• Livreurs à vélo : la résistance s’organise | StreetPress
    http://www.streetpress.com/sujet/1488209346-resistance-coursier-velo

    Nous sommes des cobayes qui permettent aux plateformes d’envahir le terrain au maximum, de se répandre, à moindre coût avec pour seul objectif, celui de baisser le coût du travail, pour proposer des services de livraison toujours moins chers. Il faut s’attaquer au discours politique d’un Macron qui dit qu’avant ces jeunes tenaient les murs et que grâce à ces plateformes ils ont enfin un but et un «  salaire  ». Ils vont faire quoi les jeunes dans quelques années, quand Uber aura créé la voiture autonome ou livrera par drones pour faire les livraisons ? On va vers une société de plus en plus violente, à l’image de la violence sociale de ces entreprises. Ils vont passer de travailleurs à révoltés ! Pour supprimer cette précarité organisée, il faut s’organiser : avec plusieurs autres livreurs, nous voulons (...)

    #uberisation


  • Des progrès en recherche sur le rêve lucide
    http://www.internetactu.net/a-lire-ailleurs/des-progres-en-recherche-sur-le-reve-lucide

    Après des décennies d’indifférence, le rêve lucide, ce moment dans le rêve où l’on a conscience de rêver, est en train de devenir un sujet d’intérêt pour les neuroscientifiques, et les progrès dans ce domaine sont rapides et nombreux, ainsi qu’en témoigne ce récent article du New Scientist. Tout d’abord, (...)

    #A_lire_ailleurs #Futurs #Recherches #cognition


  • Comment activer la double authentification sur ses comptes Web
    http://www.lesnumeriques.com/vie-du-net/comment-activer-double-authentification-sur-comptes-web-a2575.html

    La fin du mot de passe, véritable arlésienne du monde de la sécurité web, n’est pas pour demain. Avant ce jour tant attendu, il est toujours possible - et conseillé - d’améliorer sa sécurité sur le web avec son smartphone grâce à la double authentification. — Permalink

    #sécurité


  • Au-delà de la nausée – billet d’humeur
    http://www.iewonline.be/spip.php?article8035

    La vie nous donne parfois l’occasion de mesurer combien est grand l’écart entre une représentation intellectuelle et l’émotion ressentie lorsqu’on y est confronté « pour de vrai ». Impliqué depuis des années dans divers dossiers relatifs aux normes d’émissions des véhicules automobiles, je suis conscient que les constructeurs sont prêts à tout pour contourner les obligations légales et augmenter leurs marges bénéficiaires. La découverte de l’existence d’une pratique supplémentaire particulièrement sordide vient néanmoins de provoquer chez moi des symptômes de dégoût dépassant la « simple » nausée. — Permalink

    #lobbying #mobilité #pollution


  • RCTT | Appel pour une réduction collective du temps de #travail
    http://travaillermoinsvivremieux.be

    Grâce aux technologies et à l’amélioration du niveau de qualification des travailleurs, la productivité a été multipliée par 5 en 50 ans (1). Pour produire autant de richesse, il faut donc 5 fois moins d’heures de travail, tous secteurs confondus. Du jamais vu ! Mais qui a capté ces gains de productivité accrus : les entreprises, les actionnaires, l’Etat ou les travailleurs ? — Permalink

    #société


  • Interview de Troy Hunt, fondateur d’Haveibeenpwned : « Vous devez garder à l’esprit qu’un site peut toujours être piraté » - ICT actualité - Data News.be
    http://datanews.levif.be/ict/actualite/interview-de-troy-hunt-fondateur-d-haveibeenpwned-vous-devez-garder-a-l-esprit-qu-un-site-peut-toujours-etre-pirate/article-normal-612619.html

    Troy Hunt est l’expert en sécurité d’Haveibeenpwned.com. Data News s’est entretenu avec lui à propos de son site bourré d’adresses e-mail ayant pris la clef des champs, mais aussi de la façon dont il faut faire face à des fuites de données et comment se connecter à des sites, sans divulguer ses données personnelles. — Permalink

    #internet #sécurité


  • Le design dans le libre : pistes de réflexion - MARIE & JULIEN
    http://mariejulien.com/post/2017/02/08/Le-design-dans-le-libre-%3A-pistes-de-r%C3%A9flexion

    On en arrive à la réflexion usuelle “c’est un projet libre, n’importe qui peut aider, propose tes services”.

    C’est très juste, mais assez simpliste, le problème ne venant pas de manque de bonne volonté de la part des designers ni même du fait que ça ne soit pas rémunéré (aider un logiciel libre est une cause noble pour bien des designers, car le produit profite à tous).

    Le problème vient du fait que collaborer en tant que concepteur, directeur artistique ou designer sur un projet libre, c’est L’ENFER.

    Oui, l’enfer, et je pèse mes mots. Pourquoi ? Car le monde du logiciel libre est le royaume de la pull request et des commentaires éloquents, et ce mode de fonctionnement ne se prête pas à la conception et à la stratégie. Il y a bien du design itératif et du A/B testing qui peut se concevoir de cette façon en fin de chaîne, mais à part ça, c’est une solution inappropriée.

    L’outil conditionne aussi le design. En plus de n’être pas familier avec ces outils de devs (non, ils ne doivent pas plus les apprendre que le dev ne doit apprendre Illustrator…) ces outils formattent la pensée et la façon d’aborder une problématique (c’est pareil pour Invision d’ailleurs, qui est pourtant un outil de designers).

