• Cotation des demandes de logement social : le décret est paru
    https://www.banquedesterritoires.fr/cotation-des-demandes-de-logement-social-le-decret-est-paru?pk_


    #traduisons-les : comme nous n’avons pas l’intention de faire de la place pour tous les gueux, nous instaurons le tri des gueux méritants…

    Pour tenir compte du contexte local, les critères de cotation sont laissés à la discrétion de chaque bailleur social et collectivité. Cette liberté est toutefois très encadrée. D’une part, les critères de cotation doivent comporter un critère ou un ensemble de critères mettant en œuvre les priorités définies à l’article L.441-1 du CCH, soit une douzaine de situations particulières... : personnes handicapées, personnes vivant en habitat indigne, femmes victimes de violences conjugales, familles ne bénéficiant pas d’un logement décent, personnes menacées d’expulsion... D’autre part, le décret prend soin de préciser expressément que doivent notamment être intégrées à ces critères les personnes bénéficiaires d’une décision favorable au titre du Dalo (droit au logement opposable). Enfin le système de cotation doit également être compatible avec les orientations adoptées par la conférence intercommunale du #logement (ou la conférence du logement à Paris). Par ailleurs, le décret prévoit que le plan partenarial de gestion fixe la périodicité et les modalités d’évaluation du système de cotation.

  • Légitime défense ou homicides injustifiés : 676 personnes tuées à la suite d’une intervention policière en 43 ans
    https://www.bastamag.net/intervention-policiere-letale-morts-police-recensement-legitime-defense-ho

    En 2019, selon notre recensement, 26 personnes ont été tuées lors d’une intervention des forces de l’ordre, dont deux du fait d’agents en dehors de leur service. Nous venons d’actualiser notre recensement des interventions létales de la police et de la gendarmerie ou du fait d’un représentant des forces de l’ordre (au 13 décembre 2019). Ce décompte est le seul, à ce jour, réalisé en France de manière indépendante et se voulant le plus exhaustif possible. Il a été réalisé à partir d’’archives de presse, de (...) #Décrypter

    / A la une, #Enquêtes, #Justice

  • Retraites
    Muleta et contre-feu

    Louis

    https://lavoiedujaguar.net/Retraites-Muleta-et-contre-feu

    Le sens du présent projet de laminage des retraites n’est bien entendu pas celui d’acter un « droit au non-travail », mais bien celui de finaliser la reconstruction et l’adaptation de la contrainte politique du travail aux conditions économiques nouvelles de la crise de la globalité capitaliste.

    Lors de sa présentation du contenu de ce projet de réforme, le monde médiatique a, avec une belle unanimité, souligné une prétendue erreur stratégique du Premier ministre, qui, en repoussant de deux ans l’âge de départ à la retraite au taux plein, aurait malencontreusement fâché son principal soutien syndical. Il s’agit au contraire d’une stratégie délibérée : c’est la technique de la muleta, qui consiste à détourner l’attention du taureau de la contestation sociale en agitant un énorme chiffon rouge, pour focaliser l’attention sur l’âge de la retraite et faire passer à l’arrière-plan le cœur de la réforme, à savoir la baisse globale des pensions à travers la mise en place du système à points. Le gouvernement aura beau jeu, à très court terme, d’organiser une fausse capitulation (provisoire) sur ce point technique précis, en montrant qu’il est ouvert à la négociation et au dialogue. Par la même occasion il redonnera le beau rôle aux syndicats dits réformistes qui pourront se targuer de leur efficacité à faire plier le gouvernement, tout en stigmatisant les autres…

    #retraites #non-travail #syndicats #gouvernement #capitulation #contre-feu #fumée #carrière #smic #collectif #cotisations

  • Travailleurs sans-papiers : un employeur condamné pour « discrimination raciale »
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/12/18/travailleurs-sans-papiers-un-employeur-condamne-pour-discrimination-raciale_

    Un salarié sans-papiers en grève sur un chantier de démolition ramasse du bois pour faire un feu, à Paris, le 18 avril 2008. JOEL SAGET / AFP

    Des travailleurs maliens et sans papiers étaient cantonnés aux tâches les plus pénibles et dangereuses.

    Une décision « historique », une « victoire juridique importante ». Mardi 17 décembre, vingt-cinq ouvriers maliens, soutenus par le syndicat CGT et le Défenseur des droits, ont fait condamner leur ancien employeur, la société de démolition MT BAT Immeubles, pour « discrimination raciale et systémique », par un jugement du tribunal des prud’hommes de Paris, qui décrit un « système organisé de domination raciste » dans lequel les Maliens sans papiers étaient cantonnés aux tâches subalternes et dangereuses. « C’est la première fois qu’il y a une action de groupe sur des faits de #discrimination_raciale_systémique », soulignait Maryline Poulain, de la CGT. Ils ont obtenu chacun 34 000 euros de dommages et intérêts et près de 3 000 euros de salaires en retard.

    Les travailleurs s’étaient fait connaître malgré eux, à l’occasion d’un accident survenu sur un chantier de démolition de 2 000 mètres carrés dans le 7e arrondissement de Paris, en 2016. L’un des ouvriers avait fait une chute de plus de deux mètres depuis un échafaudage non réglementé. L’employeur avait refusé d’appeler les secours, ce qu’avaient malgré tout fait les salariés, alors que leur collègue blessé avait perdu connaissance. L’arrivée de l’inspection du travail, de la police et des pompiers sur les lieux avaient mis au jour la présence de 25 travailleurs sans papiers, non déclarés, qui travaillaient dans des conditions « indignes », au mépris des règles de sécurité et de santé.
    « Les responsables de la société mise en cause considéraient les travailleurs maliens comme des entités interchangeables et négligeables et les plaçaient ainsi en bas de l’échelle de l’organisation du travail », détaille le jugement, reprenant l’analyse du Défenseur des droits.

    « Ainsi, poursuit le jugement, il apparaît que tous les travailleurs maliens étaient des manœuvres assignés aux tâches les plus pénibles du chantier, à savoir les travaux de démolition consistant à casser les murs et les plafonds à la masse, dans des conditions extrêmement dangereuses. »

    « Discrimination systémique »

    A l’audience, le 23 mai, un des salariés, Dipa Camara, avait ainsi expliqué travailler en présence d’amiante et de plomb « sans masque et sans gants ». Un autre travailleur, Mahamadou Diaby, avait déclaré être payé entre 45 euros et 55 euros la journée, en espèces, sans jours de congé. Il devait monter sur une poubelle pour travailler en hauteur et s’était cassé des dents et fracturé des doigts sur d’autres chantiers.

    Le jugement note que, selon la hiérarchie instituée dans l’entreprise, « les salariés d’origine maghrébine (…) sont les encadrants de proximité qui donnent des directives, s’assurent de la bonne exécution des travaux, du respect des délais et payent les salariés en liquide ». Cette assignation des tâches à un groupe semble se faire « uniquement en fonction de son origine (…) qui lui attribue une compétence supposée, l’empêchant ainsi de pouvoir occuper un autre positionnement au sein de ce système organisé de domination raciste ». Le jugement évoque encore une « discrimination systémique en termes de rémunération, d’affectation, d’évolution professionnelle » en lien avec leur origine ouest-africaine et leur situation administrative.
    « C’est un dossier emblématique des discriminations qu’on rencontre dans le BTP, le nettoyage ou la restauration », se félicitait, mardi, Aline Chanu, l’avocate des salariés.

    #BTP #Travailleurs_sans-papiers

  • Analyse de la réforme des retraites, par le comité de mobilisation de l’Insee
    https://tendanceclaire.org/contenu/autre/Analyse_Retraites_Comite_mobilisation_Insee.pdf

    Nous sommes des statisticiennes et statisticiens de l’Insee, l’Institut national de la statistique et des études économiques. À ce titre, nous réaffirmons que le rôle de la statistique publique est d’éclairer le débat public et d’apporter aux citoyens des éléments de compréhension des enjeux sociaux et économiques.

    Mercredi 11 décembre 2019, le Premier ministre, M. Édouard Philippe, a affirmé : « La responsabilité, c’est tenir compte, comme tous nos voisins, de données économiques et démographiques incontestables. »

    Nous le prenons au mot en rappelant quelques chiffres fondamentaux, afin que les citoyens s’en saisissent et comprennent l’enjeu d’un refus collectif de la réforme régressive en cours.

    #retraite #pension #analyse #insee #france #societe

  • Pétition · Libération immédiate de Amélie H. alias « Marie Acab-land · Change.org
    https://www.change.org/p/emmanuel-macron-libération-immédiate-de-amélie-h-alias-marie-acab-land

    [Versailles : Amélie H. alias « Marie Acab-land » condamnée à 8 mois de prison ferme et écrouée.

    Placée en garde à vue ce lundi au commissariat de Versailles (Yvelines), Amélie H. également connue sous le nom de « Marie Acab-land », a été déférée et jugée en comparution immédiate ce mercredi au tribunal correctionnel.

    Accusée d’espionner et de suivre des policiers depuis de nombreuses semaines, Amélie H. avait été interpellée ce lundi soir vers 19h30 alors qu’elle suivait des enquêteurs de la police judiciaire de Versailles (SRPJ) en les filmant et en « haranguant la foule ». La mise en cause fichée S (sûreté de l’État) et proche de l’extrême-gauche, était également visée par une plainte d’un autre policier.

    Amélie H., 21 ans, a été condamnée ce mercredi à 8 mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Versailles pour des violences psychologiques sur personnes dépositaires de l’autorité publique. La prévenue a été écrouée puisqu’un mandat de dépôt a été délivré à son encontre. Elle a également écopé d’une interdiction de paraître dans le département des Yvelines.

    ok...
    #violences_psychologiques_sur_personnes_dépositaires_etc

    croisé ça, (et halluciné (8 mois ferme pour des photos ?)) mais il y a peut-être d’autres sources.

  • Grande redistribution au Carrefour du Merlan - Marseille Infos Autonomes
    https://mars-infos.org/grande-redistribution-au-carrefour-4600

    Ce samedi matin 14 décembre, une action caddys gratuits a été menée au Carrefour du Merlan. Dans un contexte de lutte syndical au sein du magasin, des #Gilets_jaunes et des #précaires ont bloqué les caisses en exigeant de pouvoir sortir gratuitement avec leurs caddys remplis, ce qui a entraîné la fermeture du Carrefour pendant plusieurs heures.

