• Les liens cachés de #Benalla avec l’affaire du contrat #russe - Page 1 | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/160119/les-liens-caches-de-benalla-avec-l-affaire-du-contrat-russe

    #mars & #jupiter (#100balles_et_1mars)

    #benalla #s02e09

    #Vincent_Crase, qui a aussi travaillé à l’Élysée comme chargé de mission entre 2017 et 2018, est par ailleurs mis en examen pour « violences volontaires » avec #Alexandre_Benalla dans l’affaire des violences du 1er Mai, commises contre des opposants à la politique du président de la République.

    Le contrat russe visait la sécurisation du patrimoine immobilier d’Iskander #Makhmudov à Ramatuelle et en Sologne, financé par un entrelacs de sociétés dissimulées dans des paradis fiscaux (à Chypre notamment), ainsi que l’octroi d’une garde rapprochée pour les membres de sa famille, à Monaco. Il a été en grande partie exécuté dans un premier temps par l’entreprise de sécurité Velours, dont Benalla a été l’un des salariés d’octobre 2014 à novembre 2015, avant de rejoindre Emmanuel Macron puis l’Élysée.

    Les négociations ayant précédé la signature du contrat ont été menées pour le compte de Makhmudov par un homme d’affaires français vivant et travaillant en Russie depuis plus de trente ans, que connaît bien Alexandre Benalla. « C’est Benalla qui a conseillé et désigné Crase pour ce contrat », a d’ailleurs confié à Mediapart un acteur du dossier, qui s’exprime sous le couvert de l’anonymat compte tenu de la sensibilité du sujet.

    Interrogé mi-décembre par Mediapart, l’ancien adjoint au chef de cabinet d’Emmanuel Macron avait pourtant assuré, en parlant de lui à la troisième personne : « Il n’y a pas de lien entre Makhmudov et Benalla. »


  • Essonne : vie et mort d’un « soldat de #Dassault » - L’Express
    https://www.lexpress.fr/actualite/societe/enquete/essonne-vie-et-mort-d-un-soldat-de-dassault_2056732.html
    #TARTERETS #ESSONNE

    Dans son livre, il précise avoir été contacté “par une adjointe à la mairie”. Un matin, il se lève aux aurores, enfile “une chemise blanche achetée pour l’occasion” et rencontre le premier cercle de l’#avionneur. Kébé est désormais reçu au Clos des Pinsons, la résidence de Dassault. “On nous a contacté [Kébé et ses acolytes, NDLR] parce que nous faisions partie de familles nombreuses, que nous pouvions rapporter des voix, que nous avions une influence”, expose l’homme au juge en 2017. 

    Il va pousser des familles à voter pour Serge Dassault ou pour son successeur à la mairie en 2009. A la clef, une promesse d’embauche, une inscription gratuite au permis de conduire, un appui pour un logement social... Pour les récalcitrants, des menaces et intimidations. Son équipe empoche 60 000 euros remis par une intermédiaire dans des enveloppes kraft, écrit-il. Des propos identiques au témoignage qu’il avait auparavant livré à la justice. Plus tard, il négocie un pactole avec Dassault. “Combien faut-il pour calmer les habitants ?”, aurait demandé l’industriel. “J’ai souri, assure Kébé, et avant même que je ne réponde, le vieux a dit ’450 000 euros, ça vous suffira ?’” 

    Dassault promet une enveloppe colossale : 1,7 million d’euros
    L’histoire ne s’arrête pas là. Les élections de 2009 sont également invalidées et les mêmes personnages repartent en campagne en 2010. De petit caporal, voilà Kébé propulsé lieutenant de cette armée particulière. Les enchères montent en même temps que le grade. Cette fois, Serge Dassault lui promet une enveloppe colossale : 1,7 million d’euros. La victoire à nouveau arrachée coûte que coûte, Kébé n’a plus qu’à se rendre au Liban pour récupérer l’argent, en suivant un protocole alambiqué dicté par le “Vieux” qui ne semble avoir peur de rien : “Moi on ne peut pas m’écouter, mon téléphone on ne le met pas sous surveillance, vous savez j’ai des amis”, aurait confié Dassault à Kébé avant que leur relation ne dégénère, le premier accusant le second de harcèlement et de racket. 

