• Hamas-Fatah feud heats up as talk of Abbas successor intensifies
    https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2018/06/palestine-plo-plc-hamas-fatah-abbas-successor.html

    A new legal controversy and political feud has erupted between the Palestinian Hamas and Fatah movements. On June 25, Ahmad Bahar, the first deputy speaker of the Hamas-controlled Palestinian Legislative Council (PLC), accused the PLO of setting up a scheme to strip the PLC of its powers and confer them to the PLO’s Palestinian Central Council (PCC).

    Bahar said in a statement distributed by the PLC media office, “Turning the PCC into a substitute for the PLC is tantamount to passing the ’deal of the century,’" in reference to the forthcoming Mideast peace plan from US President Donald Trump. He pointed out that the PLC will hold a meeting next week to discuss this “dangerous plan” and to set the controls and mechanisms to stop it.

    Read more: http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2018/06/palestine-plo-plc-hamas-fatah-abbas-successor.html#ixzz5KHHLyN25


  • Le Hezbollah et le retrait du Sud syrien - Scarlett HADDAD - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1123751/le-hezbollah-et-le-retrait-du-sud-syrien.html

    Ce retrait s’est fait dans la discrétion, mais il est dicté par une seule raison : le fait que l’armée syrienne n’a plus besoin de renforts. Les mêmes sources affirment ainsi que l’armée du régime a repris son système de permissions accordées aux soldats qu’elle avait suspendu depuis 2011 et elle a même allégé ses effectifs de 11 000 soldats de réserve qui sont revenus récemment à la vie civile. Toujours selon les mêmes sources, la situation sur le terrain syrien n’exige plus en effet une grande mobilisation et le nombre de fronts ouverts s’est considérablement réduit, rendant inutile une participation consistante du Hezbollah et même des autres forces alliées.

    Concernant les Iraniens, les sources proches du Hezbollah affirment qu’il n’y a jamais eu de soldats iraniens en Syrie, la participation iranienne se limitant à l’envoi de conseillers et de formateurs qui se sont installés dans plusieurs points du territoire, là où leur présence était nécessaire pour les besoins de la bataille. Aujourd’hui, la situation militaire en Syrie a pratiquement basculé en faveur de l’armée du régime et la bataille du Sud est sans doute la dernière grande confrontation, puisque en principe le nord du pays devrait faire l’objet de compromis à grande échelle impliquant les Américains, les Russes ainsi que les Turcs, en plus des Syriens.


  • PA worried by potential Hamas-Israel truce
    https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2018/06/palestine-israel-hamas-chance-truce-proposal-armed-clashes.html

    The 24-hour military confrontation May 29 between the Israeli army and the Palestinian factions led by Hamas in the Gaza Strip proved the parties’ desire to contain the situation and keep it from escalating into an open confrontation.

    The desire of the parties to refrain from military escalation indicate that the talks that circulated in Arab and Hebrew media circles in May about Egyptian and Qatari mediation attempts to conclude a long-term truce between Hamas and Israel to ease the siege on Gaza — which Al-Monitor reported on — are likely valid.

    Israeli newspaper Maariv said in its editorial June 1, “The recent escalation in Gaza has not hindered the advanced contacts and negotiations on the comprehensive settlement on the southern front, but on the contrary has further accelerated them.” The newspaper stressed that “contacts continue at a high pace, with an Egyptian mediation and a limited Qatari participation.”

    Read more: http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2018/06/palestine-israel-hamas-chance-truce-proposal-armed-clashes.html#ixzz5HqR


  • Proche-Orient : Le poids de l’axe irano-russe et la donne israélienne - International - El Watan
    http://www.elwatan.com/international/proche-orient-le-poids-de-l-axe-irano-russe-et-la-donne-israelienne-07-06-2

    Alors que les négociations sur la Syrie se poursuivent en Jordanie pour désamorcer le risque d’un conflit ouvert entre Iraniens et Israéliens, les analyses concluent déjà à un deal « gagnant-gagnant » pour Israël.

    Focalisées sur les contradictions entre Iraniens et Russes dans un contexte où le ministre de la Défense, Avigdor Liberman, s’était rendu à Moscou pour obtenir des garanties relatives à la sécurité des intérêts israéliens, ces analyses tendent à ignorer qu’un éventuel arrangement sur le retrait de l’ensemble des forces étrangères présentes dans le sud de la Syrie n’aurait pas d’impact significatif sur la présence iranienne dans ce pays.

    Si les Russes tentent aujourd’hui de trouver un équilibre qui préserve à la fois leurs succès militaires et les impératifs de sécurité israéliens en cherchant à se prémunir contre le risque d’un conflit généralisé, ces pressions ne sont pas de nature à modifier la relation irano-russe construite sur un ensemble de convergences stratégiques.

    Poser le diagnostic d’une défaite de l’Iran en Syrie en raison de quelques décalages de perception dans la gestion du dossier syrien, c’est à la fois ignorer le poids de la convergence stratégique russo-iranienne contre les Etats-Unis et occulter l’importance du rôle de l’Iran dans l’équation de stabilisation de la Syrie.


