• L’application #Seenthis_Export pour iPhone et iPad est disponible !
    https://itunes.apple.com/us/app/seenthis-export/id1227247531

    Il s’agit d’une extension pour Safari, qui grosso modo remplace le bookmarklet que l’on utilise sur ordinateur de bureau. La « app » elle-même contient un mode d’emploi pas-à-pas : tout l’intérêt est d’ajouter un bouton de partage « Seenthis » dans le bouton « Partage » depuis Safari.

    Le mode d’emploi est également dispo sur cette page :
    http://www.orientpalms.com:8080/demo/spip.php?rubrique8

    (1) Sélectionnez l’extrait de texte que vous souhaitez citer sur Seenthis
    http://www.orientpalms.com:8080/demo/IMG/png/partage-1.png

    (2) Faites apparaître et cliquez sur le bouton Partager de Safari.
    http://www.orientpalms.com:8080/demo/IMG/png/partage-2.png

    (3) Dans le menu qui apparaît, cliquez sur l’icône de Seenthis.
    http://www.orientpalms.com:8080/demo/IMG/png/partage-3.png

    (4) La page du site Seenthis.net apparaît. Si vous êtes déjà identifié, le formulaire est pré-rempli : il vous reste à ajouter votre propre commentaire et à poster votre message.
    http://www.orientpalms.com:8080/demo/IMG/png/partage-4.png


  • Et donc, Google News a une rubrique « Culture ». Ce qui donne :
    http://i.imgur.com/QZAA8as.jpg

    Je précise encore que je ne suis pas difficile : si ça me causait du dernier Fast and Furious, d’un nouveau jeu vidéo, de la sortie du disque d’une chanteuse de variété, je ne tiquerais pas. Mais là, quand même…

    Je sais pas moi, c’est une démonstration des capacités de l’intelligence artificielle et du deep thinking ?



  • #seenthis_fonctionnalités : les référencements négatifs

    D’accord, ce n’est pas une « fonctionnalité », mais c’est encore une caractéristique fondamentale de Seenthis : Seenthis est un outil qui permet et favorise le référencement d’articles pour en dire du mal de manière argumentée. Dans une logique similaire, l’outil est également conçu pour pouvoir référencer un article pas tellement bon, mais permettant d’expliciter un point positif qu’on en a tiré qui justifie le référencement.

    Ce n’est pas une conséquence de la forme de Seenthis, c’est au contraire un élément qui a déterminé la forme de Seenthis de manière centrale…

    Ça semble évident, mais pourtant les autres outils ne sont vraiment pas pratiques pour ça. Sur Twitter, 140 caractères ne permettent pas d’expliquer un référencement négatif, on ne peut que s’indigner d’un article évidemment navrant. Sur Facebook, le milieu et la forme (et le principe initial de « Like », d’ailleurs) ne favorisent pas non plus les référencements négatifs au-delà de l’indignation évidente. Et Delicious ne me semblait franchement pas le bon outil non plus. Et, pour l’outil qu’on avait alors à notre disposition : Rezo.net ne le permet pas non plus, en dehors de l’évidente parodie (« l’édito à 2 balles »).

    Or c’est un besoin incontournable. Maintenant qu’on le fait ici, c’est évident, mais je vais tout de même t’exposer le cheminement intellectuel qui m’y a poussé.

    D’abord parce que notre vieille militance sur le Web est largement influencée par la critique sociale et de gauche des médias (Chomsky, Bourdieu…) et que référencer des médias sans pouvoir y associer la critique, c’est pas trop l’idée…
    http://www.uzine.net/article60.html

    Parce qu’uZine était, largement, un média critique (au sens où une grosse partie des articles étaient la critique d’une autre position ou le démontage d’une banalité médiatique)… Et parce que l’important travail éditorial ouvert et semi-public de préparation des articles dans son espace privé (au sens de SPIP) permettait largement d’apporter et commenter des sources.
    http://www.uzine.net

    Et parce qu’une partie très riche mais rigoureusement invisible de Rezo.net consiste en d’épisodiques échanges pour supprimer un référencement ou justifier un référencement qui déplaît.
    https://rezo.net
    Même s’il y règne une ambiance de cellule maoïste revendiquant fièrement le droit à l’éradication de la déviance petite-bourgeoise (et donc la pratique assumée d’une forme de censure totalitaire qui ne souffre nulle contestation), quand les gens ne sont pas d’accord sur un article, ça donne lieu à des échanges que j’ai toujours trouvés passionnants : la personne qui critique explique pourquoi tel article devrait être retiré, et souvent la personne qui a référencé explique que, certes c’est pas totalement glorieux comme article, mais que tel point original en particulier l’a intéressé.e. Et parfois encore plusieurs intervenants répondent pour aller dans un sens ou dans l’autre, suggèrent des articles alternatifs sur le même sujet, développant le point intéressant sans les défauts du premier, etc. Je pensais qu’on avait besoin d’un espace pour que de tels échanges soient publiés.

    Pour la forme, j’étais aussi très influencé par le blog d’un certain « Angry Arab », dont l’activité quotidienne consiste à critiquer absolument tout ce que les médias publient sur le monde arabe :
    http://angryarab.blogspot.fr

    Au final, ce sont ces besoins de référencement critique qui ont orienté les principales fonctionnalités de Seenthis :
    – des messages structurés autour d’un lien hypertexte, avec un extrait mis en évidence pour faire ressortir le point à critiquer, ou au contraire le point intéressant, et un commentaire tout aussi important pour expliquer le pourquoi du référencement (négatif, ou parce qu’un détail est intéressant),
    – et, comme dans un échange de messages internes à Rezo, des forums « à égalité » avec le message initial pour que différents points de vue se répondent.

    • J’adore que finalement partant de fonctionnalités techniques tu finisses par parler de l’aspect politique de ton projet, #Agora grecque of course et #philosophie d’autre part, ça rafraichit !
      Quoique le maoïsme …
      Ne connaissant pas les arcanes de rezo.net, à mon premier abord de seenthis il m’a semblé que l’intérêt était d’avoir des discussions plus riches médiatiquement parlant mais du même type des classiques forums publics des débuts d’internet (que l’on s’interdit aujourd’hui à cause de la maintenance épouvantable des spammeurs et des trolls et des serveurs qui tombent …) comme l’affaire danone, d’ailleurs n’est-ce pas le forum internet qui est à la base de la présentation des pages de seenthis ? avec en sus une réappropriation (si propriété il y a) du texte premier.
      (Et du coup en tentant de reprendre le code, je me suis emmêlée à comprendre pourquoi ce ne pouvait pas être le même objet.)
      C’est certain que ceux qui te rétorquent ah mais je ne lis jamais les forums sous l’article ont tout faux :)

    • J’ai souvent pensé que ce qui m’a permis de croire en seenthis relevait plus de sa population que de son fonctionnement.
      Mais à présent, je vois que son fonctionnement est ce qui m’a vraiment permis d’y rester.

