gauche que par la droite, et qu’on va, de surcroit, mener des politiques qui vont s’appuyer sur ces concepts. Et c’est absolument faux !
    L’idée de l’appel d’air c’est de dire que si on accueille des gens dans des conditions décentes, ça va les attirer, ça va faire venir davantage de gens. Or, pourquoi est-ce que ces gens migrent au départ ? Pourquoi est-ce qu’ils vont choisir d’abandonner leurs familles, leurs villages, de prendre tous les risques, de dépenser des milliers d’euro aux passeurs ? Parce qu’ils en ont absolument besoin pour sauver leur vie, pour nourrir leur famille, ou simplement pour accomplir le projet d’une vie meilleure. Ils ne vont pas venir pour une douche à Calais ou pour quelques centaines d’euro d’allocations familiales. Cela n’a aucun sens. Et très souvent ils ne savent pas avant de venir quelles sont les aides auxquelles ils auront droit et d’ailleurs beaucoup n’y prétendent même pas parce qu’ils ne savent pas qu’ils y ont droit. Et donc, vraiment, il y a ici quelque chose de complètement absurde que d’imaginer que les migrants viennent pour les conditions de réception dans le pays. Ce n’est pas ça du tout qui détermine le choix du pays de destination : ça va être la présence de membres de leur famille, d’anciens liens coloniaux, la langue qu’on y parle, l’état du marché du travail, mais pas du tout le niveau des aides disponibles pour les migrants. »

    Journaliste : "Le contre-argument utilisé : Allemagne, 2015, Angela Merkel ouvre les frontières, permet aux migrants de venir parce qu’il y a une crise énorme, et ils viennent. Et là du coup l’Allemagne est débordée...

    François Gemenne : "En réalité c’est un argument qui est assez fallacieux pour deux raisons. D’abord, en fait, parce que ça s’est assez bien passé, au final. Quand on fait le bilan 5 ans après, il est largement positif....

    Journaliste : Avec une poussée de l’extrême droite en Allemagne...

    François Gemenne : « Avec une poussée d’extrême droite en Allemagne, mais enfin soyons sérieux ! On a en France l’extrême droite à 30 ou 35% avec des frontières fermées et une politique complètement hostile aux migrants et aux demandeurs d’asile, en Allemagne ils ont une extrême droite à 10 ou 15% avec une politique bien plus généreuse. Qui sommes nous pour dire ’Ah, regardez en Allemagne, il y a un problème d’extrême droite !’
    Donc, d’une part ça s’est plutôt bien passé. Et d’autre part, les gens croient souvent que c’est la décision de Angela Merkel d’ouvrir les frontières qui a fait venir les réfugiés syriens en Allemagne. En réalité, c’est l’inverse : les réfugiés étaient déjà là et c’est Angela Merkel qui ouvre les frontières quelque part pour accompagner ce mouvement et donc c’est l’arrivée de réfugiés qui la décide à poser un geste humanitaire fort et à ne pas les renvoyer, mais ce n’est pas l’inverse. Au fond, la temporalité des événements... On imagine qu’il y a un lien de cause à effet entre l’ouverture des frontières et l’arrivée des réfugiés, alors qu’en réalité c’est tout l’inverse. »

    https://twitter.com/_alairlibre/status/1308104092745707521
    #frontières #ouverture_des_frontières #asile #migrations #réfugiés #ressources_pédagogiques #vidéo #Merkel #Angela_Merkel #Wir_schaffen_das

    ping @_kg_ @karine4 @isskein @reka

  • #Orthographe, #grammaire : sommes-nous coincés de la #langue ?

    Deux professeurs belges proposent de mettre un terme à l’accord du participe passé conjugué avec l’auxiliaire avoir. Comme à chaque proposition de réforme de l’orthographe en France, les réactions ne se sont pas fait attendre. Pourquoi la #langue_française suscite-t-elle autant de passions ?

    Qu’on se rassure : la Belgique ne fera pas cavalière seule sur la réforme de l’accord du #participe_passé. La Fédération Wallonie-Bruxelles l’a annoncé durant le week-end : rien ne se fera en dehors d’un cadre international. Le participe passé va donc, jusqu’à nouvel ordre, continuer à s’accorder avec le complément d’objet direct quand celui-ci le précède, et à rester invariable lorsqu’il le suit. Si une telle mise à point s’est avérée nécessaire, c’est suite à la publication d’une tribune retentissante dans Libération : celle de deux anciens professeurs de français, belges, pour qui « les gaufres que j’ai mangé » ne devraient prendre ni « e » ni « s » à « mangé » comme c’est le cas avec la règle actuelle. Une nécessaire #simplification selon eux, qui ferait gagner du temps pour d’autres enseignements plus essentiels.

    Comme il fallait s’y attendre, cette proposition a provoqué quelques grincements de dents : phénomène récurrent, en France, dès que les règles de l’orthographe ou de la grammaire sont remises en cause. « Au point » écrit le linguiste Philippe Blanchet « qu’il est devenu presque sacrilège de ne pas les respecter…et même tout simplement d’en parler de façon distanciée ».

    https://www.franceculture.fr/emissions/du-grain-a-moudre/orthographe-grammaire-sommes-nous-coinces-de-la-langue

    #Arnaud_Hoedt #Jérôme_Piron #français
    –—

    Les deux professeurs belges, à voir dans cette conférence TEDx :
    https://seenthis.net/messages/794457

  • ’They should have let us die in the water’: desperate Lebanese migrants sent back by Cyprus

    For years, small boats have left northern Lebanon’s coast, packed with desperate migrants hoping to reach European shores. Until recently, they carried mostly Syrian and Palestinian refugees. But with Lebanon in freefall, its citizens have begun joining their ranks in larger numbers.

    Mohammad Ghandour never thought he’d be one of them. But he said Lebanon’s economic crisis, which has crashed the Lebanese pound and left him unable to feed his seven children, gave him no choice.

    “In Lebanon, we are being killed by poverty,” Ghandour told Reuters this week, from his mother’s cramped three-room apartment where he was staying with 12 other family members. He was back in Tripoli, one of Lebanon’s poorest cities, after being sent back by Cyprus.