  • Le gouvernement britannique autorise Amazon à accéder aux données de 40 millions de patients
    https://korii.slate.fr/tech/gouvernement-britannique-amazon-acces-donnees-medicales-40-millions-pati

    L’ONG Privacy International dénonce un accord passé entre le fabricant d’Alexa et le ministère de de la Santé qui va au-delà de l’annonce initiale. Outre-Manche, l’exécutif dirigé par Boris Jonhson essuie actuellement une pluie de critiques pour avoir validé une autorisation d’accès aux informations médicales stockées sur les serveurs du NHS (National Health Service) et mises à la disposition d’Amazon sans aucune compensation financière et sans l’accord des patient·es. En juillet dernier, Matt Hancock, (...)

    #Amazon #Alexa #BigData #BigPharma #data #NationalHealthSystem-NHS #santé

    ##santé

  • « MOUVEMENT LYCÉEN : IMPRÉVISIBLE & DÉTERMINÉ La métropole Lilloise connait un important mouvement lycéen depuis deux semaines. »
    https://threadreaderapp.com/thread/1205941417673138176.html

    Contre Parcoursup, la réforme du baccalauréat, la réforme des #retraites, la précarité étudiante, ainsi que le désastre environnemental actuel et à venir : tous les jours, plusieurs lycées de la métropole sont bloqués.
    Mardi dernier, on comptait au moins 13 établissements mobilisés. Tout comme ce jeudi 12 décembre. Des centaines de lycéen-ne-s se réunissent dans le centre-ville et manifestent spontanément, massivement et sauvagement.
    À Roubaix, Tourcoing, Marcq-en-Baroeul, Villeneuve d’Ascq, La Madeleine, Lambersart, Lille, les lycées se soulèvent. Chaque matin, vers 7h, les lycéen-ne-s se retrouvent devant leurs bahuts pour bloquer afin d’empêcher la tenue des cours, libérer du temps et manifester. (...)

    #Greve #GreveGénérale #Lille #BlocusLycéens #lycéens

    • Une chronique lilloise à trois voix. Esquinte - Courriers autour du 10 décembre
      https://esquinte.info/Courriers-autour-du-10-decembre

      Dans la rue nationale, quelle surprise de voir des gens s’organiser pour couper le gaz aux banques, agences et autres grandes enseignes du parcours comme le Printemps. Interpellé, je vais voir un travailleur du gaz qui me dira « Chacun peut bloquer à son échelle, moi je suis dans le gaz, l’autre dans l’électricité, du coup on coupe le gaz et l’électricité ! » C’est simple. Et surtout très efficace. Au cœur de la rue nationale, ce sera les agences et les pubs qui prendront cher. Lors d’une action, quelques syndiqués de la CGT iront emmerder ceux qui brisaient les vitrines. Et ça ira jusqu’à donner des coups. C’était anecdotique. Mais au moins, ça aura le mérite que le soir même à l’assemblée générale, tout le monde soit d’accord pour se déclarer solidaire des formes d’actions, tout en condamnant l’action des types de la CGT.

      https://pbs.twimg.com/media/ELdSVm4XUAAhKgJ?format=jpg

      #EDF #CGT #banderole_game

  • La France périphérique un an après : un mythe aux pieds d’argile | AOC media - Aurélien Delpirou et Achille Warnant
    https://aoc.media/analyse/2019/12/11/la-france-peripherique-un-an-apres-un-mythe-aux-pieds-dargile

    En dix ans, le consultant en géographie #Christophe_Guilluy a acquis une forte notoriété et réussi à imposer des formules chocs dans le débat public, à l’instar de sa trop fameuse « #France_périphérique ». Si les critiques sérieux n’ont pas attendu si longtemps pour déconstruire et réfuter cette doxa médiatique, le mouvement des Gilets jaunes est venu lui porter le coup de grâce. Il serait temps d’en prendre acte.
    Un an après l’explosion du mouvement des #Gilets_jaunes, qu’il aurait prophétisé, le géographe et essayiste Christophe Guilluy est considéré comme l’un des plus fins observateurs des recompositions sociales et territoriales à l’œuvre dans la France contemporaine. Théoricien, au début des années 2000, du concept de France périphérique, il se présente volontiers comme le porte-voix des territoires éloignés des métropoles, décrits comme étant relégués spatialement et socialement.

    Mobilisées par des responsables politiques de toutes obédiences et largement relayées par les médias et les réseaux sociaux, ses idées se sont progressivement imposées dans le débat public, comme en témoigne l’usage désormais banalisé de la notion de France périphérique.

    Ce succès politico-médiatique est d’autant plus remarquable que Guilluy s’estime ostracisé par les milieux académiques et « victime du politiquement correct ». Un avis que partage son confrère Laurent Chalard, qui lui a consacré un long article hagiographique en 2017 dans la revue Outre-Terre : « si vous souhaitez vous faire des amis au sein de la (petite) communauté des géographes français, il est vivement conseillé de ne pas aborder avec ses membres la question du plus célèbre de ses représentants vivants, Christophe Guilluy », ironise-t-il.

    Coupable de ne « pas être issu du sérail » et d’avoir « volé la vedette aux mandarins d’une communauté réputée pour sa fermeture et son entre-soi », Christophe Guilluy ferait l’objet de critiques « irrationnelles » de la part des chercheurs[1].

    Comment expliquer ce décalage inédit par son ampleur dans le champ des sciences sociales francophones ? Comment interpréter le succès des thèses de Guilluy malgré les controverses qu’elles ont suscitées ?

    Afin d’apporter quelques éléments de réponse à ces questions, cet article entend s’éloigner des polémiques en reconstruisant de manière factuelle le parcours éditorial du géographe, puis en présentant de manière aussi « rationnelle » que possible les principales critiques adressées à la notion de France périphérique, sans entrer dans les dimensions politico-idéologiques et ethnoculturelles du débat. Nous terminerons en montrant en quoi la crise des Gilets jaunes a signé dans le même temps l’apogée et le dépassement de cette notion.

    La bonne fortune médiatique d’un géographe « hors-circuit »
    Né en octobre 1964 à Montreuil, Christophe Guilluy grandit à Paris où il suit, dans les années 1980, un cursus de géographie à l’université. Dans son mémoire de maîtrise (1987), il s’intéresse aux conséquences des politiques de rénovation urbaine sur les quartiers populaires de Paris.

    Encadré par deux géographes proches du parti communiste, Jean-Philippe Damais et Michel Grosse, ce travail est l’un des premiers à mettre en lumière l’embourgeoisement de l’Est parisien. Faute d’avoir obtenu une bourse de thèse, Guilluy devient d’abord pigiste pour différents médias, avant de se tourner vers le conseil aux collectivités locales en 1989. Cette reconversion est dans un premier temps difficile : ses clients, pour l’essentiel des municipalités gérées par des élus communistes, se raréfient avec l’effondrement du parti.

    En 1995, le géographe crée un bureau d’études ; Maps, qui se spécialise dans l’appui à la rénovation des quartiers de grands ensembles. Dans le cadre de cette activité, il s’engage en faveur de la politique de la ville et prend des positions qui le situent alors à la gauche de la gauche[2].

    Cette même année, l’élection présidentielle est marquée par le discours de Marcel Gauchet et d’Emmanuel Todd sur la « fracture sociale » opposant la « France d’en haut » à celle « d’en bas ». Guilluy y est sensible et débute, à la fin des années 1990, l’écriture de son premier essai, Atlas des fractures françaises, qui paraît en 2000 aux éditions L’Harmattan.

    L’ouvrage s’attache à montrer les effets inégalitaires de la métropolisation sur les territoires à toutes les échelles. Cette analyse le conduit à évoquer, par opposition aux métropoles « qui concentrent l’essentiel du progrès économique et des richesses », des « territoires périphériques » constitués à la fois de « zones industrielles au tissu productif fragile » et de « zones à dominante rurale et tertiaire ».

    Si le succès éditorial n’est pas au rendez-vous, le livre permet à Guilluy d’ordonner ses idées et d’acquérir une certaine légitimité pour intervenir dans le débat public. En 2001, quelques mois avant les élections municipales, Libération lui ouvre ses colonnes : dans une tribune intitulée « Municipales : les bobos vont faire mal », le géographe explique que la gauche est susceptible de remporter la Ville de Paris grâce à l’apparition d’une nouvelle bourgeoisie bohème qui opère une « ghettoïsation par le haut » de la capitale.

    Le concept de « bobo », repris au journaliste américain David Brooks, permet au texte d’être remarqué. Guilluy signe une nouvelle tribune dans Libération l’année suivante, intitulée « Arlette et Le Pen, incarnation du peuple ». Il y explique que ces deux figures politiques sont les candidats « naturels » des catégories populaires, mais aussi que « paradoxalement, les discours des deux mouvements, loin de s’opposer, se complètent en couvrant un large spectre des causes de l’exaspération [sociale] ».

    Pour la première fois, l’auteur parle explicitement de la France périphérique[3], cette « terra incognita des fameuses élites gestionnaires ». La notion est définie en 2003, de manière très large, dans une tribune publiée elle-aussi dans Libération : il s’agit de la France des « régions industrielles, des espaces ruraux, des quartiers de logements sociaux et des zones de lotissements pavillonnaires bas de gamme ». 

    Ces idées sont développées et précisées dans l’Atlas des nouvelles fractures sociales en France, rédigé avec le géographe Christophe Noyé (Autrement, 2004). Les auteurs identifient une double dynamique d’embourgeoisement des centres urbains et de décrochage de la France périphérique.

    Celle-ci est désormais définie, à l’aide de plusieurs cartes et graphiques et dans une perspective plus sociologique, comme celle « des ouvriers ruraux, des petits paysans, des employés de lotissements pavillonnaires bas de gamme et des chômeurs de banlieue ». Le tableau des lignes de fracture du territoire français est encore complexe et nuancé.

    L’ouvrage connait un succès d’estime dans la sphère académique – il entre dans la plupart des bibliothèques universitaires –, tout en suscitant l’intérêt de personnalités politiques de premier plan : Dominique de Villepin, alors ministre de l’Intérieur, invite les deux auteurs à venir lui présenter leurs travaux[4].

    La publication de Fractures françaises en 2010 aux éditions François Bourin marque un tournant. La dimension ethnoculturelle prend une place nettement plus grande dans l’analyse[5], les données empiriques se font plus rares, le ton devient plus polémique sinon vindicatif.

    En opposition aux travaux « idéologiques » des « chercheurs politisés », Guilluy revendique désormais un « discours de vérité ». Le géographe dénonce l’« obsession des banlieues », qui masquerait selon lui les deux principales recompositions socio-spatiales liées à la mondialisation : gentrification et immigration dans les métropoles d’un côté ; relégation des catégories populaires traditionnelles (ouvriers et employés) dans la France périphérique de l’autre.