      Seenthis est absent de Wikipédia. Sa « notoriété » est faible (inexistante d’après wiki). C’est un deepweb qui plaît aux connaisseurs (mais apparemment pas aux journalistes ni aux mainstreameux).

      https://seenthis.net/messages/571252

      Les questions que tu soulèves dans ta chronique #seenthis_fonctionnalités laissent entrevoir comme il est important de se questionner à ce point sur les objectif d’un réseau social, de sa conception à son utilisation. C’est un boulot de documentation tellement énorme.

      On en parlera à notre prochain atelier informatique lillois anarco-autonomico-libéralo-nimportequoitesque Atelili n°18 :
      https://atelili.tuxfamily.org/wiki/atelier:18

      Dont voici un plan temporaire :
      https://atelili.tuxfamily.org/wiki/themes#utiliser_facebook_intelligemment_ou_bien_ses_alternatives


  • Je pense qu’il fallait que tu le saches :
    https://twitter.com/VaeVix/status/849647759921696768

    (a) Pour le moment #mastodon ça fait un peu réserve de SJW de centre ville, le genre de gauchiste plus avant garde que prolétariat

    (a) Les type « ouverts, queer, féministes » qui ont un discours de gauche et vannent le « mainstream » (lire : tout ce qui est un brin populaire)

    (b) Des réfugiés de Diaspora et SeenThis pour une bonne part. Pas grand chose à en tirer sauf en informatique où ils ne sont pas nuls du tout.

    (a) Sauf que le fonctionnement est encore plus ouvert que Twitter. Si ça devient mainstream ils vont pleurer.

    (b) Sinon effectivement, des merdeux, beaucoup de LGBT, des gauchos exacts miroirs de la droite « petits commerçants ».

    (Non, ne me remercie pas, ça me fait plaisir.)

    • Social justice warrior
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Social_justice_warrior

      Social justice warrior (couramment abrégé SJW, et que l’on peut traduire littéralement par guerrier de la justice sociale) est un terme péjoratif désignant un type de cyber-militant agissant sur Internet et les réseaux sociaux en faveur de différentes causes « progressistes », pouvant inclure le féminisme, la lutte pour les droits civiques, le multiculturalisme, etc1. Le terme comprend l’accusation d’être principalement motivé dans ses démarches par la recherche d’approbation et de popularité, et donc d’être moins intéressé par la justice et l’intérêt commun que par l’intérêt personnel.

      Le terme est entré dans la culture populaire, et notamment dans un jeu vidéo de rôle parodique sorti en 2014 intitulé Social Justice Warriors.


  • #seenthis_fonctionnalités : Les thèmes privilégiés d’un.e auteur/autrice

    Grâce aux hashtags et aux thèmes automatiques, Seenthis fabrique une liste (pondérée) des thèmes privilégiés d’une personne. Cela apparaît en colonne de droite de la page d’un.e contributeur.trice. Par exemple :

    Country:France / Continent:Europe / City:Paris / #femmes / Country:Grèce / #sexisme / #Grèce / #racisme / Currency:EUR / #Palestine / #travail / Country:Israël / Country :États-Unis / #Israël / Country:Allemagne / #féminisme / Person:Encore / City:Gaza / Country:Suisse / Country:Royaume-Uni / City:Londres / City:Bruxelles / Person:Charlie Hebdo / Country:United States / #santé / Currency:USD / #prostitution / City:This / Person:Alexis Tsipras / #politique / Country:Israel / Country:Russie / #histoire / #viol / City:New York / #migrants / #cartographie / #photographie / Country:Espagne / #écologie / Company:Facebook / #inégalités / #réfugiés / Country:Palestinian Territories / Country:Italie / Person:François Hollande / #journalisme / Country:Japon / Continent:Afrique / #art / #culture_du_viol / Country:Syrie / Country:Iraq / City:Athènes / City:Lille / #France / #austérité / #littérature / Person:Manuel Valls / #Suisse / Person:Tony Blair / #misogynie / #éducation / #audio / #islamophobie / Country:Algérie / #plo / #Internet / ProvinceOrState:Cisjordanie / #asile / City:Bonne / #Union_européenne / #cinéma / PublishedMedium:The New York Times / NaturalFeature:Philippe Val / #sorcières / #livre / #revenu_garanti / City:Die / Country:Afghanistan / Person:Hillary Clinton / #photo / #chômage / Country:Danemark / Person:Mona Chollet / Region:Moyen-Orient / #gauche / City:Lyon / Country:Chine / #capitalisme / Person:Jeremy Corbyn / Country:Belgique / #colonisation / #qui_ca / City:Amsterdam / Organization:Académie française / City:London / #violence / Facility:Palestine Square / Country:Liban / #discrimination / #shameless_autopromo / #médecine / Company:Google / #radio / Country:Pays-Bas / Organization:Hamas / ProvinceOrState:Bretagne / ProvinceOrState :Île-du-Prince-Édouard / #société / City:Munich / #domination / City:Nice / City:Cologne / #Europe / Organization:Sénat / #nourriture / Region:Proche-Orient / Person:Christiane Taubira / Country:Suède / Organization:White House / Person:Donald Trump / Person:Laurence Rossignol / Company:Le Monde / #voile / #historicisation / Continent:America / #childfree / Person:Arnaud Leparmentier / #revenu_de_base / #théâtre / ProvinceOrState:Québec / Person:Philippe Rivière / #imaginaire / City:Strasbourg / Country:Finlande / City:Venise / #migrations / #Etats-Unis / Country:Arabie saoudite / City:Jerusalem / #Gaza / Country:Greece / City:Beyrouth / City:Toulouse / #islam / City:Marseille / Person:Mark Regev / Country:Grande-Bretagne / Person:encore / #Genève / City:Ramallah / #temps / #géographie / #sexe / Person:Osez / Country:South Africa / #patriarcat / Country:Pakistan / City:Bordeaux / #urbanisme / Person:Richard Malka / Person:Frédéric Lordon / Continent:Amérique / Company:The Guardian / #occupation / Person:Alain Juppé / Person:Denis Robert / Region:Méditerranée / PublishedMedium:The Guardian / #science / #BDS / City:Damas / Person:Peter Brook / City:Oslo / City:Dublin / #violences_sexuelles / City:Pomerol / City:Juif / Person:Paul Guers / City:Mayenne / #laïcité / Person:Jean-Luc Mélenchon / #censure / Organization:Tsahal / Person:Daniel Schneidermann / Organization:United Nations / Country:Bolivie / Position:Prime Minister / #domination_masculine / City:Nesle / Person:Virginia Woolf / ProvinceOrState:Maine / City:Montsoreau / Person:Jean-Louis Barrault / Person:Paul Dutron / Person:Lino Ventura / Person:Max Weber / City:La Tour / Company:Charles Oulmont /

