• Un long brouillon inédit d’Anthony Burgess.

    The Clockwork Condition: lost sequel to A Clockwork Orange discovered | Books | The Guardian
    https://www.theguardian.com/books/2019/apr/25/the-clockwork-condition-lost-sequel-to-a-clockwork-orange-discovered

    “This is a very exciting discovery,” said Biswell, who is also professor of modern literature at Manchester Metropolitan University. “Part philosophical reflection and part autobiography, The Clockwork Condition provides a context for Burgess’s most famous work, and amplifies his views on crime, punishment and the possible corrupting effects of visual culture. It also casts fresh light on Burgess’s complicated relationship with his own Clockwork Orange novel, a work that he went on revisiting until the end of his life.”

    Burgess writes in the manuscript of how the 1970s are a “clockwork inferno”, with humans no more than cogs in the machine, “no longer much like a natural growth, not humanly organic”. Humanity is “searching for an escape from the bland neutrality of the condition in which they find themselves”, he says, in a work that he envisaged as a philosophical piece of writing structured around Dante’s Inferno. Burgess had planned sections with titles including “Infernal Man”, trapped in a world of machines, and “Purgatorial Man”, trying to break out of the mechanical inferno.

    In one section, he reveals how he came up with the title for A Clockwork Orange: he first heard the phrase, he writes, in 1945, when he heard “an 80-year-old Cockney in a London pub say that somebody was ‘as queer as a clockwork orange’”.


  • Go Where? Sex, Gender, and Toilets - Sociological Images
    https://thesocietypages.org/socimages/2010/09/02/guest-post-go-where-sex-gender-and-toilets

    The most common type of washroom sign, pictured at the top of this post, is another example. Typically, these signs depict men as people, and women as people in skirts

    In Iran, men are depicted as people, and women are people in skirts and hijabs:

    Occasionally, we see that men are people, and women are people with waists:

    (...) In this sign, we see that men have torsos, and women have floating, disembodied boobs:

    That is, if “men” is interchangeable with “people,” and women aren’t men, then women can’t really be considered people at all. But who wants to be a person when you can be a beautiful, delicate flower instead?

    #toilettes #stéréotype #genre


  • Medusa Teaches Women How to Turn the Patriarchy into Stone | Bitch Media
    https://www.bitchmedia.org/article/medusa-turn-patriarchy-into-stone

    Though there are different versions of the Medusa myth, Roman poet Ovid’s Medusa was a mortal woman who had sworn to a life of celibacy. She had long, golden locks of hair, and is described as being exceptionally beautiful. Poseidon, god of the sea, lusted after Medusa and raped her in Athena’s temple. After catching word of Poseidon’s attack on Medusa, a supposedly jealous Athena turned Medusa’s lovely hair into snakes and cursed her with the ability to turn men who looked at her into stone.

    Medusa, along with her two immortal sisters, was one of three Gorgons, which comes from the Greek word gorgós, meaning “fierce, terrible, and grim.” All three sisters were seen as monstrous for having the power to kill men. Medusa, however, was the only mortal and the most attractive of the three. She was also the most powerful, killing more men than either of her sisters, which also made her the most threatening and the most feared. As the Medusa myth is retold in a patriarchal and male-dominated society, the fact that she was a victim of rape is overshadowed by her terrifying appearance and ability to turn men into stone. This retelling sweeps the original violence against Medusa under the rug to center the violence she commits against men.

    Athena turning Medusa’s hair into snakes is almost always percieved as a punishment, and the theme of revenge is emphasized in different versions of the myth. But Medusa’s rape is glossed over, mentioned once at the beginning of the tale, if at all. The portrayal of Medusa as a monster becomes the central sexist device of the myth, used to scare women off from casting a harsh gaze on their oppressors for fear of seeming monstrous as well.

    In examining the myth of Athena and Medusa further, the story also seems to be a suggestive fable, slyly teaching women how to look out for and protect one another in a society dominated by men, where rape is a constant threat. Athena was aware of Poseidon’s hunger for Medusa and knew of Medusa’s vow of celibacy. What if Athena’s curse on Medusa wasn’t a punishment at all, but an act of kindness and protection?

    #Méduse #viol #mythologie


  • Trois journalistes convoqués par la DGSI pour avoir détaillé l’usage d’#armes françaises au #Yémen
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/04/24/armes-francaises-au-yemen-trois-journalistes-convoques-par-la-dgsi_5454482_3

    Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris pour « compromission du #secret_défense nationale » après la transmission au média en ligne Disclose d’une note classée « #confidentiel-défense » évoquant l’utilisation d’armes françaises au Yémen, a appris l’Agence France-Presse (AFP), mercredi 24 avril, de sources concordantes.

    [...]

    Les trois journalistes convoqués par la #DGSI sont les deux fondateurs de #Disclose, Mathias Destal et Geoffrey Livolsi, ainsi que Benoît Collombat, de la cellule investigation de Radio France. Pour M. Livolsi, « cette enquête judiciaire n’a qu’un seul objectif : connaître les #sources qui nous ont permis de faire notre travail ». « C’est une #atteinte à la #liberté_de_la_presse et à la #protection_des_sources des #journalistes », a-t-il ajouté. « Nous serons très fermes sur la protection des sources de nos journalistes », a réagi l’avocate de Disclose, Me Virginie Marquet.

    Pour Cécile Coudriou, présidente d’Amnesty International France, Paris « se cache trop derrière ce secret-défense. La transparence devrait être enfin de mise. » « Disclose a montré des preuves irréfutables (…) qui établissent qu’il y a bel et bien une complicité indirecte avec des crimes de guerre. L’argument du secret-défense ne peut plus suffire, a-t-elle déclaré à l’agence Reuters. Nous sommes pour la protection des lanceurs d’alerte quand l’intérêt général est en cause, et là, c’est largement le cas. »


  • Extinto el teporingo en el Nevado de Toluca ¿qué implica? | UNAM Global
    http://www.unamglobal.unam.mx/?p=49152

    El conejo teporingo en el Nevado de Toluca está extinto, así lo confirmó la última investigación realizada en 2017 por el Centro de Investigación en Ciencias Biológicas Aplicadas (CICBA) de la Universidad Autónoma del Estado de México (UAEM).

    Desde 1966 esta especie, exclusiva de México, se consideró en peligro de extinción en el país y diversas investigaciones realizadas en la década de los 80, 90 y la primera del siglo XXI ya apuntaban a su desaparición.

