7h36

Chaque matin, par email, une sélection de seenthis

  • Publicité segmentée à la télévision : dis-moi où tu vis, je te dirai quoi acheter
    https://www.franceinter.fr/publicite-segmentee-a-la-television-dis-moi-ou-tu-vis-je-te-dirai-quoi-a

    Dès ce vendredi, la publicité dite segmentée est désormais possible sur les chaînes de télévision françaises. Le principe : des pubs ciblées en fonction notamment de la position géographique des téléspectateurs. Chaînes de télévision, annonceurs publicitaires et consommateurs y trouveront-ils leur compte ? Que vous viviez dans le Gard, à Paris ou en Indre-et-Loire, vous ne verrez désormais plus tout à fait les mêmes spots publicitaires que vos voisins. Dès ce vendredi, la publicité segmentée entre en (...)

    #TV #géolocalisation #profiling #publicité

    ##publicité

  • « Elle arrive, on ne veut pas le voir » : un médecin réanimateur alerte sur la deuxième vague de #Covid-19
    https://www.franceinter.fr/covid-19-un-medecin-reanimateur-lance-l-alerte

    Les vacances rendent les français plus insouciants, mais le réveil à la rentrée risque de faire très mal si on ne prend pas très vite la mesure de ce qui est en train de se passer. Voila, en quelque sorte, le message que tente d’envoyer aujourd’hui le Professeur Djillali Annane au gouvernement... et aux Français eux-mêmes. Chef du service de réanimation médico-chirurgicale à l’Hôpital Raymond Poincaré de Garches en Île-de-France, le médecin se défend de faire du catastrophisme, mais pour lui les faits sont là : depuis deux semaines, les contaminations s’accélèrent, le nombre de cas augmente en #France de façon exponentielle, et pas seulement parce qu’on fait plus de tests. 

    « Il y a vraiment », dit-il, « une dynamique de nouvelles contaminations et elle dépasse largement aujourd’hui les clusters identifiés. On est déjà au pied de la deuxième vague, et ça me rappelle exactement ce qu’on constatait au mois de février dernier. Le problème, c’est qu’on voit le truc arriver, mais sans réagir comme il le faudrait. Regardez à Paris comme ça va vite : on avait un taux d’incidence de 30 cas pour 100.000 habitants il y a quelques jours, et on est déjà aujourd’hui à 46 cas pour 100.000, quand le seuil d’alerte est à 50 ».

  • C’est une banalité de dire que l’histoire est écrite par les puissants et qu’on oublie les autres. C’est vrai également de l’histoire des réseaux informatiques. Bien qu’ils permettent une communication mondiale et qu’on ait donc souvent dit que leur histoire était donc forcément mondiale, en pratique, cette histoire mondiale de l’Internet s’est souvent limitée à une histoire étatsunienne.

    Dans cet article en anglais, l’historienne Valérie Schafer explore le paradoxe de la nécessité d’une histoire locale d’une technologie mondiale, et plaide pour qu’on remplace l’histoire de l’Internet par des histoireS de l’Internet, incluant des expériences comme celle (bien ratée) de l’Union Soviétique ou comme Usenet.

    « Global technologies, glocal approach : a false paradox »
    Valérie Schafer,
    DOI : https://doi.org/10.5007/2175-7976.2020.e70598

    https://periodicos.ufsc.br/index.php/esbocos/article/view/2175-7976.2020.e70598
    https://www.c2dh.uni.lu/fr/data/global-technologies-glocal-approach-false-paradox

  • Le philosophe Bernard Stiegler disparaît subitement - Le Temps
    https://www.letemps.ch/culture/philosophe-bernard-stiegler-disparait-subitement

    La mort a figé sa vie en roman. Sans bac, tenancier d’un bar à jazz à Toulouse, il a les finances difficiles. Qu’à cela ne tienne, il va régler cela lui-même en décidant d’aller braquer une banque. Ça marche, et il y prend goût. C’est le quatrième braquage à main armée qui lui sera fatal, et lui vaudra 5 ans de prison. C’est là que, grâce à un professeur de philosophie (Gérard Granel) qui l’avait pris en amitié dans son bar, il découvre les grands auteurs, qu’il dévore avec passion.

    Dès sa sortie de prison, il ira à la rencontre de Jacques Derrida ; il se fait remarquer, et sa carrière s’enclenche alors, insolite, hétérodoxe, multiforme mais pas incohérente : professeur de technologie à Compiègne, directeur adjoint de l’INA (Institut national de l’audiovisuel) de 1996 à 1999, fondateur de l’association Ars Industrialis depuis 2005, professeur en Chine, directeur d’un centre de recherche au Centre Pompidou depuis 2006, il voulait dans tous ces domaines combattre la bêtise culturelle que le marché imposait à tous.

    • https://www.youtube.com/watch?v=999kzydPHGgLa

      société automatique, par Bernard Stiegler

      •15.09.2014
      InriaChannel

      Bernard Stiegler , Philosophe, directeur de l’Institut de recherche et d’innovation du Centre Georges-Pompidou . Présentation par Pascal Guitton , Directeur de la recherche Inria.

      La #numérisation_généralisée qui est en cours conduit à l’ #automatisation intégrale, et ce fait emporte des questions épistémologiques aussi bien qu’économiques, sociales et politiques de première grandeur. Cette conférence s’attachera tout d’abord à esquisser le contexte de cette métamorphose des sociétés — qui se décline aussi bien du côté du calcul intensif et de la #smart_city que de la #production_robotisée, de la #neuro-économie, du corps et de la transformation des conditions de la décision dans tous les domaines. Elle tentera ensuite de montrer que toute l’organisation économique qui s’était concrétisée au cours du XXè siècle autour de l’organisation fordiste et keynésienne de la production et de la #consommation s’en trouve compromise. Elle soutiendra enfin qui, d’une part, loin d’être le contraire de l’automatisation, la capacité de décision la suppose, et d’autre part, seule l’automatisation qui permet la désautomatisation est productrice de valeur durable — c’est à dire de néguentropie.

