• Richard Horton, patron du « Lancet » : « Le Covid-19 montre une faillite catastrophique des gouvernements occidentaux »

    Dans un livre publié au Royaume-Uni, le rédacteur en chef de la revue médicale dénonce l’impéritie de nombreux pays face à la menace pourtant annoncée de la #pandémie. Il revient sur la rétractation récente d’une étude publiée dans ses colonnes.

    Richard Horton est une figure incontournable de l’édition scientifique. Patron depuis un quart de siècle du journal médical britannique The Lancet, il vient de publier un ouvrage dans lequel il dénonce la faillite des exécutifs occidentaux face à la pandémie ( The COVID-19 Catastrophe : What’s Gone Wrong and How to Stop It Happening Again , Polity, non traduit).

    Dès janvier, le Lancet avait publié cinq articles qui permettaient d’appréhender ce qui attendait la planète si rien n’était entrepris pour contrer la diffusion internationale du SARS-CoV-2. Plus récemment, sa revue a elle-même été mise en cause pour avoir publié un article qui mettait en évidence une surmortalité chez les patients hospitalisés pour Covid-19 et traités à l’#hydroxychloroquine ; avant de devoir rétracter cette étude, faute d’avoir pu accéder aux données fournies par une obscure société américaine, Surgisphere. Richard Horton tire aussi les leçons de cet épisode.

    Vous venez de publier un livre dans lequel vous êtes très sévère sur la façon dont la pandémie a été gérée, en particulier dans votre pays, le Royaume-Uni…

    La raison pour laquelle mes mots sont durs, c’est que nous avons publié à la fin du mois de janvier dans le Lancet cinq articles qui décrivaient parfaitement cette nouvelle maladie pour laquelle il n’y avait ni traitement ni vaccin, qui présentait une assez forte mortalité, et qui se transmettait entre humains.

    Pour reprendre les mots de Gabriel Leung (université de Hongkong), « ce mode de transmission indiquait une forte probabilité de pandémie mondiale ». On savait tout cela le 31 janvier. La veille, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait déclaré une urgence de santé publique de portée internationale.

    Et, pendant les six semaines qui ont suivi, la plupart des pays occidentaux n’ont absolument rien fait. C’est une erreur impardonnable.

    La question est : pourquoi le président [français Emmanuel] Macron, le président [du Conseil italien Giuseppe] Conte, pourquoi le premier ministre [britannique Boris] Johnson, pourquoi le président [américain Donald] Trump n’ont-ils rien fait ? Ne comprenaient-ils pas ce qui se passait en Chine ? Ne croyaient-ils pas les Chinois ? N’ont-ils pas demandé à leurs représentations diplomatiques à Pékin d’enquêter ? Je ne comprends pas. Les preuves étaient très claires, dès fin janvier. Donc je pense que les politiciens vont devoir s’expliquer.

    Et ce n’est pas correct de blâmer l’OMS ou la Chine, comme le font Johnson ou Trump, dans une mystérieuse théorie du complot. L’OMS et la Chine ont expliqué dès janvier ce qui était en train de se passer. Mais il y a une défaillance systématique des gouvernements occidentaux qui n’ont pas pris ces messages au sérieux. Etait-ce du #racisme envers les Chinois ? C’est une faillite catastrophique des exécutifs occidentaux. Cette pandémie est un désastre que nous avons nous-mêmes créé.

    Des commissions d’enquête parlementaires ont-elles été mises en place au Royaume-Uni afin d’évaluer la gestion de la pandémie par le gouvernement ?

    Non. La France a un temps d’avance sur nous. Nos politiciens nous disent que ce n’est pas le bon moment. Ce que je trouve dément. Si nous avons une seconde vague plus tard cette année, nous ferions mieux d’avoir tiré les leçons de notre mauvaise gestion de la première.

    Nous devons être très clairs à ce sujet. Je ne veux blâmer aucun individu. Il n’y a pas une personne en France ou dans aucun autre pays européen qui soit responsable à elle seule d’une faillite nationale. C’est le système qui a failli, le système de conseils scientifiques qui a failli dans votre pays comme dans le mien. Le système de riposte politique a failli dans votre pays comme dans le mien.

    En quoi la France a-t-elle failli, selon vous ?

    Lorsqu’il y a eu proclamation d’une urgence de santé publique de portée internationale, le 30 janvier, pourquoi la ministre de la santé [d’alors, Agnès Buzyn] n’a-t-elle pas immédiatement envoyé un message à l’ambassade de France à Pékin pour lui demander son aide pour comprendre ce qui se passait à #Wuhan, quel était ce virus, à quel point il était inquiétant, s’il était aussi préoccupant que l’indiquaient des articles dans The Lancet ?

    Si l’ambassade avait fait correctement son travail, elle aurait rassemblé en quarante-huit heures les informations du bureau de l’OMS à Pékin, de la Commission nationale de santé du gouvernement chinois. Elle aurait compris la nature de la menace, l’aurait immédiatement transmise au ministère de la santé et au Palais de l’Elysée et, à la fin de la première semaine de février, le gouvernement aurait disposé d’une vision très claire du danger.

    Si cela ne s’est pas produit, c’est une faillite catastrophique du gouvernement français et les Français doivent demander pourquoi le gouvernement n’a pas protégé les près de 30 000 vies qui ont été perdues, comme nous en avons perdu 40 000. C’étaient des morts évitables. Ces personnes devraient être en vie aujourd’hui.

    Pourquoi les gens ne sont-ils pas davantage en colère à ce sujet ? J’ai vu les manifestations des « gilets jaunes » dans les rues de Paris. Elles m’ont frappé. Pourquoi les « gilets jaunes » ne manifestent-ils pas dans la rue contre l’échec du gouvernement français à protéger les vies des près de 30 000 de ses citoyens ? Qui demande des comptes au gouvernement ?

    Tant qu’il n’y aura pas un vaccin disponible pour tous, le virus ne s’en ira pas de lui-même. Nous devrons vivre avec lui dans le futur proche. Selon toute probabilité, il reviendra cet hiver sous la forme d’une seconde vague. Et il est possible lorsque nous assouplissons le confinement que nous ayons des flambées de la première vague.

    Donc, il n’y aura jamais un bon moment pour mener des enquêtes. Nous avons besoin d’une enquête qui démontre clairement qu’il ne s’agit pas de blâmer des individus, mais de comprendre ce qui n’a pas marché.

    Certains comparent ce qui s’est passé dans un laps de temps très court pour le Covid-19 avec le sujet du changement climatique, pour lequel nous savons ce qui va arriver mais n’agissons pas. Cela vous paraît-il pertinent ?

    C’est un peu différent. Dans une pandémie, nous parlons de la faible probabilité d’un événement à haut risque. Le changement climatique est en train de se produire, qui provoque une urgence si nous n’agissons pas.

    Je ferais plutôt la comparaison avec la protection contre les séismes. Si vous habitez à Los Angeles ou à San Francisco, on vous demande de vous préparer à un événement qui se produira à coup sûr mais à un moment inconnu. C’est très difficile de faire des plans pour ce type de situation.

    Au Royaume-Uni et, j’en suis sûr en France, une pandémie grippale figurait en tête de liste dans l’évaluation nationale des risques. Nous savons que nous avons une épidémie saisonnière tous les ans, que la grippe de 1919 fut une catastrophe et nous savons qu’un jour nous serons confrontés à un virus grippal beaucoup plus sévère même s’il l’est moins que celui de 1919. Et nous nous y préparons.

    Nous ne nous étions pas préparés à quelque chose du type #SRAS [syndrome respiratoire aigu sévère]. C’était une erreur, car le SRAS de 2002-2003 était un prototype de ce que nous avons aujourd’hui. Nous savons qu’au cours des vingt ou trente dernières années, la fréquence des infections chez l’animal qui passent à l’homme a augmenté. La raison en est connue : urbanisation massive, taudis urbains, marché avec des animaux vivants dans les villes, mauvaises conditions d’hygiène…

    Ces virus ne viennent pas par accident de Chine. Elle a connu l’industrialisation et l’urbanisation les plus rapides de la planète. Nous savions que nous étions en train de créer les conditions d’incubation d’une pandémie, mais nous ne savions pas exactement quand elle surviendrait. C’est sur ce point que nous avons trahi nos citoyens en ne nous préparant pas comme il fallait.

    En 2016, le Royaume-Uni a fait une simulation – l’exercice Cygnus – afin d’évaluer l’impact d’une pandémie grippale. Elle a montré que nous n’étions pas prêts pour une pandémie. Et nous nous retrouvons aujourd’hui dans une pandémie à laquelle nous n’étions pas préparés. Un nouvel exemple d’échec gouvernemental et de la santé publique. Nous savions qu’il y avait un problème, nous ne l’avons pas réglé.

    En France, il y avait un plan pour une situation pandémique, mais il semble qu’il soit resté dans un placard…

    Exactement. Mais ce ne sont pas seulement les politiciens qui sont responsables. Votre pays comme le mien ont la chance d’avoir certains des meilleurs scientifiques au monde. L’Institut Pasteur est un réseau de classe mondiale d’institutions de recherche sur les maladies infectieuses. Où étaient les voix de l’Institut Pasteur pour pousser le gouvernement à se préparer à une pandémie, dès février ?

    Il faut poser ces questions sur les scientifiques, au Royaume-Uni comme en France, pour savoir pourquoi l’élite scientifique ne faisait pas valoir ces signaux d’inquiétude.

    Cette élite scientifique a parfois été divisée sur l’importance de cette menace pandémique, même assez tardivement, en France. Peut-être ces contradictions compliquaient-elles la tâche des politiques pour savoir à quoi on faisait face ?

    Je comprends cela. Mais, ce que je dis, c’est que les choses étaient claires en janvier. Quiconque disait en mars qu’il n’y avait pas un danger immédiat avec cette pandémie montrait une incompétence incroyable. En mars, le virus faisait rage en Italie du Nord.

    En France, des conseils scientifiques ont été créés pour éclairer le gouvernement. Quelle articulation peut-il y avoir entre la science et le politique ?

    Je connais Jean-François Delfraissy, le président d’un de ces conseils scientifiques. Vous ne pouviez avoir un meilleur scientifique pour conseiller le gouvernement.

    Je ne le critique pas. La responsabilité du système était de comprendre ce qui se passait exactement en Chine dès janvier. Je ne comprends pas pourquoi dès ce moment on n’a pas indiqué au gouvernement qu’il fallait prévoir des protections individuelles, être prêt à tester, à tracer et à isoler, éviter les rassemblements, envisager de fermer les écoles, pour se préparer à cette épidémie. Et ce n’est pas de la perspicacité. Relisez ces articles de janvier : tout y figurait déjà. Et rien ne s’est passé. Votre gouvernement a mieux répondu que le mien. C’est déjà ça…

    Autre question : où était l’Union européenne (UE) ? Une des raisons de l’échec britannique est le Brexit, l’exceptionnalisme, la mentalité îlienne : c’est un défaut psychologique classique en Grande-Bretagne, la croyance que nous sommes meilleurs que tous les autres. Eh bien on a prouvé tout le contraire dans la façon de gérer cette pandémie.

    Mais l’UE avait une opportunité de s’assurer que non seulement les pays soient préparés, mais aussi coordonnés. Une des choses les plus marquantes est d’avoir vu vingt-sept Etats avoir vingt-sept stratégies différentes.

    Pourquoi l’UE n’a-t-elle pas réuni ses Etats membres pour qu’ils apprennent les uns des autres, coopèrent et s’aident d’une façon bien plus coordonnée ? Je sais que la réponse est que la santé est une responsabilité nationale. Mais on s’en fout ! C’était une pandémie, une urgence, une menace à la sécurité nationale ! L’UE aurait dû avoir une part bien plus active pour unifier les pays dans ces circonstances.

    Parlons du « Lancet », qui a dû rétracter le 4 juin un article publié le 22 mai. Que s’est-il passé ?

    Il semble qu’il s’agisse d’une fraude monumentale, par le fondateur de la société Surgisphere, Sapan Desai. Il y a une enquête en cours par le Brigham and Women’s Hospital (Boston) dont dépend l’auteur principal, Mandeep Mehra, pour comprendre ce qui s’est passé. Ce dont nous sommes sûrs, c’est qu’il n’y a pas de données vérifiées ou validées de façon indépendante pour appuyer ce qu’avance l’article.

    Personne ne peut dire si ces données existent, à part Sapan Desai lui-même, qui a refusé de les partager avec Mandeep Mehra et les autres auteurs, et il a refusé de les montrer à des auditeurs indépendants. Si bien que personne ne connaît le statut exact de ces données.

    Cette affaire en évoque une autre, quand le « Lancet » avait dû rétracter en 2006 un article du Norvégien Jon Sudbo après que celui-ci avait admis avoir inventé des données. Quelles leçons peut-on tirer de ces épisodes ?

    Il va nous falloir être plus méfiants. Aujourd’hui, nous faisons confiance à ce que nous disent les auteurs des articles scientifiques. S’ils nous disent qu’il y a une base de données et qu’ils signent une déclaration affirmant qu’elles sont fiables, nous leur faisons confiance, tout comme les reviewers extérieurs à qui nous demandons d’évaluer leurs travaux.

    Clairement, il va falloir élever notre niveau de méfiance à propos de ces bases de données pour avoir plus de chance d’identifier des cas de fraude. Mais il faut être très clair : c’est une perte pour la science, qui s’appuie sur la confiance. Quand vous perdez la confiance, parce que des gens malintentionnés mentent, c’est mauvais pour tout le monde.

    Pourrait-on imaginer des préenregistrements de ces données, comme dans les essais cliniques ?

    Il y a aussi de la fraude dans les essais cliniques : des patients et des données ont été inventés, et on ne s’en est aperçu qu’après la publication des résultats…

    La seule façon d’être 100 % certain de ne pas publier des travaux frauduleux serait que les éditeurs et les reviewers se rendent sur place et qu’ils examinent chaque élément des données sur lesquelles s’appuie l’étude publiée dans la revue. Mais c’est clairement une tâche impossible, grotesque. Donc on ne peut se passer d’une part de confiance, sinon la science cessera de fonctionner.