    #design #libre #enfer

    • dans les commentaires de l’article, l’expression « des maçons sans architecte » est plutôt bien trouvée

    • Je suis à la fois content de lire cet article (qui égratigne parfois très justement), mais également atterré par les postures et les sempiternels clichés qu’on ne dépasse pas depuis +10ans (j’aurais pas dû lire les commentaires).

    • Juste une première remarque en passant : le lien vers le commentaire sur le logo de Seb est dans un paragraphe argumentant que l’évaluation n’est jamais par des pairs, et que des devs évaluent en donnant leur ressenti personnel et non-étayé : sauf que le lien est justement vers un commentaire de Izo qui pour le coup EST un pair et pas un dev ! Ce qui n’empêche pas que son commentaire était totalement un avis personnel et non étayé, et donc un peu pourri. Mais du coup ça ne colle pas à l’argumentation du paragraphe.

    • En lisant l’extrait qui suit je me dis que c’est pas gagné si les gens restent cloisonnés comme ça dans leur monde...

      Tout comme je n’irai pas tripatouiller un repo de code pour l’améliorer car je ne suis pas dev, j’aimerais que des développeurs ne viennent pas tripatouiller le design.

    • Moi je suis tenté de troller les auteurs en temps que designer mais pour l’instant j’ai la flemme. Je peux juste dire que oui, perso, marketing = globalement caca (c’est ma piste de réflexion principale !).

    • La vache, je suis juste atterré de la plupart des réponses de dev ci-dessus.

      1. je demande comment on peu améliorer la collaboration entre designers et développeurs
      2. Julien fait un billet de réponse (avec lequel j’ai des points de désaccord, cf premier commentaire). Billet critiquable, mais dont le principal point pour moi est « Les libristes rejettent et dénigrent le design, ça irait mieux si on se faisait confiance mutuellement »
      3. avalanche de commentaires de devs en mode attaque sur le métier, le coût, l’utilité, et anecdotes sorties du contexte
      4. article sur LinuxFR montrant encore plus le côté obtus de nos communauté. ... (on traite carrément l’auteur de « frustré », que son raisonnement est « débile », qu’il ne pense qu’à être embauché, on lui dit « qu’il n’a qu’a forker »... C’est sûr que ça donne envie d’aider !)

      Moi, ça me peine (vraiment). Je pense qu’on vient de donner une image détestable. Je me met à la place d’un non-développeur (ou même d’un designer), et je vois une communauté (trop) sûre d’elle-même, de ses compétences, de sa supériorité.

      http://mariejulien.com/post/2017/02/08/Le-design-dans-le-libre-%3A-pistes-de-r%C3%A9flexion#c19506

    • J’aurais tendance a être d’accord avec @baroug sur le coté « Marketing = caca » : autant le fait que de nombreux lociciels libres manque d’une réflexion sur le graphisme et l’ergonomie me semble évident, autant je suis gêné par le coté « marketing » de l’article de Julien et Marie : ça parle quand même beaucoup « communication », « positionnement », « stratégie » et « succès »...

      Il me semblait pourtant qu’au moins une des raisons pouvant pousser à se tourner vers le Libre était justement le souhait de sortir de ce genre de logique marchande. Là, on est quand même dans une optique très « marché-compatible », Open-source plutôt que Libre, si on peut dire ça ?

      Il y a aussi un autre truc qui me chiffonne, et qui rejoins le coté non-démocratique pointé par @rastapopoulos, c’est qu’aussi bien chez Julien et Marie, ou dans les commentaires, à aucun moment on ne se pose la question de l’implication des utilisateurs : la conception d’interface et l’ergonomie semble devoir se faire entre « pros », qu’il s’agisse de graphistes ou de dev, et les « non-pros » n’ont pas leurs mot à dire... Ça a quand même un petit coté « expertise technocratique » bien puant...

    • @riff : Mais… ce ne sont que des mots désignant des aspects d’un métier… qui ne se limite pas à la servitude marchande ! C’est aussi bête que de penser qu’il faut éviter d’utiliser les couleurs du logo de Google ou qu’il vaut mieux jeûner parce que les riches mangent trop… Les couleurs, la nourriture ou la communication n’ont rien de mal en soi. Tout dépend de ce qu’on en fait.

      Quant aux utilisateurs, c’est évidemment sous-entendu, puisque le designer UX ou l’ergonome travaillent avec les utilisateurices. C’est précisément leur job, la base de leur job.

      Peut-on essayer de dépasser ces vieux clichés, siouplaît ? Pardon @riff, mais ton message témoigne d’une grande méconnaissance. La discussion se poursuit, de façon très intéressante et constructive, dans les commentaires de l’article.

      @james : bien vu :D

    • @tetue, pas de problème, j’ai probablement réagi trop vite et sans connaître assez bien le débat, et dit des bêtise au passage, au temps pour moi. Je lirais la suite des débats et je verrais si je peux en apprendre un peu plus.

    • Je ne veux pas troller des heures dans ce sujet d’autant que tout de même, je souscris à une bonne partie des remarques de Julien, mais je suis désolé, on a le droit de ne pas vouloir que dans tel ou tel projet les considérations de marketing soient importantes. Déjà je suis tout de même surpris qu’on range le marketing dans le design — perso, dans mon travail, graphisme et ergonomie sont clairement séparés du marketing. Ensuite, le marketing et la communication ne sont pas exactement la même chose. Communiquer sur un logiciel et le positionner dans une logique marketing ne relèvent pas de la même logique.
      Après, il n’est évidemment pas infamant de faire du marketing d’une part et de la communication d’autre part. Mais il me semble que pour prendre l’exemple de SPIP, « améliorer graphisme et ergonomie » ne va pas forcément avec « faire du marketing ». C’est cet amalgame qui me pose notamment problème dans l’article.

