• Je sais pas s’il est possible que #seenthis et #diaspora survivent tous les deux à long terme.
    N’empeche, je crois, à mon petit degré de compréhension, que diaspora a un modèle plus durable techniquement (autant de pods qu’on veut qui communiquent).

    Bref, c’est certes pas seenthis qu’il faut dégoogliser en priorité, mais je vous invite quand meme sur le pod de framasoft : https://framasphere.org/i/5d67e39e7a98

    Il y a un connecteur twitter, facebook etc, et on n’est pas limités à 140 caractères ! (et il y a un ou deux défauts, ok ok).

    • Diaspora a surtout un modèle économique de startup, avec des levées de fond conséquentes, et ils ne développent rien s’ils n’ont pas (beaucoup) de fric. À ma connaissance, la dernière fois ils ont levé 200.000 dollars (OK, en Kickstarter), après un passage chez Y Combinator.

      C’est un peu comme comparer SPIP et Wordpress et se demander si SPIP peut survivre à Wordpress, en occultant le fait que Automattic a levé plus de 300 millions de dollars. Il y a une question éthique qui devrait se poser, au moins dans une logique de logiciel libre.

      Du coup et en gros : je ne vois même pas l’intérêt de la question.

    • @arno Je n’ai pas été clair : la vie et la mort des entreprises m’importent peu ici, parce que j’ai confiance en framasoft pour ne pas nous laisser tomber comme des vieilles chaussettes en cas de succès de son pod.
      Le logiciel lui-meme n’a pas une logique de startup. Le jour où la startup se plante, il existe encore, parce qu’il est libre, et encore mieux : auto hébergeable.
      Ma question, mieux formulée pour lever l’ambiguité, pourrait etre : « est-ce que, si diapora émerge (et c’est pas gagné), les réseaux sociaux seenthis et diaspora ne sont pas redondants ? Est-ce que ça a du sens de garder les deux »
      Et sinon, l’idée c’était davantage d’inviter des utilisateurs de facebook/twitter à poster depuis diaspora.

    • Il y a plusieurs choses qui se mélangent…

      – dans ma vieille tradition à moi, la logiciel produit ne peut pas être séparé de son mode de production, et c’était l’un des enjeux vraiment intéressants du logiciel libre ; quand les gens comparent SPIP et son équipe (zéro levée de fond depuis 15 ans) à Wordpress/Automattic (300 millions de dollars) et Acquia/Drupal (120 miions de dollars), sans se poser cette question, c’est qu’on abandonne toute une partie de la philosophie du logiciel libre (et pour moi, franchement franchement, une grosse partie de son intérêt tout court) ;

      – l’idée qu’un logiciel libre survit automatiquement à la mort de son équipe de développeurs initiale, au simple motif qu’il est libre, est une vue de l’esprit ; ça ne se vérifie pas, surtout si le mode de production initial se fonde sur de la levée de fond ;

      – pour être plus dans l’esprit de ta question (redondance) : un réseau social n’est pas le logiciel qui le fait fonctionner ; pas plus qu’un site Web n’est le CMS qui le fait fonctionner ; si on va dans la logique de « nœud » de Diaspora, alors il serait encore plus logique qu’on obtienne un réseau non seulement décentralisé mais ne demandant pas un logiciel spécifique, mais simplement le respect d’une norme d’échange. Auquel cas non seulement il serait logique que Diaspora et Seenthis existent en même temps, mais pourraient même finir par échanger de manière transparente ;

      – de toute façon, Seenthis ne se caractérise pas par le succès de son logiciel libre :-)) mais par la qualité de la parole qui en émerge (bref c’est un réseau social). À nouveau, je ne vois pas grand chose de comparable en terme de réseau social entre ce que produit actuellement Diaspora et ce que produit Seenthis (au sens : ce que produisent leurs utilisateurs). Et sur cet aspect, il y a beaucoup plus de déterminants qui interviennent que le choix du logiciel sous-jacent (peut-être, si : le fait que le logiciel qui fait fonctionner Seenthis revendique certaines valeurs, telles qu’évoquées dans le premier point ci-dessus, n’est pas anondin pour les gens qui l’utilisent et qui, donc, fabriquent collectivement un certain type de contenu :-)).

    • l’idée qu’un logiciel libre survit automatiquement à la mort de son équipe de développeurs initiale, au simple motif qu’il est libre, est une vue de l’esprit ; ça ne se vérifie pas

      Carrément. La technique et/ou la licence, n’implique pas en eux-mêmes le succès ni la pérennité d’un logiciel. Pour ça il faut aussi, entre autre, une documentation correcte et une communauté soudée derrière (ce qui n’est pas une mince affaire). Et encore, ce ne sont pas les seuls facteurs, ce sont seulement des choses nécessaires sans être forcément suffisantes.

      #matérialisme #conditions_de_production :D

      alors il serait encore plus logique qu’on obtienne un réseau non seulement décentralisé mais ne demandant pas un logiciel spécifique, mais simplement le respect d’une norme d’échange

      Oui, il s’agit là d’une approche par #protocole, et par #format_ouvert, et non par logiciel.

      C’est un peu ce que font plusieurs projets de rezosocio se basant sur XMPP (il y en a plusieurs, Jappix, Movim, ou Salut à Toi de @goffi).

      Mais il y a d’autres projets qui tentent de promouvoir leur propre protocole (toujours pareil : doit-on se baser sur un protocole décentralisé existant ou en inventer un nouveau… @stephane a plusieurs fois parlé de ce genre de dilemme il me semble).
      http://imgs.xkcd.com/comics/standards.png

    • Merci de m’avoir cité, je n’avais pas vu ce fil.

      Une correction pour Diaspora : bien que c’était dans un esprit startup au début, ça n’est plus le cas depuis que c’est passé à la communauté (les développeurs d’origine ont abandonné), et la dynamique est assez sympa en ce moment. Je ne commence à faire confiance à ce projet que depuis qu’il est passé communautaire.

      Après oui de notre côté on pense qu’un standard est essentiel, et on est amis avec les équipes de Movim et Jappix et on collabore comme on peut (surtout avec Movim, on a beaucoup de contacts). Et comme ça vient d’être dit dans une conf ejabberd : XMPP était là y’a 15 ans, et sera encore là dans 15 ans

      L’intérêt du contenu est dépendant de la médiatisation de la plate-forme : @seenthis a vu des acteurs très intéressants arriver (le @mdiplo pour ne citer que lui), et ça joue énormément sur la qualité globale. Est-ce que c’est dû à sa médiatisation ? À un effet boule de neige avec d’autres personnes ?

      Sur Salut à Toi on est dans une logique éthique (cf notre contrat social) et politique : on refuse d’utiliser Twitter et FB pour communiquer - ce qui serait incohérent vu qu’on les critique par ailleurs -. Le revers de la médaille c’est qu’on est très peu connus en dehors du milieu technophile francophone (et j’ai même envie de dire français : je suis passé à un hackerspace Belge hier, personne ne connaissait), et donc beaucoup moins soutenus que d’autres.

      Ah au passage, c’est sympa de m’avoir cité mais ce n’est pas le « salut à Toi de goffi » : on est 2 dévs à y laisser une partie de notre vie + des contributions ponctuelles, et on espère bien que ça deviendra le Salut à Toi de tout le monde un jour :)

    • Oui le « de @goffi » c’est juste parce que toi je savais que tu avais un compte ici, par pour citer spécifiquement les auteur⋅e⋅s. :)

      Oui je m’en doutais, mais je me devais de spécifier, comme c’est moi qu’on voit le plus souvent en conf et sur les forums, on pense que c’est « mon » projet, alors que l’autre dév principal y a passé un temps fou (et c’est pas marrant tous les jours). Et puis comme disaient les bérus : « ici y a pas de chefs, tous dans les mêmes galères » ;)

    • @Rastapopoulos Oui, cette histoire d’utiliser un protocole standard est essentielle. Le réseau social, celui qui écrase tous les autres en taille et en pérennité est le courrier et il est un tel succès parce qu’il ne nécessite pas de logiciel spécifique. Un Unixien féroce, utilisateur de mutt + Postfix, peut communiquer avec un fana Microsoft qui utilise Outlook + Exchange ou avec un googlisé qui ne connait que Gmail.

