• Syrie (9 juillet 2013)

    Le Département d’Etat américain a approuvé la délivrance d’un visa à un diplomate syrien, Ali Daghman, puis l’a annulée alors que celui-ci se trouvait déjà dans l’avion vers Washington. Il doit y avoir quelqu’un dans l’administration qui ne sait pas que le Président Obama a récemment répété qu’Assad avait perdu toute légitimité ! Les Républicains font de ce dysfonctionnement administratif un exemple de l’incapacité du président à trancher sur le dossier syrien.

    Exclusive : State Department Approves, Then Revokes, Visa for New Syrian Diplomat, by Josh Rogin.
    The Daily Beast.

    http://www.thedailybeast.com/articles/2013/07/09/exclusive-state-department-approves-then-revokes-visa-for-new-syrian-

    “The State Department approved a visa for a new Syrian diplomat sent to Washington by the Assad regime several weeks ago and then revoked it today—but not before the diplomat had boarded his plane to Washington. He is being deported now in what lawmakers and opposition figures see as the latest debacle in the Obama administration’s handling of the Syria crisis.” (…)

    #State_Department, #Ali_Daghman, #visa, #Assad


  • Evénements en Egypte. Destitution par l’armée du Président Morsi. (3 juin 2013).

    La France réagit par la « neutralité. Elle « prend acte » de ce qui se passe au Caire, ne porte aucun jugement sur la mise à l’écart de Morsi et préfère insister sur le processus politique et électoral qui vient d’être envisagé : une période de transition et des élections.

    Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères, sur Facebook : « Dans la situation très dégradée et d’extrême tension de l’Egypte, de nouvelles élections ont finalement été annoncées, après une période de transition. La France en prend acte. Elle souhaite que les échéances soient préparées dans le respect de la paix civile, du pluralisme, des libertés individuelles et des acquis de la transition démocratique, afin que le peuple égyptien puisse choisir librement ses dirigeants et son avenir ».


  • Campagne d’écrivains israéliens contre l’évacuation de Palestiniens de la région d’Hébron (Palestine), 25 juin 2013.

    Quand deux douzaines d’écrivains israéliens pétitionnent pour convaincre les autorités israéliennes de ne pas déloger un millier de Palestiniens vivant sur les collines de la région de Hébron. Leurs mots sont dénués de toute ambiguïté : « occupation continue » ; « cynisme » ; « pouvoir sans pitié » … comme pour dénoncer ce transfert de population illégal et illégitime visant à créer une « zone militaire d’entraînement » pour l’armée israélienne. Dans sa mansuétude, le ministère de la Défense aurait accepté que les habitants de la zone soient autorisés à aller dans leurs champs les week-ends, pendant les fêtes religieuses juives et deux périodes d’un mois chaque année. On verra ce que vaut une pétition des meilleurs écrivains israéliens, David Grossman, Amos Oz, AB Yehoshua, face à l’armée, pour réveiller les consciences.

    Israeli authors campaign against eviction of West Bank villagers
    Harriet Sherwood, The Guardian, 25 juin 2013

    http://www.guardian.co.uk/world/2013/jun/25/israeli-authors-campaign-west-bank-villagers

    “David Grossman, Amos Oz and AB Yehoshua are among 24 writers calling for reprieve for villages in South Hebron hills.
    Some of the most celebrated figures in Israeli literature are campaigning to stop the forcible eviction of Palestinian communities in the barren hills of the southern West Bank to clear land for an Israeli military firing zone.

    Twenty four authors – including the acclaimed triumvirate of David Grossman, Amos Oz and AB Yehoshua – have put their names to an appeal to save the villages of the South Hebron hills (…)”


  • Qatar (25 juin 2013)

    L’abdication paisible d’un émir, encore jeune pour la politique, est le mode de renoncement le plus remarquable qu’on puisse imaginer dans un pays du golfe, quelles qu’en soient les raisons profondes. La comparaison qui vient à l’esprit est la « renonciation » de Benoit XVI le 28 février dernier. La théologie n’a évidemment pas donné l’exemple à la politique, mais tous deux ont renoncé de leur propre autorité dans la mesure où ils n’avaient pas de supérieur hiérarchique (même si des influences locales ou étrangères ont pu contribuer à leur décision) Tous deux étaient destinés à rester en fonctions jusqu’à leur dernier souffle ou, du moins, jusqu’à ce qu’une incapacité physique ou mentale les empêche d’assumer leurs fonctions. Tous deux ont décidé de partir librement. L’époque a changé en ce sens qu’il n’y a pas de controverse doctrinale, traditionnelle ou populaire, comme cela a été le cas dans l’histoire de la papauté. Mais il n’est pas certain que la décision du Cheikh Hamad bin Khalifa al-Thani soit du goût d’autres souverains de la région.

