• La CNIL condamne EDF à une amende de 600 000 euros pour violation du RGPD, les détails de cette décision
    https://www.nextinpact.com/article/70493/la-cnil-condamne-edf-a-amende-600-000-euros-pour-violation-rgpd-details-

    EDF est condamnée par la formation restreinte de la CNIL pour plusieurs manquements au RGPD, avec une amende administrative de 600 000 euros à la clé. Plus que le résultat, le raisonnement et le détail des points soulevés par la CNIL sont intéressants à analyser.

    La CNIL explique avoir été « saisie de plusieurs plaintes à l’encontre de la société EDF, portant sur l’exercice des droits entre août 2019 et décembre 2020 ». La Commission a effectué un contrôle en ligne du site www.edf.fr le 15 février 2021. Un questionnaire était envoyé quelques semaines plus tard (le 25 mars) auquel EDF a répondu le 29 avril. Des échanges complémentaires se sont déroulés jusqu’en septembre.

    En juin de cette année, la rapporteure proposait à la formation restreinte de la CNIL de prononcer « une amende administrative au regard des manquements » et de rendre la décision publique pendant deux ans. Après de nouveaux échanges pendant quelques semaines, le contradictoire était clos mi-septembre.

    Afin de planter le décors, la CNIL rappelle que, « fin décembre 2020, la société comptait dans ses bases de données 25,7 millions de clients pour la fourniture d’électricité, de gaz et de services », soit l’équivalent de 40 % de la population française environ, excusez du peu.
    Surprise (ou pas) : un formulaire non rempli ne vaut pas consentement

    Dans la délibération de la formation restreinte, le premier manquement concerne « l’obligation de recueillir le consentement des personnes concernées pour la mise en œuvre de prospection commerciale par voie électronique ». Problème, suite à des opérations de ce genre, la société n’était « pas en mesure de disposer et d’apporter la preuve d’un consentement valablement exprimé par les prospects dont les données proviennent de courtiers en données avant d’être démarchées » .

    Ce n’est pas tout. Dans le cadre de l’instruction de trois plaintes, EDF n’a pu obtenir du courtier des éléments prouvant que le recueil du consentement avait bien été réalisé : « le courtier en données a produit le formulaire type, et non le formulaire rempli individuellement par chaque prospect ».

    Pour sa défense, EDF expliquait que les prospections exploitant des données collectées auprès de courtiers « sont très ponctuelles et visent un nombre non significatif de prospects ». Elle ajoutait avoir « toujours strictement encadré ses relations contractuelles avec les courtiers en données auxquels elle fait appel et que des échanges fréquents avaient lieu, même s’ils n’étaient pas nécessairement formalisés sous forme d’audits ». Enfin, elle affirmait « que les données déjà collectées dans le cadre de campagnes précédentes ont été supprimées ». Depuis novembre 2021, des audits formalisés sont en place pour éviter que cela ne se reproduise.

    Quoi qu’il en soit, la CNIL « considère dès lors que les mesures mises en place par la société EDF pour s’assurer auprès de ses partenaires que le consentement a été valablement donné par les prospects avant d’être démarchés étaient insuffisantes ». EDF a « méconnu ses obligations résultant des articles L. 34-5 du CPCE et 7, paragraphe 1, du RGPD .

    EDF joue la carte de la refonte en cours

    La deuxième série de reproches concerne le manquement à l’obligation d’information des personnes. Il s’agit des articles 13 et 14 du RGPD qui disposent que des informations doivent être communiquées aux personnes concernées, notamment « les finalités du traitement auquel sont destinées les données à caractère personnel ainsi que la base juridique du traitement ».

    La rapporteure explique que « la base légale n’était pas mentionnée et les durées de conservation des données n’étaient pas développées de manière suffisamment précise ». De plus, « les personnes démarchées par voie postale par la société n’étaient pas informées de la source précise de leurs données à caractère personnel, à savoir l’identité de la société auprès de laquelle EDF les a obtenues ».

    La société concède que sa charte de protection des données personnelles contenait l’ensemble des données au titre de l’article 13 du RGPD, mais reconnait que seules « certaines durées de conservation étaient mentionnées ». EDF ajoute qu’une refonte des durées de conservation était en cours lors du contrôle en ligne : « elle considère qu’il n’était donc pas possible d’indiquer l’ensemble des durées de conservation, puisque celles-ci étaient en cours de revue et de modification ».
    Des informations vagues et imprécises

    L’argument ne fait pas mouche auprès de la formation restreinte : « il n’en demeure pas moins que, au moment de ces constatations, ladite charte précisait " Nous ne conservons vos données que pendant la durée nécessaire à leur traitement selon la finalité qui a été fixée " ». Une information « vague et imprécise », insuffisante pour garantir un traitement équitable et transparent.

    Dans ses courriers, EDF indiquait que les données ont été collectées auprès d’un « organisme spécialisé dans l’enrichissement de données ». C’est l’article 14 du RGPD dont il est question ici. Pour la CNIL, cela manque de précision, car cette information ne permet pas de « garantir un traitement équitable et transparent […] en particulier dans un contexte de reventes successives de données entre de multiples acteurs et dans l’hypothèse où le prospect souhaiterait exercer ses droits auprès du courtier en données dont il ignore l’identité ».

    C’est donc un combo perdant des articles 13 et 14 sur l’obligation d’information des personnes. La CNIL note néanmoins que dans le premier cas, EDF détaille les bases légales et durées de conservation dans sa charte évoquée, tandis que dans le second elle a « modifié les mentions d’information figurant dans les courriers de prospection ».
    Des manquements sur l’obligation de transparence

    On enchaine avec des manquements sur l’exercice des droits des personnes, en lien avec les articles 12, 15 et 21. Premier point abordé : l’obligation de transparence. La CNIL se base sur deux saisines pour affirmer que la société n’a pas respecté ce point du RGPD :

    « S’agissant de la première saisine, la rapporteure a relevé que la société EDF avait contacté le plaignant par téléphone pour lui apporter une réponse, sans lui adresser d’écrit, en violation de l’article 12, paragraphe 1, du RGPD. En outre, la réponse qui lui a été apportée sur l’organisme à l’origine des données était erronée. Enfin, la société a répondu à ses questions, de nouveau par téléphone, plus de neuf mois plus tard.

    S’agissant de la seconde saisine, la rapporteure a relevé que la société avait clôturé la demande du plaignant au lieu de la transmettre au service en charge des demandes d’exercice de droits et n’avait pas répondu […]. Ce n’est que six mois après sa demande initiale – dans le cadre de la procédure de contrôle – qu’une réponse a été apportée au plaignant ».

    Dans le premier cas, EDF plaide « l’erreur humaine commise par le conseiller, lequel n’a pas suivi les procédures internes ». Concernant les retards, elle met en avant un « contexte particulièrement difficile à la fois de la crise sanitaire, qui a conduit à un accroissement du nombre de demandes d’exercice de droit, et de report de la fin de la trêve hivernale au 1er septembre 2020 ». La CNIL en prend note, mais considère tout de même « que le manquement à l’article 12 du RGPD est constitué ».
    Article 15 : CNIL 1 - EDF 1, balle au centre

    On continue avec l’obligation de respecter le droit d’accès, là encore la CNIL se base sur deux saisines. Dans la première, la première réponse apportée au plaignant par téléphone sur la source des données collectées était erronée. La société reconnait que la réponse était « en partie inexacte » à cause d’une erreur sur la source des données.

    Sur la seconde saisine, la société affirmait à une personne « qu’elle n’avait aucune autre donnée la concernant que son prénom et son nom dans ses bases de données ». Problème pour la rapporteure, cette affirmation était inexacte : la société devait au moins avoir son (ancienne) adresse « pour effectuer le rapprochement avec les nom et prénom de la plaignante, puisque la société EDF lui a adressé un courrier au domicile de ses parents ».

    Pour EDF par contre, la réponse du conseiller était correcte « puisque les seules données rattachables à la plaignante étaient ses nom et prénom ». Pour la formation restreinte (qui a suivi la proposition de la rapporteure), « le manquement invoqué n’est pas caractérisé ».

    On termine avec le droit des personnes avec l’article 21. Selon la rapporteure et une saisine, la société n’a pas pris en compte l’opposition d’un plaignant « au traitement des données à caractère personnel de son fils mineur à des fins de prospection commerciale ». Il a en effet reçu un second courrier. EDF reconnait un cafouillage interne : « le conseiller a bien procédé à l’effacement des données comme il l’avait indiqué par téléphone au plaignant, mais n’a pas complètement suivi la procédure interne en ne procédant pas à l’opposition avant d’effacer les données ».

    La procédure est désormais simplifiée. Les faits n’étant pas contestés, ils constituent donc un manquement au titre de l’article 21 du RGPD.
    Quand EDF utilisait encore MD5 en 2022

    Enfin, dernier manquement : l’obligation d’assurer la sécurité des données (article 32). Sur son portail prime énergie, des mots de passe « étaient stockés au moyen de la fonction de hachage MD5 », complètement dépassée aujourd’hui.

    EDF affirme pour sa défense que, « depuis janvier 2018, la fonction de hachage SHA-256 est utilisée », mais que, « jusqu’à juillet 2022, les mots de passe de plus de 25 800 comptes étaient conservés de manière non sécurisée, avec la fonction de hachage MD5 ».

    L’entreprise se défausse sur un prestataire et tente d’éteindre l’incendie (sans convaincre) : « Le hachage MD5 correspond uniquement au niveau de hachage mis en place historiquement par la société […], sous-traitant d’EDF, et pour lequel seuls quelques milliers de comptes étaient encore concernés en avril 2021. La société ajoute que ces mots de passe étaient tout de même stockés avec la robustesse du mécanisme supplémentaire d’aléa (salage), empêchant les attaques par tables précalculées ».