      Biographie :

      Sous la direction de Jacques Derrida, Bernard Stiegler soutient sa thèse à l’École des hautes études en sciences sociales en 1993 et obtient un doctorat de philosophie. Il axe sa réflexion sur les enjeux des mutations actuelles — sociales, politiques, économiques, psychologiques — portées par le développement technologique et notamment les technologies numériques. En 1987, il conçoit l’exposition « Mémoires du futur » et en assure le commissariat au centre Georges Pompidou. A partir de 1988, il enseigne à l’Université de technologie de Compiègne (UTC), et y devient directeur d’une unité de recherche qu’il fonde en 1993, « Connaissances, organisations et systèmes techniques ». Il lance en 1989 le projet LECAO (« lecture et écriture critiques assistées par ordinateur ») avec le soutien du ministère de la Recherche ; il crée et lance également le séminaire de sciences et technologies cognitives de Compiègne, qui se poursuit depuis chaque année au cours de la dernière semaine de janvier, et qui aura reçu plus de mille doctorants et chercheurs français et étrangers ; il lance le programme OPEN (« outil personnalisable d’édition numérique ») puis conçoit la station de lecture audiovisuelle (SLAV) du dépôt légal de l’autiovisuel pour l’INA. Bernard Stiegler devient directeur général adjoint de l’Institut national de l’audiovisuel (INA) en 1996, directeur général de l’Institut de recherche et coordination acoustique/musique (Ircam) en 2001, puis il fonde l’Institut de recherche et d’innovation au Centre Pompidou en 2006, d’où il anime le réseau international digital studies network. Il a été professeur à l’université de Londres de 2008 à 2014, et visiting professor à Northwestern, Cambrige et Zurich. Il est fellow des universités de Lüneburg et de Dublin, et il enseignera à partir de 2015 à l’université Humboldt de Berlin.

      Bernard Stiegler est fondateur et président depuis 2005 d’ARS INDUSTRIALIS, une association d’étude et de réflexion transdisciplinaire sur le nouveau monde industriel qui émerge avec le numérique. Posant qu’il n’y pas de vie de l’esprit sans instruments spirituels, Ars Industrialis s’est fixé pour but de concevoir un nouveau type d’agencement entre culture, technologie, industrie et politique autour d’un renouveau de la vie de l’esprit. Inscrite dans cette démarche, s’est ouverte en septembre 2010 l’école de philosophie d’Epineuil-le-Fleuriel, où Bernard Stiegler propose des cours de philosophie en ligne (www.pharmakon.fr) et anime un séminaire doctoral en visioconférence qui rassemble quarante chercheurs de quinze pays.

      Bernard Stiegler est membre du Conseil national du numérique, du comité de prospective de l’Arcep, du comité d’orientation d’Etalab, du comité d’orientation stratégique France univesité numérique, de l’institut Diderot et de l’Institut de la mémoire B2V. Il est l’auteur de trente ouvrages.

  • Déguisement Didier Raoult, avec Barbe + Perruque + Lunettes - Aux Feux de la Fête - Paris
    https://www.auxfeuxdelafete.com/deguisements/deguisement-didier-raoult-avec-barbe-perruque-lunettes

    Déguisement Didier Raoult
    Ce déguisement du Professeur Raoult se compose d’une blouse, d’une perruque, d’une barbe et d’une paire de lunettes.
    Parfait pour une soirée débat, un thème sciences, médecine, humour, Covid ou tout autre thème de ton choix.

  • Larmes de crocodiles - Le Courrier
    https://lecourrier.ch/2020/08/06/larmes-de-crocodiles


    Trouvé sur le fil de Pierre Abi Saab

    La dévastation mardi de plusieurs quartiers de Beyrouth, capitale d’un Liban déjà enfoncé dans la pire crise économique de son histoire récente, provoque un élan de solidarité internationale bienvenu. Qu’elle soit populaire ou officielle, la mobilisation offre un message d’espoir aux Libanais sur lesquels le sort semble s’acharner. C’est déjà beaucoup.

    Pourtant, le numéro du président français, accouru jeudi à Beyrouth, a de quoi soulever le cœur. On ne peut s’empêcher de penser que la juteuse reconstruction de la capitale libanaise et de son port par Vinci, Bouygues, Bolloré et consorts importe plus que tout à Emmanuel Macron. Le VRP autoproclamé de l’industrie française n’a pas attendu que l’onde de choc soit pleinement dissipée pour appeler le Liban à des « réformes », dont celle du secteur électrique. Autrement dit, la privatisation d’Electricité du Liban (EDL), qui est attendue de pied ferme par Paris depuis 2002. Si M. Macron n’a pas osé évoquer l’avenir du port beyrouthin, le principal du Liban, celui-ci figurait dès avant la catastrophe sur la liste des biens publics qui pourraient être vendus pour rembourser la dette du pays.

    Quant aux appels macroniens à transformer le système politique confessionnel du Liban, ils plairont sans doute au mouvement social. Mais au-delà du caractère colonial de l’injonction, on remarquera que la France, alliée historique du camp chrétien et de la puissante famille sunnite Hariri, n’est sans doute pas la plus à même d’impulser ce changement. Pour mémoire, le Liban a subi à la fin du XXe siècle quinze ans d’une guerre civile largement alimentée par des puissances étrangères, dont Paris.

    Si les grandes et moyennes puissances voulaient réellement aider le Liban, elles laisseraient ces questions politiques aux Nations Unies et se mobiliseraient, par exemple, contre les sanctions économiques illégales imposées par Washington. Surtout, si leurs intentions étaient réellement altruistes, elles commenceraient par accueillir sur leur sol une partie des 1 à 1,5 million d’exilés syriens réfugiés dans ce pays de 5,5 millions d’habitants…

    A défaut, elles devraient avoir la décence de ne pas faire le déplacement de Beyrouth pour exhiber des larmes de crocodile.

    #liban

  • Marlène Schiappa, le fémonationalisme et nous | Kaoutar Harchi
    https://www.revue-ballast.fr/marlene-schiappa-le-femonationalisme-et-nous

    Juillet 2020. Dans le cadre d’« opérations de reconquête républicaine », Marlène Schiappa en appelle au « bon sens », entendre : « Si la maison de votre voisin s’effondre, vous l’accueillez. Mais s’il se met à tabasser votre sœur, vous le virez ! » C’est en ces termes qu’elle se félicite de la mise en place, par ses soins, de la double peine pour les étrangers coupables de violences sexistes et sexuelles. Accusée de promouvoir le fémonationalisme — c’est-à-dire un féminisme qui instrumentalise les droits des femmes à des fins nationalistes et identitaires —, la porte-voix du gouvernement Macron a répondu n’avoir « aucune leçon de féminisme à recevoir de qui que ce soit ». Plus qu’une participation à la présente polémique, la sociologue et écrivaine Kaoutar Harchi entend ici, en guise de prolongement, rappeler (...)