    Deux articles sur l’abdication de l’Emir de Qatar :
    Article 1

    Qatar’s emir abdicates, hands throne to his son

    http://english.al-akhbar.com/content/qatars-emir-steps-down-names-son-his-successor

    (Reuters, AFP, Al-Akhbar). Published Tuesday, June 25, 2013

    “Qatar’s emir Sheikh Hamad bin Khalifa al-Thani handed power on Tuesday to his son, Crown Prince Sheikh Tamim, taking the rare step for a Gulf Arab ruler of voluntarily ceding power to try to ensure a smooth succession. In a seven-minute speech aired on state television, the emir said it was time for a new generation to take over following his 18 years at the helm of the small, rich state.” (…)

    Article 2

    Qatari emir to offer his son the throne : report

    http://english.al-akhbar.com/content/qatari-emir-offer-his-son-throne-report

    Published Monday, June 24, 2013

    “The emir of Qatar, Sheikh Hamad bin Khalifa al-Thani, 61, informed members of the ruling family on Monday of his decision to hand power to Crown Prince Sheikh Tamim after a meeting in the capital Doha, the Qatari-owned television channel Al Jazeera said.” (…)


  • Syrie (17 juin 2013)
    Saudi Arabia, France sending Syria rebels anti-aircraft guns : source

    http://english.al-akhbar.com/content/saudi-arabia-france-sending-syria-rebels-anti-aircraft-guns-sourc

    L’article commence par : “L’Arabie saoudite, financée en partie par la France, a commencé à fournir des missiles anti-aériens aux rebelles syriens « en petite quantité » il y a environ deux mois, a indiqué lundi une source qui connaît bien le dossier ».

    Quand il n’y a pas de tour de passe-passe, les fonds viennent d’Arabie saoudite et les armes de France.


  • Syrie (21 juin 2013)

    La rébellion syrienne affirme qu’elle a récemment reçu des armes qui vont changer la donne dans son combat contre le régime syrien. Ses déclarations ont été faites la veille de la réunion des « Amis de la Syrie », à Doha, qui a confirmé que les pays soutenant l’opposition syrienne fourniront à celle-ci « tout le matériel et les équipements nécessaires » dans sa lutte contre Assad. (Source : AFP, Al-Akhbar)

    Syrian rebels claim to have received "game-changing" weapons, Al Akhbar, 21 June 2013

    http://english.al-akhbar.com/content/syrian-rebels-claim-have-received-game-changing-weapons


  • Syrie/ Qatar (22 juin 2013)

    Qatar : Arming Syrian rebels to bring peace, justice. Al Akhbar, 22 June 2013. (Source : Reuters, Al-Akhbar)

    http://english.al-akhbar.com/content/qatar-arming-syrian-rebels-bring-peace-justice

    Cheikh Hamad bin Jassim al-Thani, premier ministre de Qatar, a indiqué samedi que la seule façon de résoudre la guerre civile en Syrie était d’armer les rebelles qui luttent contre le président Bachar al-Assad : « La force est nécessaire pour que la justice soit rendue. Et la fourniture d’armes est le seul moyen de parvenir à la paix dans le cas de la Syrie » (…) »


  • Syrie
    Le général Salim Idriss, commandant en chef de l’Armée libre syrienne, appelle les brigades indépendantes islamistes à rejoindre les rangs de son armée. Il offre de partager avec eux, sous certaines conditions, l’armement qu’il recevra des pays soutenant la rébellion syrienne.

    Syria’s rebel leader urges extremist fighters to unify in return for weapons

    Phil Sands, The National, United Arab Emirates, 22 juin 2013

    http://www.thenational.ae/news/world/middle-east/syria-s-rebel-leader-urges-extremist-fighters-to-unify-in-return-for-wea

    “General Salim Idriss, commander of the FSA, the name under which moderate rebel units fight, appealed to leaders of independent Islamist brigades - which are currently not part of the alliance he leads - to join its ranks, according to a leading figure from one of the armed Islamist factions involved in the talks. ‘Idriss offered to support the Islamist factions by sharing the weapons he expects to receive, if they joined an alliance with the FSA and agree to certain conditions,’ the Damascus-based rebel said yesterday (...)”.


  • Syrie
    Lavrov : Russia will honor its S-300 missile contract with Damascus. Two Russian warships head for Syria

    DEBKAfile Special Report June 21, 2013, 9:47 AM (IDT)
    http://www.debka.com/article/23058

    Traduction libre du titre et du début de l’article : " Lavrov : la Russie honorera le contrat de missiles S-300 [passé] avec Damas. Deux navires de guerre russes font route vers la Syrie".