    Le manuscrit résume le fameux “système Dassault” : « Dans le quartier, tout le monde [le] connaît mais n’y entre pas qui le souhaite. Dans cette mafia le mot d’ordre est l’organisation. Le “Vieux” voulait que tout soit sous contrôle. Serge Dassault est d’une extrême intelligence, il s’est servi de ses qualités de businessman pour mettre en place un système infaillible à #Corbeil et assurer sa longévité municipale. » 

    Philippe Poutou qualifie Dassault de “délinquant”
    Olivier Dassault promet “aucune querelle d’héritiers”
    L’industriel de l’armement Serge Dassault est mort
    Le document s’achève dans le luxe du Four Seasons de Beyrouth sur un non-dit. Qu’est-il advenu de l’argent ? A-t-il été redistribué comme convenu, aux complices, aux habitants ? A-t-il été accaparé par le seul Kébé, ce qui aurait éventuellement pu lui coûter la vie ? Mystère. Un signalement Tracfin va lancer cette affaire qui débouchera sur l’instruction des magistrats. Un dossier désormais orphelin de deux de ses protagonistes : Serge Dassault et Mamadou Kébé, passés de vie à trépas à six mois d’intervalle, ne risquent plus de parler.


  • L’ex-cadre qui relance l’#affaire #Alstom
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/01/15/zones-d-ombre-sur-la-vente-de-la-branche-energie-d-alstom-a-ge-temoignage-d-
    #GUERRE_INDUSTRIELLE

    Frédéric #Pierucci, président de la filiale chaudière d’Alstom, est arrêté le 14 avril 2013 à New York par le FBI pour une affaire de corruption en Indonésie. Un an plus tard, il apprend en prison la vente de son entreprise à l’américain #General_Electric. Pour lui, il ne fait aucun doute que les deux affaires sont liées. Son livre, publié le 16 janvier aux éditions JC Lattès, raconte, au travers de son histoire, les coulisses de la guerre économique que les Etats-Unis livrent à l’Europe.

    Je suis en train de prendre mon petit-déjeuner, de la bouillie d’avoine, dans la salle commune de Wyatt. Il est 7 h 30. Je regarde CNN sur la télé réservée aux Blancs. Et là, j’entends le scoop de l’agence Bloomberg : Alstom serait prêt à céder 70 % de ses activités, toute sa branche énergie, à l’un de ses principaux concurrents, l’américain General Electric. Je tombe de ma chaise, je suis fou furieux.

    Toute cette histoire, mon incarcération, l’enquête du DoJ lancée depuis 2010, n’avait-elle qu’un but : s’emparer d’Alstom en faisant pression sur Patrick Kron ? Jusqu’alors, je croyais à une simple opération anti-corruption qui allait se solder, une nouvelle fois, par une amende élevée pour un groupe français. Ce pourrait donc être bien pire.


  • Mériel : il exprime ses « #doléances » et se retrouve interrogé par les agents du #renseignement - Le Parisien
    http://www.leparisien.fr/val-d-oise-95/meriel-il-exprime-ses-doleances-et-se-retrouve-interroge-par-les-agents-d

    L’histoire aurait pu s’arrêter là mais la semaine dernière, Jacques reçoit un appel émanant du #service_départemental_du_renseignement_territorial. « Ils m’ont demandé de venir me présenter à leur bureau », explique le Val-d’Oisien. « Ou alors m’ont dit qu’ils pouvaient venir à mon domicile. »

    Vendredi dernier, le retraité reçoit donc la visite de deux #agents qui sont restés… une heure et demie. « Ils m’ont posé beaucoup de questions, mais ne m’ont jamais dit pourquoi. » Qui sont les membres de son #groupe, a-t-il fait partie d’un #parti politique… Le Val-d’Oisien n’a pourtant jamais manifesté avec les Gilets Jaunes. « Mon groupe de discussion est un mélange de gens raisonnables qui n’ont jamais rien cassé et qui ne vont même pas sur les ronds-points ! »


    • Et en attendant ils ont un site avec des mouchards FB ?
      Et ils veulent rouvrir un compte FB ?
      Eh Oh ça suffit de croire en facebook !
      C’est quand même affligeant de ne pas lire derrière ce nom la capacité de nuisance des oppresseurs.
      #boycott_facebook


  • La #nature de l’#homme : faire la guerre à la nature
    https://reporterre.net/La-nature-de-l-homme-faire-la-guerre-a-la-nature
    #collapsologie

    « Nous avons dompté l’#énergie sous forme de feu. Nous avons brûlé les couverts forestiers, détruit les grands animaux, #colonisé et altéré tous les #biotopes de la Terre (…) Nous sommes devenus les seigneurs du monde »

    « un hyper prédateur [en] état permanent de belligérance » avec l’#environnement.

    #Cataclysmes. Une histoire environnementale de l’humanité, de Laurent Testot, éditions Payot-Rivages, petite bibliothèque Payot septembre 2018, 700 p., 11 €.