    Laissée à l’écart de la production de richesses, cette majorité invisible, blanche et laborieuse serait de plus en plus sensible aux idées du Front national en raison de son opposition au « multiculturalisme cosmopolite ». En conclusion, Guilluy en appelle à la reconnaissance du « capital d’autochtonie », au « retour du peuple » et à la réhabilitation du « récit national ».

    En raison de la modestie de son éditeur, le livre rencontre initialement peu d’écho. Selon Laurent Chalard, son destin bascule quand Alain Finkielkraut recommande « la lecture de Fractures Françaises à l’occasion d’une émission télévisée sur France 5 ».

    De fait, plusieurs quotidiens et hebdomadaires nationaux lui consacrent des articles (Le Monde, Le Figaro, Marianne,), tandis que Guilluy est invité dans l’émission Zemmour & Naulleau sur Paris Première, où il est présenté comme l’« idole » du polémiste star de la droite identitaire. L’ouvrage retient même l’attention du président de la République, Nicolas Sarkozy, qui invite le géographe à l’Élysée sur les recommandations de son conseiller spécial Patrick Buisson.

    Aux débuts des années 2010, plus largement, la notion de France périphérique est progressivement reprise dans le champ politique, à droite (Laurent Wauquiez, Jean-François Copé) et à l’extrême droite (Marine Le Pen) aussi bien qu’à gauche (Manuel Valls, Cécile Duflot), dans des versions très différentes toutefois.

    En 2012, François Hollande l’invite à son tour à l’Élysée, où il échange avec Emmanuel Macron qui, selon Guilluy, aurait « valid[é] [son] diagnostic » à l’occasion d’une rencontre informelle entre les deux hommes. De fait, dans son ouvrage Révolution (2016), le futur président cite abondamment la France périphérique.

    Les critiques sont rares ; la plus notable est sans doute celle de Martin Vanier dans la revue Urbanisme. Dans un court texte, il dénonce la « confusion sulfureuse » entretenue par l’auteur et sa façon de caricaturer les « contenus sociologiques, fonctionnels et idéologiques des catégories qu’il oppose ». Adoptant une posture qui sera la sienne jusqu’à aujourd’hui, Guilluy refuse de lui répondre ou même seulement de débattre, malgré de nombreuses propositions.

    Guilluy publie un quatrième essai en 2014, La France périphérique. Comment on a sacrifié les classes populaires (Flammarion). Si la thèse est sensiblement la même, sa réception change de ton et d’ampleur.

    L’ouvrage est encensé par la quasi-totalité de la presse nationale – l’hebdomadaire Marianne qualifiant l’essai de « seul livre que devrait lire Hollande ». L’analyse prend une dimension nettement plus politique : le géographe dénonce la trahison de la gauche de gouvernement, accusée d’avoir abandonné les classes populaires au profit (seulement apparent) des minorités. Une rhétorique néomarxiste, déployée à travers la question des inégalités territoriales, parcourt tout l’ouvrage.

    Mais celui-ci emprunte aussi le ton de la dénonciation morale en dressant le portrait d’un acteur collectif – les « classes dominantes » – pourvu d’une intentionnalité malveillante visant à exploiter le peuple tout en affichant un « faux altruisme ».

    Pour la première fois, l’ouvrage fait l’objet de quelques critiques, notamment dans Libération. Si l’éditorial de Laurent Joffrin reste plutôt positif, quelques universitaires reprochent à l’auteur sa vision binaire et caricaturale et son absence de prise en compte de la diversité des situations territoriales.

    Certains journalistes critiquent également sa lecture ethnicisée des problèmes sociaux et sa posture victimaire, susceptible d’alimenter les fractures qu’il prétend dénoncer.

    Dans Le Crépuscule de la France d’en haut (2016) et No Society (2018), Guilluy tente de faire monter ses analyses en généralité. Déployant une rhétorique qui emprunte à tous ses travaux antérieurs, il y annonce la fin de la « classe moyenne occidentale » et fait de l’identité la principale clé de lecture des problèmes politiques et sociaux de la France contemporaine.

    Il développe également sa vision de l’« Allemagne périphérique », de l’« Angleterre périphérique » et de l’« Italie périphérique », etc. Les données empiriques se sont presque totalement taries ; les écrits de journalistes ou de philosophes-essayistes (tout particulièrement Alain Finkielkraut) remplacent les cartes, les statistiques et les références aux travaux de sciences sociales[6].

    Le succès médiatique n’en est pas moins au rendez-vous, notamment grâce à la publication de « bonnes feuilles » ou la reprise de « bonnes formules » : la bourgeoisie des métropoles est qualifiée de « nouveaux Rougon Macquart (…) déguisés en hipsters », tandis que les « classes dominantes qui vivent le multiculturalisme à 5000 euros par mois » sont opposées aux « classes populaires qui vivent le multiculturalisme à 1000 euros par mois ».

    Le complotisme qui parcourt les deux ouvrages – « il n’est rien d’aussi puissant que la révélation au monde d’un secret dissimulé depuis des décennies mais connu intuitivement par une majorité de l’opinion » – trouve, par ailleurs, un large écho sur les réseaux sociaux.

    Les deux ouvrages suscitent plusieurs critiques de la part d’experts et d’universitaires. Ainsi, dans Libération, les membres de la revue Métropolitiques, un collectif de jeunes chercheurs en sciences sociales, signent une courte tribune dans laquelle ils dénoncent les « représentations fausses ou biaisées » de Christophe Guilluy qui, « bien qu’usant d’oripeaux scientifiques (cartes, statistiques) », s’affranchissent de « toute précaution et d’objectivité pour alimenter des arguments tronqués ou erronés ».

    Pourtant éparses, ces réactions déclenchent un véritable déchainement des partisans de Guilluy dans les médias et les réseaux sociaux, tandis que le géographe lui-même reste une nouvelle fois silencieux. Ainsi, dans Causeur, la démographe Michèle Tribalat s’insurge contre une entreprise de « démolition médiatique » (sic), tandis que la rédactrice en chef de l’Express regrette que la « lucidité » de Guilluy puisse lui valoir « de mauvais procès d’intentions politiques ». D’autres vont jusqu’à qualifier les auteurs de la tribune de « lâches », de « nouveaux censeurs » ou encore d’« aveugles corporatistes ».

    Le géographe reçoit également le soutien de nombreux sites de la droite identitaire, de l’Observatoire du journalisme à Radio Courtoisie en passant par Breizh Info. Quelques semaines après seulement, la crise des Gilets jaunes lui offre une exposition médiatique sans précédent.

    Cette trajectoire éditoriale singulière est donc marquée par quatre dynamiques : une prise de distance progressive et désormais radicale vis-à-vis des méthodes des sciences sociales en matière de collecte, d’exploitation et de validation des données ; l’affirmation croissante d’une dimension ethnoculturelle dans l’analyse, ouvrant la voie à une rhétorique identitaire victimaire ; une couverture médiatique d’envergure nationale et très largement favorable, y compris depuis 2016 ; une consécration politique précoce, se traduisant par de nombreux liens avec des responsables de tous bords, jusqu’aux trois derniers présidents de la République.

    À l’aune de ces éléments, on peut affirmer, sans esprit de polémique, que ce qui est totalement « irrationnel », c’est de continuer à présenter Guilluy comme une victime du « politiquement correct » ou d’un « lynchage médiatique ». Aveuglement sincère ou stratégie classique de retournement de stigmates ? La question mérite d’être posée.

    Du mythe politique à la mystification scientifique[7]
    Si la France périphérique est devenue le mainstream de la pensée territoriale dans les médias et les partis de gouvernement, elle suscite une très large opposition parmi les chercheurs en sciences sociales. Les critiques adressées à la notion – et plus largement aux thèses défendues par Christophe Guilluy – se sont exprimées à partir du début des années 2010.

    Contrairement à ce qu’affirment régulièrement ses partisans, elles sont dans le même temps largement convergentes et marquées par une grande diversité d’auteurs, de registres et de focales. L’idée qu’il y aurait « deux camps opposés au sein de la géographie française », récemment évoquée à la radio par le romancier Aurélien Bellanger, apparait donc erronée.

    En premier lieu, plusieurs éléments du diagnostic posé par Guilluy sont issus de recherches académiques bien antérieures à ses propres ouvrages. Ainsi, la thèse de la « moyennisation » de la société a été battue en brèche par de nombreux travaux sur « le retour des classes sociales » (selon le titre d’un article fameux de Louis Chauvel paru en 2001), sur le creusement des inégalités sociales (d’Edmond Préteceille à Thomas Piketty) ou sur l’émergence de nouveaux « ouvriers après la classe ouvrière ».

    Par ailleurs, Guilluy s’attribue ou attribue à quelques intellectuels des approches et des notions forgées dès le début des années 2000 par des universitaires, comme le « périurbain subi » (Martine Berger), le décrochage de certaines campagnes subissant la désindustrialisation ou les difficultés de la France des marges.

    Enfin, le consensus idéologique sur certains objectifs politiques, devenus de véritables totems de l’action publique (métropolisation, compétitivité, excellence, etc.), ou encore la théorie du « ruissellement » depuis les métropoles, ont fait l’objet de nombreuses déconstructions stimulantes (de Fabien Desage à Olivier Bouba-Olga, en passant par les travaux de l’ANR Altergrowth sur la décroissance urbaine). La prétention de Guilluy à révéler « un monde secret dissimulé depuis des décennies » (No Society, p. 21) est donc soit le témoignage d’une méconnaissance des références majeures de son champ d’études soit, plus prosaïquement, le fruit d’une mise en scène cherchant à faire le buzz.

    Elle témoigne aussi, plus profondément, de la difficulté des universitaires à diffuser et à valoriser leurs résultats pour construire les bases de controverses utiles au débat public.

    En effet, et en deuxième lieu, l’idée qu’il y aurait une collusion entre monde académique, classe politique et médias est une supercherie. La réalité est que, pour plusieurs raisons comme le quasi-monopole du pouvoir par les hauts-fonctionnaires ou la dévalorisation sociale et économique des diplômes académiques (à commencer par le doctorat), les universitaires français sont très faiblement représentés dans le débat politique et médiatique.

    Dans un récent entretien au média spécialisé Acteurs publics, l’ancien secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur et à la recherche Thierry Mandon confirme et regrette cette marginalisation, unique en Europe par son ampleur : en Allemagne, en Italie, en Grande-Bretagne, l’expertise académique est non seulement reconnue mais recherchée ; les cadres des collectivités, les élus et souvent même les ministres sont issus de l’université ; les méthodes des sciences sociales irriguent les débats. Les réactions des chercheurs étrangers au succès politico-médiatique de Christophe Guilluy, oscillant entre incrédulité et exaspération, sont tout à fait significatives à cet égard.