  • Amal Saad sur Twitter : “I have never felt as alienated in my own country as I do today. So many Lebanese expressing regret that the explosion didn’t occur in Shia areas—a view which isn’t just the product of anti-Hizbullah sentiment, but the dehumanizing view of the Shia as a sect that’s used to dying https://t.co/KIR8lUUMeK” / Twitter
    https://twitter.com/amalsaad_lb/status/1291798355820130306

    Pays de merde #Liban

  • Masks Do More Than Protect Others During #COVID-19 : Reducing the Inoculum of SARS-CoV-2 to Protect the Wearer | SpringerLink
    https://link.springer.com/article/10.1007/s11606-020-06067-8

    Le port de #masques ne diminuerait pas seulement le taux de contamination par le #sars-cov2 mais aussi celui de formes graves donc de décès.

    One model showed a correlation between population-level masking and number of COVID-19 cases in various countries, but an even stronger correlation with suppression of COVID-related death rates.9 However, it should be acknowledged that this model could not account for all confounders that led to such low death rates in the regions examined. This group showed that, if 80% of the population wears a moderately effective mask, nearly half of the projected deaths over the next two months could be prevented.9 Countries accustomed to masking since the 2003 SARS-CoV pandemic, including Japan, Hong Kong (Fig. 1a),44 Taiwan, Thailand, South Korea, and Singapore,9 and those who newly embraced masking early on in the COVID-19 pandemic, such as the Czech Republic,46 have fared well in terms of rates of severe illness and death. Indeed, even when cases have resurged in these areas with population-based masking upon re-opening (e.g., South Korea, Singapore, Hong Kong, Taiwan), the case-fatality rate has remained low,47 which is suggestive of this viral inoculum theory.

  • La lourde facture pour les malades du #coronavirus à l’#hôpital | Les Echos
    https://www.lesechos.fr/economie-france/social/la-lourde-facture-pour-les-malades-du-coronavirus-a-lhopital-1228650

    Mais pourquoi l’hospitalisation est-elle si mal remboursée ? Cela tient aux règles d’exonération du ticket modérateur, cette contribution des patients instaurée il y a presque un siècle afin de les « responsabiliser » et de limiter les dépenses de #santé . Pour alléger la facture, il a été décidé d’exonérer les actes techniques supérieurs à 120 euros. La chirurgie est donc remboursée à 100%, mais pas les consultations de médecine (avec parfois de gros dépassements d’honoraires) ou les séjours longs des personnes âgées, parfois beaucoup plus chers qu’un acte technique.

    On facture donc le coronavirus comme la grippe. Mais le Covid-19 fait entrer l’hôpital dans une autre dimension : plus de 107.000 personnes ont déjà été hospitalisées depuis le début de l’épidémie. Et les patients restent 19 jours en moyenne en réanimation, du moins sur la première vague à l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris. En région parisienne, une journée en soins intensifs est généralement facturée 2.932 euros. Ce tarif journalier est établi en fonction des coûts, qui sont bien plus élevés que dans un service de médecine classique, avec des respirateurs, des règles d’hygiène renforcées et cinq fois plus de personnel au lit du patient. Le ticket modérateur de 20% approche 600 euros.

  • Bref /.../ l’insouciance du monde d’avant #Covid_19, les bars avec 5 personnes au m², etc., ça va bien 2 secondes. On peut se voir, on peut s’amuser sans être dans le n’importe quoi total avec zéro effort.

    Maitre Pandaï a fait un fil twitter très long et très explicatif sur la situation contradictoire actuelle en France alors que la pandémie donne des signes de potentielle reprise :
    source rassemblée https://threadreaderapp.com/thread/1290755509394509826.html
    source directe https://twitter.com/Panda31808732/status/1290755509394509826

    1. Bon, ils vont regarder combien de temps la courbe grimper avant de réagir ?

    2. On est repartis en croissance exponentielle depuis plus d’un mois. Cela signifie que plus le temps passe, plus notre position se dégrade. Avec pour horizon la rentrée dans 4 semaines, et 6 mois de saison froide en intérieur.

    Visiblement, les bases sur ce qu’est une exponentielle de SARS-CoV-2 ne sont toujours pas acquises.

    • Ça ne se calme pas tout seul
    • Ça empire si on ne fait rien
    • Ça finit, au bout d’un certain temps, par faire de gros dégâts

    Exponentielle SARS-CoV-2 = bombe à retardement

    /.../

    • Encore parlé ce midi avec les festivals et rassemblement de plus de 5000 personnes de nouveau autorisés… et toutes les contradictions du genre « avec un siège d’écart » (et toutes les musiques actuelles debout ?), « avec un masque » (pourtant au cinéma tout le monde l’enlève une fois assis, alors même que dans les transports on doit l’avoir en continue) etc. Bref tout le monde s’en bat apparemment, faut que tout reparte… tout ça pour s’arrêter dans 2 mois de nouveau… Ce qui me fait le plus chier c’est pour mon fils, qui va galérer encore si enfermé sans profs en face à face pour réellement apprendre des choses (pas juste faire des exos).

    • Je suis 100% d’accord. Et je vous dit pas comment c’est géré en Belgique... Ex : quarantaine obligatoire quand tu rentres de Suède. Sauf si tu atterris en France puis que tu rentres en Belgique. Option surveillance sécuritaire priorisée (amendes à 250€, plus de police dans les quartiers populaires...) et toujours pas de tests rapides en pharmacie alors que pas assez de capacité globale de testing. Résultats centres de tests encombrés par des personnes non contaminées... etc.

    • Merci @val_k pour ce (très bon) thread de Twitter.

      Et au risque de me répéter, je continue à observer les courbes de la France en comparaison à celles de l’Italie. J’observe les courbes des cas toujours actifs, celles qui intègrent les nouveaux cas jours après jours. Qu’est-ce qui fait que, en Italie, la propagation du virus reste basse et stable alors qu’en France (et dans d’autres pays aussi), l’épidémie flambe à nouveau ?

