• « #Le spam est un problème qu’à Framasoft, nous connaissons bien. Mais savez-vous à quel point ?
    Je vais, dans cet article, vous dresser le tableau des soucis de spam que nous rencontrons et des contre-mesures que nous avons mises en place. »

    https://framablog.org/2020/11/13/i-dont-want-any-spam

    Un très bon article sur la lutte anti-spam (pas seulement sur le courrier électronique mais aussi le fédivers, les commentaires aux articles sur le Web et même git), l’inévitabilité des faux positifs et des faux négatifs, et les mesures possibles. Contrairement à 99,9 % des articles sur le spam, zéro baratin. Même pas d’IA quantique pour identifier le spam.

    [Bon, je pense que SeenThis n’a pas trop le problème.]

  • Besoin de ressources sur le documentaire "Hold Up" ?

    Il y a une personne de la team sceptique avait commencé à rassembler des ressources disponibles ici : https://docs.google.com/document/d/1UU2Gp_YH4NnJ2tRYPD1-pFli-F7TM1PtO_Ll95J2LQI suite à quoi nous avons lancé un pad collectif qui, depuis, s’est étoffé et continue à l’être : https://frama.link/Debunk-HoldUp (à diffuser avec parcimonie)
    et il y a #CaptainFact qui propose une vérification collective enrichie là https://captainfact.io/videos/4Y7d (je suis persuadée que c’est le genre d’outils qu’on a besoin de développer)

    En attendant, je dois avouer que je fais un peu le yoyo sur le sujet parce que lire ça et là que les gens sont stupides de relayer ça, bah, même si j’ai des ras-le-bol très très fort, ça me va pas comme réponse, ou plutôt, ça me rend encore plus triste et pessimiste. Je ne peux m’empêcher de penser à l’électorat de Trump, qu’on moque plus facilement qu’il est à distance, en sachant que dans le même temps la France est en train de faire pire dans certains domaines. Il me semble que ne pas entendre les besoins auxquels ce film répond, c’est passer à côté de ce qu’il nous faut pour faire "société" et pousser les biens communs et non individualités malmenées par des décrets qui nous maintiennent dans l’impuissance. Je suis persuadée, années après années, que le plus important est l’accessibilité aux informations et savoirs mais je suis aussi de plus en plus convaincue que la solution pour mieux passer les crises passe par rétablir plein de liens d’entraide dans notre voisinage immédiat...
    Mille douceurs sur tous vos univers et sur vos bulles nécessaires 💚

    Loi de Brandolini : « La quantité d’énergie nécessaire pour réfuter des idioties est supérieure d’un ordre de grandeur à celle nécessaire pour les produire. »
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_de_Brandolini

    Avant de partir piocher dans les données, une première question à se poser est peut-être "Pourquoi vouloir changer l’opinion des gens sur Hold-up ?" afin de mieux répondre à la question "Comment changer l’opinion d’une personne sur Hold-up ?" Pour ça, le visionnage de la nouvelle vidéo de Hygiène Mentale peut être salutaire ;)
    https://www.youtube.com/watch?v=VnbhrwNXry0

    Et donc, pour ce qui est déjà listé :

    Précisions / mises au point d’intervenant-e-s

    Philippe Douste-Blazy s’explique et se désolidarise du documentaire
    https://twitter.com/pdousteblazy/status/1326623595502718978 +archive : https://archive.vn/Vn91s
    Interview RTL : “Hold-Up” : Douste-Blazy “scandalisé” par le documentaire où il apparaît : https://www.rtl.fr/actu/politique/hold-up-douste-blazy-scandalise-par-le-documentaire-ou-il-apparait-7800921675 )
    Explication plus complète sur BFMTV : “Hold-Up” : “scandalisé”, Douste-Blazy demande à être retiré du documentaire aux relents complotistes : https://www.bfmtv.com/sante/hold-up-scandalise-douste-blazy-demande-a-etre-retire-du-documentaire-aux-rel

    Monique Pinçon-Charlot explique comment elle a été trompée à la fois sur le sujet mais aussi sur la coupe qui a été faite dans ses propos. Elle présente aussi ses excuse pour l’allusion inappropriée à l’holocauste. Elle refuse d’être associée à la promotion du film :
    https://twitter.com/PINCON_CHARL0T/status/1327309067879141377 +archive : https://archive.vn/EfkkO

    Analyses, critiques et désinfox disponibles

    Sur Twitter :
    –Thread debunk et analyse, de @C19Federation (collectif Covid 19 Fédération, centre d’information sur le coronavirus) :
    https://twitter.com/C19Federation/status/1326595799858475009 +archive : https://archive.vn/SmBVG

    –Thread debunk, de @Tristanmf :
    https://twitter.com/tristanmf/status/1326510738966532096 +archive : https://archive.vn/9GSdJ

    –Thread debunk, de @VictorBoissel
    https://twitter.com/VictorBoissel/status/1326797394269401088 +archive : https://archive.vn/XomKt

    –Thread debunk, de @lucifer_le_vrai
    https://twitter.com/lucifer_le_vrai/status/1325967852332077062 +archive : https://archive.vn/s0l4S

    –Courtes vidéos de @Gollumilluminat

    le Diamond Princess prédit-il 55 000 morts pour la Grande Bretagne ?

    https://twitter.com/Gollumilluminat/status/1326844683440582658

    "L’OMS a interdit les autopsies" ?

    https://twitter.com/Gollumilluminat/status/1326882895781355526

    "les médecins touchent plus d’argent lorsqu’ils dénoncent des cas contact" ?

    https://twitter.com/Gollumilluminat/status/1326876315018989569

    –Thread debunk de @AnasseKazib, belles mises en évidence d’incohérences dans le film.
    https://twitter.com/AnasseKazib/status/1326995516354334731 + archive : https://archive.vn/sM5QK

    –Thread de @medmedfr qui regroupe aussi divers thread, articles et debunk :
    https://twitter.com/medmedfr/status/1326606239300775941 +archive : https://archive.vn/FSIEG

    –Thread Alexandre Boucherot, COE de Ulule, sur la récolte d’argent pour Hold Up sur la plateforme :
    https://twitter.com/cemonsieur/status/1326873749531074560 +archive : https://archive.vn/0R48k
    → Il y explique que l’intégralité de la commission perçue va aller à une association de défense de l’information : https://community.ulule.com/topics/politique-de-moderation-que-fait-ulule-si-un-projet-contrevient-a-s

    Sur Facebook :
    –Post de Jean-Loic Le Quellec, notamment sur les invités du film :
    https://www.facebook.com/jeanloic.lequellec/posts/3798547896845205 +archive : https://archive.vn/dzRzx

    –Post de Dany Nuremberg, notamment sur les invités du film et l’HCQ :
    https://www.facebook.com/story.php?story_fbid=10223237673481214&id=1565238776 +archive : https://archive.vn/s3xtd

    –Alerte du collectif Covid19 (centre d’information sur le coronavirus) :
    https://facebook.com/Covid19.Federation/photos/a.109195057395696/194108348904366 +archive : https://archive.vn/1MiLc

    –Post analyse de Loïc Steffan, Professeur agrégé Éco-gestion, à l’Institut National Universitaire Champollion :
    https://www.facebook.com/loic.steffan/posts/10221632402871394 +archive : https://archive.vn/iJQxy

    –Courtes vidéos de Pierre Ratbb identiques à celles de @Gollumilluminat sur twitter :

    le Diamond Princess prédit-il 55 000 morts pour la Grande Bretagne ?

    https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=1251684621880487&id=100011168831576

    "L’OMS a interdit les autopsies" ?

    https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=1251791825203100&id=100011168831576

    "les médecins touchent plus d’argent lorsqu’ils dénoncent des cas contact" ?

    https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=1251773601871589&id=100011168831576

    Sur Youtube :
    –Courtes vidéos par Le Moment Neuneu :

    le Diamond Princess prédit-il 55 000 morts pour la Grande Bretagne ?

    https://www.youtube.com/watch?v=2A6Bo-swumQ

    "L’OMS a interdit les autopsies" ?

    https://www.youtube.com/watch?v=8f6LxmG3GCo

    "les médecins touchent plus d’argent lorsqu’ils dénoncent des cas contact" ?

    https://www.youtube.com/watch?v=CauCCT3L1pw

    Sur Internet :

    Très très gros boulot de Débunkage du documentaire Hold-up : analyse personnelle et semi-collaborative par Thibaut P. & Christophe P. avec timing précis et au format CC-BY-NC-SA : https://hackmd.io/Vxh9X6C8RIyh0zRPcgh_BA?view +archive : https://archive.vn/yo9do

    –Captain Fact : travail d’analyse collectif minutieux point par point des membres de CaptainFact :
    https://captainfact.io/videos/4Y7d

    –Travail d’analyse minutieux point par point du collectif Fédération Covid19 (centre d’information sur le coronavirus)
    https://spark.adobe.com/page/xiBTzlo8ML8Hv

    Fiche Conspiracy Watch en cours de réalisation : https://www.conspiracywatch.info/hold-up

    Instant critique : HOLD-UP, la comédie fiction de Pierre Barnérias
    https://instantcritique.fr/divertissement/hold-up-la-comedie-fiction-de-pierre-barnerias

    Médias scientifiques & spécialisés

    Sciences et avenir : Covid-19 : 4 "fake news" majeures présentes dans le documentaire complotiste "Hold-Up"
    https://www.sciencesetavenir.fr/sante/covid-19-4-fake-news-majeures-presentes-dans-le-documentaire-complo

    "Le virus a particulièrement sévi du 15 mars au 15 avril, période où nous étions tous confinés grâce à une mesure historique censée ne pas faire apparaître cette courbe" (à 8’05’’)

    RT-PCR : "l’ARS ne communique pas sur le nombre de cycles" (à 8’54’’)

    "On a interdit les autopsies à cause d’une instruction de l’OMS" (39’16’’)

    "Jusqu’à maintenant, les virus venant du monde animal ont du mal à se transmettre d’Homme à Homme" (entre 1h39’ et 1h50’)

    Différents médias mainstreams :