      Attention avec les exemples cités : dire « on est fondés sur XMPP » ne suffit pas car XMPP est très modulaire et a plein d’extensions. Movim, par exemple, ne marche pas avec la plupart des serveurs XMPP (et ce n’était, la dernière fois que j’ai essayé, quasiment pas documenté).

    • @stephane c’est un problème qu’on est en train de régler. J’ai écrit 2 extensions pour permettre d’utiliser un service externe au serveur pour avoir ce qu’il nous faut pour le microblogage.

      En d’autres termes : une fois que les serveurs auront implémenté ces 2 XEPs (extensions XMPP), on ne sera plus dépendant des fonctionnalités des serveurs, il suffira de connecter le bon composant au serveur de notre choix.

      On a franchi un gros, gros pas là.

      P.-S. : je parle des serveurs logiciels là, évidemment ça va prendre du temps avant que la plupart des instances existantes gèrent tout ça.

    • Si on peut faire quelque chose côté seenthis pour entrer dans cet écosystème, on est partants.

      Ben le top serait que vous ayez un serveur XMPP (par exemple j’interroge fil@seenthis.net et j’ai tes billets), avec la possibilité de commenter. C’est un peu de dév mais c’est pas insurmontable.

      Sinon nous après la version qu’on va sortir là qui est surtout destinée à avoir un microblogage correct (on arrive au bout), on va faire des passerelles (donc pendant l’été), et j’avais déjà l’intention d’en faire une pour seenthis et une pour Diaspora (enfin selon la complexité de la tache). Là ce qu’il faut c’est de la doc surtout : s’il y a une API comment l’utiliser.

      Sinon j’ai fait une demande pour faire une table ronde sur les nouveaux médias aux prochaines RMLL à Beauvais, j’attends la confirmation pour demander officiellement qui veut participer, mais ça serait super de t’y voir et d’y voir seenthis en général. L’idée serait d’avoir une discussion non technique et surtout une réflexion/un débat de fond : quel rôle le libre a à jouer dans les nouveaux médias, comment collaborer entre nos différents projets, faut-il reproduire les fonctionnement des gros réseaux commerciaux etc. Bref aller un peu plus loin que les traditionnelles questions de vie privée (qui sont essentielles bien sûr, mais qui masquent souvent tout le reste).

    • I have not yet seen anything like this.

      Personnellement je n’ai plus te temps de tout suivre sur internet afin de ne pas rater quelque chose qui m’intéresse.
      Mon Netvibes explose déjà et pourtant il grandit encore avec de nouveaux flux RSS pour lesquels je n’ai pas le temps.

      Seenthis est la seule communauté dans laquelle je suis présent et que je suis parce que sa qualité diversifiée me permet d’avoir une relative confiance de ne pas trop rater de ce qui est important à savoir (pour moi).

      Seenthis fonctionne pour moi comme un noise filter.
      Si les gens ici trouvent que ça vaut la peine que quelque chose soit posté, c’est que ça vaut la peine. (selon mes critères et besoins).

      Quand je n’ai pas le temps, je check juste Seenthis (et mes mails).

      Le seul truc qui me manque un peu sur Seenthis c’est la possibilité de pouvoir contacter directement quelqu’un.
      (or am I missing something ?)

      #FOMO

    • Seenthis fonctionne pour moi comme un noise filter.
      Si les gens ici trouvent que ça vaut la peine que quelque chose soit posté, c’est que ça vaut la peine. (selon mes critères et besoins).

      Je serais curieux de savoir ce qui fait la différence. Effectivement le contenu est la plupart du temps intéressant ici, sur framasphère je trouve parfois (très rarement) quelque chose qui m’intéresse. C’est peut être dû aux sujets que je suis.

      Comment @seenthis a été médiatisé au début ? Moi j’ai connu via un billet de @stephane sur DLFP (et je suis venu parce que c’était libre et ça m’a semblé très bien au niveau éthique - je le pense toujours -), mais la communauté était déjà bien en place.

      Qu’est-ce qui fait un @mdiplo ou un @cqfd soient venus ? Est-ce que c’est dû au fonctionnement (qui n’est au final pas très différent d’un point de vue interface que ce qu’on voit ailleurs) ?

      P.-S. : une remarque hors sujet pour @fil : j’ai un bogue très chiant : sur mon iceweasel quand j’écris un commentaire en bas de page ça « saute » et remonte de quelques lignes, et je ne vois plus ce que j’écris. Bon du coup j’édite via vim donc ça va. Je suis le seul à avoir ça ?

    • @erratic :

      Seenthis fonctionne pour moi comme un noise filter.

      Exactement pareil. Même si malgré ça, ça me fait encore beaucoup trop de choses à lire ou à regarder.

      @goffi :

      Qu’est-ce qui fait un @mdiplo ou un @cqfd soient venus ? Est-ce que c’est dû au fonctionnement (qui n’est au final pas très différent d’un point de vue interface que ce qu’on voit ailleurs) ?

      Le co - pi - na - ge. C’est ça la clé. :)

      Seenthis, c’est quand même fortement lié à @rezo, au portail des copains, à l’internet non-marchand, @arno et donc à @spip du coup, et donc aussi à @mdiplo et aux journaux indépendants (dont une bonne partie sont sous #SPIP aussi, comme par hasard). Et du coup il y a aussi des journalistes ici, pas juste des techos ou des pro-LL. Ça a directement été rempli en premier lieu par des gens ayant une sensibilité politique commune, même si pas tou⋅te⋅s pareil⋅le⋅s. Tout ça est lié… Machination ! Complot !

      Bref, Seenthis, c’est quand même pas mal un fruit, un enfant, de l’histoire des internets indépendants francophone. Il est nééééé le diviiin enfannnnt.

    • @goffi

      Je serais curieux de savoir ce qui fait la différence.
      [...]
      Comment @seenthis a été médiatisé au début ?

      Les gens, leur attitude, leur « maturité pas qu’ intellectuelle » ? Je ne sais pas.
      Par contre je pense que le fait que le site soit moins « populaire » (dans le sens « connu ») est un facteur clef dans une dynamique qui s’auto-régule ;
      (1) Les gens qui ont un besoin auquel répond Seenthis trouvent ce site grâce à la force sérendipitale
      (2) Les gens qui n’ont pas besoin de cette particularité de Seenthis ne le « trouvent » que si c’est médiatisé par un truc de masse qui atteins un très large public (les autres « réseaux sociaux »)
      Seenthis s’autofiltre.

      Seenthis aurait un autre visage s’il eut été (trop) médiatisé.

      Pour ma part, j’ai connu Seenthis fin 2012 via Place de la Toile sur France Culture ; @xporte et @thibnton l’ayant mentionné plusieurs fois à l’antenne comme aide dans leur recherches afin de se retrouver dans tous ces informations qu’ils ont déjà vu quelque part... and that was exactly what I needed.

      Aussi, je ne pense pas que les utilisateurs de Seenthis aient besoin de ce site pour se donner une impression d’exister / d’avoir une vie (en tout cas pas que), contrairement à d’autres réseaux.
      Je remarque souvent que ses utilisateurs postent des messages non seulement pour leur faciliter la recherche d’informations ultérieure, mais qu’ils sont également conscients des personnes présents pouvant être intéressés par cette information, et ils ne manquent pas de leur tirer l’attention. On commence un peu à savoir qui est intéressé à quoi. Genre, pour donner un exemple, je sais qui je dois mettre « en copie » si je poste un truc qui critique la technologie inférieure des lasers israéliens. (je ne dis pas que c’est le cas ; je provoque).
      Il s’agit d’un partage également pour l’Autre et non pas qu’un effet secondaire d’un besoin narcissique. (en tout cas pas que).

