• Une idée israélienne qu’elle est bonne : et si on en profitait pour s’étendre encore plus en annexant encore plus de terres ?
    http://www.conflict-news.com/israel-threats-and-opportunities-in-syria

    Former Israeli secretary to the Cabinet Zvi Hauser has taken the attack as a sign that the international community should recognise Israel’s annexation of the Golan Heights (an annexation that is by most seen as illegal under the UN Charter and the Geneva Conventions) and advance the cause of an independent Druze entity in Syria. As well as placating the Druze community and having the added advantage of potentially saving the lives of a minority community, Israel has a strategic advantage in following such a policy as it will not only cement ownership of the Golan Heights but also help create a buffer zone between Israel and those who may wish to attack it.

    The Israeli government have made assurance that a plan is in place for if Assad is to fall. This includes a list of military targets to be struck in this event. Their number one priority will be to protect the stability of Israel and the Golan Heights will continue to play an important role as a buffer zone to protect the Israeli people from the Syrian conflict. By expanding this buffer zone, Israel can create a greater sense of reassurance that they will be protected from the violence in Syria although there will be increasing concerns that those communities who occupy the Heights and calls for Israel to act decisively to protect vulnerable Druze across the border. How they pan to deal with this concern will depend on whether they find it more effective to limit the threat to the Syrian Druze or simply placate the Israeli Druze in another way.

    Si un partisan de la résistance libanaise suggérait comme une « opportunité » l’idée que le Liban s’étende au-delà de ses frontières en annexant le nord d’Israël, sous l’appellation « zone tampon », pour permettre au Liban de se protéger des agressions israéliennes, je me demande comment serait reçu un tel texte publié en anglais…


  • Republican presidential hopefuls intensify anti-terrorism message: ‘We will kill you’ #le_niveau_monte
    http://www.washingtonpost.com/blogs/post-politics/wp/2015/05/09/republican-presidential-hopefuls-intensify-anti-terrorism-message-we

    Rubio, a U.S. senator from Florida who is running for president, summed up his strategy for fighting radical Islamists with a quote from a Hollywood blockbuster.

    “When people ask what our strategy should be on global jihadists and terrorists, I refer them to the movie, ’Taken,’” Rubio said. “Have you seen the movie ’Taken’? Liam Neeson, he has a line — this is what our strategy should be: We will look for you, we will find you, and we will kill you.”


  • The Pentagon plan to ‘divide and rule’ the Muslim world
    http://www.middleeasteye.net/columns/pentagon-plan-divide-and-rule-muslim-world-1690265165

    Davidson points out that there is precedent for this: “There have been repeated references in the Reagan era to the usefulness of sectarian conflict in the region to US interests.”

    One post-Reagan reiteration of this vision was published by the Jerusalem-based Institute for Strategic and Political Advanced Studies for Benjamin Netanyahu. The 1996 paper, A Clean Break, by Douglas Feith, David Wurmser and Richard Perle – all of whom went on to join the Bush administration – advocated regime-change in Iraq as a precursor to forging an Israel-Jordan-Turkey axis that would “roll back” Syria, Lebanon and Iran. The scenario is surprisingly similar to US policy today under Obama.

    Twelve years later, the US Army commissioned a further RAND report suggesting that the US “could choose to capitalise on the Shia-Sunni conflict by taking the side of the conservative Sunni regimes in a decisive fashion and working with them against all Shiite empowerment movements in the Muslim world… to split the jihadist movement between Shiites and Sunnis.” The US would need to contain “Iranian power and influence” in the Gulf by “shoring up the traditional Sunni regimes in Saudi Arabia, Egypt, and Pakistan”. Simultaneously, the US must maintain “a strong strategic relationship with the Iraqi Shiite government” despite its Iran alliance.

    Around the same time as this RAND report was released, the US was covertly coordinating Saudi-led Gulf state financing to Sunni jihadist groups, many affiliated to al-Qaeda, from Iraq to Syria to Lebanon. That secret strategy accelerated under Obama in the context of the anti-Assad drive.

    The widening Sunni-Shia sectarian conflict would “reduce the al-Qaeda threat to US interests in the short term,” the report concluded, by diverting Salafi-jihadist resources toward “targeting Iranian interests throughout the Middle East,” especially in Iraq and Lebanon, hence “cutting back… anti-Western operations”.