    –Article de ChekNews (payant) :
    https://www.liberation.fr/checknews/2020/11/11/que-sait-on-du-documentaire-hold-up-qui-denonce-une-manipulation-mondiale
    @medmedfr l’a rendu public ici : https://twitter.com/medmedfr/status/1326606239300775941
    et en version libre là : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/que-sait-on-du-documentaire-c2-abhold-up-c2-bb-qui-d-c3-a9nonce-une-c2-abmanipulation-c2-bb-mondiale-sur-le-covid-19/ar-BB1aUrx1

    Articles cités (Libé ou autres) dans le débunk de Checknews :

    18 mars : Le brevet du Covid-19 par l’institut Pasteur : https://www.liberation.fr/checknews/2020/03/18/non-le-covid-19-n-a-pas-ete-invente-par-l-institut-pasteur_1782209

    25 mars : Pourquoi un billet de blog de pro Raoult a disparu du blog Médiapart : https://www.liberation.fr/checknews/2020/03/25/mediapart-a-t-il-supprime-un-billet-de-blog-favorable-au-professeur-raoul

    13 avril : Pas de déploiement “sauvage” de la 5G pendant le confinement : https://www.liberation.fr/checknews/2020/04/13/le-gouvernement-a-t-il-generalise-la-5g-pendant-le-confinement_1785045

    15 avril : L’OMS et les recommandations de port du masque : https://www.liberation.fr/checknews/2020/04/15/pourquoi-l-oms-ne-recommande-t-elle-pas-le-port-du-masque-a-toute-la-popu

    27 avril : Véran pris en flagrant déli de mensonge sur le port du masque : https://www.liberation.fr/france/2020/04/27/masques-comment-le-gouvernement-a-menti-pour-dissimuler-le-fiasco_1786585

    2 juin : Les critiques de l’étude du Lancet : https://www.liberation.fr/checknews/2020/06/02/pourquoi-l-etude-du-lancet-sur-l-hydroxychloroquine-est-elle-sous-le-feu-

    21 septembre : Le mythe de la prime décès Covid versée aux hopitaux : https://www.liberation.fr/checknews/2020/09/21/non-les-hopitaux-ne-touchent-pas-une-prime-de-5-000-euros-par-deces-du-au

    4 octobre : 5 arguments des “rassuristes” passés au crible : https://www.liberation.fr/france/2020/10/04/cinq-arguments-des-rassuristes-passes-au-crible_1801400

    13 octobre : Analyse de l’association Bon Sens et de ses membres : https://www.liberation.fr/checknews/2020/10/13/qu-est-ce-que-l-association-bonsens-cofondee-par-la-deputee-martine-wonne

    Sur Christian Perronne :

    2016 : Raoult clashe les docteurs complotistes prétendant que Lyme est une maladie créée par les nazis (dont Perronne fait partie) : https://www.lexpress.fr/actualite/sciences/christian-perronne-avec-didier-raoult-on-a-de-l-estime-mutuelle_2130142.htm

    19 juin : Létalité du Covid-19 : 19% en France contre 6% aux USA selon Perronne ? https://www.liberation.fr/checknews/2020/06/19/est-il-vrai-que-la-letalite-du-covid-en-france-a-ete-de-19-contre-6-aux-e

    8 juillet : Perronne défend le protocole Raoult : https://www.lexpress.fr/actualite/sciences/christian-perronne-avec-didier-raoult-on-a-de-l-estime-mutuelle_2130142.htm

    Sur les élections US :

    4 novembre : Pourquoi le nombre de voix démocrates dans le Michigan et le Wisconsin a soudainement augmenté : https://www.liberation.fr/checknews/2020/11/04/pourquoi-le-nombre-de-voix-democrates-dans-le-michigan-et-le-wisconsin-a-

    5 novembre : Pas plus de votants que d’inscrits dans le Michigan : https://www.liberation.fr/checknews/2020/11/05/non-il-n-y-a-pas-eu-plus-de-votants-que-d-inscrits-dans-le-wisconsin_1804

    10 novembre : Pourquoi France Soir n’est plus un journal : https://www.liberation.fr/checknews/2020/11/10/francesoir-ceci-n-est-plus-un-journal_1803644

    Les Décodeurs : Covid-19 : les contre-vérités de « Hold-up », documentaire à succès qui prétend dévoiler la face cachée de l’épidémie : https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/11/12/covid-19-les-contre-verites-de-hold-up-le-documentaire-a-succes-qui-pretend-

    RTBF.be : Le coronavirus, fruit d’une "manipulation mondiale" ? "Hold-Up", un docu soutenu par des milliers de contributeurs
    https://www.rtbf.be/info/medias/detail_le-coronavirus-fruit-d-une-manipulation-mondiale-hold-up-un-docu-soutenu

    Le Parisien : Covid-19 : labos, masques et domination du monde… on décrypte « Hold Up », le docu qui agite les complotistes
    https://www.leparisien.fr/societe/covid-19-labos-masques-et-domination-du-monde-on-decrypte-hold-up-le-docu

    France Info : Covid-19 : “Hold-up”, le documentaire qui dénonce un “complot mondial”, fait polémique : https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/covid-19-et-complot-mondial-le-documentaire-hold-up-fait-polemique_4178

    – RTL :
    "Comment le documentaire "Hold up" est devenu une affaire politique ?" : chronique de Jean-Mathieu Pernin
    https://www.youtube.com/watch?v=Ge5qEf_FW7Q


    à retrouver en article ici https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/comment-le-documentaire-hold-up-est-devenu-une-affaire-politique-7800922012

    "Hold Up : le piège redoutable des théories du complot" : edito

    https://www.youtube.com/watch?v=6yS8C0ZuXL4


    à retrouver en article ici : https://www.rtl.fr/actu/politique/hold-up-le-piege-redoutable-des-theories-du-complot-7800921922
    – Europe 1 : de 3’28 à 5’36, avec intervention de Tristan Mendès
    https://www.youtube.com/watch?v=yZveTRGAn4g

    BFMTV (article un peu brouillon mais qui a l’avantage de lister la plupart des autres publications et de comprendre pourquoi Philippe Douste-Blazy dit s’être fait pièger) : TOUT COMPRENDRE - “Hold-up”, le documentaire aux relents complotistes qui veut dénoncer les “mensonges” sur le Covid-19 : https://www.bfmtv.com/societe/tout-comprendre-hold-up-le-documentaire-aux-relents-complotistes-qui-veut-den

    lien vers le doc hors "promotion" : https://hdstreaming.ch/movies/hold-up-retour-sur-un-chaos

  • #Masques chirurgicaux - Vous pouvez les laver et les réutiliser ! - Actualité - UFC-Que Choisir
    https://www.quechoisir.org/actualite-masques-chirurgicaux-vous-pouvez-les-laver-et-les-reutiliser-n

    C’est l’enseignement du test que nous avons réalisé sur 3 modèles achetés en grandes surfaces et en parapharmacie.

  • Bronchiolite, bronchite, gastro : beaucoup moins de malades cet automne - Santé - Le Télégramme
    https://www.letelegramme.fr/france/bronchiolite-bronchite-gastro-beaucoup-moins-de-malades-cet-automne-12-


    Les passages aux urgences pour bronchiolite

    Les maladies habituelles d’automne-hiver circulent pour l’instant beaucoup moins que les années précédentes. Le respect des gestes barrières et le reconfinement semblent d’une efficacité redoutable contre la bronchiolite, la bronchite et la gastro.

    Bronchiolite du nourrisson, bronchite et gastro-entérite aiguës, le triptyque que toutes les familles redoutent à l’arrivée de l’automne, se révèle beaucoup plus discret cette année. Selon les données de Santé Publique France, les taux de passages aux urgences et de consultation par SOS Médecins pour ces trois maladies, sont deux à quatre fois moins élevés en novembre que les années précédentes.

    Dès septembre, les courbes d’évolution de gastro et de bronchite étaient bien en dessous des précédents crus, et celle de bronchiolite n’a pas connu l’envolée habituelle de début octobre. Merci qui ? « C’est probablement dû à l’efficacité des gestes barrières : se laver les mains et porter le masque », répond, sans surprise, Mathias Wargon, chef de service des urgences et du SMUR du centre hospitalier Delafontaine, à Saint-Denis (93). S’ils n’ont pas suffi à contenir la flambée de covid-19, les gestes barrières auraient maintenu les autres maux à des niveaux bas.

    Les enfants de moins de 2 ans profiteraient des efforts des adultes pour être moins exposés au virus respiratoire de la bronchiolite qui se transmet par gouttelettes et par les mains.

    Le reconfinement engagé le 30 octobre semble avoir parachevé la barrière antivirus et a encore tassé les courbes de la bronchite et de la bronchiolite de la première semaine de novembre (la n°45 sur les graphiques).

    Concernant la grippe, difficile de jouer les Madame Irma : « En Ile-de-France, on est sur les chiffres habituels car l’épidémie n’a pas commencé », constate Mathias Wargon, qui rappelle néanmoins « qu’il n’y a pas eu de grippe » lors de l’hiver australien.

    « Ça sauve des vies »
    Les Français tireront-ils leçon de cela pour maintenir les gestes barrières dans les années futures ? Mathias Wargon l’espère : « Je ne dis pas que toute la population devra rester masquée mais en cas de nez qui coule, de toux, c’est un geste civique que de porter le masque. Le gel hydroalcoolique, il faudrait y en avoir partout, tout le temps. Et il est nécessaire de faciliter l’accès à des points d’eau avec savon… Il faut se laver les mains ! L’hygiénisme c’est un truc du XIXe siècle mais on avait oublié l’importance de ces gestes. Or, quand la bronchiolite et la gastro-entérite circulent moins, ça sauve des vies ».

  • Trump remplit le Pentagone de loyalistes de droite - World Socialist Web Site
    https://www.wsws.org/fr/articles/2020/11/13/tppg-n13.html
    https://www.wsws.org/asset/cf61e206-6545-403f-a30e-cd57a54cf409?rendition=image1280

    La purge a commencé lundi avec le renvoi sommaire par tweet du secrétaire à la Défense Mark Esper, qui aurait pris par surprise l’ensemble du commandement en uniforme de l’armée américaine. Le choix du remplaçant d’Esper a été encore plus choquant pour le commandement.