    Pourrait-on imaginer des tiers de confiance qui vérifieraient une part de ces données, de façon aléatoire, comme c’est le cas dans l’industrie pharmaceutique, avec un effet dissuasif – un peu comme les contrôles routiers ?

    Les revues scientifiques ne peuvent être la police de la science, ce n’est pas notre rôle. Mais on pourrait envisager d’être plus attentif si une nouvelle base de données apparaît, comme c’était le cas avec celle de Surgisphere. Mandeep Mehra n’a lui-même pas eu accès aux données.

    Donc nous allons désormais demander aux auteurs de signer une déclaration qui dise explicitement qu’ils ont eu accès aux données et qu’ils les ont effectivement vues. On peut avoir des demandes plus strictes vis-à-vis des auteurs.

    Dans le sport, le dopage semble avoir toujours une longueur d’avance sur les contrôles. Y a-t-il un parallèle avec l’activité scientifique ?

    C’est très vrai. A chaque fois, on essaie de tirer les leçons, mais la fraude continue : c’est assez facile pour les fraudeurs, précisément parce que l’activité scientifique est fondée sur la confiance. Mais pourquoi devrait-elle être différente d’autres secteurs de la société où des personnes malintentionnées se distinguent aussi.

    Avec Surgisphere, on a affaire à quelqu’un qui a pu mentir à ses coauteurs, dans une publication dans le New England Journal of Medicine, dans le Lancet, et peut-être d’autres revues. C’est assez incroyable qu’il ait pu tromper tant de gens en tant d’occasions. Cela ne veut pas dire que la science a failli, mais que le système sur lequel elle est fondée peut facilement être subverti.

    Mais faut-il, à cause de ces rares occasions où cela se produit, changer tout le système ? Il y a une expression anglaise qui dit « bad cases make bad law » – les mauvais exemples conduisent à de mauvaises lois. C’était un cas extrême, on doit en tirer les leçons, mais cela ne veut pas dire qu’on doive instituer un système bureaucratique énorme fondé sur l’idée que chaque article peut être l’objet d’une fraude.

    Peut-être pourrait-on avoir des incitations, du côté des « reviewers », en rendant publiques leurs évaluations afin de les responsabiliser plus encore ? Car, dans ce cas précis, il n’a pas fallu longtemps à des observateurs extérieurs aux revues pour voir que quelque chose clochait dans les résultats…

    C’est vrai. Nous envisageons de poser une question très directe aux reviewers : pensez-vous qu’il y ait des problèmes d’intégrité scientifique dans cet article ? Y a-t-il une possibilité, même infime, de fraude ? Cela concentrerait leur attention sur cette question d’une façon inédite. Une des leçons est aussi qu’on ne peut faire confiance d’emblée aux bases de données. A l’avenir, si on a affaire à une base de données dont on n’a jamais entendu parler, il faudra être méfiant, et peut-être demander – dans cette situation – à ce que les reviewers aient accès aux données brutes.

    L’urgence à publier en temps de pandémie a-t-elle pu vous faire baisser la garde ?
    Non, cela serait arrivé même hors Covid-19. Si quelqu’un est déterminé à tromper son monde, on ne peut pas y faire grand-chose. Cet individu a tenté de tromper ses collègues, des institutions, des journaux et pour finir le public. Il a essayé et il a échoué.

    Certains observateurs estiment que les données de Sapan Desai pourraient exister, avoir été aspirées dans les registres électroniques des hôpitaux sans que les autorités soient au courant. Pensez-vous que ce soit le cas ?

    Je n’en sais rien, pour être honnête. Ce que Mandeep Mehra m’a dit, c’est que quand les auditeurs indépendants ont demandé à Sapan Desai de leur transférer les données, ils ont eu une discussion par Zoom, et il s’est contenté de leur montrer son écran d’ordinateur. Donc, à ma connaissance, personne n’a vu les données de Surgisphere.

    On pourrait croire que les coauteurs ont travaillé avec lui sur les données, mais ce n’est pas le cas. Quand Mandeep Mehra demandait des données, Sapan Desai lui fournissait des tableaux récapitulatifs, mais jamais les données brutes. Je ne sais pas quelle proportion de ces données a été inventée, mais suffisamment pour qu’il n’ait pas voulu les partager avec ses coauteurs.

    L’épisode ne donne-t-il pas raison à ceux qui plaident pour un système de prépublication qui permettrait une revue par les pairs qui soit publique ?

    Dans ce cas particulier, un preprint aurait pu permettre de découvrir la fraude – je peux le concevoir. Mais un des dangers des preprints est qu’ils peuvent gagner beaucoup d’attention avant d’avoir été relus.

    Nous avons signé une déclaration lancée par le Wellcome Trust reconnaissant qu’en période de pandémie les chercheurs peuvent souhaiter exposer leurs résultats dans le domaine public plus rapidement que d’habitude, et que s’ils choisissent de les prépublier, cela ne compromettra pas leur chance de les voir publiés dans une revue. Je soutiens fortement l’idée des preprints, en théorie. Mais il y a des problèmes aussi avec eux : certains ont donné lieu à l’exposition de théories complotistes sur l’origine du nouveau coronavirus, et il a fallu les retirer… Les preprints peuvent aussi être trompeurs. Ils ont leur place, mais ne sont pas la panacée pour ces problèmes.

    Pour revenir à la confiance que vous évoquiez, centrale dans le processus scientifique, le grand public ne va-t-il pas voir sa propre confiance envers la science érodée par cette crise ? Il a découvert que la vérité médicale était très labile. Est-ce une bonne ou une mauvaise chose ?

    Je pense que c’est bien si le public comprend que la science ne produit pas des vérités. Ce qu’elle fait, c’est se diriger vers la vérité, qu’elle n’atteint jamais complètement. Cela signifie qu’il y a toujours de la place pour l’erreur, l’incertitude et le doute.

    C’est toujours mauvais quand les politiciens disent avoir pris des décisions en accord avec la science. Cela ne veut absolument rien dire. De quelle science parlez-vous ? Quelles preuves, quelle incertitude, à quel point êtes-vous sûr des résultats ? La « science » dans ce sens-là est une invention des politiciens pour se protéger des critiques. Donc nous devons expliquer qu’une telle chose, « la vérité » ou « la science », cela n’existe pas. Il y a seulement des probabilités, et des possibilités.

    Si le Covid-19 a détruit l’illusion que la science délivre la vérité, c’est une bonne chose. Mais – et c’est un grand mais – cela ne devrait pas engendrer une perte de confiance dans la science. Bien au contraire : montrer la réalité de ce qu’est la science, la montrer dans son humilité, devrait renforcer la confiance que le public devrait avoir envers elle.

    Ce que nous faisons, humblement, est de faire de notre mieux dans des circonstances difficiles. Si nous le racontons, je pense que le public nous fera confiance. Si nous faisons des promesses infondées, le public, de façon compréhensible, ne nous croira pas.

    Cette crise est une opportunité pour la communauté scientifique de réécrire le contrat entre la science et la société. C’est très important. Et c’est le moment de le faire.

    https://www.lemonde.fr/sciences/article/2020/06/20/richard-horton-le-covid-19-montre-une-faillite-catastrophique-des-gouverneme

    #Coronavirus

  • L’ouragan Hanna détruit une partie du mur frontalier de Donald Trump alors que la tempête frappe la côte
    27 juillet 2020 | FR24 News France
    https://www.fr24news.com/fr/a/2020/07/louragan-hanna-detruit-une-partie-du-mur-frontalier-de-donald-trump-alors-

    L’ouragan Hanna a renversé une partie du mur frontalier américano-mexicain de Donald Trump en laissant une traînée de destruction le long de la côte du Texas.

    Le premier ouragan de la saison s’est abattu samedi sur l’île Padre en tant qu’ouragan de catégorie 1 sur l’échelle d’intensité en cinq étapes de Saffir-Simpson et a ensuite touché terre une deuxième fois dans le comté de Kenedy, au Texas.

    Il a balayé une partie de l’État durement touchée par la pandémie de coronavirus.

    Des vents puissants de Hanna ont renversé une section du mur de Donald Trump à la frontière des États-Unis et du Mexique.

    #Hanna
    https://video.twimg.com/ext_tw_video/1287511745804763136/pu/vid/226x400/464_KC9c7l-2Yx0u.mp4?tag=10

  • « 5G : 6 arguments pour un moratoire stratégique »

    « Peut-on avoir un débat stratégique sur la #5G ou doit-on se contenter des a priori pour ou contre ? La partie est-elle déjà jouée ou les États européens et leurs citoyens peuvent-ils recouvrer leur souveraineté dans cette affaire ? 6 arguments devraient être débattus séparément et à égalité d’importance : la santé, l’environnement, la souveraineté, les territoires, l’utilité sociale, la sécurité. »

    https://blogs.mediapart.fr/dominique-g-boullier/blog/160720/5g-6-arguments-pour-un-moratoire-strategique

    • Plutôt moins de bêtises que dans beaucoup de textes sur le sujet, surtout si on compare avec tous les délires lus sur la 5G. C’est bien argumenté et je suis d’accord avec lui sur l’approche, mais…

      [Déjà, la section sur la santé… Pourquoi demander de telles précautions pour la 5G et pas pour toutes les autres innovations ?]

      Le troll contre « le porno, YouTube et Netflix » est vraiment trop facile. Outre le jugement de valeur un peu réac (la télé, c’est mal), cela ignore l’extrême variété des contenus sur YouTube (du génial au consternant).

      L’idée « Ne peut-on pas avoir en même temps une discussion sur les contenus qui doivent être favorisés ? » est très dangereuse. Cela mène aux violations de la neutralité, et cela ouvre une discussion sans fin sur « vaut-il mieux diffuser des matches de foot ou des cours de philo ? ».

      Et l’analyse de cybersécurité est tout à fait erronée. Les failles sur les sites Web menant à la fuite de données personnelles n’ont rien à voir avec la techno de connexion (5G ou pas).

      Mais, surtout, l’appel à renforcer la sécurité est ambigu : cela peut mener également à la demande d’un réseau « civilisé » (N. Sarkozy), contrôlé étroitement. Des phrases comme « il faut désormais reprendre le contrôle complet du réseau et revoir totalement les instances de régulation ad hoc d’internet » font peur.

      Au passage, l’analyse de l’attaque de #Mirai contre #Dyn (« le fournisseur d’adresses de tout le quart Nord Est des Etats-Unis », ah, ah) est vraiment faite avec les pieds et comprend plusieurs erreurs graves (ou simplifications exagérées, si on veut être gentil). #DNS

      Et je critique ici car je ne vois pas comment commenter un article sur les blogs de Mediapart.

  • Gaël Giraud : « Le monde financier sait que ses jours sont comptés » | Public Senat
    https://www.publicsenat.fr/article/politique/gael-giraud-le-monde-financier-sait-que-ses-jours-sont-comptes-183433

    Quelle sera l’ampleur de la crise économique ?

    La crise sera plus grave que celle de 2008. Nous entrons dans une spirale déflationniste extrêmement dangereuse. L’Europe de l’Ouest pourrait connaître une trajectoire à la japonaise. Dans les années 1990, le Japon a connu une grande répétition de la crise des subprimes, avec une gigantesque bulle financière qui a gonflé sur une bulle immobilière. Les deux bulles ont explosé au même moment, et le Japon est entré dans la déflation, c’est-à-dire dans un régime macroéconomique dans lequel il n’y a plus de croissance, plus d’inflation, énormément de dette privée et un chômage de masse. Nous risquons de subir le même sort si nous continuons de pratiquer l’austérité budgétaire.

    Vous êtes très pessimiste, à un moment où les marchés financiers semblent se porter plutôt bien. Comment expliquez-vous cette bonne santé des marchés ?
    Les marchés financiers sont profondément inefficients, irrationnels, traversés par des bulles spéculatives et des mouvements erratiques qui n’ont rien à voir avec l’économie réelle. On ne peut pas demander aux marchés financiers de prédire l’avenir. Ils en sont incapables.

    #Gaël_Giraud, mon #social-démocrate préféré, écolo et tout, sur la #crise_économique à venir. #Cassandre écolo qui comme Cochet et Larrouturou en 2007 doit avoir environ un an, un an et demie d’avance sur les marchés. Ça fait six mois que je les entends dire ça, je me disais que peut-être la crise sanitaire avait atténué la surchauffe mais non... C’est peut-être pour cet automne, avec une deuxième vague par dessus. Et plein de #dettes évidemment.

  • Recherche. Ce que les vibrations des ampoules trahissent de nos conversations

    Des chercheurs israéliens ont mis au point une technique qui permet de reconstituer une conversation rien qu’en captant, à distance, les vacillements induits par les sons sur la lumière d’une ampoule.

    https://www.courrierinternational.com/article/recherche-ce-que-les-vibrations-des-ampoules-trahissent-de-no

    Si c’est vrai, le résultat est bluffant (et flippant), écouter par ex Let it be des Beatles :

    https://www.nassiben.com/lamphone

    https://www.youtube.com/watch?v=t32QvpfOHqw

    #Lamphone #espionnage #vie_privée #renseignement #technologie #surveillance

  • « Et je remets le masque… » - Libération
    https://www.liberation.fr/france/2020/06/23/et-je-remets-le-masque_1792097

    Aux Etats-Unis, début mars, les soixante membres d’une chorale qui avaient respecté les distances de sécurité mais avaient répété tous ensemble pendant deux heures et demie dans une salle fermée en ont été victimes. L’un des leurs, patient asymptomatique, a infecté 45 personnes, dont deux sont mortes. On considère ainsi que 90% des contaminations se produisent de manière aéroportée dans des lieux clos et mal ventilés.

    Portez des masques quand c’est nécessaire. Exercez votre droit de retrait si votre entreprise ne prend pas les mesures nécessaires. Portez des masques dans les magasins, dans les transports en commun, dans les endroits où vous ne pouvez respecter les mesures de sécurité parce qu’il y a trop de monde. Certes, vous n’aurez pas l’air aussi cool et rebelle que Bernard-Henri Lévy. Je vous souhaite d’y survivre.