    “This is worse than war … My children will either die on the streets or become criminals to survive.

    Ghandour, 37, is one of dozens of Lebanese who’ve attempted the journey since late August, when rights groups say a rise in the number of boats leaving Lebanon began. Exact figures are hard to come by, but the United Nations Refugee Agency (UNHCR) has tracked 21 boats leaving Lebanon between July and Sept. 14. The previous year, there were 17 in total.

    The increase has worried Cypriot authorities, especially given the global pandemic. The island is the closest European Union member state to the Middle East and has seen a gradual rise in arrivals of undocumented migrants and refugees in the past two years, as other routes have become more difficult to cross.

    After 28 hours lost at sea, Ghandour said his boat, carrying his wife, children and other relatives, arrived on a beach near the seaside resort of Larnaca. He said his family was detained in a camp for several days, tested for Covid-19 and prevented from lodging a formal claim for asylum before being sent back to Lebanon.

    “I didn’t think they would send us back,” he said. “They should have just let us die in the water. It’s better than coming back here.”

    Cypriot authorities said about 230 Lebanese and Syrians were sent back to Lebanon by sea in early September. They had arrived in Cyprus on five boats during the previous weeks.

    “Following our government’s orders and after consultations between the two governments (Cyprus and Lebanon) we safely returned them on September 6, 7 and 8,” Stelios Papatheodorou, chief of the Cypriot police, told Reuters.

    He denied accusations that authorities had mistreated them and pushed back their boats.

    “We provided them with food and water and covered all their needs at our own expense,” Papatheodorou said.

    Lebanon’s General Security and Foreign Ministry did not respond to written requests for comment.

    ‘TREATED LIKE DOGS’

    Out of work for three years, Ghandour decided last month to pack up for good and try his luck in Cyprus. He left his apartment, sold his furniture, and had his older sons sell scrap metal to help buy a small boat and supplies for the perilous journey.

    Ghandour was one of four migrants interviewed by Reuters, who said they were swiftly sent back to Lebanon. According to UNHCR, the island has pushed back at least five boats, which carried Lebanese, Syrians, Palestinians and others.

    “You can’t just summarily send people back without considering their claims fully and fairly,” said Bill Frelick, the director of the refugee and migrant rights division at HRW, who has been monitoring the returns.

    Although Lebanon is not at war and economic hardship is not recognised as grounds for asylum, the multiple crises Lebanon is facing mean some of its nationals and residents could face serious threats, while others could qualify for refugee status on fear-of-persecution grounds, Frelick added.

    In interviews with Reuters, migrants said they told Cypriot authorities they feared violence and instability in Lebanon and did not want to return.

    In August a port blast killed nearly 200.

    Migrants also said they encountered aggressive tactics as they neared Cyprus. Chamseddine Kerdi said his boat, packed with 52 people, was encircled several times and ultimately damaged before being towed to shore by authorities.

    “My daughter begged me not to let them kill us,” Kerdi said.

    Ghandour was not expecting a hostile reception in Cyprus. He had previously tried looking for work in Germany, at the height of the migrant flows to Europe in 2015 and 2016, and said he was greeted with kindness. “This time, they treated us like dogs.”

    Despite this, both Ghandour and Kerdi are adamant they’ll set sail again soon.

    For others, however, their first journey would be their last.

    Mezhar Abdelhamid Mohammad’s son-in-law and nephew left Lebanon 11 days ago in a boat packed with about 50 men, women and children. Adrift for seven days, the boat was eventually rescued by UN peacekeepers off the coast of Lebanon, with only 36 people alive. But the two men weren’t on it.

    A survivor who returned to Lebanon told Mohammad that he had jumped in the water with Mohammad’s relatives to try and find help. They have not been found.

    https://www.reuters.com/article/us-lebanon-crisis-migrants-cyprus/they-should-have-let-us-die-in-the-water-desperate-lebanese-migrants-sent-b

    #Chypre #push-backs #refoulement #refoulements #asile #migrations #réfugiés #réfugiés_libanais #migrants_libanais #Liban

  • Le Liban, nouvelle terre de départ pour les migrants

    Depuis octobre dernier, le Liban est confronté à la pire crise économique et financière de son histoire. La situation s’est considérablement aggravée depuis la double explosion au port de Beyrouth, le 4 août, qui a fait 192 morts, plus de 6 500 blessés, et détruit une partie de la capitale. Face à la situation, de plus en plus de Libanais se tournent vers l’immigration.

    Un phénomène nouveau est aujourd’hui enregistré au Liban : la multiplication des tentatives de traversée de la mer vers l’île de Chypre, située à 160 kilomètres des côtes libanaises. Depuis début septembre, au moins cinq bateaux transportant quelque 200 migrants souhaitant se rendre à Chypre ont été repérés. L’une des embarcations a été interceptée par une patrouille de la marine libanaise qui l’a reconduit avec ses occupants vers la région de Tripoli, dans le nord du pays, d’où elle était partie. Une autre a été secourue par des bâtiments de la force navale de la Finul qui croise aux larges des côtes libanaises conformément à un mandat des Nations unies. Une personne à bord était déjà décédée. Un troisième bateau a été refoulé par les garde-côtes chypriotes D’autres ont réussi à accoster sur l’île, qui fait partie de l’Union européenne. Cette fréquence dans les tentatives de traversée vers Chypre est inédite.

    Des migrants libanais pour la plupart

    La majorité de ces migrants sont des Libanais qui ont perdu tout espoir de voir des jours meilleurs dans leur pays, frappé par des crises multiples et des drames en série. Mais il y a aussi des Syriens et des Palestiniens. Il y a au Liban plusieurs millions de migrants potentiels. Le pays du cèdre accueille sur son sol un million et demi de Syriens, dont un million de réfugiés, et 300 000 réfugiés palestiniens, qui vivent dans des conditions difficiles, aggravées par les crises actuelles. Il faut y ajouter des centaines de milliers de Libanais qui ne rêvent plus que de partir. Ceux qui en ont les moyens sont déjà partis ou s’apprêtent à le faire par des moyens légaux. Les plus démunis, on l’a vu, n’hésitent pas à emprunter des voies illégales.