    À une époque, on avait un gadget trop mignon : on pouvait balancer ça d’un clic sur Wordle pour obtenir une représentation graphique (ici @odilon) :
    https://www.flickr.com/photos/odilodilon/6684464421

    Flickr


  • #seenthis_fonctionnalités : Les mots « flous »

    En ajoutant une étoile à la fin de l’URL de la page d’un thème, on obtient une sélection beaucoup plus large de billets : non seulement les billets avec ce hashtag précis, mais aussi ceux avec des hashtags plus généraux, dont on a déterminé qu’ils revenaient fréquemment à proximité du hashtag qu’on cherche (par exemple : Liban / Syrie / Hezbollah…).

    Par exemple :
    https://seenthis.net/tag/liban*

    Je vois que le squelette n’a pas été totalement maintenu et affiche une erreur, mais apparemment la liste des messages, elle, est correcte.

    Pour comprendre ce principe de « flou », on peut aller sur la page du mot-clé lui-même et regarder la colonne de droite :
    https://seenthis.net/tag/liban
    il y a une liste des « thèmes liés » :

    #liban / country: liban / country: lebanon / #réfugiés / organization: hizballah / #migrations / city: beyrouth / #asile / #syrie / #international / country: syrie / #réfugiés_syriens / #israël / #proche-orient / city: beirut / country: israël / country: syria / country: israel / person: michel aoun / city: alep / person: saad hariri / #beyrouth / #hezbollah / region: proche-orient / #liban / #france / region: moyen-orient / #jordanie / currency: usd / country: états-unis / country: jordan / #israel / country: iran / city: gaza / #crimes / country: russie / #hassan_nasrallah / #michel_aoun / #syrie / #déchets

    On voit que, notamment grâce à la thématisation automatique OpenCalais, c’est plutôt pertinent (oui, pour ceux qui l’ignorent : « #déchets » est tout à fait pertinent ici).

    • Commentaire : certes je n’en ai pas l’usage direct, et la page est un peu cassée sans que personne ne s’en soit formalisé, alors… mais ça me semble une idée à creuser, notamment en lien avec la notion précédente de « Centres d’intérêt/de compétence » :
      https://seenthis.net/messages/589554

      De plus, est-ce que ça vaudrait le coup de pouvoir suivre/s’abonner à ces mots-flous ? Puisque, dans l’exemple précédent, on suivrait « Syrie » et on récupérerait un choix beaucoup large, mais plutôt pertinent par rapport au centre d’intérêt… J’aime bien l’idée de pouvoir s’abonner à un thème, mais la difficulté c’est justement que c’est trop « précis », et qu’un abonnement plus « flou » à un thème pourrait rendre la chose bien plus intéressante.

      Autre possibilité : plutôt que de travailler avec un algorithme lourdingue (trouver les hashtags qui reviennent dans les messages qui ont le hashtag-flou, puis refaire une sélection de messages), est-ce qu’il ne serait pas plus simple de faire une bête recherche dans Sphinx ? (Et est-ce qu’il y a un outil pour « élargir » selon ce principe de « flou » et de proximité dans Sphinx, ça serait top…)

    • Sur les pages des articles de type « documentation officielle » de Seenthis, il y a en haut de page un bandeau défilant (ces pages sont très moches, d’ailleurs) avec des mots-clés :
      https://seenthis.net/fran%C3%A7ais/article/c-est-quoi-seenthis

      Je ne sais plus trop comment c’est fait aujourd’hui, mais il me semble bien qu’initialement, ça essayait de calculer des « mots flous » pour faire ressortir des thèmes d’actualité d’une façon un peu large.

      J’ai l’impression que ce n’est plus le cas (il y a des thèmes très redondants, ce qui n’est pas censé arriver avec des « mots flous »), mais encore une fois, c’est une piste pas inintéressante.

    • Et sinon, ya aucun lien nulle part vers ce genre de page, donc c’est inconnu et même si on l’a connu un jour, 2 mois plus tard on ne sait plus.

      Sur le même principe, tu n’en parles pas là mais vu que c’est pareil on va en parler dans le même seen, il y a la liste du tag exact avec le caractère « $ » à la fin (je crois… là encore ya aucun lien). Il me semblait à un moment que c’était cassé d’ailleurs.

      Je pense que sur la page d’un tag classique, il faudrait vraiment deux liens avec un label explicite, quelque part sur le côté, avec « Ce thème et thèmes associés », et un autre « Ce thème uniquement ». Qui permettrait à tout le monde d’accéder à ces deux pages, en naviguant normalement.

    • RastaPopoulos met le doigt dessus : que le dollar fixe ou l’étoile relaxe un terme n’est pas acquis d’avance, un double lien serait plus user-friendly.

      Voir même, mais là c’est plus compliqué en terme de développement informatique : un mode débutant et un mode expert. Dans le premier on affiche les dits liens, dans le second non.
      Cette fonctionnalité s’étend à toutes les fonctionnalités d’ailleurs.


  • #seenthis_fonctionnalités Centres d’intérêt/de compétence

    Ce n’est pas une fonctionnalité, mais c’est une caractéristique tellement centrale de Seenthis que je la note ici : ça pourrait surtout être pris en compte pour d’éventuelles évolutions et recherches de nouvelles idées de fonctionnalités.

    L’idée, c’est que Seenthis est très marqué par l’existence de quelques thèmes qui agrègent de petites équipes très motivées et compétentes. Je pense même que c’est la raison pour laquelle les gens s’inscrivent à Seenthis : on s’inscrit à Seenthis parce qu’on a identifié un thème précis (et éventuellement un ou plusieurs intervenants principaux sur ce thème), alors que sur un « gros » rézosocio, on s’inscrit pour le principe général de ce réseau.