    Para los biólogos, la ausencia de esta especie en el bosque del Xinantécatl representa, además de la pérdida de fauna endémica, un llamado de atención a la humanidad ante la falta de conservación de su hábitat.

    #extinction #biodiversité #Mexique #lapin
    Il est tellement mignon que j’ai dans un premier temps cru à une blague.


  • Why the UK should ditch male and female toilets for ’gender-neutral’ loos
    https://www.telegraph.co.uk/women/life/why-the-uk-should-ditch-male-and-female-toilets-for-gender-neutr

    One of their complaints was that women were stuck using the ’with cubicles’ option, while everyone else could use both. It meant the women’s toilets were left with even longer queues. They wondered why trans people could not simply use the gendered loo they felt most comfortable with.

    But as Lewis Hancox, 26, knows, it isn’t always that easy. He transitioned from female to male aged 18 and explains: "It was always a struggle of not knowing what toilets to go to. Before I’d even started to transition, I’d go into the women’s looking like a guy and they’d be like, ‘get out.’ When I decided I wanted to transition, it was a really big deal using the gents for the first time.”

    When he was in the process of transitioning, Hancox dressed and looked like a man. But he didn’t have gender reassignment surgery for a while, meaning that he wasn’t able to use a urinal.

    “It meant I’d go to the men’s loos, because I looked like a man, but had to wait for a cubicle. It’s awkward, and you feel like people are looking at you. In some places I’ve had to use a disabled loo, which doesn’t feel nice because you’re taking it away from people who need it.”

    J’ai un doute : les hommes ne font pas caca ? ou font caca dans des urinoirs ? Ça doit être trop dur, qu’on croie que tu attends pour faire caca, vachement plus dur que d’avoir peur d’être violée dans les #toilettes neutres !

    • “I’ve had people on the door of the women’s toilets turn me away, and then men being insulting in the gents. You start planning your whole day around it and it gets really stressful. I know of people who, when they first started transitioning, didn’t go to the bathroom all day and ended up with bladder infections.”

      Ça, c’est une raison plus acceptable mais les femmes cis ont aussi des problèmes d’appréhension des toilettes et des infections urinaires. Et les obliger à partager avec des pisse-debout ne réglerait pas les choses.


  • La conjuration des egos - Editions Syllepse
    https://www.syllepse.net/la-conspiration-des-egos-_r_21_i_779.html

    Et si l’individualisme et le libéralisme, qui déterminent si fortement nos manières de considérer le monde, façonnaient aussi les mouvements politiques engagés pour la justice sociale et l’émancipation ? Après Aude Vidal interroge les nouveaux féminismes radicaux. Le renouveau que connaît aujourd’hui le mouvement semble également le déborder sur ses marges  : prostitution, inclusion des femmes trans et des personnes non-binaires, difficile articulation avec les pensées queer et décoloniales sont l’occasion d’autant de frottements.
    Ringard et étriqué, le féminisme hérité de la deuxième vague ? Ou bien le foisonnement des féminismes d’aujourd’hui ne serait-il pas l’occasion de dérives libérales  ?
    L’accent mis sur l’autodéfinition de soi et la pluralité des genres ne reviendrait-il pas à nier le genre comme résultant des rapports sociaux de sexe pour en faire une caractéristique individuelle ?
    Le féminisme du choix, en postulant que tous les choix effectués librement par des femmes sont des choix féministes, n’est-il pas devenu le point de rencontre entre féministes libérales et nouvelles féministes radicales  ?

    Comment accueillir ces questions qui renouvellent le féminisme, souvent de manière stimulante ou salutaire, sans rien céder sur la défense des femmes et de leur intégrité ?

    Mais on ne me dit rien ! (Je vais devoir faire changer un détail, il y a une faute dans le titre de la page.)


  • #Abigail_Shrier : La guerre transgenriste menée contre les femmes
    https://tradfem.wordpress.com/2019/03/28/la-guerre-transgenriste-menee-contre-les-femmes

    Il est devenu justement à la mode de ridiculiser l’idée d’« espaces sûrs », des endroits où certains adultes peuvent se cacher et bouder comme des enfants pour éviter les idées qu’ils trouvent menaçantes. Mais les femmes ont besoin d’espaces sûrs réels, non pas à l’abri de défis intellectuels, bien sûr, mais en regard de menaces physiques réelles de violences de la part des hommes. C’est un fait biologique que la plupart des femmes sont physiquement désavantagées face aux hommes. Ceux-ci sont plus forts et plus rapides que nous, bien que nous soyons mieux à même de tolérer la douleur et avons tendance à vivre plus longtemps.

    Les démocrates de la Chambre des représentants américains ont présenté ce mois-ci un projet de loi qui proscrirait les espaces sûrs pour les femmes.

    L’Equality Act (Loi sur l’égalité) – ainsi appelée parce que, pour dire les choses charitablement, les démocrates excellent dans la création d’images de marque – prétend simplement étendre aux personnes gaies et transgenres la protection de la Loi sur les droits civiques de 1964. Dans la mesure où elle interdirait aux propriétaires d’expulser des locataires et aux employeurs de congédier des employé·e·s en raison de leur orientation sexuelle, cette loi vient combler une nécessité de longue date.

    Mais le projet de loi va beaucoup plus loin en proposant d’interdire toute discrimination fondée sur ce qu’elle appelle l’« identité de genre ». Cette revendication fait directement concurrence aux droits fondamentaux des femmes et des filles. En effet, en vertu de la Loi sur l’égalité, tout homme biologique disant « s’identifier comme femme » aurait le droit d’entrer dans les toilettes des femmes, leurs vestiaires et les établissements dédiés à leur protection, tels que les refuges pour femmes victimes de violence conjugale. Cela exposerait les femmes et les filles à des risques immédiats de violence physique.

    Traduction : #Tradfem
    Version originale : https://www.wsj.com/articles/the-transgender-war-on-women-11553640683
    #equality_act #trangenriste #espace_safe #femme

    • Les garçons biologiques disant s’identifier comme filles obtiendraient instantanément le droit de concourir au sein d’épreuves féminines dans l’ensemble des 50 États. Ce serait la fin des discussions démocratiques sur les accommodements, les intérêts divergents, les sacrifices et l’équité. Fini le débat quant à savoir si nous devrions vraiment permettre que les bourses d’études et les trophées des filles soient décernés à des athlètes masculins qui n’ont pas réussi à exceller dans les équipes masculines. Plus de débat quant à s’il est équitable de permettre, comme nous l’avons fait, à des hommes biologiques de remporter des championnats d’haltérophilie, de cyclisme, de lutte et de course à pied contre des femmes et des filles. Ces discussions publiques émergentes seraient refoulées à jamais dans un coffre-fort verrouillé par des droits civiques.