    Le nouveau chef « intérimaire » du Pentagone sera Christopher Miller, un colonel retraité des forces spéciales qui a passé 30 ans dans les rangs de l’armée et qui n’a aucune expérience des échelons supérieurs du commandement militaire. Trump a délibérément cultivé un appui au sein des 70.000 membres des forces spéciales, notamment par le biais de grâces pour crimes de guerre, dans le but de transformer cette force quasi indépendante en sa garde prétorienne.

    Au sein de l’état-major militaire, on considère Miller comme n’étant pas du tout préparé à assumer le poste de secrétaire à la Défense. Sa principale qualification est son soutien sans réserve à Trump, démontré alors qu’il était membre du Conseil national de sécurité à la Maison-Blanche, et sa volonté d’utiliser la répression militaire contre les manifestants au pays.

    Avant de devenir précédemment directeur du Centre national de lutte contre le terrorisme (NCTC), il avait témoigné lors de son audition de confirmation au Sénat qu’il ne s’opposerait pas à ce que le NCTC partage des renseignements sur les citoyens américains avec le FBI et le ministère de la Sécurité intérieure (DHS) dans le but de réprimer les manifestations.

    Mardi, l’éviction d’Esper a coïncidé avec la démission du troisième fonctionnaire du Pentagone, James Anderson, le sous-secrétaire à la défense pour la politique, et son remplacement par le général à la retraite et commentateur de Fox News, Anthony Tata. Trump avait proposé la candidature de Tata en août dernier, mais il avait été contraint d’annuler sa nomination après que le Sénat eut annulé les audiences de confirmation, car Tata avait déjà qualifié l’ancien président Barack Obama de « chef terroriste », de « candidat mandchou » et de musulman. Par la suite, Trump avait installé Tata au Pentagone dans un poste inventé de toutes pièces comme assistant d’Anderson. Aujourd’hui, un fasciste islamophobe occupe le troisième poste dans la machine de guerre américaine.

    Dans sa lettre de démission, Anderson a écrit : « Maintenant, comme toujours, notre succès à long terme dépend de l’adhésion à la Constitution américaine que tous les fonctionnaires jurent de soutenir et de défendre ». Dans un reportage sur la démission, Breaking Defense a noté : « De telles phrases ne sont pas là que pour la forme dans la lettre de démission d’un haut fonctionnaire et ceci était clairement destiné à envoyer un message ». En effet, Esper a inclus un langage presque identique dans son dernier message à l’armée, la félicitant de « rester apolitique, et d’honorer votre serment à la Constitution ».

    La détermination de Trump à se débarrasser d’Esper découle des événements de début juin, lorsque la Maison-Blanche a déployé des forces de sécurité fédérales et a cherché à déployer des troupes américaines dans les rues pour réprimer les manifestations de masse déclenchées par le meurtre de George Floyd par la police à Minneapolis.

    Esper s’est publiquement opposé aux menaces de Trump d’invoquer la loi sur l’insurrection afin de déployer des troupes américaines dans tout le pays pour réprimer les protestations. Il a déclaré qu’une telle action ne pouvait être qu’un « dernier recours et uniquement dans les situations les plus urgentes et les plus graves ». Il a ajouté : « Nous ne sommes pas dans une de ces situations en ce moment ».

    Cette opposition d’un fonctionnaire dont l’asservissement à la Maison-Blanche lui a valu le surnom de « Yesper » reflétait les graves préoccupations qu’un tel déploiement national n’était pas nécessaire et pourrait déchirer l’armée. Trump aurait été furieux de la déclaration d’Esper et c’est à ce moment-là qu’il aurait décidé de remplacer Esper par quelqu’un qui ne s’opposerait pas à ses tentatives d’utiliser l’armée dans un objectif de dictature présidentielle.

    Le chroniqueur républicain Bill Kristol a fourni une indication de l’atmosphère de purge vindicative au Pentagone. Citant des conversations avec de hauts responsables militaires, Kristol a rapporté : « Hier, lorsqu’on a renvoyé Jim Anderson en tant que sous-secrétaire d’État à la politique, il a reçu des applaudissements en quittant le bâtiment. La Maison-Blanche a exigé les noms de tous les responsables politiques qui s’étaient joints aux applaudissements afin de les licencier ».

    Deux autres nominations de fidèles de Trump à des postes de haut niveau indiquent l’ampleur de la prise de contrôle politique du Pentagone par l’extrême droite. Le sous-secrétaire à la défense pour le renseignement, Joseph Kernan, un amiral trois étoiles de la marine à la retraite, a été remplacé par Ezra Cohen-Watnick, un agent de droite de 34 ans qui a obtenu des postes dans l’appareil militaire et de renseignement grâce à ses relations politiques avec l’ancien conseiller de Trump, Stephen Bannon, et l’ancien conseiller à la sécurité nationale, le général Michael Flynn, ainsi qu’avec Jared Kushner. Il a fait ses preuves auprès de Trump en divulguant des documents secrets de la CIA censés prouver à un représentant républicain de la Californie, Devin Nunes (président de la commission du renseignement de la Chambre des représentants et membre de l’équipe de transition de Trump), que le gouvernement espionnait la campagne de Trump.

    La quatrième nomination a été celle de Kash Patel, qui remplace Jen Stewart en tant que chef de cabinet du secrétaire à la Défense. Patel, ancien membre du personnel de Nunes, avait été nommé auparavant à un poste créé spécialement pour lui au Conseil national de sécurité. Trump l’a qualifié de « spécialiste de la politique ukrainienne », et on l’a largement soupçonné de participer aux efforts qui visaient à faire pression sur le gouvernement ukrainien pour obtenir des informations préjudiciables sur Joe Biden.

    Mercredi, le nouveau secrétaire à la Défense par intérim, Christopher Miller, a annoncé sa première nomination importante, en nommant le colonel Douglas Macgregor, retraité de l’armée, comme son conseiller principal. Fréquent commentateur de Fox News, Macgregor a dénoncé l’Union européenne et l’Allemagne pour avoir accueilli des « envahisseurs musulmans indésirables », qui, selon lui, avaient « l’objectif de transformer à terme l’Europe en un État islamique ». Il a également tourné en dérision les tentatives de l’Allemagne de traiter les crimes des nazis, les qualifiant de « mentalité tordue », et a appelé à l’imposition de la loi martiale à la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Dans une provocation délibérée, Trump a essayé de nommer le colonel comme ambassadeur à Berlin.

    Le chroniqueur du Washington Post, David Ignatius, qui a des relations très étroites avec l’appareil de sécurité nationale, a cité des spéculations au sein du commandement du Pentagone que Trump pourrait installer ses loyalistes triés sur le volet pour procéder à des retraits accélérés de troupes pendant ses derniers jours de mandat. Cependant, il a ajouté : « Une possibilité plus sombre est que Trump veuille un chef du Pentagone qui puisse ordonner à l’armée de prendre des mesures qui pourraient l’aider à se maintenir au pouvoir en raison d’un résultat électoral qu’il prétend frauduleux ».

    William Cohen, ancien secrétaire à la Défense et sénateur républicain, a déclaré à CNN que le remaniement de l’administration au Pentagone ressemblait « plus à une dictature qu’à une démocratie ». De même, CNN a cité un haut responsable de la défense non nommé qui a déclaré « C’est effrayant, c’est très troublant. Ce sont des gestes de dictateur ».

  • Présidentielle 2022 : Jean-Luc Mélenchon obtient plus de 150.000 parrainages pour se présenter aux élections
    https://www.20minutes.fr/elections/2907547-20201113-presidentielle-2022-melenchon-obtient-plus-150000-parrain

    La déclaration de candidature de Jean-Luc Mélenchon a été accueillie avec froideur, voire hostilité, par les autres partis de gauche, qui ambitionnent d’opposer un concurrent au chef des Insoumis. Le premier secrétaire Olivier Faure a ainsi estimé qu’Emmanuel Macron a dû « s’ouvrir une bonne bouteille » dimanche soir en entendant cette annonce et fustigé une « ambition égoïste ».

    Alors oui, Jean-Luc est un autocrate autoritaire. D’ailleurs, le désastre sanitaire actuel est de son fait, car il y collabore activement par son travail à l’assemblée nationale. Je n’évoquerais évidemment pas sa collaboration active au renforcement du rôle des forces de police dans la répression des différents mouvements sociaux des 20 dernières années, tellement celle-ci est patente.

    Et donc, afin de donner une juste réponse à ce stalinien assumé, je propose que les autres partis de gauche organisent de la même façon des séances de signatures, afin de démontrer à ce dictateur fasciste que la gauche est vivante et qu’elle ne se laisse pas donner des leçons de légitimité aussi facilement.

    En premier lieu, il faudrait à mon sens que le lider des écolos, l’autre là, Jadot, qui par ses propos ressemble plus à Valls qu’à Piole, donne l’exemple, et obtienne 150000 signatures. Et d’ailleurs, soyons fous, histoire de bien démontrer qui a le beau rôle, disons carrément qu’il fasse le nécessaire pour obtenir 300000 signatures. Mélenchon commencerait à comprendre qu’il n’est pas dans le camp de ceux qui méritent nos suffrages.

    En second lieu, c’est au lider du PS de montrer qu’il a toute légitimité à briguer sa place dans une grande primaire d’une grande gauche plurielle. Lui, soyons fous... 500000 signatures. Pas moins.

    Et enfin, terminons par le Parti Communiste. 1 millions de signatures. C’est peu. Vue leur base populaire écrasante. Ils vont obtenir à coup sûr le double. Et démontrer que Mélenchon ferait bien de la mettre en sourdine.

  • Zwischen Überwachungskapitalismus und Gemeinwohlorientierung – Linke Perspektiven auf Künstliche Intelligenz - Fraktion DIE LINKE. im Bundestag
    https://www.linksfraktion.de/termine/detail/zwischen-ueberwachungskapitalismus-und-gemeinwohlorientierung-linke-pe


    On a appris dans cet entretien que les députés du parti de gauche sont les seuls qui posent la question des conséquences de l’utilisation de l’intelligence artificille pour la vie et les conditions de travail de la majorité des citoyens. Les députés des autres partis ne voient le sujet que sous l’angle de la concurrence interntionale et de la place de l’Allemagne capitaliste sur les marchés globalisés.