    Une augmentation exponentielle des tentatives de traversée

    Une délégation chypriote est attendue à Beyrouth dans les jours qui viennent pour tenter de « gérer le phénomène de manière efficace », selon les propos du ministre chypriote de l’Intérieur. Les deux pays ont un accord de « renvoi » des migrants pour décourager les tentatives de traversée.

    Mais cela sera sans doute insuffisant pour enrayer ce phénomène. Des sources sécuritaires et humanitaires à Beyrouth s’attendent à une augmentation exponentielle des tentatives de traversée dans les mois à venir si la situation continue de se dégrader sur tous les plans au Liban.

    https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20200917-le-liban-nouvelle-terre-d%C3%A9part-les-migrants
    #Liban #asile #migrations #réfugiés #réfugiés_libanais #migrants_libanais

    –—

    voir aussi :
    ’They should have let us die in the water’ : desperate Lebanese migrants sent back by Cyprus
    https://seenthis.net/messages/877410

  • La banquise arctique a atteint sa deuxième superficie la plus basse jamais enregistrée

    https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/09/21/la-banquise-arctique-a-atteint-sa-deuxieme-superficie-la-plus-basse-jamais-e

    C’est une nouvelle preuve que l’Arctique, sentinelle du réchauffement climatique, se dérègle toujours plus rapidement. La banquise polaire de l’hémisphère Nord a atteint sa deuxième superficie la plus basse jamais enregistrée : 3,74 millions de kilomètres carrés le 15 septembre, juste derrière le record de 2012, qui pointait à 3,4 millions de kilomètres carrés, selon le Centre national américain de données sur la neige et la glace (NSIDC). C’est seulement la deuxième fois, depuis le début des relevés satellitaires en 1979, que l’étendue de la banquise arctique plonge sous la barre des 4 millions de kilomètres carrés. Soit très loin de la moyenne de 6,3 millions de kilomètres carrés de surface de mer gelée, mesurée à la mi-septembre, entre 1981 et 2010.

    « Ce fut une folle année dans le Grand Nord, avec une banquise qui a presque atteint son étendue la plus faible jamais enregistrée, des vagues de chaleur frôlant les 40 °C en Sibérie et des feux de forêt massifs, déclare dans un communiqué Mark Serreze, directeur du NSIDC. Nous nous dirigeons vers un océan arctique saisonnièrement libre de glace, et cette année est un autre clou dans le cercueil. »

    La fonte de la glace de mer a été particulièrement marquée la première semaine de septembre – avec une perte de 80 000 km2 par jour, un record –, en raison d’un air chaud provenant du centre-nord de la Sibérie, où les températures étaient de 6 °C supérieures à la moyenne. Le retrait est très important dans les mers de Barents, de Kara et de Laptev, au nord de la Scandinavie et de la Russie.

    #arctique #climat

  • Comment être une agricultrice en 2020 ?

    Entre mai et août 2020 j’ai lancé sur le compte Twitter d’AgriGenre une série de sondages afin de comparer (i) les résultats que pouvaient m’offrir ces type de sondages – tout en ayant conscience des limites de cet outil – (ii) aux tendances de certaines problématiques de genre que je rencontrais sur le terrain dans les mondes agricoles.

    La population qui a voté aux sondages d’AgriGenre sur Twitter peut être classée en :

    Population agricole : sur Twitter les agriculteurs sont surreprésentés par rapport aux agricultrices. On a tendance à les retrouver plus fréquemment comme producteurs de tweets, de commentaires, de votes.
    Population non agricole : composée de citoyen.ne.s, de militant.e.s, d’universitaires, de chercheur.euse.s, etc. Les réponses à certaines questions ont plutôt un caractère général et distancié. Il n’y a pas forcément de connaissance directe ni d’expérience concrète avec les mondes agricoles.

    Les sondages de Twitter ne permettant pas de distinguer les différentes populations (agricole, non agricole) ni le genre des votants, j’ai souhaité comparer les précédents résultats, (i) votes des sondages Twitter et (ii) tendances de terrain, aux (iii) votes d’une troisième population composée uniquement d’agriculteurs et d’agricultrices, avec un large spectre géographique.

    A l’aide de contacts dans le monde agricole, une population de cent cinquante agricultrices et agriculteurs a accepté de répondre à l’ensemble des questions posées préalablement sur le compte Twitter d’AgriGenre. Afin de ne pas influencer les votes, aucun lien n’a été indiqué entre ce nouveau sondage et les précédents.

    Composition de l’échantillon :

    Effectif : 150
    Population : chef.fe.s d’exploitation agricole et coexploitant.e.s
    Proportion : 53,3 % de femmes et 46,7 % d’hommes
    Âge : entre 30 ans et 65 ans
    Zone géographique : France métropolitaine
    Types de production : maraîchage, arboriculture, grande culture, viticulture, élevage, apiculture
    Syndiqué.e.s : Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles, Jeunes Agriculteurs, Mouvement de Défense des Exploitants Familiaux, Coordination Rurale, Confédération Paysanne
    Non syndiqué.e.s

    J’ai pu croiser (i) les résultats des sondages hybrides de Twitter avec (ii) les résultats que je recueillais directement sur le terrain et (iii) les résultats du sondage spécifique des agricultrices et agriculteurs de France métropolitaine.

    I. L’agriculteur n’est pas l’agricultrice

    A la question :
    « Quand vous entendez ou lisez le mot agriculteur, vous pensez à :
    – Un homme
    – Un homme ou une femme
    – Un homme et une femme
    – Une femme »

    Le sondage issu de Twitter (AgriGenre, août 2020, 580 votes) indique que l’on pense d’abord à un homme à 75,7 %, à un homme ou une femme à 18,6 %, à un homme et une femme à 5,3 %, à une femme à 0,3 %

    Le mot agriculteur désignerait :

    dans une version exclusiviste, un homme à 75,7 %, une femme à 0,3 %
    dans une version relativiste, quelquefois un homme ou une femme à 18,6 %
    dans une version universaliste, indistinctement un homme et une femme à 5,3 %

    Le sondage issu du milieu agricole indique que l’on pense d’abord à un homme à 56,7 %, à un homme ou une femme à 37,2 %, à un homme et une femme à 10,7 % et à une femme à 0 %

    Le mot agriculteur désignerait :

    dans une version exclusiviste, un homme à 56,7 %, une femme à 0 %
    dans une version relativiste, quelquefois un homme ou une femme à 37,2 %
    dans une version universaliste, indistinctement un homme et une femme à 10,7 %

    Les deux sondages font ressortir un accord d’ensemble.