    Peu sensible à ces arguments, la CNIL rappelle que « le recours à la fonction de hachage MD5 par la société n’est plus considéré depuis 2004 comme à l’état de l’art et son utilisation en cryptographie ou en sécurité est proscrite ». EDF n’a que 18 ans de retard.
    Le hachage de 2,4 millions de mots de passe manque de sel

    Sur l’espace client EDF, ce n’est pas franchement mieux. Selon les déclarations initiales de la société, les mots de passe « étaient stockés sous forme hachée et salée au moyen de la fonction SHA-1, pourtant réputée obsolète ». Lors de sa défense, l’entreprise revient sur sa déclaration et explique que l’algorithme « est en réalité SHA-512 complété d’un mécanisme d’ajout d’aléa (salage) depuis le 17 mai 2017, et non SHA-1, contrairement à ce qu’elle avait pu indiquer à la délégation de contrôle ».

    Il reste un problème pour la rapporteure : « si 11 241 166 mots de passe de comptes sont bien hachés et salés, 2 414 254 mots de passe de comptes sont hachés uniquement, sans avoir été salés ». Cette faiblesse a été corrigée et désormais « il n’existe plus à ce jour aucun mot de passe haché en SHA-512 sans mécanisme d’ajout d’aléa (salage) ». EDF ne conteste donc pas le manquement de l’article 32, « mais demande à ne pas être sanctionnée dans la mesure où elle a dorénavant remédié au manquement ».
    La « bonne volonté » ne suffit pas à effacer l’ardoise

    Enfin la formation restreinte détaille sa réflexion sur les mesures correctrices et leur publicité. Sans surprise, EDF met en avant sa « bonne volonté et les efforts dont elle a fait preuve tout au long de la procédure » pour demander à la formation restreinte de « ne pas prononcer de sanction financière ou à tout le moins à réduire très significativement le montant de l’amende proposée par la rapporteure ». Pour la CNIL, « une amende administrative d’un montant de 600 000 euros apparaît justifiée ».

    Pas d’injonction de mettre en conformité néanmoins, car « la société a pris des mesures de mise en conformité s’agissant de l’ensemble des manquements relevés par la rapporteure ». Enfin, EDF demandait « de ne pas la publier ou, à titre subsidiaire, de l’anonymiser immédiatement ou au plus tard dans un délai de huit jours » la décision de sanction.

    La formation restreinte de la CNIL n’est pas sur la même longueur d’onde : « la publicité de la sanction se justifie au regard de la nature et du nombre de manquements commis, ainsi que du nombre de personnes concernées par lesdites violations, en particulier plus de 2 400 000 clients s’agissant du manquement à la sécurité des données ». La décision sera anonymisée après un délai de deux ans. »

    #cnil #edf #rgpd

  • « Il faut avancer avec les communs numériques », selon le sociologue Gilles ­Jeannot
    https://www.lagazettedescommunes.com/804670/%e2%80%89il-faut-avancer-avec-les-communs-numeriques%e2%80%89-

    ­

    Waze, ­Citymapper, ­Doctolib, ­Airbnb… Au regard de la démultiplication d’applications entrant dans notre quotidien, les chercheurs ­Gilles ­Jeannot, ingénieur des travaux publics de l’Etat et sociologue à l’Ecole des ponts et chaussées, et ­Simon ­Cottin-Marx, sociologue, se sont penchés dans leur ouvrage « La Privatisation numérique, déstabilisation et réinvention du service public » (éd. Raisons d’agir, mars 2022), sur ce qu’ils considèrent être de nouvelles formes de privatisation permises par le biais du numérique et qui passent le plus souvent inaperçues.

    Au-delà des formes plus classiques telles que la délégation de service public, ou, à l’échelon local, au travers du marché des villes intelligentes et des safe cities, leur pendant dédié à la ­sécurité urbaine, le numérique marque l’arrivée d’acteurs privés de type « plateforme ». Ils interfèrent avec l’intervention publique et bouleversent la hiérarchie entre intérêts individuels et intérêt général : les nouvelles mobilités et leur cohorte de trottinettes en free floating dans l’espace public, le logement avec Airbnb, l’accès à la vaccination par Doctolib…

    Les auteurs analysent la manière dont les pouvoirs publics réagissent à ce mouvement « qui ne doit pas être repoussé », par exemple, en tentant de mettre en place une offre ­concurrente, de réguler les activités selon des approches plus ou moins rigides ou de ­constituer un service public local de la donnée, même s’ils se trouvent « trop souvent démunis » face à un processus de fond. Les deux sociologues esquissent enfin une possible troisième voie que constituerait la coproduction de communs numériques, de la part de citoyens ordinaires ou de fonctionnaires militants, afin de participer à une réinvention du service public.
    Comment la privatisation numérique se traduit-elle à l’échelle des collectivités ?

    Une nouvelle forme de recompo­sition du partage public-privé, que nous appelons « privatisation numérique », est ouverte par le numérique. Nous sommes partis d’un étonnement face aux applications portées par des acteurs en dehors des services publics mais qui, par leur action, ont à voir avec eux. Cette privatisation numérique s’actualise avant tout sur le fait urbain : ­Uber, ­Waze, etc. ­Waze sert l’intérêt de celui qui l’utilise, sans tenir compte de la politique des villes en matière de hiérarchisation de l’usage des voiries, ce qui peut générer des tensions. Des collectivités ont souhaité collaborer avec la plateforme, comme ­Metz ou ­Versailles, d’autres ont essayé de passer par les bénévoles qui recensent la typologie des voiries… Il y a aussi eu des réponses non numériques comme l’ajout de feux rouges ou la création d’impasses artificielles pour rendre plus difficilement ­circulables certaines voies secondaires !

    Ainsi, si, à l’échelon national, la tendance est à encourager voire à faciliter les activités des plateformes, à l’échelon local, les réactions peuvent être plus vives, sans doute en raison d’une possible aggravation des inégalités territoriales. Par exemple, le périurbain est laissé en déshérence, certaines villes aimeraient avoir des mobilités partagées, et le privé n’y va pas. C’est le vieux mécanisme selon lequel le public vient combler les trous laissés par le privé, comme pour le déploiement de la fibre, avec des zones rurales jugées non rentables et où, après intervention publique, les habitants pourront regarder Netflix, sans contrepartie fiscale de celui-ci…
    A l’échelon local, vous évoquez le marché des villes intelligentes et des safe cities…

    C’est un volet plus « classique », dont IBM avait ouvert la voie avec ses « smarter cities ». Il y a aussi le cas historique de la ville de ­Nice, avec son centre de contrôle porté par cette entreprise. Aujourd’hui, les offres se reconstituent plutôt autour de plusieurs grands opérateurs, qui ont des délégataires de service public, et des acteurs du numérique, Capgemini, des filiales d’EDF et des start-up… Le modèle est plutôt celui d’­OnDijon ou d’­Angers, avec des conglomérats. Pour le cas de la safe city, certains acteurs externes au monde urbain traditionnel peuvent toutefois s’implanter en raison de compétences spécifiques, comme Thales. Du côté des villes, il peut aussi être commode pour elles, sur des sujets jugés sensibles ou délicats, de confier la gestion à des acteurs privés : par exemple, la filiale Moovia de Vinci, qui fait de la reconnaissance automatique de stationnement irrégulier. Les villes qui ne mettent pas en avant un aspect ­sécuritaire peuvent tout de même faire réaliser certaines fonctions par ce biais.
    Vous soulignez aussi l’enjeu de l’intégration des datas…

    Oui, car certains acteurs comme la­ ­Fédération nationale des collectivités concédantes et régies ou la Caisse des dépôts plaident pour une donnée territoriale et un service public de la donnée, au risque sinon que les entreprises se chargent d’intégrer les données pour les revendre aux villes. La question des ­compétences en interne est cruciale pour la maîtrise de ces données.

    De son côté, l’Etat tente de simplifier la mise en relation de grands systèmes informatiques publics et a poussé le slogan de « l’Etat plateforme ». Si l’idée que des acteurs externes à l’­Etat pourraient produire des services en s’appuyant sur l’open data n’a pas réellement fonctionné, des start-up d’Etat ont proposé des solutions créatives de simplification. C’est notamment le cas par le biais des API, applications qui permettent de faciliter les échanges de données entre administrations. Il est essentiel aussi de poursuivre l’intégration de l’ensemble des systèmes informatiques.
    Selon vous, les plateformes offrent un défi positif. Croyez-vous en l’avenir des communs numériques ?

    Les offres des plateformes fonctionnent, les usagers les trouvent efficaces, il serait vain de vouloir repousser ce mouvement de fond. Les interfaces numériques ­publiques doivent s’approprier la familiarité et la simplicité permises par ces applis. Nous croyons aussi à la réalité sociale des communs numériques, une interpellation à prendre au sérieux. Ils peuvent être portés par des collectifs de citoyens mais aussi par des fonctionnaires militants : dans les collectivités, c’est le cas de l’Adullact (Association des développeurs et utilisateurs de logiciels libres pour les administrations et les collectivités territoriales), qui offre une alternative à des applis métier privées, cette concurrence étant une forme efficace de régulation.

    Il faut faire converger les collecti­vités, qui doivent accepter de se laisser questionner et renoncer à une position centrale, et les citoyens, parfois porteurs de critiques fortes, mais dont les projets de communs ne disposent pas des moyens adéquats et qui peuvent avoir du mal à réaliser que les services publics ne sont pas contraires à leur propre finalité. Collectivités et militants des communs doivent apprendre à collaborer. Un partenariat, qui n’a hélas pas fonctionné, était le projet d’une base adresse nationale porté par l’IGN, La Poste et Open Street Map, une appli pratique pour savoir où se trouve une personne avec une adresse donnée. Les défenseurs des communs rêvent d’une troisième voie entre l’Etat et le marché, nous proposons l’idée d’un partenariat public-commun.

    #Communs #Communs_numériques #Villes

  • Cabrioles #AutodéfenseSanitaire à propos de ce que Médiapart aurait pu interroger, au lieu de se vautrer dans la marigot Alla-Stiegler :
    https://twitter.com/CabriolesDouze/status/1557711181460250624

    Si la tournure peut sembler relever du whataboutism (sur le mode « pourquoi vous ne traitez pas telle et telle autre question »), en fait il s’agit de critiques directes sur la posture de cette série d’articles de Médiapart et d’une bonne partie des gauches françaises en mode Stiegler-Ruffin-Damasio.