    • Oui il n’y a rien de bizarre à faire du marketing si on a effectivement quelque chose à vendre. Marketing signifiant littéralement se positionner sur un marché, tenter de gagner des parts de marché, etc, donc faire du commerce. Ce qui peut arriver à tout un chacun mais qui n’est pas obligatoirement le but de toutes les communautés de logiciel libre.

      Communiquer c’est plus large. Pour faire du marketing, on doit communiquer d’une certaine manière. Mais on peut aussi communiquer sans faire du marketing. Juste parce que c’est utile et important d’expliquer à tout le monde c’est quoi ce logiciel, à quoi il sert, c’est quoi son histoire, et en premier lieu : à celleux qui ne le connaissent pas déjà.

      Après, je peux comprendre l’idée que même si on ne vend rien, le fait de se plaindre que les logiciels libres en général n’ont pas assez d’utilisateurices, ou pareil mais pour tel logiciel précis (pas assez de gens sous gnu/linux, pas assez de sites sous SPIP, peu importe), c’est donc implicitement qu’on aimerait « gagner des parts de marché » sur les autres logiciels similaires (privateurs ou libres mais du même domaine). Donc au final c’est qu’on veut faire du marketing, même sans rien vendre.

      Côté communauté de tel ou tel logiciel, à mon avis il faut déjà se concentrer sur communiquer mieux : s’adresser à tout le monde, expliquer en visant celleux qui ne connaissent pas déjà, etc.

      Côté marketing, là je pense que c’est plus les prestataires privés qui utilisent tel logiciel (les SSLL qui utilisent Debian, les agences web qui utilisent tel CMS) de se bouger pour que leurs logiciels préférés soient plus reconnus. Mais ça peut déjà passer en priorité par participer à l’amélioration de la communication général de ces logiciels. C’est vraiment l’étape de base avant toute autre opération plus compliquée/commerciale/publicitaire/etc.

      M’enfin là on parle plus ou moins de la communication « extérieure » donc. L’article parle aussi de l’ergonomie et du graphisme « interne » aux logiciels, leur interface d’utilisation/d’admin/d’édition, et c’est encore une autre paire de manche, et un projet complètement différent…

    • Je me répète, mais on voudrait simplement que ce que vous appliquez entre vous soit appliqué pour nous, c’est à dire se faire refuser des patches comme vous vous faites refuser des patches (vous par un développeur, nous par un designer) et se faire juger par nos pairs ou du moins des gens sachant de quoi ils parlent (ça peut être des devs si c’ets aussi leur domaine).

      Je pense que tu accepterais moins ces “refus de patches” et de contributions si elles étaient repoussées par des non devs sur des prétextes fallacieux. “Tenez j’ai codé un système pour améliorer la sécu” « lol non on en veut pas et on aime pas ton indentation ».

      Bref, on ne veut pas de traitement de faveur, on veut juste être traité comme les autres contributeurs : que les contributions soient jugées, acceptées ou refusées par des gens au même niveau au moins que ceux qui les soumettent.

      http://mariejulien.com/post/2017/02/08/Le-design-dans-le-libre-%3A-pistes-de-r%C3%A9flexion#c19550

    • ça fait belle lurette qu’aux USA les startups candidates à des levées de fonds intègrent des designers dès le départ
      je pense que l’incompréhension démarre ici ...
      Par exemple, le fait qu’un projet libre avec l’importance et l’ambition de Cozy Cloud n’emploie qu’un designer sur 27 salariés me fascine.
      Et pourtant cozy lève des fonds (importants), ce qui n’empêche pas que lors de mes essais de cozy, malgré plein de bonnes choses, j’ai vu beaucoup de roues colorés, erreurs, temps de réaction très longs, et une expérience finalement peu satisfaisante.

    • J’adore cette conversation. On se croirait dans une association quand on discute d’améliorer un peu la communication, les communiqués de presse, ou les visuels avec des gens qui pensent que la communication c’est faire des autocollants avec des mickeys dessus. Qu’un logo c’est facile à faire, que comic sans c’est beau. Je ne suis pas pour la main mise des experts sur tous les secteurs, mais parfois, l’expérience par exemple ça devrait pouvoir être pris en compte intelligement. Mais dès qu’il s’agit de certaines matières, ça devient le ridicule inverse. Tout le monde a un point de vue ce qui donne une liste vécue de décisions débiles, comme une asso qui décide de changer de nom, qui refuse de le faire de manière ouverte et se retrouve à décliner toute sa communication avec le nouveau nom... alors que personne n’a pris la peine de regarder si d’autres associations ou entreprises avaient le même nom ou si il était protégé par l’une ou l’autre loi de copyright pète gonade. Vous avez deviné la suite...#toiaussivismaviedanslesassos Tout de suite, dès que tu essayes d’organiser un peu le gros mot valise de marketing sort et c’est fini, impossible de travailler un temps soit peu logiquement. Par exemple, on confonds une analyse de secteur avec une analyse de marché etc.

    • http://mariejulien.com/post/2017/02/13/Table-ronde-design-et-open-source-au-Reset

      Compte rendu rapide de la rencontre du dimanche 12 février au Reset à propos du design et de l’open source.