    En troisième lieu, croire ou laisser croire que les chercheurs constitueraient un bloc homogène aux plans scientifique et politique, dont les théories et intérêts seraient convergents relève du fantasme. Bien au contraire, le monde académique est traversé par de nombreuses controverses, parfois très vives.

    Celles-ci s’expriment dans le respect des règles du débat scientifique, qui s’appliquent partout dans le monde : honnêteté et rigueur intellectuelles, validité empirique, confrontation des résultats. Si l’opposition à la notion de France périphérique est l’un des rares objets de consensus au sein des sciences sociales francophones, c’est qu’elle s’adosse à des critiques solidement argumentées – et s’aventurant rarement sur le terrain politico-idéologique, alors que, précisément, Guilluy et ses partisans tentent de les décrédibiliser a priori comme venant d’idéologues, plus militants que scientifiques.

    Un premier ensemble de critiques concerne la méthodologie utilisée par le géographe pour construire « sa » France périphérique. Au fil des ouvrages, les contours de celle-ci ne cessent de changer et sa définition n’est toujours formulée qu’en creux : la France, toute la France, hors des quinze-ou-vingt ou-vingt-cinq aires urbaines les plus peuplées du pays au sens de l’Insee (et une partie de leur couronne périurbaine, jamais définie néanmoins).

    Une telle représentation conduit, par exemple, à classer comme « périphériques » les classes créatives d’Angers, les chercheurs de la Rochelle et les cadres supérieurs d’Annecy, tandis que les dockers de la Seyne-sur-Mer ou les mineurs retraités de Lens seraient pour leur part « métropolitains » – élus et habitants seront heureux de l’apprendre ! De même, l’ensemble de l’espace rural, des vallées désindustrialisées de l’Est aux campagnes viticoles prospères du Val-de-Loire, en passant par les villages touristiques du Luberon, est relégué dans la France périphérique.

    Ces écueils sont directement liés à la fragilité du protocole méthodologique mobilisé par l’auteur. On l’a dit, la présentation des données et des sources se fait de plus en plus floue au gré de ses publications, au point d’être totalement invisibilisée dans No society – ce qui permet de ne plus avoir à en rendre compte. Quelques chercheurs ont néanmoins fait l’effort d’analyser les grandes variables statistiques agrégées servant de base à la démonstration analytique et cartographique de Guilluy.

    La réalité est qu’elles sont presque toujours construites ad hoc pour les besoins de la démonstration. Ainsi, le critère de fragilité sociale, point cardinal de l’analyse dans La France périphérique, est défini de manière particulièrement extensive : près de 25 000 communes françaises, regroupant 65% de la population nationale, sont classées comme « fragiles » ! Leur répartition géographique, leur composition sociale, leur profil fonctionnel sont pourtant extrêmement hétérogènes.

    Pour éviter ces biais homogénéisateurs, les recherches en sciences sociales mobilisent des méthodes qualitatives (par exemple des monographies détaillées de communes ou de quartiers) et des travaux de terrain. En la matière, le bât blesse à nouveau : comme tant d’autres commentateurs après lui, Christophe Guilluy analyse la France périphérique depuis… le cœur de la France métropolitaine.

    Nulle trace, dans ses travaux, d’entretiens avec les élus, d’enquêtes au contact des habitants et des usagers, d’observations participantes dans les associations, les mairies ou les bistrots. Comme le souligne justement le sociologue Benoît Coquard, la représentation de la France périphérique a donc été entièrement produite et appropriée par des personnes qui ne connaissent pas les territoires qu’elles recouvrent et encore moins leurs habitants ! La prétention à parler à leur place et en leur nom n’est pas sans rappeler les écueils de la « classe-objet », dénoncés par Pierre Bourdieu à propos de l’étude des paysans : la France périphérique a été en quelque sorte dépossédée d’elle-même.

    La rhétorique des deux France s’inscrit dans une histoire longue : l’Est urbain et industrialisé contre l’Ouest rural et paysan au XIXème siècle ; Paris et le « désert français » au lendemain de la Seconde Guerre mondiale ; la « diagonale du vide » des années 1970.

    Ces lignes de fractures se fondaient, au moins partiellement, sur des observations objectives et rendaient compte au moins autant des oppositions que des complémentarités entre les territoires. Au contraire, comme le rappelle le géographe Daniel Béhar, la France périphérique se borne à postuler un clivage vertical et irréductible entre un peuple / des territoires « dominés » et des élites / des territoires « dominants ».

    Pourtant, des dizaines de travaux de sciences sociales ont documenté de manière beaucoup plus rigoureuse, plus précise et plus stimulante que Guilluy les effets inégalitaires de la mondialisation sur les sociétés et sur les territoires. À la suite de Pierre Veltz, pourtant l’un des principaux inspirateurs des premiers travaux du géographe, on peut essayer de résumer leurs principaux résultats.

    En premier lieu, les grandes évolutions socioéconomiques décrites par Guilluy concernent tous les types de territoires, dans des proportions assez comparables entre les métropoles (hors Ile-de-France) et le reste du pays. Ainsi, la part des ouvriers et des employés décline de manière continue et régulière depuis 40 ans dans les espaces ruraux aussi bien qu’urbains – ces derniers accueillant encore, en stock, une large majorité d’entre eux.

    Cette dynamique ne signifie pas pour autant la « fin de la classe moyenne occidentale » (sic). Les professions intermédiaires sont loin d’avoir disparu : elles représentent un quart de l’emploi, un chiffre en croissance. En outre, si la mobilité sociale n’a pas augmenté depuis les années 1980, elle n’a pas non plus diminué et ce sont précisément les enfants issus des classes moyennes qui ont vu le plus progresser leurs chances d’ascension sociale.

    En deuxième lieu, les disparités territoriales ne distinguent plus nettement telles ou telles catégories (urbain / rural, Paris / Province, métropoles / France périphérique). Au contraire, elles s’enracinent désormais à des échelles fines, le plus souvent au sein du monde urbanisé : les grandes villes sont à la fois les lieux privilégiés de concentration des richesses et les points de fixation de la pauvreté (les faibles niveaux de vie y sont systématiquement surreprésentés, y compris dans les villes les plus riches comme Paris et Lyon).

    En troisième lieu ; selon les points de vue, les échelles et les indicateurs considérés, on trouve des « gagnants » et des « perdants » partout en France, dans des combinaisons diverses. Ainsi, la Seine-Saint-Denis est le septième département de France métropolitaine pour la richesse produite mais l’avant-dernier pour le revenu médian des ménages.

    À une autre échelle, l’Occitanie est à la fois la deuxième région française par le taux de chômage et la première par l’accueil de populations nouvelles et la création d’emplois ! Si « le territoire français a plus d’une pente » (selon la formule du géographe Roger Brunet), c’est que les difficultés sont loin d’être toujours cumulatives dans l’espace et dans le temps.

    En quatrième lieu, de très nombreux territoires non-métropolitains sont en bonne santé démographique et économique. Depuis les années 1970, l’espace peu dense a vu sa population progresser à un rythme plus soutenu que celui du cœur des grandes aires urbaines.

    Cette croissance est essentiellement liée au solde migratoire ; autrement dit, ces espaces supposés délaissés attirent chaque année de nouveaux habitants. De même, les zones d’emploi les plus dynamiques du pays sont situées loin des pôles métropolitains (Issoire, Les Herbiers, Avranches, Cluses, etc.).

    Avec un taux de chômage de 5% et un taux de pauvreté de 12%, le département du Cantal, si souvent cité par Guilluy comme emblème de la France périphérique, pourrait presque apparaître comme un havre de prospérité en regard de la métropole la plus attractive de France, Montpellier (13% de chômeurs et 19% de pauvres).

    Comme toujours, toutefois, les statistiques masquent un réalité sociale contrastée et les difficultés des entreprises locales à attirer de jeunes actifs qualifiés.

    Enfin, la France périurbaine est marquée par une grande diversité sociale et fonctionnelle. Elle crée plus d’emplois que les centres des villes ; elle accueille aussi bien des chefs d’entreprises installés que des ouvriers qui quittent le logement social, des employés attirés par la faiblesse relative des prix fonciers que des fonctionnaires se rapprochant de leur lieu de travail, des retraités attachés à l’idéal villageois que des jeunes cadres y déployant leur projet familial.

    À l’échelle nationale, ces périurbains disposent d’un revenu médian annuel (20 975 euros) plus élevé que celui des habitants des villes-centres (19 887). Et ils ne constituent pas un « réservoir naturel de vote FN, comme le voudrait une sociologie simpliste de la haie de thuyas et du chien de garde : leurs votes se répartissent sur tout le spectre, à peu près comme la moyenne du pays » (Pierre Veltz[8]).

    En effet, l’une des raisons principales de l’écho rencontré par les thèses de Guilluy tient dans le lien qu’il établit entre la France périphérique et une colère sociale qui trouverait son exutoire dans le vote pour l’extrême-droite (Front national puis Rassemblement national). Les périodes électorales se suivent et se ressemblent : Guilluy s’empresse de décrypter les résultats à l’aune de ses propres grilles de lecture et d’y voir une validation de ses théories.

    « Macron est […] le candidat des métropoles mondialisées. Inversement, de la même manière que l’Amérique périphérique a porté le vote Trump et l’Angleterre périphérique le Brexit, la France périphérique, celle des petites villes, des villes moyennes et des zones rurales, porte la contestation populiste. » (Christophe Guilluy, Le Monde, 26 avril 2017).

    Pourtant, les travaux académiques, fondés sur des échelles d’analyse fines et des méthodes pluridisciplinaires dessinent une géographie électorale bien différente. Ainsi, plusieurs chercheurs ont bien montré, en prenant appui sur les résultats électoraux du premier tour de l’élection présidentielle de 2017, que les voix des électeurs des trois principaux candidats (Macron, Le Pen, Mélenchon) se sont réparties de manière relativement homogène dans l’ensemble du territoire français.

    Emmanuel Macron, candidat ô combien emblématique des « élites parisiennes et mondialisées », a obtenu des scores très proches dans les grandes villes, les villes petites et moyennes et les territoires ruraux (et, au deuxième tour, 78% dans le Cantal ; 75% à Bourges, préfecture désindustrialisée de la « diagonale du vide » ; 72% à Dourdan, dans le lointain périurbain pavillonnaire francilien ; et encore 71% à Thionville, au cœur d’un des bassins industriels en décroissance parmi les plus durement frappés par les crises de 2008 et 2011).