  • une (rare ?) voix à gauche montrant clairement sa perplexité face à des ambigüité du mouvement des #gilets_jaunes

    Des « gilets jaunes » #composites et des #gauches_embrumées : différences avec Mediapart | Le Club de Mediapart
    https://blogs.mediapart.fr/philippe-corcuff/blog/030119/des-gilets-jaunes-composites-et-des-gauches-embrumees-differences-av

    En-dehors d’un premier article de Dan Israel du 19 novembre 2018, pointant la tendance à un consensus médiatique et politicien favorable aux « gilets jaunes » et quelques dérapages dans le mouvement lui-même, et d’un texte d’Edwy Plenel du 23 décembre 2018, identifiant un double écueil à gauche, celui de « l’attentisme » et celui du « suivisme » (en oubliant toutefois de signaler, dans la logique d’un « penser contre soi-même », que la rédaction de Mediapart a largement participé à ce « suivisme »), la rédaction de Mediapart a livré une vue très globalement positive du mouvement des « gilets jaunes » de manière trop homogène, comme la grande majorité des médias. Par ailleurs, les points de vue intellectuels sollicités ont été unilatéralement favorables. Des éclairages plus nuancés, davantage en adéquation avec les valeurs de Mediapart, n’auraient-ils pas pu souligner des tendances majoritaires effectives (surgissement de la question sociale à travers l’expression de sentiments de dignité face à l’injustice dans des secteurs des milieux populaires et des couches moyennes, critique des pentes oligarchiques des régimes représentatifs faussement appelés « démocratiques », formes d’auto-organisation citoyenne…), tout en informant davantage sur des zones d’ombre minoritaires (par exemple, sont remontées des canaux militants, y compris de personnes favorables au mouvement, la tenue de propos anti-migrants sur des barrages comme la circulation entre des barrages d’une prose conspirationniste via Facebook) au sein d’un mouvement composite ?


  • Quand l’#histoire chante un air #populaire (#Gérard_Noiriel)
    https://grozeille.co/quand-lhistoire-chante-un-air-populaire-gerard-noiriel

    « Le populaire dans tous ses états »
    https://noiriel.wordpress.com

    je me situerais moi-même suivant un troisième profil qui a été historiquement incarné par des sociologues comme #Durkheim ou #Bourdieu, #Foucault également. C’est d’ailleurs de lui que vient la formule pour le nommer : « intellectuel spécifique ». Je conçois donc mon engagement dans la mesure où je ne me contente pas de produire des connaissances, chose que je suis censé faire suivant ma profession d’enseignant-chercheur. J’essaye aussi de transmettre les connaissances que j’ai produites, dans un langage adapté à des publics qui ne sont pas spécialistes. Beaucoup de chercheurs restent dans la sphère universitaire : ils sont ce que j’appelle des « savants purs ».

    Je trouve cela très clair dans un passage où Bourdieu explique pourquoi, dans les années 1970, les syndicats privilégiaient les revendications salariales. En disant « j’ai mal au salaire » au lieu de dire « j’ai mal partout », ils cherchaient à unifier, grâce au langage, les souffrances multiples qui affectent les classes populaires. Au XVIe siècle par contre, les classes populaires ne disaient pas « j’ai mal au salaire » mais « j’ai mal à la foi ». La Réforme 3 ouvre la voie à toute une série de révoltes qui, si elles n’expriment pas forcément un malaise chrétien, passent par les canaux religieux.

    Ce qui se passe dans la sphère domestique, c’est très important. Dans mon livre sur le clown Chocolat, j’avais essayé de montrer que, dès qu’on rentre dans la sphère domestique, on rentre aussi dans une logique de familiarité. Les catégories construites rationnellement et intellectuellement explosent : vous ne verrez plus seulement des « races » : le nègre, ou le noir, ou le juif, parce que vous faites face à une personne qui est définie par de multiples critères. C’est là où je suis en désaccord avec d’autres courants de la recherche sur ces questions : ce qui compte pour moi, ce sont les individus, « la société des individus » comme disait Norbert #Elias. De ce fait, je pars aussi de la diversité des critères identitaires. Chacun d’entre nous est le produit de nombreux critères identitaires qui se combinent différemment à chaque fois. Si l’on ne s’intéresse qu’à l’un d’entre eux, on tombe dans le piège de l’essentialisme. Essentialisme que l’on retrouve autant dans l’extrême droite que dans l’extrême gauche identitaire. J’ai donc choisi de parler de ces formes paradoxales de résistance plutôt que d’autres formes plus connues, comme le marronnage (fuite d’un esclave hors de la propriété de son maître).