      Par le plus grand des hasards, une table ronde “design et open source” était organisée dans le hackerspace “le Reset” quelques jours après mon billet sur le sujet. La discussion s’est ensuite poursuivie de manière plus informelle dans un bar.

      Comme le sujet a pas mal intéressé et que j’ai eu des demandes, voici un rapide compte rendu (table ronde + bar ensuite) qui sera complété peu à peu selon mes souvenirs (ouais j’ai pas pris de note et alors kestuvafaire ?).


  • Le délit de consultation des sites terroristes : l’éblouissante démonstration de François Sureau | #libertés surveillées
    http://libertes.blog.lemonde.fr/2017/02/08/apologie-du-terrorisme-la-brillante-demonstration-de-francois-

    L’excellente leçon de #droit, d’histoire, et d’éthique de Me François Sureau devant le Conseil constitutionnel français, le 31 janvier pour la Ligue des droits de l’homme. Il s’agissait, lors d’une question prioritaire de constitutionnalité, de contester l’article de loi [créant le délit de consultation des sites terroristes]. — Permalink

    #justice #terrorisme




  • l’An 2000 - Qui décodexera le Décodex ? De la difficulté de labelliser l’information de qualité - Libération.fr
    http://an-2000.blogs.liberation.fr/2017/02/03/pour-chasser-les-fake-news-le-monde-donne-une-definition-du

    "Les intentions des journalistes du Monde sont louables. Face à la masse de fausses informations qui circulent sur Internet — donnant l’impression aux fact-checkers du journal de « vider un océan à l’aide d’une petite cuillère » — le Décodex veut permettre à ses lecteurs de débusquer eux-même la désinformation. L’outil n’est ni plus ni moins qu’une forme d’éducation aux #médias. (Le Monde propose d’ailleurs un véritable guide pédagogique sur le sujet). " (...) [Cependant ] "(...) sur tous les critères retenus par Le Monde pour juger du manque de crédibilité d’une publication, il est aisé de retourner l’argument contre la presse traditionnelle. " "Les médias traditionnels ne sont plus considérés comme des acteurs médians du débat public, mais plutôt comme des acteurs du « système » dans une vaste (...)

    #critiquedelinfo



  • Le gaslighting : la manipulation qui rend fou — URBANIA
    http://urbania.ca/239596/gaslighting-manipulation-rend-fou

    C’est l’histoire d’une femme qui remarque que l’éclairage au gaz de sa maison faiblit en intensité, même si elle tente d’ajouter de la luminosité. C’est l’histoire d’un mari qui lui dit « tsss tsss tsss ! C’est dans ta tête que ça se passe ! L’éclairage ne change pas, c’est toi qui es pas ben ! ». La situation se répète, la femme ne comprend rien de rien. « Es-tu certaine que ça va ? », que le monsieur lui demande. La femme commence à douter d’elle : « ça y est, je deviens crackpot… », qu’elle se dit. La situation persiste, d’autres évènements pas clairs surviennent, la madame doute d’elle de nouveau, le monsieur lui confirme qu’elle a tort, qu’elle perd la carte. Une chance qu’il est là parce que ep pep pep ! Eh bien maudite affaire : il s’avère que depuis le départ, la femme avait raison et le vilain monsieur ne faisait (...)

    #psychologie


  • Trains, trams, bus : Où sont les politiques ? (OPINION) - La Libre.be
    http://www.lalibre.be/debats/opinions/trains-trams-bus-ou-sont-les-politiques-opinion-58823c98cd70ff671dc81ee3

    Un pays qui arrive systématiquement en tête des classements mondiaux des embouteillages ne peut se permettre de jouer en dernière division pour les transports en commun. Le manqué d’intérêt #politique est dès lors d’autant plus flagrant. — Permalink

    #belgique #mobilité


    • Mouarf ils vont se faire des amis :

      Les blogs du Monde Diplomatique

      Il ne s’agit pas d’articles du « Monde Diplomatique », mais de blogs hébergés par le site. Leur pertinence ne peut donc être jugée qu’au cas par cas.
      Ce site est-il fiable ?

      Attention, ce site n’est pas une source à proprement parler ou sa fiabilité est trop variable pour entrer dans nos critères. Pour en savoir plus, cherchez d’autres sources et remontez à l’origine de l’information.

      Probablement parce qu’ils n’ont pas digéré ce billet de blog :

      Politique post-vérité ou journalisme post-politique ? par Frédéric Lordon, 22 novembre 2016
      http://blog.mondediplo.net/2016-11-22-Politique-post-verite-ou-journalisme-post

      La réponse à l’époque était « drôle » : https://twitter.com/Antonyn6/status/803972350664384512

    • Oh il y a des perles dans leurs jugements, Les déconneurs sont-ils fiables ?

      Valeurs actuelles

      Un hebdomadaire d’information généraliste positionné politiquement à droite. Le magazine a été condamné pour provocation à la haine raciale envers les Roms en 2015 après sa couverture « Roms : l’overdose ». Le site Internet et le journal mentionnent leurs clairement leurs sources et publient des informations vérifiées mais certaines enquêtes ou reprises d’autres médias sont à prendre avec précaution.

      Ce site est-il fiable ?

      Ce site est en principe plutôt fiable. N’hésitez pas à confirmer l’information en cherchant d’autres sources fiables ou en remontant à son origine.

      Fakir

      Un journal indépendant de gauche, situé à Amiens, dirigé par François Ruffin, réalisateur du film « Merci patron », avec une ligne éditoriale militante et un parti pris clairement revendiqué.

      Ce site est-il fiable ?