    By backing the Iraqi Shiite regime and seeking an accommodation with Iran, while propping up al-Qaeda sponsoring Gulf states and empowering local anti-Shia Islamists across the region, this covert US strategy would calibrate levels of violence to debilitate both sides, and sustain “Western dominance”.

    Le rapport de la Rand : Unfolding the Future of the Long War, 2008 :
    http://www.rand.org/content/dam/rand/pubs/monographs/2008/RAND_MG738.pdf

    Nafeez Ahmed avait déjà cité longuement ce document en août 2013 dans le Guardian (repris à l’époque sur Seenthis par Kassem) :
    http://www.theguardian.com/environment/earth-insight/2013/aug/30/syria-chemical-attack-war-intervention-oil-gas-energy-pipelines

    (via Angry Arab)

    • Ca, que les Etats-Unis aient aidé l’Arabie et les autres émirats à financer des groupes djihadistes, y a-t-il de véritables preuves ?

      “Around the same time as this RAND report was released, the US was covertly coordinating Saudi-led Gulf state financing to Sunni jihadist groups, many affiliated to al-Qaeda, from Iraq to Syria to Lebanon. That secret strategy accelerated under Obama in the context of the anti-Assad drive.”

    • #Israël – Palestine – Liban : Le chemin le plus long vers la paix-
      Auteur(s) :
      Pailhe Caroline
      08 Août 2006
      http://www.grip.org/fr/node/296

      Cette nouvelle guerre contre le Liban [2006] correspond en effet à la deuxième phase d’ un plan stratégique rédigé en 1996 au sein de l’ Institute for Advanced Strategic and Political Studies de Jérusalem, par un groupe d’ experts sous la direction de #Richard_Perle, qui deviendra conseiller du Pentagone dans la présente Administration et jouera un rôle majeur dans la conception de la guerre en Irak.

      Soumis à l’ époque au Premier ministre israélien Benjamin #Netanyahu, le document, intitulé « A Clean Break : A New Strategy for Securing the Realm » (Un changement radical : Une nouvelle stratégie pour sécuriser le territoire), préconise un revirement de la stratégie israélienne[28].

      Au niveau des concepts, le plan prône l’ abandon de la stratégie « terre contre paix » poursuivie jusqu’ alors et plaide pour « #la_paix_par_la_force », une politique fondée sur le rapport de force (balance of power). Il recommande également l’ instauration du principe de #préemption, à côté de celui de #punition, dans la doctrine stratégique israélienne.

      Plus concrètement, le changement de stratégie visait à rompre avec le processus de paix d’ Oslo et fournir à Israël la possibilité d’ étendre une fois pour toutes son empire au-delà des frontières actuelles. Certaines des recommandations sont déjà des faits acquis : changement de régime en Irak, durcissement vis-à-vis des Palestiniens et affaiblissement d’ Arafat. Pour assurer la sécurité d’ Israël à sa frontière nord, le rapport recommande de « prendre l’ initiative stratégique » afin de combattre le Hezbollah, la Syrie et l’ Iran. C’ est ce qui se joue actuellement.

      A la base de ce document, le groupe d’ experts chargé d’ étudier la « Nouvelle stratégie israélienne pour 2000 » n’ était pratiquement constitué que d’ Américains qui, depuis, ont occupé des positions clés dans l’ Administration Bush et singulièrement dans la définition de sa politique étrangère au Moyen-Orient.

      Plus récemment, #Robert_Satloff, directeur d’ un autre think tank néoconservateur influent sur la politique moyen-orientale de Washington, louait la stratégie américaine d’ « #instabilité_constructive » au Liban et en Syrie[29].