      Comme me l’a dit Kara Dansky, directrice des médias du WOmen’s Liberation Front*, la Loi sur l’égalité éliminerait « les femmes et les filles en tant que catégorie juridique cohérente digne de protection de ses droits civiques ». Elle le ferait en redéfinissant la catégorie des « femmes » pour y inclure les « les femmes et ceux qui se disent femmes », c’est-à-dire les femmes et des personnes qui ne sont pas du tout des femmes.

      Les activistes réfutent généralement cet argument en affirmant que les hommes ne se feraient pas passer pour des hommes-qui-croient-être-des-femmes à moins d’en être sincèrement convaincus. Il y a trop de tabous, et la vie de transgenre est trop difficile pour que quiconque veuille la simuler, affirment-ils. Mais en vertu de la Loi sur l’égalité, se faire passer pour transgenre serait parfois rationnel.

      Il n’est pas difficile pour d’imaginer un homme condamné à une peine de prison qui se rebaptiserait « Sheila » afin de choisir un pénitencier féminin. Cela ne surprendrait personne non plus si des violeurs commençaient à « s’identifier » comme femmes – aucune modification physique n’étant nécessaire pour changer d’identité de genre – afin d’acquérir libre accès aux salles de douche des femmes. Quel pédophile ne voudrait pas avoir accès à des toilettes de filles ? Et beaucoup d’hommes biologiques dépourvus d’endroit où dormir préféreraient les confins plus calmes et accueillants d’un refuge pour femmes battues aux locaux louches d’un refuge pour sans-abri masculins.

      Existe-t-il des personnes transgenres sincères qui devraient être hébergées dans des installations appropriées ? Bien sûr que oui. Mais leur besoin, aussi réel soit-il, ne justifie pas qu’on leur transfère d’emblée les droits chèrement acquis des femmes et des filles. (...) Seules les femmes sont amenées à se sacrifier au nom de cette nouvelle « égalité ». Et ce que les femmes et les filles sont contraintes d’abandonner n’est pas un privilège injuste, mais un facteur de nivellement dont elles ont besoin.


  • Lycée Saint-Cyr, un an après : « Finalement, rien de rien n’a changé » - Libération
    https://www.liberation.fr/france/2019/03/27/lycee-saint-cyr-un-an-apres-finalement-rien-de-rien-n-a-change_1717821

    Mardi 29 janvier 2019, 22 heures environ. Un étudiant de première année de la prépa scientifique du lycée militaire de Saint-Cyr écrit devant le bâtiment 40 de l’établissement les lettres « SLG » sur la neige qui est tombée sur les Yvelines ce jour-là. « SLG », c’est l’acronyme de « sopo les grosses », expression issue de ce jargon particulier à l’école et qui signifie « les filles sont chiantes ». Autour du « G » - lettre qui désigne les filles « juste bonnes à être engrossées » - quatre flèches sont tournées vers l’intérieur : le symbole ultime de dénigrement selon les codes saint-cyriens (si les flèches partent vers l’extérieur, c’est un signe de glorification). Le « SLG » de ce jour-là est la partie émergée d’un iceberg : depuis quelques semaines, l’étudiant et ses amis s’échangent des photos de ces mêmes trois lettres, inscrites dans un jardin ou à la montagne. Graver le slogan misogyne est devenu leur défi entre potes, leur signe de ralliement. Contre leurs camarades féminines, une fois de plus.

    Le 23 mars 2018, Libération révélait le système de harcèlement moral orchestré en toute impunité par une poignée d’étudiants ultraconservateurs pour gâcher la vie des autres, principalement les filles, au sein des classes préparatoires du lycée militaire de Saint-Cyr (245 élèves, dont 58 filles). Plus d’une quinzaine de témoins avaient raconté le calvaire imposé par cette minorité puissante de garçons appelés « tradis » pour détruire psychologiquement les jeunes femmes et les voir ainsi abandonner le concours d’entrée à l’Ecole spéciale militaire (ESM) de Saint-Cyr Coëtquidan. Notre enquête avait conduit la ministre des Armées, Florence Parly, à ordonner la sanction de vingt élèves (sept jeunes hommes avaient été exclus définitivement de l’établissement, treize autres de manière temporaire) et le départ de la direction de l’établissement (le colonel Assonion a été remplacé par le colonel Eon Duval). Un plan « d’excellence comportementale » dans les lycées de la défense avait également vu le jour.

    Où en est-on un an après ? L’épisode « SLG » de janvier est considéré en interne comme le symbole d’une continuité inacceptable avec les années passées. Selon nos informations, l’auteur des faits a été puni le 8 février de sept jours d’exclusion avec sursis, après la découverte du sigle par des étudiantes et le rapport qui s’en est suivi auprès de l’autorité militaire. « Après les révélations de l’an dernier, notre ministre avait exigé que les officiers soient intraitables sur les affaires de misogynie. Foutaises, ils n’ont même pas fait rater un jour de cours à l’élève puni… » se désole un témoin auprès deLibération. La légèreté de la sanction passe d’autant plus mal que le jeune homme aurait avoué faire partie du clan des tradis. « C’est une blague ! » commente Bastien Lachaud, député (LFI) de Seine-Saint-Denis, membre de la commission de la défense et coauteur du rapport parlementaire présenté mercredi sur la discrimination dans les armées. « On ne peut pas affirmer la tolérance zéro et sanctionner comme ça un tel acte. C’est honteux, l’élève aurait dû être viré », poursuit-il. Du côté du ministère, on rétorque que « le sursis a été assorti car il s’agissait d’un élève qui n’avait pas été sanctionné et dont le comportement à l’égard de ses camarades féminines était jusque-là exemplaire. Sept jours d’exclusion, c’est une sanction lourde. Notre rôle est aussi d’éduquer les jeunes confiés à notre responsabilité ».