  • The debate over the use of violence within the Muslim Brotherhood in Egypt after 2013
    http://cadmus.eui.eu/handle/1814/52544

    Since the Muslim Brotherhood rule was overthrown in 2013, Egypt’s largest Islamist organisation has been witnessing an internal debate over how to face the new regime: whether to continue its non-violent political approach or to turn to violence to achieve its political goals. The majority of the movements’ members remain undecided, however. This policy paper seeks to look closely at the debate over the use of violence within the Muslim Brotherhood. Whose are the voices calling for violence and whose are those rejecting it? What is each group’s strategy to advance their respective approaches? And on which resources are they relying? What is the balance of power between the two groups, and is it likely to change in the future? The answers to these questions are expected to have a profound impact on stability in Egypt.


  • Dahlan encouraged to form Palestinian party outside Fatah
    https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2018/03/uae-request-dahlan-form-new-party-dissociated-from-fatah.html

    Citing anonymous Palestinian sources, the Nabd news agency reported Feb. 5 that Dahlan was asked by the UAE to form a political party dissociated from Fatah, given Abbas’ refusal to end his and Dahlan’s dispute, which goes back to 2010. Dahlan lives in exile in the UAE but is still a member of the Palestinian Legislative Council (PLC). The UAE also wants Dahlan to run in the next presidential election.

    Although Nabd didn’t report Dahlan’s specific response to the UAE request, it said he is reluctant to form a new party. The article said that in January and February, Dahlan held a referendum in Gaza, Lebanon and Jordan, where supporters for his Democratic Reform Current reside, to gauge support for a new party. The referendum produced mixed results.

    Imad Mohsen, a spokesman for the Democratic Reform Current, told Al-Monitor, “The UAE’s interference in our work is out of the question. … Some members of the Democratic Reform Current are indeed calling for complete dissociation from Fatah, in light of all the exclusion, separation, marginalization and trials carried out by Abbas and his entourage against his opponents.”

    Read more: http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2018/03/uae-request-dahlan-form-new-party-dissociated-from-fatah.html#ixzz5ADV0u


  • Will Fatah launch ’intifada of independence’?
    https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2018/01/israel-palestinians-us-mamhoud-abbas-intifada-2018-trump.html

    And so, the official, together with a group of Fatah members, is looking at an “intifada of independence” in 2018, 70 years after the creation of Israel. Still, he claims that Fatah does not want to have such a strategy imposed by Hamas or by outside players such as former Fatah senior member Mohammed Dahlan.

    An intifada of independence in 2018 would take the form of an armed intifada against Israel with the endorsement of Hamas, in possible cooperation with Hezbollah and backed by inter-Arab public opinion. The official emphasized that such a violent campaign for independence would not take two to three months, but two to three years — a kind of war of attrition against the powerful Israeli army.

    Read more: http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2018/01/israel-palestinians-us-mamhoud-abbas-intifada-2018-trump.html#ixzz55IKdv


  • Le casse-tête des alliances électorales... - Scarlett HADDAD - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1094933/le-casse-tete-des-alliances-electorales.html

    Mais en tout état de cause, lorsque les formations alliées se partagent la même base électorale sur le plan de la confession, le problème se posera au niveau des voix préférentielles. De la sorte, les Kataëb et les Forces libanaises qui s’allieraient au Metn pourraient se livrer malgré tout la bataille des voix préférentielles, si leurs candidats appartiennent à la même confession. Ce n’est qu’un exemple. Il y a des dizaines de cas identiques, qui compliquent la conclusion d’alliances entre les formations politiques ayant des bases électorales similaires sur le plan confessionnel.
    Jusqu’à présent, deux alliances sont sûres et confirmées, pour les prochaines élections. La première, c’est celle des deux formations chiites, Amal et le Hezbollah. Ces deux partis ont décidé de se partager les sièges chiites et d’éviter toute bataille interne. Les détails de l’accord conclu entre eux ne sont pas encore connus, mais les deux partis ne veulent pas d’une bataille fratricide, quitte à faire des concessions réciproques.

    La seconde alliance pratiquement certaine est celle du CPL et du Hezbollah dans la plupart des circonscriptions où il y a un électorat chiite et un autre chrétien. Mais cette alliance devra se heurter à deux problèmes, celui des voix chiites appartenant à l’électorat d’Amal qui ne s’inscrit pas dans cette alliance et celui du courant du Futur, dans les circonscriptions où il y a un électorat sunnite, chrétien et chiite. Jusqu’à présent, les formations politiques affirment qu’il n’y aura pas d’alliance entre le courant du Futur et le Hezbollah. Dans les circonscriptions où il y a une interférence entre les sunnites et les chiites, le siège chiite serait donc donné à Amal, pour éviter toute alliance possible entre le Hezbollah et le courant du Futur.


  • SyrianObserver.com: Battle for Idleb: Is the Armed Opposition Losing its Popular Base?
    http://syrianobserver.com/EN/Features/33729/Battle_Idleb_Is_Armed_Opposition_Losing_Popular_Base

    The notable military decline and the failure of the opposition to halt the advance of Assad’s forces, coinciding with a near-permanent internal conflict between rebel groups at the expense of others, has affected the opinion of the popular base and resulted in a backlash against them in the villages which have seen internal conflicts, with HTS a main component in most of them.