    "Le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a indiqué jeudi 20 juin que Moscou honorera le contrat controversé en application duquel des missiles de défense S-300 sol-air seront livrés à la Syrie. Il s’est exprimé au lendemain du jour où a été annoncé que deux navires de guerre emportant six cents marines russes faisaient route vers la Syrie pour « protéger les citoyens russes [présents en Syrie] », ainsi qu’une force aérienne en couverture si nécessaire " (…).


  • Syrie (17 juin 2013)

    Assad prévient que toute décision occidentale d’armer l’opposition syrienne pourrait conduire « à exporter directement le terrorisme en Europe ». L’interview avec le quotidien allemand, le Frankfurter Allgemeine Zeitung, intervient quatre jours après la déclaration de Washington sur l’utilisation de gaz sarin par le régime d’Assad et sur « l’assistance militaire » que venait de décider le Président Obama.

    Syriens Machthaber Assad im F.A.Z.-Gespräch„Europa wird den Preis für Waffenlieferungen zahlen“

    http://www.faz.net/aktuell/politik/ausland/naher-osten/syriens-machthaber-assad-im-f-a-z-gespraech-europa-wird-den-preis-fuer-waffenli

    17.06.2013 • In einem exklusiven Interview mit der F.A.Z. warnt Syriens Präsident Assad vor einem Export des Terrorismus nach Europa. Assad spricht über Waffen für die Rebellen, den Einsatz von Giftgas, die Rolle ausländischer Mächte und die Genfer Konferenz.



  • Syrie. Armes chimiques (14 juin 2013)

    L’utilisation de gaz sarin par Assad n’est qu’une “fabrication” selon le responsable de la commission des affaires internationales de la chambre basse du parlement russe

    http://en.rian.ru/russia/20130614/181661349/US-Chemical-Weapons-Report-in-Syria-'Fabricated'--Russian-MP.html

    Alexei Pushkov établit un lien entre les informations selon lesquelles Saddam Hussein détenait des armes de destruction massive et celles concernant l’utilisation de gaz sarin par le régime d’Assad. Dans les deux cas il s’agit de « fabrications » américaines. Il considère qu’Obama suit les traces de Bush junior.


  • Processus de paix israélo-palestinien (14 juin 2013)

    Deux articles sur l’incapacité des décideurs politique israéliens à trouver un accord avec les Palestiniens.

    1. http://forward.com/articles/178206/on-palestinians-israels-leadership-has-a-split-per

    The Jewish Daily Forward/ JJ Goldberg met en avant l’écart qui existe entre les responsables militaires et de sécurité israéliens et la classe politique israélienne. Les militaires et la sécurité jugent régulièrement qu’un accord de paix est possible avec les Palestiniens. Les politiques considèrent que la rétrocession de territoires aux Palestiniens est un risque qui n’en vaut pas la peine.

    2. http://www.thedailybeast.com/articles/2013/06/05/why-bibi-won-t-really-give-peace-a-chance.html

    Elisheva Goldberg, dans The Daily Beast, explique que la volonté affichée du Premier ministre Netanyahou de faire la paix n’est pas sincère.

    #Saudi_Crow_Prince_Abdullah, #Thomas_Friedman, #Sharon, #Saudi_peace_plan, #Arab_League, #Efraim_Halevy, #Netanya, #Hamas, #Israeli_Arab_conflict, #Yitzhak_Rabin, #Ehud_Barak, #Ehud_Olmert, #Camp_David, #The_Gatekeepers, #John_Kerry

    #Netanyahu, #2002_Arab_peace_plan, #Arab_Peace_Initiative, #Give_peace_a_chance, #Naftali_Bennett, #Ahmed_Tibi, #Shelly_Yachimovitch


  • Syrie.
    Utilisation d’armes chimiques par le régime d’Assad. Premières réactions au communiqué de la Maison blanche sur l’aide qui sera fournie à l’opposition syrienne (14 juin 2013) :

    • Satisfaction dans le camp des interventionnistes qui demandent désormais que des armes létales soient données à l’opposition syrienne comme des armes lourdes et des missiles sol-air (le communiqué de la Maison blanche n’évoque qu’une fourniture d’armes non létales).
    • Souhait identique de l’opposition de recevoir des armes anti-aériennes.
    • Approbation de John McCain et Lindsay Graham, sénateurs républicains, qui demandent en outre qu’une coalition internationale soit formée pour empêcher Assad d’utiliser son armée.
    • Impatience de savoir quel type d’armes seront fournies à l’opposition (probablement des armes légères et peut-être des armes antichars).
    • Interrogation sur la destination des armes qui seront fournies à l’opposition qui pourraient finir dans les mains de « militants islamiques ».
    • Regret qu’Obama n’ait pas décidé d’établir une zone d’exclusion aérienne.
    • Certitude que l’annonce d’Obama va rétablir le rapport des forces, militaire, diplomatique et psychologique, entre régime et opposition à quelque temps de la tenue de la conférence internationale de Genève II.