      Liens vers les données (à la date du 06/08/2020) :
      https://www.worldometers.info/coronavirus/country/france
      https://www.worldometers.info/coronavirus/country/italy

    • Si on clique de nouveau sur les liens, on s’aperçoit que la courbe France nouveaux cas s’infléchit nettement vers le haut. Celle de l’Italie reste stable quoique présentant un début de fléchissement. C’est sûr que toutes les courbes qui semblaient stabilisées dans différents pays vont repartir à la hausse vu que la « bestiole » se rit des frontières. Je ne dis qu’il faut systématiquement refermer les frontières, mais je pense que nous n’échapperons pas à de nouveaux confinements localisés à des villes, départements ou régions entières. Et c’est vraiment la zone !
      Ceci dit, je viens de parcourir (vite fait) un article des « Échos » qui prétend que le virus ne tue (presque) plus en Europe (les cons).

  • Asad Abukhalil a posté il y a quelques heures une photo tirée de la page Facebook de Mazen Al-Ghoul, professeur de chimie à l’AUB (Université américaine de Beyrouth), dont il dit qu’elle montrait l’entrepôt de nitrate d’ammonium qui a explosé hier :

    https://twitter.com/asadabukhalil/status/1290866172619972608

    I took this from Mazen’s @mazen_alghoul FB page:
    Mazen is a chemistry professor at AUB

    وصلتني هيدي الصورة تُنسب لمخزن في مرفأ بيروت. هيدي نايتروبريل = أمونيوم نايترايت.

    BTW HD on the label stands for high density, which means that these are explosive grade ammonium nitrate.


    Le niveau d’amateurisme et de négligence pour stocker une matière aussi dangereuse est, évidemment, choquant.

    Le compte « Aurora Intel » semble confirmer qu’il s’agit bien de l’entrepôt d’hier : mêmes fenêtres, mêmes marques sur la porte :
    https://twitter.com/AuroraIntel/status/1290789726283345926

    Windows match, door markings match, my mind boggles.

    The roof also matches from google earth imagery

  • Émoi en Espagne après la mort par déshydratation d’un immigré dans une plantation
    https://www.lefigaro.fr/conjoncture/emoi-en-espagne-apres-la-mort-par-deshydratation-d-un-immigre-dans-une-plan

    Émoi en Espagne après la mort par déshydratation d’un immigré dans une plantation

    L’homme de 42 ans, sans papiers, était originaire du Nicaragua. Maltraité, il est décédé sous le coup de la chaleur et n’a été que très tardivement emmené aux urgences, relate le quotidien El Pais.

    En Espagne, les conditions de travail des migrants sont pointées du doigt après la mort d’un migrant, victime de déshydratation. L’homme de 42 ans, venu du Nicaragua, a été transporté dans une camionnette et déposé inconscient devant un centre de santé.

    C’est dans le sud de l’Espagne, à Murcie, que Eleazar Benjamín Blandón Herrera travaillait. Sans papiers, il avait vu ses démarches pour devenir demandeurs d’asile et pouvoir être employé légalement, bloquées par l’épidémie de coronavirus. Ce père de quatre enfants et dont la femme était enceinte de cinq mois, était venu en Espagne dans l’espoir d’y trouver une meilleure vie pour lui et sa famille. Dans les plantations, il a découvert l’envers du décor. Conditions de travail inhumaines, humiliations à répétition, maigre rémunération... « Ils me traitent d’âne, ils me crient dessus, ils me disent que je suis lent. Ils jettent la poudre sur votre visage lorsque vous êtes accroupi. Je n’ai pas l’habitude d’être traité comme ça », s’était-il confié en pleurant auprès de sa sœur. Au quotidien El Pais qui relate cette histoire, elle raconte les circonstances de la mort de son frère.

    Déposé devant un centre de santé

    Ce jour-là, il fait 44 degrés. Eleazar Benjamín Blandón travaille depuis 5 heures du matin, sans eau pour se rafraîchir. Il commence à se sentir mal puis s’évanouit, selon le récit fait par les autres travailleurs. Mais les secours ne sont pas prévenus et il faut attendre que la camionnette qui les a amenés à la plantation revienne. Or même quand elle arrive, les migrants sont sommés de finir leur journée de travail avant que le Nicaraguayen puisse enfin être pris en charge. Aucune ambulance n’est appelée. Il sera finalement déposé, inconscient, devant un centre de santé à Murcie, précise encore ses proches cités par El Pais.

    Une enquête a été ouverte par la justice espagnole qui tente de remonter la chaîne de tous les protagonistes impliqués dans cette affaire. Un homme, un Équatorien de 50 ans, a pour l’instant été interpellé mais il n’aurait été que l’entremetteur entre Eleazar Benjamín Blandón et la plantation. Trois ans plus tôt, le père du quadragénaire est mort dans des circonstances similaires, alors qu’il travaillait dans la construction au Texas.

    #migrants #esclavage

  • USA : Comment miner le droit de manifester...
    Fuite audio : Les avocats ont loué la « beauté » des tactiques controversées de réponse aux protestations
    L’enregistrement d’une session de formation juridique pour les agents de la force publique fédérale a alarmé certains défenseurs des libertés civiles.

    Lawyers running a training session for officers deploying to protect besieged federal property extolled the “beauty” of a protest-response strategy that some legal experts have criticized as potentially unconstitutional, according to an audio recording obtained by POLITICO.

    The training highlights the fierce legal debate over the Trump administration’s push to send federal officers into American cities, sometimes against the wishes of local officials. Images of violent clashes and of vandalism have aired nonstop in conservative media outlets, while President Donald Trump has cast his presumptive 2020 rival, former Vice President Joe Biden, as dangerously indulgent of “anarchists” and “thugs.”

    Videos have shown federal officers in Portland, Ore., pulling protesters into unmarked vans to transport them for questioning. Some protesters have said they were detained without probable cause and never charged with crimes. The incidents have drawn pointed scrutiny to how the Department of Homeland Security legally defends the detention and transportation of protesters.

    https://www.politico.com/news/2020/08/03/federal-protest-response-tactics-390859

    #répression #manifestion #USA

  • Richard Horton, patron du « Lancet » : « Le Covid-19 montre une faillite catastrophique des gouvernements occidentaux »

    Dans un livre publié au Royaume-Uni, le rédacteur en chef de la revue médicale dénonce l’impéritie de nombreux pays face à la menace pourtant annoncée de la #pandémie. Il revient sur la rétractation récente d’une étude publiée dans ses colonnes.