    Médiapart & Réalité Alternative

    Quelles questions la rédaction de @Mediapart aurait pu explorer pour apporter un autre regard sur le Covid, plutot que d’aligner tous les éléments de langage et de désinformation du libertarianisme sanitaire du gouvernement Macron ? Imaginons.

    Comment a-t-il été possible politiquement de supprimer des milliers de lits d’hopitaux pendant une pandémie mondiale ?

    Pourquoi n’y a t-il pas eu et n’y a-t-il toujours pas en France un jour de deuil pour les victimes du Covid19 ?

    Emmanuel Macron et son gouvernement ont-ils mené leur politique sanitaire en s’appuyant sur les avancées des connaissances scientifiques ?

    Pourquoi le mode ultra-majoritaire de transmission du Covid, qui fait scientifiquement consensus depuis le printemps 2020, n’a été reconnu qu’en automne 2021 par le gouvernement ?

    Pourquoi la communication gouvernementale est-elle quasi-absente au sujet de l’aérosolisation, au contraire des spots sur le lavage de main, dont aucune étude scientifique n’a établi un rôle significatif dans les contaminations ?

    Est-il acceptable de laisser les enfants se faire infecter et réinfecter régulièrement par un virus dont les effets à long terme sont encore mal connu ?

    Quel ont été les positionnements des différentes tendances de gauche vis-à-vis de l’épidémie de Covid-19 ? Quels discours politiques ont-elles élaboré sur l’épidémie et les réponses à lui apporter ?

    Comment Macron a-t-il fait pour rendre acceptable la mort de plus de 160 000 personnes et invisibiliser sa responsabilité dans ce désastre ?

    Pourquoi la pandémie de Covid19, l’évènement majeur de majeur de ces 2 dernières années, si ce n’est de la décennie, a été complètement absent de la campagne présidentielle ? (et du bilan mediapart du quinquennat Macron)

    Comment comprendre le soutien indéfectible de Macron à Didier Raoult ?

    Comment la gauche française a abondonné toute défense du principe de précaution et des politiques de prévention au cours de cette épidémie ?

    Pourquoi les #CovidLong, qui seraient aujourd’hui plus de 2 millions selon Santé Publique France, sont absents des politiques sanitaires mais également de la majorité des récits journalistiques et politiques ?

    Pour prendre du recul sur ces deux années pandémiques en France que pouvons apprendre de ce qu’a fait la gauche à l’étranger ?

    Pourquoi la gauche germanophone s’est constamment mobilisée contre les mouvements covidonégationnistes et conspiracistes, pendant que la gauche française les rejoignait dans la rue et les relayait dans ses médias ?
    https://twitter.com/CabriolesDouze/status/1522301086891229185

    Pourquoi contrairement à la France, les syndicats italiens se sont mobilisés pour que le Covid soit reconnu comme maladie professionnelle et se sont battus pour le maintient du masque et des protocoles sanitaires au travail ?
    https://twitter.com/CabriolesDouze/status/1522173994736271369

    Comment cette spécificité très française de la très grande porosité de la gauche aux mouvements et discours conspiracistes et covidonégationnistes est-elle perçue depuis l’étranger ?

    Comment les personnes agées et les personnes qui ont des risques mortels face au Covid ont été constituées comme des catégories négligeables et donc sacrifiables de la population ?

    Peut-on vraiment confiner éternellement les personnes immunodéprimées ?

    La partition entre fragiles et non-fragiles a-t-elle un sens face à un virus qui provoque au moins 10% de CovidLongs ainsi que de nombreuses séquelles quelle que soit la gravité de l’infection initiale ?

    Quels liens y a-t-il entre la fascisation exponentielle des pays occidentaux et les politiques d’insensibilisation à la mort de masse ?

    Comment les techniques politiques, réthoriques et pseudo-scientifiques forgées pour nier l’écocide et le réchauffement climatique, et amplement documentées et critiquées à gauche, ont elles été rendues acceptables pdt le Covid ?

    Face au danger, la peur est-elle toujours mauvaise conseillère ?
    https://twitter.com/CabriolesDouze/status/1511716626843979780

    Enfin cmt le libertarianisme sanitaire forgé par l’extrême-droite libertarienne autour de la #GreatBarringtonDeclaration a peu à peu été adopté par l’ensemble des gvts capitalistes, et a été massivement diffusé à gauche par des gens comme François Alla et Barbara Stiegler ?

    À n’en point douter, un journalisme critique est possible sur le Covid.
    @Mediapart en est capable, iels l’ont largement démontré par le passé.

    Il n’est jamais trop tard.

  • En Angleterre, ils sauvent leur village grâce à l’autogestion
    https://reporterre.net/En-Angleterre-ils-sauvent-leur-village-grace-a-l-autogestion

    Confrontés aux fermetures, les habitants d’un village anglais ont repris le centre social, la bibliothèque, l’épicerie et le pub. Faisant de Trawden le seul village autogéré de Grande-Bretagne.

    Trawden (Lancashire, Angleterre), reportage

    En 2014, Trawden a bien failli devenir une cité-dortoir comme tant d’autres dans cette région verdoyante du nord-ouest de l’Angleterre. Commerces fermés, services publics supprimés, ce village de 2 500 âmes semblait voué au déclin avec la crise du textile [1]. La fermeture du centre social a eu l’effet d’un électrochoc. « Nous avons senti que c’était une ligne rouge. Il fallait réagir. Notre esprit communautaire n’y survivrait pas », raconte Steven Wilcock, figure locale du village qui a pris la tête de la fronde.

    Ça me rappelle un peu l’histoire de l’île Eigg
    https://www.geo.fr/voyage/ecosse-eigg-l-ile-rachetee-par-ses-habitants-190304

    Trente kilomètres carrés, 105 habitants, une seule route… ce petit bijou des Hébrides intérieures est devenu propriété de ses résidents en 1997. Vingt ans après, ils ont inventé un mode de vie bien à eux. Direction l’île d’Eigg, en Ecosse.

    #autogestion

  • Frites surgelées et COP 27 - AOC media
    https://aoc.media/opinion/2022/11/15/frites-surgelees-et-cop-27
    Par Jean-François Collin – Haut fonctionnaire

    Alors que les nations du monde entier tentent d’afficher leur lutte pour sauver le climat et la planète à la COP27 du Caire, l’OMC révèle le véritable du capitalisme mondialisé en donnant raison à l’Union Européenne qui avait attaqué la Colombie au nom de la défense de ses frites surgelées…

    En lisant mon journal habituel, je suis tombé sur un petit article m’apprenant que l’Organisation mondiale du commerce (OMC) venait de donner tort à la Colombie dans une conflit qui l’oppose à l’Union européenne. Le différend porte sur le commerce des frites surgelées. Le sujet peut sembler anecdotique mais en réalité le commerce des frites surgelées résume parfaitement ce qu’est capitalisme mondialisé et dévoile l’hypocrisie du rituel des COP « pour sauver le climat et la planète ».

    Un rappel d’abord, même si l’histoire de la pomme de terre est bien connue.

    Nous ne mangerions pas de pommes de terre en Europe si les populations andines d’Amérique du Sud ne les avaient cultivées depuis plus de 8 000 ans. Les conquistadors espagnols arrivés beaucoup plus tard ont rapporté des pommes de terre en Espagne au début du XVIe siècle, mais le développement de sa culture et de sa consommation en Europe fut lent. En France, par exemple, jusqu’au XVIIIème siècle, la pomme de terre était considérée comme une plante toxique dont l’usage devait être réservé aux animaux.

    Il fallut que Parmentier, prisonnier des Prussiens pendant la guerre de Sept Ans, consomme les pommes de terre servies par ses geôliers, en apprécie les qualités et revienne en France convaincu de son intérêt pour alimenter la population encore fréquemment victime de disette, voire de famine, et mène une grande campagne de promotion de la pomme de terre jusqu’à la table du roi, pour que sa culture se développe jusqu’à faire de ce tubercule un élément majeur de notre alimentation.

    Pour remercier ceux qui nous ont apporté ce bienfait, voilà que l’Union européenne attaque la Colombie devant l’OMC pour la contraindre à acheter des pommes de terre dont nous ignorerions l’existence si les précolombiens ne les avaient cultivées bien avant nous.

    Comment en sommes-nous arrivés là ?

    La pomme de terre, une industrie européenne tournée vers l’exportation
    L’agrobusiness a transformé la culture de la pomme de terre en une industrie vouée à l’exportation.

    La Belgique, pays emblématique de cette culture, a obtenu que la frite soit inscrite à l’inventaire du patrimoine mondial de l’humanité. Pourtant, ce qu’elle produit aujourd’hui n’a pas grand-chose à voir avec la frite traditionnelle vendue autrefois dans ses cornets, avec ou sans mayonnaise, qu’elle a remplacé, pour l’essentiel, par un affreux produit surgelé.

    Les surfaces consacrées à la culture de la pomme de terre ont progressé de 50 % depuis le début des années 2000 pour atteindre 100 000 hectares, soit 11 % des terres cultivées du pays. La Belgique produit 5 millions de tonnes de pommes de terre aujourd’hui contre 500 000 tonnes en 1990. Mais comme cela ne suffit pas aux industries de transformation, les importations de pommes de terre (en provenance de France notamment) ont été multipliées par trois en 20 ans, passant de 0,9 millions de tonnes en 2000 à 2,6 millions en 2018.

    Ces pommes de terre ne sont pas achetées par les ménages belges pour qu’ils préparent leurs frites à la maison. 90 % des pommes de terre belges sont transformées, par de grands groupes internationaux, en frites surgelées, croquettes et autres produits transformés issus des pommes de terre pour être exportés aux quatre coins de la planète. C’est ainsi que la Belgique est devenue le premier exportateur mondial de produits surgelés à base de pommes de terre. Cinq millions de tonnes de pommes de terre sont transformées par l’industrie pour produire 2,3 millions de tonnes de frites, 700 000 tonnes de purée, des chips, des croquettes, etc. Entre 40 et 50 % des pommes de terre sont perdues dans le processus de transformation industrielle, une partie de ces pertes étant récupérée pour l’alimentation animale.