    Ces deux sondages font également ressortir que :

    Le mot « agriculteur » représente strictement un homme entre 56,7 % et 75,7 % et il représente strictement une femme entre 0 % et 0,3 %.
    Le mot « agriculteur » intègre le fait d’être parfois une femme entre 18,6 % et 37,2 % .
    Le mot « agriculteur » intègre le fait d’être une femme entre 5,3 % à 10,7 %

    Le mot « agriculteur » ne représente :

    Ni « un homme et/ou une femme » (entre 5,3 % et 37,2 %)
    Ni une « femme » (entre 0 % et 0,3 %)

    Mais il représente bien un « homme » (entre 56,7 % et 75,7 %).

    La femme agricultrice reste majoritairement invisible quand il est question du mot « agriculteur » à l’oral ou à l’écrit.

    Parmi les femmes agricultrices :

    63,75 % pensent à un homme quand elles lisent ou entendent le mot « agriculteur »
    25 % pensent à un homme ou une femme
    11, 25 % pensent à un homme et une femme
    0% pensent à une femme

    Parmi les hommes agriculteurs :

    48,57 % pensent à un homme quand ils lisent ou entendent le mot « agriculteur »
    41,43 % pensent à un homme ou une femme
    10 % pensent à un homme et une femme
    0 % pensent à une femme

    Le mot « agriculteur » représente majoritairement un homme à la fois pour les femmes agricultrices et les hommes agriculteurs (entre 48,57 % et 63,75 %) qui s’entendent sur le fait que ce mot ne représente pas une femme (0 %), quelquefois un homme ou une femme (entre 25% et 41,43 %), et très peu un homme et une femme (entre 10 % et 11,25 %).

    Il reste pour la femme agricultrice l’usage du mot « agricultrice », rentrée dans le dictionnaire Larousse en 1961.

    Pour une agricultrice, la distinction entre agriculteur et agricultrice est bien marquée : « Agriculteur : nom masculin, personne qui cultive la terre. Agricultrice : nom féminin, personne qui s’occupe des enfants, de la maison, des courses, des repas, de la traite, des veaux, de la comptabilité et l’administratif de l exploitation. N’en jetez plus ! » (Josianne).

    Une autre agricultrice s’empara également de son expérience pour résumer la chose de la manière suivante : « Dans l’esprit des gens, le mot agriculteur définit bien un homme. Dans le mien, j’ai la même côte, les mêmes bottes et les mêmes charges à payer, il ne me définit pas et le mot agricultrice n’est pas utilisé suffisamment et à sa juste valeur » (Laurence).

    Ce qui est vaut pour les mots « agriculteur » et « agricultrice » vaut aussi pour les mots « paysan » et « paysanne ».

    Dans un autre sondage issu de Twitter (AgriGenre, juin 2020 (A), 1 417 votes) portant sur la question « Faites-vous une différence entre agriculteur/agricultrice et paysan/paysanne ? » , 63,5 % ne font pas de différence contre 36,5 %.

    Le retour du sondage issu des agricultrices et agriculteur va dans le même sens, 58,7 % ne font pas de différence contre 41,3 %.

    Les deux sondages font ressortir un accord d’ensemble (entre 58,7 % et 63,5 %).

    Parmi les femmes agricultrices :

    52,5 % ne font pas de différence contre 47,5 %

    Parmi les hommes agriculteurs :

    65,7 % ne font pas de différence contre 34,3 %

    Parmi les multiples témoignages, un type d’argument tend à revenir fréquemment : « Paysan ou agriculteur, qu’importe, Mais surtout pas « exploitant agricole ». Je considère que je n’exploite rien ni personne » (Gilles).

    Plus critique, une femme agricultrice explique que « Certains veulent avoir à faire à des paysans ( du genre authentiques) alors que ce mot a été et l’est encore péjoratif . Paysan c’est une condition dont celle de femmes pour qui c’est pas jojo , alors que agriculteur, agricultrice c’est un métier avec des connaissances technique » (Clémentine).

    Pour une autre femme agricultrice, « Le nom agricultrice a été donnée plus récemment avec la technicité et la modernisation de l’agriculture. Pour moi, paysanne contient le mot pays. Selon le contexte, les deux sont à employer et ont la même valeur à mes yeux » (Laurence).

    Si ne pas nommer c’est ne pas faire exister, alors le mot « agriculteur » ne représente pas la femme, mais seul le mot « agricultrice », écrit ou parlé, représente bien une femme agricultrice, comme le mot « paysanne », écrit ou parlé, représente la femme paysanne.

    II. Le difficile remplacement de l’agricultrice par l’agriculteur

    En 1982, l’agricultrice Anne-Marie Crolais publiait un ouvrage témoignage où l’on pouvait lire qu’ « en agriculture, il est souvent plus facile de remplacer l’homme car pour remplacer l’agricultrice il faut à la fois travailler sur l’exploitation et remplir le rôle de femme d’intérieur et de mère de famille ». Le sondage demandait si le constat de 1982 était encore d’actualité en 2020 ?

    Les résultats du sondage Twitter (AgriGenre, juillet 2020 (B), 164 votes) indiquent que les votants sont d’accord à 82,3 % (Tout à fait d’accord : 56,7% ; Plutôt d’accord : 25,6%) et pas d’accord à 17,7% (Pas vraiment d’accord : 12,8% ; Pas du tout d’accord : 4,9 %).

    Les résultats du sondage issu du monde agricole indiquent être à d’accord à 54 % (Tout à fait d’accord : 19,3 % ; Plutôt d’accord : 34,7%) contre à 46 % (Pas vraiment d’accord : 30 % ; Pas du tout d’accord : 16 %).