    Richard Horton est une figure incontournable de l’édition scientifique. Patron depuis un quart de siècle du journal médical britannique The Lancet, il vient de publier un ouvrage dans lequel il dénonce la faillite des exécutifs occidentaux face à la pandémie ( The COVID-19 Catastrophe : What’s Gone Wrong and How to Stop It Happening Again , Polity, non traduit).

    Dès janvier, le Lancet avait publié cinq articles qui permettaient d’appréhender ce qui attendait la planète si rien n’était entrepris pour contrer la diffusion internationale du SARS-CoV-2. Plus récemment, sa revue a elle-même été mise en cause pour avoir publié un article qui mettait en évidence une surmortalité chez les patients hospitalisés pour Covid-19 et traités à l’#hydroxychloroquine ; avant de devoir rétracter cette étude, faute d’avoir pu accéder aux données fournies par une obscure société américaine, Surgisphere. Richard Horton tire aussi les leçons de cet épisode.

    Vous venez de publier un livre dans lequel vous êtes très sévère sur la façon dont la pandémie a été gérée, en particulier dans votre pays, le Royaume-Uni…

    La raison pour laquelle mes mots sont durs, c’est que nous avons publié à la fin du mois de janvier dans le Lancet cinq articles qui décrivaient parfaitement cette nouvelle maladie pour laquelle il n’y avait ni traitement ni vaccin, qui présentait une assez forte mortalité, et qui se transmettait entre humains.

    Pour reprendre les mots de Gabriel Leung (université de Hongkong), « ce mode de transmission indiquait une forte probabilité de pandémie mondiale ». On savait tout cela le 31 janvier. La veille, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait déclaré une urgence de santé publique de portée internationale.

    Et, pendant les six semaines qui ont suivi, la plupart des pays occidentaux n’ont absolument rien fait. C’est une erreur impardonnable.

    La question est : pourquoi le président [français Emmanuel] Macron, le président [du Conseil italien Giuseppe] Conte, pourquoi le premier ministre [britannique Boris] Johnson, pourquoi le président [américain Donald] Trump n’ont-ils rien fait ? Ne comprenaient-ils pas ce qui se passait en Chine ? Ne croyaient-ils pas les Chinois ? N’ont-ils pas demandé à leurs représentations diplomatiques à Pékin d’enquêter ? Je ne comprends pas. Les preuves étaient très claires, dès fin janvier. Donc je pense que les politiciens vont devoir s’expliquer.

    Et ce n’est pas correct de blâmer l’OMS ou la Chine, comme le font Johnson ou Trump, dans une mystérieuse théorie du complot. L’OMS et la Chine ont expliqué dès janvier ce qui était en train de se passer. Mais il y a une défaillance systématique des gouvernements occidentaux qui n’ont pas pris ces messages au sérieux. Etait-ce du #racisme envers les Chinois ? C’est une faillite catastrophique des exécutifs occidentaux. Cette pandémie est un désastre que nous avons nous-mêmes créé.

    Des commissions d’enquête parlementaires ont-elles été mises en place au Royaume-Uni afin d’évaluer la gestion de la pandémie par le gouvernement ?

    Non. La France a un temps d’avance sur nous. Nos politiciens nous disent que ce n’est pas le bon moment. Ce que je trouve dément. Si nous avons une seconde vague plus tard cette année, nous ferions mieux d’avoir tiré les leçons de notre mauvaise gestion de la première.

    Nous devons être très clairs à ce sujet. Je ne veux blâmer aucun individu. Il n’y a pas une personne en France ou dans aucun autre pays européen qui soit responsable à elle seule d’une faillite nationale. C’est le système qui a failli, le système de conseils scientifiques qui a failli dans votre pays comme dans le mien. Le système de riposte politique a failli dans votre pays comme dans le mien.

    En quoi la France a-t-elle failli, selon vous ?

    Lorsqu’il y a eu proclamation d’une urgence de santé publique de portée internationale, le 30 janvier, pourquoi la ministre de la santé [d’alors, Agnès Buzyn] n’a-t-elle pas immédiatement envoyé un message à l’ambassade de France à Pékin pour lui demander son aide pour comprendre ce qui se passait à #Wuhan, quel était ce virus, à quel point il était inquiétant, s’il était aussi préoccupant que l’indiquaient des articles dans The Lancet ?

    Si l’ambassade avait fait correctement son travail, elle aurait rassemblé en quarante-huit heures les informations du bureau de l’OMS à Pékin, de la Commission nationale de santé du gouvernement chinois. Elle aurait compris la nature de la menace, l’aurait immédiatement transmise au ministère de la santé et au Palais de l’Elysée et, à la fin de la première semaine de février, le gouvernement aurait disposé d’une vision très claire du danger.

    Si cela ne s’est pas produit, c’est une faillite catastrophique du gouvernement français et les Français doivent demander pourquoi le gouvernement n’a pas protégé les près de 30 000 vies qui ont été perdues, comme nous en avons perdu 40 000. C’étaient des morts évitables. Ces personnes devraient être en vie aujourd’hui.

    Pourquoi les gens ne sont-ils pas davantage en colère à ce sujet ? J’ai vu les manifestations des « gilets jaunes » dans les rues de Paris. Elles m’ont frappé. Pourquoi les « gilets jaunes » ne manifestent-ils pas dans la rue contre l’échec du gouvernement français à protéger les vies des près de 30 000 de ses citoyens ? Qui demande des comptes au gouvernement ?

    Tant qu’il n’y aura pas un vaccin disponible pour tous, le virus ne s’en ira pas de lui-même. Nous devrons vivre avec lui dans le futur proche. Selon toute probabilité, il reviendra cet hiver sous la forme d’une seconde vague. Et il est possible lorsque nous assouplissons le confinement que nous ayons des flambées de la première vague.

    Donc, il n’y aura jamais un bon moment pour mener des enquêtes. Nous avons besoin d’une enquête qui démontre clairement qu’il ne s’agit pas de blâmer des individus, mais de comprendre ce qui n’a pas marché.

    Certains comparent ce qui s’est passé dans un laps de temps très court pour le Covid-19 avec le sujet du changement climatique, pour lequel nous savons ce qui va arriver mais n’agissons pas. Cela vous paraît-il pertinent ?

    C’est un peu différent. Dans une pandémie, nous parlons de la faible probabilité d’un événement à haut risque. Le changement climatique est en train de se produire, qui provoque une urgence si nous n’agissons pas.