    Si le vote pour Marine Le Pen est plus polarisé spatialement, près de 80% des voix qui se sont portées sur elle sont celles d’électeurs des grandes aires urbaines (cœur et périphérie). Dans une analyse statistique détaillée, des chercheurs du CNRS ont enfoncé le clou en soulignant l’absence de corrélation nette entre le vote pour ces deux candidats et le type de territoire.

    Dans ce champ d’étude aussi, un consensus se dégage : les explications du vote sont avant tout à chercher dans la profonde transformation des rapports au travail, dans l’accentuation des inégalités sociales et dans les déstructurations des instances de régulation collective (dans les lieux d’emplois, dans les activités associatives et dans la vie locale).

    Finalement, il n’est pas si compliqué de comprendre le succès éditorial, politique et médiatique de Christophe Guilluy. D’une part, ses analyses offrent des interprétations simples non seulement des fractures sociales et territoriales, mais aussi du rejet des élites, de la montée du populisme ou des succès électoraux du Front national.

    De l’autre, celles-ci sont parées des atours de la scientificité grâce à une série d’indicateurs et de cartes présentés comme objectifs. Or, force est de constater que certains élus, experts et journalistes sont particulièrement friands de vérités simples et unilatérales, susceptibles de déboucher sur des solutions manichéennes ou de nourrir des discours démagogiques potentiellement mobilisateurs.

    Guilly en est parfaitement conscient : face aux tenants du « c’est plus compliqué que ça », il dénonce « le refus de généraliser » et la tendance qu’auraient les universitaires à « occulter le réel », alors que, précisément, ce sont ses positions qui sont en contradiction avec toutes les données et analyses disponibles.

    Mais si cette rhétorique du « seul contre tous » est utile pour occuper l’espace médiatique et commercial, voire pour construire la mythologie du « chercheur-courage », elle s’effrite à mesure que la fragilité de ses fondements est mise en lumière. Le mouvement des Gilets jaunes a joué un rôle décisif en la matière.

    Les Gilets jaunes, apogée et dépassement de la France périphérique
    Il y a un an encore, Christophe Guilluy ne cachait pas son enthousiasme face à l’irruption des Gilets jaunes. En effet, celle-ci semblait consacrer de manière éclatante sa représentation d’une France coupée en deux entre métropoles dynamiques mondialisées et territoires « périphériques » laissés pour compte (et rassemblant le gros du « peuple »).

    La contestation en cours n’était finalement que l’expression de la revanche des seconds à l’égard des premières. Las, loin de conforter cette théorie, ce mouvement social atypique en a montré toutes les limites et impasses, au gré des rapports de police, des sondages des grands instituts et des enquêtes de terrain réalisées par les chercheurs en sciences sociales sur la base d’échantillons significatifs[9].

    – Les premiers Gilets jaunes, ainsi que plusieurs coordinateurs nationaux, sont originaires de l’agglomération parisienne, métropole mondiale située au sommet de la France métropolitaine. Et pour cause : si les Franciliens utilisent un peu moins leur voiture et réalisent des trajets un peu plus courts que le reste des Français, ils passent en moyenne 75 minutes par jour dans leur véhicule, contre 45 minutes pour les habitants de l’espace rural ! En somme, dans le Grand Paris, le budget-temps compense largement les moindres coûts liés aux déplacements.

    – Les figures charismatiques des Gilets jaunes sont marquées par une grande diversité sociale et résidentielle : ce sont aussi bien des chefs d’entreprises vendéens que des ouvriers d’Amiens, des petits commerçants du périurbain toulousain que des fonctionnaires du centre de Moulins, des retraités bretons que des jeunes cadres franciliens au pouvoir d’achat plombé par le coût du logement ; en somme, une véritable mosaïque socio-professionnelle totalement imperméable aux représentations binaires.

    – La cartographie des lieux de blocage et d’action des Gilets jaunes montre que l’immense majorité des communes concernées est située au sein des grandes aires urbaines. Bien sûr, on ne manifeste pas toujours là où l’on habite. Et pour cause : le mouvement reflète moins des frontières infranchissables que le rôle central des interdépendances territoriales dans les pratiques sociales des Français. De fait les Gilets jaunes dits de la « périphérie » se retrouvent bien souvent pour manifester au « centre », c’est-à-dire là où ils ont fait leurs études, où ils vont faire leurs courses le week-end, où ils emmènent un proche à l’hôpital ou leur famille au cinéma. Ainsi, l’automobile est moins le symbole d’une France périphérique marginalisée qu’un outil – coûteux – qui permet aux ménages de tirer parti des ressources et des services offerts par ces différents espaces. Cette forme de « zapping territorial » contredit frontalement les analyses en termes de relégation ou de sédentarisation.

    – Bien qu’étant encore plurielles, les revendications des Gilets jaunes ont progressivement convergé vers des enjeux de justice fiscale, sociale et spatiale : augmentation des bas salaires, revalorisation du pouvoir d’achat, égalité face à l’impôt, maintien des services publics sont les seuls mots d’ordre partagés par l’ensemble des manifestants. Or, la fragilité sociale traverse les territoires autant que les origines ou les générations : elle concerne aussi bien des familles du Pas-de-Calais frappées par le déclin industriel que des agriculteurs du Berry lourdement endettés ou des travailleurs précaires de la banlieue lyonnaise. Le mélange des uns et des autres au sein du mouvement, ainsi que l’absence de revendication de type identitaire (malgré quelques tentatives de manipulation grossières), montrent que les visions binaires et/ou ethnicisées des divisions des classes populaires relèvent avant tout de la récupération idéologique.

    – Élus et citoyens ont exprimé leur lassitude grandissante face aux grilles de lecture simplistes et caricaturales. Les seconds ne se sentent en aucun cas « périphériques », mais demandent de la considération de la part des médias, des chercheurs et des responsables politiques. Les premiers souhaitent travailler sur la base de données empiriques et d’analyses robustes, qui permettent de regarder la réalité en face, dans sa complexité. Ainsi, les fédérations d’élus, les centres de formation des techniciens territoriaux, les associations se détournent les uns après les autres de la France périphérique. Pour une raison simple : le succès du concept est inversement proportionnel à sa capacité à forger des réponses concrètes aux problèmes des Français ! Aucun responsable ne peut aujourd’hui construire des politiques de solidarité susceptibles de concilier innovation, transition écologique et respect des idéaux de justice sociale et spatiale sur la base d’une représentation incorrecte et purement victimaire ! Opposer grossièrement « territoires gagnants » et « perdants », ou « bons pauvres » et « mauvais pauvres », permet de faire un tri pour réduire le nombre de ceux qui « méritent » d’être aidés. Mais cela n’a jamais réglé leurs problèmes…

    Finalement, le double primat de la question sociale sur la question territoriale d’une part, de l’insécurité économique sur la supposée « insécurité culturelle » de l’autre, est sans aucun doute l’une des grandes leçons du mouvement. Dans ces conditions, il faut un certain art du funambulisme intellectuel pour continuer à interpréter les Gilets jaunes à l’aune de quelques obsessions géographiques.

    Si les climato-sceptiques, les théories du complot ou le mythe du Grand remplacement ont si peu d’audience en France, c’est le fruit d’une maturité collective des chercheurs, des citoyens, des médias et des institutions. Dans les sciences sociales et territoriales, il est temps de forger, avec humilité mais résolution et sans irénisme, de nouvelles manières de penser et d’agir pour répondre aux immenses défis – environnementaux, économiques, migratoires et sociaux – du début du XXIème siècle.

     

    [1] Laurent Chalard., 2017, « Guilluy en politique », Outre-Terre, n° 51, pp. 47-58.

    [2] Romain Ducornet, 2016, Christophe Guilluy dans la presse : étude d’une controverse géographique, Mémoire de Master 2, Reims, Université de Reims Champagne-Ardenne.

    [3] Entre guillemets dans le texte.

    [4] Laurent Chalard, op. cit.

    [5] Guilluy explique par exemple que « le changement de nature et d’origine de l’immigration a fait surgir une question à laquelle la France n’était pas préparée, celle de l’ethnicisation des territoires » (p. 65).

    [6] Les travaux de Pierre Bourdieu, de Nicolas Renahy, d’Éric Maurin ou de François Héran, plusieurs fois cités dans Atlas des fractures françaises et dans Fractures françaises, disparaissent au profit d’écrits d’autres auteurs comme Michèle Tribalat ou Jean-Claude Michéa, des « figures qui ont pour point commun de ne pas faire consensus dans leurs disciplines » comme le remarque Romain Ducornet. En parallèle, les études d’organismes publics sont de moins en moins mobilisées au profit d’articles de presse issus de différents médias, notamment Le Figaro.

    [7] Selon le titre d’un célèbre de Jean-Marc Offner sur les effets structurants du transport paru en 1993 dans L’espace géographique

    [8] Ibid. : Le département des Yvelines offre une illustration frappante de cette situation. Le score d’Emmanuel Macron ne décroit pas avec la distance à Paris, mais il atteint des pics aux franges de l’aire urbaine, dans des communes favorisées comme Houdan (71 %), Rambouillet (73 %) ou Montfort-L’amaury (77 %).

    [9] Voir par exemple : https://editionsladecouverte.fr/catalogue/index-a__Gilets_jaunes_a____hypoth__ses_sur_un_mouvement-978234 ; https://www.seuil.com/ouvrage/le-fond-de-l-air-est-jaune-collectif/9782021426205 ; https://www.pacte-grenoble.fr/programmes/grande-enquete-sur-le-mouvement-des-gilets-jaunes ; ainsi que toutes les enquêtes d’opinion des grands institut de sondage (un exemple parmi d’autres : https://www.institutmontaigne.org/blog/les-gilets-jaunes-la-partie-emergee-de-la-crise-sociale-francaise).

    • Son analyse est réfutée par des gens qui vivent également en centre-métropole et par des outils statistiques aussi pensés et conçus en centre-métropole.
      Il y a une bonne raison à cela : il n’y a aucune place pour les professions intellectuelles supérieures en zones périphériques.

      Bien sûr, il existe ponctuellement des regroupements de cadres sup. dans des trous perdus, au grès d’implantations de centres de recherches ou de boites ayant une implantation excentrée historique, mais si tu y vas en profondeur, ils se vivent comme « exilés » ou « au vert », à la recherche de « modes de vie alternatifs » et gardent des habitudes ancrées dans des métropoles qu’ils veulent accessibles et pas trop éloignées → gros lobbying pour avoir des accès autoroutiers, voire privatiser des nationales pour aller + vite là « où les choses se font ».

      Certaines « zones dynamiques périphériques » décrites comme contrarguments jouissent plutôt de l’effet « Bill Gates » entre dans le bistrot.