    C’est évidemment lié à l’histoire de Seenthis et au fait qu’il hérite des idées et des équipes liées au Portail des Copains et au minirézo.

    Par exemple (j’espère que les intitulés ne choqueront pas les personnes concernées) :
    – Moyen Orient / géopolitique / whistleblowers
    – logiciel libre / liberté d’expression et militance en ligne / surveillance
    – féminisme / genre
    – gauchisme / anarchisme / antifascisme
    – liées au précédentes : questions sociale et politiques solidaires (femmes, travail, migrations…)
    – cartographie / visualisation de données
    – création artistique (parfois non-mainstream)
    – graphisme / typographie / technique Web / usages éditoriaux


  • #seenthis_fonctionnalités : les flux RSS

    C’est devenu excessivement old school, les flux RSS, mais c’est tout de même bien pratique (et, mine de rien, c’est aussi une façon de « signer » l’esprit de la maison avec des outils qui facilitent l’ouverture - les grosses plateformes ont une lourde tendance à les fermer).

    Principalement, il y a les flux fabriqués par Seenthis, qui permettent soit de suivre avec un lecteur dédié, soit de brancher Seenthis sur autre chose (reposter sur un autre réseau social notamment, afficher les messages sur un site Web).

    L’organisation des flux d’un auteur a été refondue ici :
    https://seenthis.net/messages/118128

    À l’inverse, on a la possibilité d’importer automatiquement les éléments d’un flux RSS dans un compte Seenthis, comme c’est expliqué ici :
    https://seenthis.net/messages/120604


  • #seenthis_fonctionnalités : un formulaire de rédaction pas si basique que ça…

    L’éditeur de texte de Seenthis n’est pas Wysiwyg, mais il n’est pas non plus idiot :
    – extraction en temps réel des thèmes, des liens et des auteurs,
    – extraction des images de l’image d’un article,
    – auto-complétion des auteurs nommés
    – vérification des @auteurs
    – vérification des liens hypertexte déjà référencés…

    Ces derniers éléments ajoutés en 2015 :
    https://seenthis.net/messages/350208



  • #seenthis_fonctionnalités : L’aspect « asymétrique » de Seenthis

    C’est un point que j’ai abordé assez longuement en 2011, dans lequel je relativisais l’aspect « réseau social » de Seenthis :
    https://seenthis.net/messages/30615

    Un des aspects originaux de #Seenthis, c’est de ne pas être avant tout un réseau social. C’est avant tout un système de recommandation de liens entre pairs et un système de bloguage court ; l’aspect réseau social n’est donc qu’une partie de ce pour quoi je voulais un tel outil.

    Du coup : Seenthis n’est pas conçu pour être symétrique. Des réseaux comme Twitter, Facebook (et, semble-t-il, Google+), sont assez clairement conçus pour qu’un maximum de gens s’inscrivent. L’expérience pour les utilisateurs non connectés y est généralement très peu intéressante. Seenthis, à l’inverse, est conçu pour fabriquer des pages cohérentes même lorsqu’on n’est pas connecté.


    • Commentaire. Je fais tellement de fautes de frappe que je ne sais pas pourquoi j’étais aussi hostile à cette idée…

      En fait, il y a deux usages différents :
      – corriger le fond du billet,
      – corriger les fautes d’orthographe ou de français du billet.

      Du coup, perso, s’il fallait changer quelque chose, je virerais la mention automatique « modifié il y a… ». (a) Ça n’a pas d’intérêt pour les fautes d’orthographe. (b) En pratique, quand on corrige une erreur factuel dans l’article, l’usage est acquis de le signaler explicitement dans le forum, généralement en remerciant la personne qui a signalé l’erreur.

      Sinon, pour la forme, au bout d’un moment cette mention n’a plus de sens, puisqu’on se retrouve avec des mentions du genre « publié il y a 1 mois (modifié il y a 1 mois) »

      Tiens, au fait, si on modifie plusieurs fois de suite un message, ça a tendance à faire changer de page.

    • En fond de la discussion il y avait cette vieille idée que quelqu’un allait mettre un message, on allait le critiquer, puis il allait modifier son message pour qu’on ait l’air stupide ; ou autre type de scénario encore plus terrifiant… mais depuis, on a inventé la capture d’écran.

    • Pour la forme, pourquoi ne pas regarder la forme en terme de caractères imprimés ? Si dans « Modifié le [CHAINE] » et « Posté le [CHAINE] » les [CHAINE] sont équivalents, alors on n’affiche pas la modification. C’est envisageable ?
      Et on garde la mention modifiée uniquement lorsque le thread est affiché solo, avec sa date exacte, pour les amateurs de détails...

    • Autre approche, discutée, dans Mastodon :

      — Râh, ce que c’est rageant de pas pouvoir éditer ses pouets après coup :( pour corriger une coquille, ajuster la confidentialité du message ou ajouter un hashtag…
      — oui mais vaut mieux (imagine que tu faves un « j’aime les chats », et qu’un peu plus tard ça soit corrigé en « j’aime les fachos », tu vois l’idée ?)
      — Pas d’accord. Les gens sont majoritairement gentils. Et spa pask’y’en a un pouillème qui a des pratiques tordues comme ça qu’il faut priver les autres. Wikipédia n’existerait pas sinon :)

      https://mamot.fr/users/tetue/updates/72984

      Ce qui me donne l’occasion de louer cette fonctionnalité SeenThis qui permet, outre de corriger les erreurs de frappe, repassant N années plus tard sur un message, de le lier avec un hashtag pertinent qui n’existait pas au moment de sa rédaction. Ça fait plus l’intelligence (quasi au sens étymologique).

    • Ce qu’on a appris au fur et à mesure avec Seenthis, c’est qu’un réseau social, hé ben c’est social. Quand quelqu’un fait n’importe quoi (du genre modifier en douce un message), il se fait allumer par les autres participants et n’a plus beaucoup d’amis… (Et comme le rappelle @fil : au pire on a inventé la capture d’écran contre la mauvaise foi.)

    • Sur les News (NNTP), j’avais opté pour la non-modification. On pouvait faire de nouveaux messages pour amender le précédent. Ca enquiquine toutes les personnes de bonne foi. Mais j’avais eu à gérer de tels grappes de trolls, ça avait été la solution la plus simple pour éviter d’avoir à arbitrer des neuneuteries à longueur de temps.

      Tout ça pour dire que sur SeenThis, on est plutôt tranquilles... sans doute parce qu’on s’en fout des neuneus (on est tou·te·s le neuneu d’un autre évidemment)... et que les outils de blocage répondent au besoin.