    Activist Khalil al-Sameh told Enab Baladi that the obstacles and crises the revolution is enduring, alongside the rebel groups ignoring the concerns of locals, has impacted relations between civilians and the armed opposition. He added that “withdrawals and so on that may be outside the control of the groups have contributed significantly to the people’s alienation and their constant blame in light of the continuing mistakes.”

    Kamal Abu al-Majid, a military commander in Ahrar al-Sham, said that “we have come to see fighting between the rebel groups which claim to protect residents from the regime’s brutality, in an effort to impose influence on liberated areas and exploit people’s resources and ruling by strength. The issue has come to include intervention in civilian and education affairs, while some who distance themselves from that do not hide their allegiance to foreign countries and their implementation of agendas at the people’s expense.”


  • Iran’s Soleimani sends message of defiance in calls to Hamas
    https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2017/12/palestine-factions-iran-soleimani-hamas-islamic-jihad-call.html

    Also on Dec. 11, the Beirut-based pan-Arab Al-Mayadeen News reported that in the telephone call, Soleimani stated that all the Arab resistance movements, such as Hezbollah and other groups that emerged during the Syrian war, are prepared to defend Jerusalem and Al-Aqsa Mosque. He expressed Iran’s full support for the Palestinian resistance forces.

    The call came a few hours before a speech by Hezbollah Secretary-General Hassan Nasrallah urging the axis of resistance to develop a unified strategy to confront Israel. Meanwhile, Hamas political bureau chief Ismail Haniyeh also called Iranian President Hassan Rouhani to discuss Trump’s decision. In a statement by Hamas, Haniyeh described the US decision as an act of aggression against the Palestinian people and the Islamic world.

    Commenting on these phone conversations to Al-Monitor, Hamas’ representative in Iran, Khaled al-Qaddumi, emphasized the ties between the resistance factions and the Iranian Republic. He explained that Soleimani’s phone call to military leaders in Gaza comes in the context of an ongoing partnership against the common enemy, Israel.

    Qaddumi further asserted that the Iranian people, represented by Supreme Leader Ali Khamenei and Rouhani, reject Trump’s decision. Emphasizing Jerusalem’s Arab and Muslim identity, he said Iran fears the move will further inflame the Middle East region.

    In turn, Islamic Jihad leader in Gaza Khader Habib denied news reported by some Israeli media outlets that Soleimani ordered the Palestinian factions to escalate militarily against Israel. “Iran never ordered resistance activities or interfered in the resistance’s field activities,” he told Al-Monitor. Notably, the rocket fire from the Gaza Strip targeting the Gaza envelope settlements increased in the wake of the decision.

    Habib noted that t

    Read more: http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2017/12/palestine-factions-iran-soleimani-hamas-islamic-jihad-call.html#ixzz51sh


  • L’Arabie saoudite n’a atteint aucun de ses objectifs au Liban | Middle East Eye
    http://www.middleeasteye.net/fr/opinions/l-arabie-saoudite-n-atteint-aucun-de-ses-objectifs-au-liban-312615633

    La démission de Saad Hariri aurait dû normalement provoquer la chute de son gouvernement et plonger le pays dans une vaste déstabilisation, croit savoir Amin Hoteit, professeur de droit à l’Université libanaise. Ce général à la retraite, ancien commandant en chef de l’École d’état-major de l’armée libanaise, nous déclare que « la démission devait être accompagnée d’un vaste plan de déstabilisation sécuritaire exécuté par des partis libanais, qui projetaient de manifester et de fermer des routes ».

    L’armée et les services de sécurité ont étouffé dans l’œuf toutes ces tentatives en prenant des mesures préventives comprenant le déploiement de plusieurs milliers de militaires
    Cependant, l’armée et les services de sécurité ont étouffé dans l’œuf toutes ces tentatives en prenant des mesures préventives comprenant le déploiement de plusieurs milliers de militaires et des centaines d’agents en civils dans les régions les plus sensibles, notamment dans le nord du Liban.

    Selon Amin Hoteit, des groupes palestiniens du camp d’Aïn al-Hilweh, à 40 kilomètres au sud de Beyrouth, avaient pour mission de fermer la route côtière menant à la partie méridionale du pays, le fief du Hezbollah.

    Conscient de ces dangers, le président Aoun a dépêché d’urgence, au tout début de la crise, le directeur de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim, à Amman en Jordanie pour évoquer avec le président palestinien Mahmoud Abbas la situation dans les camps du Liban. Ce dernier a chargé son ambassadeur à Beyrouth, Achraf Dabbour, de prendre les mesures nécessaires pour colmater toute brèche sécuritaire à ce niveau.


  • Saad Hariri, ou la fin de la « République marchande » libanaise
    https://theconversation.com/saad-hariri-ou-la-fin-de-la-republique-marchande-libanaise-87924

    Saad Hariri, quant à lui, hérite simplement du projet néo-libéral de son père, adossé aux capitaux du Golfe : celui d’une « République marchande » libanaise, selon les termes de l’écrivain libanais Michel Chiha (1891-1954).