    Die Linke propose de réglementer l’emploi des technologies en relation avec l’AI en les classant dans des catégories de dangerosité. La catégorie la moins dangereuse autoriserait l’utilisation sans limites d’une technologie alors que son classement dans la catégorie la plus élevée signifierait son interdiction. Cette catégorie devrait comprendre les technologies de guerre et de reconnaissance faciale dans les lieux publiques.

    Fachgespräch, 12. November 2020

    Künstliche Intelligenz ist keine Zukunftstechnologie, sondern sie ist bereits präsenter in verschiedenen Bereichen des alltäglichen Lebens, als vielen bewusst ist. Dennoch beginnen erst jetzt gezielte Regulierungsprozesse. Die Enquete-Kommission Künstliche Intelligenz (KI) hat im Oktober 2020 ihre Empfehlungen an den Deutschen Bundestag übergeben. Die historische Chance, das Potenzial von KI als Beitrag zur Gestaltung einer sozial-ökologischen Transformation zu untersuchen, wurde von der Kommission dabei verschenkt, das Prinzip „Der Mensch steht im Mittelpunkt“ erwies sich als Feigenblatt. Die Fraktion DIE LINKE. im Bundestag erarbeitet aktuell eigene Positionen zu KI, die in Anbetracht der schnelllebigen Entwicklung in diesem Feld immer nur ein aktueller Diskussionsstand sein können.

    Da auch die Ideen, Wünsche, Sorgen und Hoffnungen der Bürgerinnen und Bürger in der Kommission trotz unseres intensiven Vorantreibens zu kurz gekommen sind, möchten wir nun mit dieser Veranstaltung die Zivilgesellschaft zu Wort kommen lassen. Abgeordnete und Sachverständige der Fraktion DIE LINKE, die an der Enquete-Kommission KI teilgenommen haben, werden daraus berichten. Im Anschluss haben Sie die Möglichkeit, Anregungen zu geben und Fragen zu stellen. Wir laden Sie herzlich ein, mit uns über linke Perspektiven auf Künstliche Intelligenz zu diskutieren.

    Anwesende MdB:
    Petra Sitte, Jessica Tatti, Anke Domscheit-Berg

    #Allemagne #politique #gauche #intelligence_artificielle

  • Haut-Karabakh : à Fizouli, abandonnée depuis 1993, l’Azerbaïdjan reprend possession de ruines et de bunkers
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/11/12/haut-karabakh-a-fuzuli-abandonnee-depuis-1993-l-azerbaidjan-reprend-possessi

    Une lourde odeur de décomposition monte de la végétation, au pied des ruines. La façade occidentale d’une église se dresse encore de toute sa hauteur, sans doute le pan de mur le plus élevé de tout le quartier. L’ouverture ronde proche du faîte devait être autrefois occupée par une rosace. Mais personne ne sait au juste à quel culte était voué ce temple, ni même son nom, parce que plus personne ne vit à Fizouli depuis le 23 août 1993. Le jour où la ville, qui comptait 17 000 habitants au dernier recensement soviétique de 1989, a été prise par les forces arméniennes du Haut-Karabakh. Ses derniers habitants, majoritairement azerbaïdjanais, qui avaient déjà enduré une semaine de bombardements intenses, en ont été chassés. « Regardez toute cette destruction, ces fosses creusées par les bombes aériennes. Il ne reste que des ruines. Mais pourquoi nous ont-ils chassés d’ici, si c’est pour tout laisser à l’abandon ? », déclare Natik, un jeune officier azerbaïdjanais.

    #paywall

    • #Fizouli (#Haut-Karabakh) envoyé spécial - Une lourde odeur de décomposition monte de la végétation, au pied des ruines. La façade occidentale d’une église se dresse encore de toute sa hauteur, sans doute le pan de mur le plus élevé de tout le quartier. L’ouverture ronde proche du faîte devait être autrefois occupée par une rosace. Mais personne ne sait au juste à quel culte était voué ce temple, ni même son nom, parce que plus personne ne vit à Fizouli depuis le 23 août 1993. Le jour où la ville, qui comptait 17 000 habitants au dernier recensement soviétique de 1989, a été prise par les forces arméniennes du Haut-Karabakh.

      Ses derniers habitants, majo ritairement azerbaïdjanais, qui avaient déjà enduré une semaine de bombardements intenses, en ont été chassés. « Regardez toute cette destruction, ces fosses creusées par les bombes aériennes. Il ne reste que des ruines. Mais pourquoi nous ont-ils chassés d’ici, si c’est pour tout laisser à l’abandon ? », déclare Natik, un jeune officier azerbaïdjanais.

      La ville est repassée sous le contrôle de Bakou à la mi-octobre, au terme de combats acharnés. Des caisses de munitions pleines s’entassent au coin des rues. Des obus de mortier et surtout des 122 mm pour l’obusier soviétique D-30, très utilisé par les Arméniens. En ce samedi 7 novembre, on les entend encore tonner 10 km à 20 km au nord, où les combats font rage aux abords de Khodjavend, ainsi qu’au nord-ouest, à 40 km, où Choucha (« Chouchi », pour les Arméniens) tombera, quelques jours plus tard. Depuis la reprise de la cité, l’Arménie défaite et l’Azerbaïdjan victorieux ont signé un cessez-le-feu, sous l’égide de la Russie.

      Ville fantôme

      Ville fantôme, Fizouli n’émet d’autre son que celui du vent dans les feuilles. Figuiers, platanes et frênes puants auraient fini d’engloutir la ville, si Bakou n’avait pas décidé de reprendre le Karabakh par la force. « Nous avons attendu vingt-six ans le retour de nos terres par la voie diplomatique, mais l’Arménie et ses alliés la France, les Etats-Unis et la Russie nous ont fait tourner en bourrique », dit Natik, répétant la doxa officielle.

      Fizouli est le chef-lieu d’un des sept cantons constituant une ceinture autour de la moribonde république autoproclamée du Haut-Karabakh. Les Arméniens ont fait une zone tampon militarisée de ces sept cantons, anticipant une revanche de Bakou. Le désir d’assurer la sécurité du Haut-Karabakh s’est fait aux dépens d’environ 600 000 Azerbaïdjanais, chassés de chez eux et qui n’ont cessé depuis de ruminer leur vengeance. La reconquête aura duré six semaines. Les combats les plus intenses et décisifs se sont déroulés aux portes de Fizouli. « Nous avons percé les premières lignes de défense arméniennes dès le 27 septembre, premier jour de la guerre », raconte un colonel, qui tient à rester anonyme. L’assaut s’est déroulé dans la plaine de l’Araz, à 23 km au sud de Fizouli, à un jet de pierre de la frontière iranienne.

      De chaque côté de la route, des champs de mines. A perte de vue, des rangées de pieux en béton. Une vision tout droit sortie des clichés de la première guerre mondiale. Ces pieux ne sont en fait que les hideux vestiges de vignobles arrachés sur oukase de Mikhaïl Gorbatchev, à la tête de l’URSS de 1985 à 1991. Mais ils ont servi à barrer la plaine aux tanks azerbaïdjanais. « Toutes ces défenses, c’était leur "ligne Maginot", explique l’officier. Ils n’ont rien construit d’autre que des bunkers. Tous ces efforts sont la preuve que les Arméniens n’ont jamais eu l’intention de nous rendre les sept districts [conquis par l’Arménie en 1994]. Ils nous ont bernés, maintenant, nous reprenons tout ! »

      La détermination des Azerbaïdjanais s’observe tout particulièrement à l’entrée de Fizouli. Au niveau du village de Merdinli, le sol est labouré par les impacts d’obus. Partout, des fosses creusées pour protéger des pièces d’artillerie et des tanks. Les Arméniens ont même posé des toits de tôle, similaires à ceux des maisons locales, sur les fosses, peut-être pour les dissimuler aux yeux des drones ennemis. Le colonel azerbaïdjanais raconte que ses forces ont mis plus de deux semaines à briser l’infanterie arménienne.

      Les troupes du Haut-Karabakh ont subi ici des pertes terribles sous le pilonnage ultraprécis des drones turcs et israéliens frappant sans relâche pendant la journée. La nuit, l’artillerie poursuivait le travail de démolition. C’est dans cette zone aussi que les forces arméniennes ont tenté une contre-offensive lors de la deuxième semaine d’octobre. « Ils ont sacrifié ici leurs meilleures troupes de choc. Ils n’avaient rien pour se protéger de nos drones, car nous avions détruit leurs systèmes antiaériens. Ils sont allés au casse-pipe et, après cet épisode, il était clair que les jeux étaient faits », conclut l’officier, qui n’aura, comme ses collègues, aucun mot de compassion pour la bravoure et l’opiniâtreté des soldats arméniens. « Ils se sont persuadés qu’ils étaient les meilleurs soldats du monde. Nous avons prouvé le contraire », affirme-t-il.

      Natik, chargé de la propagande militaire, attire l’attention sur la mosquée de Merdinli, transformée en étable. « Les Arméniens y entassaient des porcs », affirme-t-il. Aucune odeur de lisier ne flotte dans l’air. Non loin de là gisent les cadavres de six veaux. Tués nets par un obus. En face de la mosquée, Natik désigne le cimetière musulman. Les tombes ont été brisées et renversées par « l’occupant arménien », assure-t-il. Il est déconseillé de s’y aventurer à cause des mines. Quatre jours plus tôt, un électricien chargé de rétablir le courant a eu les deux jambes arrachées. Le déminage va prendre du temps. Celui des terres et celui des esprits.