    Les deux sondages font ressortir un accord d’ensemble (entre 54 % et 82,3 %).

    Parmi les femmes agricultrices :

    28,75 % sont tout à fait d’accord, 38,75 % sont plutôt d’accord, 26,25 % ne sont pas vraiment d’accord et 6,25 % ne sont pas du tout d’accord.

    Parmi les hommes agriculteurs :

    8,57 % sont tout à fait d’accord, 30% sont plutôt d’accord, 34,29 % ne sont pas vraiment d’accord et 27,14 % ne sont pas du tout d’accord.

    L’opposition entre les femmes agricultrices et les hommes agriculteurs est marquée :
    67,5 % d’accord pour les agricultrices vs 61,43 % pas d’accord pour les agriculteurs.

    J’ai pu constater sur le terrain que ce sujet restait sensible. Il pouvait être balayé d’un revers de manche, principalement par des agriculteurs, comme susciter un certain malaise chez des agricultrices. Sur ce point une agricultrice m’exprima le fait qu’elle se voyait dans l’exploitation familiale un peu comme « un couteau Suisse » (Marie).

    Les questions liées à la place des femmes dans les exploitations agricoles, à leur pleine reconnaissance et considération, comme les questions portant sur la répartition sexuée des tâches restent toujours d’actualité, trente-huit après le témoignage d’Anne-Marie Crolais.

    III. Des syndicats agricoles en peine avec les agricultrices

    A la question : « Pensez-vous que les questions liées au partage des tâches domestiques, à la pénibilité au travail, aux inégalités de salaire… qui touchent les agricultrices sont suffisamment prises en compte par l’ensemble des syndicats agricoles ? », les résultats sortis de Twitter (AgriGenre, juillet 2020 (A), 63 votes) étaient sans appel : négatif pour 85,8 % des votants (Pas vraiment d’accord : 42,9% ; Pas du tout d’accord : 42,9%) contre 14,3% (Tout à fait d’accord : 9,5% ; Plutôt d’accord : 4,8%).

    Le sondage issu du monde agricole donne un résultat proche : négatif pour 75,7 % des votants (Pas vraiment d’accord : 45,3 % ; Pas du tout d’accord : 30,4%) contre 24,3 % (Tout à fait d’accord : 3, 4 % ; Plutôt d’accord : 20,9 %).

    Les deux sondages font ressortir un accord d’ensemble (entre 75,7 % et 85,8 %).

    Parmi les femmes agricultrices :

    1,25 % sont tout à fait d’accord, 12,5 % sont plutôt d’accord, 48,75 % ne sont pas vraiment d’accord et 37,5 % ne sont pas du tout d’accord

    Parmi les hommes agriculteurs :

    5,71 % sont tout à fait d’accord, 30 % sont plutôt d’accord, 42,86 % ne sont pas vraiment d’accord et 21,43 % ne sont pas du tout d’accord

    Les femmes agricultrices considèrent à 86,25 % que les questions liées au partage des tâches domestiques, à la pénibilité au travail, aux inégalités de salaire… qui touchent les agricultrices ne sont pas suffisamment prisent en compte par les syndicats agricoles. Les hommes agriculteurs les rejoignent à 64,29 %.

    Ces résultats marquent un échec de l’action des syndicats agricoles, toutes tendances confondues, face aux conditions des agricultrices. Ces résultats concentrent toute une série de problèmes, comme ceux évoqués ci-dessus : l’invisibilisation des agricultrices facilite la moindre attention des problèmes que subissent spécifiquement des agricultrices au sein des exploitations agricoles.

    Cette situation n’a pas laissé indifférent des agricultrices : « Malheureusement ce n’est pas un sujet qui est majeur à leurs yeux. Pourtant ce sont des questions primordiales pour la vie des agricultrices » (Laurence), « Effectivement c’est un sujet qu’aucun syndicat ne traite à part entière, c’est vraiment navrant » (Clémence).

    J’ai souligné dans un précédent article le côté masculin marqué des mondes agricoles, tant au niveau syndical que ministériel :

    Au niveau syndical, entre 1946 et 2020, sur cinquante deux représentants nationaux, cinquante ont été des hommes et seulement deux des femmes (50 vs 2).
    Au niveau ministériel, entre 1836 et 2020, sur un effectif de cent quarante cinq ministres ou secrétaires d’État à l’agriculture, cent quarante trois ont été des hommes et seulement deux des femmes (143 vs 2).

    Une agricultrice me rapportait qu’elle regrettait qu’en 2020 les agricultrices soient encore considérées comme « une sorte de caution morale que l’on sort de temps en temps du placard pour se donner une bonne conscience dans une profession majoritairement masculine où les hommes monopolisent toujours les postes de représentation et de responsabilité » (Nathalie).

    Si ne pas nommer c’est ne pas faire exister, ne pas être représenté.e c’est aussi ne pas faire exister.

    IV. Des espaces non-mixtes en question

    La question posée sur Twitter était la suivante : « Depuis de nombreuses années des agricultrices se réunissent en groupes et espaces non-mixtes. Comprenez-vous que ce choix persiste de nos jours ? ».

    Les votants de Twitter (AgriGenre, juin 2020 (B), 796 votes) ont répondu à 83,5% oui et 16,5% non.

    Or sur le terrain les positions que je rencontrai – sans distinction de genre , d’âge ou de position politique/syndicale – n’étaient pas aussi tranchées (pratiquement autant d’avis positifs que négatifs). Je n’ai pas observé un raz-de-marée aussi flagrant d’avis positifs (sauf à penser que mes échantillons et mes terrains étaient systématiquement biaisés).

    Les votants du sondage issu du monde agricole ont répondu à 61,5 % oui et 38,5 % non, ce qui me semble plus près de la réalité de terrain.

    Les deux sondages font ressortir un accord d’ensemble (entre 61,5 % et 83,5 %).

    Parmi les femmes agricultrices :

    62,5 % comprennent ce choix contre 37,5 %

    Parmi les hommes agriculteurs :

    58,57 % comprennent ce choix contre 41,43 %

    Cette question des espaces non-mixtes fait toujours l’objet de débat au sein des mondes agricoles.