    Rafiq Hariri (1944-2005) pouvait cependant se prévaloir de ses origines populaires, d’un engagement passé dans les rangs du Mouvement des nationalistes arabes (MNA), inspiré du nassérisme, de la figure du self-made man et d’un Rockefeller libanais attaché à la reconstruction du Liban post-guerre civile.


  • A FUTURE WITHOUT HOPE? PALESTINIAN YOUTH IN LEBANON BETWEEN MARGINALISATION, EXPLOITATION AND RADICALIZATION | Daleel Madani
    https://www.daleel-madani.org/civil-society-directory/norwegian-people-s-aid-lebanon/resources/future-without-hope-palestinian

    This research study presents the main finding of marginalization and exploitation processes related to Palestinian youth in Lebanon. The study was conducted between 2016-2017 in all over Lebanon including Palestinian camps and gatherings. Quantitative facts about the topic are well documented in the study. The methodology was based on three forms of data collection: desktop review, focus groups and in depth interviews with Palestinian youth and stakeholders.

    The research is divided into three main chapters:

    ‘“No future” for Palestinian youth in Lebanon?’ is the first chapter of the report. It will deliberately be pessimistic. It not only describes well-known phenomena such as absence of employment opportunities, job insecurity, school and university dropout, but it also takes into consideration a permanent feeling of exclusion and marginalization among young Palestinians, from private spaces (family, home) to public spaces (streets of Palestinian refugee camps and also Lebanese public spaces).

    The second part of the report is focused on the “exit” logic - which constitutes the direct aftermath of the marginalization process described in the first chapter: since the present is so bleak and uncertain, young Palestinians want “to escape”. Political, social and associative actors implemented in the camps identify three dynamics of “exit”: a) emigration, b) drugs and “artificial escapes”, c) violence and radicalization. The “exit” logic also encourages new dynamics of exploitation by smugglers and by factions.

    The third part of the report is more optimistic – and should help us to identify positive, concrete and realistic recommendations. Some young Palestinian activists work on a daily basis on social, charity or sporting issues. They maintain a “social tie” and some forms of collective solidarity among Palestinian youth. Political participation and a better integration of young Palestinians in factions and Popular Committees should be promoted. International institutions (UNRWA; UNICEF, or European governments), and also Lebanese institutions such as the Lebanese Palestinian Dialogue Committee (LPDC), are showing real determination to support Palestinian youth in Lebanon and work with them. But sometimes there is a rivalry between their initiatives. Palestinian youth in Lebanon should not be sort of a “market” for international and local donors, competing with each other. On the contrary, the problem is not the absence of initiatives, but rather that positive initiatives are disperse


  • « Al-Ittihad », le nouveau-né de la presse libanaise - O. A. - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1080073/-al-ittihad-le-nouveau-ne-de-la-presse-libanaise.html

    Quant au rédacteur en chef, il était propriétaire d’une agence de presse dans les années 80. M. Nasser a également collaboré par moments, et à travers quelques articles, au quotidien as-Safir. En dehors du journalisme, il était le conseiller de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri pour les relations avec les partis chiites. Il entretenait d’excellentes relations avec le Hezbollah et organisait la majorité des réunions entre M. Hariri et le secrétaire général du parti chiite Hassan Nasrallah ainsi que d’autres cadres du Hezbollah. Pendant presque un an, il a continué à jouer ce rôle auprès du Premier ministre Saad Hariri, à la suite de l’assassinat de Rafic Hariri.

    Selon une source bien informée, le journal serait financé par un groupe d’hommes d’affaires et de politiciens proches du Hezbollah, ce qui explique sa ligne éditoriale affichée dès son premier numéro. « Aucune information ne peut confirmer l’hypothèse selon laquelle c’est le parti chiite lui-même qui finance al-Ittihad », ajoute la source.


  • Interview de l’ambassadeur russe au Liban
    http://magazine.com.lb/index.php/fr/component/k2/item/18026-alexander-zasypkin-il-ne-faut-pas-toucher-aux-fronti%C3%A8res-des