    Le groupe belge Clarebout Potatoes est devenu le premier producteur européen et le quatrième producteur mondial de produits surgelés à base de pommes de terre avec une production an­nuelle estimée à environ 800 000 tonnes de produits transformés et un chiffre d’affaire de 1,3 milliards d’euros en 2019.

    Clarebout va d’ailleurs installer prochainement une usine de production de frites surgelées dans le port autonome de Dunkerque, qui en produira 1 400 tonnes par jour (7 jours sur 7, soit une production annuelle de plus de 500 000 tonnes) qu’il sera facile de charger sur un bateau pour l’exporter… en Amérique du Sud par exemple.

    D’autres groupes internationaux sont présents en Belgique et en France, comme le canadien McCain, un géant du secteur, le néerlandais Farm Frites, ou encore Nestlé.

    La France a connu une évolution similaire. Elle produit 5 à 6 millions de tonnes de pommes de terre sur 150 000 hectares. 43 % de la production sont exportés, 21 % sont utilisés dans les usines de transformation pour la production de produits surgelés (à leur tour souvent exportés), 19 % sont incorporés dans l’alimentation du bétail. Le marché national de consommation de pommes de terre fraiches n’absorbe que 17% de la production.

    La pomme de terre est devenue la matière première d’une industrie de transformation qui a accompagné la généralisation de la distribution des produits alimentaires par les grandes surfaces, notamment sous forme de produits surgelés.

    L’exportation de produits surgelés est l’objectif principal de cette industrie.

    Culture de la pomme de terre et disparition des paysans
    Au XXème siècle, les pommes de terre étaient produites sur l’ensemble du territoire français par de petites exploitations agricoles et dans les jardins familiaux. Elles constituaient un élément important de l’alimentation de la population, encore très largement rurale. Chaque français en mangeait en moyenne 95 kilos de pommes de terre par an en 1960 ; il n’en mange plus que 52 kilos en 2022. En conséquence de quoi les surfaces consacrées à cette production ont fortement diminué, jusqu’au début des années 2000 où elles ont recommencé à croître.

    Les rendements à l’hectare ont beaucoup augmenté et la production s’est concentrée dans 3 régions : les Hauts-de France (65 % de la production nationale), le Centre-Val de Loire (environ 10 %) et le Grand Est (11 %).

    Dans ce secteur comme dans tous les autres secteurs de l’agriculture, nous assistons à une véritable délocalisation de la production qui est désormais plus liée aux réseaux de transport, à la localisation des industries de transformation, qu’au climat ou à la qualité des sols.

    On constate les mêmes phénomènes chez les autres grands producteurs européens, Belgique, Allemagne et Pays-Bas. En Belgique, la moitié de la production est réalisée par 5 % des producteurs de pommes de terre.

    En France, comme en Belgique ou en Allemagne, les producteurs de pommes de terre ne sont plus majoritairement des petits agriculteurs indépendants, vivant de leur travail en approvisionnant les marchés locaux, en faisant vivre les circuits courts et tout ce qui est vanté comme devant être le cœur de la transition écologique souhaitée par la population et les gouvernements.

    C’est tout le contraire, et les agriculteurs sont devenus des « travailleurs à façon » placés dans une situation de dépendance économique vis à vis des industries de transformation. Ils sont liés par des contrats qui leur imposent les volumes, la qualité et les conditions de production. Ils doivent fournir chaque année un volume donné de pommes de terre. S’ils ne sont pas capables d’honorer cet engagement, les sanctions sont variables : pénalités ou bien facturation par le transformateur des pommes de terre qu’il a dû acheter ailleurs. Les trois quarts des pommes de terre, en Belgique comme en France, sont produites par des « agriculteurs » sous contrat avec les groupes de transformation.

    Le développement de cette industrie a donc accéléré la disparition des agriculteurs en Europe, avant de faire la même chose dans les pays de destination des exportations européennes, en Amérique du Sud notamment.

    Pour conquérir ces marchés, les industriels font payer cher leurs produits sur le marché européen et pratiquent le dumping sur les marchés d’Amérique du Sud. Le Brésil et la Colombie ont adopté des mesures antidumping en 2017 et 2018 après avoir constaté que les prix de vente des produits européens sur leur marché étaient inférieurs de 18 à 41 % à ceux qui étaient pratiqués pour les mêmes produits vendus par les Belges ou les Allemands au Royaume-Uni.

    Ce dumping a eu des conséquences dramatiques pour les agriculteurs en Colombie ou au Pérou. Depuis l’entrée en vigueur des accords de libre-échange entre ces pays et l’Union européenne en 2013, les exportations ont grimpé en flèche. Celles de frites congelées ont augmenté de 915 % en Colombie, à tel point que les petits producteurs colombiens se sont mis en grève et ont exigé l’arrêt des importations de pommes de terre européennes.

    Des conséquences terribles pour l’eau, les sols et le climat
    La pomme de terre ne se développe que si elle trouve suffisamment d’eau dans le sol. Ce besoin d’eau augmente considérablement pour atteindre les rendements très élevés exigés par les industries de transformation, compris entre 40 et 50 tonnes à l’hectare, de surcroît avec des pommes de terre d’un calibre suffisamment gros pour se prêter aux besoins de l’industrie.

    C’est pourquoi l’irrigation des champs plantés en pommes de terre s’est beaucoup développée dans la région des Hauts de France, qui n’est pourtant pas réputée comme l’une des plus sèches du pays. Les problèmes, déjà très importants, de qualité de l’eau dans cette région, provoqués par une urbanisation et une industrialisation anciennes, s’en trouvent aggravés.

    Comment peut-on justifier le développement de telles pratiques agricoles alors que le changement climatique pose des problèmes de disponibilité de la ressource en eau de plus en plus importants y compris en France ?

    De plus, la culture de la pomme de terre intensive fait un usage immodéré des produits phytosanitaires pour lutter contre le mildiou et les autres maladies. Jusqu’à 20 pulvérisations de produits phytosanitaires par récolte sont nécessaires. En moyenne, 17,6 kilos de substances actives sont épandus par hectare en Belgique, contre 6,4 pour la betterave et 2,8 pour le froment.

    Les engins agricoles utilisés pour cette culture industrielle sont énormes, ils pèsent des dizaines de tonnes et contribuent à renforcer le tassement des sols qui fait obstacle à l’infiltration des eaux de pluie. À terme c’est tout simplement la capacité de production des sols qui sera affectée.

    Enfin, produire en Europe des pommes de terre que l’on transforme en frites surgelées auxquelles il faudra faire traverser l’océan Atlantique dans des bateaux réfrigérés représente une consommation d’énergie contribuant au changement climatique parfaitement aberrante et à laquelle il faudrait mettre fin sans délai.

    Les discours alarmistes sur la situation alimentaire d’une partie de la planète méritent d’être mis au regard de telles aberrations. En effet, la vente de pommes de terre européennes en Amérique du Sud n’a pas pour but d’assurer l’alimentation de populations sous-alimentées. Au contraire, elle ruine la possibilité des pays importateurs de produire leur propre alimentation grâce à une agriculture paysanne beaucoup moins polluante et plus conforme à l’orientation qu’il faudrait donner à l’organisation de notre société pour l’adapter aux changements climatiques en cours.

    L’Union européenne doit choisir entre les frites surgelées et le climat
    En même temps que les pays européens et la Commission européenne font de grands discours à Charm El-Cheikh à l’occasion de la COP 27 et protestent de leur engagement dans la lutte contre le changement climatique, ils mènent un combat acharné au sein de l’OMC en faveur de ce commerce aberrant des produits transformés surgelés issus de la transformation de la pomme de terre. Ce combat a payé puisqu’ils ont obtenu la condamnation de la Colombie par l’organisme de règlement des différends de l’OMC. Si la Colombie respecte cette décision scandaleuse, elle devra donc supprimer les droits de douane qu’elle avait instaurés, qui n’ont même pas suffi à protéger son marché intérieur. Quelques grands groupes internationaux continueront à faire de plantureux profits grâce à ce commerce qui représente l’exact opposé de ce que nos sociétés prétendent vouloir faire pour éviter la catastrophe annoncée.

    D’un côté, l’Union européenne fait des discours sans conséquences dans des conférences internationales, de l’autre elle défend des mesures bien concrètes pour développer le commerce international dans ce qu’il a de pire, au prix de la pollution des sols, de l’eau et de l’air, au bénéfice d’une activité économique inutile et destructrice.

    La COP 27 est focalisée sur les compensations financières qu’il faudrait accorder aux pays en développement au titre de la responsabilité passée des pays développés dans le changement climatique. Des promesses seront faites, comme elles ont déjà été faites dans le passé, et seront certainement tenues de la même façon.

    Mais le vrai sujet n’est-il pas de préparer l’avenir avant de réparer le passé ? Les pays développés devraient d’abord cesser de ruiner l’économie des pays moins riches, en faisant disparaître leur agriculture paysanne victime d’exportations à bas prix de produits transformés très consommateurs d’énergies fossiles. Faisons cela sans attendre, il sera toujours temps de parler des compensations financières.

    Nul besoin de mesures complexes, de contrôle international bureaucratique des tonnes de carbones émises ou économisées par les États signataires de la convention de l’ONU sur le climat. Il suffit de déclarer un moratoire sur le commerce international de tous les produits transformés surgelés issus de la pomme de terre.

    Pour atteindre cet objectif, pourquoi ne pas lancer une campagne mondiale de boycott des frites surgelées, dont la production n’est pas moins coupable que l’activité des groupes pétroliers du changement climatique ?

    Pourquoi ne pas suspendre l’activité de l’OMC jusqu’à ce que ses règles de fonctionnement aient été mises en cohérence avec les exigences de la lutte contre le changement climatique ? Cela permettrait aux États qui le souhaitent de relocaliser une partie de la production dont ils ont besoin et de remettre un peu de bon sens dans les échanges commerciaux internationaux.