  • Syrie
    Texte du communiqué de la Maison Blanche sur les armes chimiques en Syrie (13 juin 2013) :
    http://www.nytimes.com/2013/06/14/us/politics/text-of-white-house-statement-on-chemical-weapons-in-syria.html?_r=0

    Résumé du communiqué :
    – Devant le refus du régime d’Assad de permettre aux enquêteurs des Nations unies de mener des investigations en Syrie, les Etats unis ont collaboré avec leurs partenaires et alliés, ainsi qu’avec des personnes en Syrie, y compris parmi l’opposition, pour obtenir et partager des informations sur l’usage d’armes chimiques.
    – Il est désormais avéré que le régime d’Assad a utilisé « l’année dernière », « à plusieurs reprise s », « à petite échelle », du « sarin », un agent neurotoxique, qui a provoqué la mort de 100 à 150 personnes. Les Etats unis n’ont pas la preuve que l’opposition a acquis ou utilisé des armes chimiques.
    – L’usage du sarin viole les règles internationales en matière d’armes chimiques.
    – L’usage d’armes chimiques constitue une ligne rouge pour les Etats unis.
    – Dans ces conditions le président américain a décidé d’accroître la « fourniture d’aide non létal à l’opposition civile » ainsi qu’une « aide directe au Conseil militaire suprême » (structure militaire de l’opposition).
    – Cette assistance est appelée à se développer. Elle s’inscrit dans le cadre d’un règlement politique négocié (tel que prévu par la future conférence internationale de Genève II).



  • Syrie.
    Utilisation d’armes chimiques par le régime syrien. Washington décide de fournir une aide militaire directe à l’opposition syrienne.

    US: ’Syria Has Used Chemical Weapons’

    http://uk.news.yahoo.com/us-officials-syria-used-chemical-weapons-211857204.html?.tsrc=warhol#

    After months of investigation, Obama administration officials said that chemical weapons have been used “on a small-scale” to kill up to 150 people, crossing what President Barack Obama had marked as a “red line” for US intervention in the conflict.

    Mr Obama’s deputy national security adviser, Ben Rhodes, said the president had decided to provide “direct military support” to the opposition in the light of the evidence. (…)


  • Qatar
    L’Emir de Qatar devrait prochainement confier le pouvoir au quatrième de ses fils, Cheikh Tamim Bin Hamad Bin Khalifa al-Thani.
    Liens pour en savoir plus sur cette perspective et sur le Prince héritier :

    http://www.diwan.gov.qa/english/heir_apparent/heir_apparent_cv.htm
    Site officiel du Prince héritier où l’on trouve sa biographie, ses discours, le programme de ses visites, des photographies, etc.

    http://www.flickr.com/photos/39411748@N06/galleries/72157626619016831
    Photos du Prince héritier

    http://m.gulfnews.com/news/gulf/qatar/emir-of-qatar-to-cede-powers-to-33-year-old-son-1.1194986
    Annonce que l’Emir est prêt à céder le pouvoir à Cheikh Tamim et que celui-ci est un proche des Frères musulmans.

    http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/middleeast/qatar/10108717/Qatar-preparing-for-leadership-transition.html
    Information identique à celle de Gulf News. Y ajoute que le cousin de l’Emir actuel (Hamad Bin Jassim, « propriétaire des magasins Harrods » de Londres) abandonnera ses responsabilités de premier ministre

    http://www.wikileaks.org/plusd/cables/05DOHA953_a.html
    Télégramme de l’administration américaine du 26 mai 2005 (publié par Wikileaks) où il est dit que le Prince héritier est de plus en plus impliqué dans la supervision de la sécurité intérieure du pays.

    http://www.wikileaks.org/plusd/cables/06DOHA868_a.html
    Télégramme de l’administration américaine du 6 juin 2006 (Wikileaks) dans lequel il est indiqué que le Prince héritier est en charge des questions de défense et de renseignement. Cheikh Tamim estime que les sanctions économiques et militaires sur l’Iran sont de peu d’effet et qu’il serait sage de ne pas conduire une politique qui fasse de l’Iran un « perdant ». Il plaide pour que la communauté internationale donne sa « chance » au Hamas.

    http://www.wikileaks.org/plusd/cables/09DOHA291_a.html
    Télégramme de l’administration américaine du 30 avril 2009 (Wikileaks). Porte sur la médiation qatarie sur le Soudan. Cheikh Tamim rappelle que le maintien de l’unité dans le pays et la cessation des combats sont essentiels.