    Les risques d’une guerre israélienne contre le Hezbollah au Liban ou en Syrie sont-ils aujourd’hui plus grands ? « La situation générale sur le plan international est compliquée et l’évolution est difficile à prévoir, répond M. Zasypkin. L’équilibre de la terreur entre le Hezbollah et Israël empêchait l’éclatement d’une guerre. Nous constatons que le ton a changé ces derniers temps, aussi bien dans le cas de la Corée du Nord que du Hezbollah. Il y a des parties qui menacent de déclencher des hostilités. Les Américains contre Pyongyang ainsi que les Israéliens, qui intensifient leurs raids en Syrie contre des positions du Hezbollah. Ces actions et ces propos belliqueux peuvent avoir de graves conséquences, qui doivent faire bien réfléchir ceux qui en sont responsables. Personnellement, je ne pense pas que l’Etat hébreu choisira l’option militaire. Nous sommes plutôt dans une optique d’encerclement du Hezbollah à travers des sanctions et des pressions ».
    Dans ce contexte incertain, le référendum sur l’indépendance organisé dans le Kurdistan irakien ne prélude-t-il pas au partage des pays de la région en entités ethniques et confessionnelles ? « Le projet de partage n’est pas nouveau, fait remarquer M. Zasypkin. Avant même la fondation du califat (de Daech), l’idée d’un sunniland était évoquée non pas par les terroristes mais par des intellectuels arabes et occidentaux. Ledit printemps arabe s’inscrivait déjà dans ce contexte. Certes, les populations avaient des revendications parfois légitimes, mais d’autres acteurs possédaient des agendas politiques, économiques et sécuritaires qui aboutissaient, in fine, au démembrement des Etats. Le projet de modification des frontières au Moyen-Orient et de création de cantons confessionnels ne date pas d’hier. La question du référendum est une partie de ce grand tableau. Chaque acteur possède ses objectifs et les Kurdes ont les leurs. Au début de chaque nouvelle étape, les acteurs redéfinissent leurs priorités pour tenter d’atteindre leurs buts. La position de la Russie est claire : nous sommes catégoriquement opposés à tout changement des frontières des Etats de la région et nous luttons, militairement et politiquement, contre le partage. Dans le même temps, il faut garantir les droits des composantes ethniques et confessionnelles à travers un dialogue national. Dans ce cadre, il est important de noter que les zones de désescalade en Syrie visent à normaliser la situation et non pas à consacrer des zones d’influence. Nous sommes parfaitement conscients que ces arrangements doivent prendre fin lors de la solution politique. Cela va se produire inéluctablement car les enjeux ne sont pas régionaux mais internationaux et sont liés à l’émergence d’un nouvel ordre mondial multipolaire. Un ordre basé sur le pluralisme auquel participeraient non pas des cantons ou des pays démembrés mais des Etats souverains. C’est pour prévenir le partage de la Syrie que l’armée gouvernementale et les Russes se sont dirigés vers l’est pour reprendre Deir Ezzor, tout comme les autres batailles livrées ces deux dernières années, depuis l’intervention de la Russie, et qui ont permis de renverser les rapports de force en faveur de l’Etat syrien. Plus l’armée syrienne libère des territoires, moins la division du pays est possible. Mais le réalisme nous pousse à dire qu’il existe encore sur le terrain des forces étrangères, présentes d’une manière illégale. Cette présence suscite chez nous des craintes quant à l’avenir ».


  • Aoun bientôt au Koweït et en Irak, mais pas en Iran pour l’instant - Scarlett HADDAD - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1078156/aoun-bientot-au-koweit-et-en-irak-mais-pas-en-iran-pour-linstant.html

    En dépit de ce contexte mouvant et complexe, les proches de Baabda ne montrent pas une grande inquiétude quant à la possibilité d’une guerre contre le Liban. Selon eux, le Liban a surmonté l’étape des affrontements internes, et, face à un front interne relativement uni, Israël ne se risquerait pas à lancer une nouvelle offensive. Mais cela ne signifie pas pour autant que les tensions régionales n’ont pas d’impact sur la scène libanaise. C’est pourquoi la prudence reste de mise et il est préférable d’éviter d’ouvrir de nouvelles polémiques. Selon les proches de Baabda, le Liban doit rester un modèle particulier dans la région, car c’est à travers ce modèle que peut renaître l’espoir d’un monde arabe apaisé dans sa diversité. Le Premier ministre au Vatican, c’est aussi un message d’ouverture et d’attachement au dialogue que le Liban pratique d’ailleurs au quotidien.

    Dans l’optique présidentielle, le Liban doit éviter de s’aligner dans une politique d’axes régionaux et internationaux, laissant les grands pays se livrer à leur bras de fer, en essayant de se protéger au maximum. Dans ce cadre, il est important de noter qu’en dépit du climat général de plus en plus hostile au Hezbollah, les États-Unis continuent de donner des signes de leur attachement à la stabilité libanaise.


  • Tunisie : une délégation de l’UGTT en visite de soutien à la Syrie de Bachar al-Assad – JeuneAfrique.com
    http://www.jeuneafrique.com/462295/politique/tunisie-une-delegation-de-lugtt-en-visite-de-soutien-a-la-syrie-de-bac

    Une « forte sensibilité nationaliste arabe » à l’UGTT

    Nicolas Dot-Pouillard, chercheur qui étudie de près la gauche tunisienne juge cette visite « non surprenante ». Pour lui, elle s’explique principalement par des raisons idéologiques : « Au sein de l’UGTT, il existe un fort courant de gauche mais aussi nationaliste arabe. En Tunisie, il persiste jusqu’à ce jour un courant baathiste mais également nassérien, des courants qui font notamment partie de la coalition du Front populaire et nombreux sont les cadres de ce Front qui ont également été cadres au sein de l’UGTT. Cette dernière n’est pas nationaliste arabe par essence, mais il existe en son sein un forte sensibilité nationaliste arabe. »

    Le chercheur relève également des raisons conjoncturelles, notamment l’opposition du syndicat au parti Ennahdha. « L’UGTT a choisi les adversaires d’Ennahdha comme alliés. Elle a par exemple fortement critiqué le rapprochement du parti islamiste des monarchies du Golfe et de la Turquie, qu’elle juge responsables de la crise syrienne. »