    Puisque la mode est à la sobriété et aux petits gestes, épluchons nos pommes de terre fraiches pour les manger, ce sera bien meilleur dans nos assiettes et pour l’environnement que d’accepter de consommer ces horribles produits surgelés, d’ailleurs très indigestes.

    Quant à l’Union européenne, qu’elle abandonne immédiatement ses actions contre la Colombie qui a déclaré son intention de faire appel de la décision prise par l’OMC ! Si la Commission de l’UE ne le fait pas, elle confirmera la vacuité de ses discours sur le climat. Quelle belle surprise ce serait si elle profitait de la COP pour annoncer cette sage décision !

  • Dépôt de bilan, liquidation : c’est terminé pour le Ravi et la Tchatche qui édite le journal pas pareil
    https://www.leravi.org/medias/presse-pas-pareille/depot-de-bilan-liquidation-cest-termine-pour-le-ravi-et-la-tchatche-qui-edit

    Dépôt de bilan, liquidation... : c’est terminé pour le journal pas pareil. Fini de rire ! Face au mur de l’argent, on se lève et on s’en va. Mais sans renoncer à fêter la satire et la presse libre.

    https://www.leravi.org/web/wp-content/uploads/2022/09/RAVI-4PAGES-SPT-2022-ULTIME-BONNE-VERSION.pdf
    https://seenthis.net/messages/481822
    #Le_Ravi

  • Perquisition à Mediapart : la justice condamne l’État dans l’affaire Benalla
    https://www.youtube.com/watch?v=ZJVBbwjQ7hE

    Événement : la justice condamne l’État pour sa tentative de perquisition de nos locaux en 2019 dans le cadre de l’affaire Benalla. Le jugement, sévère pour le parquet de Paris, consacre la liberté d’informer et la protection des sources.

    Encore une grande démonstration de la compétence de l’Absurdistan autoritaire.

    • ces trois juges ont donc condamné l’État à payer à Mediapart la somme d’un euro « en réparation intégrale de son préjudice » auquel s’ajoutent 10 000 euros en application de l’article 700 du Code de procédure civile, avec ordre d’exécution provisoire du jugement.

    • J’imagine la petite bande de flics, précédée du commissaire, toute joyeuse sur le chemin de Médiapart, en train de chantonner : « On va se faire Médiapart-euh, on va se faire Médiapart-euh », imaginant déjà les félicitations du préfet, voire la petite promotion décidée en hauts lieux, imaginant encore le Président confiant à sa douce : « ah, qu’il est bon de constater une fois de plus que l’on peut compter sur la fidélité de la police républicaine ! »

      Et arrivant dans les couloirs de Médiapart, le choc, la stupeur, l’effroi, l’horreur, la rumeur qui circule par l’effet d’un bouche à oreille paniqué : « Ah merde, y’a Fabrice Arfi, merde merde, on est refaits ». Les regards inquiets : « Qu’est-ce qu’on fait, y’a Fabrice Arfi, il dit qu’on n’a pas le droit ! ». Et de confirmer : « Oui, c’est Fabrice Arfi, c’est pas de bol tout de même ».

      Et de repartir tout tristes, la queue entre les jambes, juste parce qu’ils ont joué de malchance : Fabrice Arfi était là et il connaît mieux la procédure que le commissaire.

      #22_y‘a_fabrice_arfi

  • Les contes des mille et une merdes
    https://lpalo.com/balado/les-contes-des-mille-et-une-merdes

    Richesses sous-estimées, sources d’humour intarissables et porteuses d’enjeux sociaux, les déjections humaines sont pourtant complètement évacuées du discours culturel et social. Prêtez l’oreille, car la merde est un sujet excrémement riche ! Durée : 7 épisodes de 3 à 6 min. Source : Musée de la civilisation de Québec & La puce à l’oreille

    https://play.acast.com/s/contes-des-mille-et-une-merdes/la-princesse-qui-petait-terriblement

  • Sommes-nous dans le déni du déni ? Rodrigo Nunes
    https://cabrioles.substack.com/p/sommes-nous-dans-le-deni-du-deni

    (...) En l’absence de toute contestation durable de leur pouvoir, les élites semblent avoir confiance en leur capacité à se jouer continuellement de la majorité de la population, qu’on leur fasse confiance ou non. Deuxièmement, nous n’avons pas su apprécier la force d’inertie produite par les mécanismes disciplinaires du néolibéralisme, dont aucun n’est plus puissant que la crise elle-même.

    Bien que le fonctionnement de ces dispositifs à l’ère de l’austérité et de l’ubérisation soit devenu plus brutal, le néolibéralisme comporte depuis le début un aspect rétributif. Chaque nouvelle crise qu’il crée accroît non seulement la coercition économique à laquelle les individus sont soumis, mais réactive également le mythe fondateur du néolibéralisme, à savoir qu’il est le remède rationnel et technocratique aux excès d’une période antérieure. Si nous avons l’impression de vivre une nouvelle étape punitive du néolibéralisme, c’est parce que les appels à se serrer la ceinture ne sont plus accompagnés que d’une plus faible perspective de la desserrer à nouveau : alors que le sacrifice était autrefois présenté comme un moyen d’accéder à une vie meilleure, il apparaît de plus en plus comme une fin en soi - l’impératif nu de s’adapter à des attentes décroissantes. Cet aspect a atteint son apogée avec la pandémie, lorsque le discours officiel dans des pays comme le Brésil et les États-Unis a commencé à dire littéralement que les gens devaient choisir entre l’économie et leur vie.

    L’une des raisons pour lesquelles la cote de popularité globale de Bolsonaro a augmenté de 10 % pendant la pandémie - bien qu’il ait perdu une bonne partie de son soutien dans la classe supérieure - peut bien sûr être le programme de revenu de base auquel il s’était initialement opposé. Une autre raison, cependant, est que, pour les électeurs pauvres qui ont fini par approuver son gouvernement, le fait de présenter la question comme un choix entre la vie et l’économie est objectivement vrai. Puisque l’inégalité fait de la mise en quarantaine un luxe inaccessible pour eux, le fait de poser la situation comme un choix entre mourir potentiellement du COVID et mourir potentiellement de faim a montré que Bolsonaro comprenait leur réalité plus profondément que ne l’ont fait les hypocrites leur disant de rester à la maison alors qu’ils n’avaient pas d’autre choix que d’aller travailler.

    La douloureuse réalité est que, dans des cas comme celui-ci, l’histoire que raconte l’extrême droite a effectivement plus de sens pour beaucoup de gens que ce que dit la gauche. C’est parce que l’histoire de l’extrême droite correspond plus clairement au monde tel que la plupart des gens le rencontrent au quotidien ; elle résonne avec l’expérience vécue. Pour beaucoup de gens, s’entendre dire que la vie est une série de sombres compromis dans une lutte mortelle pour des ressources limitées ne semble pas du tout tiré par les cheveux. Qui plus est, cela résonne avec l’effet disciplinant que ces expériences ont réellement : le sentiment profondément ancré que c’est tout ce qui est possible, que les coordonnées fondamentales de notre mode de vie ne peuvent pas changer.

    Car c’est là la grande ironie et le grand paradoxe de la politique d’extrême droite : ce qu’elle propose est un type de révolte très conformiste. Même si elle prétend s’attaquer aux élites - entendues non pas en termes économiques mais en termes culturels et politiques, ce qui explique comment un milliardaire peut faire campagne en tant que leader de l’homme ordinaire aux États-Unis - l’avenir que l’extrême droite projette ressemble beaucoup au présent. En ce qui concerne la structure sociale, leur vision est toute résignée au statu quo. Ce que l’extrême droite promet est, en résumé, une politique anti-système pour les personnes qui ne croient pas vraiment que le système puisse changer de manière importante : tout reste essentiellement identique, mais donne de meilleurs résultats pour ceux qui se sentent exclus aujourd’hui.

    #extrême_droite

  • L’Empreinte des #civilisations | L’odyssée de l’écriture | ARTE

    « Quels sont les #supports et les matériaux d’#écriture du passé, des #papyrus égyptiens à l’invention de l’#impression typographique par #Gutenberg. Une passionnante plongée dans l’histoire de la plus grande des #inventions humaines.

    Sur quel support et avec quel matériel #écrire ? En Égypte, le papyrus est devenu l’un des fondements de la civilisation. Son utilisation s’étend jusqu’à Rome, où lecture et écriture sont à la portée de tous. À l’époque médiévale, au contraire, le #parchemin demeure un matériau très onéreux, ce qui en réserve l’usage à une élite. En Chine, la fabrication du #papier au IIe siècle après J.-C., restée pendant six cents ans un secret d’État, a permis à l’#érudition et à l’#éducation de prospérer jusqu’à ce que l’invention de l’impression typographique par l’Allemand Johannes Gutenberg provoque de nouveaux bouleversements en Europe.

    Secrets d’écriture
    Réalisée par le Britannique David Sington, cette extraordinaire saga dans les trois principaux foyers de civilisation (#Occident, #Orient et monde #arabo-musulman) nous emporte dans un formidable voyage à travers le temps et le monde pour comprendre la manière dont l’écriture a façonné les sociétés humaines au cours des millénaires. On y découvre l’histoire fascinante des origines, avec de nouvelles révélations d’archéologues et de philologues, mais aussi les secrets de fabrication des supports et des matériaux d’écriture du passé. Riche d’images d’archives illustrant les grandes réformes du siècle dernier, étayé par des témoignages de neuroscientifiques, d’artistes et de spécialistes, le dernier épisode de cette passionnante série documentaire interroge aussi nos usages contemporains à l’ère du numérique. »

    https://tube.nuagelibre.fr/videos/watch/6491e595-c849-42dd-8441-a770875e2c9e

    Pour faire écho au post d’@odilon :
    https://seenthis.net/messages/960026

    A travers ce documentaire, on voit très nettement le lien entre savoir et pouvoir.
    Or entre les attaques incessantes de l’éducation nationale, les restrictions d’accès à la BNF....
    Ca commence à se voir qu’ils veulent reconcentrer le pouvoir aux mains des élites financières en privatisant tout...