      Ceci dit, une solution plus fonctionnelle que la capture d’écran pourrait être d’avoir un suivi de version du post, à la WP...


  • #seenthis_fonctionnalités Moteur de recherche Sphinx

    Il faudrait que @fil vienne expliquer, parce que pour le coup c’est pas du tout mon domaine.
    https://seenthis.net/messages/260353

    Mais par rapport à la première version qui avait un moteur vraiment faible, on tourne désormais avec Sphinx, auquel je ne comprends pas grand chose, mais du coup, ça tourne bien, c’est rapide, on trouve les choses et ça ne fait pas planter le site.

    Une originalité de Seenthis (me semble-t-il) est qu’on peut chercher dans ses propres messages, uniquement parmi les gens qu’on suit, ou dans tout le réseau. (Il y a d’autres méthodes d’affinage.)

    Bien utile, la « doc officielle » du moteur de recherche sur Seenthis :
    https://seenthis.net/français/article/moteur-de-recherche

    • Fonctionnement :
      – On indexe les contenus au fur et à mesure dans un autre système (Sphinx en l’occurrence).
      – Puis on peut requêter ce système de multiples manières, bien plus complètes que dans SPIP ou autre truc SQL par défaut.
      Bon ça c’est pour la technique.

      Maintenant pour les fonctionnalités justement, la technique utilisée (Sphinx) permet de faire mieux que ce qu’on a actuellement, et il y aurait quelques améliorations possibles :

      – Pouvoir chercher par combinaison de tags (on peut déjà combiner plusieurs critères : période, auteur⋅e, tag, mais PAS plusieurs tags alors que c’est un truc multiple pour un même contenu).

      – Revoir l’affichage pour mieux afficher les filtres déjà actifs en haut, mieux séparé, plus explicites, avec une croix pour supprimer chacun.

      – Revoir l’affichage des filtres sur le côté pour pour n’afficher que les filtres de ce qui reste dans les résultats déjà filtrés : quand j’ai déjà choisi le tag « truc » et qu’il m’avait prévenu qu’il y aurait 51 résultats, alors en colonne centrale ça affiche 51 résultats, et dans les filtres sur le côté, ça doit m’afficher les filtres utiles pour ces 51 résultats restants et uniquement ceux là (ça ne doit pas m’afficher « machin (145) »).
      C’est un comportement de base de la recherche-filtrage par facettes, on filtre puis optionnellement re-filtre au fur et à mesure. Et si ça va pas on décoche tel ou tel filtre qu’on avait déjà mis.

      – On peut filtrer par tag, mais par tag exact uniquement, alors que dans Seenthis on a un système de tags pseudo-arborescents. Là dans la recherche Sphinx, on peut pas chercher « # ghost » et avoir tous les contenus qui ont plus précis. C’est nul et pas cohérent du tout. Il faudrait que ça marche, y compris si on ajoute du filtrage multi-tags.


    • Pour ma part je ne l’utilise pas car c’est encombrant mentalement, et puis même si je voulais, il me semble que je n’aurais pas toujours la même inclination pour chaque message.

    • Pareillement : choisir la licence par défaut, c’est bien, mais j’aimerais l’ajuster au cas pas cas… Quoique sur SeenThis, où il s’agit souvent de citations, ne faudrait-il pas plutôt indiquer la licence du texte d’origine ? Est-ce vraiment utile ?

    • Dans un monde idéal on choisirait les deux pour chaque billet (licence du texte d’origine + license par défaut ou une autre pour notre propre texte) mais c’est peut-être trop encombrant.


  • #seenthis_fonctionnalités Système de popularité des auteurs

    Il y a un algorithme totalement secret dont on ne doit jamais parler : il y a un système de pondération de la « popularité » des auteurs. Hum… oui vous êtes notés.

    Alors en gros, je pense que ça ne fonctionne plus trop, ou alors pas de manière fine, et ça n’a quasiment aucune incidence sur le fonctionnement du site.

    En gros, il y avait des systèmes de pondération avec :
    – le nombre de personnes qui nous suit,
    – peut-être (je sais plus) le nombre de messages postés, ou postés récemment,
    – peut-être (je sais plus) le fait d’avoir des messages en favori,
    – sans doute (je ne sais plus) le fait d’être bloqué par d’autres auteurs (en fonction de la popularité de ces auteurs).
    Et théoriquement (je ne sais plus), on récupère des points et on perd des points selon qu’on est suivi et bloqué, avec une plus forte incidence selon le nombre de points de ces autres auteurs.

    Mais bon, disons qu’en gros, il semble que c’est surtout le nombre d’auteurs qui vous suit qui va influer sur votre popularité.

    (1) Là où ça se voit encore, c’est sur la page d’accueil hors connexion, qui propose une liste des auteurs les plus « populaires ». C’est basé là-dessus. Ainsi que les auteurs qu’on vous propose de suivre tant que vous ne suivez personne.

    (2) En théorie, c’est pour essayer d’avoir une régulation automatique des trolls. Pour commencer il faut déjà être un peu suivi (donc avoir un peu de points) pour que les liens qu’on poste passent en « follow » (c’est pour éviter que des spécialistes du référencement ne viennent nous polluer en postant plein de liens juste pour leur page rank Google). Le seuil est très faible, donc on passe en follow très vite, et franchement je ne sais pas si c’est toujours actif.

    (3) Et ultimement, c’était dans l’optique, éventuellement, d’avoir des méthodes pour calmer les gros trolls qui débarqueraient pour faire chier le monde (genre fachosphère). Genre si vraiment tu es bloqué par trop de monde, ça déclenche des alertes et tu as des trucs qui sautent (genre tu ne peux plus commenter les messages d’autres auteurs), tes messages ne passent plus sur la page d’accueil public… Ce genre de choses.

    • Commentaire. Je ne sais vraiment pas où ça en est, si ça fonctionne encore bien ou si on est tous au maximum de la popularité.

      L’intérêt anti-troll, c’était au cas où on se retrouverait avec un gros réseau. En pratique, ben on a peu de trolls. Et le seul qui nous a vraiment fait chier, on l’a viré (pas besoin d’algorithme).

      Le coup de débloquer les liens de “no-follow” en “do-follow” dès qu’on commence à avoir quelques suiveurs, en revanche, ça me semble vraiment bien et, là encore, ça marque l’esprit de l’endroit (j’ai déjà dit que Mastodon mettait tous les liens en no-follow, comme Twitter et Facebook, ce que je trouve vraiment pas bien).