      Ce site peut être régulièrement imprécis , ne précisant pas ses sources et reprenant des informations sans vérification. Soyez prudent et cherchez d’autres sources. Si possible, remontez à l’origine de l’information.

    • Impressionnant :

      BFMTV

      Chaîne de télévision d’information en continu, propriété du groupe NextRadio TV.

      Ce site est-il fiable ?

      Ce site est en principe plutôt fiable. N’hésitez pas à confirmer l’information en cherchant d’autres sources fiables ou en remontant à son origine.

      –----------

      La Horde

      Un site d’extrême gauche et anti extrême droite, dont les contenus proviennent souvent de militants sans être vérifiés.

      Ce site est-il fiable ?

      Ce site peut être régulièrement imprécis , ne précisant pas ses sources et reprenant des informations sans vérification. Soyez prudent et cherchez d’autres sources. Si possible, remontez à l’origine de l’information.

      –-------------

      Paris Lutte Info

      Un site militant qui se présente comme anticapitaliste, anti-autoritaire et révolutionnaire.

      Ce site est-il fiable ?

      Ce site peut être régulièrement imprécis , ne précisant pas ses sources et reprenant des informations sans vérification. Soyez prudent et cherchez d’autres sources. Si possible, remontez à l’origine de l’information.

    • Merci @fil pour la carte.

      Le fichier .csv est vraiment pratique pour visualiser rapidement les différents avis, je le remets ici : https://framadrop.org/r/uet9Fw0uf_#zuTD8ZA0qZ1v4sf5pRgf+7hQAioSYMKrAsJ/vkQsQpo=

      @intempestive : j’ai repéré 4 sites d’extrême gauche / anars (Fakir, Paris-luttes, Rebellyon et La Horde) + les blogs du Diplo.

      Je serai vraiment intéressé d’avoir une analyse sur le fond, à la fois ce que ça sous-entend comme conception de la presse, de la « fiabilité », du fait, sans parler du méli mélo « les extrêmes sont un peu pareilles ». J’attends impatiemment le retour d’Acrimed, qui n’apparaît pas dans la base de données.

      Ca me rappelle l’intention de labelliser les sites d’info que le gouvernement Sarkozy avait évoqué en 2007 :
      http://www.zdnet.fr/actualites/bientot-un-label-de-qualite-pour-les-sites-web-d-information-39367199.htm
      http://www.culture.gouv.fr/culture/actualites/rapports/tessier/rapport-fev2007.pdf

      L’outil très critiquable des Décodeurs a eu le mérite de lancer quelques discussions sur Twitter (je pense qu’il y en a eu beaucoup d’autres, je note déjà celles-ci) :
      https://twitter.com/melo_meli/status/827159693835505665
      https://twitter.com/okhin/status/827166190107783168

      Sinon, l’édito du Monde au sujet du Decodex est sidérant à tous points de vue :

      La défense des faits
      http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/02/02/editorial-la-defense-des-faits_5073248_4355770.html

      #journalismplaining

    • Merci @arnoferrat. Au moment où j’avais testé, Rebellyon, CQFD, La Brique, Rezo et FPP n’étaient pas encore référencés et Paris-luttes aboutissait à une page d’erreur.

      Le Décodex n’est pas un outil de vérification de la fiabilité d’un site (un Web of Trust ciblé sur les infos), mais un moyen d’#auto-légitimation et une défense de l’ordre journalistique existant. Une tentative de reprendre la main face à la défiance généralisée que subissent les médias dominants, lancée précisément au moment de la parution du « baromètre annuel des médias Kantar/La Croix », pas vraiment glorieux pour le vieux Monde et ses compagnons de linéaire
      http://www.humanite.fr/un-francais-sur-deux-ne-fait-pas-confiance-aux-medias-631554

      La radio reste le média le plus crédible pour 52% des Français, suivi des journaux, puis de la télévision. Seuls 26% font confiance à Internet.

      Les Français s’informent en premier lieu par la télévision (48%), suivi d’Internet (25%), puis de la radio (20%), et enfin par la presse papier (seulement 6%). Les chaînes d’information sont moins regardées qu’en 2016 pour « approfondir les sujets d’actualité » avec 30% d’utilisateurs, contre 44% l’année dernière.

      Le seul fait que cet outil de « vérification » censément neutre soit administré par un journal devrait suffire à le disqualifier. Tout à sa croyance ferme en la « neutralité journalistique », Le Monde ne voit même pas où est le problème dans le fait d’être juge et partie. Ou plutôt il se fait de la #publicité par d’autres moyens, en instrumentalisant la #critique_des_médias à son bénéfice.

    • Je suis d’accord avec tes arguments mais pas tout à fait avec ta conclusion. En défense de leur truc, ça répond aux angoisses d’un certain public, liées à l’actualité (fake news). Il me semble pertinent qu’un journal s’empare de ce sujet, et le format de « l’outil de vérification » est plutôt original.

      On peut critiquer le résultat tant qu’on veut, démontrer que la « neutralité » est fallacieuse, que ça ne passera jamais à l’échelle du web, que c’est très superficiel (à peine passable au niveau 1ère année de socio), mais je ne crois pas qu’il est illégitime pour un journal d’approcher ce sujet de cette façon.

      (Qu’un journal « se fasse de la publicité » en parlant de tout et n’importe quoi, c’est comment dire, la base du métier…)

      Ce qui est plus inquiétant à mon sens, à l’analyse de la carte, c’est ce que ça montre du paysage mental de nos journalistes décodeurs, ou en tout cas de la perception qu’ils ont d’Internet : une place de marché où des médias sérieux, des médias pas sérieux, des blogs militants extrémistes, et des plateformes neutres se battent pour l’attention et le buzz.