    J’étais content de voir que Jürgen #Habermas, dans un texte que j’ai lu il y a peu, disait qu’au lieu d’être « ni de droite ni de gauche », il fallait que les partis se repositionnent clairement sur les deux pôles qui structurent le champ politique. Car cette tendance au « ni de droite ni de gauche » a correspondu à une évolution malheureuse de la sociale-démocratie en Europe : Schroeder en Allemagne, Tony Blair en Angleterre. Ces gens-là ont repositionné la gauche du côté du libéralisme. Je crois qu’on est en train de sortir de cette phase. Même une fraction du capitalisme se rend compte qu’on va droit dans le mur. C’est qu’il y a aussi des tensions internes au capitalisme, les dominants ne sont pas tous unis, ils ont des intérêts divergents ! Et donc il y a des opportunités qui peuvent s’avérer positives pour ceux qui aspirent à ce que le monde change et soit moins injuste…


  • Pour 2019, Macron souhaite une « #écologie_industrielle », mais pas nous
    https://lundi.am/Pour-2019-Macron-souhaite-une-ecologie-industrielle-mais-pas-nous

    écologie industrielle ? On se demande où le Président est allé chercher cette expression tandis qu’il ne manque pas d’#oxymores plus répandus et tous plus inventifs les uns que les autres pour qualifier l’idée saugrenue d’une économie capitaliste respectueuse de l’environnement. Ainsi dans la lignée des expressions telles que « #développement_durable » ou « croissance_verte », ou même, plus absurde encore, « #capitalisme_vert », voilà un autre terme qui vient s’ajouter au vocabulaire fantaisiste des gestionnaires et des décisionnaires. En réalité, le terme existe depuis la fin des années 1980 [2] et n’a pas été inventé pour l’occasion, quoi qu’il ne se soit pas encore répandu dans la sphère médiatique. On peut en trouver la définition suivante sur le site du Ministère de la transition écologique et solidaire : « L’écologie industrielle et territoriale (EIT) est un levier pour mobiliser les acteurs de terrain en faveur de la #transition_écologique. Elle se concrétise par la mise en commun volontaire de ressources par des acteurs économiques d’un territoire, en vue de les économiser ou d’en améliorer la productivité : partage d’infrastructures, d’équipements, de services, de matières… »

    #eco_socialisme

    1) tous les déchets ne se valorisent pas, et les déchets sont loin d’être le problème le plus grave du point de vue écologique ; 2) la valorisation des déchets est-elle réellement une solution écologique ? pour valoriser des déchets, il faut consommer des ressources, construire des infrastructures, etc., donc continuer de faire tourner la machinerie économique qui est précisément à l’origine du réchauffement climatique ; 3) cette « solution », quand bien même elle serait bonne théoriquement, dépend du bon-vouloir des entreprises et sera abandonnée en cas de non rentabilité ; à court-terme pour maximiser le profit, il est préférable pour les entreprises de s’en tenir à ce qui est déjà là (énergies fossiles, etc.), puisque la mise en place du système de valorisation a un coût. Les petites mesures « vertes » prises dans le sens de la valorisation des déchets ne serviront probablement qu’à cacher l’immense continuation d’une production toujours plus polluante.

    On notera également qu’il est ironique de voir que parmi les acteurs de l’écologie industrielle se trouve l’industrie nucléaire : or on doute de la capacité à inscrire les déchets nucléaires dans un circuit permettant leur « valorisation ». L’absurdité de l’écologie industrielle comme « valorisation des déchets » – recyclage de l’idée de recyclage –, est déjà bien attestée par les pratiques de recyclage du plastique, qui n’ont aucunement permis de stopper la croissance de la production de plastique

    https://grozeille.co/lecologie-se-passer-dune-critique-capitalisme

    https://grozeille.co/oui-oui-et-le-changement-climatique


  • À #Massy, la #police #cible les proches de #Curtis | #StreetPress
    https://www.streetpress.com/sujet/1547467385-massy-police-cible-proches-curtis

    Depuis la mort de Curtis , « les policiers lancent des piques constamment, surtout lorsqu’ils nous contrôlent », raconte Samir. « Fais pas le malin ou tu vas rejoindre ton pote », a-t-il déjà entendu, ou encore « nous, on pleure pas quand l’un de nos collègues meurt ». Les phrases chocs s’enchaînent au fil des contrôles.