    Pour certaines agricultrices la non-mixité de réunion « est une porte ouverte à la ségrégation » (Marie).

    Dans le camps des opposé.e.s à ce type de réunion, je rencontre plus couramment des agricultrices qui mettent en avant leur fort caractère et leur volonté de ne pas se laisser faire : « Je comprends pas du tout ce genre de comportement moi. Qu’il y ait des hommes ou des femmes ma parole est libre et franche et sans entraves. De toute façon, et tant pis pour les réflexions et les regards, je m’exprime de toute façon et je tacle si besoin ! » (Clémence).

    D’autres enfin sont plutôt favorables à la mixité mais elles comprennent ce besoin temporaire en #non-mixité : « Pour avoir animé des formations en groupe mixte ou non, je trouve que la mixité est très enrichissante pour les participants. Mais certaines personnes préfèrent les groupes non mixtes où leur parole sera plus libérée » (Charlotte).

    Chez les agriculteurs et agricultrices totalement acquis à la non-mixité, celle-ci est légitimée par l’expérience au sein du monde agricole :

    « Pour avoir fait une partie de mes études en lycée agricole, j’ai pu malheureusement constater que le sexisme est très (très) présent, et les femmes très minoritaires, donc je comprends qu’elle ai besoins de se retrouver ensemble pour lutter contre cette discrimination » (Nicolas).

    « La non mixité permet de libérer la parole donc par moments elle est indispensable » (Philomène).

    « La « mecterruption » et la « mecxplication » sont manifestes, comme la misogynie en général. On peut comprendre le besoin de certaines femmes de vouloir se retrouver entre-elles. On ne se pose d’ailleurs pas la question quand un groupe est uniquement composé d’hommes. Du reste, les réunions féminines non-mixtes n’empêchent pas leurs participantes d’assister à des réunions mixtes en parallèle » (Stéphanie).

    V. Un matériel agricole encore trop peu adapté aux femmes agricultrices

    A la question « Pensez-vous que le matériel agricole (outil, machine) utilisé par les agriculteurs/agricultrices doit tenir compte du genre ou être indifférent au genre ? »

    Les résultats issus de Twitter (AgriGenre, mai 2020, 125 votes) indiquent un vote majoritaire à 78,8% pour l’indifférence au genre contre 27,2% qui demandent à tenir compte du genre.

    Les résultats issus du monde agricoles indiquent que 45,3 % souhaitent une indifférence au genre et 54,7 % souhaitent tenir compte du genre.

    Les deux sondages font ressortir un désaccord d’ensemble.

    Parmi les femmes agricultrices :

    75 % pensent que le matériel agricole doit tenir compte du genre contre 25 %

    Parmi les hommes agriculteurs :

    68,57 % pensent le matériel agricole ne doit pas tenir compte du genre contre 31,43 %

    Des femmes agricultrices voient des problèmes de force, de poids, de taille… là où des hommes agriculteurs semblent les ignorer.

    Mes retours de terrain indiquent que la population agricole féminine interrogée fait pencher la balance du côté de la prise en compte du genre dans l’usage des outils et machines agricoles.

    Encore de nos jours, pour certains agriculteurs ou personnes du monde agricole, la profession reste un domaine réservé, masculin et viril, où la femme n’est pas toujours bien acceptée comme agricultrice, ou alors à côté de l’homme, comme une aide complémentaire, une sorte de side-farmer.

    Une agricultrice m’expliquait récemment toutes les difficultés qu’elle avait dû rencontrer « lors de formations sur certains aspects techniques et tout particulièrement lors des formations avec l’utilisation des machines » (Isabelle) . Elle s’était heurtée à « l’impossibilité d’accéder aux outils » et « si la formatrice faisait en sorte que les femmes aient le même temps que les garçons » une crise s’en suivait. A quoi se rajoutait le fait qu’elle n’arrivait pas à avoir un « accès égal et de loin » aux machines comme les tracteurs, les tronçonneuses, les pelleteuses…

    Que retenir ?

    Le mot « agriculteur » ne représente pas les femme agricultrices.
    Pour des femmes agricultrices interrogées, il est plus facile de remplacer un homme agriculteur qu’une femme agricultrice sur une exploitation agricole. Ce que contestent des hommes agriculteurs interrogés.
    Pour des hommes agriculteurs et des femmes agricultrices interrogé.e.s, les syndicats agricoles ne prennent pas en compte les questions liées au partage des tâches domestiques, à la pénibilité au travail, aux inégalités de salaire… qui touchent des femmes agricultrices.
    Pour des hommes agriculteurs et des femmes agricultrices interrogé.e.s, les espaces en non-mixité sont légitimes.
    Pour des femmes agricultrices interrogées, il est justifié de tenir compte du genre quand il est question du matériel agricole. Ce que contestent des hommes agriculteurs interrogés.

    Si des hommes agriculteurs interrogés ne sont pas insensibles à certains problèmes que rencontrent des femmes agricultrices (points 3 et 4) une partie de leurs positions rentre en contradiction avec ce qu’expriment des femmes agricultrices (points 2 et 5). Pourrait-on émettre l’hypothèse qu’une égalité idéalisée tendrait à se substituer à une inégalité réelle dans les mondes agricoles entre les hommes et les femmes ?

    Alors, comment être une agricultrice en 2020 dans ces conditions ?

    https://agrigenre.hypotheses.org/846

    #femmes_agricultrices #agriculture #femmes #sondage #chiffres #paysannes #syndicat #syndicats_agricoles

    • Le poids du quantitatif : genre et référencement

      Quelle est la part de certains mots sur le Net ? Et plus précisément, quels sont les poids des mots « agriculteur.s », « agricultrice.s », « paysan.s », « paysanne.s » ?