  • Corona-Regeln in Frankreich : #autoritäres_absurdistan | ZEIT ONLINE
    Les règles du covid en France : #absurdistan autoritaire
    https://www.zeit.de/politik/ausland/2020-11/corona-regeln-frankreich-lockdown-polizei-quarantaene-attest-joggen-sport
    https://img.zeit.de/politik/ausland/2020-11/corona-regeln-frankreich-jogging/wide__1300x731

    Atteste, um das Haus zu verlassen, nur vor der Tür joggen, Wachmänner für Spielzeug: Frankreichs Lockdown ist so repressiv, dass auch sinnvolle Regeln in Verruf geraten.
    Von Annika Joeres

    Als Betty Bellion-Jourdan vor wenigen Tagen im westfranzösischen Biarritz aus dem Meer stieg, warteten vier Polizisten auf sie: Die 93-Jährige habe im Lockdown zwar das Recht, am Strand zu sitzen, nicht aber, im Wasser zu schwimmen. Seit Jahrzehnten krault die alte Dame täglich im Atlantik, auch in der winterlichen Kälte, und lindert so ihre Neuropathie in den Beinen, eine Nervenkrankheit. „Kein Spezialist, keine Massage kann mich so heilen, wie das Meer es tut“, sagte Bellion-Jourdan. Ein Polizist, so ist es auch in einem Video zu sehen, erwiderte nur: „Nach Artikel 46 der Verordnung 20-10 ist jeder Wassersport verboten.“ Bellion-Jourdan sollte eine Strafe von 135 Euro bezahlen, sollte sie sich dem Meer erneut nähern.

    Das Polizeiaufgebot für eine Handvoll Senioren am kilometerlangen Strand von Biarritz ist eine der Folgen vieler autoritärer Corona-Regeln der Regierung in Paris. Bürgerinnen und Bürger müssen sich jedes Mal, wenn sie das Haus verlassen, ein selbst unterschriebenes Attest ausstellen, warum sie vor die Tür treten. Etwa ein Attest, um die Kinder zur Schule zu bringen, ein zweites, um Hustensaft in der Apotheke zu holen, ein drittes, um Baguette einzukaufen, ein viertes, um zur Arbeit zu gehen. Auch bewegen können sich die Franzosen nur eingeschränkt: Sie dürfen nur eine Stunde Sport treiben, und auch nur im Radius von einem Kilometer. Wanderungen, Radtouren, Schwimmengehen sind unmöglich.

    Das führt dann etwa dazu, dass sich Joggerinnen auf den Straßen drängeln, statt sich in der Natur aus dem Weg zu gehen. Und dazu, so vermuten es Mediziner, dass Menschen auch den sinnvollen Regeln misstrauen, wie etwa der, die üblichen Begrüßungsküsschen bleiben zu lassen. Das bestätigt auch eine aktuelle Studie: „Mehr als 60 Prozent der Franzosen geben an, sich nicht mehr an die Regeln zu halten – doppelt so viele wie beim ersten Lockdown. Jeder Zweite gibt an, seit dem Lockdown trauriger zu sein.“

    An diesem Donnerstagabend wird Premierminister Jean Castex die Regeln für die kommenden Wochen verkünden: Voraussichtlich, so kommentierten zuvor Mitglieder der Regierung in Interviews, wird sich nichts an den Bestimmungen ändern. Dabei ist das Vertrauen der Bevölkerung auf einem europäischen Tiefstand. Zwei von drei Befragten glauben nicht, dass Präsident Emmanuel Macron sie gut durch die Corona-Krise führen wird. Denn die französische Bilanz ist verheerend: Obwohl das Nachbarland im Frühjahr und nun erneut eine der autoritärsten Antworten auf die Corona-Krise gab, ist die Zahl der Toten inzwischen höher als im lockeren Schweden.

    „Der Grat, außerhalb des Gesetzes zu stehen, ist sehr schmal geworden“

    Vor zwei Wochen hatte Macron einen zunächst vierwöchigen Lockdown verkündet. Darin haben nur Supermärkte und Apotheken geöffnet, kleinere Geschäfte wie Buchhandlungen oder Schuhläden sind geschlossen. Anders als beim ersten Lockdown im Frühjahr protestierten viele Kundinnen und Händler gegen die Regierung, auch einige Bürgermeister verabschiedeten Erlasse, nach denen alle Einzelhändler öffnen können. Aber die Regierung beschloss nur ein weiteres Verbot: Fortan dürfen auch Supermärkte keine Bücher, Spielzeuge, Kleidung und Schuhe mehr verkaufen. Wahlweise stehen dann Warnschilder oder Wachmänner vor den Winterstiefeln oder Regalen mit Teddybären, damit die Kunden nichts Verbotenes kaufen.

    Die Opposition – links wie rechts – kritisierte die Regeln als „einsame Entscheidungen ohne Sinn und Verstand“. Die Philosophin und Autorin Aïda N’Diaye sagt: „Man möchte lachen, aber wir sind in einer gefährlichen Absurdität angelangt.“ Gerade das Prinzip, sich Atteste ausstellen zu müssen, findet die Professorin gefährlich: Es verankere die permanente Selbstkontrolle, die Rechtfertigung vor dem Staat, in den Köpfen der Menschen. „Der Grat, außerhalb des Gesetzes zu stehen, ist sehr schmal geworden. Dazu reicht schon ein Spaziergang ohne Stoppuhr.“

    Macron hatte die Atteste in seiner Ansprache zum nochmaligen Lockdown als unausweichlich präsentiert, ohne Gründe zu nennen. Für N’Diaye führt diese repressive Politik allerdings zum Gegenteil des Gewünschten. Erwachsene würden wie Kinder behandelt. In der Folge reagierten Erwachsene eben auch wie Kinder: Sie begehrten auf und brächen auch sinnvolle Regeln, wie beispielsweise Abstand zu halten. „Ich beobachte Menschenmengen auf der Straße ohne Abstand, aber dafür mit zahlreichen Attesten.“

    Hinzu kommt: Frankreich hat außer dem rechtsextremen Rassemblement National kaum eine hörbare Opposition. Weder Konservative noch Sozialisten haben charismatische Köpfe, die Macrons Alleingängen etwas entgegensetzen könnten. Die Politikwissenschaftlerin Chloé Morin hat frühere Premierminister Frankreichs beraten und nun ein Buch darüber verfasst, wie technokratische Entscheidungen im Élysée-Palast getroffen werden – eine Publikation, von der ihr viele abrieten, weil sie sich ihre Karriere verbauen könnte.

    Morin sieht in der Corona-Politk eine „demokratische Apathie“. Sie prophezeit, dass langfristig der rechtsextreme Rassemblement National von den einsamen Entscheidungen an der Spitze des Staates profitiert. „Seine Parteichefin Marine Le Pen kann so erfolgreich ihre Anhänger gegen die Elite mobilisieren, weil es ein undurchsichtiges System gibt, an dem normale Menschen nicht teilhaben und das ihren Interessen widerspricht.“ Die hohen Beamten und Macrons Berater stammten alle aus der Eliteschule ENA, die sich vor allem durch ihre Gleichförmigkeit auszeichnen: Es sind meist Männer aus gut situierten Pariser Familien, deren Väter ebenfalls hohe Beamte waren. Morin bezeichnet sie als „Aristokratie“. Ihnen sei nicht bewusst, was so offensichtlich sei: dass es für eine fünfköpfige Familie in einer Dreizimmerwohnung eines grauen Vorortes unerträglich ist, nur eine Stunde am Tag an die frische Luft zu können.

    Tatsächlich ist Macrons Corona-Politik beinahe monarchisch. Weitreichende Beschlüsse über einen Lockdown oder eine Ausgangssperre werden in einem „Verteidigungsrat“ getroffen, in dem einige Minister, Verwaltungsbeamte und Offiziere sitzen, das Parlament kann nicht mitreden, über nichts abstimmen. „Eine Handvoll Menschen entscheidet im Geheimen darüber, ob das Land geschlossen wird – ohne jegliche Kontrolle“, sagt Morin. Am Ende verkündet der 42-jährige Präsident in den Hauptnachrichten seine Entscheidung – ohne, dass Fragen zugelassen werden. Der sanitäre Ausnahmezustand wurde für fünf Monate verabschiedet und er gibt der Regierung so weitreichende Befugnisse, dass die Liga der Menschenrechte (LDH) – eine NGO, die viele Erfolge vor Gericht für bürgerliche Rechte erstritten hat – heute sagt: „Wir können keine juristischen Schritte gegen Regeln des Lockdowns unternehmen, weil der Ausnahmezustand alles erlaubt.“

    Die Menschen finden einen Weg

    Eigentlich hatte der wissenschaftliche Beirat die Regierung Macron aufgefordert, Bürgerinnen und Bürger mehr an den weitreichenden Corona-Entscheidungen zu beteiligen. Das hat sie bislang nicht getan. Aber manche Bürgermeister versuchen der Pariser Allmacht etwas entgegenzusetzen. Der grüne Stadtchef von Grenoble, einer 160.000-Einwohner-Gemeinde in den Alpen, hat einen zufällig ausgelosten Bürgerrat einberufen: 120 Bürgerinnen und Bürger jedes Alters können ihre Sorgen benennen und darüber beraten, wie die Corona-Regeln verbessert werden können – auch wenn lokal wenig Spielraum bleibt. In einer ersten Runde am vergangenen Wochenende hat die Gruppe darüber diskutiert, wie alleinstehenden Menschen im Lockdown geholfen werden kann und wie sie weiterhin Sport treiben können.

    Landesweit arrangieren sich die Menschen mit den Regeln aus Paris: Sie füllen mehrfach ihre Atteste aus. Auf abgelegenen Wegen kreuzen sich Läuferinnen, wohl wissend, dass sie dort laut Gesetz nicht sein dürfen. In den Supermärkten holen Angestellte das Spielzeug hinter den Absperrungen hervor: Bauklötze und Puppen können im Internet gekauft und dann an der Kasse abgeholt werden.

    Und Schwimmerin Betty Bellion-Jourdan hat von ihrem Arzt Guillaume Barucq ein Attest erhalten, dass sie für ihre Gesundheit auf das Schwimmen angewiesen ist. „Im Meer riskiert niemand, sich mit Corona anzustecken, es ist umsonst und fördert die Gesundheit,“ sagt Barucq. Er empfange in seiner Praxis zunehmend Patientinnen und Patienten, die deprimiert seien und körperlich schwächer würden. Alle Menschen benötigten den Sport, um ihre Abwehrkräfte zu stärken, auch gegen Corona. „In was für einem Staat leben wir, in dem schwimmende Senioren mit einem Polizeiaufgebot aus dem Wasser gezogen werden?“, fragt der Arzt. Inzwischen hat die Sportministerin in Paris klargestellt, Menschen mit chronischen Krankheiten könnten weiterhin Sport treiben. Dafür benötigten aber alle, wie Bellion-Jourdan auch: ein neues Attest.

    • Pas mieux !