    « Curtis, je le connaissais depuis le collège. » Alors quand il est mort, Julie* a décidé de porter le t-shirt Vérité pour Curtis. « Pour montrer mon soutien à la famille, normal quoi. » Cela lui a valu, à peine un mois après le décès, un contrôle inopiné de la police nationale. « Ça m’arrive vraiment pas souvent de me faire contrôler, surtout toute seule. Dès le début, j’ai su que le contrôle n’était pas comme d’hab. Leur ton était différent, ils étaient agressifs. Les policiers m’ont dit que je n’avais pas le droit de mettre ce genre de t-shirt. Ils ne m’ont pas dit pourquoi, ils ne m’ont rien expliqué. » Julie ré-affirme son droit de porter le vêtement. « Ça les a énervés, alors ils m’ont embarquée. J’ai rien dit tout le long du trajet jusqu’au commissariat. Dans la voiture, ils me mettaient des coups de coude insistants pour que je réponde à leurs questions : “Pourquoi tu portes le t-shirt”, etc… Je ne voulais pas leur parler. » Une fois au commissariat, les policiers ont continué d’intimider Julie :
    « Ils m’ont dit : “Il va falloir arrêter avec ce t-shirt…” Mais je ne me suis pas laissée faire ! Je leur ai dit : “Mon ami est mort, et c’est en partie à cause de vous. Moi, j’ai envie de porter ce t-shirt et c’est tout. La prochaine fois, peut-être que je le porterai, peut-être pas, vous pouvez m’embarquer une cinquantaine de fois, ça changera rien.” »
    Julie est finalement ressortie quelques heures plus tard, sans contravention ni rappel à la loi. Juste un après-midi de perdu.

    #baqueux #anthony


  • « #Grand_débat » : ce qu’expriment les cahiers de #doléances - François Bonnet, Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/140119/grand-debat-ce-qu-expriment-les-cahiers-de-doleances

    Et puis il y a cette surprise, constatée dans la demi-douzaine de cahiers de doléances ouverts dans plusieurs mairies depuis la fin du mois de décembre et que nous avons consultés à Nancy, à Toul, à Commercy (là, les « revendications » étaient collectées par le groupe de gilets jaunes de la ville), à Bar-le-Duc, soit près de deux cents contributions en tout : c’est l’absence de toute référence à l’islam.

    L’annulation de la hausse de la #CSG fait l’unanimité, tout comme le refus d’une désindexation même partielle du montant des pensions par rapport à l’inflation. « Il est impératif de rétablir cette indexation, les retraités ne doivent pas être sacrifiés », note Jacqueline à Nancy. « Avec la #désindexation partielle, je serai dans dix ans sous le seuil de pauvreté. Est-ce qu’une démocratie républicaine a le droit d’amener ses citoyens à la pauvreté ? », demande un habitant de Toul.

    « Je dois aider mes enfants et maintenant il va falloir aider nos parents qui n’y arrivent plus », note un Nancéien. « Suppression de la CSG, indexation et hausse de 3 % des retraites », demande un autre.

    Moins qu’une baisse des #impôts – très rarement évoquée –, c’est d’abord l’#égalité devant l’impôt qui est exigée. « Il faudrait que tout le monde paie l’impôt sur le revenu, ne serait-ce que 5 ou 10 euros, c’est un acte de citoyenneté », explique Véronique, à Nancy. La contrepartie, c’est imposer plus « les grands patrons, les très hauts revenus, les hauts fonctionnaires et les élus », note un habitant de Toul qui a repris l’idée de Véronique.


  • #Pollution de l’#air : une réglementation inadaptée pour protéger la santé
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/01/11/pollution-de-l-air-une-reglementation-inadaptee-face-au-danger_5407691_3244.

    Les particules les plus dangereuses pas mesurées... (et probablement pas évitées sur nouveau #diesels...

    Pour Thomas Bourdrel, du ­collectif Air-Santé-Climat, « les PM2,5 sont déjà un combat d’arrière-garde, le vrai danger, ce sont les #particules_ultrafines ». Les PM0,1 (inférieures à 0,1 µm) pénètrent dans le sang et peuvent atteindre le cerveau ou traverser le placenta des femmes enceintes.

    « Aujourd’hui, les #particules issues du trafic sont à 90 % des ultrafines, alerte le radiologue, auteur de plusieurs articles de références sur ce thème. Or, il n’y a aucun lien entre une mesure en concentration massique de PM2,5 ou de PM10 et le nombre de particules ultra­fines. »

    Les modèles diesel les plus récents émettraient ainsi des « milliards de particules ultrafines au kilomètre », selon le professeur Gilles Dixsaut, de la Fondation du souffle. Le médecin a cette métaphore : « On utilise des outils de mesure qui pèsent des microgrammes de crottin de cheval alors qu’il y a longtemps qu’on a abandonné les fiacres. »




  • #MAIS !!!!!

    Edition de Pont-à-Mousson | Pont-à-Mousson, 6 h du matin : le RAID défonce la porte d’un gilet jaune
    https://www.estrepublicain.fr/edition-de-pont-a-mousson/2019/01/10/pont-a-mousson-6-h-du-matin-le-raid-defonce-la-porte-d-un-gilet-jaune

    Qu’est-ce qui se passe ! » demande, éberluée cette habitante du centre-ville de Pont-à-Mousson. Un patron de bar qui vient d’ouvrir son commerce, lui répond, tout aussi éberlué : « Je ne sais pas »… « Mais ce n’est pas pour vous qu’ils sont là », ajoute-t-il avec une pointe d’humour.