      Une idée que j’avais au début (mais je n’ai jamais développé quoi que ce soit réellement dans ce sens), c’était d’essayer de rendre visible cet aspect, en le « gamifiant », par exemple avec un système d’étoiles à « gagner », de façon à inciter les gens à avoir les bons comportements, surtout au début : suivre des gens, se faire suivre, poster des réponses, poster des messages, partager, etc.


  • #seenthis_fonctionnalités Système de suggestion d’auteurs (et de thèmes)

    L’outil essaie de proposer des auteurs à suivre de manière un peu pertinente. Mais c’est loin d’être idéal. Ça commence par suggérer les plus populaires (là y’a pas trop le choix), ensuite ceux que suivent les gens qu’on suit déjà.

    C’est pas top top.

    Ah si, normalement il me semble que si on s’inscrit à partir de la page du message de quelqu’un, on se retrouve à automatiquement suivre cette personne. (Ou alors c’est dans mes rêves, mais ce serait une bonne idée.)

    • Commentaire. C’est un des points qu’on a toujours voulu améliorer, mais c’est assez lourd, et pas forcément évident. Le fait que la page « @auteur » présente à la fois les auteurs qu’on suit et leurs messages, ça n’aide pas à rendre l’interface limpide.

      (1) En fait, il semble que les listes de billets dans les pages « @auteur » et « #thèmes » (et même « >sites ») ne servent à rien. On n’a réellement l’utilité que de la page général (Accueil personnel) qui regroupe tout ce qu’on suit, et de la page personnelle (nos propres messages). Les 3 autres pages devraient être dédiées à trouver quoi suivre.

      (2) On n’est pas prévenu sur le site que quelqu’un vient de nous suivre, et encore moins que quelqu’un suit quelqu’un d’autre. Du coup, au bout d’un moment on n’ajoute plus grand monde à ceux qu’on a déjà, et surtout on n’intègre pas les nouveaux arrivants. Ça passe dans les alertes mail, je crois, mais c’est pas quelque chose que j’utilise perso. Il faudrait envisager d’ajouter plus visiblement le fait qu’on a un nouvel abonné, et ainsi être encouragé à le suivre en retour et à éventuellement discuter.

    • Ça passe dans les alertes mail, je crois, mais c’est pas quelque chose que j’utilise perso.

      Oui, perso j’utilise les notifications et ça fait bien le job pour ça.

      Il faudrait envisager d’ajouter plus visiblement le fait qu’on a un nouvel abonné, et ainsi être encouragé à le suivre en retour et à éventuellement discuter.

      Pour ça il faudrait stocker tout ça en base, c’est un peu un serpent de mer de #spip cf passer les notifications en mode digest, ou générer une page de type « fil d’activités depuis votre dernière visite » (certaines personne appellent ça un mur/wall certainement par contamination).

      ps : il faudra penser à un moment à basculer tous les commentaires intéressants/motivants dans des tickets sinon ça risque de ne jamais se faire (déjà qu’on est pas nombreux⋅ses à s’y coller ^^).


  • #seenthis_fonctionnalités Les liens courts

    Seenthis a une fonction pour raccourcir les liens hypertextes de manière « intelligente » : on conserve la racine, puis on supprime progressivement le début du « path », de façon à conserver la dernière partie de l’URL, et enfin on raccourci ce qui reste. Mais dans le même temps, si on fait un copier-coller sur cette adresse « raccourcie » visuellement, ou si on exporte le texte, on récupère bien l’adresse complète.

    Alors ça, c’est une fonction PHP facile à récupérer (et même à recoder dans un autre langage, c’est juste l’idée qui est astucieuse, le code est basique). Si quelqu’un voulait reprendre ça dans un autre outil, c’est cadeau et c’est facile.

    • Commentaire : comment c’est trop kikou ça.

      Dans les fonctionnalités de Seenthis, les deux trucs les plus mignons à mon avis, c’est : (a) ces liens raccourcis, (b) la correction typographie appliquée selon la langue détectée automatiquement.


    • Commentaire. La seule solution que j’ai quand je suis sur le téléphone, c’est de sauvegarder l’article qui m’intéresse (sous Safari, « Liste de lecture » ; il y a l’équivalent sous Chrome et Firefox), et rentré à la maison je reprends ces articles sur l’ordinateur pour poster. Mais bon, j’en oublie, faut retrouver l’extrait qui va bien, et ça fait un peu chier de pas l’avoir fait au parc quand j’avais rien à faire d’autre.

      Il faut vraiment développer une alternative au bookmarklet pour les smartphones. Pour iOS, je pense qu’il faut faire une « App Extension », mais je coince si on ne m’aide pas :
      https://seenthis.net/messages/589311

      Par ailleurs, je ne sais pas si quelqu’un utilise l’application de @stephane sous Android, que je n’ai d’ailleurs jamais vue tourner. Vu qu’on a une API, ce serait la piste maximaliste (une appli complète)…

    • Ayant eu l’expérience (réussie) récemment, juste pour dire que quand on a une API bien fichue, pas trop lourde, et assez complète, c’est apparemment pas si horrible à faire des applis natives complètes, pour les deux grands acteurs.

      Je n’y connais rien du côté Cordova ou ce genre, ce sont d’autres collègues qui se sont occupés de cette partie. Moi je me suis occupé de faire une API en JSON, lecture + écriture, avec le plugin HTTP et le plugin Collection-JSON (mais ça peut être une autre grammaire, peu importe).

      Du coup pour ce point des mobiles, la première étape serait peut-être de faire une refonte de l’API (c’est technique) mais pour avoir la base qui permet d’imaginer des fonctionnalités intéressantes (pas technique).


  • #seenthis_fonctionnalités Les outils de langue

    Une caractéristique très originale de Seenthis est d’avoir un système de détection de la langue, qui permet au système de déterminer automatiquement dans quelle langue est un message, et dans quelle(s) langue(s) sont les extraits cités dans le message. Et ça détecte même quelle est la langue de la page Web référencée pour chaque lien hypertexte.

    Intellectuellement, je trouve ça trop de la balle. :-))

    En pratique, pour l’usager, ça donne quelques outils :

    – le premier, à la fois très visible mais généralement imperceptible : on applique les corrections typographiques de SPIP (guillemets automatiques, espaces insécables…) selon la langue ; ce qui fait qu’on a un respect automatique des « bonnes » règles typographiques…

    – puisqu’on détecte la langue, on a aussi un affichage adapté (et automatique) des langues qui s’écrivent de droite à gauche (arabe, farsi, hébreu).