      Pour répondre à cette question j’ai choisi d’utiliser quatre outils fournis par Google :

      Son moteur de recherche
      Google Trends, permet « de connaître la fréquence à laquelle un terme a été tapé dans le moteur de recherche Google »
      Ngram Viewer, « application linguistique proposée par Google, permettant d’observer l’évolution de la fréquence d’un ou de plusieurs mots ou groupes de mots à travers le temps dans les sources imprimées »
      Google Scholar, permet « la recherche d’articles et de publications scientifiques (…) il inventorie des articles approuvés ou non par des comités de lecture, des thèses de type universitaire, des citations ou encore des livres scientifiques »

      J’ai sélectionné pour chaque couple (agriculteur/agriculteurs, agricultrice/agricultrices, paysan/paysans, paysanne/paysannes) le mot qui avait le plus de poids.

      I. Selon que vous soyez agriculteur ou agricultrice

      Quand j’ai tapé le mot « agriculteur », au singulier, dans le moteur de recherche Google, ce dernier m’a retourné environ 30 000 000 résultats, et quand j’ai cherché le mot « agricultrice » il m’a retourné environ 1 300 000 résultats.

      Le mot « agriculteur » désigne un homme agriculteur et une profession générique accolée aux hommes et quelquefois aux femmes qui l’exercent. Mais ce mot est loin d’être neutre.

      Ce même jour, quand j’ai tapé le mot « agriculteurs », au pluriel, dans le moteur de recherche Google ce dernier m’a retourné environ 900 000 000 résultats, et il m’a retourné environ 440 000 résultats pour le mot « agricultrices ».

      On remarque, dans ces deux exemples, que le mot « agriculteur » est plus souvent référencé que le mot « agricultrice », au singulier comme au pluriel.

      Le mot « agriculteur » est majoritaire au pluriel pour les hommes agriculteurs, tandis que pour les femmes agricultrices c’est le mot « agricultrice » au singulier qui est majoritaire.

      Est-ce à dire que les femmes agricultrices seraient plus individualistes et moins grégaires que les hommes agriculteurs ? Ou que les références sur le Net portant sur les femmes agricultrices sont plus individualisées (portraits…) que pour les hommes agriculteurs ? Je proposerai une autre hypothèse à la fin de cet article.

      Autre enseignement, si au lieu de rechercher les mots d’ « agriculteur.s » et « agricultrice.s » on prenait les mots « paysan.s » et « paysanne.s » ?

      On retrouverait les mêmes dispositions : le mot « paysan » est plus référencé que « paysanne », d’abord au pluriel puis au singulier, et le mot « paysanne » au singulier l’est plus qu’au pluriel.

      La comparaison du référencement des mots agriculteur.s et agricultrice.s puis des mots paysan.s et paysannne.s peut être représentée de la manière suivante

      Les agricultrices et paysannes sont plus souvent référencées au singulier qu’au pluriel, tandis que les paysans et les agriculteurs le sont plus souvent au pluriel.

      Pour chaque couple, avec le mot qui a le plus de poids, le classement est ici « agriculteurs », « paysans », « paysanne », « agricultrice ». La distinction entre les hommes et les femmes du monde agricole est nette.

      II. A chacun son rythme

      Google Trends permet « de connaître la fréquence à laquelle un terme a été tapé dans le moteur de recherche Google ».

      De 2004 à aujourd’hui, soit sur seize ans, pour la France, le terme « agriculteur » (en bleu) est majoritaire, suivit par les termes « agriculteurs » (en rouge), « agricultrice » (en jaune) et « agricultrices » (en vert). On trouvera le même classement pour les termes « paysan », paysans », « paysanne » et « paysannes ».

      Les courbes des agricultrices restent stables, tout en bas, quasi-linéaires, tandis que celles des agriculteurs les survolent avec de nombreux pics.

      Sur la même période, le terme « agriculteur » (en bleu) est majoritaire, suivi par les termes « paysan » (en jaune), « paysanne » (en vert) et « agricultrice » (en rouge).

      Les courbes des agricultrices, terme « agricultrice » (rouge) et paysannes, terme « paysanne » (vert), sont presque parallèles avec une plus légère hauteur pour le terme « paysanne » , tandis que le terme « agriculteur » (bleu) a commencé à prendre le dessus sur le terme « paysan »(jaune) à partir de 2015.

      Pour chaque couple, avec le terme qui a le plus de poids, le classement est ici « agriculteur », « paysan », « paysanne » et « agricultrice ». La distinction entre les hommes et les femmes du monde agricole est toujours aussi nette.

      III. La lutte des places

      Ngram Viewer permet « d’observer l’évolution de la fréquence d’un ou de plusieurs mots ou groupes de mots à travers le temps dans les sources imprimées »

      Entre 1800 et 2020, soit deux cent vingt ans, pour la France, les termes « paysan » et « paysanne » sont restés largement majoritaires. Le mot « agricultrice » arrive dernier de ce classement.

      Le mot « agriculteurs » domine celui d’ « agriculteur » (chose identique entre « paysans » et « paysan »).

      Le mot « agricultrices » a longtemps dominé celui d’ « agricultrice ».

      Mais en 2016 le mot « agricultrice » passe devant celui d’ « agricultrices »

      Alors que le mot « paysanne » domine le mot « paysannes »

      Pour chaque couple, avec le mot qui a le plus de poids, le classement est ici « paysans », « paysanne », « agriculteurs », « agricultrice ». La distinction entre les hommes et les femmes du monde agricole est ici croisée.

      IV. Un référencement masculin

      Dans Google Scholar, aucune limite de date n’a été sélectionnée pas plus que le choix de la langue, et j’ai choisi de conserver les brevets et les citations dans la recherche des termes.

      Les termes « agriculteurs » et « agriculteur » sont majoritaires.

      Tout comme « paysans » et « paysan »

      Pour chaque couple, avec le mot qui a le plus de poids, le classement est ici « paysans », « agriculteurs », « paysanne », « agricultrices ». La distinction entre les hommes et les femmes du monde agricole est nette.

      V. Que conclure de ces quatre exemples ?

      Si on donne une valeur de 4 au mot qui arrive en tête, une valeur de 3 au deuxième, une valeur de 2 au troisième et une valeur de 1 au dernier, on obtient le tableau suivant

      Le classement final indique que les termes qui ont les valeurs les plus élevées sont « paysans » (11), « agriculteurs » (9), « paysanne » (9), « agriculteur » (4), « paysan » (3), « agricultrice » (3), « agricultrices » (1) . Le mot « paysannes » ayant obtenu une valeur de 0.