    Il est 5 h 58, ce jeudi et le commerçant ainsi que son interlocutrice viennent de voir passer une impressionnante #colonne_de_policiers.

    Ils sont une dizaine, #cagoulés, casqués et habillés tout en noir. Des ombres dans la nuit. Ils sont armés jusqu’aux dents, portent d’impressionnantes protections dignes de #Robocop et certains sont équipés de lourds boucliers.

    Ils marchent l’un derrière l’autre, le long des murs d’une rue résidentielle du centre-ville. Sans faire le moindre bruit. Ils rejoignent un tireur d’élite qui est déjà en position, à un coin de rue, face à une maison de deux étages aux volets blancs. C’est là que se trouve leur objectif.

    Tous appartiennent à l’antenne du RAID de Nancy dont la spécialité est la lutte contre le terrorisme et les arrestations à haut risque.

    Leur présence à Pont-à-Mousson est liée l’enquête sur les exactions commises lors de la dernière manifestation des gilets jaunes à #Epinal. Une #voiture_de_police a notamment été #retournée.

    Une image spectaculaire auquel la justice a décidé de répondre par une autre image spectaculaire, celle des hommes du #RAID en train d’arrêter l’un des casseurs présumés dont le domicile a été localisé à #Pont_à_Mousson.

    Le suspect habite au rez-de-chaussée. Les superflics installent en silence un vérin devant sa porte. Quelques crissements. Puis deux grands cracs. La porte est défoncée. Tout se joue ensuite en une poignée de secondes et quelques cris de surprise.


  • En #Dordogne : « On ne se connaissait pas avant les #Gilets_jaunes et on en vient à former une #famille »
    https://reporterre.net/En-Dordogne-On-ne-se-connaissait-pas-avant-les-Gilets-jaunes-et-on-en-vi

    « En France, l’#écologie c’est de faire des voitures électriques et d’envoyer les vieilles voitures polluantes en Afrique, dénonce Joël. C’est une honte ! »

    « Ils m’ont enlevé 5 euros d’#APL [aide personnalisée au logement] par mois et mon loyer augmente de 6 euros par mois chaque année », confie Maïté en glissant un billet dans la cagnotte.

    Je revenais même les jours de repos aider aux inventaires, mon mari était fou ! Puis, un accident du travail m’a bousillé la vie, je n’ai pas pu reprendre et j’ai été licenciée. Ça a été un coup terrible : je me suis sentie bonne à rien et j’ai sombré. Mais j’ai fini par remonter », conclut-elle, le regard joliment souligné de bleu et fier sous son chapeau fluo.



  • Au #Ghana, avec les #damnés du « Sodome et Ghomorre » électronique - Libération
    https://www.liberation.fr/planete/2019/01/09/au-ghana-avec-les-damnes-du-sodome-et-ghomorre-electronique_1701925
    #numerique #pollution #dechets #hardware

    Ils brûlent les #câbles et les #déchets pour en récupérer du cuivre et d’autres métaux. Une combustion qui pollue les sols. Selon un rapport publié en 2013 par l’ONG américaine Blacksmith Institute, Agbogbloshie est désormais le lieu le plus pollué au monde… devant Tchernobyl. #Cadmium, #plomb, #mercure et #arsenic sont durablement présents dans les sols d’#Agbogbloshie, parfois à des niveaux 100 fois supérieurs aux seuils autorisés.

    Bœufs et moutons faméliques
    A proximité des lieux de combustion, la chaleur est insoutenable. La fumée âcre charrie des émanations toxiques. Les travailleurs tentent de s’en prémunir en mettant un linge devant leur nez. Mince rempart. « Je sens la fumée entrer dans mes poumons et j’ai régulièrement mal à la gorge », souffle Thomas, 18 ans, qui travaille dans la décharge depuis plus de cinq ans. Faute de protection, la plupart des « #salvagers » souffrent de brûlures, lésions oculaires, problèmes respiratoires chroniques. Certains développent également rapidement des cancers. « Je souffre de chaleur la nuit, j’ai du mal à respirer et je tousse souvent », dit Devit de sa voix rauque. A 36 ans, il fait figure de doyen à Agbogbloshie, après y avoir passé plus d’une dizaine d’années. Les visages, les mains, les vêtements des forçats sont couverts d’une épaisse poussière. Les traits sont tirés. La plupart des « salvagers » ont commencé à travailler dans le camp à l’âge de 10 ans. Ils errent dans le camp avec une ficelle au bout de laquelle pend un aimant pour récupérer quelques grammes de métal pour un gain de quelques centimes. « C’est vraiment l’enfer, résume Ibrahim, 26 ans. Mais il est difficile de trouver du travail à #Accra. Même si cela est mauvais pour la santé, je n’ai pas le choix. » Alors il continue de tenter de survivre dans un environnement hypertoxique.