      Il constate que, si la recherche de la #stabilité a été un trait caractéristique de la politique des #Etats-Unis dans la région, « George W. Bush a été le premier président à considérer que la stabilité en tant que telle était un obstacle à l’ avancement des intérêts américains au Moyen-Orient. (...) A cet effet, les Etats-Unis ont employé un éventail de mesures coercitives ou non coercitives, allant de l’ usage de la force militaire pour changer les régimes en Afghanistan et en Irak, en passant par une politique de la carotte et du bâton (...) pour isoler Yasser Arafat et encourager une nouvelle et pacifique direction palestinienne, jusqu’ aux encouragements courtois à l’ Egypte et à l’ Arabie saoudite pour les engager sur la voie des réformes. » Sur cet échiquier, le Liban et la Syrie seraient, pour M. Satloff, « un premier test » de cette politique d’ ’ instabilité constructive car « Israël et l’ Iran, l’ Europe et les Etats-Unis, la Syrie et les Palestiniens, tous ces chemins convergent à Beyrouth ». Il reconnaît que les Etats-Unis et leurs alliés locaux devront certes subir « quelques défaites tactiques » mais « avec de la persévérance, des changements positifs continus ne manqueront pas de se produire ».

    • The Redirection - Seymour Hersh, 2007
      http://www.newyorker.com/magazine/2007/03/05/the-redirection

      In the past few months, as the situation in Iraq has deteriorated, the Bush Administration, in both its public diplomacy and its covert operations, has significantly shifted its Middle East strategy. The “redirection,” as some inside the White House have called the new strategy, has brought the United States closer to an open confrontation with Iran and, in parts of the region, propelled it into a widening sectarian conflict between Shiite and Sunni Muslims.

      To undermine Iran, which is predominantly Shiite, the Bush Administration has decided, in effect, to reconfigure its priorities in the Middle East. In Lebanon, the Administration has cooperated with Saudi Arabia’s government, which is Sunni, in clandestine operations that are intended to weaken Hezbollah, the Shiite organization that is backed by Iran. The U.S. has also taken part in clandestine operations aimed at Iran and its ally Syria. A by-product of these activities has been the bolstering of Sunni extremist groups that espouse a militant vision of Islam and are hostile to America and sympathetic to Al Qaeda



  • Palestine. Khalida Jarrar, une députée palestinienne à été arrêtée par l’armée israélienne
    http://www.lecourrierdelatlas.com/915502042015Khalida-Jarrar-une-deputee-palestinienne-a-ete-arret

    Khalida Jarrar, dirigeante du Front Populaire pour la Libération de la Palestine (FPLP) et membre du Parlement palestinien depuis 2006, a été arrêtée par l’armée israélienne, ce matin jeudi 2 avril, à son domicile à Ramallah, rapporte dans un communiqué Adameer, une association de défense des prisonniers.

    “““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““
    PFLP member Khalida Jarrar detained for ’inciting terror activity’
    http://www.maannews.com/eng/ViewDetails.aspx?ID=760235

    RAMALLAH (Ma’an) — Israeli forces detained Palestinian lawmaker and member of the Popular Front for the Liberation of Palestine Khalida Jarrar after raiding her home early Thursday.

    Jarrar’s daughter Yaffa told Ma’an that Israeli forces surrounded the home in the al-Irsal neighborhood of al-Bireh near Ramallah around 3:00 a.m., demanded to see her mother. The forces informed her that she was under arrest after searching the home, confiscating two comuputers and a mobile phone.

    An Israeli army spokeswoman told Ma’an that Jerrar was detained for being the leader of a ’terrorist organization’, and had encouraged ’terror activities’ over the last few weeks.

    Head of the Palestinian Prisoner’s Society, Fares Qaddura, denounced Jarrar’s arrest as a “revengeful act” in response to her refusal to agree to the Israeli army’s decision to deport her from the Ramallah district to Jericho.


  • Statistiques de l’islamophobie : misère du journalisme mensonger

    http://blogs.mediapart.fr/blog/abdellali-hajjat/260215/statistiques-de-lislamophobie-misere-du-journalisme-mensonger

    Dans sa chronique du 15 décembre 2014 sur France Culture, la journaliste Caroline Fourest remet en cause notre intégrité professionnelle et le caractère scientifique de notre livre Islamophobie (La Découverte). Elle est récidiviste puisque lors de sa parution en 2013, elle nous avait déjà attaqué, sur la même antenne, en nous accusant d’être des « chercheurs-militants », dont le livre aurait eu pour « fil conducteur » le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), « association communautariste » influencée par Tariq Ramadan et financée par le milliardaire George Soros et le Qatar. Sous-entendu : nous ne mènerions pas un travail scientifique, mais une action militante « communautariste » financée par des puissances financières étrangères... Cette chronique dissimulait mal la contrariété de la journaliste apprenant la véritable origine du mot « islamophobie », qui n’est pas une invention iranienne comme elle l’a prétendu dans un article de 2003, mais bien française, comme l’ont montré Fernando Bravo Lopez, Alain Gresh et Thomas Deltombe. Elle est même allée jusqu’à falsifier son article de 2003 en supprimant l’expression « pour la première fois » sur le site internet de ProChoix...