    Urine

    Les personnes rencontrées par Libération sont amères. Elles racontent qu’à rebours des annonces, l’ambiance au sein du lycée n’a pas évolué. Bien sûr, certains étudiants passent entre les gouttes et vivent une année de prépa normale - en tout cas sans heurts. Mais pour les élèves prises pour cible, le travail de sape psychologique et autres humiliations perdurent. Jusqu’à briser, dans certains cas, la volonté d’intégrer l’armée de terre. Selon plusieurs témoins, « l’indifférence courtoise » qui consiste à ne jamais adresser la parole aux filles est toujours pratiquée par certains élèves tradis. Dans les couloirs de l’établissement, les étudiantes sont toujours interpellées par des interjections argotiques type « cuissssss » - dès qu’une fille est en couple et donc soupçonnée d’avoir des relations - ou « bzittttt » pour signifier qu’elles ne sont que des moins que rien. Début 2019, les cuvettes de toilettes et les poubelles des sanitaires des filles ont été souillées d’urine. L’affaire n’a pas eu de suite. « Malheureusement, et malgré les efforts de l’encadrement, il n’est pas possible d’en identifier les auteurs, d’autant que garçons et filles partagent le même internat », justifie le ministère auprès de Libération. Au sein du lycée, on doute de la persévérance du corps militaire pour trouver les responsables : « Les filles attendaient une sanction exemplaire, il n’y a rien eu de tout ça. »

    Marque visible de l’emprise toxique de quelques-uns sur l’ensemble des élèves : les inscriptions « TRADI » fleurissent dans les classes, gravées en capitales sur les tables de cette école deux fois centenaire. En toute impunité. En interne, on observe, fataliste : « Tout est décomplexé : la misogynie et, de manière plus générale, l’intolérance à tout ce qui n’est pas dans le milieu tradi. »

    Ce clan de jeunes hommes continue donc à imposer sa vision du monde en général et de l’armée en particulier. Nostalgiques de la France des colonies, ils adorent Jeanne d’Arc et les maréchaux de Napoléon, s’affichent proches du mouvement catholique lefebvriste, manifestent ouvertement leur position contre l’avortement. D’année en année, sur les photos qu’ils aiment à partager entre eux sur les réseaux sociaux, ils arborent parfois des bretelles aux couleurs du drapeau confédéré - symbole mondial du suprémacisme blanc - ou le drapeau des Croisades en arrière-plan. Lors du « bal des cadets » organisé le 23 mars dernier, ils se sont présentés « youlés » comme jamais : la coiffure de la « youle », qui consiste à ne garder qu’une longue mèche sur le haut du crâne, est arborée uniquement par le clan des tradis. « Tout le monde l’a vécu comme une provocation ultime mais la direction n’a pas dit un mot sur cet épisode, raconte un témoin. Le règlement intérieur n’autorise que les coiffures équilibrées et sans fantaisies. Ne pas interdire la youle alors qu’elle est l’emblème des tradis, c’est de la pure hypocrisie. »
    Mainmise

    S’il est très difficile de recueillir des témoignages d’élèves ciblées, une autre source résume : « Finalement, rien de rien n’a changé. » A une nouveauté près : la chape de plomb posée par les autorités du lycée pour « que rien ne sorte », selon les mots d’un haut gradé. La menace est claire. Si quelqu’un parle « à l’extérieur », explique l’une de nos sources, si un nouvel article de ces « gauchistes de Libé » venait à paraître, la conséquence serait « la fermeture » du lycée. « On pourrait presque parler d’un lavage de cerveaux, déplore une ancienne élève. Les jeunes filles sont un peu tétanisées. Je dirais même que certaines ont fait le choix de la loyauté envers les autorités car elles ont intériorisé leurs discours alarmistes. »

    Illustration parfaite de cette ère post-crise : l’accueil fait aux deux députés de la mission d’information parlementaire. A Saint-Cyr-l’Ecole, ils n’ont pu rencontrer que les professeurs de sciences et non ceux de lettres et d’économie, comme ils l’avaient pourtant demandé. Bastien Lachaud : « On nous a dit qu’ils étaient indisponibles. » Ce qui est faux : les professeurs des autres sections n’ont même pas été prévenus de la visite des élus. La mainmise s’est poursuivie jusqu’aux tables rondes, où le commandement a décidé de rester au moment des discussions avec les élèves. Contrairement aux autres établissements visités.
    Guillaume Lecaplain , Anaïs Moran dessins Sandrine Martin

    #sexisme #misogynie #discrimination #fraternité #travail #femmes #domination_masculine #sexisme_d'état #armée #culture_du_viol

    • les cuvettes de toilettes et les poubelles des sanitaires des
      filles ont été souillées d’urine. L’affaire n’a pas eu de suite.
      « Malheureusement, et malgré les efforts de l’encadrement, il n’est pas possible d’en identifier les auteurs

      Les tests ADN sont sans doutes inaccessibles à l’encadrement de l’armée !


  • Selon Juanma del Olmo, député Podemos et secrétaire à la communication et aux nouvelles technologies, WhatsApp vient de fermer le canal de Podemos quelques jours à peine avant les législatives
    https://twitter.com/juanmalpr/status/1120459372994420736

    INCREIBLE
    @WhatsApp acaba de cerrarnos la cuenta de PODEMOS mediante la que nos comunicábamos con todas las personas que nos han solicitado hacerlo a través de ese canal.

    Justo esta noche, la última semana de campaña, cuando la gente decide el voto.

    • Possiblement comme quelque chose de pas si dangereux que ça (je parle des groupes FB, mais des GJ eux-mêmes) : effet de (dé)mobilisation par procuration (des centaines de milliers de « like », mais maximum quelques milliers de manifestants), utilité des messages problématiques (racistes, conspis, politiquement crétins…) qui peuvent démobiliser, voire permettent de décrédibiliser le mouvement, et outil pratique aux flics pour anticiper les rassemblements et identifier les meneurs d’un mouvement autrement trop informel…

      Après, en l’absence de décision de justice, c’est encore Facebook qui décide et qui défend ses propres intérêts. Et Facebook est plus proche des intérêts du Département d’État US que du gouvernement Macron. Difficile de prévoir des effets de cause-à-effet immédiats du style : « Macron juge les GJ dangereux donc Facebook coupe », parce que ce n’est pas la logique des GAFA, grandes entreprises capitalistes liées à leurs intérêts propres (comme par exemple ne pas payer de taxe nationale ni de taxe européenne comme prétend le vouloir le gouvernement Macron) et à leurs liens avec le Département d’État.