      « Le bilan français est catastrophique : bien que Paris ait au printemps et actuellement livré une réponse parmi les plus autoritaires contre la pandémie, le nombre de morts y ait plus élevé qu’en Suède où les mesures sont des plus libérales. »

      « La politique de Macron est quasi monarchique. Des décisions aux lourdes conséquences sont adoptées par un conseil de Défense qui comprend quelques ministres, des fonctionnaires et des officiers. Le parlement n’a pas son mot à dire et ne peut entériner les décisions. »

    • ils ont changé le format de leur CSV hier soir (et fait un joli bug) ; et à nouveau ce soir (sans bug cette fois). Attention, ils ont mis des " (double-quotes) autour des n° départements (1ere colonne).

    • Merci. Oui, un chiffre qui part dans les décors, on s’en aperçoit assez vite. Je me suis contenté de modifier, à la main, les chiffres après import.

      Il y a déjà eu un problème de même nature il y a quelques jours (un même jour figurait deux fois dans la table). C’était corrigé le lendemain sans mention particulière de l’incident.

    • Monsieur le député / Madame la députée,

      Je me permets de vous écrire en amont de l’examen par l’Assemblée nationale de la proposition de loi «  Sécurité globale  », dont certaines dispositions suscite des inquiétudes au regard du respect des obligations de la France en matière de droit international relatif aux droits humains.

      Nous sommes particulièrement inquiets des restrictions au droit de diffuser des images de la police, alors qu’en même temps, est mis en place un cadre très large pour autoriser la police à filmer les citoyens, sans garanties stricte de respect des droits humains.

      Ainsi, l’article 24 de la proposition de loi prévoit de sanctionner très lourdement (jusqu’à un an de prison et 45 000 euros d’amende) le fait de diffuser des vidéos dans lesquelles des policiers ou des gendarmes seraient identifiables « dans le but qu’il soit porté atteinte à [leur] intégrité physique ou psychique ».

      Dans les faits, cette disposition ouvre la voie à des interprétations divergentes et arbitraires, notamment la notion d’intégrité psychique. Si elle est adoptée, elle entravera le travail des journalistes et la possibilité pour les citoyens d’apporter des preuves de violations des droits humains. Avec une telle disposition disparaît la possibilité de faire des vidéos en direct, par peur de la sanction, qui s’ajoute au risque de censure par les plateformes de réseaux sociaux. Ceci constituera un risque majeur pour la liberté d’informer, corollaire essentiel du droit à la liberté d’expression.

      Toute restriction au droit de diffuser des images des forces de l’ordre doit poursuivre un objectif légitime (sécurité nationale, ordre public, droits d’autres personnes) et être strictement nécessaire et proportionnée. Si, dans certaines situations particulières, l’interdiction de filmer et diffuser peut être légitime, par exemple lors d’une opération anti-terroriste, les entraves à la liberté d’informer contenues dans ce projet de loi conduiront à ce que des violations des droits humains ne soient pas documentées. Ceci pourrait contribuer à une culture de l’impunité qui porte finalement atteinte à l’image des forces de l’ordre et contribue à saper lien de confiance nécessaire entre les forces de l’ordre et la population.

      La proposition de loi « Sécurité globale » élargit également la possibilité pour la police d’avoir recours aux caméras piétons (article 21) ou aux caméras « aéroportées », notamment les drones équipés de caméras (article 22).

      Amnesty international recommande la plus grande prudence sur le port par les forces de l’ordre de caméras piétons : il faut prendre en compte les risques pour les droits fondamentaux, en particulier le droit à la vie privée, le droit à la dignité des personnes filmées et le droit à la liberté de réunion pacifique.

      L’article 21 de cette proposition de loi ouvre la possibilité de recourir aux caméras piétons « pour l’information du public », sans précisions sur la façon dont le droit à la vie privée des personnes filmées sera préservé dans le cas où ces images seraient diffusées publiquement. Il permettrait également aux agents d’accéder directement aux enregistrements, ce qui leur était interdit jusque-là. Ceci pourrait s’avérer problématique en cas d’enquête sur des pratiques illégales par les forces de l’ordre. Par ailleurs, si ces caméras peuvent avoir l’intérêt de réduire le recours à la force, les enregistrements peuvent aussi être biaisés et sélectifs si le choix de les démarrer ou de les arrêter revient à l’agent.

      L’article 22 ouvre aussi la possibilité pour les autorités de recourir aux caméras aéroportées – notamment les drones équipés de caméras – dans pratiquement tous les contextes, y compris celui des manifestations. L’information systématique du public, n’est pas garantie puisqu’il est prévu que les autorités puissent s’en passer « lorsque les circonstances l’interdisent », un motif vague permettant une large interprétation.

      Le fait de risquer d’être filmé peut dissuader des personnes de participer à des rassemblements pacifiques, notamment si elles craignent des poursuites ultérieures pour le simple fait d’y avoir participé. Ce qui pourrait être le cas en France, où Amnesty International a documenté des situations où des manifestants rassemblés pour défendre les droits des soignants, par exemple, ont reçu des amendes après avoir été identifiés par des caméras de surveillance. Ils ont été sanctionnés pour participation à une manifestation interdite, alors même que cette interdiction prise par le gouvernement a ensuite été jugée illégale car disproportionnée.

      En l’état, la proposition de loi ouvre la possibilité d’être filmé par les forces de l’ordre dans pratiquement tout l’espace public. Les rapporteurs voudraient même faciliter la transmission aux autorités des vidéos des immeubles d’habitation.

      Rien dans la proposition de loi actuelle ne garantit que les images captées par les autorités ne feront pas in fine l’objet d’un traitement par des logiciels de reconnaissance faciale, une technologie en plein développement. En droit international, toute utilisation de systèmes qui permettraient une surveillance indiscriminée, voire de masse, tant par les organismes d’Etat que par les acteurs du secteur privé, doit être prohibé. Or, dans cette proposition de loi qui prévoit que les autorités pourront très largement filmer les personnes dans l’espace public, des amendements ont déjà été déposés pour introduire la reconnaissance faciale. Ceci porterait une atteinte disproportionnée au respect du droit à la vie privée. Je vous demande donc d’écarter explicitement la possibilité d’y recourir.

      Compte tenu de ces menaces sur les droits fondamentaux, je vous demande de soutenir les amendements visant à :

      La suppression de l’article 24 qui restreint la possibilité de filmer la police

      La suppression de l’article 21 sur les caméras individuelles, ou a minima des amendements afin :

      – De garantir la protection du droit à la vie privée des personnes filmées,

      – D’ajouter un objectif de baisse du recours à la force par les forces de l’ordre,

      – D’exclure l’accès direct des agents à leurs enregistrements (comme c’est le cas dans la législation actuelle)

      La modification de l’article 22 pour  :

      – Préciser les objectifs de l’usage de caméras aéroportées et une liste limitative des cas où ces caméras peuvent être utilisées, en justifiant de la nécessité et proportionnalité au regard des objectifs et moyens de contrôle existants. Compte tenu des menaces sur le droit de manifester, les critères doivent être particulièrement élevés pour autoriser le déploiement de caméras aéroportées dans ce contexte. Un simple trouble à l’ordre public ne saurait suffire, d’autant plus que la simple non-déclaration d’une manifestation a pu, encore récemment, être considéré par les autorités françaises comme un risque à l’ordre public.

      – Préciser les cas dans lesquels le public ne serait pas informé du fait qu’il est filmé et cette absence d’information doit être exclue dans le cas des manifestations.

      Que ce soit pour les caméras individuelles ou les caméras aéroportées, le traitement des images par des logiciels de reconnaissance faciale doit être exclu

      Je vous remercie d’avance de l’intérêt que vous porterez à ma démarche et espère que vous porterez mes recommandations pour un meilleur respect des droits humains. Je vous prie d’agréer, Monsieur le député/Madame la députée, l’expression de ma meilleure considération.

    • Ma préférée :

      Madame la Députée, Monsieur le député,

      Je vous écris pour vous demander solennellement de ne pas ratifier le Projet de Loi sur la Sécurité Globale porté par le Ministre Darmanin et le député Jean-Michel Fauvergue, ancien directeur du RAID.

      Ce projet répressif vise à mettre en place en France tout un ensemble de lois propres aux États policiers et qui vont, de fait, porter atteinte de façon durable à nos libertés et à nos droits fondamentaux de s’exprimer, de manifester ou de témoigner de toute forme de répression étatique sur la population par le biais de sa Police ou de son Armée. Il est clair ici, que par le biais des deux personnages cités plus haut, la Police a écrit elle-même les règles qui définiront ses pouvoirs. Vous avez en tant que député de la République française, une grande responsabilité face à l’histoire.

      En validant ces lois, vous permettriez de facto l’instauration d’un Etat Autoritaire en France où la liberté de s’indigner et d’exprimer son désaccord pour faire évoluer notre société serait réprimée dans la rue, dans les camions de police et dans les salles des commissariats dans l’invisibilité la plus totale et sans la garantie d’obtenir justice en cas d’usage disproportionné ou illégal de la force publique.

      En validant ces lois, vous permettriez, de façon parallèle, l’organisation d’une surveillance généralisée des citoyens alors même que les citoyens ne pourront eux-mêmes plus mettre en place la moindre stratégie démocratique de contrôle sur la Police et les institutions du pays.

      En validant ces lois, vous permettriez le renforcement d’une approche confrontationnelle dans la gestion des manifestations populaires ou syndicales, approche qui n’aboutira qu’à une augmentation des fractures, des colères et, par voie de conséquence, à de la conflictualité dans notre pays qui a tant d’autres besoins en cette période d’apaisement.

      La déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, à laquelle est attachée notre Nation et notre Constitution, ne promeut pas la « sécurité » mais la « sûreté », un état où le danger n’existerait plus, les membres de la société auraient la garantie de leurs libertés et de leur bien-être physique, moral, social et où les "gardiens de la paix" seraient à leur service. Le droit de résistance à l’oppression en fait partie.

      Article 2 - Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression.