  • Richard Horton, patron du « Lancet » : « Le #Covid-19 montre une faillite catastrophique des gouvernements occidentaux »
    https://www.lemonde.fr/sciences/article/2020/06/20/richard-horton-le-covid-19-montre-une-faillite-catastrophique-des-gouverneme

    Vous venez de publier un livre dans lequel vous êtes très sévère sur la façon dont la #pandémie a été gérée, en particulier dans votre pays…

    La raison pour laquelle mes mots sont durs, c’est que nous avons publié à la fin du mois de janvier dans le Lancet cinq articles qui décrivaient parfaitement cette nouvelle maladie pour laquelle il n’y avait ni traitement ni vaccin, qui présentait une assez forte mortalité, et qui se transmettait entre humains. Pour reprendre les mots de Gabriel Leung (université de Hongkong), « ce mode de transmission indiquait une forte probabilité de pandémie mondiale ». On savait tout cela le 31 janvier. La veille, l’#OMS avait déclaré une urgence de #santé_publique de portée internationale.

    Et, pendant les six semaines qui ont suivi, la plupart des pays occidentaux n’ont absolument rien fait. C’est une erreur impardonnable. La question est : pourquoi le président [français Emmanuel] Macron, le président [du Conseil italien Giuseppe] Conte, pourquoi le premier ministre [britannique Boris] Johnson, pourquoi le président [américain Donald] Trump n’ont-ils rien fait ? Ne comprenaient-ils pas ce qui se passait en Chine ? Ne croyaient-ils pas les Chinois ? N’ont-ils pas demandé à leurs représentations diplomatiques à Pékin d’enquêter ? Je ne comprends pas. Les preuves étaient très claires, dès fin janvier. Donc je pense que les politiciens vont devoir s’expliquer.

    Et ce n’est pas correct de blâmer l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ou la #Chine, comme le font Johnson ou Trump, dans une mystérieuse théorie du complot. L’OMS et la Chine ont expliqué dès janvier ce qui était en train de se passer. Mais il y a une défaillance systématique des gouvernements occidentaux qui n’ont pas pris ces messages au sérieux. Etait-ce du racisme envers les Chinois ? C’est une faillite catastrophique des exécutifs occidentaux. Cette pandémie est un #désastre que nous avons nous-mêmes créé.

    Il vous reste 86.08% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

    • Des commissions d’enquête parlementaires ont-elles été mises en place au Royaume-Uni afin d’évaluer la gestion de la pandémie par le gouvernement ?

      Non. La France a un temps d’avance sur nous. Nos politiciens nous disent que ce n’est pas le bon moment. Ce que je trouve dément. Si nous avons une seconde vague plus tard cette année, nous ferions mieux d’avoir tiré les leçons de notre mauvaise gestion de la première. Nous devons être très clairs à ce sujet. Je ne veux blâmer aucun individu. Il n’y a pas une personne en France ou dans aucun autre pays européen qui soit responsable à elle seule d’une faillite nationale. C’est le système qui a failli, le système de conseils scientifiques qui a failli dans votre pays comme dans le mien. Le système de riposte politique a failli dans votre pays comme dans le mien.

      En quoi la France a-t-elle failli, selon vous ?

      Lorsqu’il y a eu proclamation d’une urgence de santé publique de portée internationale, le 30 janvier, pourquoi la ministre de la santé n’a-t-elle pas immédiatement envoyé un message à l’ambassade de France à Pékin pour lui demander son aide pour comprendre ce qui se passait à Wuhan, quel était ce virus, à quel point il était inquiétant, s’il était aussi préoccupant que l’indiquaient des articles dans The Lancet ? Si l’ambassade avait fait correctement son travail, elle aurait rassemblé en quarante-huit heures les informations du bureau de l’OMS à Pékin, de la Commission nationale de santé du gouvernement chinois. Elle aurait compris la nature de la menace, l’aurait immédiatement transmise au ministère de la santé et au Palais de l’Elysée et, à la fin de la première semaine de février, le gouvernement aurait disposé d’une vision très claire du danger.

      Si cela ne s’est pas produit, c’est une faillite catastrophique du gouvernement français et les Français doivent demander pourquoi le gouvernement n’a pas protégé les près de 30 000 vies qui ont été perdues, comme nous en avons perdu 40 000. C’étaient des morts évitables. Ces personnes devraient être en vie aujourd’hui. Pourquoi les gens ne sont-ils pas davantage en colère à ce sujet ? J’ai vu les manifestations des « gilets jaunes » dans les rues de Paris. Elles m’ont frappé. Pourquoi les « gilets jaunes » ne manifestent-ils pas dans la rue contre l’échec du gouvernement français à protéger les vies des près de 30 000 de ses citoyens ? Qui demande des comptes au gouvernement ?

      Tant qu’il n’y aura pas un vaccin disponible pour tous, le virus ne s’en ira pas de lui-même. Nous devrons vivre avec lui dans le futur proche. Selon toute probabilité, il reviendra cet hiver sous la forme d’une seconde vague. Il est possible lorsque nous assouplissons le confinement que nous ayons des flambées de la première vague. Donc, il n’y aura jamais un bon moment pour mener des enquêtes. Nous avons besoin d’une enquête qui démontre clairement qu’il ne s’agit pas de blâmer des individus, mais de comprendre ce qui n’a pas marché.

      Certains comparent ce qui s’est passé dans un laps de temps très court pour le Covid-19 avec le sujet du changement climatique, pour lequel nous savons ce qui va arriver mais n’agissons pas. Cela vous paraît-il pertinent ?

      C’est un peu différent. Dans une pandémie, nous parlons de la faible probabilité d’un événement à haut risque. Le changement climatique est en train de se produire, qui provoque une urgence si nous n’agissons pas. Je ferais plutôt la comparaison avec la protection contre les séismes. Si vous habitez Los Angeles ou San Francisco, on vous demande de vous préparer à un événement qui se produira à coup sûr mais à un moment inconnu. C’est très difficile de faire des plans pour ce type de situation.

      Au Royaume-Uni et, j’en suis sûr en France, une pandémie grippale figurait en tête de liste dans l’évaluation nationale des risques. Nous savons que nous avons une épidémie saisonnière tous les ans, que la grippe de 1919 fut une catastrophe et nous savons qu’un jour nous serons confrontés à un virus grippal beaucoup plus sévère même s’il l’est moins que celui de 1919. Et nous nous y préparons. Nous ne nous étions pas préparés à quelque chose du type SRAS [syndrome respiratoire aigu sévère]. C’était une erreur, car le SRAS de 2002-2003 était un prototype de ce que nous avons aujourd’hui. Nous savons qu’au cours des vingt ou trente dernières années, la fréquence des infections chez l’animal qui passent à l’homme a augmenté. La raison en est connue : urbanisation massive, taudis urbains, marché avec des animaux vivants dans les villes, mauvaises conditions d’hygiène…

      Ces virus ne viennent pas par accident de Chine. Elle a connu l’industrialisation et l’urbanisation les plus rapides de la planète. Nous savions que nous étions en train de créer les conditions d’incubation d’une pandémie, mais nous ne savions pas exactement quand elle surviendrait. C’est sur ce point que nous avons trahi nos citoyens en ne nous préparant pas comme il fallait. En 2016, le Royaume-Uni a fait une simulation – l’exercice Cygnus – afin d’évaluer l’impact d’une pandémie grippale. Cet exercice a montré que nous n’étions pas prêts pour une pandémie. Et nous nous retrouvons aujourd’hui dans une pandémie à laquelle nous n’étions pas préparés. Un nouvel exemple d’échec gouvernemental et de la santé publique. Nous savions qu’il y avait un problème, nous ne l’avons pas réglé.

      En France, il y avait un plan pour une situation pandémique, mais il semble qu’il soit resté dans un placard…

      Exactement. Mais ce ne sont pas seulement les politiciens qui sont responsables. Votre pays comme le mien ont la chance d’avoir certains des meilleurs scientifiques au monde. L’Institut Pasteur est un réseau de classe mondiale d’institutions de recherche sur les maladies infectieuses. Où étaient les voix de l’Institut Pasteur pour pousser le gouvernement à se préparer à une pandémie, dès février ? Il faut poser ces questions sur les scientifiques, au Royaume-Uni comme en France, pour savoir pourquoi l’élite scientifique ne faisait pas valoir ces signaux d’inquiétude.

      Cette élite scientifique a parfois été divisée sur l’importance de cette menace pandémique, même assez tardivement, en France. Peut-être ces contradictions compliquaient-elles la tâche des politiques pour savoir à quoi on faisait face ?

      Je comprends cela. Mais, ce que je dis, c’est que les choses étaient claires en janvier. Quiconque disait en mars qu’il n’y avait pas un danger immédiat avec cette pandémie montrait une incompétence incroyable. En mars, le virus faisait rage en Italie du Nord.

      En France, des conseils scientifiques ont été créés pour éclairer le gouvernement. Quelle articulation peut-il y avoir entre la science et le politique ?

      Je connais Jean-François Delfraissy, le président d’un de ces conseils scientifiques. Vous ne pouviez avoir un meilleur scientifique pour conseiller le gouvernement. Je ne le critique pas. La responsabilité du système était de comprendre ce qui se passait exactement en Chine dès janvier. Je ne comprends pas pourquoi dès ce moment on n’a pas indiqué au gouvernement qu’il fallait prévoir des protections individuelles, se préparer à tester, tracer et isoler, éviter les rassemblements, envisager de fermer les écoles, pour se préparer à cette épidémie. Et ce n’est pas de la perspicacité. Relisez ces articles de janvier : tout y figurait déjà. Et rien ne s’est passé. Votre gouvernement a mieux répondu que le mien. C’est déjà ça…

      Autre question : où était l’Union européenne ? Une des raisons de l’échec britannique est le Brexit, l’exceptionnalisme, la mentalité îlienne : c’est un défaut psychologique classique en Grande-Bretagne, la croyance que nous sommes meilleurs que tous les autres. Eh bien on a prouvé tout le contraire dans la façon de gérer cette pandémie. Mais l’Union européenne avait une opportunité de s’assurer que non seulement les pays soient préparés, mais aussi coordonnés. Une des choses les plus marquantes est d’avoir vu 27 Etats avoir 27 stratégies différentes. Pourquoi l’UE n’a-t-elle pas réuni ses Etats membres pour qu’ils apprennent les uns des autres, coopèrent et s’aident d’une façon bien plus coordonnée ? Je sais que la réponse est que la santé est une responsabilité nationale. Mais on s’en fout ! C’était une pandémie, une urgence, une menace à la sécurité nationale ! L’UE aurait dû avoir une part bien plus active pour unifier les pays dans ces circonstances.

      Parlons du Lancet , qui a dû rétracter le 4 juin un article publié le 22 mai. Que s’est-il passé ?

      Il semble qu’il s’agisse d’une fraude monumentale, par le fondateur de la société Surgisphere, Sapan Desaihttps://www.lemonde.fr/sciences/article/2020/06/04/hydroxychloroquine-trois-auteurs-de-l-etude-du-lancet-se-retractent_6041803_. Il y a une enquête en cours par le Brigham and Women’s Hospital (Boston) dont dépend l’auteur principal, Mandeep Mehra, pour comprendre ce qui s’est passé. Ce dont nous sommes sûrs, c’est qu’il n’y a pas de données vérifiées ou validées de façon indépendante pour appuyer ce qu’avance l’article. Personne ne peut dire si ces données existent, à part Sapan Desai lui-même, qui a refusé de les partager avec Mandeep Mehra et les autres auteurs, et il a refusé de les montrer à des auditeurs indépendants. Si bien que personne ne connaît le statut exact de ces données.

      Cette affaire en évoque une autre, quand le Lancet avait dû rétracter en 2006 un article du Norvégien Jon Sudbo https://www.lemonde.fr/planete/article/2006/01/20/la-norvege-enquete-sur-les-resultats-fabriques-du-docteur-jon-sudbo_732881_3 après que celui-ci avait admis avoir inventé des données. Quelles leçons peut-on tirer de ces épisodes ?

      Il va nous falloir être plus méfiants. Aujourd’hui, nous faisons confiance à ce que nous disent les auteurs des articles scientifiques. S’ils nous disent qu’il y a une base de données et qu’ils signent une déclaration affirmant qu’elles sont fiables, nous leur faisons confiance, tout comme les reviewers extérieurs à qui nous demandons d’évaluer leurs travaux. Clairement, il va falloir élever notre niveau de méfiance à propos de ces bases de données pour avoir plus de chance d’identifier des cas de fraude. Mais il faut être très clair : c’est une perte pour la science, qui s’appuie sur la confiance. Quand vous perdez la confiance, parce que des gens malintentionnés mentent, c’est mauvais pour tout le monde.

      Pourrait-on imaginer des préenregistrements de ces données, comme dans les essais cliniques ?

      Il y a aussi de la fraude dans les essais cliniques : des patients et des données ont été inventés, et on ne s’en est aperçu qu’après la publication des résultats… La seule façon d’être 100 % certain de ne pas publier des travaux frauduleux serait que les éditeurs et les reviewers se rendent sur place et examinent chaque élément des données sur lesquelles s’appuie l’étude publiée dans la revue. Mais c’est clairement une tâche impossible, grotesque. Donc on ne peut se passer d’une part de confiance, sinon la science cessera de fonctionner.

      Pourrait-on imaginer des tiers de confiance qui vérifieraient une part de ces données, de façon aléatoire, comme c’est le cas dans l’industrie pharmaceutique, avec un effet dissuasif – un peu comme les contrôles routiers ?

      Les revues scientifiques ne peuvent être la police de la science, ce n’est pas notre rôle. Mais on pourrait envisager d’être plus attentif si une nouvelle base de données apparaît, comme c’était le cas avec celle de Surgisphere. Mandeep Mehra n’a lui-même pas eu accès aux données. Donc nous allons demander aux auteurs de signer une déclaration qui dise explicitement qu’ils ont eu accès aux données et qu’ils les ont effectivement vues. On peut avoir des demandes plus strictes vis-à-vis des auteurs.

      Dans le sport, le dopage semble avoir toujours une longueur d’avance sur les contrôles. Y a-t-il un parallèle avec l’activité scientifique ?