    http://www.bfmtv.com/sport/qatargate-mensonges-platini-envisage-poursuites-435676.html
    Article de BFMTV sur le Qatargate ou les arrangements supposés entre Paris et Doha pour l’attribution du Mondial de football au Qatar pour 2020. Démenti de Michel Platini, Président de l’UEFA.

    http://www.wikileaks.org/plusd/cables/08DOHA658_a.html
    Télégramme de l’administration américaine 14 septembre 2008 (Wikileaks) qui rapporte que Cheikh Tamim dit avoir noté une évolution dans la pensée d’Assad. Ce dernier considèrerait désormais que son principal ennemi est al-Qaïda et non plus Israël

    http://www.wikileaks.org/plusd/cables/07DOHA982_a.html
    Télégramme de l’administration américaine 10 octobre 2007 (Wikileaks). Cheikh Tamim indique que tous les Etats arabes devront négocier avec Israël « qu’ils soient d’accord ou pas avec Israël ».

    http://www.jeuneafrique.com/Article/JA2706p056-057.xml0 (29 Nov. 2012.) Vante le charisme et la francophilie de Cheikh Tamim.


  • Israël/ Palestine
    Un Etat binational ? Deux Etats : Israël et Palestine ? (à suivre)
    Jerusalem Post

    6 06 2013
    Livni : la solution des deux Etats est la seule manière de préserver le sionisme.

    http://www.jpost.com/Breaking-News/Livni-2-state-solution-is-only-way-to-safeguard-Zionism-315639

    « Si j’avais un choix à faire entre le grand Israël ou un Etat juif et démocratique, je choisirais un Etat juif et démocratique », a indiqué la Ministre de la Justice Tzipi Livni au Forum de l’American Jewish Committee, cette semaine, à Washington. « Le temps est compté pour ceux qui croient que la solution des deux Etats est le seul moyen sioniste pour préserver notre identité », a-t-elle ajouté. »

    (traduction libre)
    NB : Tzipi Livni est chargé dans le gouvernement Netanyahou des négociations avec les Palestiniens.
    #Livni, #sionisme, #Etat_juif, #Etat_démocratique, #solution_des_deux_Etats, #identité_juive, #Grand_Israël


  • Iran
    Ne pas se méprendre. Cet article n’a rien à voir avec la Veuve de l’Ayatollah de Gérard de Viliers (série SAS).

    Erotic Republic
    Foreign Policy Magazine
    Thursday, June 6, 2013

    http://www.foreignpolicy.com/articles/2013/05/29/erotic_republic_Iran_sexual_revolution%20

    Iran is in the throes of an unprecedented sexual revolution. Could it eventually shake the regime?
    BY AFSHIN SHAHI|MAY 29, 2013

    When someone mentions Iran, what images leap into your mind? Ayatollahs, religious fanaticism, veiled women? How about sexual revolution? That’s right. Over the last 30 years, as the mainstream Western media has been preoccupied with the radical policies of the Islamic Republic, the country has undergone a fundamental social and cultural transformation.

    While not necessarily positive or negative, Iran’s sexual revolution is certainly unprecedented. Social attitudes have changed so much in the last few decades that many members of the Iranian diaspora are shellshocked when they visit the country: “These days Tehran makes London look like a conservative city,” a British-Iranian acquaintance recently told me upon returning from Tehran. When it comes to sexual mores, Iran is indeed moving in the direction of Britain and the United States — and fast.

    Good data on Iranian sexual habits are, not surprisingly, tough to come by. But a considerable amount can be gleaned from the official statistics compiled by the Islamic Republic. Declining birth rates, for example, signal a wider acceptance of contraceptives and other forms of family planning — as well as a deterioration of the traditional role of the family. Over the last two decades, the country has experienced the fastest drop in fertility ever recorded in human history. Iran’s annual population growth rate, meanwhile, has plunged to 1.2 percent in 2012 from 3.9 percent in 1986— this despite the fact that more than half of Iranians are under
    At the same time, the average marriage age for men has gone up from 20 to 28 years old in the last three decades, and Iranian women are now marrying at between 24 and 30 — five years later than a decade ago. Some 40 percent of adults who are of marriageable age are currently single, according to official statistics. The rate of divorce, meanwhile, has also skyrocketed, tripling from 50,000 registered divorces in the year 2000 to 150,000 in 2010.Currently, there is one divorce for every seven marriages nationwide, but in larger cities the rate gets significantly higher. In Tehran, for example, the ratio is one divorce to every 3.76 marriages — almost comparable to Britain, where 42 percent of marriages end in divorce. And there is no indication that the trend is slowing down. Over the last six months the divorce rate has increased, while the marriage rate has significantly dropped.
    Changing attitudes toward marriage and divorce have coincided with a dramatic shift in the way Iranians approach relationships and sex. According to one study cited by a high-ranking Ministry of Youth official in December 2008, a majority of male respondents admitted having had at least one relationship with someone of the opposite sex before marriage. About 13 percent of those “illicit” relationships, moreover, resulted in unwanted pregnancy and abortion — numbers that, while modest, would have been unthinkable a generation ago. It is little wonder, then, that the Ministry of Youth’s research center has warned that “unhealthy relationships and moral degeneration are the leading causes of divorces among the young Iranian couples.”