      Pas loin de chez moi, il y a le Madiran. Zone viticole prospère… ouais. Il se trouve que j’y ai été candidate. Donc ça donne :
      -- Une poignée de gros propriétaires terriens blindés, qui règnent en seigneurs sur le coin, tendance très grosse bourgeoisie, avec un mode de vie « gentlemen farmers » très peu éloigné de celui des gus des hyper-centres friqués (manière, ils y ont souvent un beau portefeuille immobilier). Comme ils « nourrissent » les gueux du coin, ils profitent de la « reconnaissance du ventre » pour occuper (cumuler) des fonctions électives locales : ne pas oublier qu’un mandat de maire chez les blédards ouvre la porte sénatoriale, surtout si tu as du fric et de l’entregent.
      -- Une énorme masse de travailleurs captifs (Pb accès éducation, confirmé par d’autres études), qui n’ont pas les moyens d’accéder aux villes où sont les meilleurs salaires et qui survivent avec des bouts d’emplois complétés + ou - bien par le RSA (le manque de services public fait que beaucoup s’assoient sur leurs droits faute de savoir et de moyens de les faire valoir, ce qui est aussi bien commode pour les statistiques !). Leur très grande pauvreté est masquée par l’abondance de l’économie informelle, pas bien mesurée non plus par les travaux et stats officielles.
      -- Une pseudo classe moyenne : les fonctionnaires qui même en C font remonter la moyenne des salaires, des commerçants en voie de disparitions qui cachent le fait qu’ils complètent par le RSA (et qu’ils fraudent surement un peu), des employés de la grande distribution qui grâce à des empilements de crédits font semblant de ne pas être pauvres.

      Bref, ce qui est particulièrement bien caché aux sociologues de centre-ville, c’est l’ampleur des inégalités (il est vrai que le problème se généralise) et surtout la perte de « chances » dans tous les domaines, suite à la disparition des services publics (partagé aussi par les banlieues populaires).
      À cela s’ajoute l’éloignement qui augmente (disparition des transports périphériques, routes à 80 km/h, villes saturées et chères) qui interdit de fait toute ascension sociale (alors que le pauvre de banlieue peut encore accéder aux services et aux salaires de centre-ville).

      Exemple : avec des revenus de brousse, on ne voit pas comment financer des études supérieures en ville.

  • Les femmes sous pilule présentent « une différence spectaculaire » dans leur cerveau
    https://www.francetvinfo.fr/sante/contraception/la-pilule-et-ses-risques/les-femmes-sous-pilule-presentent-une-difference-spectaculaire-dans-leu

    Pour leurs travaux, les chercheurs ont fait appel à 50 femmes en bonne santé, dont 21 prenaient une pilule contraceptive. Toutes ces volontaires ont passé une IRM du cerveau et les chercheurs ont calculé le volume de leur hypothalamus. « Nous avons constaté une différence spectaculaire dans la taille des structures cérébrales entre les femmes qui prenaient des contraceptifs oraux et les autres » déclare le docteur Michael Lipton, co-auteur de ces travaux, dans un communiqué de la RSNA.

  • Yes, there’s microplastic in the snow — Quartz
    https://qz.com/1767655/yes-theres-microplastic-in-the-snow

    This is the year we found microplastic in the snow.

    Although microplastics have been popping up everywhere from the waters of Antarctica to our table salt, the idea that it could blow in the wind or fall as precipitation back down to Earth is extremely new. The main mode of microplastic transport, as far as we knew as recently as last year, was water. It had already shown up in drinking water a few years prior. But microplastic in snow suggests something different: Microplastics carried by wind, and settling out of the air along with the frosty flakes.

    via @mona #plasticocène

  • Transparence : Jean-Paul Delevoye déclare finalement treize mandats et regrette « une erreur », Samuel Laurent et Anne Michel
    https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/12/14/transparence-jean-paul-delevoye-declare-finalement-treize-mandats-et-regrett

    « Le Monde » a pu consulter la nouvelle déclaration d’intérêts rédigée par le haut-commissaire aux retraites, qui revoit à la hausse les salaires reçus.

    Treize mandats au total, dont onze toujours actifs, contre seulement trois initialement déclarés, et des salaires révisés à la hausse…. Le Monde a pu consulter la nouvelle version de la déclaration d’intérêts envoyée dans la soirée du vendredi 13 décembre par Jean-Paul Delevoye, le haut-commissaire aux retraites, à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP).

    M. Delevoye, « ministre des retraites » du gouvernement d’Edouard Philippe depuis septembre, est dans la tourmente depuis qu’une première version de sa déclaration d’intérêts, mise en ligne samedi 7 décembre par la HATVP, a fait apparaître une série d’omissions et de points problématiques.

    Depuis 2013, la loi oblige tout ministre à indiquer à l’autorité garante de la probité des responsables publics, d’une part, sa situation patrimoniale, et d’autre part, ses responsabilités présentes et passées, si celles-ci sont susceptibles de présenter un risque de conflits d’intérêts et d’influencer sa prise de décisions futures.

    « Quand je suis devenu Haut commissaire au gouvernement, j’ai été extrêmement attentif à ma déclaration de patrimoine et ayant toujours considéré que le déclaratif devait être contrôlé par des personnes assermentées, j’ai fait appel à un expert-comptable , explique Jean-Paul Delevoye dans un entretien accordé au Monde, samedi 14 décembre. J’avoue ne pas avoir porté la même attention à ma déclaration d’intérêts, sans doute parce que j’avais le sentiment de pas avoir de conflits d’intérêts et parce que j’étais obnubilé par ma déclaration de patrimoine. »

    Dans sa déclaration d’intérêts rectifiée tout juste transmise à la HATVP, l’artisan du projet de réforme des retraites voulu par le gouvernement s’emploie à corriger les manquements et problèmes révélés depuis lundi 9 décembre dans sa déclaration initiale : en résumé, plusieurs mandats bénévoles susceptibles de générer des conflits d’intérêts avaient été omis, comme l’avaient révélé tour à tour Le Parisien, Capital et Le Monde ; la case « activités professionnelles rémunérées » actuelles ou exercées au cours des cinq années précédentes comportait aussi des omissions.

    Surtout, la mention d’une fonction de président d’honneur d’un think tank (Parallaxe) adossé à un groupe d’enseignement supérieur et de formation (IGS), maintenue après son entrée au gouvernement en septembre, révélait un problème : le ministre avait été payé pendant environ trois mois pour une fonction annexe, un fait interdit par la Constitution. L’article 23 proscrit en effet « tout emploi public ou toute activité professionnelle » aux membres du gouvernement durant leur mandat.

    Onze mandats bénévoles
    Que nous apprend cette déclaration rectifiée ? D’abord que l’ancien ministre de la fonction publique sous le gouvernement Raffarin, chiraquien historique, a multiplié les fonctions bénévoles depuis 2015. « J’avais mis un terme à toutes mes activités publiques après mon départ du Conseil économique social et environnemental en 2015 et j’ai donc accepté un certain nombre de missions conformes à mes convictions et mes engagements, notamment dans le domaine social pour la formation des jeunes, l’insertion sociale et la lutte contre la précarité » , explique M. Delevoye.

    Sur le total de treize mandats déclarés, onze sont bénévoles et n’avaient pour la plupart pas été dévoilées jusqu’ici. Parmi ceux-ci, son poste de président de l’Observatoire régional de la commande publique des Hauts-de-France, révélé samedi matin dans nos colonnes. Jean-Paul Delevoye figure aussi au conseil d’administration de deux associations de « Civic tech », un mouvement qui veut utiliser la technologie pour améliorer la démocratie : « Démocratie ouverte », une association qui cherche « à rendre notre démocratie plus transparente, participative et collaborative ». Il siège aussi au conseil d’administration d’une structure similaire, Parlements & Citoyens, en tant que « personnalité qualifié ».

    Son entourage précise que ce sont deux structures qu’il a connues et accompagnées lorsqu’il présidait le Conseil économique, social et environnemental (Cese). Les deux associations ont pour point commun d’avoir comme cofondateur Cyril Lage, l’un des artisans de la plateforme du Grand Débat lancé par Emmanuel Macron au travers de sa start-up, « Cap Collectif », qui a conçu et géré la plateforme électronique du Grand Débat.

    Le haut-Commissaire aux retraites est aussi administrateur et membre du comité exécutif de la Fondation La Source, créée par le peintre et sculpteur Gérard Garouste et qui dispense des ateliers d’éveil artistique à destination d’un jeune public. M. Delevoye figure également au comité stratégique de la Fédération française des diabétiques, dont il est « ambassadeur » depuis des années. Le haut-commissaire aux retraites mentionne par ailleurs un ancien mandat, clos depuis octobre 2017, au conseil d’administration de la fondation du crédit agricole Nord de France, qui finance des actions caritatives et sociales. Enfin cet amateur de musique classique préside deux associations : l’Association des orchestres nationaux de France et Chartreuse de Neuville (mentionnée dans sa première déclaration), elle aussi active en matière de formation et d’insertion sociale.

    « J’ai fait ces omissions car pour moi, c’était de l’ordre de l’engagement social » , se justifie Jean-Paul Delevoye. Interrogé sur d’éventuelles prestations payées dans ce cadre bénévole, il affirme n’avoir « jamais donné de conférences rémunérées dans le cadre de ces fonctions ». « Je m’y suis toujours refusé, ajoute-t-il, j’ai eu de récentes propositions que j’ai refusé car justement j’étais payé par l’Etat. »

    Rémunérations en hausse
    Au chapitre de ses activités rémunérées actuelles ou exercées dans les cinq ans avant la déclaration d’intérêts, que la loi oblige également à déclarer, le ministre des retraites donne des précisions sur les sommes perçues au titre des deux mandats déjà cités dans sa première déclaration : un ancien poste de « conseiller du délégué général » du groupe d’enseignement supérieur privé IGS, et le fameux mandat de président du think tank Parallaxe, également rattaché au groupe IGS. C’est cette fonction, commencée en janvier 2018 et maintenue malgré sa nomination au gouvernement, qui est au cœur de l’affaire actuelle, parce qu’interdite par la Constitution.

    Cette nouvelle déclaration revoit à la hausse les sommes perçues : M. Delevoye déclare 78 408 euros net au titre de son contrat de conseiller pour IGS en 2017, contre 40 000 euros net dans sa première version. Ce total de 78 408 euros net représente une rémunération mensuelle de la part d’IGS de 6 500 euros net cette année-là. De même, le salaire de son poste de président d’honneur du think tank Parallaxe, qu’il a cumulé durant trois mois avec son portefeuille de ministre, est revu à la hausse. Selon la nouvelle déclaration, le mandat était rémunéré 73 338 euros net en 2018 et 62 216 en 2019. Des sommes là encore en hausse par rapport à la première déclaration, qui évoquait 64 420 euros en 2018 et autant en 2019.