      C’est très vrai. A chaque fois, on essaie de tirer les leçons, mais la fraude continue : c’est assez facile pour les fraudeurs, précisément parce que l’activité scientifique est fondée sur la confiance. Mais pourquoi devrait-elle être différente d’autres secteurs de la société où des personnes malintentionnées se distinguent aussi. Avec Surgisphere, on a affaire à quelqu’un qui a pu mentir à ses coauteurs, dans une publication dans le New England Journal of Medicine , dans le Lancet , et peut-être d’autres revues. C’est assez incroyable qu’il ait pu tromper tant de gens en tant d’occasions. Cela ne veut pas dire que la science a failli, mais que le système sur lequel elle est fondée peut facilement être subverti.

      Mais faut-il, à cause de ces rares occasions où cela se produit, changer tout le système ? Il y a une expression anglaise qui dit « bad cases make bad law » – les mauvais exemples conduisent à de mauvaises lois. C’était un cas extrême, on doit en tirer les leçons, mais cela ne veut pas dire qu’on doive instituer un système bureaucratique énorme fondé sur l’idée que chaque article peut être l’objet d’une fraude.

      Peut-être pourrait-on avoir des incitations, du côté des reviewers, en rendant publiques leurs évaluations afin de les responsabiliser plus encore ? Car, dans ce cas précis, il n’a pas fallu longtemps à des observateurs extérieurs aux revues pour voir que quelque chose clochait dans les résultats…

      C’est vrai. Nous envisageons de poser une question très directe aux reviewers : pensez-vous qu’il y ait des problèmes d’intégrité scientifique dans cet article ? Y a-t-il une possibilité, même infime, de fraude ? Cela concentrerait leur attention sur cette question d’une façon inédite. Une des leçons est aussi qu’on ne peut faire confiance d’emblée aux bases de données. A l’avenir, si on a affaire à une base de données dont on n’a jamais entendu parler, il faudra être méfiant, et peut-être demander – dans cette situation – à ce que les reviewers aient accès aux données brutes.

      L’urgence à publier en temps de pandémie a-t-elle pu vous faire baisser la garde ?

      Non, cela serait arrivé même hors Covid-19. Si quelqu’un est déterminé à tromper son monde, on ne peut pas y faire grand-chose. Cet individu a tenté de tromper ses collègues, des institutions, des journaux et pour finir le public. Il a essayé et il a échoué.

      Certains observateurs estiment que les données de Desai pourraient exister, avoir été aspirées dans les registres électroniques des hôpitaux sans que les autorités soient au courant. Pensez-vous que ce soit le cas ?

      Je n’en sais rien, pour être honnête. Ce que Mandeep Mehra m’a dit, c’est que quand les auditeurs indépendants ont demandé à Desai de leur transférer les données, ils ont eu une discussion par Zoom, et Desai s’est contenté de leur montrer son écran d’ordinateur. Donc, à ma connaissance, personne n’a vu les données de Surgisphere. On pourrait croire que les coauteurs ont travaillé avec lui sur les données, mais ce n’est pas le cas. Quand Mandeep Mehra demandait des données, Sapan Desai lui fournissait des tableaux récapitulatifs, mais jamais les données brutes. Je ne sais pas quelle proportion de ces données a été inventée, mais suffisamment pour qu’il n’ait pas voulu les partager avec ses coauteurs.

      L’épisode ne donne-t-il pas raison à ceux qui plaident pour un système de prépublication qui permettrait une revue par les pairs qui soit publique ?

      Dans ce cas particulier, un preprint aurait pu permettre de découvrir la fraude – je peux le concevoir. Mais un des dangers des preprints est qu’ils peuvent gagner beaucoup d’attention avant d’avoir été relus. Nous avons signé une déclaration lancée par le Wellcome Trust reconnaissant qu’en période de pandémie les chercheurs peuvent souhaiter exposer leurs résultats dans le domaine public plus rapidement que d’habitude, et que s’ils choisissent de les prépublier, cela ne compromettra pas leur chance de les voir publiés dans une revue. Je soutiens fortement l’idée des preprints, en théorie. Mais il y a des problèmes aussi avec eux : certains ont donné lieu à l’exposition de théories complotistes sur l’origine du nouveau coronavirus, et il a fallu les retirer… Les preprints peuvent aussi être trompeurs. Ils ont leur place, mais ne sont pas la panacée pour ces problèmes.

      Pour revenir à la confiance que vous évoquiez, centrale dans le processus scientifique : le grand public ne va-t-il pas voir sa propre confiance envers la science érodée par cette crise ? Il a découvert que la vérité médicale était très labile. Est-ce une bonne ou une mauvaise chose ?

      Je pense que c’est bien si le public comprend que la science ne produit pas des vérités. Ce qu’elle fait, c’est se diriger vers la vérité, qu’elle n’atteint jamais complètement. Cela signifie qu’il y a toujours de la place pour l’erreur, l’incertitude et le doute. C’est toujours mauvais quand les politiciens disent avoir pris des décisions en accord avec la science. Cela ne veut absolument rien dire. De quelle science parlez-vous ? Quelles preuves, quelle incertitude, à quel point êtes-vous sûr des résultats ? La « science » dans ce sens-là est une invention des politiciens pour se protéger des critiques. Donc nous devons expliquer qu’une telle chose, « la vérité » ou « la science », cela n’existe pas. Il y a seulement des probabilités, et des possibilités.

      Si le Covid-19 a détruit l’illusion que la science délivre la vérité, c’est une bonne chose. Mais – et c’est un grand mais – cela ne devrait pas engendrer une perte de confiance dans la science. Bien au contraire : montrer la réalité de ce qu’est la science, la montrer dans son humilité, devrait renforcer la confiance que le public devrait avoir envers elle. Ce que nous faisons, humblement, est de faire de notre mieux dans des circonstances difficiles. Si nous le racontons, je pense que le public nous fera confiance. Si nous faisons des promesses infondées, le public, de façon compréhensible, ne nous croira pas.

      Cette crise est une opportunité pour la communauté scientifique de réécrire le contrat entre la science et la société. C’est très important. Et c’est le moment de le faire.

  • « Guérilla greffeurs » Greffe secrètement des branches fruitières sur des arbres de ville stériles - Go Jardin
    https://gojardin.fr/idees-vertes/documentaires/guerilla-greffeurs-greffe-secretement-des-branches-fruitieres-sur-des-arbre

    Un groupe de combattants de la liberté alimentaire se faufilent au milieu de la nuit (et parfois en plein jour) ; greffant des membres producteurs de fruits sur des arbres urbains stériles.

    Connue sous le nom de « guérilla Grafters », leur mission est de fournir des aliments sains et gratuits. Là où ils sont le plus nécessaire , par exemple dans les déserts alimentaires urbains.

    http://www.guerrillagrafters.net/2018/04/15/the-politics-of-the-graft

  • On vient de livrer, avec Diala, le site Fabre dans mon canapé :
    https://fabre.montpellier3m.fr

    On est particulièrement enthousiastes, parce que c’est un beau bébé, un concept qu’on trouve intéressant (une plateforme de musée hors-les-murs), et on espère que ça va marquer notre installation professionnelle dans la région, puisque c’est un site pour le musée de Montpellier (et qu’on a fondé notre boîte, https://23forward.com, à Montpellier… #shameless_autopromo)

    L’idée est née, évidemment, pendant le confinement, quand les musées ont tenté de continuer à faire vivre leurs collections sur le Web, mais avec des solutions très décevantes : soit des trucs balancés sur Facebook, soit en refilant leurs collections à Google Arts & Culture.

    Comme l’a fait remarquer Diala, le British Museum a un énorme site sous Drupal, parce que Drupal-c’est-bon-mangez-en, mais pour valoriser leurs collections, ils t’envoient sur Google Arts & Culture. De « notre » côté (#SPIP), notre client du Musées des Arts décoratifs (désormais nommé MAD Paris) a pu valoriser des visites virtuelles, beaucoup de contenus, pendant le confinement, – et vous savez pourquoi ? – parce que tout est sous SPIP et que depuis des années ils ont énormément de choses sympas pour présenter leurs collections dans leur site.

    Alors j’ai eu l’idée de monter une démonstration d’une plateforme, sous SPIP, qui permettrait de valoriser des contenus en ligne, rapide à déployer, et qui évidemment constituerait toujours un excellent support à la fin du confinement.

    J’ai donc monté une démonstration, que j’ai fait circuler, basée essentiellement sur trois formats :

    1. des « accrochages virtuels », qui respectent les dimensions relatives des œuvres, et même leurs emplacements dans les salles :
    https://fabre.montpellier3m.fr/Galerie-des-Colonnes-103

    Notez le petit personnage (qui change à chaque chargement) qui permet d’indiquer l’échelle des tableaux dans la salle. (Il y a quelques easter eggs cachés, là…)

    C’est un outil très pratique, parce qu’il permet de créer un « accrochage » rapidement, sans nécessiter des outils lourds à mettre en place. Il suffit d’avoir les cartels des œuvres, idéalement avec leurs dimensions, pour que ça se fabrique automatiquement.

    2. mes fameux “longforms”, qui permettent de créer des présentations évoquant les magazines papier, qui donnent vraiment envie de lire des textes longs, et qui s’adaptent à plein de types de contenus différents, et mêmes à des ambiances graphiques différentes :

    https://fabre.montpellier3m.fr/L-histoire-de-la-collection-italienne
    https://fabre.montpellier3m.fr/Art-et-anatomie
    https://fabre.montpellier3m.fr/Soulages-a-Montpellier
    https://fabre.montpellier3m.fr/Le-Realisme

    Ça permet même de reproduire des fiches pédagogiques autour des paysages et des émotions, avec des maquettes assez particulières :
    https://fabre.montpellier3m.fr/Paysage-etat-d-ame

    3. des vidéos, présentées en plein écran pour que ce soit un peu spectaculaire :
    https://fabre.montpellier3m.fr/Vincent-Bioules

    Le dernier concept de l’outil étant de tout rendre accessible sur une unique longue page d’accueil, parce qu’on ne prévoyait pas de faire un monstre en une ou deux semaines…

    –----

    Avec cette démo, j’ai commencé à montrer ça à différents contacts. Tout le monde très enthousiaste, mais tout le monde avait trop d’incertitudes (est-ce que le confinement va durer ? est-ce que la priorité c’est de mettre des sous dans l’internet alors qu’on n’a même pas de masques…). Vous voyez l’idée…

    Et finalement c’est le Musée Fabre, avec qui on a déjà un excellent contact (tu penses bien, mes enfants sont les vedettes des lieux, ils squattent l’endroit dès qu’il pleut), qui a décidé de monter un site sur ce modèle. Et entretemps, le musée a rouvert.

    Du coup, j’ai encore enrichi la plateforme par rapport à ce qu’on fait prévu initialement.

    1. des audioguides. Comme j’ai réussi à aspirer l’intégralité de la base de données du musée, j’ai récupéré les fichiers MP3 des audioguides associés aux œuvres. On a donc décidé de faciliter l’utilisation du nouveau site comme support alternatif aux audioguides prêtés par le musée. Les gens qui craindraient d’emprunter du matériel pour raison sanitaire peuvent ainsi utiliser leur smartphone pour visiter le musée. On a du coup monté une page dédiée, qui ne présente que les éléments qui servent de support de visite en salle :
    https://fabre.montpellier3m.fr/audioguide

    2. tout… Comme j’ai tout aspiré, du coup ça n’était pas (tellement) plus compliqué de proposer l’intégralité des salles du musée. Une cinquantaine de salles, plus de 800 œuvres…

    Et voilà, finalement, c’est un peu un monstre quand même…

    3. une frise chronologique. Puisqu’on a toutes les œuvres, et qu’elles sont datées, pourquoi ne pas faire une belle frise chronologique ?

    Et donc c’est du SPIP, et ce qui est marrant, c’est que la maquette est en pur CSS. Le scroll horizontal passe par Javascript, mais la maquette compliquée des petites cases est calculée côté serveur, et l’affichage se fait sans une ligne de JS.

    4. automatiser les scrolls infinis. J’en ai profité pour me développer un javascript personnel qui fabrique et gère tout automatiquement les scrolls horizontaux infinis, éventuellement avec des flèches de navigation gauche/droite, et une barre de scroll en dessous, que j’utilise à de nombreux endroits du site (dont les accrochages virtuels et la frise chronologique). Dans mon code, il suffit que j’attribue la classe .loop_auto à un élément pour qu’il se transforme en scroll infini.

    5. Et cerise sur le gâteau : des visites virtuelles avec des panoramiques 360, avec des cartels interactifs, une navigation de salle en salle, directement dans SPIP :
    https://fabre.montpellier3m.fr/Salle-1-2

    qui se gère dans l’espace privé de SPIP (avec des glisser-déposer pour définir les zones) :

    6. Vignette automatiques pour les PDF. Les fichiers PDF insérés dans les articles ont leur vignette calculée automatiquement par le serveur (et c’est bien pratique…).

    7. Easter egg en page d’accueil. L’image du haut de page, qui illustre « Fabre dans mon canapé », ce n’est pas qu’une image : les tableaux sont choisis aléatoirement toutes les cinq minutes, ils sont cliquables, et c’est même un scroll horizontal infini…

    8. Easter egg : la page d’erreur 404. Jarnicoton ! Elle est trop cool… Le fond est un tableau différent à chaque fois, choisi aléatoirement dans les collections du musée. Et à chaque rechargement de page, tu auras droit à un juron différent… (Du coup je me demande si ce n’est pas ma page préférée du site…)
    https://fabre.montpellier3m.fr/dfgdfg

    • Non, pas que amour de l’art : certes initialement la démo était déjà très complète, mais ensuite ce qu’on livre à Fabre c’est devenu un vrai boulot. Mais de manière assez amusante, ce que je détaille dans la seconde partie, ajouté après qu’on a signé avec Fabre (audioguides, aspiration de la base complète, panoramiques 360°…), c’est plus ou moins en bonus, parce que je me suis rendu compte que je pouvais le faire, et que dans la logique « PoC », c’est aussi bien de faire un peu étalage de ce que la plateforme peut produire en très peu de temps.

    • @vazy : Proof of Concept. C’est une démo, normalement très préliminaire, pour tester le fait que ton idée est réalisable et que ça vaut le coup de continuer à la développer. Là on était déjà nettement plus avancé que pour un « PoC », j’avais en fait un outil complet et fonctionnel.