    – le détail mignon : ça indique la langue de la page de destination des liens hyper texte ; si ça vous dit que la page référencée est en Chinois, c’est pas forcément la peine de suivre le lien…

    – traduction automatique des extraits cités dans les messages. Alors là c’est un peu compliqué : le système connaît la langue d’affichage des utilisateurs identifiés (c’est dans les préférences), et sinon adopte pour l’interface la langue réglée par défaut dans le navigateur des visiteurs non identifiés. Du coup, l’outil compare la langue d’affichage du visiteur avec la langue de chaque citation, et si elles sont différentes, propose un bouton pour afficher la traduction automatique.

    (a) c’est volontairement limité aux citations, parce que l’idée n’est pas qu’on fasse un réseau social où des gens qui parlent des langues différentes qu’ils ne comprennent pas pourquoi discuter, mais simplement de donner accès au sens des citations dans des langues étrangères ;

    (b) c’est Google Translate qui tourne, et ça a fait beaucoup de progrès. Les langues européennes, ça fonctionne très bien. Et si au début l’arabe était du pur charabia, ça s’est beaucoup amélioré. La difficulté, ici, c’est d’accepter que le but n’est pas remplacer un vrai traducteur, mais de donner accès à des citations qui seraient de toute façon totalement inaccessibles. @gonzo référence des choses en arabe, et hop on peut vérifier en gros de quoi ça parle ; @klaus cite en Allemand, c’est bien pratique ce bouton…

    – et donc, comme indiqué ci-dessus : on a l’interface générale du système qui se traduit dynamiquement en différentes langues.

    • Mon commentaire. Depuis, les gros réseaux ont tous ajouté des boutons de traduction automatique, alors c’est moins original. Et en même temps, c’est peut-être l’aspect le plus anecdotique de la reconnaissance de langue. Quand c’est en panne, c’est pas super-grave.

      Un aspect difficile et qui beugue parfois, c’est le titre des articles, quand ils sont dans une langue différente du commentaire. Autant les citations sont bien identifiées indépendamment, autant tout le reste du message est traité comme une même langue, et donc si on commence en français un article avec un titre en arabe (ce que fait par exemple @gonzo), ça déconne un peu.

      Le truc qui me botte bien, c’est à nouveau la typographie automatique de SPIP appliquée selon les règles de la bonne langue.

    • @ARNO* Je me régale tout en n’y comprenant pas grand chose ! Une question : la bonne pratique, ce serait quoi ? Je mets systématiquement une citation avant de commenter en français ? Un truc de ce genre ? Je peux aussi me lancer dans le nord-coréen :-)

    • @gonzo : il n’y a pas vraiment de solution pour l’instant, parce que le titre de l’article (en arabe par exemple) est utilisé comme le commentaire (en français, disons) pour identifier la langue du billet. Du coup, forcément, c’est un mélange français/arabe et l’outil penchera pour l’un ou pour l’autre selon les cas.

      La question ne se pose pas avec les extraits en citation, parce qu’ils sont calculés à part, l’outil s’en sort donc particulièrement bien avec les commentaires en français avec des extraits en arabe dedans, ça pas de problème.

      Une « solution » serait peut-être de ne pas mettre le titre de l’article en arabe directement au premier niveau (avec ton commentaire en français), mais de le mettre en début de citation (en gras pour le faire ressortir, pourquoi pas). C’est pas génial, mais ça résoudrait la difficulté « technique »…

      En fait une autre difficulté spécifique à tes messages, c’est que tu commences généralement tes messages par le titre en arabe de l’article d’origine. Et du coup, quand ça passe automatiquement dans Twitter, c’est ce titre en arabe qui est balancé, alors que ce sont des comptes destinés largement à un public francophone qui s’intéresse au monde arabe. Du coup, là encore, commencer par le petit résumé et mettre le titre en arabe dans la citation, ça aiderait encore pour cet aspect.


  • #seenthis_fonctionnalités Les #hashtags, hiérarchisés

    Bon, les hashtags sont désormais omniprésent, je ne pense pas que ce soit particulièrement une caractéristique de Seenthis.

    En revanche, il y a l’aspect hiérarchisé qui est marrant : les messages avec le hashtag #seenthis_fonctionnalités apparaissent aussi dans la page du hashtag #seenthis_fonctionnalité, et du hashtag #seenthis, et #seen… On peut par exemple préciser #spip-3.1, ou #spip-3 ou juste #spip, et ça fera une hiérarchie. On a une série avec #ghost et autres endroits abandonnés…

    Et par ailleurs on a un système de thématisation automatique, qui tourne avec l’API Reuters (OpenCalais), qui produit des hashtags automatiquement.

    Et enfin on peut s’abonner (« suivre ») des hashtags (pas seulement des @auteurs). Si on suit un hashtag, dans la logique des hashtags hiérarchisés, on voit aussi passer les enfants de son hashtag. Ça me semble particulièrement intéressant, parce qu’on peut taguer de manière précise (#spip-3.1), mais suivre de manière plus générale (#spip tout court).

    • Commentaire : j’aime bien l’idée des hashtags hiérarchisés, et je trouve particulièrement élégant le principe de taguer précisément et de suivre plus largement. Mais après, dans la pratique, je ne suis pas certain que ce soit très important. En dehors de #spip, je n’ai pas vu autre chose qui tourne comme ça.

      Sur le fait de pouvoir s’abonner à un hashtag, très bien. Mais notre communauté étant très petite, là encore dans la pratique, ce n’est pas forcément indispensable. Si on avait le nombre de participants de Mastodon, ça deviendrait sans doute plus pertinent, du coup :-))

      Quant à la thématisation automatique, ça fonctionne surtout bien en anglais (c’est censé fonctionner aussi en français, mais ça ne semble pas donner des résultats très spectaculaires), sur certains sujets. Genre dans le flux de @nidal, c’est fonctionne très bien parce qu’on y parle de pays, de villes, de mouvements politiques… qu’OpenCalais identifie plutôt bien.

      L’autre aspect problématique, c’est qu’on dépend là d’une API propriétaire, et qu’on n’a pas franchement de concurrent même propriétaire. Je me souviens que @fil avait évoqué des choses libres, mais est-ce que ça fonctionne bien ?

    • Moi je trouve ça très bien la hiérarchie, ne serait-ce que pour les problèmes de pluriels ou autres tags pas tout à fait écrits pareil.