    • Certes, mais — sous réserve, dans la mesure ou, encore une fois, j’ai mal suivi la manière dont les choses se sont passées — il me semble bien que ça a commencé via les groupes facebook ? Qu’ensuite (et déjà dès le départ mais…) il y ait plein de problèmes de toutes sortes c’est une chose, mais à l’origine, c’est ces constellations de groupes qui lancent le mouvement. Précisément (ou au moins en partie) parce que c’est là où les gens postent leurs photos de chiens. Non ?

      Après c’est un cas probablement particulier puisqu’on parle de gens qui pour une bonne part découvrent la militance donc pas de militants qui montent un mouvement via fb mais de gens sur fb qui vont à la militance via les groupes en question et surtout ce qui se passe derrière… mais c’est quand même pas rien.



  • Malaysia investigates women who discussed their ’dehijabbing’ | World news | The Guardian
    https://www.theguardian.com/world/2019/apr/18/malaysia-islamic-authorities-investigate-women-activists-who-discussed-

    Three women in Malaysia who held an event discussing their decision to stop wearing the hijab are being investigated by Malaysian Islamic authorities.

    The event, hosted over the weekend at the Gerakbudaya bookshop in the Petaling Jaya area, was held to mark the launch of Unveiling Choice, a book documenting the author and activist Maryam Lee’s decision to stop wearing the hijab.

    The event, Malay Women and Dehijabbing, featured a three-hour panel discussion between Maryam and two other Malaysian women, Mohani Niza and Dian Sofia, who had also decided to no longer wear the hijab.

    Maryam said the panel was an “intellectual discourse based on the women’s lived realities”, after which the audience had left “on a good note”, but a backlash on social media began to build that had “distorted” the content discussed, mainly by those who had not attended the talk.

    It caught the attention of the religious affairs minister, Mujahid Yusof Rawa, who expressed concern about the event and prompted the Islamic authorities of Selangor to investigate it in a “fair and just manner”.

    On Tuesday morning, Jabatan Agama Islam Selangor religious officers visited the bookshop, which is owned by the publisher of Unveiling Choice, and demanded to see copies of the book and get accounts of the event from staff.

    #hijab #livre #religion



  • The Recycling Myth - Greenpeace Southeast Asia
    https://www.greenpeace.org/southeastasia/publication/549/the-recycling-myth

    In January 2018, high-income countries lost their major importer when China banned most imports of plastic wastes. Southeast Asian nations eagerly jumped in to fill the gap, with Malaysia taking the lead by importing nearly half a million tonnes between January and July 2018 [1]. An international trade system, based on multilateral agreements, is supposed to regulate the selling, buying, importing and exporting of recyclable plastic wastes. A recent Greenpeace* investigation shows that this international trade system is broken.

    #déchets #Malaisie


  • Vinci reconnaît avoir déversé des eaux polluées dans la Seine
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/04/24/vinci-reconnait-avoir-deverse-des-eaux-polluees-dans-la-seine_5454284_3244.h

    Le géant du #BTP #Vinci, visé par une plainte déposée par une association de pêche et de protection de la nature, a reconnu mercredi 24 avril avoir déversé des eaux chargées de résidus de béton sur les berges de la Seine à Nanterre.

    Un garde-pêche a repéré l’écoulement le 19 mars, lors d’une promenade de routine, a rapporté l’Association agréée de pêche et de protection du milieu aquatique (AAPPMA), confirmant une information d’Europe 1.

    Le déversement provenait d’une centrale à béton, propriété de Vinci Construction, servant à alimenter le chantier Eole d’extension du RER E vers l’ouest parisien. Le point de sortie des eaux sales « était bien caché » et facilité par « une ouverture dans le grillage », a déclaré à l’AFP Sandrine Armirail, directrice de la Maison de la pêche et de la nature et présidente de l’AAPPMA 92. L’association a déposé plainte pour « abandon de déchet, rejet en eau douce de substance nuisible au poisson et destruction de frayère ».

    #pollution #pollueur


  • Life is easy. Why do we make it so hard? | Jon Jandai | TEDxDoiSuthep - YouTube
    https://www.youtube.com/watch?reload=9&v=21j_OCNLuYg

    Jon is a farmer from northeastern Thailand. He founded the Pun Pun Center for Self-reliance, an organic farm outside Chiang Mai, with his wife Peggy Reents in 2003. Pun Pun doubles as a center for sustainable living and seed production, aiming to bring indigenous and rare seeds back into use. It regularly hosts training on simple techniques to live more sustainably. Outside of Pun Pun, Jon is a leader in bringing the natural building movement to Thailand, appearing as a spokesperson on dozens of publications and TV programs for the past 10 years. He continually strives to find easier ways for people to fulfill their basic needs.

    Le Pierre Rabhi thaï.


  • 6 Things You’re Recycling Wrong - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2018/05/29/climate/recycling-wrong-mistakes.html

    We have all done it: a greasy pizza box, a disposable coffee cup, the odd plastic bag. Sometimes, we want things to be recyclable, so we put them in the recycling bin.

    Waste managers often call this wishful or aspirational recycling. But, unfortunately, putting these objects in with the rest of the recycling can do more harm than good. While rules differ in every municipality (check your local recycling website to find out what’s acceptable), we have picked out some key offenders to keep in mind.

    Too many of these items will contaminate a batch of recycling. That means waste managers might not be able to find buyers for the materials — especially now that China, one of the world’s main importers of recyclable waste, has said it will reject shipments that are more than 0.5 percent impure. Contaminated loads could be sent to the landfill instead.

    #aspirational_recycling donc, et en français ? #wannabe_recyclage ?


  • #métaliste, mais pour l’instant tout à fait incomplète, de #témoignages de #forces_de_l'ordre, #CRS, #gardes-frontière, qui témoignent de leur métier. Pour dénoncer ce qu’ils/elles font et ces collègues font, ou pas.