    Dans cette chronique de décembre 2014, elle persiste à nous disqualifier en s’appuyant sur le livre d’Isabelle Kersimon et Jean-Christophe Moreau, Islamophobie : la contre-enquête (Plein jour, 2014), qui serait selon elle une « réponse implacable, argumentée et chiffrée, à la flopée de livres, bien moins rigoureux, qui sont parus ces derniers mois pour nous annoncer une vague islamophobe en France », notamment le nôtre. Selon la journaliste, notre livre « se base presque exclusivement sur une association, le Collectif contre l’islamophobie en France, présentée comme une « source statistique de référence », alors qu’il s’agit d’une association extrêmement douteuse ». Voici son syllogisme simpliste : notre livre se fonde « presque exclusivement » sur les statistiques du CCIF, or le CCIF est une association « communautariste » et « douteuse » dont les données sont contestables, donc notre livre n’est pas rigoureux et participe à la « confusion » entre « la critique légitime envers la religion et l’intégrisme et des actes réellement racistes envers les musulmans » (sur ce dernier point, il suffit de lire notre introduction).

    Comment une journaliste ouvertement militante, épinglée à plusieurs reprises pour ses approximations sur divers sujets de l’actualité nationale et internationale, peut-elle nous donner des leçons de scientificité ? Pour une journaliste épinglée par le CSA pour son traitement de la crise ukrainienne, il faut avoir un sentiment de supériorité intellectuelle inouïe pour disqualifier en quelques mots deux docteurs en sociologie, l’un chargé de recherche du CNRS et l’autre maître de conférences en science politique, ayant mené un travail de plusieurs années sur le sujet de l’islamophobie. Bien que nous ne pensons pas pouvoir convaincre cette journaliste avec des arguments rationnels (la lecture attentive de notre livre aurait dû suffire à l’empêcher de prononcer ces approximations), il nous semble important de répondre point par point aux critiques du livre de Kersimon et Moreau pour le grand public peu familier du sujet, en mettant en lumière les citations tronquées, les approximations, les mensonges et l’ignorance de la sociologie et de l’histoire.




  • Ah, tiens, Ignace al-Kazzaz est désormais bloqué en permanence en mode conspirationniste… Que mijote le régime syrien contre une église de Damas ?
    http://syrie.blog.lemonde.fr/2015/01/24/le-regime-syrien-projetterait-de-bombarder-une-eglise-de-damas

    Le site All4Syria affirme ce jour que « le régime syrien a l’intention de commettre prochainement un massacre dans la capitale ». Selon une source au sein du pouvoir en place, il projette en effet de bombarder un lieu de culte chrétien, qui pourrait être l’église orthodoxe du quartier de Qassaa, à la veille de la rencontre de Moscou dont l’ouverture est prévue le 26 janvier courant. Qui pourrait soupçonner « le régime protecteur des minorités » d’une telle abomination ?

    (Bien entendu, quand le régime « a l’intention » et « projette » des attentats false flag, il se confie immédiatement aux médias qui lui sont le plus hostiles.)

    Ce qu’il y a de formidable dans ce genre de « divulgation » venant d’un site d’opposition, c’est que les gens d’en face ont immédiatement la lecture inverse : pour eux, l’église devient justement une cible pour Nusra, qui s’empressera de prétendre que c’est un attentat false-flag du régime qu’ils avaient déjà annoncé. C’est beau comme des #psy_ops. Par exemple, en mai 2013, l’« Armée syrienne libre » avait annoncé avoir « découvert » un plan du Hezbollah de bombarder des régions chiites au Liban (pour accuser l’opposition syrienne), puis Chiyah avait été bombardé… puis les rebelles s’étaient un peu emmêlé les pinceaux : Chiyah : menaces, revendications puis condamnation par l’Armée syrienne libre
    http://orientxxi.info/lu-vu-entendu/chiyah-menaces-revendications-puis,0278