      Dans les mathématiques des systèmes dynamiques et théorie du chaos on pourrait appeler Seenthis un « Strange Attractor » (dont les conditions initiales sont les points 1 et 2)
      °____°

      –->

    • C’est très intéressant, parce que de notre côté on critique l’usage des outils et la non neutralité de la technologie, en étant pas mal influencés par des gens comme Cédric Biagini (sans être totalement sur la même longueur d’onde), mais là on voit l’importance de l’effet de groupe, et probablement des premiers participants.

      Seenthis aurait un autre visage s’il eut été (trop) médiatisé.

      Est-ce que ça changerait s’il devenait trop médiatisé maintenant ? Est-ce que les plateformes médiatisées ont atteint un point de non retour ?

      Je pense quand même que l’outil a un rôle majeur, ainsi que la structure qui le créé (comme dit plus haut dans ce fil).

    • Je pense que pour Seenthis le bouche à oreille marche mieux que la médiatisation. Mieux dans le sens de maintien de son identité et de sa valeur (pour ses utilisateurs).

      Les médias ne font pas de discrimination - je veux dire, ils ne veulent qu’une chose : faire parvenir un message à tout le monde / n’importe qui. Dans certains cas de figure c’est très bien, voire essentiel.

      Mais personnellement je préfère boucher certaines oreilles ; je choisis à qui je parle de Seenthis. Je ne veux pas casser le filtre à particules sinon il y aura trop de pollution. Et il n’est jamais trop tard pour choper un cancer.

      Ah toujours cette recherche du succès...

    • @fil, @erratic, @goffi Intéressant cette idée de « végéter », de non-narcissisme et de non-neutralité de la technologie, parce que les trois points sont liés sur Seenthis.

      – Le premier aspect important est que, malgré ce que j’ai dit plus haut, je ne pense pas du tout que l’outil soit neutre. Je refuse même qu’il le soit. On a déjà eu ces discussions (notamment après l’annonce de la libération du code sur Framasoft) : l’outil est conçu avant tout sur des questions éditoriales, et sa façon d’orienter certains usages plutôt que d’autres (on avait déjà ces considérations dès les tout débuts de SPIP, l’outil devant avoir une vertu pédagogique, pas seulement publier des articles). Du coup, pour une part, la nature des contenus de Seenthis est largement orienté par certains concepts initiaux présents dans son ergonomie et ses fonctionnaltiés.

      – L’idée n’a jamais été de faire un « réseau social » neutre, qui pourrait faire la même chose que Facebook, ou Twitter, mais avant tout un outil de référencement de liens commentés et discutés. (Ce qui fait qu’il n’a jamais été non plus un outil à liens façon Delicious). C’est tout de même ça qui caractérise Seenthis, et qui également provoque une certaine forme de sociabilité.

      – Un aspect pas anodin non plus était qu’une orientation importante de l’outil est de tenter de limiter les comportements de « personal branding », qui à mon avis représentent l’un des principaux problèmes du Web : l’idée n’est pas de venir se faire sa pub, mais de participer à un travail collectif. (Les gens qui viennent se faire leur pub dégagent assez rapidement, en fait.) Par exemple, comme détails d’interface présents dès le début : un double référencement est signalé d’un petit triangle plein, et donc les usagers viennent signaler que ça a déjà été posté par Untel ; les forums sont obligatoires, on ne peut refuser d’en avoir sur ses propres messages, ni les restreindre à certaines personnes, ce qui est inconfortable si on n’a pas envie de bosser un peu sérieusement ; le système d’étoile pour « partager » qui se mélange avec les messages personnels (on ne s’approprie pas ainsi le message de quelqu’un d’autre)…

      – Du coup, cette non-neutralité revendiquée, en même temps, constituait un point que je n’arrivais jamais à expliquer aux amis. Ça fait tout de même longtemps que j’avais montré Seenthis autour de moi, et que je constatais que les gens ne voyaient pas vraiment l’intérêt (c’était toujours ramené à des comparaisons avec les produits commerciaux existants, et les autres « alternatives » non-marchandes étaient essentiellement des copies des produits commerciaux, ce qui ne m’intéressait pas). Du coup, effectivement, on peut dire que ça a « végété ». Mais surtout : pendant ce temps-là, une poignée de comptes a commencé à faire tourner le système, et notamment @nidal, qui a tenu un compte régulièrement dès 2009 (ce compte n’est pas une archive Delicious réintégrée, mais un vrai compte qui a tourné sur Seenthis depuis tout ce temps). Ce qui fait que, lorsque Seenthis a été ouvert au public, il y avait déjà cet exemple assez radical du principe de référencement/citation/commentaire, et même de forums pour enrichir l’information. Le fait qu’il y ait un « exemple pratique », extrêment cohérent (monomaniaque) pour montrer le « à quoi ça sert » a, à mon avis, servi à orienter le système dès son ouverture. (Sans compter : c’était/c’est-toujours un compte extrêmement suivi, qui représente une grosse partie des visites, et qui a lui-même généré une partie du bouche-à-oreille qui a ramené d’autres auteurs sur ces sujets.)

      – Le fait que le réseau revendiquait son aspect non-neutre (d’un point de vue éditorial et politique), notamment le fait qu’il est issu de @rezo et a commencé avec les Copains, a également rapidement amené à ramener d’autres personnalités très engagées sur différents sujets. Ça reste la principale méthode de « médiatisation » : les différents Copains ont contribué à créer des « pôles » d’intérêt/expertise qui continuent à faire l’intérêt de Seenthis (et sa faiblesse sur d’autres sujets…).

    • Je me permets de mettre le lien vers la conf que j’avais faite aux RMLL l’été dernier, en particulier pour le passage à partir de la 17ème minute : j’y explique notre point de vue et pourquoi c’est essentiel de réflechir à la conception de l’outil ; http://video.rmll.info/videos/salut-a-toi-et-si-on-repolitisait-tout-ca .

      Nous n’avons, par exemple, pas l’intention d’implémenter l’équivalent des « j’aime » (like), sauf changement d’avis après débat, car pour nous il s’agit d’un outil purement marketing.

      Ça rejoint en certains points les réflexions que vous avez visiblement eu avec @seenthis (et c’est pour ça que j’aimerais beaucoup vous voir si la table ronde se fait aux RMLL de Beauvais en juillet).

    • Salut à tous ! Je découvre seenthis et m’inscris pour répondre. Je suis un des principaux contributeurs au projet diaspora*.

      Je ne connais pas seenthis mais si j’ai bien compris, ici, tout est public. Pour moi, la comparaison entre les deux réseaux ne tient donc pas, l’objectif de diaspora* étant clairement de pouvoir communiquer de manière privée.

    • salut fla, on ne peut pas comparer toutes les fonctionnalités de tous les projets. La comparaison ici est sur la partie publique. Seenthis a une histoire intéressante, et la tendance ici est plus à l’article de fond. Et l’organisation de l’outil ainsi que l’histoire du projet jouent beaucoup sur le contenu à mon avis.

      Pour ma part, je n’utilise pas du tout Diaspora pour les communications privées.


  • SPIP-Story - SPIP auf Deutsch
    http://www.spip.de/spip.php?rubrique9
    Le blog du tournage du film sur l’histoire et la communauté de SPIP

    SPIP-Story le film

    Am 1.7.2001 wurde SPIP 1.0 zum Download freigegeben. Damit stand weltweit zum ersten Mal ein System zur Verfügung, mit dem jede und jeder in Minuten eine interaktive Website mit allen Features einer Online-Zeitung ins Netz stellen konnte. Es war der Beginn einer Revolution im Internet.
    Die Entwicklung von SPIP begann bereits im Jahr 1998, seine die Grundlagen wurden Jahre vorher gelegt. SPIP-Story le film berichtet aus zwanzig Jahren permanenter Revolution, Politik von unten, Kämpfen um Öffentlichkeit und dem Überleben im Zeitalter der Internetkonzerne.