  • Nasrallah : Nous nous battrons avec l’armée syrienne - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1065791/nasrallah-nous-nous-battrons-avec-larmee-syrienne.html

    Évoquant ensuite la bataille à venir avec l’EI dans le jurd de Ras Baalbeck et de Qaa, Hassan Nasrallah a souligné que le groupuscule jihadiste « occupe une vaste zone en territoires libanais et syrien, d’une superficie d’à peu près 296 km² (141 km² au Liban et 155 km² en Syrie) ». « Les frontières dans cette région sont tracées, contrairement à ce qui a été dit », a-t-il noté, précisant que le terrain, montagneux et ascendant, est de même nature que celui du jurd de Ersal.
    « Il est clair que c’est l’armée libanaise qui mènera la bataille pour la libération du jurd de Ras Baalbeck et de Qaa, a indiqué le secrétaire général du Hezbollah. Les préparatifs vont bon train. Le Hezbollah, en coordination avec le directoire syrien, a déjà préparé cette bataille. Si le Liban officiel prend la décision que c’est l’armée qui doit remplir ce rôle en territoire libanais, c’est parfait. Vous n’ôtez rien à notre mérite. » Et de poursuivre : « L’armée libanaise est capable de remplir cette mission, avec ses capacités et ses équipements, cela est indiscutable. Elle n’a pas besoin d’aide. Ce serait une insulte à l’armée qu’elle dispose d’un soutien américain – il en est question – pour une telle bataille. »
    « Je ne veux pas polémiquer. Le problème n’est pas dans l’institution militaire ou sécuritaire au Liban, mais dans l’appareil et la décision politiques. Qui a empêché l’armée de livrer la bataille du jurd de Ersal ? Pourquoi est-elle capable maintenant de se battre et ne l’était pas avant ? Le problème est politique », a estimé Hassan Nasrallah.
    « Lorsque l’armée a été agressée (à Ersal) il y a deux ans, que ses chars ont été visés et ses soldats touchés ou faits prisonniers, pourquoi n’a-t-elle pas assumé ses responsabilités à l’époque ? Si la décision avait été prise, nous étions prêts à aider l’armée. Ce n’est pas nous qui l’avons empêchée », a-t-il indiqué.


  • Dans l’attente de la bataille du jurd de Ras Baalbeck et de Qaa... - Scarlett HADDAD - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1065792/dans-lattente-de-la-bataille-du-jurd-de-ras-baalbeck-et-du-qaa.html

    Dans la bataille qui s’annonce, les rôles seront donc inversés : l’armée libanaise mènera l’offensive, alors que l’armée syrienne et le Hezbollah veilleront à maintenir le front stable du côté syrien. Les experts militaires considèrent ainsi que la bataille du jurd de Ras Baalbeck et du Qaa peut être plus aisée, même si la superficie est plus grande et le nombre de combattants de Daech supposés présents sur cette portion de territoire plus important. Toutefois, ces estimations ne sont pas précises. On avait ainsi parlé d’un maximum de 400 combattants de l’ex-Front al-Nosra dans le jurd de Ersal, et, au final, c’est 1 116 qui sont montés dans les bus vers Idleb, avec leurs armes individuelles. Mais, même si les combattants de Daech sont plus d’un millier, ils auront du mal à maintenir leur emprise sur ce large territoire face à une offensive de l’armée libanaise, estiment les experts militaires. Tout comme l’armée pourrait avoir du mal à stabiliser les positions qu’elle pourrait occuper. Il faut en effet beaucoup d’effectifs pour ce genre de bataille.

    Un général à la retraite explique aussi que l’armée dispose d’un armement pointu, qui sera utilisé pour la première fois dans le cadre de cette offensive, tout comme elle pourra compter sur le soutien du Hezbollah de l’autre côté de la frontière, si cela s’avère nécessaire. De plus, poursuit le général à la retraite, la portion de territoire contrôlée par Daech, même si elle est grande, est totalement encerclée des deux côtés de la frontière, et, sur le plan militaire, les combattants ne peuvent pas gagner, même s’ils peuvent faire beaucoup de mal. Ils ne pourront pas non plus compter sur les camps de déplacés syriens, séparés de leurs positions par l’armée libanaise et par des localités soit chiites, soit chrétiennes. Dans le jurd de Ersal, les combattants avaient un contact direct avec les camps via Wadi Hmayed, rappelle-t-on. Ce qui élimine toute possibilité d’« environnement favorable », qu’Abou Malek el-Tallé considérait comme un atout en sa faveur... Mais cela ne signifie pas que la bataille sera facile, car les combattants de Daech sont aguerris et déterminés. Ils ont aussi d’importants moyens, et, conformément à leur idéologie, ils ne craignent pas la mort. De plus, ils sont préparés à cette confrontation dont on parle depuis des mois.