      C’est largement la difficulté de mon boulot : comme je fais du « sur mesure », on répond à des demandes des clients, et c’est dans ces demandes qu’il faut qu’on arrive à proposer des choses originales et rigolotes, mais en réponse à une demande déjà écrite noir sur blanc par le client (avec parfois quelqu’un qui a déjà totalement délimité ce que le client attend dans la rédaction du cahier des charges). Tu ne peux jamais pousser tes propres concepts au bout dans ces conditions.

      Et donc, de temps en temps, j’ai besoin (ou envie) de monter une démonstration complète d’un nouvel outil, ou d’une nouvelle manière d’assembler mes outils, pour en faire une démonstration complète. Parce qu’il n’y a en gros que comme ça que je peux tenter de convaincre quelqu’un de me l’acheter (avec ses variantes et adaptations, mais sur la base de ce concept).

      Par exemple il y a quelques années, je me suis développé plusieurs outils pour réaliser des « longforms » dans SPIP. Et quand j’expliquais, personne ne voyait l’intérêt, ni à quoi ça ressemblerait. Surtout que je ne voulais pas faire les trucs à la mode du moment, avec plein de parallaxes, parce que je n’aimais pas ça du tout (ça fait vomir). Bref une semaine je me suis pris un article de Wikipedia sur la NASA, et j’en ai fait un {très long} longform avec d’énormes images. Le côté PoC : l’outil fonctionne, on voit que l’usage est pertinent (on a envie de lire un truc très long, parce que c’est beau et rythmé), je teste les aspects techniques (les images responsive recadrées différemment selon les écrans par exemple). Et quand tu montres au client, il se dit « ah oui, j’ai très envie de ça ».

  • Mesurer les discriminations par origine en France grâce aux noms de famille
    https://medium.com/@mazieres/mesurer-les-discriminations-par-origine-en-france-gr%C3%A2ce-aux-noms-de-fam


    Plus une origine a un ratio supérieur à 1 (la référence), plus elle est “sur-représentée”, c’est à dire qu’elle est plus présente dans le groupe que dans la population globale. Et inversement, plus il est inférieur à 1, plus elle est “sous-représentée”.

    Origines et noms de famille
    Imaginez vous un instant dans un petit village français, en plein moyen-âge. Il y a 5 personnes qui s’appelle Antoine dans le coin et, pour une raison quelconque, vous devez les distinguer les uns des autres, par exemple :
    - « Salut ! Je crois que j’ai vu Antoine voler ton scooter hier ? »
    – « Quoi !? Quel Antoine ? »
    – « Celui avec la maison toute pourrie. »

    Voilà ! C’est une origine possible — quoique apocryphe — de mon nom de famille : Mazières. Une des nombreuses versions, en latin vulgaire, du mot Masure, qui signifie vaguement maison toute pourrie. Il en va de même pour de nombreux noms de famille, qui font référence à des lieux (Dupont, celui près du pont), des traits physiques (Petit, le petit, Morel, celui à la peau mat), des occupations (Fournier, le boulanger, Ferrand, le maréchal-ferrant), des surnoms (Martin, le guerrier fertile, Bernard, l’ours fort), etc.

    tout le billet est passionnant…

  • « Et voilà comment dans un pays sans culture de santé publique, où la #science est une opinion comme une autre, un grand patron autoritaire et caractériel, symbole d’un système mandarinal, est devenu une figure de la contre-culture populiste. » Excellente analyse du phénomène #Raoult, et des raisons de son succès.

    https://www.liberation.fr/france/2020/06/01/didier-raoult-general-boulanger-de-la-medecine_1789960

    • Ce qu’il faut comprendre ici, c’est que tout ce petit monde se connaît, et se tient, pour rester poli, par la barbichette. Dénoncer les errances de Raoult, c’est dénoncer un système dans lequel des pontes inamovibles peuvent rester en place bien après leur date limite de vente. Un système dans lequel Philippe Douste-Blazy, ancien défenseur du Vioxx, peut déclarer à la télévision que l’hydroxychloroquine n’a pas de toxicité cardiaque… Un système dans lequel la défense du protocole Raoult est assurée à la télévision par Christian Perronne, qui assurait en 2016 que l’explosion « cachée » de la maladie de Lyme serait due à une prolifération mal contrôlée de tiques trafiquées par un chercheur en virologie nazi réfugié aux Etats-Unis…

      #Christian_Lehmann #santé_publique #recherche #mandarins #mandarinat #médecine

  • Covid-19 : pourquoi tant de confusions ? – {Sciences²}
    https://www.lemonde.fr/blog/huet/2020/06/02/covid-19-pourquoi-tant-de-confusions


    L’épidémie est très loin d’être terminée au plan mondial, avec plusieurs pays – ici le Brésil, la Russie, le Mexique et le Pérou – où le nombre de décès journaliers est en vive croissance.

    La confusion règne toujours sur les recherches thérapeutiques visant à mettre au point des traitements antiviraux efficaces contre le Sars-Cov-2. Vendredi dernier, les trois Académies concernées (des sciences, de médecine et de pharmacie) ont publié un communiqué commun qui alerte contre la dispersion et le manque de coordination des études, mais aussi le manque d’éthique dans la communication des résultats. Les citoyens peuvent en effet légitimement se mettre en colère devant la confusion provoquée par le manque de coordination qui interdit de trouver de manière fiable les réponses aux questions posées quant à l’efficacité et à la mesure des effets secondaires négatifs des différents traitements proposés ou mis en oeuvre.
    […]
    Le communiqué commun des trois Académies souligne ; lui, la nécessité d’une coordination nationale, européenne et mondiale autour de la production de savoirs fiables sur le virus et la maladie. Une coordination nécessaire, souligne également une analyse du syndicat national des travailleurs de la recherche scientifique (SNTRS CGT) : « Les robinets financiers fermés jusqu’à peu pour les recherches sur les coronavirus se sont subitement et largement ouverts via une multitude d’appels à projets non coordonnés. Comme si les moyens financiers concédés dans la précipitation allaient rattraper des années de pénurie. Alors que la démarche scientifique exige de la méthode, du temps et … de l’esprit critique. Nous avons au contraire assisté à une absence totale de coordination nationale qui a laissé libre cours à tout et n’importe quoi, notamment à des essais cliniques contraires aux principes de la déontologie médicale. Il n’en peut ressortir qu’un immense gâchis ».

    • J’observe que ce qui rend visuellement les 4 graphiques peu ou prou identiques, c’est que l’échelle des abscisses diffère à chaque fois, et sans expression en pourcentage des populations, alors oui, pourquoi tant de confusion ?…

  • Les chances de transmettre le virus seraient 19 fois plus importantes dans un endroit clos qu’à l’air libre.

    Closed environments facilitate secondary transmission of coronavirus disease 2019 (COVID-19)
    https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.02.28.20029272v2

    The odds that a primary case transmitted COVID-19 in a closed environment was 18.7 times greater compared to an open-air environment (95% confidence interval [CI]: 6.0, 57.9). Conclusions: It is plausible that closed environments contribute to secondary transmission of COVID-19 and promote superspreading events.

    D’où l’intérêt (non) d’interdire les plages et d’autoriser les messes.

    • Alors qu’on nous présente souvent les lois comme des rochers qu’on ne pourrait pas déplacer d’un millimètre, que dans les cas de viols on nous répond « parole contre parole » et « présomption d’innocence » donc « affaire classée », j’ai découvert que l’Australie envisageait les choses de manière radicalement différente. Par exemple, pendant le procès, on ne parle pas du passé de la victime, on n’évoque pas sa vie sexuelle, elle n’a même pas d’avocat, son avocat c’est l’avocat général. Elle témoigne du crime, c’est tout. Il existe donc d’autres manières de juger les violences sexuelles, et certaines ont l’air nettement plus efficaces que les nôtres.

      #viol #justice

    • En septembre dernier, j’ai reçu un mail d’une jeune femme que je ne connaissais pas. Elle me disait très simplement qu’elle avait été victime d’un viol, que l’agresseur était en prison et qu’elle avait écrit un texte sur cette histoire. Le document était joint, il s’intitulait Récit et quand je l’ai ouvert, j’ai découvert qu’il faisait 67 pages. C’était un long récit. J’ai sans doute soupiré.

      J’ai décidé de jeter un coup d’œil à la première page, histoire de vérifier si c’était écrit en police 8 ou 24. J’ai lu douze pages d’affilée, sans reprendre mon souffle. Cette fille était devenue mon amie, elle me racontait son histoire, on était déjà passé du rire aux larmes au rire.

      Une évidence s’imposait : il fallait que tout le monde lise ce texte. Pour ce qu’elle disait et pour sa manière de le dire. C’est brut et naturel. Je sais que beaucoup de femmes se reconnaîtront dedans –et elle explique comme rarement le processus du traumatisme, le passage du « ça va, je gère » à « ça va pas du tout ».

      Ce texte raconte également quelque chose d’absolument neuf : c’est quoi un viol après #MeToo ? Comment on gère quand on est hyper documentée sur le sujet ? Est-ce que ça change quelque chose d’avoir lu des tonnes d’articles et de témoignages ? (Clairement, ici, oui.)

      Et puis, elle apporte un regard neuf sur le sujet pour une raison simple : le viol a eu lieu en Australie. C’est donc l’occasion de comparer les systèmes français et australiens.

      Alors qu’on nous présente souvent les lois comme des rochers qu’on ne pourrait pas déplacer d’un millimètre, que dans les cas de viols on nous répond « parole contre parole » et « présomption d’innocence » donc « affaire classée », j’ai découvert que l’Australie envisageait les choses de manière radicalement différente. Par exemple, pendant le procès, on ne parle pas du passé de la victime, on n’évoque pas sa vie sexuelle, elle n’a même pas d’avocat, son avocat c’est l’avocat général. Elle témoigne du crime, c’est tout. Il existe donc d’autres manières de juger les violences sexuelles, et certaines ont l’air nettement plus efficaces que les nôtres.

      Ce témoignage est précieux parce qu’elle raconte ce que ça fait d’être entendue, crue et comprise par le système judiciaire et qu’en même temps, elle décrit l’ambivalence des sentiments quand le coupable part en prison. Lisez-la.

      Titiou Lecoq

      N. B. : L’autrice a créé une adresse mail pour celles et ceux qui souhaiteraient lui écrire, c’est zerovirguleneufpourcent@gmail.com.

  • Thread by Asclepios_YT : Wow. Wow. Wow. Mais qu’est ce que ca signifie que cette bonne vieille étude pour parler de la bonne Chloroquine à Didou, mais pas que ? Vous…
    https://threadreaderapp.com/thread/1263969667561000962.html

    Chloroquine / Hydroxychloroquine avec ou sans macrolides (Donc Azythromycine) aggrave le pronostic des malades... Les gens traités meurrent plus
    Pourquoi c’est scandaleux ?

    C’est terrible car ce n’est ni inhérent aux caractéristiques des patients ou à des paramètres pré existants...

    On a possiblement donné à des patients un médicament susceptible d’aggraver leur état... Et ils auraient été bien mieux sans intervention.
    C’est une rupture d’un principe millénaire « Primum non nocere : D’abord s’efforcer de ne pas nuire ».

    Mais il y a bien pire... Encore
    Il existe également une sorte de corrélation entre le devenir des patients et la survenue d’arythmie ventriculaire grave.

    Un taux multiplié d’un facteur 3 à 5 sous « Traitement »... Et une complication connue et décrite de celui ci notamment aux doses improbables prescrites.

  • Quels sont les coûts liés à l’utilisation de frameworks JavaScript pour le développement Web ? Une analyse des sites utilisant React, Vue.js ou Angular
    https://javascript.developpez.com/actu/303519/Quels-sont-les-couts-lies-a-l-utilisation-de-frameworks-JavaS

    S’invitant dans le débat, Tim Kadlec, un développeur qui aide les organisations à améliorer les performances de leurs sites, estime pour sa part qu’il n’y a « pas de moyen plus rapide de ralentir un site que d’utiliser un tas de JavaScript », et c’est justement ce que font les frameworks JavaScript : utilisez beaucoup plus de JavaScript. Mais « le truc avec JavaScript », poursuit-il, « c’est que vous finissez par payer une taxe sur les performances pas moins de quatre fois », dit-il. Les quatre taxes auxquelles il fait allusion sont :
    – le coût de téléchargement du fichier sur le réseau ;
    – le coût de l’analyse et de la compilation du fichier non compressé une fois téléchargé ;
    – le coût d’exécution du JavaScript ; et
    – le coût de la mémoire.

    Avec des graphes comparatifs de divers paramètres tels que « Quantité de JavaScript servi », « Temps de traitement CPU »

    Pour illustration de cette lenteur et du peu d’importance donnée à l’UX par les développeurs, voir par exemple le backoffice de #Mailjet ou #Gandi_v5 qui sont des modèles de lenteur totalement désespérant et rebutant pour l’utilisateur... (en plus d’un manque d’ergonomie flagrant sur toutes les fonctionnalités un peu avancées)

    Et conséquence non évoquée ici, le coût écologique lié à l’utilisation de ces framework doit être non négligeable...

    L’article original (En) : https://timkadlec.com/remembers/2020-04-21-the-cost-of-javascript-frameworks

    #lenteur #framework_javascript #web_dev #fail

    • Un commentaire précise qu’il faut quand même pas juste prendre en compte le premier chargement, ça n’a pas de sens, car pour là où c’est utilisé, c’est généralement pour des choses qu’on utilise plusieurs fois, où on a un compte, etc. Donc une fois le premier chargement, une grosse partie est déjà en mémoire du navigateur, que ce soit le JS et la plupart des éléments d’interface.

    • Pour le premier chargement, ça dépend à quel utilisateur on s’adresse mais si la première impression qu’on a en arrivant sur un site c’est sa lenteur, ça fait mauvais genre. De plus le cache ne dure pas indéfiniment, en plus du fait que le fichier JS peut inclure autre chose que la librairie du framework et donc demander à être téléchargé de nouveau à chaque màj du code.
      C’est amusant de voir les commentaires sur le site developpez, certains semblent penser qu’on ne peut pas faire de site/app sans ces frameworks... Cela explique sûrement que tant de sites ou d’applications Web soient si lourds.
      Pour moi le pire que j’ai vu (en tant qu’utilisateur) c’est le site d’Arrêts sur image, qui utilise Angular. Une aberration. Ils ont optimisé un poil depuis le lancement donc c’est moins pire aujourd’hui mais ça reste une erreur technique majeure à mon sens.