    Am 1. Mai 2017 beginnen die Dreharbeiten.

    #SPIP


  • recompress jpg files on the fly · GitHub
    https://gist.github.com/Fil/d5c57c49ef07f6ff4400cdcdf8b5051c

    Un proxy (en php) pour servir les images jpeg optimisées par jpeg-recompress (cf https://github.com/danielgtaylor/jpeg-archive). Inclus un système de cache et la gestion des en-têtes pour ne pas recompresser à chaque hit.
    A intégrer en plugin SPIP ? (merci Fil !)
    #php #jpeg-recompress #github #optimisation #jpg #jpeg


  • How We Engineered CMS Airship to be Simply Secure - Paragon Initiative Enterprises Blog
    https://paragonie.com/blog/2017/03/how-we-engineered-cms-airship-be-simply-secure

    CMS Airship is a Free Software content management system (available on Github) that we introduced to the world last year.

    We chose to build CMS Airship for two reasons:

    The population of online publishers that need a content management system significantly dwarfs the population of web designers or software developers.
    The existing content management systems offered inadequate security and neglected to cultivate a culture that promotes better security practices. (Often, they sacrifice security entirely in pursuit of adoption and market share.)
    Although we have tried for years (and will continue to try) to improve the security posture of other open source CMS platforms, we believe that truly democracised publishing is only possible if a secure-by-default option is available today.

    #sécurité_informatique #idée_pour_spip

    • CMS Airship is the only open source CMS in the PHP ecosystem that offers cryptographically secure automatic updates.



  • Moving to a System #Font Stack in 2017
    https://woorkup.com/system-font

    With the font-family property with web fonts, you typically have your primary font and one or two fallback fonts. With system fonts, you have to include all of the different operating systems, and therefore you have to stack quite a few more fonts. This is why it is called a “system font stack.”

    Davantage d’exemples intéressants (Medium, Github…) dans cet article cité ici : https://seenthis.net/messages/528287


  • #seenthis_fonctionnalités : un formulaire de rédaction pas si basique que ça…

    L’éditeur de texte de Seenthis n’est pas Wysiwyg, mais il n’est pas non plus idiot :
    – extraction en temps réel des thèmes, des liens et des auteurs,
    – extraction des images de l’image d’un article,
    – auto-complétion des auteurs nommés
    – vérification des @auteurs
    – vérification des liens hypertexte déjà référencés…

    Ces derniers éléments ajoutés en 2015 :
    https://seenthis.net/messages/350208


  • #seenthis_fonctionnalités Les #hashtags, hiérarchisés

    Bon, les hashtags sont désormais omniprésent, je ne pense pas que ce soit particulièrement une caractéristique de Seenthis.

    En revanche, il y a l’aspect hiérarchisé qui est marrant : les messages avec le hashtag #seenthis_fonctionnalités apparaissent aussi dans la page du hashtag #seenthis_fonctionnalité, et du hashtag #seenthis, et #seen… On peut par exemple préciser #spip-3.1, ou #spip-3 ou juste #spip, et ça fera une hiérarchie. On a une série avec #ghost et autres endroits abandonnés…

    Et par ailleurs on a un système de thématisation automatique, qui tourne avec l’API Reuters (OpenCalais), qui produit des hashtags automatiquement.

    Et enfin on peut s’abonner (« suivre ») des hashtags (pas seulement des @auteurs). Si on suit un hashtag, dans la logique des hashtags hiérarchisés, on voit aussi passer les enfants de son hashtag. Ça me semble particulièrement intéressant, parce qu’on peut taguer de manière précise (#spip-3.1), mais suivre de manière plus générale (#spip tout court).

    • Commentaire : j’aime bien l’idée des hashtags hiérarchisés, et je trouve particulièrement élégant le principe de taguer précisément et de suivre plus largement. Mais après, dans la pratique, je ne suis pas certain que ce soit très important. En dehors de #spip, je n’ai pas vu autre chose qui tourne comme ça.

      Sur le fait de pouvoir s’abonner à un hashtag, très bien. Mais notre communauté étant très petite, là encore dans la pratique, ce n’est pas forcément indispensable. Si on avait le nombre de participants de Mastodon, ça deviendrait sans doute plus pertinent, du coup :-))

      Quant à la thématisation automatique, ça fonctionne surtout bien en anglais (c’est censé fonctionner aussi en français, mais ça ne semble pas donner des résultats très spectaculaires), sur certains sujets. Genre dans le flux de @nidal, c’est fonctionne très bien parce qu’on y parle de pays, de villes, de mouvements politiques… qu’OpenCalais identifie plutôt bien.

      L’autre aspect problématique, c’est qu’on dépend là d’une API propriétaire, et qu’on n’a pas franchement de concurrent même propriétaire. Je me souviens que @fil avait évoqué des choses libres, mais est-ce que ça fonctionne bien ?

    • Moi je trouve ça très bien la hiérarchie, ne serait-ce que pour les problèmes de pluriels ou autres tags pas tout à fait écrits pareil.

      C’est une des méthodes pour organiser l’énorme bordel que sont les tags libres. Dans d’autres systèmes (Stackoverflow il me semble par ex), il y a des fonctionnalités de fusion des tags, administrable par des admins et par celleux qui ont beaucoup de points. C’est une autre méthode. Mais si on laisse tout libre, alors ce système de hiérarchie limite les dégâts de l’éparpillement.

      Et je m’abonne à quelques tags (dont « ghost », pour avoir toutes les variantes).

    • Pouvoir construire son propre flux (ou sa newsletter) serait vraiment bien. La page « Thèmes », c’est ce qui m’a permis de garder le contact avec Seenthis (@7h36 est vraiment précieux aussi pour ça) et de me motiver à venir éplucher une fois par mois la 20aine de tags que j’essaie de suivre.

      Par contre c’est pas évident de savoir quoi suivre parce qu’il n’y a pas de page qui permettrait d’explorer tous les tags et de capter leur hiérarchie, ou encore de voir les articles les plus « favorisés » sur tel ou tel tag (dans l’esprit de Delicious), ou « favorisés » par celles et ceux qu’on suit uniquement. Ou encore une bête liste des « tags » les plus utilisés en ce moment.

      Quand ne on suit pas Seenthis au jour le jour, c’est compliqué de saisir les nouveaux usages qui pourrait peut-être nous intéresser.

      Merci en tout cas pour ces #seenthis_fonctionnalités, c’est vraiment super classe de capter la richesse de cet outil et sa conception.


  • #seenthis_fonctionnalités Les outils de langue

    Une caractéristique très originale de Seenthis est d’avoir un système de détection de la langue, qui permet au système de déterminer automatiquement dans quelle langue est un message, et dans quelle(s) langue(s) sont les extraits cités dans le message. Et ça détecte même quelle est la langue de la page Web référencée pour chaque lien hypertexte.

    Intellectuellement, je trouve ça trop de la balle. :-))

    En pratique, pour l’usager, ça donne quelques outils :

    – le premier, à la fois très visible mais généralement imperceptible : on applique les corrections typographiques de SPIP (guillemets automatiques, espaces insécables…) selon la langue ; ce qui fait qu’on a un respect automatique des « bonnes » règles typographiques…

    – puisqu’on détecte la langue, on a aussi un affichage adapté (et automatique) des langues qui s’écrivent de droite à gauche (arabe, farsi, hébreu).

    – le détail mignon : ça indique la langue de la page de destination des liens hyper texte ; si ça vous dit que la page référencée est en Chinois, c’est pas forcément la peine de suivre le lien…

    – traduction automatique des extraits cités dans les messages. Alors là c’est un peu compliqué : le système connaît la langue d’affichage des utilisateurs identifiés (c’est dans les préférences), et sinon adopte pour l’interface la langue réglée par défaut dans le navigateur des visiteurs non identifiés. Du coup, l’outil compare la langue d’affichage du visiteur avec la langue de chaque citation, et si elles sont différentes, propose un bouton pour afficher la traduction automatique.