  • Les vraies raisons du départ de Chantal #Jouanno
    https://reporterre.net/Les-vraies-raisons-du-depart-de-Chantal-Jouanno

    Ces principes sont : la #transparence, la #neutralité, l’indépendance, la reddition des comptes. Tout ceci vise à garantir la #crédibilité_des_débats menés par la #Commission, qui revendique l’#autonomie, notamment dans la #synthèse rédigée à la fin du débat. Or, indique-t-on à la #CNDP, si Matignon a bien joué le jeu dans la préparation de ce débat, qui est censé démarrer le 15 janvier, l’Elysée se montrait peu coopératif. En fait, Mme Jouanno attendait une lettre de la présidence de la République formalisant l’engagement à respecter l’indépendance de la commission dans le pilotage du débat et manifestant un engagement clair que les résultats seraient pris en compte. Faute de ces engagements clairs, et alors que le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire a déclaré sur Europe 1, « Il ne s’agit pas que le débat conduise à détricoter tout ce qui a été voulu par les Français », Mme Jouanno a préféré renoncer à piloter le #débat. Elle risquait fort d’être #instrumentalisé par M. Macron, ce qui aurait durablement nui à l’image d’#indépendance qu’elle veut donner à la CNDP.


  • #Escrache — Wikipédia
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Escrache

    Escrache est le nom donné en Argentine, Uruguay, Espagne et d’autres pays hispanophones à un certain type de manifestation publique où des #activistes vont sur le lieu de travail ou de domicile de celles et ceux qu’ils veulent #dénoncer_publiquement.

    Cette #dénonciation_publique est pacifique et se fait aux moyens de chants, pancartes, musique, graffiti et théâtre de rue.

    Certains historiens affirment qu’il vient d’un mot de lunfardo (l’argot de Buenos Aires), escraco qui désignait à l’origine une arnaque ou l’on présentait à la personne arnaquée, un faux ticket de loto gagnant avec son nom dessus. D’autres disent qu’il vient du mot scraché du dialecte de Gênes ou il signifie faire le portrait.




  • https://www.revue-ballast.fr/cartouches-38

    ☰ Homo-domesticus — Une #histoire profonde des #premiers_États, de James C. Scott

    L’anthropologue américain s’est attaché à dresser l’histoire des premiers États nés en Mésopotamie, entre les VIe et IVe millénaire avant notre ère : vaste entreprise. Car l’« histoire profonde », c’est prendre en compte les facteurs écologiques, agronomiques et politiques menant à la construction d’entités étatiques, souligner l’importance de ce qui n’est pas l’État dans sa formation et mettre en lumière sa capacité autodestructrice. Le rôle de ce dernier est ainsi surestimé dans l’histoire humaine : la faute à des matériaux archéologiques (ceux-là mêmes qu’exploitent les historiens) tributaires du temps — les ruines d’un temple ou d’un palais durent là où un campement disparaît avec ses occupants. Le complexe céréaliculture-État, longtemps perçu comme une étape clé dans la marche du progrès est ici remis en cause ; au scepticisme économique des bienfaits immédiats de la révolution néolithique de l’anthropologue Marshall Sahlins, Scott ajoute celui du politologue : l’agriculture aurait été un moyen d’asservissement autant que d’émancipation. Les domestications végétales et animales se seraient accompagnées d’une « auto-domestication » humaine : les États agraires ne vont pas sans leur cortège de sujets et d’esclaves. Les emprunts hors du corpus d’origine sont fréquents, et les mentions aux premières dynasties chinoises ou aux « États équestres » commanche et mongol permettent d’esquisser les conditions de formation des pouvoirs centraux, mais aussi les causes (épidémies, guerres, changements climatiques) de leurs supposés « effondrements ». Revenant sur l’utilisation actuelle de ce terme, Scott affirme qu’il s’agit souvent d’un long dépérissement, voire d’une redistribution démographique : le déclin de la centralité sédentarisée laisse place à des sociétés atomisées et nomades, mais non moins viables. Dans le sillage des subaltern studies, l’auteur œuvre à la réhabilitation historique des barbares, vandales, étrangers, et autres oubliés des sources — un travail indispensable. [R.B.]