    Ca me semble être une des plus grandes menaces pour la population

  • Une #chauve-souris se fait passer pour un frelon pour éloigner les chouettes
    https://www.lemonde.fr/sciences/article/2022/05/15/une-chauve-souris-se-fait-passer-pour-un-frelon-pour-eloigner-les-chouettes_

    En matière de #merveilles, le groupe des chauves-souris, et ses quelque 1 400 espèces, ne cesse de nous éblouir. Seul mammifère doté d’un vol actif, expert en écholocalisation, l’animal dispose d’une longévité exceptionnelle comparativement à sa taille (jusqu’à 38 ans) et d’un système immunitaire unique qui lui permet de cohabiter avec de nombreux virus – la pandémie de Covid-19 nous l’a rappelé.

    Le rapport entre ces deux enchantements ? Aucun. Sauf que dans la revue Current Biology du 9 mai, une équipe italienne annonce que les grands murins, une espèce commune en Europe, pourraient échapper aux chouettes en imitant le bourdonnement du frelon. Un exemple singulier de #mimétisme. D’abord parce que les cas connus de cette forme d’adaptation évolutive sont dans leur immense majorité visuels, presque jamais sonores. Chez les mammifères, ça serait même la première fois. Quant à voir un mammifère copier un insecte pour échapper à un oiseau, un tel ménage à trois semblait carrément improbable.

    • Suite de l’article

      L’idée trottait pourtant dans la tête de Danilo Russo depuis plus de vingt ans. L’écologue de l’université Federico-II de Naples entreprenait alors une étude de terrain dans le sud de l’Italie et s’était étonné d’entendre un bourdonnement « de guêpe ou de frelon » lors de ses captures de chauves-souris. Un cri de peur ? Une alerte à destination des congénères ? Le chercheur a laissé la question en jachère, avant de la reprendre deux décennies plus tard.

      L’équipe a commencé par comparer l’étonnant bourdonnement à celui de différents insectes. Le logiciel chargé de l’analyse a observé une forte proximité avec le son des abeilles mellifères et des frelons d’Europe. Surtout, en modifiant les paramètres afin de simuler le son perçu non par des humains mais par des oiseaux, la similitude est devenue presque parfaite.

      Les scientifiques ont alors conduit des expériences de play-back sur seize chouettes, huit issues de captivité, huit prélevées dans la nature. Chaque groupe était composé pour moitié de hulottes, pour moitié d’effraies. A tous les oiseaux, ils ont proposé trois sons : le « bzzz » d’un chiroptère, celui d’un frelon et un son ordinaire de chauve-souris. Toutes les chouettes se sont approchées du haut-parleur passant le troisième, mais se sont éloignées des deux premiers. Le mouvement a été particulièrement marqué chez les oiseaux sauvages, les plus susceptibles d’avoir côtoyé des frelons.

      Dans la nature, les trois espèces fréquentent les mêmes territoires. Mais si chouettes et chauves-souris sont nocturnes, les frelons sortent plutôt le jour. Il n’empêche, les chouettes n’approchent pas les trous d’arbres colonisés par les frelons. Pour les auteurs, « même si cela peut paraître surprenant », c’est bien la menace des chouettes qui aurait conduit les chauves-souris à développer ce nouveau comportement. Une conclusion « un peu rapide », objecte Sébastien Puechmaille, maître de conférences à l’université de Montpellier, spécialiste des chiroptères, qui aimerait voir « une étude plus approfondie sur ce phénomène assurément intrigant ». L’équipe italienne, elle, entend poursuivre avec d’autres espèces, #chiroptères ou même oiseaux, réputés émettre des bourdonnements. Et si le mimétisme sonore avait été largement sous-évalué, comme du reste les multiples talents des chauves-souris ?

  • “Carbon Bombs” - Mapping key fossil fuel projects - ScienceDirect
    https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0301421522001756

    Meeting the Paris targets requires reducing both fossil fuel demand and supply, and closing the “production gap” between climate targets and energy policy. But there is no supply-side mitigation roadmap yet. We need criteria to decide where to focus efforts.

    Here, we identify the 425 biggest fossil fuel extraction projects globally (defined as >1 gigaton potential CO2 emissions). We list these “carbon bombs” by name, show in which countries they are located and calculate their potential emissions which combined exceed the global 1.5 °C carbon budget by a factor of two. Already producing carbon bombs account for a significant percentage of global fossil fuel extraction. But 40% of carbon bombs have not yet started extraction.

    Climate change mitigation efforts cannot ignore carbon bombs. Defusing them could become an important dimension of climate change mitigation policy and activism towards meeting the Paris targets. So far, few actors, mainly from civil society, are working on defusing carbon bombs, but they are focussing on a very limited number of them. We outline a priority agenda where the key strategies are avoiding the activation of new carbon bombs and putting existing ones into “harvest mode”.

    #extractivisme #énergie #écologie #carbone

  • ❝Un accès alternatif à internet est-il possible ?
    Par Aube Richebourg, SOCIOLOGUE
    Il y a 30 ans, la découverte de l’internet par le grand public fut rendue possible par des fournisseurs d’accès associatifs. Ces collectifs citoyens continuent aujourd’hui d’agir au nom du droit à la connexion, de la défense de la « neutralité du net » et de la promotion d’un « modèle associatif » fondé sur le refus de la commercialisation des données personnelles. Ces « réseaux libres » ne bénéficient pourtant d’aucun soutien public, au contraire de leurs homologues allemands qui occupent une place importante dans le paysage de la connectivité outre-Rhin.
    AOC.media 15/05/22
    https://justpaste.it/58ezp
    #FAI #internet_non_marchand

  • Les sujets officiellement anti-sociaux et anti-écologiques du Bac 2022, ça tourne en ce moment, ça a bien l’air vrai. Quand même ouf.

    https://www.leparisien.fr/etudiant/examens/bac/bac-2022-le-sujet-de-sciences-economiques-et-sociales-specialite-jeudi-QM

    Question 2 (3 points)

    À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance.

    Question 3 (3 points)

    À l’aide d’un exemple, vous montrerez que l’action des pouvoirs publics en faveur de la justice sociale peut produire des effets pervers.

    #éducation #bac #écologie #croissance #capitalisme #social #anti-social #libéralisme #pourriture #vomi

  • Ni Dieu, ni Roy – Johann Chapoutot
    https://www.liberation.fr/idees-et-debats/opinions/ni-dieu-ni-roy-20220425_SFIHPW4WXVEUPI3OERIJBSTHUI

    La Constitution de 1958 a transformé la France en aire de jeu pour personnalités rêvant de la « magistrature suprême ». Voulu par un vieux général patriarcal, le texte étouffe le débat et provoque une désaffection croissante à l’égard du suffrage, provoquant l’impuissance du pouvoir.

    Le passé, décidément, ne passe pas. Après avoir vu ressurgir Vichy et les mérites, manifestement trop méconnus, du maréchal Pétain, voilà réélu un faux jeune, qui cite Gérard Majax (à quand Léon Zitrone ou Sacha Guitry ?), qui rêve à Reagan et Thatcher et qui vient de découvrir l’importance de la question écologique (sur quelle planète, littéralement, vivait-il donc avant ce second tour ?). Le fringuant archaïque, ami des puissants (ceux qu’il a satisfaits en abolissant l’ISF) et des cogneurs (Benalla), rêve et jouit de verticalité, de royauté, d’autorité… Partout en Europe de l’Ouest, ce genre de personnalités est généralement exclu du champ politique. Partout, en effet, des démocraties parlementaires, avec des scrutins largement proportionnels, encouragent la discussion, le débat et une attention à l’intérêt général et au bien commun. La France, elle, est une aire de jeu offerte à des personnalités fragiles qui, tout petits déjà, se prennent pour Dieu ou le Roy. Les asiles, jadis, étaient pleins de gens qui se prenaient pour Napoléon : désormais, ils racontent à leur maman ou à Alain Minc qu’ils seront, un jour, grand chef à plume de toute la Terre.

    Personnalisation extrême

    Depuis 1958, ils peuvent rêver d’élection à la « magistrature suprême », au dialogue « d’un homme et du peuple », etc. Car, en 1958, un général né en 1890, éduqué par des hommes issus de la droite maurrassienne, qui pleuraient le XVIIe siècle de Louis XIV, qui maudissaient la Révolution française, celle qui avait décapité le Roy et le royaume, revient au pouvoir. Certes, à 67 ans, il n’avait pas l’intention de commencer une carrière de dictateur, mais il lui fallait en finir avec la République parlementaire, qu’il abhorrait car elle était, à ses yeux (comme à ceux de Pétain), responsable de la défaite de 1940. Il fallait un nouveau Roy à la France, et tenir en respect les Etats généraux du Palais-Bourbon. En 1962, estimant que sa légitimité historique ferait défaut à ses successeurs, il leur offrit par référendum la légitimité politique, celle du suffrage universel direct : les députés protestèrent (la précédente tentative, en 1848, avait abouti à un coup d’Etat bonapartiste et à un nouvel Empire…), votèrent une motion de censure contre le gouvernement Pompidou (la seule en soixante-quatre ans, à ce jour), Mongénéral, furieux, dissout, et ce fut tout.

    Le résultat est là : une personnalisation extrême, des programmes parfois inexistants, car, comme le dit le candidat Macron, en 2016, « on s’en fout », un scrutin uninominal à deux tours, qui aboutit, pour la majorité des électeurs, à un non-choix. De Gaulle avait trop d’orgueil et de souci du bien commun pour en abuser : il se retira quand il fut désavoué, en 1969. Mais n’est vraiment pas de Gaulle qui veut : en 2022, on peut être « élu » avec 38,5 % des inscrits (dont une grande partie « contre elle » et non « pour lui »), avoir perdu 2 millions de voix et 5,6 points par rapport à 2017, avoir permis une croissance de près de 3 millions de voix de l’extrême droite, et être revêtu du lourd cordon de la Légion d’honneur et de pouvoirs exorbitants (le président des Etats-Unis n’en a pas autant, et de très loin). Est-ce bien suffisant pour continuer à fermer des maternités et détruire l’hôpital (17 500 lits fermés lors du quinquennat qui s’achève) ? Pour abreuver d’argent public les cabinets de conseil qui ont contribué à son élection de 2017 ? Pour fréquenter des voyous épargnés par des parquets compatissants ? Pour assister, sans rien faire, voire pire, à la destruction du vivant ? Pour continuer à se proclamer le « camp de la raison » alors que l’on est confit en idéologie déraisonnable, voire irrationnelle (le « ruissellement », l’« écologie productive »…) ? Pour raconter tout (singer le slogan du NPA, puis de LFI, entre les deux tours) et continuer à faire n’importe quoi ? Pour insulter, ignorer et assouvir ses fantasmes infantiles de toute-puissance ?