    Je ferais plutôt la comparaison avec la protection contre les séismes. Si vous habitez à Los Angeles ou à San Francisco, on vous demande de vous préparer à un événement qui se produira à coup sûr mais à un moment inconnu. C’est très difficile de faire des plans pour ce type de situation.

    Au Royaume-Uni et, j’en suis sûr en France, une pandémie grippale figurait en tête de liste dans l’évaluation nationale des risques. Nous savons que nous avons une épidémie saisonnière tous les ans, que la grippe de 1919 fut une catastrophe et nous savons qu’un jour nous serons confrontés à un virus grippal beaucoup plus sévère même s’il l’est moins que celui de 1919. Et nous nous y préparons.

    Nous ne nous étions pas préparés à quelque chose du type #SRAS [syndrome respiratoire aigu sévère]. C’était une erreur, car le SRAS de 2002-2003 était un prototype de ce que nous avons aujourd’hui. Nous savons qu’au cours des vingt ou trente dernières années, la fréquence des infections chez l’animal qui passent à l’homme a augmenté. La raison en est connue : urbanisation massive, taudis urbains, marché avec des animaux vivants dans les villes, mauvaises conditions d’hygiène…

    Ces virus ne viennent pas par accident de Chine. Elle a connu l’industrialisation et l’urbanisation les plus rapides de la planète. Nous savions que nous étions en train de créer les conditions d’incubation d’une pandémie, mais nous ne savions pas exactement quand elle surviendrait. C’est sur ce point que nous avons trahi nos citoyens en ne nous préparant pas comme il fallait.

    En 2016, le Royaume-Uni a fait une simulation – l’exercice Cygnus – afin d’évaluer l’impact d’une pandémie grippale. Elle a montré que nous n’étions pas prêts pour une pandémie. Et nous nous retrouvons aujourd’hui dans une pandémie à laquelle nous n’étions pas préparés. Un nouvel exemple d’échec gouvernemental et de la santé publique. Nous savions qu’il y avait un problème, nous ne l’avons pas réglé.

    En France, il y avait un plan pour une situation pandémique, mais il semble qu’il soit resté dans un placard…

    Exactement. Mais ce ne sont pas seulement les politiciens qui sont responsables. Votre pays comme le mien ont la chance d’avoir certains des meilleurs scientifiques au monde. L’Institut Pasteur est un réseau de classe mondiale d’institutions de recherche sur les maladies infectieuses. Où étaient les voix de l’Institut Pasteur pour pousser le gouvernement à se préparer à une pandémie, dès février ?

    Il faut poser ces questions sur les scientifiques, au Royaume-Uni comme en France, pour savoir pourquoi l’élite scientifique ne faisait pas valoir ces signaux d’inquiétude.

    Cette élite scientifique a parfois été divisée sur l’importance de cette menace pandémique, même assez tardivement, en France. Peut-être ces contradictions compliquaient-elles la tâche des politiques pour savoir à quoi on faisait face ?

    Je comprends cela. Mais, ce que je dis, c’est que les choses étaient claires en janvier. Quiconque disait en mars qu’il n’y avait pas un danger immédiat avec cette pandémie montrait une incompétence incroyable. En mars, le virus faisait rage en Italie du Nord.

    En France, des conseils scientifiques ont été créés pour éclairer le gouvernement. Quelle articulation peut-il y avoir entre la science et le politique ?

    Je connais Jean-François Delfraissy, le président d’un de ces conseils scientifiques. Vous ne pouviez avoir un meilleur scientifique pour conseiller le gouvernement.

    Je ne le critique pas. La responsabilité du système était de comprendre ce qui se passait exactement en Chine dès janvier. Je ne comprends pas pourquoi dès ce moment on n’a pas indiqué au gouvernement qu’il fallait prévoir des protections individuelles, être prêt à tester, à tracer et à isoler, éviter les rassemblements, envisager de fermer les écoles, pour se préparer à cette épidémie. Et ce n’est pas de la perspicacité. Relisez ces articles de janvier : tout y figurait déjà. Et rien ne s’est passé. Votre gouvernement a mieux répondu que le mien. C’est déjà ça…

    Autre question : où était l’Union européenne (UE) ? Une des raisons de l’échec britannique est le Brexit, l’exceptionnalisme, la mentalité îlienne : c’est un défaut psychologique classique en Grande-Bretagne, la croyance que nous sommes meilleurs que tous les autres. Eh bien on a prouvé tout le contraire dans la façon de gérer cette pandémie.

    Mais l’UE avait une opportunité de s’assurer que non seulement les pays soient préparés, mais aussi coordonnés. Une des choses les plus marquantes est d’avoir vu vingt-sept Etats avoir vingt-sept stratégies différentes.

    Pourquoi l’UE n’a-t-elle pas réuni ses Etats membres pour qu’ils apprennent les uns des autres, coopèrent et s’aident d’une façon bien plus coordonnée ? Je sais que la réponse est que la santé est une responsabilité nationale. Mais on s’en fout ! C’était une pandémie, une urgence, une menace à la sécurité nationale ! L’UE aurait dû avoir une part bien plus active pour unifier les pays dans ces circonstances.

    Parlons du « Lancet », qui a dû rétracter le 4 juin un article publié le 22 mai. Que s’est-il passé ?

    Il semble qu’il s’agisse d’une fraude monumentale, par le fondateur de la société Surgisphere, Sapan Desai. Il y a une enquête en cours par le Brigham and Women’s Hospital (Boston) dont dépend l’auteur principal, Mandeep Mehra, pour comprendre ce qui s’est passé. Ce dont nous sommes sûrs, c’est qu’il n’y a pas de données vérifiées ou validées de façon indépendante pour appuyer ce qu’avance l’article.

    Personne ne peut dire si ces données existent, à part Sapan Desai lui-même, qui a refusé de les partager avec Mandeep Mehra et les autres auteurs, et il a refusé de les montrer à des auditeurs indépendants. Si bien que personne ne connaît le statut exact de ces données.

    Cette affaire en évoque une autre, quand le « Lancet » avait dû rétracter en 2006 un article du Norvégien Jon Sudbo après que celui-ci avait admis avoir inventé des données. Quelles leçons peut-on tirer de ces épisodes ?

    Il va nous falloir être plus méfiants. Aujourd’hui, nous faisons confiance à ce que nous disent les auteurs des articles scientifiques. S’ils nous disent qu’il y a une base de données et qu’ils signent une déclaration affirmant qu’elles sont fiables, nous leur faisons confiance, tout comme les reviewers extérieurs à qui nous demandons d’évaluer leurs travaux.