    Meanwhile, the underground sex industry has taken off in the last two decades. In the early 1990s, prostitution existed in most cities and towns — particularly in Tehran — but sex workers were virtually invisible, forced to operate deep underground. Now prostitution is only a wink and a nod away in many towns and cities across the country. Often, sex workers loiter on certain streets, waiting for random clients to pick them up. Ten years ago, Entekhabnewspaper claimed that there were close to 85,000 sex workers in Tehran alone.

    Again, there are no good countrywide statics on the number of prostitutes — the head of Iran’s state-run Social Welfare Organization recently told the BBC: “Certain statistics have no positive function in society; instead, they have a negative psychological impact. It is better not to talk about them” — but available figures suggest that 10 to 12 percent of Iranian prostitutes are married. This is especially surprising given the severe Islamic punishments meted out for sex outside marriage, particularly for women. More surprisingly still, not all sex workers in Iran are female. A new reportconfirms that middle-aged wealthy women, as well as young and educated women in search of short-term sexual relationships, are seeking the personal services of male sex workers.

    Afshin Shahi isa lecturer in Middle East politics and international relations at Exeter University. He tweets at @AfshinShahi.
    #Iran, #sexual_revolution, #marriage, #divorce, #birth_rate, #population_growth_rate, #pregnancy, #abortion,


  • Depuis quelques mois, les Etats unis entendent relancer le processus de paix. D’une conférence organisée à Tel Aviv le 27 mai sur l’Initiative de Paix arabe, Shlomi Eldar (Al-Monitor) a tiré les conclusions suivantes :
    – La plus grande victoire de la droite israélienne n’est pas la colonisation mais le fait qu’elle a réussi à rendre les Israéliens apathiques et léthargiques et qu’elle a toujours repoussé les efforts internationaux de paix. Elle a délégitimé tout effort de paix.
    – Si l’une des raisons est que la guerre en Syrie et le nucléaire iranien ont fait passer au second plan la question de Palestine, la véritable explication est qu’aucune force politique israélienne n’avait, et n’a toujours pas, réagi à l’offre de paix arabe qui date de 2002 et qui est régulièrement renouvelée par la Ligue arabe depuis cette époque. Cette offre n’est pourtant pas éternelle.
    – Israël est incapable de concevoir une initiative arabe.
    – Les Israéliens ne se rendent pas compte qu’il est dans leur intérêt d’accepter l’Initiative de paix arabe. Ils ne peuvent compter sur leur classe politique pour changer d’avis.
    – En fait, les dirigeants israéliens repousseront toute initiative de paix pour faire admettre que le statut quo est préférable à un plan de paix.

    By : Shlomi Eldar for Al-Monitor Israel Pulse Posted on May 31
    Shlomi Eldar is a contributing writer for Al-Monitor’s Israel Pulse. For the past two decades, he has covered the Palestinian Authority and especially the Gaza Strip for Israel’s Channels 1 and 10 and has reported on the emergence of Hamas. In 2007, he was awarded the Sokolov Prize, Israel’s most important media award, for this work

    http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2013/05/arab-peace-initiative-apathy.html

    The greatest achievement of the Israeli right is not the settlement enterprise. The greatest achievement of the Israeli right is its success in making most of the Israeli public lethargic and apathetic.
    Earlier this week (May 27), there was a conference in Tel Aviv dedicated exclusively to the Arab Peace Initiative. The conference was organized by the S. Daniel Abraham Center for Strategic Dialogue of the Netanya Academic College, the Friedrich Ebert Foundation and Yisrael Yozemet (Israeli Peace Initiative), which is a group founded to promote the Arab Peace Initiative. The conference had a large turnout that included academics, economists and people who were once senior figures in the Israeli political system.
    The only Knesset members who attended were Erel Margalit and Meirav Michaeli, both from the Labor Party. The organizers invited Knesset members from the right as well, but the invitations were turned down. These days, the Israeli political system looks dimly at the Arab world in general and the Palestinians in particular. There is almost no one who wants to begin any sort of dialogue whatsoever or to make any effort to resolve the conflict (…)

    #Arab_peace_initiative, #settlement, #peace, #lethargy, #apathy, #peace_proposal, #Arab_league, #Syria, #Iran