  • Fatah officials defy Abbas on Temple Mount crisis
    http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2017/07/israel-palestinians-mahmoud-abbas-mahmoud-al-aloul-fatah-idf.html

    Al-Monitor has learned that Israel presented the Palestinians with a list of Fatah members allegedly escalating the situation on the ground and inciting youths to confront the Israeli military. They are headed by Mahmoud al-Aloul, Abbas’ deputy and former head of the Tanzim, and Abbas adviser Sultan Abu al-Einein. I have written in Al-Monitor in the past about the duplicitous game Aloul is playing in Fatah. On the one hand, Abbas pushed hard for Aloul to be appointed his deputy at the Fatah convention held in February, managing to sideline the better-known and more popular candidates, including senior Fatah officials Jibril Rajoub and Barghouti.

    Since taking office, the deputy Fatah leader has been operating counter to Abbas’ policies. The prisoners’ hunger strike, which Aloul supported, is one such example, and recent events in Jerusalem even more so. A blowup between Israel and the PA involving violence could jeopardize Abbas’ hold on power.

    Aloul was the person behind the calls for Wednesday’s Day of Rage. He was also behind the call to young residents of the West Bank to clash with Israeli soldiers at roadblocks during the April hunger strike. That was the first time since the end of the second intifada, in 2005, that Fatah had openly called on Palestinian youths to confront Israeli soldiers at roadblocks. The paradox about the hunger strike Day of Rage was that Abbas ordered PA forces to curb demonstrations and disrupt his own movement’s call for confrontations.

    Read more: http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2017/07/israel-palestinians-mahmoud-abbas-mahmoud-al-aloul-fatah-idf.html#ixzz4o


  • Abbas Ibrahim (Sureté générale libanaise) L’homme des missions impossibles
    http://magazine.com.lb/index.php/fr/component/k2/item/17932-abbas-ibrahim-l%E2%80%99homme-des-missions-impossibles?issue_id=2

    Le général Ibrahim n’exclut pas des « événements inattendus » après la défaite de l’ex-Front al-Nosra dans le jurd de Ersal. Il ne croit pas, cependant, à une infiltration massive des terroristes dans les régions libanaises. « Le peuple libanais, aussi bien dans sa composante chrétienne que musulmane, n’est pas un terreau fertile pour le terrorisme, assure-t-il. Il y a, dans chaque chrétien libanais, une partie de culture musulmane. L’inverse est aussi vrai. Ce mélange a créé un modèle unique qui fait que le Libanais tend, naturellement, vers la modération. Il existe des exceptions, comme partout dans le monde, mais elles sont individuelles ».
    La couverture accordée par le pouvoir politique aux services de sécurité facilite énormément leur travail. « En dépit des dissensions politiques autour de certains dossiers, la sécurité reste un domaine sacré qui ne fait l’objet d’aucun questionnement ou doute », dit-il.
    Mais cela n’a pas été toujours le cas. L’armée libanaise et les services de sécurité n’ont-ils pas fait l’objet de campagne de dénigrement de la part de certains hommes politiques ? « Dans le passé, le ciblage des services de sécurité s’inscrivait dans le cadre de surenchères politiques, répond le patron de la SG. Le pays était profondément divisé, sans président de la République. L’esprit du pacte national faisait défaut. Les circonstances ont changé aujourd’hui. Le circuit constitutionnel est de nouveau en place et les institutions fonctionnent normalement, ce qui nous assure la couverture politique nécessaire pour pouvoir accomplir notre mission ».
    Aujourd’hui, la lutte contre le terrorisme est globalisée. Cette réalité impose une coopération sécuritaire au niveau régional et international. « Je dis toujours aux délégations étrangères qui nous rendent visite ou aux responsables sécuritaires que nous rencontrons lors de nos voyages que le Liban est en première ligne, déclare Abbas Ibrahim. Je leur explique qu’en luttant contre le terrorisme, le Liban se défend, bien entendu, mais il protège aussi leurs propres pays. Ils doivent donc nous apporter une aide logistique afin que nous puissions mener cette bataille dans les meilleures conditions ». Le directeur de la SG souligne, dans ce cadre, que la coordination avec les services de sécurité arabes et étrangers est « quasi-quotidienne » : « A chaque fois que le besoin se fait sentir, j’appelle directement les responsables sécuritaires arabes et étrangers. La coopération est étroite et le contact permanent ».


  • Reconstrution de la Syrie. Quel rôle pour le Liban ?
    http://magazine.com.lb/index.php/fr/component/k2/item/17931-reconstrution-de-la-syrie-quel-r%C3%B4le-pour-le-liban??issue_id=