    Structures mentales archaïques

    Il ne faut pas personnaliser outre mesure : le pouvoir grise, isole, peut rendre fou et, de toute façon, la Constitution de 1958 est un appel aux dingues. Les gens qui paradent et caracolent sur les cendres d’une élection par défaut sont le produit de structures mentales archaïques (le mythe du messie, le culte servile du « chef »), d’intérêts patrimoniaux puissants et d’un mode de scrutin obsolète : rappelons que la Constitution de 1958 est une constitution de guerre et de guerre civile (guerre d’Algérie, 1954-1962), voulue par un vieux général patriarcal et défiant à l’égard des parlements qui, au fond, avait fait son temps dès 1968. De Gaulle partit en 1969, mais la Constitution demeura, et demeure toujours. Tant qu’elle demeurera, elle étouffera le débat, assourdira l’intelligence collective et produira des catastrophes : une désaffection croissante à l’égard du suffrage, avant la bascule vers l’autoritarisme, stupidement préparé par la veulerie d’un « pouvoir » impuissant, qui ne tient que par le recours massif à la violence, et sourd aux questions fondamentales de notre temps – le besoin d’intelligence face aux injustices croissantes et à la dévastation du monde.

    • Il y a déjà 15 ans, Politis avait publié une intéressante synthèse historique sur la question de l’élection présidentielle.

      https://www.politis.fr/articles/2007/04/faut-il-supprimer-la-presidentielle-766

      ❝Faut-il supprimer la présidentielle ?
      Par Denis Sieffert, Michel Soudais
      jeudi 5 avril 2007

      La timide évocation de réformes, voire d’une VIe République, cache l’essentiel : l’élection du président de la République au suffrage universel. Seuls les candidats de la gauche antilibérale et les écolos l’évoquent.

      Difficile de sortir la tête de l’eau au plus fort de la bataille. Pas facile de remettre en cause une institution qui conditionne depuis des mois déjà tous nos commentaires, rythme toute notre vie politique, et relègue toute autre considération, sociale et internationale. Depuis des mois, la France vit sous l’empire de la présidentielle. Et malheur à quiconque remettrait en cause l’institution sacrée. Toucher aujourd’hui à l’élection du président au suffrage universel est un crime de lèse-démocratie.

      Et si c’était exactement le contraire ? Le consensus médiatique est si pesant qu’on en vient à oublier que la gauche a longtemps été hostile à ce mode de désignation du chef de l’État. Et la gauche avait pour cela de bonnes raisons historiques. Le premier usage du suffrage universel (un suffrage très peu universel, d’ailleurs, puisqu’il n’admettait pas le vote des femmes) date comme on sait du fameux scrutin du 10 décembre 1848. Il s’inscrit comme une suite logique de la contre-révolution de juin. Il vire au plébiscite. Un aventurier portant le nom prestigieux de Bonaparte recueille 5 400 000 voix, quand deux des acteurs de la révolution de février, Ledru-Rollin et Raspail, n’obtiennent que quelques dizaines de milliers de suffrages. La magie du nom a opéré, plus que la politique. Et la logique ira à son terme puisque, trois ans plus tard, Louis Napoléon Bonaparte s’appuiera sur sa légitimité populaire pour commettre le coup d’État qui le fera empereur.

      Ce n’est pas ce type de péril qui nous guette aujourd’hui. Mais une grande figure de la gauche, dont on commémore cette année le centenaire de la naissance sans entendre son message (c’est un classique de la commémoration !), a mieux que quiconque fait la critique de l’élection du président de la République au suffrage universel. C’est évidemment Pierre Mendès France. « Choisir un homme, écrivait-il en 1962, sur la seule base de son talent, de ses mérites, de son prestige (ou de son habileté électorale), c’est une abdication de la part du peuple, une renonciation à commander et à contrôler lui-même, c’est une régression par rapport à une évolution que toute l’histoire nous a appris à considérer comme un progrès [1] . » Et l’éphémère président du Conseil en rajoutait une couche : « Lorsqu’un homme est porté à la tête de l’État par le suffrage universel, c’est essentiellement sur sa personne que l’on vote. En fait, on lui fait confiance, on s’en remet à lui, et parfois sur la base de promesses plus ou moins démagogiques. » « À cet égard, concluait-il, les campagnes électorales présidentielles aux États-Unis sont d’une médiocrité que l’on n’est guère tenté de transposer ici. » Nous sommes en 1962, et Charles de Gaulle vient de faire adopter par référendum sa grande réforme institutionnelle qui donne en réalité tout son sens aux institutions de la Ve République. S’agissant de « talent » de « mérites » et de « prestige », l’homme que critique Pierre Mendès France n’en manque pas. Cela n’enlève rien à la pertinence de l’analyse. Au contraire. La seconde citation a, hélas, une portée plus prophétique. Quand le personnage n’a plus la stature du général de Gaulle, la médiocrité s’ajoute au péril antidémocratique. Nous y sommes parfois, ces jours-ci.

      Longtemps donc, l’opposition à l’élection du président de la République au suffrage universel fut une sorte de marqueur identitaire de la gauche. Même François Mitterrand, en 1962, en faisait une critique virulente dans un petit ouvrage polémique, le Coup d’État permanent. Mais son point de vue a changé quand il a revêtu les habits du candidat. On connaît la formule d’une plasticité toute mitterrandienne : « Les institutions n’étaient pas faites à mon attention, mais elles sont bien faites pour moi [...]. Elles étaient dangereuses avant moi, elles le seront après moi... »

      Non seulement le président socialiste ne toucha pas à l’institution présidentielle, mais il conserva l’une de ses attributions les plus régaliennes, le fameux article 49-3 de la Constitution, qui permet à l’exécutif de contourner le Parlement. Il a même usé sans retenue de l’article 13, par lequel le Président nomme aux emplois civils et militaires. Les deux septennats de François Mitterrand marqueront en vérité l’apogée de ce qu’on a appelé « la monarchie républicaine ». Des structures de pouvoir parallèles ont été créées ou renforcées. Des conseillers nommés de façon discrétionnaire par le Président ont rapidement été plus influents que certains ministres. Nul n’a oublié la trop fameuse « cellule antiterroriste » de l’Élysée du commandant Prouteau et du capitaine Barryl, fabriquant de fausses menaces d’attentats dans l’affaire dite des Irlandais de Vincennes. Nul n’a oublié non plus les mésaventures de Jean-Christophe Mitterrand, fils du Président, propulsé conseiller particulier aux affaires africaines. Il est vrai que le monarque républicain « de gauche » perpétuait en l’occurrence une tradition « africaine » héritée de Chalres de Gaulle et de son conseiller occulte Jacques Foccart.

      Les exemples foisonnent de pouvoirs parallèles échappant au contrôle démocratique. Ils sont autant d’arguments qui plaident pour l’abolition de cette légitimation par le suffrage universel du pouvoir d’un seul homme. Curieusement, c’est un autre haut responsable de la gauche qui a renforcé l’institution présidentielle en 2002. En inversant le calendrier électoral, le Premier ministre-candidat, Lionel Jospin, a réaffirmé le primat de l’élection présidentielle sur la législative. Trop sûr de son accession à la magistrature suprême, il a fait le pari que les électeurs confirmeraient ensuite leur vote en donnant au nouveau Président une majorité de députés. Le calcul s’est révélé exact, mais il a profité à un autre que lui... On devrait voir dans cette mésaventure la preuve que la gauche a davantage intérêt à miser sur les législatives, réorganisées autour d’un scrutin proportionnel, que sur l’élection d’un seul personnage. Si l’on se réfère aux principes fondateurs de la gauche sociale, il n’est pas exagéré de dire que la présidentielle au suffrage universel est une institution intrinsèquement de droite. Elle relègue les grandes questions programmatiques et les valeurs d’un pouvoir partagé. Le renoncement à s’attaquer à cette institution archaïque et unique en Europe constitue sans doute la plus grande faute de la gauche, au même titre que son glissement libéral.

      Quels que soient les reproches adressés à la gauche sur ce plan, force est de reconnaître que c’est encore dans ses rangs que ce coupable accommodement a été le mieux analysé. Et pas seulement quand la gauche était dans l’opposition. En 1991, François Mitterrand est encore à l’Élysée quand la Gauche socialiste, animée alors par Jean-Luc Mélenchon, Julien Dray et Marie-Noëlle Lienemann, se prononce pour une VIe République dans la motion qu’elle dépose au congrès de l’Arche du PS. Tirant un premier bilan des gouvernements de la gauche depuis 1981, ce texte, intitulé Une VIe République pour le changement social, établit déjà un lien entre l’extrême délégation induite par les institutions et l’atonie de ce que l’on n’appelait pas encore le mouvement social [2]. « Trente ans passés dans le moule de la Ve République ont diffusé partout une culture qui attend tout de ceux qui occupent les institutions et rien de l’action des citoyens », peut-on lire au début de cette motion, qui demandait de « libérer le pays de sa camisole » présidentielle.