      Ou plutôt, que le web est fait de 1) la presse sérieuse et vertueuse (Le Monde et les journaux régionaux) 2) de sites qui sont soit faux-pour-rire, soit faux-par-idéologie, soit faux-par-appât-du-gain, soit encore faux-par-incurie.

      À l’exception d’un ou deux blogs scientifiques ou site de ministère, pas la moindre trace de sites institutionnels, de bases de données, d’associations, de bibliothèques, de musées, d’artistes, d’universités, etc.

      Au final si on regarde le fichier, il s’agit d’une poignée de bookmarks, commentés de manière superficielle et appartenant à des domaines assez étriqués. Les sujets couverts sont particulièrement restreints (un peu de santé, un peu de news généraliste, beaucoup d’extrême droite et de conspi).

      Si c’est ça le web qu’ils fréquentent au quotidien, je les plains du fond du cœur.

    • En défense de leur truc, ça répond aux angoisses d’un certain public, liées à l’actualité (fake news).

      Certainement. Et de fait, lutter contre le conspirationnisme ambiant est une bonne chose. Mais tous les moyens pour ce faire ne me semblent pas aussi pertinents.

      On peut critiquer le résultat tant qu’on veut, démontrer que la « neutralité » est fallacieuse, que ça ne passera jamais à l’échelle du web, que c’est très superficiel (à peine passable au niveau 1ère année de socio), mais je ne crois pas qu’il est illégitime pour un journal d’approcher ce sujet de cette façon.

      Disons que si je suis fabricante de canapés, je peux tout à fait sortir un comparatif sur la qualité de tou·tes les fabricant·es de canapés, en m’auto-attribuant au passage le bon point de la meilleure qualité, mais ça n’est pas bien sérieux. Divers commerces ne se privent pas de le faire, ils ont leurs laboratoires de tests et leurs brochures de résultats - on sait à quoi s’en tenir. Scientifiquement, ça s’appelle un biais et ça suffit à disqualifier une étude. Déontologiquement, c’est spécieux. Mais on est bien d’accord, c’est tout à fait légitime et légal de publier des choses biaisées, et ça peut être fait avec les meilleures intentions qui soient.

      À l’exception d’un ou deux blogs scientifiques ou site de ministère, pas la moindre trace de sites institutionnels, de bases de données, d’associations, de bibliothèques, de musées, d’artistes, d’universités, etc.

      Oui, c’est une sorte de carte mentale des journalistes du Monde en fait.

    • #Le_Monde : où comment s’approprier la critique des médias ... Testé le bousin hier. Ils n’ont pas encore d’avis sur « Seenthis » mais je parie qu’on aurait droit à
      « Attention, ce site n’est pas une source à proprement parler ou sa fiabilité est trop variable pour entrer dans nos critères. Pour en savoir plus, cherchez d’autres sources et remontez à l’origine de l’information. »
      Par contre là où je commence à trouver ça flippant, c’est que le réseau « Canopé » ( réseau de création et d’accompagnement pédagogique !!!, ex centres de documentation pédagogique) en fait un outil « fiable » pour les enseignants et leurs élèves qui se confrontent à l’information. Ci-dessous le lien vers le « scoop-it » de Canopé du Loiret :
      http://www.scoop.it/t/infos-docs-crdp-45

      et l’article d’Arrêt sur Image linké par la page sus-nommée :
      https://www.arretsurimages.net/articles/2017-01-25/Comment-le-Decodex-du-Monde-va-labelliser-l-infaux-en-ligne-id9493
      L’article est sous ¨Paywall" mais on n’en a cure ; rien que le début vaut son pesant de beaujolais ...

      Ce qui me fait braire, c’est que les baronnets de l’éducnat préfèrent remplacer l’esprit critique par des algorithmes. Air du temps ...

    • La fin de l’article d’ASI :

      RT et Sputnik en orange, Egalité et réconcilation en rouge, @si en vert

      A partir de combien de "mauvaises" réponses bascule-t-on de la catégorie "fiable" à "pas fiable" ? "Il n’y avait pas de critères pointus", répond Laurent. "Ce n’était pas : « A partir de 7/10, vous n’êtes pas fiable ». C’est simplement une grille qui nous a guidé dans notre choix. On ne l’a pas utilisée de manière scientifique". Le classement du Monde risque d’en froisser quelques uns : Melty, le site qui cartonne chez les 15-30 ans, où les rédacteurs sont payés au nombre de clics, se retrouve par exemple dans la même catégorie que le blog d’extrême-droite FDeSouche ou les sites financés par le gouvernement russe, Russia Today ou Sputnik : la catégorie "Orange, soit des "sites régulièrement imprécis, ne précisant pas leurs sources et reprenant des informations sans vérification".

      Dans quelle catégorie est classée Le Monde ? "Vert". Et Arrêt sur images ? "Vert aussi" répond Laurent, qui assure que "toute la presse française est en vert". Les médias traditionnels, forcément fiables, contre le reste du monde ? Voilà qui ne manquera pas de faire grincer quelques dents, au sein de la fachosphère notamment. "On en est bien conscient", répond Laurent, qui assure que le but n’est pas de se poser en police de la presse ou en apôtre de la vérité, mais juste de rendre service aux lecteurs, pour leur permettre d’identifier les sites de fake-news, mis sur le devant de la scène depuis l’élection de Trump aux Etats-Unis. "C’est une beta, on se lance, on sait que c’est perfectible", reconnaît le fondateur des Décodeurs. "Notre idée, c’est vraiment de se concentrer sur les sites pas fiables". Rendez-vous le 1er février.