    Clairement, il va falloir élever notre niveau de méfiance à propos de ces bases de données pour avoir plus de chance d’identifier des cas de fraude. Mais il faut être très clair : c’est une perte pour la science, qui s’appuie sur la confiance. Quand vous perdez la confiance, parce que des gens malintentionnés mentent, c’est mauvais pour tout le monde.

    Pourrait-on imaginer des préenregistrements de ces données, comme dans les essais cliniques ?

    Il y a aussi de la fraude dans les essais cliniques : des patients et des données ont été inventés, et on ne s’en est aperçu qu’après la publication des résultats…

    La seule façon d’être 100 % certain de ne pas publier des travaux frauduleux serait que les éditeurs et les reviewers se rendent sur place et qu’ils examinent chaque élément des données sur lesquelles s’appuie l’étude publiée dans la revue. Mais c’est clairement une tâche impossible, grotesque. Donc on ne peut se passer d’une part de confiance, sinon la science cessera de fonctionner.

    Pourrait-on imaginer des tiers de confiance qui vérifieraient une part de ces données, de façon aléatoire, comme c’est le cas dans l’industrie pharmaceutique, avec un effet dissuasif – un peu comme les contrôles routiers ?

    Les revues scientifiques ne peuvent être la police de la science, ce n’est pas notre rôle. Mais on pourrait envisager d’être plus attentif si une nouvelle base de données apparaît, comme c’était le cas avec celle de Surgisphere. Mandeep Mehra n’a lui-même pas eu accès aux données.

    Donc nous allons désormais demander aux auteurs de signer une déclaration qui dise explicitement qu’ils ont eu accès aux données et qu’ils les ont effectivement vues. On peut avoir des demandes plus strictes vis-à-vis des auteurs.

    Dans le sport, le dopage semble avoir toujours une longueur d’avance sur les contrôles. Y a-t-il un parallèle avec l’activité scientifique ?

    C’est très vrai. A chaque fois, on essaie de tirer les leçons, mais la fraude continue : c’est assez facile pour les fraudeurs, précisément parce que l’activité scientifique est fondée sur la confiance. Mais pourquoi devrait-elle être différente d’autres secteurs de la société où des personnes malintentionnées se distinguent aussi.

    Avec Surgisphere, on a affaire à quelqu’un qui a pu mentir à ses coauteurs, dans une publication dans le New England Journal of Medicine, dans le Lancet, et peut-être d’autres revues. C’est assez incroyable qu’il ait pu tromper tant de gens en tant d’occasions. Cela ne veut pas dire que la science a failli, mais que le système sur lequel elle est fondée peut facilement être subverti.

    Mais faut-il, à cause de ces rares occasions où cela se produit, changer tout le système ? Il y a une expression anglaise qui dit « bad cases make bad law » – les mauvais exemples conduisent à de mauvaises lois. C’était un cas extrême, on doit en tirer les leçons, mais cela ne veut pas dire qu’on doive instituer un système bureaucratique énorme fondé sur l’idée que chaque article peut être l’objet d’une fraude.

    Peut-être pourrait-on avoir des incitations, du côté des « reviewers », en rendant publiques leurs évaluations afin de les responsabiliser plus encore ? Car, dans ce cas précis, il n’a pas fallu longtemps à des observateurs extérieurs aux revues pour voir que quelque chose clochait dans les résultats…

    C’est vrai. Nous envisageons de poser une question très directe aux reviewers : pensez-vous qu’il y ait des problèmes d’intégrité scientifique dans cet article ? Y a-t-il une possibilité, même infime, de fraude ? Cela concentrerait leur attention sur cette question d’une façon inédite. Une des leçons est aussi qu’on ne peut faire confiance d’emblée aux bases de données. A l’avenir, si on a affaire à une base de données dont on n’a jamais entendu parler, il faudra être méfiant, et peut-être demander – dans cette situation – à ce que les reviewers aient accès aux données brutes.

    L’urgence à publier en temps de pandémie a-t-elle pu vous faire baisser la garde ?
    Non, cela serait arrivé même hors Covid-19. Si quelqu’un est déterminé à tromper son monde, on ne peut pas y faire grand-chose. Cet individu a tenté de tromper ses collègues, des institutions, des journaux et pour finir le public. Il a essayé et il a échoué.

    Certains observateurs estiment que les données de Sapan Desai pourraient exister, avoir été aspirées dans les registres électroniques des hôpitaux sans que les autorités soient au courant. Pensez-vous que ce soit le cas ?

    Je n’en sais rien, pour être honnête. Ce que Mandeep Mehra m’a dit, c’est que quand les auditeurs indépendants ont demandé à Sapan Desai de leur transférer les données, ils ont eu une discussion par Zoom, et il s’est contenté de leur montrer son écran d’ordinateur. Donc, à ma connaissance, personne n’a vu les données de Surgisphere.

    On pourrait croire que les coauteurs ont travaillé avec lui sur les données, mais ce n’est pas le cas. Quand Mandeep Mehra demandait des données, Sapan Desai lui fournissait des tableaux récapitulatifs, mais jamais les données brutes. Je ne sais pas quelle proportion de ces données a été inventée, mais suffisamment pour qu’il n’ait pas voulu les partager avec ses coauteurs.

    L’épisode ne donne-t-il pas raison à ceux qui plaident pour un système de prépublication qui permettrait une revue par les pairs qui soit publique ?

    Dans ce cas particulier, un preprint aurait pu permettre de découvrir la fraude – je peux le concevoir. Mais un des dangers des preprints est qu’ils peuvent gagner beaucoup d’attention avant d’avoir été relus.

    Nous avons signé une déclaration lancée par le Wellcome Trust reconnaissant qu’en période de pandémie les chercheurs peuvent souhaiter exposer leurs résultats dans le domaine public plus rapidement que d’habitude, et que s’ils choisissent de les prépublier, cela ne compromettra pas leur chance de les voir publiés dans une revue. Je soutiens fortement l’idée des preprints, en théorie. Mais il y a des problèmes aussi avec eux : certains ont donné lieu à l’exposition de théories complotistes sur l’origine du nouveau coronavirus, et il a fallu les retirer… Les preprints peuvent aussi être trompeurs. Ils ont leur place, mais ne sont pas la panacée pour ces problèmes.