    (a) c’est volontairement limité aux citations, parce que l’idée n’est pas qu’on fasse un réseau social où des gens qui parlent des langues différentes qu’ils ne comprennent pas pourquoi discuter, mais simplement de donner accès au sens des citations dans des langues étrangères ;

    (b) c’est Google Translate qui tourne, et ça a fait beaucoup de progrès. Les langues européennes, ça fonctionne très bien. Et si au début l’arabe était du pur charabia, ça s’est beaucoup amélioré. La difficulté, ici, c’est d’accepter que le but n’est pas remplacer un vrai traducteur, mais de donner accès à des citations qui seraient de toute façon totalement inaccessibles. @gonzo référence des choses en arabe, et hop on peut vérifier en gros de quoi ça parle ; @klaus cite en Allemand, c’est bien pratique ce bouton…

    – et donc, comme indiqué ci-dessus : on a l’interface générale du système qui se traduit dynamiquement en différentes langues.

    • Mon commentaire. Depuis, les gros réseaux ont tous ajouté des boutons de traduction automatique, alors c’est moins original. Et en même temps, c’est peut-être l’aspect le plus anecdotique de la reconnaissance de langue. Quand c’est en panne, c’est pas super-grave.

      Un aspect difficile et qui beugue parfois, c’est le titre des articles, quand ils sont dans une langue différente du commentaire. Autant les citations sont bien identifiées indépendamment, autant tout le reste du message est traité comme une même langue, et donc si on commence en français un article avec un titre en arabe (ce que fait par exemple @gonzo), ça déconne un peu.

      Le truc qui me botte bien, c’est à nouveau la typographie automatique de SPIP appliquée selon les règles de la bonne langue.

    • @ARNO* Je me régale tout en n’y comprenant pas grand chose ! Une question : la bonne pratique, ce serait quoi ? Je mets systématiquement une citation avant de commenter en français ? Un truc de ce genre ? Je peux aussi me lancer dans le nord-coréen :-)

    • @gonzo : il n’y a pas vraiment de solution pour l’instant, parce que le titre de l’article (en arabe par exemple) est utilisé comme le commentaire (en français, disons) pour identifier la langue du billet. Du coup, forcément, c’est un mélange français/arabe et l’outil penchera pour l’un ou pour l’autre selon les cas.

      La question ne se pose pas avec les extraits en citation, parce qu’ils sont calculés à part, l’outil s’en sort donc particulièrement bien avec les commentaires en français avec des extraits en arabe dedans, ça pas de problème.

      Une « solution » serait peut-être de ne pas mettre le titre de l’article en arabe directement au premier niveau (avec ton commentaire en français), mais de le mettre en début de citation (en gras pour le faire ressortir, pourquoi pas). C’est pas génial, mais ça résoudrait la difficulté « technique »…

      En fait une autre difficulté spécifique à tes messages, c’est que tu commences généralement tes messages par le titre en arabe de l’article d’origine. Et du coup, quand ça passe automatiquement dans Twitter, c’est ce titre en arabe qui est balancé, alors que ce sont des comptes destinés largement à un public francophone qui s’intéresse au monde arabe. Du coup, là encore, commencer par le petit résumé et mettre le titre en arabe dans la citation, ça aiderait encore pour cet aspect.


  • #seenthis_fonctionnalités Moteur de recherche Sphinx

    Il faudrait que @fil vienne expliquer, parce que pour le coup c’est pas du tout mon domaine.
    https://seenthis.net/messages/260353

    Mais par rapport à la première version qui avait un moteur vraiment faible, on tourne désormais avec Sphinx, auquel je ne comprends pas grand chose, mais du coup, ça tourne bien, c’est rapide, on trouve les choses et ça ne fait pas planter le site.

    Une originalité de Seenthis (me semble-t-il) est qu’on peut chercher dans ses propres messages, uniquement parmi les gens qu’on suit, ou dans tout le réseau. (Il y a d’autres méthodes d’affinage.)

    Bien utile, la « doc officielle » du moteur de recherche sur Seenthis :
    https://seenthis.net/français/article/moteur-de-recherche

    • Fonctionnement :
      – On indexe les contenus au fur et à mesure dans un autre système (Sphinx en l’occurrence).
      – Puis on peut requêter ce système de multiples manières, bien plus complètes que dans SPIP ou autre truc SQL par défaut.
      Bon ça c’est pour la technique.

      Maintenant pour les fonctionnalités justement, la technique utilisée (Sphinx) permet de faire mieux que ce qu’on a actuellement, et il y aurait quelques améliorations possibles :

      – Pouvoir chercher par combinaison de tags (on peut déjà combiner plusieurs critères : période, auteur⋅e, tag, mais PAS plusieurs tags alors que c’est un truc multiple pour un même contenu).

      – Revoir l’affichage pour mieux afficher les filtres déjà actifs en haut, mieux séparé, plus explicites, avec une croix pour supprimer chacun.

      – Revoir l’affichage des filtres sur le côté pour pour n’afficher que les filtres de ce qui reste dans les résultats déjà filtrés : quand j’ai déjà choisi le tag « truc » et qu’il m’avait prévenu qu’il y aurait 51 résultats, alors en colonne centrale ça affiche 51 résultats, et dans les filtres sur le côté, ça doit m’afficher les filtres utiles pour ces 51 résultats restants et uniquement ceux là (ça ne doit pas m’afficher « machin (145) »).
      C’est un comportement de base de la recherche-filtrage par facettes, on filtre puis optionnellement re-filtre au fur et à mesure. Et si ça va pas on décoche tel ou tel filtre qu’on avait déjà mis.

      – On peut filtrer par tag, mais par tag exact uniquement, alors que dans Seenthis on a un système de tags pseudo-arborescents. Là dans la recherche Sphinx, on peut pas chercher « # ghost » et avoir tous les contenus qui ont plus précis. C’est nul et pas cohérent du tout. Il faudrait que ça marche, y compris si on ajoute du filtrage multi-tags.


  • #seenthis_fonctionnalités Système de suggestion d’auteurs (et de thèmes)

    L’outil essaie de proposer des auteurs à suivre de manière un peu pertinente. Mais c’est loin d’être idéal. Ça commence par suggérer les plus populaires (là y’a pas trop le choix), ensuite ceux que suivent les gens qu’on suit déjà.

    C’est pas top top.

    Ah si, normalement il me semble que si on s’inscrit à partir de la page du message de quelqu’un, on se retrouve à automatiquement suivre cette personne. (Ou alors c’est dans mes rêves, mais ce serait une bonne idée.)

    • Commentaire. C’est un des points qu’on a toujours voulu améliorer, mais c’est assez lourd, et pas forcément évident. Le fait que la page « @auteur » présente à la fois les auteurs qu’on suit et leurs messages, ça n’aide pas à rendre l’interface limpide.

      (1) En fait, il semble que les listes de billets dans les pages « @auteur » et « #thèmes » (et même « >sites ») ne servent à rien. On n’a réellement l’utilité que de la page général (Accueil personnel) qui regroupe tout ce qu’on suit, et de la page personnelle (nos propres messages). Les 3 autres pages devraient être dédiées à trouver quoi suivre.

      (2) On n’est pas prévenu sur le site que quelqu’un vient de nous suivre, et encore moins que quelqu’un suit quelqu’un d’autre. Du coup, au bout d’un moment on n’ajoute plus grand monde à ceux qu’on a déjà, et surtout on n’intègre pas les nouveaux arrivants. Ça passe dans les alertes mail, je crois, mais c’est pas quelque chose que j’utilise perso. Il faudrait envisager d’ajouter plus visiblement le fait qu’on a un nouvel abonné, et ainsi être encouragé à le suivre en retour et à éventuellement discuter.