      En vous remerciant pour votre lecture attentive,

      Veuillez agréer Madame la députée, Monsieur le député l’expression de ma considération républicaine.

      https://blogs.mediapart.fr/laurent-thines/blog/111120/securite-ou-surete-une-lettre-aux-deputes-francais-stoploisecuritegl

  • Filmer la force publique, ou le refus de la supériorité policière
    par André Gunthert


    http://imagesociale.fr/9128

    Dans une grande majorité de cas, l’enregistrement vidéo ne tient pas les promesses de la sousveillance. Ce que montre en revanche la séquence du contrôle des Misérables est une situation au présent, où ce ne sont pas les images produites, mais le geste même de filmer qui est perçu par les policiers comme une entrave à leur action. Il faut revenir sur le jeu de rôle mis en place par l’opération policière, et comprendre que son sens est celui de la manifestation d’un pouvoir par l’excès du recours à la force – intimidation, tutoiement, violences, menaces… – et simultanément par la soumission des contrôlés à ces comportements. Ce qu’on appelle le « maintien de l’ordre » dans les quartiers est plutôt la mise en scène et la performance toujours répétée de la supériorité policière, qui donne à tous confirmation que « force reste à la loi ».

    Dans cette scénographie réglée, le recours au smartphone constitue une brèche et un danger par le rétablissement d’un équilibre en faveur du contrôlé. Filmer l’événement introduit certes la menace d’une potentielle visibilité publique, mais elle restitue d’abord pour l’objet du contrôle un statut de sujet de droit. Filmer, c’est mobiliser un droit constitutionnel et mettre en balance l’action du contrôle avec son réexamen par une autorité supérieure. Cette neutralisation de la supériorité policière abolit ce qui fait le sens du maintien de l’ordre, et fait apparaître l’acte de filmer comme une rébellion. C’est pour cette raison que les forces de l’ordre tiennent tant à y faire obstacle.

  • 1918-1919. - La #grippe espagnole décime les rangs des #élèves.. La grippe espagnole : un cas d’école
    https://www.lejsl.com/loisirs/2014/04/13/la-grippe-espagnole-un-cas-d-ecole

    La victoire sur l’Allemagne est fêtée sur fond de sinistres quintes de toux, lesquelles s’étendent à la plupart des foyers. Le camarade avec qui on joue habituellement sous les platanes de la cour est au lit depuis la semaine passée. On ne le reverra plus. Tout comme la petite sœur ou la grand-mère qui ne font pas long feu… Les rangs des écoliers sont rapidement clairsemés : dans les Deux-Sèvres par exemple, à l’école de filles de Frontenay-Rohan-Rohan, sur les 132 inscrites lors de la rentrée 1918, 55 sont grippées le 13 décembre. Dans l’une des classes, sur 40 élèves, 30 sont malades. Dans la capitale, l’administration #tergiverse, avant de prôner « d’énergiques mesures de désinfection et le renvoi chez leurs parents les enfants chez lesquels apparaîtraient les premiers symptômes » (Le Petit Parisien, 17 octobre 1918).

  • Au collège et au lycée, bientôt des chefs d’établissement issus du secteur privé (The Conversation)
    https://theconversation.com/au-college-et-au-lycee-bientot-des-chefs-detablissement-issus-du-se

    La justification avancée par le ministère est qu’il s’agit de faire face à la baisse du nombre de candidats et d’ouvrir la profession de chefs d’établissements secondaires à des personnes « au profil managérial et moins exclusivement pédagogique ».

    #éducation #second_degré #management #privatisation

  • L’œil et la main de Darmanin (14 septembre 2020)

    https://www.la-srf.fr/article/l%C5%93il-et-la-main-de-darmanin-2

    La SRF tient à réagir à la déclaration du ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, d’exiger aux télévisions et aux réseaux sociaux de flouter les « images montrant les visages » des policiers en opérations. La raison avancée serait de protéger les policiers d’éventuelles représailles. En cela, Gérald Darmanin est le continuateur d’une logique instaurée depuis les attentats de 2015 et qui consiste à sacrifier toujours plus la liberté sur l’autel de la sécurité.

    Mais derrière cette raison publique, difficile de ne pas débusquer une raison cachée : faire disparaître dans un grand trou noir les violences policières. Ces dernières, longtemps invisibilisées par l’absence de preuve malgré les témoignages des victimes, ont explosé devant les yeux du grand public grâce à la force des images filmées par des citoyens et diffusées sur les réseaux sociaux.

    « Et qui nous protège de vous ? » Alors que la célèbre formule de La Haine s’est répandue dans les consciences de tout un pays, des quartiers populaires aux régions des Gilets Jaunes en passant par les exilés du Calaisis, de la région parisienne, de la Roya et d’ailleurs, Gérald Darmanin n’hésite pas à sous-entendre, dans un retournement spectaculaire des responsabilités, que c’est à la police de se protéger d’une population regardée uniquement comme menaçante.

    Si Gérald Darmanin ne l’a pas précisé, on se rappelle que la proposition de loi d’Eric Ciotti prévoyait 15 000 euros d’amende et un an d’emprisonnement pour les contrevenants, transformant ainsi en criminels ceux qui filment pour se protéger.

    En janvier dernier Emmanuel Macron avait déclaré ne pas vouloir utiliser le terme de violence policière, considérant que la violence était « d’abord dans la société ». Après le langage, c’est donc au tour de l’image d’être attaquée au plus haut sommet de l’État, d’être restreinte, en partie effacée, et avec elle tout un pan de la réalité. La disparition de l’expression « violences policières » ne suffisant visiblement pas, il faudrait encore en anonymiser les auteurs. Car dans cette proposition de floutage, il y a autre chose qu’un simple déni de la réalité : parce que l’image peut valoir pour preuve en justice, son floutage est le commencement de l’impunité. Dans le cas de violences, flouter le visage des policiers, reviendrait alors moins à les protéger qu’à les couvrir.

    Si une telle mesure était adoptée, non seulement il deviendrait impossible de filmer ou montrer des images de manifestations, mais combien d’oeuvres représentant les forces de l’ordre devraient alors être amputées ? Jusqu’où iront les ciseaux du ministère de l’Intérieur ? Car dès lors que nous laissons ce dernier décider à la place de la société civile de ce qui est montrable et de ce qui ne l’est pas, c’est de censure dont on parle. En tant que cinéastes et filmeurs nous déplorons radicalement ce projet de restriction de la liberté d’expression et d’information. La loi sur le droit à l’image avait pris le soin de le préciser : filmer les forces de l’ordre dans l’exercice de leur fonction relève de la liberté d’information et celle-ci « prime sur le droit au respect de l’image et de la vie privée ».

    Alors que le mouvement Black Lives Matter déferle encore sur tout l’Occident, et avec lui une demande d’apaisement des relations entre la police et les citoyens, Gérald Darmanin n’a pas autre chose à proposer qu’un blanc-seing à l’impunité policière. Du matricule RIO que les policiers ont progressivement fait disparaître de leur uniforme au port banalisé de la cagoule, d’ordinaire réservée aux équipes d’interventions spéciales, ce floutage viendrait parachever l’installation d’un état d’exception permanent pour une police qui assumerait alors tous les atours d’une milice sans loi et sans garde-fou.

    Nous rappelons au ministre de l’Intérieur que la police n’est pas un corps secret mais un service public qui doit pouvoir rendre des comptes aux citoyens, qu’il a pour mission première de protéger et de servir. Par-dessus tout, nous demandons au ministre de l’Intérieur de ne plus mettre son oeil et sa main dans nos images, et de laisser nos libertés fondamentales en paix.

    • « Police partout, images nulle part » Par la Société des réalisateurs de films (SRF), des cinéastes, organisations et collectifs — 11 novembre 2020 à 20:56 (mis à jour à 22:14)

      https://www.liberation.fr/france/2020/11/11/police-partout-images-nulle-part_1805319

      Face à la proposition de loi, de nombreux cinéastes revendiquent le droit des citoyens d’opposer leurs images à celles de l’Etat.

      Le 14 septembre, les cinéastes de la Société des réalisateurs de films, à travers un texte intitulé « l’Œil et la main de Darmanin », dénonçaient la volonté du ministre de l’Intérieur d’exiger que les médias et les réseaux sociaux floutent les visages des policiers en opération. Cette volonté s’est transformée en une proposition de loi au titre glaçant : « Sécurité globale. » Passée en commission des lois la semaine dernière, elle sera débattue à l’Assemblée le 17 novembre. En trois articles (21, 22, 24), le gouvernement se propose de déréguler l’utilisation des caméras mobiles portées par les forces de l’ordre, de permettre la reconnaissance faciale en temps réel, d’étendre la surveillance par drone, d’interdire au public de diffuser l’image de policiers. Cette loi, dont le rédacteur principal est l’ancien chef du Raid, préfigure une société gouvernée par la peur où les citoyen·ne·s, privé·e·s du droit de porter un regard sur les agissements de la police, verraient en retour leurs corps exposés sans limite à la surveillance des forces de l’ordre. Elle dessine un paysage asymétrique, sorte de panoptique géant, où nos libertés fondamentales sont gravement menacées, en premier lieu le droit à la vie privée et la liberté d’information.

      Après avoir progressivement entravé les manifestations de rue et grièvement blessé ou mutilé des dizaines de personnes, il s’agit désormais de systématiser l’identification, la surveillance, le fichage des individus souhaitant exercer ce droit fondamental. Après avoir nié et invariablement refusé de sanctionner les violences policières, il s’agit d’en effacer toute preuve, dans la mesure où seules les images tournées par des filmeurs anonymes permettent aujourd’hui d’en témoigner. Pour nombre de cinéastes, cette loi constituerait une censure pure et simple. Un film tel que le récent Un pays qui se tient sage de David Dufresne ne pourrait voir le jour, la majorité des sources d’images qu’il utilise tombant sous le coup de la loi. A l’hégémonie grandissante des images du pouvoir, les cinéastes, les photographes, les journalistes, ainsi que tou·te·s les habitant·e·s de ce pays doivent être en mesure d’opposer leurs propres images. Rappelons que l’Etat de droit tire avant tout sa légitimité du droit de porter un regard sur ce que fait l’Etat.

      Mesdames et messieurs les député·e·s, nous ne voulons pas d’un monde de surveillance généralisée, régi par un œil tout puissant sur lequel aucun regard ne pourrait se porter. Ne votez pas pour une loi qui rendrait les contre-pouvoirs aveugles, ils sont les garants de notre démocratie.