      C’est une des méthodes pour organiser l’énorme bordel que sont les tags libres. Dans d’autres systèmes (Stackoverflow il me semble par ex), il y a des fonctionnalités de fusion des tags, administrable par des admins et par celleux qui ont beaucoup de points. C’est une autre méthode. Mais si on laisse tout libre, alors ce système de hiérarchie limite les dégâts de l’éparpillement.

      Et je m’abonne à quelques tags (dont « ghost », pour avoir toutes les variantes).


  • #seenthis_fonctionnalités Les forums qui s’affichent sous les messages

    À mon avis, c’est l’un des points fondamentaux d’opposition entre Seenthis et Twitter (surtout pour un usage « sérieux »). Les forums s’affichent sous le message initial, quand on poste une réponse elle n’apparaît pas « isolée » dans son propre flux comme sur Twitter, mais à sa place en réponse au message initial. Pour préserver la lisibilité du grand flux vertical, quand il y a plus de 3 réponses à un message, on replie le forum pour n’afficher que les 2 dernières réponses, on déplie les autres d’un clic, mais le principe c’est bien qu’on a les réponses sous le message d’origine.

    C’est une de mes vieilles théories (on avait ça dans uZine aussi) :

    – avant tout mettre en avant les forums, si le message d’origine est de qualité, ça renforce infiniment la qualité des contributions, parce qu’on a naturellement envie de maintenir le niveau de la conversation quand elle est à ce point mise en évidence ; et là, je dois dire que c’est juste sidérant la qualité de la collaboration sur Seenthis, quand on voit à quel point les participants s’astreignent à enrichir le message initial avec la thématisation par hashtags qui va bien et l’ajout de références supplémentaires sur le même thème, et parfois des commentaires pour/contre.

    – l’autre aspect de la présence très visible des forums, c’est que ça oblige les messages initiaux à un certain niveau ; sinon ça ne pardonne pas, le forum est juste en dessous pour te faire remarquer que ton message était faux, indigent, idiot, mal sourcé, etc. C’est à la fois très positif, et à mon avis c’est aussi une des raisons du faible nombre de contributeurs initiaux. (D’ailleurs, imagine un journaliste du quotidien de référence qui viendrait pondre ses élucubrations ici, il tiendrait une demi-heure…)

    • Mon commentaire : je reste sidéré par la qualité des contributions en « forum » (parce qu’à ce niveau, je ne sais pas si c’est encore du « forum »).

      Une question serait de savoir si ça tiendrait un changement d’échelle, ou si c’est lié au fait qu’on est une petite communauté.

      Et en même temps, je suis persuadé que ces forums formidables sont une des raisons du manque de participants à Seenthis : c’est infiniment moins risqué d’aller publier là où l’on est certain de ne pas se faire immédiatement flinguer sous son propre billet, avec une présentation qui met vraiment en évidence les « réponses ».

    • Oui, SeenThis est très élitiste, et même les meilleurs sont découragés d’y participer au point de se désinscrire purement et simplement (@jeanno par exemple... et d’autres...).

      Je regardais les stats (j’ai injecté les logs dans un webalizer), et le nombre de visiteurs est ridicule par rapport au nombre de hits.

    • @biggrizzly D’accord sur l’aspect élitiste. Mêmes les habitués semblent mettre de côté les sujets plus légers (la bande dessinée par exemple). Après, les gens qui se sont désinscrits, dans mon souvenir, ce n’est pas à cause d’un « élitisme », mais parce qu’il y a eu des engueulades.

      En revanche, sur les stats : sur les 30 derniers jours j’ai seulement 1,45 fois plus de sessions que de visiteurs uniques, et seulement 1,63 pages vues par sessions. C’est quasiment plus dans la logique d’un site Web classique que d’un réseau social.

    • (D’ailleurs, imagine un journaliste du quotidien de référence qui viendrait pondre ses élucubrations ici, il tiendrait une demi-heure…)

      Merci @arno de me faire mourir de rire à 00:41 heure lettone et de flinguer la moitié de ma nuit, je ne vais pas pouvoir m’endormir, alors que - carbonisé par une excursion soviétique dans Riga - j’étais sur le point de m’écrouler.


  • #seenthis_fonctionnalités La composition/maquette des messages

    Pour moi c’est la grosse caractéristique intéressante de Seenthis, qui permet de maquetter des messages plus ou moins longs, rythmés visuellement, à la fois sans outils Wysiswyg, ni raccourcis façon SPIP…

    Le principe premier est d’avoir une maquette en paragraphes (comme SPIP), mais aussi le respect des retours à la ligne. L’astuce était que sauter deux lignes ne provoque pas deux retours à la ligne mais un vrai changement de paragraphe (visuellement, c’est différent).

    Le second principe, c’est la détection automatique des liens hypertextes, même un peu complexes (à l’époque, ça n’avait rien d’évident, et notamment pas sur Twitter), ainsi que les hashtags.

    Le seul « raccourci » technique initial, ce sont les blocs de citation. En fait, initialement, j’ai essayé de ne vraiment avoir aucun « raccourci », et le principe était qu’un paragraphe qui commence et se termine par des guillemets est un bloc de citation. En pratique, ça ne marchait pas trop bien, et j’ai introduit le système de « gros guillemets bizarres » qui n’a aucune chance d’utiliser sans le faire exprès.

    Par la suite, on a ajouté le gras, l’italique et le code source. J’étais un peu inquiet, je craignais que ça transforme le flux régulier des messages en arbre de Noël, mais non, c’est utilisé de manière plutôt discrète. (Et en fait, je ne suis pas certain que le gras et l’italique étaient vraiment indispensables.)

    Enfin, une importante caractéristique a été de faire un « oembed », c’est-à-dire d’insérer les images et les vidéos (accessoirement, quelques sites de musique) quand on tape l’URL de leur page.

    • Mon commentaire : je trouve que c’est l’aspect le plus frappant pour caractériser Seenthis. Ça fonctionne vraiment bien et c’est très agréable à utiliser : on peut faire des messages courts ou longs, ça se maquette tout seul joliment, la lisibilité et le look sont – pour cette partie de la page – vraiment bons, et chaque message s’insère bien dans la verticalité et le flux de l’ensemble des messages.

      J’ai un peu de mal à voir ce qu’on pourrait améliorer de ce côté (idées bienvenues), et j’ai toujours peur de transformer le truc en sapin de Noël… :-))

      Peut-être commencer par afficher les vidéos sur toute la largeur de la colonne de texte, et aussi les images larges, et bidouiller pour mettre plusieurs images hautes l’une à côté de l’autre.