    Au passage, cette déclaration rectifiée dévoile une information restée confidentielle jusqu’ici : M. Delevoye était rémunéré 74 526 euros net en 2018 comme Haut commissaire à la réforme des retraites, le poste qu’il occupait avant son entrée au gouvernement comme Haut commissaire aux retraites. Si on ajoute cette somme à son salaire de président de think tank, l’ensemble des rémunérations perçues par M. Delevoye en 2018 excède les 12 000 euros de revenus mensuels cumulés.

    « Je m’étais refusé à créer ma société de conseil, je n’aimais pas cela, je préférais m’engager aux côtés d’associations dotées d’une solide colonne vertébrale », explique au Monde M. Delevoye. « La preuve de ma bonne foi est que j’avais mis dans ma déclaration d’intérêts initiale, en toute transparence, cette fonction de président d’honneur de Parallaxe et la rémunération associée. Je n’avais rien à cacher et on ne m’avait prévenu que cela posait problème. ».

    Dans l’entretien qu’il a accordé au Monde, M. Delevoye assure avoir appris par la presse qu’il n’avait pas le droit de cumuler son portefeuille et la présidence rémunérée d’un think tank. Cette incompatibilité constitutionnelle ne lui avait, affirme-t-il, jamais été signifiée, ni par le Secrétariat général du gouvernement (SGG), ni par la HATVP. C’est en effet mardi 10 décembre seulement, au lendemain des révélations de la presse, que la lettre portant les demandes de précisions de la HATVP lui est parvenue. Une chronologie qui a de quoi interroger. L’usage veut en effet que les déclarations d’intérêt ou de patrimoine ne soient publiées qu’après un dialogue a été engagé entre le déclarant et l’autorité administrative de contrôle. Pour sa part, le Secrétariat général du gouvernement est censé disposer d’une copie de la déclaration d’intérêt une fois transmise à la Haute autorité, et est donc susceptible de repérer d’éventuelles anomalies.

    M. Delevoye ne s’en prend toutefois qu’à lui-même. « Je n’en veux à personne sauf à moi. Quand je fais une erreur, je l’assume. J’ai suffisamment dit que personne n’était au-dessus des lois pour ne m’appliquer ce principe à moi-même. Cela dit, j’étais de bonne foi et me dis que cet épisode aurait peut-être pu être évité si quelqu’un m’avait mis en garde. J’aurais immédiatement rectifié ma situation. Les choses auraient été différentes si j’avais été alerté. C’est ce que je me dis quand je regarde le prix que je paye sur le plan personnel et politique aussi. »

    Samedi, le haut-commissaire a reçu le soutien du premier ministre : « Je pense que la bonne foi de Jean-Paul Delevoye est totale » , a assuré au Parisien Edouard Philippe. Au Monde, M. Delevoye assure vouloir poursuivre sa mission : « Je ne m’accroche pas à mon poste mais j’ai réparé mon erreur et j’aimerais continuer à défendre et soutenir ce projet dans le souci du dialogue social et dans une démarche d’apaisement de notre société. » Toutefois il concède : « J’ai fait passer des messages et si mon erreur devait desservir la cause pour laquelle je me bats, ce projet de réforme des retraites auquel je crois et auquel je tiens, alors j’en tirerais les conséquences ».

  • Radiographie de la précarité étudiante | Univox
    https://soundcloud.com/radiocampus/univox-radiographie-de-la-precarite-etudiante

    Au delà des chiffres, des réactions politiques plus ou moins adroites, quelle est la réalité ? Que disent les étudiant·es ? Comment vivent-ils/elles ? Radio Campus vous propose un recueil de témoignages, chroniques et reportages réalisés par nos radios à Bordeaux, Metz-Nancy, Lille et Dijon et Radio Parleur. Durée : 30 min. Source : Radio Campus France | Free Listening on SoundCloud

  • La big data en santé, une mine d’or de 12 milliards d’euros pour la Grande-Bretagne
    https://korii.slate.fr/biz/donnees-medicales-data-securite-sociale-grande-bretagne-12-milliards-eur

    La NHS est assise sur un trésor convoité par l’industrie pharmaceutique. Des radios, des bilans sanguins, des examens du cœur, du cerveau, du foie, des tests génétiques, des résultats individuels ou en cohorte : les services de santé nationaux –la Sécurité sociale en France ou la National Health Service (NHS) en Grande-Bretagne– ont la main sur une somme colossale de données personnelles de santé. Big data et gros profits Celles-ci intéressent au plus haut point l’industrie pharmaceutique. C’est avec (...)

    #BigData #data #santé #NationalHealthSystem-NHS #BigPharma

    ##santé

  • Retraite et âge pivot : le malus risque de concerner plus de monde qu’on ne le croit
    https://www.lemonde.fr/argent/article/2019/12/13/retraite-et-age-pivot-le-malus-risque-de-concerner-plus-de-monde-qu-on-ne-le

    « Or le gouvernement n’a pas précisé si ce malus va s’appliquer à tous les assurés, quelle que soit leur durée d’assurance, ou uniquement à ceux qui ont la durée d’assurance requise pour le taux plein, à l’instar de ce qui existe actuellement dans le régime Agirc/Arrco. S’il devait s’appliquer à tous les futurs retraités, ce serait la double peine pour ceux qui n’ont pas la durée d’assurance requise. En plus de la décote de 1,25 % calculée en fonction du nombre de trimestres manquants, ils subiraient le malus de 5 % par an, s’ils partent avant l’âge pivot. Comme cela paraît peu vraisemblable, on peut supposer que le nouveau malus ne s’appliquera qu’à ceux qui ont le taux plein », explique Dominique Prévert, associé chez Optimaretraite.

  • France : « la prison chevillée au corps »
    https://www.prison-insider.com/articles/france-la-prison-chevillee-au-corps


    @etraces @chezsoi
    Les mesures alternatives à la prison concernent bien plus de personnes que celles qui sont incarcérées. Ces mesures prennent le pas, en France comme dans de nombreux pays occidentaux, sur la détention. Un peu plus de 70 000 personnes sont détenues au début de l’année 2019. Dans le même temps, elles sont 170 000 à être suivies en milieu ouvert.

    Le placement sous #surveillance_électronique repose sur un principe d’assignation et permet de purger sa peine à domicile. La prison chez soi, une étape vers la liberté ou une nouvelle forme de surveillance ? Franck Ollivon est enseignant-chercheur. Il est spécialiste en #géographie_carcérale et l’auteur de la thèse La prison chevillée au corps. Pour une approche géographique du placement sous surveillance électronique. #Prison_insider lui a posé trois questions.
    #contrôle #France

  • Les accidents du travail et les maladies professionnelles en hausse, Catherine Quignon
    https://www.lemonde.fr/emploi/article/2019/12/12/hausse-des-accidents-du-travail-et-des-maladies-professionnelles_6022568_169

    Selon les chiffres de l’Assurance-maladie, la sinistralité au travail est repartie à la hausse en 2018. L’Association des accidentés de la vie (Fnath) dénonce un système en état de « mort cérébrale ».

    En plein débat sur la réforme des retraites et la prise en compte de la pénibilité, l’Assurance-maladie jette un pavé dans la mare. Dévoilé le 3 décembre, son rapport annuel révèle une hausse globale de la sinistralité au travail. Les accidents du travail ont augmenté de 2,9 % en 2018 : au total, 651 103 cas ont été reconnus comme tels, dont 551 accidents mortels.

    Tous secteurs confondus, ils résultent essentiellement de manipulations manuelles (50 %) et de chutes (28 %). L’augmentation est particulièrement sensible dans le secteur des services, notamment l’aide à la personne et l’intérim (+ 5 %), suivis par les industries du bois, de l’ameublement et du papier carton (+ 4,5 %). Les secteurs les plus touchés sont le BTP, le transport et l’alimentation.
    Article réservé à nos abonnés Lire aussi Entre opacité des chiffres et indifférence des autorités, les morts au travail encore largement ignorés
    « La reprise économique explique en grande partie cette tendance », avance l’Assurance-maladie en guise d’explication, tout en rappelant que par rapport à la population active, la sinistralité demeure à un niveau historiquement bas : autour de 34 accidents pour 1 000 salariés depuis cinq ans, contre 45 pour 1 000 il y a vingt ans. Ce sont donc les créations d’emploi qui expliqueraient en partie ce bilan, bien que les effectifs intérimaires soient en baisse depuis le début de 2018.

    Conditions météorologiques difficiles
    L’Assurance-maladie souligne aussi que la mise en œuvre progressive de la déclaration sociale nominative (DSN) a pu mécaniquement augmenter le nombre d’accidents recensés. Il s’agit toutefois d’un retournement inexpliqué par rapport à l’année précédente, marquée par un recul des accidents du travail.

    Les accidents de trajet bondissent de 6,9 % en un an, poursuivant une hausse continue depuis 2015. L’Assurance-maladie met en cause les conditions météorologiques difficiles de l’hiver dernier.

    Après trois années de baisse, le nombre de maladies professionnelles reconnues est aussi à la hausse (+ 2,1 %) avec 49 538 cas supplémentaires en 2018, dont 88 % pour des troubles musculo-squelettiques (TMS). Le nombre d’affections psychiques liées au travail poursuit aussi sa progression (+ 23 %), avec 990 cas reconnus. Cette forte augmentation s’explique sans doute par la mise en lumière plus vive de ces pathologies (dépression, troubles anxieux…) ces dernières années. Le nombre de cancers professionnels reconnus, lui, reste stable depuis 2015.

    « Naïveté », « cynisme »
    L’Association des accidentés de la vie (Fnath) a vivement réagi à ces résultats. La principale association d’aide aux victimes d’accidents du travail a dénoncé dans un communiqué un système en état de « mort cérébrale », qualifiant l’argument de la reprise économique, utilisé par les auteurs pour expliquer l’augmentation des accidents du travail, de « naïveté », voire de « cynisme ».

    Dans son rapport, l’Assurance-maladie met aussi en avant les actions de terrain des caisses régionales, qui ont effectué en 2018 des visites dans près de 50 000 entreprises. Afin de développer les actions de prévention dans les entreprises, 32 millions d’euros d’aides financières ont été accordés en 2018. La convention d’objectifs 2018-2022 de l’Assurance-maladie-Risques professionnels prévoit une montée en charge de ces aides, qui passeront au minimum de 50 millions à 85 millions d’euros.