    Un garde-frontière à la frontières USA-Mexique :
    https://seenthis.net/messages/723485
    #frontière
    signalé par @etraces

    Une émission radio à la RTS (suisse). Témoignage d’#agents_d'escorte en charge des #renvois de déboutés de l’asile :
    https://seenthis.net/messages/699316

    Témoignage d’un #CRS à #Calais, paru dans L’Hebdo, journal désormais disparu :
    https://seenthis.net/messages/661527

    Témoignage en lien avec les manifestations des #gilets_jaunes :
    https://seenthis.net/messages/742570
    https://seenthis.net/messages/767246

    Magouilles, nazisme et violence : un policier repenti se livre
    https://seenthis.net/messages/746068

    Si vous vous rappelez d’autres témoignages de la part de celleux qui exercent le #pouvoir, et non pas de celleux qui le subissent... ils sont bienvenus en commentaire de cette liste...

    cc @isskein


  • Saudi Arabia is carrying out a second oppressive mass slaughter in the era of King Salman, including children, protestors, and activists – European-Saudi Organisation for Human Rights
    https://www.esohr.org/en/?p=2196

    Without the knowledge of the victims’ families, the Saudi government today circulated awful news of the execution of 37 people, including minors, protestors, and the disabled. Many of them were linked to the Arab Spring protests that took place in Saudi Arabia, particular in the governorate of Qatif beginning on 17 February 2011. Others were charged by Saudi Arabia with spying for Iran, although most of the charges did not include evidence of actual acts of espionage.

    Among the names were at least six minors: Abdullah Salman Al Sarih and Abdulkarim Mohammad al-Hawaj, whose charges go back to when they were 16 years of age, and Said Mohammad al-Sakafi, Salman Amin Al Quraysh, Mujtaba Nadir al-Sweiket, and Abdulaziz Hassan Al Sahwi, whose charges date back to when they were 17. There are also suspicions that others are likely minors, but the European Saudi Organisation for Human Rights (ESOHR) was unable to obtain further details.

    Furthermore, among the shocking executions was Haidar Mohammad Al Laif, who according to Saudi Arabia – in its reply to the UN on 13 December 2017 – was given a final sentence of eight years.

    Many of the charges leveled against the individuals whose executions were announced by the Ministry of Interior were not classified as serious or terroristic crimes. For example, there were charges related to the right to expression, peaceful protest, peaceful association, signing political statements, possessing political documents and information on political detainees. Similarly, some of them have been accused of spreading Shi’ism and practicing non-traditional religious activities involving Shiites in the governorate of Jeddah, in Saudi Arabia.

    The trials of most of the victims of today’s massacre, the details and proceedings of which the ESOHR has followed, have severely lacked the conditions for a fair trial. The trials have taken place in total secrecy and isolation from any of the victim’s relatives or in semi-secrecy, attended by only a few of the victim’s relatives – one to three at most. On the government’s part, select official media entities can attend, as well as members of executive agencies, such as the Mabahith (secret police), and members of the official human rights establishment. Meanwhile, no one from the public or members of civil society can be found at the trial.

    (...)

    In a report issued in February 2019 following a field visit to Saudi Arabia, the former Special Rapporteur on the promotion and protection of human rights and fundamental freedoms while countering terrorism, Ben Emerson, called for “a prompt review of all current cases of prisoners charged and convicted of terrorist offenses who are facing the death penalty, in order to ensure that minimum international standards are met in each case.” He stressed that this means that the death penalty may not be imposed except for the most serious crimes leading to loss of life and may not be imposed on people who were minors at the time of their crimes or people with mental or cognitive disabilities. Ben Emerson’s report included a clear reference to those who were executed today, stating that when 24 people were brought to trial in June of 2016 because of pro-democracy protests in 2011, the Specialized Criminal Court sentenced 14 of them to death. This again confirms that the trials did not fulfill the required legal processes and the standards of a fair trial and that the accused were subjected to torture and were not able to have a lawyer. This case is a source of serious concern.

    The rapporteur also expressed particular concern vis-à-vis “a pattern of systematic oppression in the Eastern Province where most of the Shiite population lives,” noting that death sentences were issued against many members of the Shiite minority – who were facing imminent execution – for their participation in pro-democracy demonstrations in Eastern Province in 2011 and 2012.

    The brutal executions carried out by Saudi Arabia today blatantly ignored the many urgent appeals of the UN High Commissioner for Human Rights, UN Special Rapporteurs, and various committees. These appeals included many of the names of people who were killed by Saudi Arabia today:

    (...)

    With the executions today, the number of victims of execution since 2019 to today totals 105, while at this point in 2018 there were 48 executions. The rate has more than doubled by 50% compared to last year.

    As stipulated in Saudi Arabia, executions are carried out only after the signature of the king or his deputy, which makes King Salman directly and explicitly responsible for the executions carried out today.

    The ESOHR does not have information about some of the names mentioned as executed today. This goes back to the Saudi government’s closure of all spaces for civil society and the intimidation surrounding the families of the victims. The ESOHR also emphasizes the lack of confidence in the accounts offered by the state under the justification of “terrorism.”

    The ESOHR believes that Saudi Arabia has entered into a bloody era since the ascension of King Salman and his Crown Prince and their absolute control over the country, both internally and externally. The first and most heinous manifestation of this internal control was the mass execution of 2 January 2016. This was followed by numerous crimes, culminating in today’s crime of executing 37 citizens – among them minors, the disabled, and demonstrators – on charges that fall within freedom and opinion and expression and are not classified as criminal.

    After this heinous crime, the ESOHR calls for an international investigation to be opened in order to hold accountable all those responsible for the crimes and violations that have occurred. The ESOHR believes that this is the response that may bring this bloodshed to an end. The ESOHR also calls for a review of Saudi Arabia’s membership in various UN agencies and committees.

    The ESOHR is raising profound concerns about dozens of people threatened with becoming victims of other executions in the future and advocates all legal means to save their lives.

    #arabie_saoudite notre cliente et alliée



  • Indonesia’s Election Is Over But Identity Politics Will Linger | The Diplomat
    https://thediplomat.com/2019/04/indonesias-election-is-over-but-identity-politics-will-linger

    Subianto, son-in-law of former dictator Suharto, is a former general accused of grave human rights violations who built a coalition of hardline Islamists. His campaign put religion front and center, forcing Jokowi, a known moderate, to choose a conservative Islamic cleric, Ma’ruf Amin, as his running mate in order to neutralize the religion factor. That move may have succeeded in dispelling charges from his opponents that he was not a real Muslim, but it only served to emphasize identity politics.

    Official confirmation of the results is not expected for several weeks, but the “quick count” gives Jokowi 55 percent of the vote, 10 percentage points ahead of Subianto. If this is confirmed, it is a welcome blow to the Islamist agenda. One of Subianto’s supporters, a member of the vigilante Islamic Defenders Front (FPI), hardline group known for attacks on Christians and other minorities, told me on election day: “Indonesia is a Muslim-majority country. We want Islamic teachings to be implemented in full in every area of life. Those who do not implement them, we give them a warning, and then we send in our Islamic Defenders Army.” When asked why the FPI supported Subianto, the FPI member replied: “Because he has promised us he will implement our vision.”