    • Ah bah pour un site de média éditorial, essentiellement fait de texte avec quelques images et vidéos, ça n’a aucun putain de sens… Normalement c’est pour de l’applicatif, des trucs où ça doit mettre jour des données en direct, etc. C’est ce que je disais plus haut, normalement quand on l’utilise c’est pour de l’appli, où t’as un compte, où ya du fonctionnel (pour l’interface d’admin d’un média éditorial à la limite, mais pas sa partie publique). Pour juste du texte et des commentaires dessous… hu

    • C’est tout le problème, les développeurs connaissent tel ou tel framework et se mettent à l’utiliser partout, sans discernement. Dans les commentaires sur Développez, il y en a même un qui explique que sans framework Javascript son appli ne serait pas jolie ! Et même pour les applis, sauf besoins très spécifiques, j’ai quelques doutes sur l’utilité de ces machineries, l’auteur du texte initial a raison, le Javascript de base (ou jQuery) peut faire beaucoup de choses. Bien sûr ça suppose de passer un peu plus de temps à coder (et de se confronter à des choses peut-être plus complexes au premier abord), encore que la maintenance sera probablement beaucoup plus légère ensuite.
      Je précise par ailleurs que j’ai déjà utilisé Angular de manière assez intensive, je suis loin d’être un anti-framework primaire.

  • Le gouvernement britannique avait apparement justifié sa décision de #confinement de la population par une #simulation effectuée par des chercheurs en #épidémiologie de l’#Imperial_College de Londres. Comme la grande majorité des articles scientifiques, le code source des programmes ayant produit les résultats publiés n’était pas disponible. Cela a, à juste titre, fait râler, et le code (ou bien une version améliorée, ce n’est pas clair) a été publié :

    https://github.com/mrc-ide/covid-sim

    (peut-être aussi en https://www.imperial.ac.uk/mrc-global-infectious-disease-analysis/covid-19/covid-19-scientific-resources )

    Il a fait l’objet de pas mal de critiques, tellement il est mal foutu et bogué. Attention : toutes les critiques ne sont pas justes, car il se mêle à ce débat des considérations politiques, complotistes (il y a un mouvement anti-confinement conspirationniste fort dans les pays anglophones), de la jalousie entre programmeurs (le code écrit par les autres est toujours jugé illisible), des positions idéologiques (l’université, ce sont forcément des amateurs) donc, prudence. L’intérêt que je vois à ce débat, c’est que des tas de gens se rendent soudainement compte que 1) des tas de décisions sont basées (ou en tout cas justifiées) par le résultat d’un programme informatique 2) que la majorité des programmes sont bâclés et ont des bogues.

    Un article du #Telegraph : https://www.telegraph.co.uk/technology/2020/05/16/coding-led-lockdown-totally-unreliable-buggy-mess-say-experts (c’est derrière un paywall mais en affichant le source de la page, on voit tout).

    Une critique très sévère (et souvent injuste, le type ne semble pas connaitre le monde réel, par exemple quand il exige que tout programme ait une suite de tests de non-régression complète) : https://lockdownsceptics.org/code-review-of-fergusons-model https://lockdownsceptics.org/second-analysis-of-fergusons-model

    Une réponse aux critiques : http://blog.khinsen.net/posts/2020/05/18/an-open-letter-to-software-engineers-criticizing-neil-ferguson-s-epide

    Opinion personnelle : oui, les chercheurs non-informaticiens (biologistes, physiciens, SHS…) écrivent du mauvais code car ils n’ont pas de formation, s’en foutent, et ça ne compte pas pour leur avancement de toute façon (les "reviewers" ne vérifient jamais le code). En prime, ils n’ont pas d’argent pour payer des programmeurs (cf. le recrutement des « ingénieurs de recherche » au CNRS). Mais ce n’est pas spécifique à cette étude. Si on regardait aussi soigneusement tous les programmes (même écrits dans le privé), on pousserait les mêmes cris d’horreur.

  • L’escroquerie (impunie) des masques « grand public »

    Le scandale d’Etat de la pénurie de masques, largement documenté, masque un autre scandale : celui des masques « grand public » dont la promotion et la très large diffusion se font en dépit du devoir d’information élémentaire et des règles sanitaires attendues.

    (…)

    On attend d’un masque trois qualités élémentaires : une bonne étanchéité de toute sa périphérie (qualité de l’ergonomie), une faible résistance respiratoire et une filtration de qualité. En outre il doit être confortable. Les FFP2 ou FFP3 d’une marque bien connue ont toutes ces qualités.

    Leur coût est inférieur à la majorité des masques « grand public » dont un capitalisme criminel inonde les supermarchés et le web marchand avec la bénédiction de la DGA, de plusieurs ministères et des élus de la République.

    (…)"

    https://blogs.mediapart.fr/pascal-maillard/blog/150520/tombent-les-masques

    • L’incapacité du gouvernement à se procurer des masques homologués (masques chirurgicaux et surtout ffp2 ou ffp3, seuls en mesure de protéger le porteur de la contagion par voie aérienne) a conduit à l’invention d’une nouvelle catégorie de masques dits « grand public », désormais obligatoires dans un certain nombre de situations (transport en commun, accueil du public…). Sentant la bonne affaire, quantité d’industriels, grands et petits, se sont donc précipités dans la fabrication de ces masques, sous le patronage de la Direction générale des entreprises du ministère de l’Economie et des finances.

      Ces masques sont présentés comme ayant une capacité de filtration des particules de 3 micron de 70% (catégorie 2) ou 90% (catégorie 1), c’est-à-dire pour la catégorie 1 supérieure à celle des masques fpp1 (80%) et proche de celle des masques ffp2 (95%). Mais alors pourquoi le port des masques « grand public » est-il interdit au personnel soignant ? Ce n’est pas seulement parce qu’ils ne répondent à aucune norme ou homologation (tout au plus une simple « spécification » élaborée à la hâte), c’est surtout que les chiffres avancés, quoique rapportés partout par des médias devenus les caisses de résonance de la propagande gouvernementale, ne correspondent pas à la réalité.

      Les soignants ont besoin de masques qui les protègent (FFP2 et 3) mais nous on a besoin de masques qui protègent l’air, ce bien commun, de nos miasmes. Et c’est une approche de santé publique qui est plus intéressante. Je ne comprends donc pas trop le propos de ce billet, même si sa dénonciation du business des #masques est bien entendu importante.

    • Si on pouvait, ça serait très bien aussi qu’on ait des masques qui protègent hein… D’après ce qui est dit, les masques FFP2, qui sont réellement normés, testés, etc, sont moins cher à produire que les masques de merde qui font rien à part bloquer nos propres gros postillons. Donc c’est surtout qu’il y a eu une grosse perte du stock ancien + une incapacité à organiser une nouvelle production de masse au niveau national (volontarisme, réquisition d’usines, forçage de quelle production faire…), alors qu’on n’est pas non plus totalement out niveau industrie…

      C’est toujours facile de dire ce qu’il aurait fallu faire, je sais, et on n’y connait pas grand chose en industrie, ok. Mais à un moment il s’agit surtout de choix politiques quand même, les usines textiles on en a, et les lois ils en font bien des tordues à l’arrache en 2 semaines quand c’est pour brider nos libertés, alors ils auraient très bien pu en faire pour forcer les usines à produire telle ou telle chose.

    • Y’avaient pas besoin de forcer les usines @rastapopoulos que ce soit pour les masques ou les bouteilles d’oxygène, ce gvt a refusé que ces usines se remettent en route malgré la proposition des travailleuses-rs

      Ah ben tiens justement, j’ai reçu un masque « alternatif » "grand_public" et « afnor » dommage il est « trop grand pour moi » dans ma boite aux lettres … oups disons plutôt que j’ai reçu la publicité d’une campagne électorale payée par les deniers des Toulousain·es sous le prétexte d’UN masque.
      #foutage_de_gueule

      https://seenthis.net/messages/832910#message853622

      Tu peux te sniffer du désinfectant sans souci par contre
      #trumpitude

    • On ne s’en fout pas, @marclaime, mais on ne s’attend à rien d’intéressant de leur part.

      @rastapopoulos, j’aime plutôt mieux l’idée qu’on porte des masques pour ne pas contaminer l’air ambiant plutôt que pour se protéger soi. En tout cas, il faut choisir et adopter une politique commune parce qu’une personne avec un bon masque chirurgical et une personne avec un bon masque FFP2 à valves se contaminent, celle avec le FFP2 rejette ses particules qui arrivent direct dans le masque chirurgical.

      Tous les masques n’ont pas la même fonction, la même qualité, mais on dit « mettez un masque, d’ailleurs on n’en a pas ». C’est n’importe quoi.

    • Et les consignes de manipulation et de stockage des masques sales puis leur lavage/séchage qui va les respecter à la lettre ?
      Quand on voit le nombre de porteur de masque tissus qui ne couvrent que leur bouche , soit parce qu’ils portent des lunettes et que les fuites posent problème, soit parce qu’ils n’ont tout simplement pas compris.
      Cette « certification » à la va-vite des masques en tissus c’est juste une manière de se raccrocher aux branches . Les dites branches ayant poussées spontanément dans le tissus social, les gens se bricolant par eux-même ce que les responsables étaient incapables de fournir.
      La certification du bricolage ! on pourrait en rire si l’enjeu était moins dramatique.

  • La nouvelle fausse-évidence absolument omniprésente (les réseaux, les gens qu’on rencontre…) : tu te rends comptes qu’on nous a imposé tout ça (le confinement) pour une maladie qui n’a fait que 30 000 morts ?

    Tu sors enfin de chez toi, tu rencontres des gens, et boum avec ça c’est la grosse grosse fatigue. Je sens que Raoult, à côté de ce nouveau truisme débilitant, c’était juste une mise en bouche.

    • Hier, je me suis pris dans la figure le discours de l’anthropologue suisse. Son texte, à ce gars, continue de faire des dommages (je confesse m’y être laissé piéger il y a deux mois, mea culpa). Et maintenant que l’on sait d’où il parle... On pourra en faire un cas d’école pour l’avenir.

      Je tâche de me construire une liste de faits rappelant qu’il était nécessaire de faire qq chose et que ce virus est bien particulier :
      – très forte contagiosité, plus que la grippe saisonnière,
      – des soignants sont morts, ce qui n’arrive pas en cas de grippe saisonnière,
      – autant de morts qu’en 1968, mais à l’époque, aucune mesure de confinement,
      – pour les qui croient à un complot contre la population, je rappelle le cas du porte avion américain, contraint de débarquer tous ses marins, contre l’avis de Trump, tellement l’épidémie se transmettait rapidement, idem pour le notre, de porte avion...
      – Je partage aussi le long billet d’Allodoxa, pour les courageux qui veulent en toute bonne foi évaluer l’efficacité de la chloroquine.

      Si vous en avez d’autres... Merci de partager :-)

    • Le pire est que ce discours « tout ça pour rien » est relayé y compris par des toubibs. Hallucinant... J’ai une amie qui bosse dans un cabinet médical (médecins généralistes). C’est le discours qu’ils lui ont servi. La gripette quoi...

      Tout comme @biggrizzly j’essaie de me garder de côté un argumentaire type pour démonter ces discours.

    • Et encore, vous n’avez pas la variante complotiste.

      Les chiffres sont faux, tout est organisé et planifié de manière délibérée (même les déclarations contradictoires du gouvernement, c’est calculé pour mettre en état de sidération et faire avaler n’importe quoi), pour imposer la vaccination obligatoire, toutes les ficelles sont tirées par Bill Gates et j’en oublie certainement…

    • Oui, la 5G et les puces sous-cutanées, Diala vient encore d’y avoir droit ce matin.

      Mais j’ai vraiment l’impression que le « tout ça pour ça », pas encore totalement complotiste, est la chose la mieux partagée du monde. Et comme le fait remarquer @ericw, je l’entends aussi de gens qui sont dans le domaine médical.

    • @baroug je ne suis pas certain de ce que tu veux dire.

      Mais je me suis posé la question du principe de cette règle de trois, surtout si on considère le déséquilibre par âge, en se disant que Covid tue d’abord les vieux, et qu’une fois qu’on a tué les vieux, la proportion de morts va diminuer.

      Mais ça suppose qu’on aurait contaminé les vieux en premier ; c’est-à-dire qu’à Paris on aurait contaminé 9% de la population, mais déjà proportionnellement beaucoup plus de vieux. Peut-être, peut-être pas. Mais surtout, tu as l’énorme différence de contaminations sur l’ensemble du territoire national. C’est-à-dire que même si admettait avoir fait le gros de l’euthanasie de vieux à Paris et dans le Grand Est, on est loin d’avoir commencé dans le reste du pays.

      Ce qui me fait penser que, certes la règle de trois n’est pas valable stricto-sensu, mais que pour avoir un ordre d’idée, ça tient la route. La règle de trois ci-dessus donne 440 000 morts. On est encore dans les ordres d’idée des premières estimations à 250 000 à 300 000 si on ne faisait rien.

    • Je sais pas, ça me parait trop flou et avec trop d’aléatoire pour dire simplement que reporter sur une population plus large on aurait x morts. La saturation hospitalière est responsable de beaucoup, l’états d’impréparation des ehpad etc., le moment, et la préparation des autorités sont pas les mêmes non plus… bref il me parait assez hasardeux de parier sur une simple linéarité des « résultats ».

    • Alors qu’est-ce que ça aurait été en ne faisant rien de spécial…

      Ça non plus c’est pas dit au final, avec les infos qui semblent aller de plus en plus dans le sens de contaminations massivement en vase clos à l’intérieur… et dans les foyers.

    • Si c’est pas une règle de 3, c’est de combien ? 2,5 ? :-))

      Evidemment, refaire l’histoire est impossible. Mais on a l’exemple américain en direct qui peut répondre à une partie de la question, et nous aider à déterminer un ratio de correspondance qui satisferait aux plus sceptiques... Assurément, semble-t-il, ça ne va pas dans le sens de moins de 30000 morts pour 2 mois de temps et 5% de contaminés en tout.