      Tribune initiée par la Société des réalisateurs de films (SRF), soutenue par 40 organisations et collectifs et signée par plus de 800 cinéastes et professionnel·le·s du cinéma et de l’image.

  • Cas de force majeure - L’histoire d’Emira | Le Club de Mediapart
    https://blogs.mediapart.fr/158568/blog/111120/cas-de-force-majeure-lhistoire-demira?userid=953a3918-1c89-4794-8cec

    À 10 ans, Emira s’est trouvée au centre d’un emballement délirant et traumatisant qui la marquera à vie. Certains cautionnent et applaudissent, comme si elle pouvait être pleinement responsable de propos maladroits. Son histoire symbolise les dérives sécuritaires qui nous conduisent lentement, à force d’acceptations successives de situations inacceptables, vers une société liberticide.

    • Le pays des « droits de l’homme » est devenu un état « de droite » ou plutôt d’extrême droite. Consternant. Quelle honte !

      Ce directeur d’école est quand même une belle pourriture : corréler le billet de menace anonyme avec les propos tenus par les quelques enfants de cette classe de CM2 et faire remonter l’incident à sa hiérarchie ...
      Quant à l’instit de cette classe, un vrai poucave : balancer à son dirlo les paroles bien innocentes de ces enfants ... Encore un enseignant qui croît à l’universalité des « valeurs républicaines » ? Le pauvre gars ! Mais bon. Ceci dit, voilà un bel exemple de ce que peut produire « l’école de la confiaaaance » et sa gestion « à la Blanquer » : un bon gros tas de merde !

    • Un dernier truc : l’assassinat d’un de leur collègue a produit un tel état de sidération chez les enseignants qu’ils sont prêts à se croire protégés par leur institution qui au demeurant n’a eu de cesse de les précariser moralement et financièrement depuis que l’ultra-libéralisme est aux manettes. On pourra dire que ce quinquennat a méthodiquement torpillé la société française. Déjà que le navire prenait l’eau et donnait méchamment de la gite. Franchement, j’en suis à me demander comment je pourrais bien faire pour renoncer à ma nationalité.

  • Coronavirus : Pourquoi le Conseil de défense sanitaire est-il si critiqué ?
    https://www.20minutes.fr/politique/2904743-20201112-coronavirus-pourquoi-conseil-defense-sanitaire-si-critiqu

    Réunie chaque semaine par Emmanuel Macron, cette structure est devenue un angle d’attaque politique de l’opposition

    Plutôt que d’en faire un angle d’attaque partisan, ne pourraient-ils pas une seule fois analyser cela sous un angle plus prosaïquement factuel du type : « quels résultats ? ».

  • Loi sécurité globale : policiers floutés, citoyens floués
    http://www.davduf.net/loi-securite-globale-policiers-floutes-citoyens

    Comment ne pas parler de censure ? Une loi écrite par la #Police pour la #Police vise à éviter que celle-ci ne perde la bataille de l’image et le monopole du récit. Empêcher le contrôle, la transparence, est le seul moyen qu’elle a trouvé pour tenter de conserver un peu de sa légitimité largement écornée. Police

    / Une, #Maintien_de_l'ordre, Police

  • La réaction républicaine, le grand bond en arrière démocratique - Ehko
    https://ehko.info/france-la-reaction-republicaine-le-grand-bond-en-arriere-democratique

    La #dé-démocratisation, selon sa théoricienne Wendy Brown, consiste « à vider la démocratie de sa substance sans la supprimer formellement ». Plus précisément, elle est définie par le philosophe Étienne Balibar comme « à la fois la montée des mécanismes autoritaires et sécuritaires, la perte de légitimité et de représentativité des institutions parlementaires, et le déplacement des centres de pouvoir réel hors d’atteinte du contrôle et de l’initiative des citoyens ».

    Est-ce ce phénomène de dé-démocratisation que la France connaît avec le démantèlement feutré des lois fondatrices de la République, celles-là même qui se sont sédimentées à travers des siècles de luttes progressistes ? Toute une architecture de lois, qui ont assuré à la société civile une autonomie face à la puissance publique, est-elle ainsi patiemment démantelée, pièce par pièce ?

    L’ambiguïté, ou le hiatus, est que si dé-démocratisation il y a, elle se fait au nom de la défense de la République. En cela, elle est un mouvement réactionnaire que nous nommerons « réaction républicaine » ou hyper-républicanisme. Cette dé-démocratisation est portée par un courant intellectualo-politico-médiatique français qui, au nom de la « lutte contre l’extrémisme » (ou ses avatars sémantiques, « islamisme », « séparatisme », « communautarisme ») et de « la défense des valeurs de la république », développe un argumentaire contraire précisément aux idéaux défendus. En doublepensée (doublethink) théorisée par Orwell.

    Cette réaction se construit en France contre les personnes assimilées à une identité musulmane, les habitants des quartiers populaires, et déborde désormais plus largement contre tous ceux qui contestent cette vision.

  • « Amazon et Apple sont pourvoyeuses d’emplois en or pour des hauts fonctionnaires français »
    https://www.marianne.net/economie/economie-internationale/amazon-et-apple-sont-pourvoyeuses-demplois-en-or-pour-des-hauts-fonctionna

    Dans son dernier livre "Ces Français au service de l’Étranger", Clément Fayol, notre collaborateur, analyse comment les puissances étrangères, entreprises comme pays, recrutent au sein de l’intelligentsia tricolore pour gagner des positions de pouvoir. Selon lui, Amazon est un cas typique. Marianne :Avec le confinement et les fermetures administratives de nombreux commerces, Amazon est devenu en France, une sorte de grand satan. Pourtant, comme vous le montrez dans votre livre “Ces Français au (...)

    #Apple #Amazon #lobbying

  • Dans l’ombre de Matzneff, l’extrême droite pédophile
    https://www.streetpress.com/sujet/1604673651-ombre-matzneff-extreme-droite-pedophile-grece-alain-benoist-

    « La presse d’extrême droite est hystériquement hostile aux “pédophiles”. Ils sont à ses yeux l’ennemi N°1, l’incarnation de la gauche abhorrée, et cela me fait rigoler car j’ai connu, je connais un très grand nombre de “pédophiles” et ils étaient, ils sont presque tous de droite ou d’extrême droite. » (1) Quand il écrit ces mots dans son journal en 2014, les propos de Gabriel Matzneff ne créent pas la polémique. Ils ne le font pas davantage quand ils paraissent dans son ouvrage La Jeune Moabite. Journal 2013-2016, chez Gallimard en 2017.

    –-----
    L’article parle des soutiens de Matzneff qui seraient d’extrême droite, mais il y en a à gauche, à droite, au centre, aux extrêmes ou pas et les français·e kiffent toujours la misogynie, les violences faites aux enfants et surtout les pédovioleurs. C’est pas non plus une autre époque, c’est en 2020 que les pédovioleurs coulent leurs vieux jours à l’hôtel, et c’est en 2020 qu’on leur donne des palmes d’or. Je rappel qu’en 2020, Lolita c’est toujours une jeune fille aguicheuse et pas une victime de pédovioleurs dans l’imaginaire populaire.

  • Rolls-Royce veut créer 6.000 emplois grâce à des mini-centrales nucléaires
    https://www.connaissancedesenergies.org/afp/rolls-royce-veut-creer-6000-emplois-grace-des-mini-centrale

    Via AFP - Le groupe industriel britannique Rolls-Royce a annoncé mercredi vouloir créer 6.000 emplois sur cinq ans grâce un projet de 16 mini-centrales nucléaires qui doit encore recevoir le soutien du gouvernement.

    Rolls-Royce, connu pour fabriquer des moteurs, porte ce projet au travers d’un consortium rassemblant plusieurs autres entreprises, selon un communiqué.

    L’ambition est de construire ces centrales à modèle réduit dans les 20 prochaines années, chacune d’une puissance de 440MW, soit assez d’électricité pour alimenter une ville de 450.000 foyers pour 60 ans.

    L’énergie fournie pourrait permettre en outre de produire de l’hydrogène et du carburant neutre en carbone pour le transport aérien.

  • Covid-19 en France : l’expérience en grandeur réelle d’une étude des effets des différentes mesures sur la transmission effective du virus.
    Cette gradation des mesures, tous les 15 jours, simultanément à cette négation de la seconde vague, alors même que tout est sous notre nez, avec ce calibrage dans les propos des négationnistes et cette ouverture démesurée des médias à ces propos particuliers, permettant aux personnes au pouvoir de s’appuyer dessus pour atténuer leurs responsabilités... Tout cela forme un ensemble sacrément consistant. S’il s’agit de chaos, celui-ci semble s’auto-organiser terriblement efficacement pour obtenir, donc, le processus permettant de valider, en grandeur réelle, l’effet des différentes mesures sur la propagation du virus.
    En effet, tous les 15 jours, une nouvelle mesure est prise, permettant d’isoler statistiquement l’effet de la mesure précédente... Petit loupé, la concomitance des congés de la Toussaint avec le premier couvre-feu... mais.

    ...

    Je rigole intérieurement. On cherche une intentionnalité. Et en fait, tout ce que je vois, c’est de l’opportunisme mesquin, mais délétère pour les institutions (que peut être Darmanin sinon une allégorie de la mesquinerie ?). On profite du Covid pour obtenir enfin ! la paix sociale, et enfin faire voter toutes les lois les plus crétines, avec toute la droite parlementaire qui ne fait même plus semblant d’être dans l’opposition, tellement la pente suivie lui convient.

    ...

    L’élection américaine, avec Biden mis en avant, alors même que les décomptes ne sont pas terminés, alors même que les soupçons de fraudes sont ignorés... pied dans la porte que tout le monde fait semblant de ne pas voir. Cécité volontaire...

    ...

    L’impression que la propagande se joue à ciel ouvert, et que plus rien ne permet de la contrebalancer, à part, supposémment ces flots de théories cauchemardesques débilitantes, des puces 5G délivrées par vaccin, aux hordes pédophiles illuminatis... flots eux mêmes pouvant se déverser avec une relative bienveillance des plateformes...

    ...

    Comme si l’intelligence était « nassée », en attendant le déversement des gaz lacrimos.