    L’#Indonésie a réélu #Jokowi, Joko Widodo, contre la famille de Suharto et contre l’Islam politique, au prix de quelques compromis sur la religion et l’identité.


  • Menstruation and the Holocaust | History Today
    https://www.historytoday.com/archive/feature/menstruation-and-holocaust

    Menstruation and the Holocaust

    Periods are a fact of life, but little talked about. How did women in the concentration camps cope with the private being made public in the most dire and extreme circumstances?
    Jo-Ann Owusu | Published in History Today Volume 69 Issue 5 May 2019

    ‘Assignment to Slave Labour’, Auschwitz, Poland, c.1940.‘Assignment to Slave Labour’, Auschwitz, Poland, c.1940.

    Menstruation is rarely a topic that comes to mind when we think about the Holocaust and has been largely avoided as an area of historical research. This is regrettable, as periods are a central part of women’s experience. Oral testimonies and memoirs show that women felt ashamed discussing menstruation during their time in the concentration camps, but, at the same time, they kept bringing the subject up, overcoming the stigma that is attached to them.

    #menstruations #règles



  • Les anthropologues de l’Université d’Oxford ont découvert ce qu’ils considèrent être sept règles morales universelles.

    Les règles : aider votre famille, aider votre groupe, rendre les faveurs, être courageux, renvoyer aux supérieurs, répartir les ressources de manière équitable et respecter la propriété des autres, ont été trouvées dans une enquête de 60 cultures du monde entier.

    Des études antérieures ont examiné certaines de ces règles à certains endroits - mais aucune ne les a toutes examinées dans un grand échantillon représentatif de sociétés. La présente étude, publiée dans le volume 60, no. 1 numéro de Current Anthropology, d’Oliver Scott Curry, de Daniel Austin Mullins et de Harvey Whitehouse, est l’enquête interculturelle sur la morale la plus vaste et la plus complète jamais réalisée.

    L’équipe de l’Institut d’anthropologie cognitive et évolutive d’Oxford (...) a analysé les comptes rendus ethnographiques d’éthique de 60 sociétés, comprenant plus de 600 000 mots de plus de 600 sources.

    Oliver Scott Curry, auteur principal et chercheur principal à l’Institut d’anthropologie cognitive et évolutive, a déclaré : "Le débat entre les universalistes moraux et les relativistes moraux a fait rage depuis des siècles, mais nous avons maintenant des réponses à apporter. Comme prévu, ces sept règles morales semblent être universelles dans toutes les cultures. Tous partagent un code moral commun. Tous conviennent que coopérer, promouvoir le bien commun est la bonne chose à faire."

    L’étude a testé la théorie selon laquelle la moralité a évolué pour promouvoir la coopération et que, du fait qu’il existe de nombreux types de coopération, il existe de nombreux types de moralité.

    – Selon cette théorie de la « morale en tant que coopération », la sélection de la parenté explique pourquoi nous nous sentons tenus de prendre soin de nos familles et pourquoi nous avons horreur de l’inceste.
    – Le mutualisme explique pourquoi nous formons des groupes et des coalitions (il y a de la force et de la sécurité dans les nombres), et donc pourquoi nous valorisons l’unité, la solidarité et la loyauté.
    – L’échange social explique pourquoi nous faisons confiance aux autres, rendons service en échange, ressentons de la culpabilité et de la gratitude, faisons amende honorable et pardonnons.
    – Et la résolution des conflits explique pourquoi nous nous livrons à des démonstrations coûteuses de prouesses telles que le courage et la générosité, pourquoi nous nous en remettons à nos supérieurs, pourquoi nous divisons les ressources contestées équitablement et pourquoi nous reconnaissons la possession antérieure.

    La recherche a tout d’abord révélé que ces sept comportements coopératifs étaient toujours considérés comme moralement bons. Deuxièmement, des exemples de la plupart de ces mœurs ont été trouvés dans la plupart des sociétés. Point crucial, il n’existait aucun contre-exemple - aucune société dans laquelle aucun de ces comportements n’était considéré moralement mauvais. Et troisièmement, ces mœurs ont été observées avec une fréquence égale sur tous les continents ; ils n’étaient pas l’apanage exclusif de "l’Ouest" ni d’aucune autre région.

    Parmi les Amhara d’Éthiopie, "faire fi de l’obligation de parenté est considéré comme une déviation honteuse, indiquant un caractère pervers". En Corée, il existe une "éthique communautaire égalitaire [d’assistance] mutuelle et de coopération entre voisins [et] une forte solidarité au sein du groupe". "La réciprocité est observée à chaque étape de la vie des Garo [et] occupe une place très importante dans la structure sociale des valeurs des Garo." Parmi les Maasaï, "ceux qui s’accrochent aux vertus guerrières sont toujours très respectés" et "l’idéal sans compromis du guerrier suprême [implique] un engagement ascétique à se sacrifier ... au cœur de la bataille, comme une suprême démonstration de loyauté courageuse . " Les Bemba manifestent "un profond respect pour l’autorité des anciens". L ’"idée de justice" des Kapauku s’appelle "uta-uta, demi-moitié ... [dont le sens] se rapproche beaucoup de ce que nous appelons l’équité." Et chez les Tarahumara, "le respect de la propriété des autres est la clé de voûte de toutes les relations interpersonnelles".

    L’étude a également détecté une « variation sur un thème » - bien que toutes les sociétés semblaient s’accorder sur les sept règles morales de base, leur manière de les hiérarchiser ou de les hiérarchiser variait. L’équipe a maintenant mis au point un nouveau questionnaire sur les valeurs morales afin de recueillir des données sur les valeurs morales modernes. Elle examine également si la variation interculturelle des valeurs morales reflète la variation de la valeur de la coopération dans différentes conditions sociales.

    Selon son co-auteur, le professeur Harvey Whitehouse, les anthropologues sont particulièrement bien placés pour répondre aux questions de longue date concernant les universels moraux et le relativisme moral. "Notre étude était basée sur des descriptions historiques de cultures du monde entier ; ces données ont été recueillies avant et indépendamment de l’élaboration des théories que nous étions en train de tester. Les travaux futurs permettront de tester des prédictions plus précises du théorie en rassemblant de nouvelles données, encore plus systématiquement, sur le terrain ".