    • Autres paramètres  :
      -- Si tu laisses filer, le système de soins lâche et beaucoup de gens meurent en plus, juste parce qu’il n’y a plus rien pour les soigner. Et là, on a aucune idée de la vitesse avec laquelle ça monte dans les tours.
      -- Malgré le confinement, on est à l’os pour les soins et pas mal de médicaments, y compris pour des problèmes qui n’ont rien à voir.
      -- Tu ne peux pas laisser mourir l’équivalent d’une grande ville en espérant que ça n’aura pas de conséquences logistiques, sociales et même économiques insurmontables.
      -- 200 ou 300 000 morts, cela signifie aussi des millions de malades avec des symptômes lourds et des séquelles. Là aussi, nous ne pouvons pas faire face à une telle masse.

    • Loin de moi l’idée de dire que le confinement ne sert ou n’a servi à rien ; je dis juste que toutes ces estimations mathématiques me semblent à côté de la plaque : la seule chose qu’on a vue clairement jusque là c’est l’imprévisibilité des choses, les nombreux facteurs qui nous échappent, la faiblesse des connaissances du moment. Toute phrase chiffrée qui commence par un si me semble donc douteuse actuellement.

    • Je pense que les gouvernements étaient obligés de prendre des mesures contre une contagion accélérée de toute la population sans disposer de chiffres valables et sans avoir une idée sur le meilleur itinéraire, parce que dans le passé ils ont ignoré les avertissements des spécialistes. Les privatisations des hôpitaux publiques en France et en Allemagne ne sont qu’un exemple pour un tas de mesures qui ont déstabilisé nos sociétés dans tous les domaines.

      Ensuite pendant la phase de prise de décision sont passés dans les ministères les lobbyistes habituels dont les recommandations ont été pris en compte. On ne laisse pas crèver les grande banques et producteurs de voitures simplement à cause d’un virus.

      Ceci a suffi pour donner on souffle fort à l’imagination de tous les connards qui surfent sur les vagues de la peur généralisée et boum, on se tape un tsunami du n’importe quoi qui anéantit les voix raisonnables et critiques. Après son passage il ne restent que les débris des idées de l’époque passée.

      Là il faudra jeter un regard frais et innovant sur les choses afin d’identifier les point d’attaque qui permettront de faire tomber les nouveaux obstacles contre l’expression libre, contre les syndicats et les groupes politiques insoumis que nos gouvernements se sont empressés d’ériger pendant la crise.

      Je veux dire qu’on tombe dans une piège si on se concentre trop sur les détailes médicaux et virologiques. Là où nous sommes tous en mesure de porter un jugement qualifié c’est dans le domaine de l’organisation de la société et du déséquilibre social. La lutte continue sous des conditions matérielles beaucoup plus éprouvantes qu’avant. Faudra le prendre en considération.

      #covid-19 #France #Allemagne #privatisations

    • Non, le Covid-19 n’est pas seulement « au 17e rang mondial en nombre de morts »
      https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/05/14/non-le-covid-19-n-est-pas-seulement-au-17e-rang-mondial-en-nombre-de-morts_6

      C’est ainsi que Vikash Dhorasoo, ancien footballeur international français et co-meneur de la liste de La France insoumise aux élections municipales à Paris, s’est interrogé sur la très faible mortalité quotidienne du Covid-19, pour mettre en cause la stratégie de confinement adoptée en France et dans de nombreux pays dans le monde.


    • Le nombre de morts quotidiens, bien que très parcellaire, a également fluctué depuis le début de la pandémie en janvier 2020. Ainsi, si la moyenne hebdomadaire est d’environ 4 700 à la mi-mai, il a connu un pic à plus de 7 000 morts par jour à la mi-avril. Bien au-delà des moyennes quotidiennes d’autres grandes maladies, dont la tuberculose, qui reste la maladie infectieuse la plus mortelle (1,18 million de morts en 2017, soit 3 233 morts par jour en moyenne).

    • Ça fait plaisir de lire des fils comme celui-ci, merci ! Plus intéressant que Twitter où on risque de croiser Vikash Dhorasoo (la preuve qu’il ne fallait pas préparer le bug de l’an 2000, c’est qu’il n’a pas eu lieu ?) et les complotistes.

      J’ai une petite question : on peut imaginer que le virus est partout et qu’on en prend régulièrement à faible dose avec toute la réduction des potentialités de contamination. Est-ce que ça peut aider à se faire des anticorps, cette faible exposition au virus ?

    • Sinon, dans le genre déni et psychologisme de bazar, nous avons le discours des pédiatres concernant le retour des enfants à l’école. Ci-après un article qui rend compte de la prise de position de ces praticiens qui « dénoncent des craintes excessives vis à vis de l’école ». Certains commentaires reflètent assez bien ma propre opinion, à savoir que les pédiatres ne sont ni virologues, ni épidémiologistes (même que ces derniers avouent souvent n’y rien comprendre à cette épidémie) mais qu’on les autorise complaisamment à la ramener sur les médias mainstream afin que les parents ne se sentent plus coupables de confier leurs progénitures à un service de « garderie scolaire ».

      https://www.20minutes.fr/societe/2779139-20200514-coronavirus-pediatres-denoncent-craintes-excessives-vis-v

      « Il est urgent de maîtriser nos peurs et d’aller de l’avant pour le bien des enfants », estiment les pédiatres, parmi lesquels le président de la Société française de pédiatrie Christophe Delacourt. Trois jours après la réouverture des classes, et alors qu’une deuxième vague d’écoliers a repris jeudi le chemin de l’école, les spécialistes font « le constat des nombreuses difficultés à une réouverture pragmatique des classes », en raison de « blocages ».

      Tout comme le branquédéquerre de l’éducnat qui prétend que les enfants courent plus de danger à l’extérieur de l’école qu’à l’intérieur. Finalement, ne serait-ce pas une apologie de la gestion carcérale de nos sociétés à laquelle nous assistons actuellement ? La prison et l’univers concentrationnaire : rien de tel pour protéger les citoyens contre leurs mauvais penchants.

    • Oui, certes, mais peut-on parler de « bien-être » au vu des conditions d’accueil actuelles dans les « écoles » ? A moins de considérer que l’école, c’est moins pire que le milieu familiale et ses violences, violences intra-familiales qui passent le plus souvent sous les radars. Dans ce cas, les pédiatres auront peut-être fait preuve de pragmatisme.

    • Ben comme disait Monolecte, y’a des gamins qui kiffent : moins de bruit, de violence… Et oui, après deux mois de confinement, beaucoup ont besoin de bouger et de voir autre chose que les parents. Et réciproquement…

    • Témoignage ici, CM2 :
      • premier jour, hier : content de retrouver les copains
      • deuxième jour : une boule au ventre toute la journée, toutes les discussions avec les copains tournent autour du covid et dès l’arrivée à la maison : je peux enlever tous mes vêtements et les mettre à la machine ?
      • la semaine prochaine : chouette, les 2 jours prévus à l’école, c’est le pont de l’Ascension…

  • « Je ne suis pas complotiste, mais… » : à propos de l’affaire Raoult – Allodoxia
    http://allodoxia.odilefillod.fr/2020/04/26/je-ne-suis-pas-complotiste-mais-a-propos-de-laffaire-raoult

    Citée dans un article, Odile Fillod a dû se pencher sur l’affaire Raoult, et elle l’a fait avec toute sa rigueur et son exhaustivité habituelles ! Wow !

    Le directeur de recherche en sociologie Laurent Mucchielli a publié sur son blog un texte dénonçant la médiocrité médiatique et les intérêts pharmaceutiques se cachant selon lui « derrière la polémique Raoult ». Ce texte ayant participé à la désinformation et au complotisme délétères provoqués par les déclarations de Didier Raoult, pâtissant d’un fort biais de confirmation et d’une absence de vérification des informations, m’a d’autant moins laissée indifférente que j’y suis citée. Ma réponse à cette mise en cause me donne l’occasion d’exposer les faits qui sont au cœur de ce qu’il convient plutôt d’appeler l’affaire Raoult.

    #Odile_Fillod #Didier_Raoult #Raoult #chloroquine #hydroxychloroquine #santé #méthode_scientifique

    • Ah merde, Mucchielli, heureusement que je n’ai pas vu passer son texte avant :/
      Comme si les dernières possibilités d’intelligence théorique et de réflexions du monde (d’avant) se sabordaient lamentablement sans même se rendre compte de leur inconsistance. (Lepage/Damasio/Mucchielli, à qui le tour ?)

      Nous y voila, nous ne sommes plus à l’âge de pierre ou des métaux ni dans le capitalisme cognitif de l’immédiateté mais à l’âge de l’invisible.
      L’imaginaire en retour de force dans nos réalités, l’hypnose collective face à la raison quand la fiction humaine construit notre sort et nos afflictions en temps réel. Voila que les peurs et les dangers variés s’érigent en politique pour contrôler le monde par une guerre sans autre ennemi que l’Autre.
      Comme dans une émission pour enfants qui accapare les cerveaux un à un, voici venue l’ère de la suspicion et des insinuations où viennent s’enfoncer la vanité de ceux qui espèrent un pouvoir de persuasion magique.

      bon courage au #monde_d'après

      et merci pour cet article qui met les #points_sur_les_i

      #Raoultisation

    • J’ai lu son texte a la parution par un lien twitter, j’etais abasourdi. J’ai immédiatement faIs une recherche Ella roche et elle n’existe pas en tant que journaliste, c’est un fake. Je soupçonne Mucchielli d’en être l’auteur. Tout ça est bien décevant.

    • Laurent Mucchielli a jugé utile de préciser que l’autrice du texte qu’il publie, Ella Roche, était une « journaliste précaire ». Etait-ce parce que c’est à ses yeux un gage de qualité de son travail ? Ou pour montrer qu’il a les fréquentations qu’il faut (il se tient bien à l’écart des nanti-es) ? Ou plutôt pour inciter une rédaction à l’embaucher ? Je me pose la question, de même qu’on pourrait se demander pourquoi c’est sur son blog que ce texte censé être le produit d’un travail journalistique a été publié. Je veux croire que c’est parce qu’aucun média digne de ce nom n’en a voulu.

      Je confirme que quand tu es journaliste précaire, tu ne publies pas sur les blogs des copains des articles sur des sujets chauds bouillants ! C’est le minimum à savoir faire, sinon c’est pas ton métier, tu fais journaliste à côté et t’es pas précaire, t’es prof, chargée de com, éditrice d’un journal d’entreprise ou animatrice d’ateliers d’écriture...

    • @ericw Je trouve ca tellement gros, une journaliste qui n’existe pas, un papier sans publication.
      Voire plus haut
      "Les motivations méprisables et obscures des « anti-Raoult »

      En fait, nous disent Ella Roche et Laurent Mucchielli".
      Tout cette histoire est une foire à l’irrationalité la plus totale ou le mensonge n’est jamais trop gros. Et c’est un marseillais qui te le dit.

    • Tout cette histoire est une foire à l’irrationalité la plus totale ou le mensonge n’est jamais trop gros. Et c’est un marseillais qui te le dit.

      Du point de vue de la pratique locale ça se tient effectivement.

  • Venezuelan Armed Forces: Paramilitary Incursion Neutralized | Venezuelanalysis.com
    https://venezuelanalysis.com/news/14861

    Former US green beret Jordan Goudreau, reported to have led preparations for a coup, confirmed the operation.

    Venezuelan authorities announced they routed an armed group attempting to land on Venezuelan shores on Sunday.

    The incident reportedly took place in the early morning hours, with armed men on speed boats approaching coastal La Guaira State, just north of Caracas.

    A group of terrorist mercenaries, organized and trained in Colombia, tried to disembark with war material off the coast of La Guaira,” a statement released by the Bolivarian National Armed Forces (FANB) read.

    The statement detailed that intelligence work, as well as defense exercises, allowed the FANB and police units to respond immediately. In the ensuing confrontation, eight members of the paramilitary group were killed, the FANB added, and two were arrested. There are no reports of casualties on the Venezuelan side.

    The operation also resulted in the apprehension of military gear and weapons, allegedly matching equipment stolen in the failed April 30, 2019 military putsch. The armed forces likewise revealed that divers are currently being deployed to recover additional weapons and that Navy ships are patrolling the coastline in search of other vessels involved in the incursion.

    The Bolivarian National Armed Forces categorically rejects these irrational acts of violence,” the statement went on to say.
    Speaking to the press on Sunday, Interior Minister Nestor Reverol and Defense Minister Vladimir Padrino Lopez said that the defensive operation was ongoing and there could be further arrests in the coming days.

    Padrino also announced that a new set of “Bolivarian Shield” military exercises will begin immediately on orders of President Nicolas Maduro.

    For his part, National Constituent Assembly President Diosdado Cabello divulged that weapons had been seized on land, including vehicles fitted with machine guns. The location of the equipment was not disclosed. He also claimed that the boats’ GPS trackers indicated they had departed from Colombia.

    Sunday’s failed incursion came on the heels of an Associated Press report revealing that former US Special Operations soldier Jordan Goudreau had played a leading role in a plan to invade Venezuela led by retired Venezuelan Major General Cliver Alcala. Goudreau was responsible for training a contingent of 300 Venezuelan army deserters who were to enter Venezuela in a heavily armed caravan and seize the capital within 96 hours.

    Both the Venezuelan opposition and the Colombian government were reportedly aware of the plot.

    In a video released on social media, Goudreau confirmed that the amphibious landing attempt had been launched from Colombia as part of “#Operation_Gedeon ” and that “other units” were active in the “south, west, and east of Venezuela.” He appeared alongside retired National Guard Captain Javier Nieto Quintero, who claimed that the operation aimed to “capture” high-ranking officials and “liberate” the Venezuelan people.

    • Quién es Jordan Goudreau, el militar retirado estadounidense que se atribuyó los hechos ocurridos en Macuto
      https://www.elnacional.com/venezuela/quien-es-jordan-goudreau-el-militar-retirado-estadounidense-que-se-atrib


      Jordan Goudreau fue condecorado por su valentía en Irak y Afganistán
      Foto @silvercopusa

      El oficial fundó en 2018 la compañía Silvercorp USA, una empresa de seguridad privada que asegura haber proporcionado sus servicios al presidente de Estados Unidos, Donald Trump

      Jordan Goudreau, un militar retirado estadounidense que recibió tres veces la Estrella de Bronce por su valentía en Irak y Afganistán, se atribuyó junto al capitán venezolano Javier Nieto Quintero los hechos ocurridos este domingo en Macuto, estado Vargas, como parte de lo que denominaron la Operación Gedeón.