      Si la demande de la Gauche socialiste n’a pas eu le succès escompté ­ son texte ne recueillit que 6 % des suffrages des militants socialistes ­, son analyse du régime de la Ve République n’a pas été totalement perdue. Arnaud Montebourg l’a remarquablement relancée en publiant, à l’automne 2000, un réquisitoire très argumenté à l’origine de la création de la Convention pour la VIe République (C6R), au printemps 2001. Dans la veine du Coup d’État permanent, dont il actualise le propos, le député de Saône-et-Loire, nourri des expériences gouvernementales de la gauche, croque les institutions de la Ve République en « machine à trahir » ­ c’est le titre de son essai ­ les espoirs du pays. Avec, au centre du dispositif, un pouvoir présidentiel, dont il remet en cause l’élection, qui favorise l’inertie, l’irresponsabilité et l’impunité. Mais il faut croire que l’élection du président de la République au suffrage universel résiste à toute remise en cause. Le projet de constitution présenté par Arnaud Montebourg et Bastien François, en 2005, la maintient tout en privant l’hôte de l’Élysée d’une grande partie de ses pouvoirs et prérogatives.

      Douze ans de présidence chiraquienne ont considérablement renforcé l’audience des contempteurs de la Ve République. Au point que sept des douze candidats à la présidence proposent de passer à une VIe République. Jean-Marie Le Pen, Marie-George Buffet, Olivier Besancenot, José Bové et Dominique Voynet ont été rejoints sur ce terrain par François Bayrou et Ségolène Royal. Nicolas Sarkozy, lui-même, envisage des aménagements. Tout en qualifiant la Ve République de « meilleur régime politique de l’histoire » de France, le président de l’UMP estime qu’il faut « préserver l’efficacité de notre cadre institutionnel, tout en l’adaptant ».
      Si le numéro est le même, les motivations et les réformes diffèrent. En changeant de République, le FN, qui défend un septennat présidentiel non renouvelable, veut surtout inscrire dans la loi fondamentale ses principes idéologiques, dont la préférence nationale. La suppression des pouvoirs du président de la République rassemble les « petits » candidats de gauche. Hormis Dominique Voynet, tous remettent en question l’élection du président au suffrage universel direct. Avec des variantes : régime primo-ministériel pour le PCF et les Verts ; régime d’assemblée pour la LCR et José Bové.

      À l’opposé, la VIe République de François Bayrou est présidentielle. Hostile à tout changement de République jusqu’au référendum européen de mai 2005, il plaide désormais pour de nouvelles institutions, où le Premier ministre ne serait que « le premier des ministres », soit un simple coordonnateur de l’action gouvernementale, tandis que la charge de « déterminer et de conduire la politique de la nation » incomberait au président de la République « élu par les Français pour assumer la charge de les gouverner ». S’il réforme le Parlement, avec une forte dose de proportionnelle, des pouvoirs législatifs et de contrôle accrus, le président de l’UDF souhaite que le mandat des députés prenne fin automatiquement dès l’élection du Président, y compris en cas de scrutin anticipé, subordonnant ainsi le mandat parlementaire au mandat présidentiel.

      La VIe République de Ségolène Royal repose sur « quatre piliers » : « Une démocratie parlementaire revivifiée qui va mettre fin au cumul des mandats » ; « une démocratie sociale » avec un « dialogue social » modernisé ; « la démocratie participative » ; la « démocratie territoriale », enfin, avec une « clarification » des compétences de chaque collectivité pour mettre « fin aux superpositions, aux doublons, à toutes les formes de gaspillage ». Ce projet ne remet toutefois pas en cause la concentration des pouvoirs au profit du chef de l’État.
      Interrogée sur ce point, la candidate socialiste a indiqué, lors d’un entretien au Monde (5 mars), que les prérogatives du Président ne seraient pas entamées sous son quinquennat, promettant d’« exercer pleinement le pouvoir » que lui donnent les institutions tout en résistant à la « tentation monarchique à laquelle la République a trop souvent cédé ».

      Dès lors, peut-on vraiment parler de VIe République ? Faute de remettre en cause le principe de l’élection du président de la République au suffrage universel direct, clef de voûte de la Constitution de 1958, faute aussi de contester au chef de l’État le droit de dissolution qui place l’Assemblée nationale en état d’infériorité, Ségolène Royal et François Bayrou ne proposent qu’un « simulacre » de réforme puisque « l’architecture de la Ve République est intacte, sacralisée, intouchable », comme le note Alain Duhamel (Libération, 28 mars). Ce qui ne signifie pas que leurs projets soient équivalents : « La VIe République de M. Bayrou, c’est... la Ve République "en pire". [...] La VIe République de Mme Royal, c’est... la Ve République "en moins pire" », nuance Bastien François, dans une tribune publiée dans le Monde (30 mars).

      Pour ce professeur de science politique, cofondateur de la Convention pour la VIe République, « l’élection présidentielle bride toutes les initiatives de modernisation démocratique de nos institutions chez ceux qui ont quelque chance d’accéder à la présidence ». À l’heure où le déficit démocratique de la construction européenne nécessiterait de refonder nos institutions nationales mais aussi européennes, ce constat confirme, s’il en était besoin, l’inanité de cette compétition électorale.

      Notes

      [1] La République moderne, Pierre Mendès France, 1962, cité par Paul Alliès, in le Grand Renoncement, Textuel, 2006.

      [2] Jean-Luc Mélenchon rappelle cet épisode dans Quelle VIe République ? (Le Temps des cerises, 170 p., 12 euros), un ouvrage collectif qui rassemble des contributions de François Hollande, Nicole Borvo, Christian Picquet, Arlette Laguiller, Anicet Le Pors, José Bové, George Séguy, Roland Weyl et Roger Bordier.

  • Puissance du lobbying des industriels de l’agro-alimentaire : on change la composition de l’aliment mais pas l’étiquette.

    Face à la pénurie d’huile de tournesol, les industriels autorisés à modifier les recettes sans changer les emballages | Les Echos
    https://www.lesechos.fr/industrie-services/conso-distribution/face-a-la-penurie-dhuile-de-tournesol-les-industriels-autorises-a-modifier-

    Depuis plusieurs semaines, les industriels de l’agroalimentaire réclament de pouvoir mélanger l’huile de tournesol ou de la remplacer par d’autres huiles sans être contraints de changer l’étiquetage, voire l’emballage pour continuer de fournir les commerces, la restauration et la distribution.

    Ce genre d’opération ne se fait pas du jour au lendemain. Il requiert du temps, un changement d’organisation et des investissements, car il concerne des milliers de produits. Parmi lesquels les chips, les frites, les panés en tous genres, mais aussi la margarine, les sauces, les pâtes à tarte, les sardines et le thon en conserve, les viandes marinées, les lécithines utilisées dans le chocolat, les glaces, etc.

    Après deux mois de concertation avec les entreprises agroalimentaires, les distributeurs et les associations de consommateurs, le ministère de l’Economie a autorisé les industriels à changer leurs recettes sans modifier les emballages pendant six mois, délai nécessaire à l’impression aujourd’hui.

    • Trouvé ça sur : https://www.francetvinfo.fr/sante/alimentation/penurie-d-huile-de-tournesol-les-industriels-autorises-a-utiliser-d-aut

      La mesure sera valable pour six mois. Au-delà, si les industriels continuent d’utiliser une nouvelle recette, ils devront changer leurs emballages – selon Bercy, six mois est le délai actuellement nécessaire pour imprimer de nouveaux packagings. En revanche, dans un délai de deux mois, leurs produits devront porter une mention d’un changement, sans nécessairement le détailler.

      Seule exception : si les fabricants utilisent de nouveaux produits allergènes, ils devront l’indiquer immédiatement. De même si la nouvelle recette rend certaines mentions ("100% bio", « sans huile de palme ») mensongères.

    • @monolecte : « On » leur a donné deux mois, délai rajouté au deux mois de « concertation » si j’ai bien compris.

      En revanche, dans un délai de deux mois, leurs produits devront porter une mention d’un changement, sans nécessairement le détailler.

      Dans toute cette histoire, la « répression de fraudes » est d’une complaisance remarquable :

      le ministère de l’Economie a autorisé les industriels à changer leurs recettes sans modifier les emballages pendant six mois, délai nécessaire à l’impression aujourd’hui

       : sûrement à cause d’une pénurie d’encre d’imprimerie ou de police de caractère retenue en otage dans les bas-fonds de Marioupol (va savoir).

      Attendez la meilleure :

      En effet, si des allergènes sont introduits dans le produit modifié, alors le fabricant a l’obligation de le signaler clairement sur l’étiquette en apposant un sticker. Ou en précisant que le produit a fait l’objet d’une dérogation aux règles de l’étiquetage grâce à la mention « DEROG ».

      Oui, mais :

      Le consommateur pourra alors se référer au site qui les recense, « où tout a été fait pour se repérer facilement ». Celui-ci sera ouvert dès demain. Manque de chance pour l’option « sticker », le plus gros fabricant européen, dont les usines sont en Finlande, traverse « un mouvement social de très grande ampleur », ce qui restreint d’autant la production, a indiqué Bercy.

      Ces prolétaires finlandais qui ont la malséance de mettre des bâtons dans les roues de « Bercy ».

      Les distributeurs sont, eux aussi, priés de participer à l’information en mettant à jour les informations produits sur les sites de vente en ligne. Tout comme ils devront alerter le consommateur par des affiches en magasin, afin de ne pas pénaliser les personnes ne disposant pas d’accès à Internet, de smartphone ou d’ordinateur. A charge pour le personnel en caisse de signaler les changements importants si cela n’a pas été fait par ailleurs.

      Et donc, on retrouve toujours les mêmes pour transpirer en bout de chaînes de l’#usine_à_gaz.
      Ça ne vous rappelle rien ?

      On attend avec impatience la gestion de la pénurie de blé. les industriels auront un délai pour te signaler qu’ils ont remplacé la farine par de la sciure de bois.

  • La justice britannique autorise l’extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis – Libération
    https://www.liberation.fr/societe/police-justice/la-justice-britannique-autorise-lextradition-de-julian-assange-vers-les-e

    La justice britannique a décidé ce vendredi d’annuler en appel le refus d’extrader Julian Assange vers les Etats-Unis.

    La justice américaine veut le juger sur son sol pour la fuite massive de documents confidentiels via ses Wikileaks. Il risque 175 ans de prison