    • Le pesant de beaujolais :

      Comment le « Decodex » du Monde va labelliser l’infaux en ligne
      FDeSouche, RT et Sputnik en orange, toute la presse française en vert

      « Parodique, totalement faux, peu fiable ou fiable », choisissez votre camp. A partir du 1er février, Les Décodeurs du Monde proposeront une extension, financée par le fonds Google, censée permettre aux internautes de mieux se repérer en ligne, et séparer les bons et les mauvais sites d’info. Comment ça va marcher et quelle est la définition, au juste, d’un site « pas fiable » ? Mode d’emploi, à quelques jours du lancement du « Décodex ».

      Arretsurimage.net

    • Merci pour les arguments ! L’article de Vincent Glad est plutôt intéressant également :
      http://an-2000.blogs.liberation.fr/2017/02/03/pour-chasser-les-fake-news-le-monde-donne-une-definition-du

      On pourra également signaler que dans la construction de leur liste, les Décodeurs ont manqué à la première définition qu’ils appliquent : la vérification des informations. Aucune personne ou collectif s’occupant d’un site n’ont été contactés pour connaître leurs pratiques en terme de vérification.

    • @fil @intempestive 60 000 euros, c’est ce qu’on avait demandé pour réaliser l’idée d’un atlas géopolitique ou mondialisation ou politique, on était pas encore très sur de l’approche à adopter :)

      Mais on avait envie d’imaginer la possibilité d’images carto avec des visions un peu inédites et originales, basées en même temps sur l’analyse de grosses bases de données et d’observations qualitatives, avec une extension Internet, mais je suis sur que nos décodeurs auraient classés ça en super non fiable, infos jamais vu ailleurs etc...

      A ce rythme là, les équipes et projets de recherche un peu créatives, qui proposent des pistes de réflexions un peu nouvelles, ou en tout cas peu ou pas explorées n’ont aucune chance de passer le test Decodex ou Verificator (on pouvait pas trouver des noms plus débiles d’ailleurs)

      On sait maintenant que pour le même prix, tu peux faire un truc magique qui te dit instantanément si t’es tricard ou pas quand tu aimes bien un site qui t’apprends des trucs.

      @fil

      je ne crois pas qu’il est illégitime pour un journal d’approcher ce sujet de cette façon.

      J’ai beau essayé de retourner le sujet dans tous les sens, je n’arrive pas à ne pas voir un énorme conflit d’intérêt. Je veux bien croire qu’il soit nécessaire de répondre à l’angoisse des lecteurs sur la question des fake news, et c’est pertinent de la part d’un journal comme le Monde d’y répondre (même si ce canard est vérolé jusqu’à la moële du fait de son actionnariat), mais Décodex pour faire office de Temesta ou Tranxène, ça fait plutôt placebo. Ça va pas beaucoup aider.

      Et pour un journal appartenant à des Industriels, point de vue fake news, ils auraient pu commencer à imaginer un logiciel magique qui mouline tout ce qui se dit et s’écrit dans leurs colonnes et dans tous les autres journaux qui appartiennent à des industriels (c’est pas ce qui manque), puis de faire des croisements avec des groupes de pressions, des lobbies, des amitiés politiques, etc... Là, oui, ce serait pertinent et légitime qu’ils s’emparent de ce sujet, mais bon. Ils vont pas non plus se suicider.

      Mais Comme Juliette, je reste terriblement choqué que les mecs du Monde se soient lancé dans cette initiative, que la hiérarchie a laissé faire (remarque en même temps, ils ont du se dire qu c’était un bon coup de pub - ndt : un truc bien putassier).

      Voilà, hélas : Le Monde, toujours plus bas.

      @fil Tu pointes d’ailleurs que leur univers mental Internet est minuscule. Sachant que la biodiversité Internet c’est des centaines de milliers pour ne pas dire des millions de sites en toutes langues qui évoluent, changent, produisent, proposent, invitent, crée, nous émerveillent ou nous affligent ; tous les jours, toutes les heures, on comprend que Décodex est voué à remplir les poubelles fantômes d’Internet assez rapidement tellement leur truc n’est pas soutenable dans le temps.

      C’est vrai que pour s’y retrouver et choisir « ses » sites c’est beaucoup de travail individuel (merveilleusement mis en commun sur seenthis d’ailleurs) et il me semble que pour l’instant, avec cette méthode, ça marche assez bien (seenthis fonctionne parfois comme un lieu de « peer review » : parfois, les retours des seenthisien·nes font mal parce qu’on ne s’y attend pas, mais c’est toujours très riche et au bout du compte, on apprend toujours à être plus prudent, plus critique et à encore mieux vérifier ce qu’on lit et ce qui nous plait. En tout cas, c’est foisonnant, on s’y perd avec délice, on en a la tête qui tourne, mais avec un peu de méthode, on reprend un peu le contrôle de nous même (et de nos journées de travail) :)

      Peut-être d’ailleurs qu’une fois de plus, tout ce bruit, ce n’est qu’un gros plan marketing, ou plan com, je sais pas, ou une justification qu’ils ont bien dépensés 60 000 boules pour un truc spectaculaire auquel cas on poursuit dans le grand guignol et il n’y a rien de vraiment nouveau.