      Goudreau, nacido en Canadá, fue médico en las fuerzas especiales del Ejército de Estados Unidos. Es reconocido por ser un talentoso mercenario, con una gran puntería y talentoso luchador de artes marciales mixtas.

      En 2013 lo investigaron por presuntamente estafar al Ejército con 62.000 dólares en estipendios para vivienda. Goudreau dijo que la investigación fue cerrada sin que le levantaran cargos, según la agencia AP.

      Tras retirarse en 2016, trabajó de contratista de seguridad privada en Puerto Rico después del huracán María. En 2018 abrió su propia compañía, Silvercorp USA, una empresa de seguridad privada ubicada en Florida.

      Silvercorp ofrece operaciones en más de 50 países, con un equipo de asesores formado por ex diplomáticos, estrategas militares experimentados y directores de corporaciones multinacionales, aunque se desconoce el nombre de alguno de ellos.

      Entre sus trabajos más destacados, la empresa de Goudreau encabezó equipos de seguridad internacional para el presidente de Estados Unidos, Donald Trump.

      Su interés en Venezuela
      En febrero de 2019, Goudreau trabajó en la seguridad del concierto Live Aid, organizado por el multimillonario británico Richard Branson, que se realizó en la frontera entre Venezuela y Colombia con el fin de recaudar fondos de ayuda humanitaria.

      De allí nació su interés por Venezuela. Drew White, un ex socio de negocios en Silvercorp, aseguró que Goudreau regresó del concierto con el interés de aprovechar el mandato del presidente Donald Trump para derrocar a Nicolás Maduro.

      El militar retirado conoció en Colombia a Cliver Alcalá, general de división retirado de la FANB, que Estados Unidos acusó el mes pasado de ser uno de los arquitectos de una conspiración narcoterrorista que presuntamente enviaba 250 toneladas de cocaína a Estados Unidos cada año.

      Antes de esto, Alcalá había surgido como un enérgico oponente de Maduro y afirmó que varias docenas de hombres vivían en tres campos que mantenía en la península semidesértica de La Guajira.

      Goudreau le dijo a Alcalá que su compañía podía preparar a los hombres para el combate y calculó un presupuesto de alrededor de un millón y medio de dólares para una operación relámpago.

      El plan, según fuentes de AP, era que algunos combatientes cruzarían la frontera en un convoy fuertemente armado y avanzaría hasta Caracas en 96 horas.

      Pero las autoridades colombianas estaban al tanto de sus movimientos y no los apoyaron, al igual que políticos prominentes de la oposición en Venezuela y exilados en Bogotá. Al parecer, algunos de ellos compartieron sus hallazgos con funcionarios de Estados Unidos.

      El militar no pudo recaudar fondos para financiar su operación y el complot se desmoronó a principios de marzo cuando uno de los combatientes voluntarios fue arrestado después de cruzar la frontera hacia Venezuela desde Colombia.

      Poco después, la policía colombiana detuvo un camión que transportaba un cargamento de armas nuevas y equipo táctico con valor de unos 150.000 dólares. Alcalá dijo ser el propietario de las armas poco antes de rendirse para enfrentar los cargos de tráfico de drogas, y dijo que pertenecían al pueblo venezolano.

      El golpe de Macuto
      El capitán venezolano Javier Nieto Quintero y el militar retirado estadounidense Jordan Goudreau difundieron un video el domingo en el que aseguraron que el intento de incursión a través de las costas venezolanas fue real.

      Aseguró que hay hombres y mujeres arriesgando sus vidas por la libertad de Venezuela y de los presos políticos.

      El capitán pidió a todos los miembros de la Fuerza Armada Nacional Bolivariana que se sumen a la Operación Gedeón para lograr la captura de Nicolás Maduro.

      Resaltó que en el país se han agotado todas las opciones electorales, democráticas, políticas y económicas que se han intentado para concertar una solución a la crisis.

    • Hijo de Raúl Baduel se encuentra entre los detenidos en la embarcación de Chuao
      https://www.elnacional.com/venezuela/hijo-de-raul-baduel-se-encuentra-entre-los-detenidos-en-la-embarcacion-d


      Foto / Twitter @RCamachoVzla

      Autoridades investigan si los detenidos tienen vinculación con la invasión fallida en Macuto, estado Vargas

      Adolfo Baduel, hijo del general Raúl Isaías Baduel, se encuentra entre las ocho personas detenidas durante el operativo en Chuao, estado Aragua.

      Además de Baduel, en el grupo se encontrarían un estadounidense de nombre Aarón, y dos capitanes, uno de apellido Sequea y otro apodado Pimienta.

      En la embarcación, que intentaba ingresar por Chuao, navegaban 8 hombres que fueron detenidos por «la comunidad organizada» y entregados a la Fuerza Armada Nacional Bolivariana.

      La información la reveló el periodista Román Camacho, y oficializada por el fiscal del régimen, Tarek William Saab, quien aseguró mediante Twitter que «comisiones policiales se desplazan a La Guaira para trasladar a un nuevo grupo de mercenarios que venían en otra embarcación y ya están capturados».

      Este sería el segundo presunto intento de invasión. El primer grupo intentó ingresar en lanchas rápidas el domingo por las costas de La Guaira con la finalidad de llevar a cabo «un nuevo intento de golpe de Estado».

    • Venezuelan Officials Claim to Have Stopped an Armed Incursion - The New York Times
      https://www.nytimes.com/2020/05/03/world/americas/venezuela-coup.html


      Venezuelan security forces on Sunday in La Guaira guarded the shore and a boat in which the authorities say armed men landed with plans for a coup.
      Credit: Matias Delacroix/Associated Press

      The Venezuelan government said security forces foiled an armed incursion Sunday morning near the capital, Caracas, killing eight men and capturing the remaining two.
      Néstor Reverol, the interior minister, said that the group of “mercenary terrorists” had come from Colombia by speedboat, intending to overthrow the government, but that it was stopped at the port of La Guaira, near Caracas.
      Responsibility for the attack was claimed by a retired American Green Beret, Jordan Goudreau, and a retired Venezuelan army captain, Javier Nieto. In a video posted on social media, the two men said that “Operation Gedeon” had been successfully launched “deep into the heart of Caracas” and that other armed cells had been activated throughout the country.

      It is obvious that the electoral measures, the democratic and political ones of all kinds, have been exhausted,” Captain Nieto said in the video, defending the decision to try to topple the Venezuelan government with arms.

      There was no evidence of fighting in Caracas or elsewhere in the country, but Venezuela’s Defense Minister, Vladimir Padrino López, announced a sweep operation in the capital shortly after authorities said they repulsed the raid.

      President Nicolás Maduro and his officials have denounced dozens of what they said were coup and assassination attempts in recent years as the economy has sunk deeper into crisis and millions of Venezuelans have fled the country. Some of the assertions proved to be true, while others were never independently verified.

      The uprisings denounced by the government often have their roots in real discontent among Venezuelan officials and military officers but are almost always exaggerated to create a siege mentality among government supporters and to garner international sympathy, analysts say.

      The vice president of Venezuela’s governing party, Diosdado Cabello — who, like Mr. Reverol, has been linked by the United States to a drug conspiracy — said the plot thwarted on Sunday had been organized by Clíver Alcalá, a dissident retired Venezuelan general who recently surrendered to United States law enforcement to face drug charges.

      Before being taken into custody, General Alcalá said in March from his exile in Colombia that he was organizing a military incursion into neighboring Venezuela to overthrow Mr. Maduro. His plan was dismantled by the Colombian authorities, he said.

      The Associated Press reported on Friday that General Alcalá was working on the plot with Mr. Goudreau, who, it said, was drawn to the cause of Venezuela by the prospect of big payout for his private security firm and romantic desire to topple a repressive regime.

      Mr. Diosdado blamed the United States, Colombia and international drug cartels — the government’s usual scapegoats for the deep economic hardships facing Venezuela — for the most recent attack. He said that one of the detained men had confessed to being an agent for the Drug Enforcement Administration and that combat helmets with American flags were among the captured matériel.

      The State Department’s Bureau of Western Hemisphere Affairs discounted the report of a coup attempt. “We have little reason to believe anything that comes out of the former regime,” a spokesperson said. “The Maduro regime has been consistent in its use of misinformation in order to shift focus from its mismanagement of Venezuela.

    • Régimen confirma detención de 2 estadounidenses y otras 11 personas
      https://www.elnacional.com/venezuela/regimen-confirma-detencion-de-dos-estadounidenses-y-otras-11-personas

      Entre los detenidos se encuentran un funcionario de la Polícia del estado Miranda y otro de la Polícia de Baruta

      Nicolás Maduro confirmó la detención de dos ciudadanos estadounideses, quienes habrían participado en la presunta incursión armada para «desestabilizar al país».

      Según el balance dado por el líder del chavismo, capturaron a» ocho terroristas en una costa de Aragua en horas de la mañana y posteriormente a cinco en la población de Puerto Maya en la misma entidad».

      Dijo que entre los primeros detenidos, se encuentran dos ciudadanos estadounidenses, miembros del equipo de seguridad de Donald Trump identificados como Luke Alexander Denman y Airan Berry.

      Denman y Berry habían estado desplegados en Irak y Afganistán por el Ejército estadounidense

      Ordené que todos fueran capturados vivos”, reconoció tras destacar que «el pueblo de Chuao, en el estado Aragua, sometió a la embarcación desde tierra con el apoyo aéreo de la Fuerza Armada Nacional».

      El mismo pueblo los sometió y los amarró al frente de una pescadería socialista que inauguró el comandante Hugo Chávez hace más de 10 años y los entregó a las autoridades”, indicó.

      Detalló que enla operación que denominó #Negro_Primero se incautaron armas de guerra, uniformes militares de Estados Unidos y Colombia, equipos tácticos, de comunicación, cocaína y otros artefactos de guerra.

      Precisó que desde el 19 de abril inició la captura «de todos los soportes de este plan terrorista apoyado por el gobierno de Iván Duque». “Fue una fase desmantelamiento a pulso del enemigo”, añadió.

      También informó que entre los detenidos se encuentran un funcionario de la Polícia del estado Miranda y otro de la Polícia de Baruta.

    • Guaidó qui, comme le gouvernement colombien, était informé de l’expédition appelle au respect des droits humains des prisonniers

      Gobierno interino exigió respetar DDHH de miembros de la “Operación Gedeón”
      https://www.elnacional.com/venezuela/gobierno-interino-exigio-respetar-ddhh-de-miembros-de-la-operacion-gedeo

      La presidencia encargada anuncia que activarán los mecanismos de presión internacional para la búsqueda de justicia

      El gobierno interino de Venezuela exigió al régimen respeto de los derechos humanos y garantías fundamentales a civiles y militares vinculados a la «Operación Gedeón».

      En un comunicado anuncia que activarán los mecanismos de presión internacional para la búsqueda de justicia. Esto tras los “últimos acontecimientos en los que cuerpos represivos de la dictadura han anunciado a través de medios públicos la ejecución y detención de civiles y militares venezolanos vinculados a la operación”.

      Exigimos el respeto de los derechos humanos y garantías fundamentales de las personas capturadas en las últimas horas. El historial de la dictadura de Nicolás Maduro incluye torturas, desapariciones forzosas y ejecuciones extrajudiciales ampliamente denunciadas por organizaciones internacionales como el Consejo de Derechos Humanos de la Organización de Naciones Unidas”, refiere el texto.

    • Oui, il y a eu deux « débarquements », du moins deux embarcations interceptées, 13 personnes arrêtées au total
      • l’une à La Guaira, qui est le port à une vingtaine de kilomètres au nord de Caracas (les infos initiales disaient Macuto, qui est juste à côté)
      • l’autre à Chuao à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest (mais on lit aussi Puerto Maya qui est à 2-3 km à l’est de Chuao)

    • Camila TeleSUR sur Twitter :
      https://twitter.com/camilatelesur/status/1257491295947415553

      https://video.twimg.com/ext_tw_video/1257489058575667200/pu/vid/640x352/I-z-YJFhA7bVZMaU.mp4

      CAPTURED: U.S. mercenaries Luke Alexander Denman and Aaron Barry are in custody of the Venezuelan government. The two Silvercorp terrorists claim work security for President Trump.

      https://twitter.com/camilateleSUR/status/1257494648035119104

      https://video.twimg.com/ext_tw_video/1257494484729954307/pu/vid/1280x720/2TQdCxBng84c4Tsv.mp4?tag=10

      President @NicolasMaduro confirms the capture of U.S. citizen Silvercorp mercenaries today in Chuao, Aragua demonstrating Luke Alexander Denman and Aaron Barry’s passports, veteran IDs and Silvercorp ID.

    • Le Monde s’y met, avec 48 heures de retard.
      L’article entremêle les dépêches d’agence et interventions du Monde qui nous rappelle ce qu’il faut penser du " régime " et semble même à avoir du mal à se convaincre de la réalité de l’opération. Un modèle du genre…

      Au Venezuela, Maduro dénonce « une tentative d’incursion armée »
      https://www.lemonde.fr/international/article/2020/05/05/au-venezuela-maduro-denonce-une-tentative-d-incursion-armee_6038701_3210.htm

      […]
      Washington, Bogota et l’opposition vénézuélienne démentent tout contact avec le personnage et toute participation dans l’opération ratée. Le député et président autoproclamé du Venezuela, Juan Guaido, reconnu par Wahington et une soixantaine de pays comme chef de l’Etat légitime, dénonçait dimanche un « montage fabriqué de toutes pièces » par le pouvoir chaviste, avant d’exiger lundi « le respect des droits de l’homme et toutes les garanties fondamentales » pour les détenus.
      […]
      Interviewé par la presse vénézuélienne et américaine, M. Goudreau a déclaré que l’opération « Gedeon » avait été négociée avec M. Guaido pour un montant de 213 millions de dollars. L’opposant n’aurait payé qu’une infime partie du montant prévu, et lâché l’affaire en cours de route.