    • Ça passe dans les alertes mail, je crois, mais c’est pas quelque chose que j’utilise perso.

      Oui, perso j’utilise les notifications et ça fait bien le job pour ça.

      Il faudrait envisager d’ajouter plus visiblement le fait qu’on a un nouvel abonné, et ainsi être encouragé à le suivre en retour et à éventuellement discuter.

      Pour ça il faudrait stocker tout ça en base, c’est un peu un serpent de mer de #spip cf passer les notifications en mode digest, ou générer une page de type « fil d’activités depuis votre dernière visite » (certaines personne appellent ça un mur/wall certainement par contamination).

      ps : il faudra penser à un moment à basculer tous les commentaires intéressants/motivants dans des tickets sinon ça risque de ne jamais se faire (déjà qu’on est pas nombreux⋅ses à s’y coller ^^).

    • Ce n’est jamais évident de débuter sur un réseau social, mais il me semble que c’est encore plus difficile de débuter sur Seenthis, malgré l’accueil souvent bienveillant. Quelques petites fonctions permettraient pourtant d’exposer davantage les personnes nouvelles. On pourrait imaginer plein de solutions :

      – une page pour présenter les seens des personnes inscrites depuis par exemple moins d’un mois ;

      – une autre page, inspirée des flux local et global de Mastodon/Gnu Social, pourrait permettre de voir tous les derniers seens, quelles que soient les auteur·es (oui y’a la page d’accueil, mais justement quand on est connecté on la voit pas ^^) ;

      – enfin, y’a un espace qui présente les abonné·es avec leur avatar : j’ai jamais compris la logique de son organisation. Lister les comptes dans l’ordre d’abonnement serait peut-être possible, ou alors dans l’ordre d’inscription ? D’ailleurs il me semble que les vignettes sont assez illisibles et peu compréhensibles pour le ou la nouvelle arrivante, et alourdit un peu la page. Peut-être supprimer cet espace et créer une page qui permette de lister tout simplement ses abonné·es dans l’ordre d’arrivée avec leur description et paginée ?


  • CSS Peeper – L’analyse de CSS, pépère.
    http://feedproxy.google.com/~r/KorbensBlog-UpgradeYourMind/~3/ucEQDh_63TM/css-peeper-lanalyse-de-css-pepere.html

    http://korben.info/wp-content/uploads/2017/04/capture-decran-2017-04-14-14-37-03-650x715.jpg

    Si vous êtes sous Chrome et que vous trouvez que l’inspecteur de code pour analyser les styles d’un site web, n’est pas très pratique à utiliser, voici CSS Peeper, une extension qui va vous changer la vie. Grâce à CSS Peeper, plus besoin de partir en expédition dans les feuilles de style, il suffit de cliquer sur l’icône et de déplacer votre souris sur l’élément de la page qui vous intéresse, pour en obtenir tous les détails techniques. Styles appliqués, couleurs et même les assets, c’est-à-dire les éléments (dans ce cas, des images) qui sont appelés sur la page.

    Vraiment génial par exemple pour récupérer une image appelée par une CSS sans être obligé de gratter. Un outil indispensable pour les intégrateurs, designers et autres bidouilleurs de code en manque d’inspiration

    A télécharger ici. Source Cet (...)


  • Alternatives à IRC ?

    Salut, ça devient de plus en plus dur de motiver de nouvelles personnes à utiliser IRC avec des outils adaptés comme Irssi. J’ai vu pas mal de messages sur la question sur Seenthis, mais pas de décision finale ou d’avis un peu définitif.

    https://seenthis.net/messages/433893
    https://seenthis.net/messages/487687

    Apparemment beaucoup de nouveaux services ont été testés, auriez-vous des conseils à donner ?

    Pour l’instant, je trouve la solution de Mattermost très intéressante, d’autant plus qu’elle est proposée par Framasoft avec framateam.org, mais d’autres solutions libres existent.

    Un avis pour des débutant·es ? Est-ce que des intégrations de tel ou tel service dans Spip ont été imaginées ? (par exemple pour discuter en direct des modifications d’un article, ou proposer un espace de discussion plus moderne que le forum interne ?)


  • Quelqu’un sait expliquer pourquoi la licorne est de plus en plus utilisée comme symbole dans les mouvement féministes radicaux ou les mouvements LGBT / Transgenre & Bi plus précisément ?
    http://www.transstudent.org/genderunicorn1.jpg

    J’ai été surpris de ne pas la voir apparaître dans les symboles LGBT sur Wikipédia, ni en français, ni en anglais :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Symboles_LGBT
    https://en.wikipedia.org/wiki/LGBT_symbols
    Encore leur connerie de notoriété, sûrement.

    Alors, je me suis aventuré à une explication lacunaire
    MOI v1.0 :

    La licorne est le symbole du merveilleux, de l’idéal et par glissement de l’IMPOSSIBLE. Apparemment, couplé à la génération 80-90 qui arbore la licorne par nostalgie (symbole très présent dans l’imaginaire dans ces années là) et plus encore dans les milieux LG qui lui vouent une adoration pour ses paillettes, c’est alors plus le symbole de L’INVISIBLE qui lui est conférée. Et ça a encore migré vers un usage soit dans les milieux féministes radicales (couleur violette… licorne), soit vers les milieux Bi (l’invisible).

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Symboles_LGBT
    basé sur cet article
    https://medium.com/@SophieB./la-symbolique-de-la-licorne-et-sa-place-dans-la-s%C3%A9miologie-du-web-6ec33
    L’illustration vient de là, et c’est une bonne source :
    http://lgbt.foundation/get-support/for-young-people/for-professionals

    #étymologie #licorne #lgbt #lgbtqi+


  • Black bloc : pour la diversité des tactiques
    https://paris-luttes.info/black-bloc-pour-la-diversite-des-7758

    Black Bloc et #violence

    La littérature scientifique sur l’agression humaine propose comme définition de la violence tout comportement intentionnel d’agression dont le but et la conséquence sont une atteinte sévère à l’intégrité physique d’autrui (comme la mutilation, le viol et le meurtre ; Anderson & Bushman, 2002 ; Geen, 2001). La violence est suffisamment pratiquée par les forces de l’ordre en France pour inquiéter l’UN Committee Against Torture. En revanche, il n’y a aucune donnée disponible indiquant qu’un BB n’ait jamais exercé la moindre violence (viol d’une policière, mutilation d’un CRS, assassinat d’un gendarme).

    Ainsi, l’état actuel des connaissances ne permet pas de considérer la dégradation de biens matériels comme relevant de la violence, et démontre que celle-ci ne fait pas partie de l’arsenal tactique des BB. Les discours médiatiques, étatiques et militants affirmant le contraire relèvent au mieux de l’ignorance, au pire de la malhonnêteté intellectuelle. Comme le souligne Graeber (2002), c’est bien le faible degré d’une « violence qui ne tue personne » qui déstabilise les dominants car « les gouvernements ne savent simplement pas comment réagir face à un mouvement ouvertement révolutionnaire qui refuse de tomber dans les attitudes convenues de la résistance armée ».



  • Serval, le maillage sous Android pour communiquer sans carte SIM
    https://www.nextinpact.com/archive/70426-serval-communications-maillage-android-sim.htm

    Il y a en outre une conséquence particulière à l’infrastructure en maillage : la résistance. Il sera très difficile par exemple pour un gouvernement de faire taire la totalité des téléphones utilisant Serval. Autre cas pratique : une catastrophe naturelle. Même si des relais ont été détruits, une communication pourrait passer de téléphone en téléphone jusqu’à parvenir à un point Wi-Fi relié à Internet.

    Limitation actuelle : il faut un téléphone rooté...