  • Le sociologue Saïd Bouamama et le rappeur Saïdou devant la justice mardi pour un texte sur le « passé colonialiste de la France » - Blog Mediapart

    Le rappeur Saïdou du groupe Z.E.P (Zone d’Expression Populaire) et le sociologue et militant Saïd Bouamama ont été mis en examen pour « injure publique » et « provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence » sur une plainte de l’AGRIF, un groupe d’extrême droite nostalgique de l’Algérie française. En cause, un ouvrage et une chanson du même nom, « Nique la France » , qui assène en refrain : « Nique la France et son passé colonialiste, ses odeurs, ses relents et ses réflexes paternalistes / Nique la France et son histoire impérialiste, ses murs, ses remparts et ses délires capitalistes ». Comme des millions de gens à travers le globe ces dernières années, les deux auteurs ont attaqué le colonialisme et le système capitaliste et impérialiste. Comme beaucoup d’entre nous ils dénoncent une idéologie toujours très en vogue : le racisme, sous ses formes les plus courantes mais aussi les plus décomplexées. Comme de nombreux habitants des quartiers populaires, ils ont criés leur colère contre les inégalités, les discriminations et la justice à double vitesse.
    S’inscrivant dans une longue tradition pamphlétaire des artistes engagés en France contre l’État français, du « nation de porcs et de chiens » d’André Breton à « le temps que j’baise ma marseillaise » de Léo Ferré en passant par le « je conchie l’armée française » d’Aragon ou le « votre République, moi j’ la tringle » de Renaud, Saïdou et Saïd Bouamama ont choisi d’assumer leur « devoir d’insolence » afin d’interpeller et de faire entendre des opinions qui ont peu droit de cité au sein des grands canaux de diffusion médiatique.
    Mais voilà, cela dépasse, choque et insupporte qu’une telle parole puisse être portée, d’autant plus quand elle l’est par ceux qui subissent en premier lieu les politiques racistes et antisociales. Lorsque des Noirs ou des arabes font le choix de sortir de l’invisibilité et du mutisme afin de décrire la réalité telle qu’elle est – violente, inégale et destructrice – la droite extrême, l’extrême droite ou encore l’État s’emploient à tenter de convaincre l’opinion publique de l’illégitimité de ces discours. NTM, Sniper, Ministère Amër, Mr R, La Rumeur, Youssoupha ou Houria Bouteldja sont autant de rappeurs et militants attaqués ces dernières années pour des paroles jugées trop irrévérencieuses. Pourtant tous n’ont fait que porter publiquement l’expression populaire du rejet des discriminations et de la stigmatisation des quartiers populaires, des Noirs, arabes et musulmans.


  • Trois mots pour les morts et pour les vivants - Libération
    http://www.liberation.fr/debats/2015/01/09/trois-mots-pour-les-morts-et-pour-les-vivants_1177315

    Etienne Balibar

    Imprudence. Les dessinateurs de Charlie Hebdo ont-ils été imprudents ? Oui, mais le mot a deux sens, plus ou moins aisément démêlables (et, bien sûr, il entre ici une part de subjectivité). Mépris du danger, goût du risque, héroïsme si l’on veut. Mais aussi indifférence envers les conséquences éventuellement désastreuses d’une saine provocation : en l’occurrence le sentiment d’humiliation de millions d’hommes déjà stigmatisés, qui les livre aux manipulations de fanatiques organisés. Je crois que Charb et ses camarades ont été imprudents dans les deux sens du terme. Aujourd’hui que cette imprudence leur a coûté la vie, révélant du même coup le danger mortel que court la liberté d’expression, je ne veux penser qu’au premier aspect. Mais pour demain et après-demain (car cette affaire ne sera pas d’un jour), je voudrais bien qu’on réfléchisse à la manière la plus intelligente de gérer le second et sa contradiction avec le premier. Ce ne sera pas nécessairement de la lâcheté.