  • Israel
    Nouvelle réflexion sur l’impossibilité de voir émerger un jour un Etat palestinien. Naomi Chazan, ancienne vice-président de la Knesset, est convaincue que si un Etat binational venait à voir le jour, il est douteux qu’Israël puisse continuer longtemps à se prévaloir d’être la seule démocratie du Proche Orient. D’ici là, la colonisation des territoires palestiniens - phénomène irréversible - aura contredit l’idéal sioniste fait de liberté, justice et paix. Le gouvernement Netanyahou prouve par sa politique que l’ultranationalisme juif et le post-sionisme sont les deux faces d’une même monnaie. Naomi Chazan énumère les techniques mis en œuvre par le gouvernement actuel pour consolider la domination juive sur l’ensemble de tous les territoires, israéliens et palestiniens.

    The Times of Israël
    http://blogs.timesofisrael.com/israels-new-post-zionists

    Israel’s new post-Zionists
    NAOMI CHAZAN June 2, 2013, 2:44 pm 14

    Forty-six years after the Six Day War of 1967, the continued Israeli occupation of the West Bank no longer appears temporary. These territories, with the exception of Jerusalem, have not been annexed; they have, however, gradually become an integral – albeit decidedly unequal – part of Israel. A one-state reality is taking shape: one which flies in the face of the democratic and Jewish values of the founders of the state. The present government is the first in the country’s history that, by its dedication to making the current situation permanent, is directly contravening the Zionist dream and replacing it with a messianic vision which leaves little room for “the precepts of liberty, justice and peace” or the ideals of “full social and political equality of all…citizens, without distinction of race, creed or sex,” embedded in Israel’s Declaration of Independence.

    The third government of Binyamin Netanyahu, sworn in a few months ago, is also Israel’s most avowedly nationalist. Both its composition (it includes all the parties on the right of the political spectrum) and personal make-up underline its ethnocentric orientation. The prime minister’s own Likud, virtually devoid of the liberal followers of Jabotinsky (such as Dan Meridor, Benny Begin and Michael Eytan), is now represented by the likes of Moshe Feiglin, Danny Danon, Tzipi Hotobeli and Miri Regev – all declared one-staters. Naftali Bennett and his Jewish Home alliance are committed to the retention of the entire Land of Israel. Even the seemingly moderate Yair Lapid is proving to be a sheep in wolves’ clothing. Together, under Netanyahu’s guidance, they are systematically demonstrating that Jewish ultra-nationalism and post-Zionism are two sides of the same coin.

    Five techniques are being used by the government and its allied institutions, think-tanks and NGOs to further the agenda which will solidify a Jewish-dominated bi-national reality. (…)
    #occupation, #one_state, #zionist-dream, #Netanyahu, #Meridor, #Begin, #Eytan, #Feiglin, #Danon, #Hotobeli, #Regev, #Bennett, #Lapid, #procrastination, #compartmentalization, #promotion, #vilification, #transformation #Peres, #World_Economic_Forum, #Kerry, #negotiations, #Arab_Peace_Initiative, #two_state_solution, #settlements, #self_determination, #zionism, #post_zionism


  • David Cronin, "Europe-Israël : une alliance contre-nature"

    ISBN : 978-2-9543806-0-5 224 pages Dépôt légal : décembre 2012 Edition La Guillotine

    Ames europhiles sensibles, s’abstenir. David Cronin, journaliste, a rassemblé dans un livre, "Europe-Israël : Une alliance contre-nature", les éléments qui le convainquent que, loin d’aider l’Autorité palestinienne à construire son Etat, l’Union européenne et ses Etats membres sont complices d’Israël dans la dépossession des Palestiniens et la déstructuration de leur société : terres et biens volés pour se les approprier, constructions galopantes de colonies de peuplement, populations déplacées, démolitions de biens, interdictions de toutes sortes, investissements économiques et financiers européens dans les colonies, illégales au regard du droit international mais sources de profit pour des grandes compagnies européennes, etc. En ce sens, le titre français de l’ouvrage aurait gagné à coller au titre anglais L’alliance européenne avec Israël : aider l’occupation (« aider » dans le sens de « être complice ») plutôt que d’évoquer une « alliance contre-nature », expression plus ambiguë.

    David Cronin mesure l’implication des Européens à leur silence à couvrir les « crimes d’Israël », à leurs déclarations lénifiantes, à l’ouverture de leurs programmes de Recherche et de Développement aux chercheurs israéliens qui ne sont que des « militaires camouflés en civil », à leur « prosternation devant l’Amérique néo-impérialiste », à leur « ingérence » dans la politique intérieure palestinienne et même israélienne, à leur « lâcheté », etc. Au final, déplore-t-il, Israël étant déjà « quasiment membre de l’Union européenne », il n’est pas surprenant que l’Europe prenne le parti, discrètement ou pas, naïvement ou sciemment, de l’un de ses plus sûrs protégés et qu’elle contribue à enraciner l’idée qu’il existe une « exception israélienne » qui immunise Israël contre toute critique et toute référence à la légalité internationale.