    "Nous espérons que ces recherches contribueront à promouvoir la compréhension mutuelle entre personnes de cultures différentes ; nous apprécierons ce que nous avons en commun et comment et pourquoi nous différons", a ajouté M. Curry.

    Is It Good to Cooperate?: Testing the Theory of Morality-as-Cooperation in 60 Societies | Current Anthropology: Vol 60, No 1
    https://www.journals.uchicago.edu/doi/10.1086/701478

    Oliver Scott Curry, Daniel Austin Mullins, Harvey Whitehouse. Is It Good to Cooperate? Testing the Theory of Morality-as-Cooperation in 60 Societies. Current Anthropology, 2019; 60 (1): 47 DOI: 10.1086/701478

    #Préhistoire #Anthropologie #Evolutionisme #Comparatisme

    • J’ai du mal à croire à celui ci : « répartir les ressources de manière équitable » à cause de la différence de valence des sexes (il semble que ces recherches aient fait l’impasse sur les femmes et les questions de genres) et aussi par le fait que ceci entre en contradiction avec celle ci : « renvoyer aux supérieurs » qui implique hiérarchisation et privilèges (c’est à dire répartition inéquitable des ressources). Dans la culture française par exemple on s’accommode très bien moralement d’une répartition inégale des ressources selon le mythe du mérite .

      Celui ci est assez étonnant aussi « respecter la propriété des autres » quant on sais que les femmes ont à peine 1% de la propriété terrienne sur terre. Et j’ai pas l’impression que la propriété même de leur propre corps soit respecté sur cette planète, vu que les femmes (et les enfants) sont considéré comme appartenant à des hommes dans la plus part des cultures dont j’ai connaissance, dont les cultures dérivantes de la bible.

      Pour l’interdit de l’inceste, c’est de le dénoncé et de le porter à la connaissance de la collectivité qui est interdit. C’est une notion à géométrie variable, il suffit de changer les règles de la famille pour que l’inceste devienne acceptable socialement (les familles nobles européennes en sont de bons exemples). C’est d’ailleurs pas un crime ni un délit dans le droit français. Ni dans la bible qui est très évasive dans la genèse à ce sujet.

      Ca me semble quant même très androcentré ces 7 règles, et peut être que ce texte respecte en fait la meta règle misogyne de faire comme si les femmes n’étaient pas vraiment humaines et ne parler que d’hommes à hommes.

      Les 7 sous règles des hommes sont en fait : « Aider votre famille à s’approprier les femmes et les enfants qu’elles portent , aider votre groupe masculin à dominer des autres , rendre les faveurs que vous reconnaissez comme tel entre hommes , être courageux selon des valeurs virilistes , renvoyer aux supérieurs de la hiérarchie patriarcale , répartir les ressources de manière équitable entre hommes et respecter la propriété des autres hommes , ont été trouvées dans une enquête de 60 cultures patriarcales du monde entier. »

      L’étude est signé par trois hommes, Oliver Scott Curry, Daniel Austin Mullins, Harvey Whitehouse ca explique peut être ce problème de #male_gaze

      Il y a je croi une faute dans le titre c’est « Current Andropology » qu’il fallait comprendre.

    • Ah ah, Current Andropology ! C’est un peu daté, la recherche d’universaux en anthropologie... Il y a quelques jours j’ai vu passer le truc opposé, des études sur l’être humain qui est foncièrement égoïste, fondé sur l’étude de personnalités qui ont grandi en régime libéral individualiste. Bah !

    • @aude_v Oui ça date un peu : Submitted : May 13, 2016
      Accepted : Dec 22, 2017, Online : Feb 08, 2019. Après, tout dépend sur quelles sociétés l’étude a été faite...

      @reka l’expression est « deferring to superiors ». Peut-on le traduire par « Rendre-compte aux supérieurs ? ».

      @mad_meg il est « normal » que ces règles soient androcentrées puisque les sociétés étudiées le sont. Ce ne sont pas des règles absolues (et d’ailleurs y en a-t-il ?).
      Ceci dit, je comprends ton point de vue. Une étude d’une femme sur la condition féminine dans ces sociétés aurait nuancé le résultat... ou pas : en effet, ton point de vue est daté de notre époque OU s’il ne l’est pas, cela voudrait dire que les femmes de cette société n’ont pas pu s’exprimer ce qu’il aurait fallu démontrer et ce que je ne peux faire en l’état actuel de mes connaissances en anthropologie/ethnographie de ces peuples (désolé).

    • il est « normal » que ces règles soient androcentrées puisque les sociétés étudiées le sont. Ce ne sont pas des règles absolues (et d’ailleurs y en a-t-il ?).

      Ce qui est pas « normal » c’est de pas le dire et prétendre que ces règles sont universelles alors qu’elles adoptent un point de vue sexiste et ne s’appliquent qu’à une minorité, et de ne même pas prendre la peine de mentionné cette spécificité.

    • Ce que tu dis est intéressant car il semblerait que cette inégalité soit quelque chose d’assimilée i.e. connue par les ethnologues, anthropologues et même archéologues et que par ce fait, elle ne fasse pas l’objet d’une mention particulière. Je prends pour argument le fait que les articles des publications scientifiques (sauf celles qui font état bien sûr d’une recherche sur le genre ou pour lesquelles le genre entre en ligne de compte) ne la mentionnent pas alors que les livres plus grand public peuvent le faire. J’en veux pour exemple « Naissance de la figure, l’art du Paléolithique à l’âge du Fer » de J.-P. Demoule, 2007 réed. 2017 que je relie actuellement et où il est mentionné p.67 : « (...) de même que toutes les sociétés humaines sont caractérisées par l’oppression, à des degrés variables, des femmes par les hommes ».


  • En fait, le 20 mai 1919, la chambre des députés votent le suffrage universel, vraiment universel, dit « intégral », c.a.d, en pratique, incluant les femmes, par 344 voix contre 97.
    Le sénat fait traîner l’affaire durant 3 ans et rejette finalement la loi le 21 novembre 1922.
    Ce qui est bien normal, le sénat ayant été créé au début de la IIIe république pour être un ramassis des vieux cons les plus conservateurs possible. Pour éviter les idées les plus radicales, donc.
    (A noter que cette loi sera revotée plusieurs fois avant guerre - sous sa forme complète ou minimisée, et à chaque fois le sénat y mettra son veto).