    En partenariat avec la Banque mondiale, la Banque islamique de développement et certaines entités de l’Onu, le gouvernement libanais planche sur l’examen de plusieurs initiatives susceptibles d’aider le Liban et la Syrie à encourager l’échange commercial bilatéral et les investissements étrangers. Anticipant la signature de contrats lucratifs dans le cadre de la reconstruction, l’Unido soutient les chantiers en cours pour la création de trois zones industrielles situées dans la plaine de la Békaa, au Liban-Nord et au sud de la région du Chouf, où des firmes industrielles pourraient s’installer et satisfaire la demande du marché de Damas. Dans la foulée s’inscrit le financement par la BM de la réhabilitation de 700 km de route Liban-Nord. A l’heure actuelle, Tripoli serait devenue la principale voie d’approvisionnement de la ville de Homs et un hub vital pour la reconstruction à venir de la Syrie. Un autre atout s’ajoute à Tripoli, celui de son port, qui bénéficie d’une position géostratégique et qui connaît depuis 2012 un énorme chantier d’agrandissement. Selon Ahmad Tamer, président du port de Tripoli, il n’y aurait aucun port syrien pour le moment qui soit prêt sur un plan logistique à accueillir les grands navires. Le tirant d’eau du port de Tripoli est d’environ 15,5 mètres et serait en passe d’atteindre une profondeur de 17 mètres. De plus, l’itinéraire du transport routier des marchandises déchargées au port de Tripoli ne comprend que des routes droites pour atteindre Homs. Par ailleurs, ce port possèderait l’avantage de travailler en tandem avec la zone économique spéciale située à proximité de la mer, qui nécessite un financement de près de 30 millions $ pour son achèvement. Autre projet ambitieux encore à l’étude pour le nord du Liban : l’édification d’une ligne de chemin de fer d’une longueur de 30 km reliant Tripoli à la frontière commune avec la Syrie.


  • Cinq combattants du Hezbollah libérés, 8 000 jihadistes et civils syriens en route pour Idleb - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1065670/cinq-combattants-du-hezbollah-liberes-8-000-jihadistes-et-civils-syri

    À Qaa, M. Ibrahim a rencontré Wafic Safa, responsable de la coordination au sein du Hezbollah. Il a également annoncé la réouverture prochaine d’un bureau de la Sûreté générale dans la localité. La tournée de Abbas Ibrahim a eu lieu sur fond de bombardement à l’artillerie lourde, par l’armée, de positions occupées par des combattants de Daech dans le jurd de Ras Baalbeck et de Qaa.

    Concernant le sort des combattants de la Brigade Ahl al-Cham, présents dans le jurd de Ersal, et qui devaient être inclus dans l’échange de prisonniers entre le Hezbollah et Fateh el-Cham, le général Ibrahim a annoncé leur départ prochain. La dernière partie de l’accord entre le parti chiite et les jihadistes prévoyait l’évacuation des combattants d’Ahl el-Cham et leurs familles, ainsi que de réfugiés, vers le Qalamoun syrien. Selon la chaîne LBCI, les négociations concernant le départ de ce groupuscule ont été retardées par le fait que les combattants d’Ahl el-Cham ont pris part, aux côtés de Fateh el-Cham, aux combats qui ont opposé ce dernier la semaine dernière au Hezbollah, et alors qu’ils avaient promis de rester neutres.

    À noter que le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, qui devait s’exprimer hier dans la soirée au sujet de l’étape qui va suivre la libération du jurd, a finalement reporté son discours à aujourd’hui, afin de laisser la place à la couverture médiatique de la libération des combattants du parti chiite.


  • Evacuations à la frontière syro-libanaise : le Hezbollah à la manœuvre - Moyen-Orient - RFI
    http://www.rfi.fr/moyen-orient/20170801-evacuations-frontiere-syro-libanaise-le-hezbollah-manoeuvre?ref=fb

    C’est la première évacuation de combattants et de civils syriens organisée au Liban depuis le début de la guerre en Syrie, en 2011. Il s’agit de deux opérations distinctes.

    La première concerne quelque 500 jihadistes de l’ex-Front al-Nosra, des membres de leurs familles et d’autres civils, qui ont choisi de partir avec eux. Au nombre de 8000, ces personnes vont se diriger mardi vers la province d’Idleb, en empruntant un itinéraire passant par le territoire syrien. Les convois seront escortés par des véhicules du Croissant rouge syrien.

    Dès leur arrivée à Alep, les jihadistes relâcheront 8 combattants du Hezbollah. Trois d’entre eux ont été capturés lors des combats de la semaine dernière au Liban, et 5 autres ont été faits prisonniers dans la région d’Alep, fin 2016.

    L’autre opération concerne 500 combattants d’une brigade de l’Armée syrienne libre, Saraya Ahl al-Cham, et 2 500 membres de leurs familles. Ils ont choisi de revenir dans leurs villes et villages du Qalamoun syrien, non loin de l’endroit où ils sont réfugiés depuis des années.

    C’est le Hezbollah libanais qui a joué les intermédiaires avec le gouvernement syrien pour conclure l’accord permettant le retour de ce groupe. Ces rebelles conserveront leurs armes légères après s’être engagés à cesser le combat contre l’armée syrienne.


  • Tunisia’s Nobel prize-winning union meets Bashar al-Assad | Middle East Eye
    http://www.middleeasteye.net/news/ugtt-visits-assad-280282311

    A delegation from the Nobel-prize winning Tunisian General Labour Union (UGTT) has sparked controversy after a delegation of leaders met Syrian President Bashar al-Assad.

    According to a statement put out by the union, a delegation chaired by general secretary Bouali M’Barki and composed of 21 trade union leaders, met Assad in Damascus on Saturday.

    It said the visit aimed to show solidarity with the Syrian people in their “war against terrorism”