    Le vocabulaire utilisé par David Cronin ne fait pas dans la nuance : « Israël est un Etat voyou » ; l’Union européenne est « mandataire de l’occupation » israélienne ; le président et le premier ministre palestiniens sont des « collabos » effectuant « les sales besognes sous commandement israélien ». La dénonciation aurait gagné en force si les affirmations avaient été accompagnées par une analyse plus poussée. Dire, par exemple, que le processus d’Oslo était condamné depuis le départ est aujourd’hui une banalité. Peut-être aurait-il fallu dire en quoi. La question sur la pertinence de l’aide européenne et internationale à l’Autorité palestinienne et sur l’administration de cette aide est essentielle mais elle aurait mérité un développement plus critique.

    Le texte de Cronin renvoie plus au pamphlet qu’à l’analyse froide : le journaliste est un honnête homme engagé. Son livre est un appel à l’indignation et à l’action contre la politique israélienne et contre la réaction des Européens. Il prône l’Etat binational (un seul Etat pour deux peuples), le boycott d’Israël pour le contraindre à infléchir sa politique mais aussi pour faire acte de solidarité avec ceux qui recherchent la « justice », juste cause qui lui permet de faire l’impasse sur la realpolitik qu’il ne mentionne que dans les dernières lignes de son ouvrage.


  • Palestine
    Film à voir le moment venu, « La route de Silverstone », présenté hier, 5 juin, à Bruxelles, ou le rêve de jeunes réfugiés palestiniens qui, contre vents et marées, construisent une voiture de Formule I et participent à une compétition internationale pour étudiants à Silverstone, au Royaume uni.

    http://www.unric.org/en/events/28512-millenium-film-festival-qthe-road-to-silverstoneq-unrwa
    http://www.festivalmillenium.org/en/content/road-silverstone-0
    https://www.facebook.com/events/474480832626568

    The millennium film festival and the united nations relief and works agency for Palestine refugees in the near east (unrwa) have the pleasure to present the film the road to Silverstone
    An inspirational tale of determination against adversity, The Road to Silverstone tells the true story of a group of young Palestine refugees who succeeded in building a Formula 1 racing car, the first ever such car built in Gaza, and in bringing it to compete at the International Student competition at Britain’s famous Silverstone track. Capturing the dreams of a group of young men and women and the challenges facing them, the film presents a side of life in Gaza rarely seen by the outside world.

    The film will be followed by a discussion with Dr Ghassan Abu-Orf (Dean of the Khan Younis Training Centre in Gaza, who helped the students in their project); Mrs Isabelle Durant (Vice-President of the European Parliament); Mr Hadi Shebli (Deputy Head of Mission of Palestine to the EU) and Mrs Simone Susskind (President of Actions in the Mediterranean- NGO). The debate will be moderated by Mr Gie Goris (Editor in chief of MO* Magazine).

    This project is made possible thanks to the support of the European Union
    5th june at 20:30h cinéma vendôme (ch. wavre 18, brussels)


  • Jordanie
    La Jordanie en proie avec les conséquences de la guerre en Syrie au Nord et les violences tribales au Sud, notamment dans la ville de Maan.

    More Problems Than Ever
    By: Tamer al-Samadi Translated from Al-Hayat (Pan Arab)

    http://www.al-monitor.com/pulse/politics/2013/06/jordan-government-problems-ensour-syria.html

    “To avoid the collapse of the economy, Jordanian Prime Minister Abdullah Ensour is likely to take harsh decisions in the coming period, starting by raising electricity prices, which would surely go beyond the gradual cancelation of subsidies on bread and other commodities. This is seen as an attempt to obtain a financial loan worth $2 billion from the International Monetary Fund (IMF). However, these decisions that have yet to be announced reflect the deep trouble Ensour is likely to face in the coming period. Ensour has an economic mindset. He was educated in the United States and France and his reputation has yet to be tarnished with accusations of corruption.

    The biggest challenge facing the government — mired in economic and political complexities — is the bloody violence that has been gripping the city of Maan in southern Jordan for four days”.

    (…) Official circles revealed to Al-Hayat that the Syrian file’s successive developments “urged powerful leading figures within the state to demand the current government’s dismissal and the declaration of the war cabinet as soon as possible in order to counter the repercussions of the Syrian disaster, [as] anticipated by the Hashemite Kingdom.”