    Jihad. C’est à dessein que pour finir je prononce le mot qui fait peur, car il est temps d’en examiner toutes les implications. Je n’ai que le début d’une idée à ce sujet, mais j’y tiens : notre sort est entre les mains des musulmans, si imprécise que soit cette dénomination. Pourquoi ? Parce qu’il est juste, bien sûr, de mettre en garde contre les amalgames, et de contrer l’islamophobie qui prétend lire l’appel au meurtre dans le Coran ou la tradition orale. Mais cela ne suffira pas. A l’exploitation de l’islam par les réseaux jihadistes - dont, ne l’oublions pas, des musulmans partout dans le monde et en Europe même sont les principales victimes - ne peut répondre qu’une critique théologique, et finalement une réforme du « sens commun » de la religion, qui fasse du jihadisme une contrevérité aux yeux des croyants. Sinon, nous serons tous pris dans le mortel étau du terrorisme, susceptible d’attirer à lui tous les humiliés et offensés de notre société en crise, et des politiques sécuritaires, liberticides, mises en œuvre par des Etats de plus en plus militarisés. Il y a donc une responsabilité des musulmans, ou plutôt une tâche qui leur incombe. Mais c’est aussi la nôtre, non seulement parce que le « nous » dont je parle, ici et maintenant, inclut par définition beaucoup de musulmans, mais aussi parce que les chances d’une telle critique et d’une telle réforme, déjà ténues, deviendraient carrément nulles si nous nous accommodions encore longtemps des discours d’isolement dont, avec leur religion et leurs cultures, ils sont généralement la cible.

    • Mais aussi indifférence envers les conséquences éventuellement désastreuses d’une saine provocation : en l’occurrence le sentiment d’humiliation de millions d’hommes déjà stigmatisés, qui les livre aux manipulations de fanatiques organisés.

      Personnellement je parle même d’irresponsabilité : nombreux sont ceux qui les ont appelés à être plus « prudents » ces dernières années, ils n’en ont pas tenu compte.
      Je ne leur fais pas de procès supplémentaire, je suis triste pour eux.
      Le fait qu’au moment du drame ils aient cru à des pétards et que le garde du corps de Charb n’ait pas réagi semble montrer qu’on n’envisageait pas une telle attaque (moi le premier). Que des dessins aient une telle portée semble absurde, mais on doit s’y résigner.

      J’espère sincèrement que tous ceux qui usent de leur liberté d’expression pour toucher les masses comprendront bien ce qui est du ressort de leur responsabilité.
      Dès qu’on intervient dans la sphère publique, qu’on soit une entreprise un chroniqueur ou un humouriste, on a une responsabilité sociale.
      On a beau s’adresser à des adultes, l’humilité doit nous apprendre qu’on n’est pas forcément cablé pareil. Le « j’ai raison, c’est pas ma faute s’il le prend mal » doit être proscrit.
      Ce qui ne veut pas dire qu’il ne faut pas militer, moi même je me bagarre ts les jours pour faire évoluer les mentalités à mon humble niveau. Simplement j’alerte sur les limites de la « provocation » comme technique d’expression militante.
      Enfin je dis qu’on ne peut ignorer la logique communautaire et la dimension psychologique dans la critique de l’islamisme, car l’émancipation, ça ne peut venir de l’intérieur.
      Je ne vois pas comment une communauté peut s’émanciper à la demande d’une communauté voisine qui l’invite à évoluer en égratignant son orgueil.
      On ne peut que déclencher un raidissement, pas un assouplissement.
      Penser aider les musulmans en caricaturant le prophète quand on est confortablement installé dans un bureau occidental, c’est au mieux du paternalisme contre-productif, c’est le baiser du serpent pour les musulmans qui luttent dans leur communauté contre le pouvoir religieux.

      Oui il va falloir gagner en subtilité..

      Il y a donc une responsabilité des musulmans, ou plutôt une tâche qui leur incombe. Mais c’est aussi la nôtre, non seulement parce que le « nous » dont je parle, ici et maintenant, inclut par définition beaucoup de musulmans, mais aussi parce que les chances d’une telle critique et d’une telle réforme, déjà ténues, deviendraient carrément nulles si nous nous accommodions encore longtemps des discours d’isolement dont, avec leur religion et leurs cultures, ils sont généralement la cible.