      Les hommes agriculteurs sont nommés quatre fois (« paysans », « agriculteurs », « agriculteur », « paysan ») et les femmes agricultrices trois fois (« paysanne », « agricultrice », « agricultrices »). Les hommes agriculteurs/paysans obtiennent une valeur totale de 27 tandis que les femmes agricultrices/paysannes obtiennent une valeur totale de 13.

      Lors de nos recherches sur le Net et/ou dans la littérature et la bibliographie nous devrions trouver un poids quantitatif beaucoup plus important de fréquences d’hommes (avec les termes « paysan.s » et « agriculteur.s ») et moindre de fréquences de femmes (avec les termes « paysanne.s » et « agricultrice.s »).

      VI. Agriculteur dopé, agricultrice spoliée

      Au cours d’enquêtes de terrain, quand je pose cette question à des hommes agriculteurs : « Comment nommez-vous la profession d’un homme qui travaille dans le domaine de l’agriculture et qui met en culture ou élève des animaux… ? » j’obtiens comme réponse que cet homme exerce la profession d’ « agriculteur » . Par la suite si je pose la question « Comment nommez-vous la profession d’une femme qui travaille dans le domaine de l’agriculture et qui met en culture ou élève des animaux… ? » la réponse obtenue sera (quasi systématiquement) que cette femme exerce la profession d’ « agriculteur » .

      Maintenant, si je pose la question à des femmes agricultrices « Comment nommez-vous la profession d’un homme qui travaille dans le domaine de l’agriculture et qui met en culture ou élève des animaux… ? » j’obtiens la réponse que cet homme exerce la profession d’ « agriculteur » , mais si je pose ensuite la question « Comment nommez-vous la profession d’une femme qui travaille dans le domaine de l’agriculture et qui met en culture ou élève des animaux… ? » j’obtiens la réponse (systématiquement) que cette femme exerce la profession d’ « agricultrice » .

      Dans le premier exemple, des femmes agricultrices sont comptées comme « agriculteurs » et non comme « agricultrices » par des hommes agriculteurs, ce qui participent à leur moindre poids tout en augmentant artificiellement le poids et la visibilité du mot « agriculteur ».

      Elles sont intégrées, assimilées, diluées et invisibilisées au sein du mot « agriculteur » (à gauche).

      De leur côté, des femmes agricultrices font la distinction entre le mot « agriculteur » et « agricultrice » (à droite).

      Les femmes agricultrices n’intègrent aucun homme agriculteur comme « agricultrice » alors que des hommes agriculteurs intègrent des femmes agricultrices comme « agriculteur » et non comme « agricultrice ».

      Si des hommes agriculteurs intègrent des femmes agricultrices comme « agriculteur » d’autres professions ont conservé ce réflexe qui biaise les résultats.

      https://agrigenre.hypotheses.org/1519

      #recensement #invisibilisation #statistiques #mots

  • Autoportrait en trois couleurs : Mingus Ah Um, de Charles Mingus, 1959

    http://liminaire.fr/palimpseste/article/autoportrait-en-trois-couleurs

    Better Git It In Your Soul est un voyage passionnant à l’église, dans lequel Mingus développe les traits stylistiques de cette musique d’origine afro-américaine mais aussi des éléments du blues et du bebop. Il utilise la forme dialoguée l’appel et la réponse où le saxophone (probablement l’alto) répond à la ligne mélodique composée, jouée et harmonisée par les deux autres saxophones (...) #Livre / #Lecture, #Ecriture, #Langage, #Numérique, #Musique, #Sons #Jazz, #Mingus❞associés

  • Figues rôties au #Chèvre
    https://cuisine-libre.fr/figues-roties-au-chevre

    Retirer les pédoncules et couper les figues en croix à partir du sommet en n’allant pas jusqu’à la base. Les disposer sur une plaque de cuisson. Garnir chacune d’un peu de fromage de chèvre, d’une lichette de miel, saler et poivrer légèrement. Passer 10 minutes sous le grill du #Four, le temps que le fromage commence à fondre. Si vos figues sont très mûres réduisez le temps de cuisson. Servir aussitôt, en décorant chaque #Figue d’un cerneau de… Figue, Chèvre, #Légumes_rôtis / #Végétarien, #Sans viande, #Sans œuf, #Sans gluten, Four

  • Tour d’horizon du #mal-logement par un expert
    https://www.inegalites.fr/Les-inegalites-de-logement-expliquees-par-un-expert

    Manuel Domergue, de la Fondation Abbé Pierre, donne son éclairage sur les #inégalités de #logement à travers des #vidéos courtes, dans un langage accessible. Issues de notre webdoc sur les inégalités, ces interviews sont à votre disposition pour apprendre, réfléchir ou animer un débat.

  • Le gouvernement espagnol exige la réouverture des #écoles alors que les décès liés au #COVID-19 augmentent - World Socialist Web Site
    https://www.wsws.org/fr/articles/2020/09/12/espa-s12.html

    La décision politiquement criminelle du gouvernement espagnol de rouvrir les écoles au milieu d’une vague massive d’infections au COVID-19 entraînera d’innombrables décès inutiles. Les deux partis au pouvoir, le parti « populiste de gauche » Podemos et le Parti socialiste social-démocrate (PSOE), agissent dans une totale indifférence pour la santé et la vie de millions d’enseignants, d’enfants et de leurs familles.

    L’Espagne reste l’épicentre de la résurgence du coronavirus en Europe occidentale. Le week-end dernier, le pays a franchi une étape sombre, passant le seuil d’un demi-million d’infections après avoir enregistré 26.560 nouveaux cas entre vendredi et dimanche. Le total officiel est maintenant de 543.379. Vendredi a également vu 184 nouveaux décès, le plus grand nombre de décès quotidiens depuis la fin du mois de mai. Alors que le bilan truqué officiel est de 29.516 morts, les analyses des principaux journaux indiquent qu’au moins 45.000 personnes sont décédées du virus en Espagne.