    Pour revenir à la confiance que vous évoquiez, centrale dans le processus scientifique, le grand public ne va-t-il pas voir sa propre confiance envers la science érodée par cette crise ? Il a découvert que la vérité médicale était très labile. Est-ce une bonne ou une mauvaise chose ?

    Je pense que c’est bien si le public comprend que la science ne produit pas des vérités. Ce qu’elle fait, c’est se diriger vers la vérité, qu’elle n’atteint jamais complètement. Cela signifie qu’il y a toujours de la place pour l’erreur, l’incertitude et le doute.

    C’est toujours mauvais quand les politiciens disent avoir pris des décisions en accord avec la science. Cela ne veut absolument rien dire. De quelle science parlez-vous ? Quelles preuves, quelle incertitude, à quel point êtes-vous sûr des résultats ? La « science » dans ce sens-là est une invention des politiciens pour se protéger des critiques. Donc nous devons expliquer qu’une telle chose, « la vérité » ou « la science », cela n’existe pas. Il y a seulement des probabilités, et des possibilités.

    Si le Covid-19 a détruit l’illusion que la science délivre la vérité, c’est une bonne chose. Mais – et c’est un grand mais – cela ne devrait pas engendrer une perte de confiance dans la science. Bien au contraire : montrer la réalité de ce qu’est la science, la montrer dans son humilité, devrait renforcer la confiance que le public devrait avoir envers elle.

    Ce que nous faisons, humblement, est de faire de notre mieux dans des circonstances difficiles. Si nous le racontons, je pense que le public nous fera confiance. Si nous faisons des promesses infondées, le public, de façon compréhensible, ne nous croira pas.

    Cette crise est une opportunité pour la communauté scientifique de réécrire le contrat entre la science et la société. C’est très important. Et c’est le moment de le faire.

    https://www.lemonde.fr/sciences/article/2020/06/20/richard-horton-le-covid-19-montre-une-faillite-catastrophique-des-gouverneme

    #Coronavirus

  • Rebellitude ou #anarchisme ? Une histoire d’eau - Mon blog sur l’écologie politique
    http://blog.ecologie-politique.eu/post/Rebellitude-ou-anarchisme-Une-histoire-d-eau

    Et malgré tout, le #masque, vu ce que Coluche appelait la conjoncture, on en a besoin pour ne se refiler que des charges virales réduites qui renforcent notre immunité plutôt que des grosses qui nous font choper le Covid direct (et si pas nous, une autre personne qu’on aime bien). Alors s’te plaît, arrête de dire que t’es un·e « rebelle » et deviens plutôt vraiment anarchiste (c’est tellement cool, tout le monde dit qu’il l’est), vraiment une menace pour l’ordre ambiant : respecte les gens avec qui tu vis et organise-toi avec elles et eux pour virer un jour à coups de tatane tous ces gens qui ne vivent plus avec nous depuis longtemps.

  • Rouen – Les personnes arrêtées lors de la venue de Darmanin portent plainte pour « atteinte arbitraire à la liberté individuelle »
    https://rouendanslarue.net/rouen-les-personnes-arretees-lors-de-la-venue-de-darmanin-portent-pl

    Selon leur avocate Chloe Chalot, une telle rétention s’avère « parfaitement abusive ». Tous ont porté plainte aujourd’hui pour « atteinte à la liberté individuelle commise par une personne dépositaire de l’autorité publique ». L’ensemble de la journée apporte une preuve supplémentaire du traitement particulier réservé aux opposants politiques. Source : Rouen dans la rue

  • COVID peu sévère : l’hôpital Foch propose un bilan d’évaluation en cas de syndrome #post-COVID
    https://francais.medscape.com/voirarticle/3606153

    Suresnes, France — A côté des patients qui sont pris en charge pour des soins de réadaptation après un passage en réanimation ou en soins intensifs, il y a ceux atteints par une forme moins grave du Covid 19 mais qui des semaines après ne peuvent pas reprendre une vie normale. Plutôt jeunes, actifs et en bonne santé avant la pandémie, ils sont maintenant en grande difficulté. Découvrant cette situation par ses collègues des urgences de différents hôpitaux recevant en nombre ces patients d’un nouveau profil, le Dr Nicolas Barizien a décidé de mettre en place une consultation dédiée. Ainsi, depuis le 12 juin, le service de médecine physique et réadaptation de l’hôpital Foch s’ouvre à ces patients deux à trois demi-journées par semaine.

    L’objectif : à l’issue d’un circuit d’évaluation pluridisciplinaire d’environ trois heures, un bilan de synthèse oriente le patient, le plus souvent une patiente, vers des soignants en ville.

  • « La réalité de l’agriculture française, ce sont des hommes et des femmes qui se cassent le dos »
    https://reporterre.net/La-realite-de-l-agriculture-francaise-ce-sont-des-hommes-et-des-femmes-q

    Main-d’œuvre à bas coût, logements indignes... Un avocat et un sociologue spécialistes du travail agricole détaché détaillent à Reporterre comment, en glorifiant le made in France, « on promeut alors des marchandises qui ne sont pas produites de manière différente qu’en Espagne ou au Maroc ».

    [...]

    "Certains travailleurs sont sédentaires en France, qu’ils soient Français ou d’origine étrangère. D’autres viennent d’ailleurs pour compléter les effectifs, parce qu’il y a une pénurie de main-d’œuvre en France. Dans ceux-ci, deux types de profils se dégagent : ceux employés dans des conditions tout à fait normales, qui viennent pour une mission et puis repartent. Et ceux qui ne sont pas en mesure de dire non à une proposition beaucoup plus floue. Ils sont souvent à la disposition d’une société intérimaire [étrangère] mais également des exploitants français et travaillent dans les conditions qu’on leur désigne, là où on leur dit, avec parfois des journées de plus de douze heures, des conditions d’hébergement déplorables et un salaire en-dessous du minimum légal, sans revendication possible."

    [...]

    "Les conditions de travail des saisonniers ne se sont pas améliorées et j’aurais tendance à dire que ça a empiré avec la concurrence exacerbée qui existe entre les zones de production, entre le sud de la France, le sud de l’Espagne, le sud de l’Italie et le Maroc notamment. Par ailleurs, la mécanisation dans le secteur a très peu avancé, parce qu’il y a accès à de la main-d’œuvre pas chère. L’arbitrage capital-travail est toujours le même : ça me coûte plus cher de mettre une machine que de mettre un homme au travail."

    #agriculture #exploitation