    Voir aussi :
    – le site officiel du projet : http://www.servalproject.org
    – repo de l’app sur F-droid : https://f-droid.org/repository/browse/?fdfilter=serval&fdid=org.servalproject

    #serval #mobile #pair_à_pair #mesh #open-source #réseau #SIM


  • La « métropolisation » stade suprême de l’urbanisation capitaliste
    https://larotative.info/la-metropolisation-stade-supreme-2119.html

    https://larotative.info/home/chroot_ml/ml-tours/ml-tours/public_html/IMG/jpg/metro2.jpg

    Réflexion sur le modèle métropolitain, à l’heure où la communauté d’agglomération Tour(s)plus s’apprête à devenir une métropole, sous les applaudissements de l’ensemble du personnel politique local (à l’exception de la maire PCF de Saint-Pierre-des-Corps). Ce texte de Jean-Pierre Garnier a initialement été publié dans le journal {Avatarium} en 2013.

    Tout d’abord, le « changement d’échelle » ne met pas fin à la ségrégation socio-spatiale inhérente à l’urbanisation capitaliste. Bien au contraire. L’extension sans fin de l’urbain ne fait que renforcer la séparation socio-spatiale et le séparatisme politico-idéologique qui l’accompagnent entre les « beaux quartiers » ou les « banlieues résidentielles » réservés aux riches, et les zones de relégation où sont parqués les pauvres. Mais surtout, tandis qu’une partie de l’urbain se disperse et se dilue au large des agglomérations, l’autre se concentre et se renforce au cœur de la ville centre pour se brancher sur les réseaux de l’économie globalisée et en capter les flux par des aménagements appropriés. C’est là que se regroupent les fonctions « nobles » dites aussi « directionnelles », avec les services et les équipements afférents, ainsi que les bourgeois et les « bobos » attachés, par obligation professionnelle et/ou par inclination culturelle, à la « centralité urbaine ». Pour leur faire de la place, il faut « étendre le centre », comme le serinent les aménageurs. Aussi, des opérations de « reconquête urbaine » sont-elles menées tambour battant.

    #urbanisme #métropole

    • C’est totalement ça : la #colonisation des #territoires ruraux et leur #soumission aux seuls besoins des urbains argentés. Le maillage territorial et leur organisation saisonnière sont éloquents : #train, #avion, #autoroutes relient strictement les centres métropoles entre eux et sont privatisés avec une pure logique de rentabilité (vs. aménagement du territoire qui garantissait l’égalité républicaine).

      Sur les nouvelles voies (TGV, autoroutes), totalement privées, ce sont les collectivités locales qui paient pour être éventuellement raccordées… à l’exception des grands centres touristiques qui concernent les métropolitains. Aller à Paris depuis chez moi prend pratiquement deux fois plus de temps qu’il y a 30 ans et les possibilités de le faire se sont réduites. Pourtant, il y a des trains supplémentaires qui sont programmés pour aller dans mon coin, mais seulement de Paris vers chez moi et pour les départs en vacances. Le reste du temps, on peut crever.
      Même affaire sur les réseaux importants comme l’électricité, l’eau ou les télécommunications. Il y a un gars qui a construit il n’y a pas très longtemps dans le coin : on lui a expliqué cash qu’il ne serait raccordé à rien (y compris électricité !) sauf s’il paie de sa poche le raccordement. On est blindé de zones blanches et grises, mais quand je vais en montagne l’été, sur le domaine skiable, je peux voir que les brebis ont la 4G…

    • Il y a un gars qui a construit il n’y a pas très longtemps dans le coin : on lui a expliqué cash qu’il ne serait raccordé à rien (y compris électricité !) sauf s’il paie de sa poche le raccordement.

      C’est du mitage caractérisé ? Si oui, la logique est différente : tu ne peux pas t’installer où tu veux et demander ensuite l’aide de la collectivité pour accéder aux réseaux. La logique de déshérence des campagnes, qui vise à considérer que des territoires ne sont plus habitables alors débrouille-toi, c’est autre chose.

      Pour moi, c’est vraiment se couper un bras que de décider qu’on n’aidera plus la population à vivre d’une manière un peu homogène sur tout le territoire. C’est du #Soleil_vert, de pousser les gens vers les métropoles alors que la place y est si chère et simplement parce qu’on ne veut pas entretenir des infrastructures qu’on avait les moyens de créer il y a 70 ans.

    • Peut-être, peut-être pas : les municipalités délivrent les permis de construire. Pour le téléphone fixe, on est revenu à des temps d’attente période PTT pour les nouveaux arrivants : comme tout est privé, comme toutes les lignes sont déjà saturées et peu entretenues, comme il n’y a plus que des sous-traitants de sous-traitants, avoir une nouvelle ligne de téléphone peut prendre des mois ou ne pas aboutir.
      D’ailleurs, pour la qualité de communication, on est pire qu’à l’époque PTT : friture, coupures, etc.

    • Les élus locaux ont pris le train de la gentrification en marche en mettant en œuvre des politiques souvent appelées de « renouvellement urbain », qui prennent la forme de programmes de rénovation et de réhabilitation. On restaure l’existant mais en l’adaptant pour en faire un cadre de vie adapté pour de nouveaux habitants, en réaménageant l’intérieur des logements par exemple.
      https://seenthis.net/messages/446847

      Pour la SNCF : le temps, c’est de l’argent…
      http://alter1fo.com/wp-content/uploads/2017/03/Capture-4-280x204.jpg

      Impossible d’y échapper tant Rennes Métropole, la SPL « Destination Rennes » et la Région ne cessent de communiquer dessus. L’arrivée de la future ligne LGV Bretagne en juillet prochain permettra de rapprocher Rennes à moins d’une heure trente de Paris sur certains trajets (pas tous, einh…).

      En contrepartie, il faudra mettre la main à la poche pour rejoindre la capitale puisque le billet augmentera de 6 euros en moyenne. La directrice générale de Voyages-SNCF, Rachel Picard, n’y trouve rien à redire et explique même que « l’évolution des prix sera toujours inférieure au gain de temps ». Payer plus pour gagner plus… de temps ? Argument non recevable pour Dominique Serouin, vice-président de l’association des usagers des transports en Ille-et-Vilaine (AUTIV) dans l’édition du Télégramme de dimanche dernier : « Nous ne sommes pas contre le principe de gagner du temps mais les tarifs actuels sont déjà excessifs et inabordables pour les voyageurs aux revenus modestes et les familles ».

      Mais « qui se soucie de gagner au maximum 40 minutes sur un trajet reliant notre ville à la capitale ? » se demandaient déjà les élu⋅e⋅s du parti de gauche rennais, il y a plus d’un an. A y regarder de près, il faut craindre que ce nouveau dispositif ne soit destiné finalement qu’à quelques intérêts particuliers : cadres dynamiques, clientèle d’affaire, personnes aux revenus confortables. La SNCF ne s’en cache même pas puisqu’elle souhaite mettre en place de nouveaux services comme le wifi à bord, des files d’embarquement dédiées ou encore des salons grand voyageur rénovés afin de capter la clientèle professionnelle habituée des trajets aériens.

      Alors que le coût total de la ligne s’élève autour des 3,4 milliards d’euros, alors que le PDG de la SNCF(1) juge déjà déficitaire les deux nouvelles lignes LGV (avec celle de Paris-Bordeaux), alors que le modèle économique du LGV/TGV est à bout de souffle (faute de rentabilité, son développement absorbe une grande part des contributions publiques dédiées au ferroviaire), cette manne financière n’aurait-elle pas pu être mieux utilisée pour un projet ou une ambition utile au plus grand nombre ?