    • Un logiciel magique qui mouline tout ce qui se dit et s’écrit dans leurs colonnes (…), puis de faire des croisements avec des groupes de pressions, des lobbies, des amitiés politiques

      Exactement. Ce genre de logiciel existe, pour l’analyse ou la cartographie de #controverses. Le plus souvent c’est appliqué aux « controverses scientifiques », mais il n’y a pas de raison que ça y reste confiné.

      Il faut jeter un oeil par exemple aux programmes tout à fait surprenants #Prospero et #Marlowe :
      http://prosperologie.org/?sit=22#1
      https://tcp.hypotheses.org/1039
      http://prosperologie.org/mrlw/blog

    • Un petit bilan quantitatif (graphiques à suivre plus tard)

      Comme l’explique Le Vilain Petit Canard cité dans l’article pointé ci-dessus par @arnoferrat
      https://seenthis.net/messages/566065#message567135
      l’appli est une simple interface de consultation d’un tableau de 1289 jugements « personnels ».

      Les données sont fournies dans l’article
      http://www.levilainpetitcanard.be/articles/actu/decodex-sous-le-capot_1461042316
      ainsi que, tout en bas dans les références, un lien vers la gg:sheet contenant les données.

    • @aude_v ah si, moi j’avais trouvé ça très chelou, j’ai même écrit pourquoi (en critique constructive parce que j’aime bien Basta !) depuis Hongkong en décembre 2015. Mais depuis, je n’ai pas consulté ce portail une seul fois et je n’ai aucune idée de ce que ça devient.

    • Le FINP oblige à « chercher » des sujets « innovants »... l’innovation n’en a rien à faire des états d’âme.
      Et là, ils ont réussi à sortir un dossier qui certes n’aurait sans doute pas du être mené par Le Monde, mais bon... ça leur a permis de croûter quelques mois hein... :-) Et si ça ne vit pas, ou si c’est mis hors ligne dans 15 jours, l’argent lui, il aura bien été dépensé.


  • How the war on drugs has made drug traffickers more ruthless and efficient - Vox
    http://www.vox.com/policy-and-politics/2017/1/30/14346766/drug-war-failure-evolution

    One reason for the balloon effect is what experts call the “profit paradox.” One of the primary goals of the drug war is to make drugs more expensive by limiting their supply, the idea being that a drug habit is much more difficult to sustain if drugs are more expensive. But this also makes drugs immensely profitable: They still cost as little as pennies per dose to produce — drugs like marijuana, cocaine, and heroin are just plants or based on plants, after all — while the final street value has to account for the risk of shipping the drug through an international supply chain that can be broken by government authorities at any border. — (...)

    #drogues


  • ’Pourquoi j’ai invité mes amis à ne plus utiliser WhatsApp’ - ICT actualité - Data News.be
    http://datanews.levif.be/ict/actualite/pourquoi-j-ai-invite-mes-amis-a-ne-plus-utiliser-whatsapp/article-opinion-607041.html

    La sécurité de WhatsApp et de Telegram n’est pas suffisamment valable pour que nous soyons certains que notre vie privée est bien respectée, écrit le bloggeur technologique américain Romain Aubert. ’Ils savent que vous avez appelé une ligne de sexe à 2H24’ pour une communication qui a duré 18 minutes, mais pas à propos de quoi.’ — Permalink

    #messagerie #vieprivée


  • Le compost magique de Jean Pain, invention française (presque) oubliée - 8 avril 2015 - L’Obs
    http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/rue89-planete/20150407.RUE8519/le-compost-magique-de-jean-pain-invention-francaise-presque-oub

    Trente ans après sa mort, le Français Jean Pain fait des émules jusqu’en Amérique du Nord. Sa méthode de chauffage par compost, décrite dans une mystérieuse vidéo YouTube, fait aussi son retour dans le Sud. — Permalink

    #lowtech #énergie


  • Comment l’armée israélienne s’est mise au service des colons
    http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2017/01/30/comment-l-armee-israelienne-s-est-mise-au-service-des-colons_5071394_3218.ht

    L’ONG israélienne Rompre le silence publie des témoignages d’anciens appelés en Cisjordanie qui décrivent le flou entourant leurs règles d’engagement. Télécharger le rapport sur lequel se base cet article :

    http://www.breakingthesilence.org.il/settlers http://www.breakingthesilence.org.il/inside/wp-content/uploads/2017/01/The-High-Command-Shovrim-Shtika-Report-January-2017.pdf — Permalink

    #colonisation #israël #palestine


  • Revenu universel : je ne comprends pas qu’on ne comprenne pas – Mouvement Français pour un Revenu de Base
    http://www.revenudebase.info/2017/01/31/revenu-universel-ne-comprends-quon-ne-comprenne

    "Depuis que les médias se sont accaparés de « cette idée dont l’heure est venue », et que plusieurs candidats à l’élection présidentielle l’ont intégrée dans leur programme de gouvernement, je ne comprends pas qu’on n’entende rien à ce revenu universel et inconditionnel. Je ne comprends pas qu’on ne comprenne pas que ce revenu de base, il est déjà là, invisible, mal en point, mais bien présent dans notre système de redistribution fait de bric et de broc avec, d’un côté, les laissés pour compte de notre système économique, chômeurs en fin de droit, personnes âgées sans ressources, familles mono parentales, qui galèrent mois après mois pour recevoir d’un État méfiant et sourcilleux de ses deniers publics un minimum vital, et de l’autre, des contribuables, de moins en moins nombreux, qui font la moue devant leur (...)

    #revenudebase