    Éditions La Découverte, 2019
    merci #ballast
    https://astudygroup.files.wordpress.com/2018/01/against-the-grain_-a-deep-histo-james-c-scott.pdf


  • #stephano_palombarini, coauteur du #bloc_bourgeois avec bruno #Amable

    Les gilets jaunes, le néolibéralisme et la gauche | Le Club de Mediapart
    https://blogs.mediapart.fr/stefano-palombarini/blog/211218/les-gilets-jaunes-le-neoliberalisme-et-la-gauche

    Le mouvement des Gilets Jaunes (GJ), bien qu’inattendu, n’est pas vraiment surprenant. Avec Bruno Amable et Elvire Guillaud, nous avons identifié de bonne heure, dès 2012 [1], le profil du bloc bourgeois qui a ensuite permis à Macron d’accéder au pouvoir, et les politiques qui en assuraient la formation et la cohérence. Une coalition sociale centrée sur la partie la plus favorisée de la société, et l’accélération des réformes néolibérales qu’elle impulse, étaient destinées à susciter des souffrances sociales qui tôt ou tard devaient s’exprimer. De plus, on sait que – par sa composition – le bloc bourgeois ne peut être socialement majoritaire : c’est la fragmentation de l’offre politique, et notamment la crise des blocs de gauche et de droite, qui lui ont permis de s’imposer. Là encore, il n’est alors pas bien compliqué d’expliquer le soutien très vaste rencontré par les GJ dans la population française.

    L’identification des causes de ce mouvement ne pose donc pas de problème majeur. Plus compliqué, par contre, est de comprendre comment l’émergence d’une protestation sociale si forte et diffuse modifie le paysage politique, et quelles perspectives elle ouvre. C’est à ces questions que je vais essayer d’esquisser des premières réponses dans ce billet, dont j’espère on excusera la froideur analytique. Car bien évidemment, pour les raisons que je viens d’évoquer, parce qu’ils expriment la souffrance ressentie par la partie la plus pauvre et fragile de la population, directement exposée à la violence des politiques du pouvoir macronien, les GJ ne peuvent que susciter de la sympathie ; mais qui ne doit pas faire obstacle à l’analyse concrète de la situation et de ses évolutions possibles.

    Le mouvement des Gilets Jaunes (GJ), bien qu’inattendu, n’est pas vraiment surprenant. Avec Bruno Amable et Elvire Guillaud, nous avons identifié de bonne heure, dès 2012 [1], le profil du bloc bourgeois qui a ensuite permis à Macron d’accéder au pouvoir, et les politiques qui en assuraient la formation et la cohérence. Une coalition sociale centrée sur la partie la plus favorisée de la société, et l’accélération des réformes néolibérales qu’elle impulse, étaient destinées à susciter des souffrances sociales qui tôt ou tard devaient s’exprimer. De plus, on sait que – par sa composition – le bloc bourgeois ne peut être socialement majoritaire : c’est la fragmentation de l’offre politique, et notamment la crise des blocs de gauche et de droite, qui lui ont permis de s’imposer. Là encore, il n’est alors pas bien compliqué d’expliquer le soutien très vaste rencontré par les GJ dans la population française.

    L’identification des causes de ce mouvement ne pose donc pas de problème majeur. Plus compliqué, par contre, est de comprendre comment l’émergence d’une protestation sociale si forte et diffuse modifie le paysage politique, et quelles perspectives elle ouvre. C’est à ces questions que je vais essayer d’esquisser des premières réponses dans ce billet, dont j’espère on excusera la froideur analytique. Car bien évidemment, pour les raisons que je viens d’évoquer, parce qu’ils expriment la souffrance ressentie par la partie la plus pauvre et fragile de la population, directement exposée à la violence des politiques du pouvoir macronien, les GJ ne peuvent que susciter de la sympathie ; mais qui ne doit pas faire obstacle à l’analyse concrète de la situation et de ses évolutions possibles.

    Un premier pas vers l’unification des classes populaires ?

    D’un point de vue analytique, le premier constat est celui d’un mouvement d’une certaine façon symétrique au bloc bourgeois. Ce dernier réunit les classes favorisées « au-delà de la droite et de la gauche » ; les GJ semblent faire de même, mais du côté des classes populaires.

    [...]

    Bref, les GJ pourraient préfigurer le bloc anti-bourgeois dont nous avions discuté la possible formation dans L’illusion [3] en soulignant cependant qu’une politique de médiation en mesure de satisfaire l’ensemble des classes populaires nous semblait bien difficile à concevoir, compte tenu de la distance qui marquait les attentes, par exemple, des salariés à faible qualification par rapport à celles des ‘petits patrons’, des artisans ou des commerçants.

    [...]

    Cependant, force est de constater que les GJ expriment une certaine unification politique des classes populaires ; dont il faut ainsi se demander sur quels ressorts elle repose.

    [...]

    En poussant, et même en obligeant les classes défavorisées à délaisser le conflit contre le patronat sur le partage de la valeur ajoutée et à se concentrer entièrement sur la demande de transferts monétaires de la part du gouvernement ou sur celle d’une baisse des impôts, le néolibéralisme se nourrit de la misère sociale qu’il engendre.