      En même temps, si le « #Rennes2030 » s’adressait aux plus modestes d’entre nous, cela se saurait, non ? Le centre des congrès, le quartier d’affaire #Eurorennes, les hôtels de luxe, la disparition de petits lieux conviviaux (comme récemment le bistrot du Chat Bavard) sont des exemples rayonnants d’une gentrification déjà bien entamée.

      http://alter1fo.com/sncf-lgv-gentrification-108617#comment-469173
      https://pbs.twimg.com/media/C5s4t8YWUAAhDku.jpg
      https://twitter.com/search?f=tweets&q=%23Rennes2030&src=typd


  • CC Search. Nouveau moteur de recherche d’images libres – Les Outils Tice
    https://outilstice.com/2017/02/cc-search-nouveau-moteur-de-recherche-dimages-libres
    https://i1.wp.com/outilstice.com/wp-content/uploads/2017/02/school.jpg?resize=768%2C395&ssl=1

    Un moteur de recherche qui va vous permettre de découvrir des milliers d’œuvres pouvant être copiées, distribuées, modifiées, remixées ou encore adaptées tout en respectant les lois sur le droit d’auteur.

    CCsearch est encore en phase de test, mais se présente déjà commeun outil très convaincant qui ne demande qu’à grandir. Pour le moment CCsearch va dénicher ses images dans les collections du Rijksmuseum, la bibliothèque publique de New York, le Metropolitan ou encore des services comme Flickr ou 500px. En tout ce sont près de 10 millions d’images qui y sont référencées.

    #images #libre #CC


  • Le site n’est pas du tout sexy, mais j’ai l’impression que les recherches sont de bonne qualité et il y a plein de données...
    http://www.fooddeserts.org
    Avec une carte ici :
    www.fooddeserts.org/images/FoodDesertFinder.tif
    Une carte sur l’obésité à #Londres :
    http://www.fooddeserts.org/images/mlsoa-London-ChildObesityExtract.jpg

    #food_desert #supermarchés #alimentation #UK #Angleterre #cartographie #visualisation #obésité

    J’ai découvert le site via la mailing-list Crit geo forum, avec ce commentaire :

    Those interested in food and social justice may see a nice irony in comparing these two maps.

    1) Map of the best quality agricultural soil in the UK, the best, Grade One, is heavily present around The Wash area of Eastern England

    http://publications.naturalengland.org.uk/publication/6172638548328448 and click on pdf link

    2) MSOA level obesity map, extract for East Anglia, Wash, Lincolnshire area. Available at www.fooddeserts.org, section 8, bottom of page. Red is the most obese decile, followed by pink, orange, yellow.... Silver is the least obese declie, followed by purple, dark blue, light blue, green....

    In other words, the areas where the UK’s fruit and veg industry is most productive is where there is most obesity. We don’t pay the people who actually produce our 5-a-day enough to benefit from the health effects of 5-a-day. Nor do we pay the people who sell them to us enough to benefit from them, in the towns. To have a good diet you need to live in the areas where fresh produce is largely neither produced nor sold, the wealthy peri-urban regions just outside the main urban areas.


  • Annotation is now a web standard – Hypothesis

    https://hypothes.is/blog/annotation-is-now-a-web-standard

    The W3C architecture provides for a model where annotations live separately from documents and are reunited and reanchored in real-time whenever the relevant document is present.

    https://www.w3.org/annotation/diagrams/annotation-architecture.svg

    Nick Stenning, whose open source, AnnotatorJS, became the most widely adopted early implementation of a client server annotation architecture.

    http://annotatorjs.org

    #web_annotations

    • @sandburg héhé, j’ai hésité à le noter dans mon post :p, mais oui, pas mal de choses m’ont fait penser à #seenthis :

      Individuals or special-interest communities can even host their own annotation services.
      [...]
      Web annotations are ideally seen in the context of their target content, but annotation services can offer a view of each annotation alone or in a collection or stream (as with services like Reddit, Twitter, or Facebook). Readers can do faceted searches that span multiple annotated sites, for specific topics or hashtags, for content from a particular person, or more tasks that would be difficult with siloed site-specific comment systems.
      [...]
      When someone finds an annotation that they like (or dislike), they can share it with others, by sharing the annotation’s unique permalink, republishing the annotation, or annotating the annotation with their own content; even “up-voting” or tagging an annotation is an act of annotation and sharing.

    • @b_b
      Avec le temps, je commence à sentir les limites de seenthis, alors ce type d’article montre un peu la voie :
      - Pas de serveur distribué (donc personne ne peut héberger son Seenthis, relié au reste)
      - Pas de compatibilité forte avec *Diaspora (lier les 2 réseaux, c’est à dire en gros, les intriquer et laisser la différence sur les apparences : skin+réglages seenthis ou skin+réglages diaspora)
      - Pas de rattachement aux standards en cours ou en devenir (comme l’article cité les présente)
      - Super outil, mais personne n’en parle…

      Le gros gros PLUS de seenthis, c’est quand même de ne pas avoir de zone privée. Car cela entraîne un truc vachement à contre courant : ça oblige les utilisateurs à aller voir ailleurs pour plus de confidentialité.
      Ça éduque à la protection de l’information.

      Bon après, qu’on soit une majorité de radicaux d’extrême gauche, je ne sais pas si c’est un plus, car ce n’est pas le fait de l’outil.

      En gros, imaginez si l’année prochaine Seenthis était présenté au FOSDEM. À quoi ressemblerait la présentation ? Quelles seraient les premières questions ?


  • Je viens encore de découvrir plein de choses chouettes en quelques minutes, et sans effort, grâce à @7h36. Comme tous les jours au final, mais ça m’étonne encore :)

    On dit merci au marché, à la boulangerie, à la machine à café, mais pas assez souvent sur le net. Un énorme merci donc aux personnes qui s’occupent tous les jours de cette petite sélection de Seenthis.

    C’est mon bol d’info du matin, une sélection toujours pertinente et à l’heure. Cher·es et dévoué·es anonymes, gracias :)


  • MARTINE CONTRE ikea, carrefour, lidl, leclerc et les autres

    L’histoire est celle d’une lanceuse d’alerte qui pourrait être notre grand-mère. Celle d’une petite commerçante ruinée, qui prend sa revanche contre les #hypermarchés depuis près d’un quart de siècle. À son tableau de chasse, près d’une cinquantaine de projets stoppés partout en France. « Seule face aux géants », #Martine_Donnette lève le voile sur les pratiques douteuses de la #grande_distribution.

    https://pbs.twimg.com/media/C510qh8WcAEpot0.jpg
    https://lequatreheures.com/episodes/martine-contre-ikea-leclerc-carrefour-les-autres
    #supermarchés #grandes_surfaces #France #résistance
    cc @albertocampiphoto


  • THE MISSING MIGRANTS MAP - Corriere della Sera on Behance
    https://www.behance.net/gallery/34680727/THE-MISSING-MIGRANTS-MAP-Corriere-della-Sera
    https://mir-s3-cdn-cf.behance.net/project_modules/disp/9bd0e034680727.56d9cb3ba549e.png

    Voir aussi ce qui est apparemment la source
    Missing Migrants Project |
    https://missingmigrants.iom.int

    via @odilon et @cdb_77

    The Missing Migrants Map’ is the visual representation of all the incidents recorded by “The Missing Migrants Project”.
    This visualization is based on the data tracked by the “Missing Migrants Project”, a joint initiative of IOM’s Global Migration Data Analysis Centre (GMDAC) and Media and Communications Division (MCD).

    The projects aims at tracking all the deaths of migrants and those who have gone missing along migratory routes worldwide. The research behind this project began with the October 2013 tragedies, when at least 368 migrants died in two shipwrecks near the Italian island of Lampedusa.
    Since then, Missing Migrants Project has developed into an important hub and advocacy source of information that media, researchers, and the general public access for the latest information.
    Missing Migrants Project uses statistical data from governments and sources other agencies, as well as NGOs and media.
    Data has been filtered on 2015 incidents happened in the european and mediterranean area.
    The map is characterized by a purely geographical guise, to show both the morphology of the territory, and to highlight the fact that we all are citizens of the world.

    The visualization was originally developed in september 2015, than updated in february 2016 with new events.

    #migrations #asile #réfugiés #mourir_en_mer #cartographie