    Enfin, autre changement notable depuis le 1er décembre : la procédure de reconnaissance des accidents du travail et des maladies professionnelles a été refondue pour plus de lisibilité. Dans cette nouvelle mouture, l’employeur n’a plus que dix jours francs pour formuler des réserves, et les délais d’instruction du dossier ont été rallongés. Des modifications qui ne seront sans doute pas sans conséquences sur les taux d’accidents du travail et de maladies professionnelles reconnues.

    #accidents_du_travail #maladies_professionnelles #letravailtue

  • Retrait de La Cimade du CRA du #Mesnil-Amelot après une tentative de suicide dans ses bureaux

    Mardi 10 décembre, un homme a tenté de mettre fin à ses jours dans les bureaux de La Cimade au centre de rétention administrative (CRA) du Mesnil-Amelot. Avec le câble d’une lampe, il a tenté de s’étrangler, les équipes de La Cimade ont dû intervenir pour limiter les blessures liées à l’étranglement et alerter les secours. Suite à cet acte qui s’inscrit dans un contexte de violence institutionnelle extrême, une première période de retrait de 24 heures a été décidée.

    Ce retrait des équipes de La Cimade au CRA du Mesnil-Amelot intervient dans un contexte très violent, dénoncé régulièrement par La Cimade, notamment depuis l’entrée en vigueur de la loi Asile et Immigration qui a doublé la durée de l’enfermement passant de 45 jours à 90.

    La violence de la situation dans l’ensemble des CRA et en particulier au Mesnil-Amelot n’est pas nouvelle, le 11 juillet dernier, La Cimade s’était déjà retirée pour une période de trois semaines. Ce retrait historique était une première depuis le début de l’intervention de La Cimade en rétention en 1984.

    Moins de six mois après ce premier retrait, la politique répressive s’accentue. Les droits des personnes sont violés par les préfectures avec le consentement de la Place Beauvau.

    Depuis plusieurs semaines, des personnes sont enfermées au centre de rétention avant d’être renvoyées vers des pays en guerre ou dangereux comme le Soudan, l’Afghanistan et l’Iran. Par ailleurs, les actes de désespoir se sont encore multipliés : grèves de la faim, départs de feu, automutilations, etc. La semaine dernière, une personne enfermée tentait de se pendre après s’être déshabillée et couverte de ses excréments. Atteinte de troubles psychiatriques, elle affirmait ne pas avoir accès à son traitement depuis son enfermement au centre de rétention. Un exemple parmi bien d’autres de personnes gravement malades enfermées sans discernement par l’administration.

    La défense des droits des personnes enfermées est une mission prioritaire de La Cimade depuis 80 ans. Les violences infligées par l’administration, l’État et le gouvernement aux personnes étrangères ne sont plus tolérables et mettent en péril l’exercice de notre mission.

    La Cimade réitère ses condamnations de la politique migratoire et du tout enfermement voulue par le président Macron, elle appelle à un changement radical de paradigme.

    https://www.lacimade.org/presse/retrait-de-la-cimade-du-cra-du-mesnil-amelot-apres-une-tentative-de-suicid
    #suicide #tentative_de_suicide #rétention #détention_administrative #France #CRA

  • « On a frôlé la catastrophe sanitaire » : les services pédiatriques d’Ile-de-France au bord de la rupture, François Béguin
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/12/12/les-services-pediatriques-sous-pression-en-ile-de-france_6022560_3224.html

    Par manque de lits de réanimation, 22 enfants ont dû être transférés hors de la région francilienne cet automne.

    Personnels infirmiers manquants, lits de réanimation ou d’hospitalisation fermés… Cette année, l’épidémie hivernale de bronchiolite met à rude épreuve les services pédiatriques des hôpitaux un peu partout en France. Si des difficultés sont signalées à Bordeaux ou à Marseille, c’est en Ile-de-France qu’elles sont le plus visibles. Entre le 17 octobre et le 2 décembre, vingt-deux enfants – pour la plupart des nourrissons âgés de moins d’un an – ont dû être transférés hors de la région, à Rouen, Amiens, Caen ou Reims, faute de lits de réanimation pédiatrique disponibles.

    Ce nombre est exceptionnel : l’hiver dernier, il n’y avait eu que trois transferts. Les années précédentes, entre zéro et quatre. « On a frôlé la catastrophe sanitaire, si l’épidémie avait été plus intense, il y aurait certainement eu des morts », estime un chef de service sous le couvert de l’anonymat.
    A l’origine de cette situation, une pénurie d’infirmiers qui empêche la direction de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) de pourvoir une quarantaine de postes et la contraint à ne pas rouvrir au début de l’hiver une partie des lits dits « de soins critiques » destinés aux enfants et traditionnellement fermés l’été. Le 4 décembre, au plus fort de la crise, « il manquait 22 lits de ce type par rapport à ce qui devrait être ouvert en hiver », explique Noëlla Lodé, la représentante des cinq services mobiles d’urgence et de réanimation (SMUR) pédiatriques en Ile-de-France.

    Quinze lits ont été rouverts depuis, annonce jeudi 12 décembre, François Crémieux, le directeur général adjoint de l’AP-HP, qui assure que le groupe hospitalier « a mobilisé tous les moyens possibles en termes de ressources humaines » pour parvenir à pourvoir les postes infirmiers manquants, des postes « hyperspécialisés, nécessitant des temps de formation de deux à trois mois ».

    « Des difficultés à trouver une place »
    Au-delà de la gêne pour les familles des nourrissons concernés, cette crise a mis sous pression tous les services pédiatriques de la région. « Certains soirs, quand on prenait la garde, on savait qu’il n’y avait plus de lit de réa pour toute l’Ile-de-France, raconte Simon Escoda, le chef des services d’urgences pédiatriques de l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis. Sachant cette grande pénurie, on a gardé sur site des enfants qui avaient des marqueurs de sévérité significatifs qu’on aurait largement transférés dans d’autres situations. C’est un glissement de tâche contraint et forcé. Quant aux dix-huit transferts pour insuffisance respiratoire que nous avons dû faire, nous avons quasiment à chaque fois eu des difficultés à trouver une place. »
    Conséquence : « beaucoup d’énergie » consacrée à la recherche d’une place et à la surveillance du nourrisson, au détriment des autres tâches, entraînant « un retard des soins courants ». En novembre, la durée moyenne d’attente des consultations le soir aux urgences pédiatriques de Delafontaine était ainsi d’environ cinq heures, soit plus que l’hiver précédent. « Cette mise en tension permanente entraîne le système au bord de la rupture », déplore Laurent Dupic, réanimateur pédiatrique à l’hôpital Necker, qui évoque le « stress permanent » des soignants à qui il est demandé de « faire entrer et sortir très rapidement » les bébés hospitalisés, pour libérer des lits.

    Au-delà des services de « soins critiques » de l’AP-HP, plusieurs chefs de service de pédiatrie racontent souffrir d’un fort turn-over de leurs équipes soignantes, ainsi que des arrêts maladie non remplacés. « Les infirmières s’auto-remplacent, s’épuisent et finissent par craquer », raconte Simon Escoda, à Saint-Denis. « Les services sont exsangues, les gens ne veulent plus travailler dans ces conditions-là et s’en vont », résume Vincent Gajdos, chef de service à l’hôpital Antoine-Béclère, à Clamart (Hauts-de-Seine).

    « Il va il y avoir une catastrophe »
    Dans un témoignage saisissant relayé par le Collectif interhôpitaux, le chef de service de pédiatrie d’un établissement francilien décrit la difficulté de gérer l’épidémie avec une équipe composée d’un tiers de jeunes infirmières, dont certaines tout juste sorties d’école. « Je vous laisse deviner [leur] réaction face à un bébé de 3 ou 4 kg qui suffoque brutalement à cause de sa bronchiolite et qu’il faut intuber rapidement et brancher à un respirateur en attendant l’arrivée du SAMU pédiatrique qui est bloqué avec le transfert d’un autre patient ailleurs », écrit-il, estimant ne plus travailler « dans des conditions de sécurité, ni pour les patients, ni pour les soignants, ni pour nous autres, médecins ».
    Plusieurs chefs de service interrogés disent leur crainte d’un accident. « Si on reste comme ça, il va il y avoir une catastrophe, un enfant qui va mourir dans le camion d’un SMUR, dans un centre hospitalier ou pire, en salle d’attente. C’est la hantise de tout le monde », raconte l’un d’eux.
    Alertée sur cette situation de crise, la ministre de la santé, Agnès Buzyn, a diligenté le 4 décembre une mission « flash » de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) afin qu’elle fasse rapidement des « préconisations de court et de moyen terme pour résorber les tensions et optimiser la couverture des besoins » en lien avec le pic épidémique hivernal en Ile-de-France.

    Une décision mal reçue par une partie des chefs de service de l’hôpital Necker qui ont envoyé une lettre à la ministre – dont des extraits ont été publiés par Libération – pour faire valoir leur « profonde incompréhension » face au déclenchement d’une telle procédure alors que, selon eux, l’actuelle épidémie ne fait que révéler « les insuffisances d’une structuration hospitalière à bout de souffle ».
    La crise pourrait désormais prendre une tournure plus politique. Lors d’une réunion surprise, vendredi 6 décembre, avec les seuls chefs de service de l’hôpital Necker – l’établissement où elle exerçait auparavant – Mme Buzyn aurait directement mis en cause, selon les témoignages de plusieurs participants, la mauvaise anticipation de l’épidémie par la direction de l’AP-HP. Une mise en cause qui donnera un relief particulier aux conclusions des inspecteurs de l’IGAS, attendues d’ici au 19 janvier.

    #hôpital #soin #enfance #barbares

    • La maternité du CHU de Nantes saturée, Yan Gauchard
      https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/12/12/la-maternite-du-chu-de-nantes-saturee_6022624_3224.html

      Saturé, le service de maternité a transféré cette année plus de 100 femmes sur le point d’accoucher vers d’autres établissements, parfois en urgence.

      Le diagnostic ne souffre aucune contestation : la maternité du CHU de Nantes (Loire-Atlantique) est saturée. Configuré pour assurer 3 800 accouchements, le service pourrait, pour la première fois de son existence, frôler les 4 500 naissances à l’issue de l’exercice 2019, selon Sylvie Moisan, du syndicat FO.
      A la fin du mois de septembre, on dénombrait plus de cent parturientes transférées, parfois en urgence, vers d’autres établissements, publics comme privés. « Il y a des risques avérés pour les mamans, leurs bébés, et le personnel », dénonce Mme Moisan.

      Conditions de sécurité
      Interpellée le 26 septembre par les syndicats, Laurence Halna, directrice des soins au sein du pôle « femme, enfant, adolescent » du CHU, a livré ce constat accablant : « Notre objectif, c’est d’accoucher les femmes dans des conditions maximales de sécurité. Aujourd’hui, ce n’est pas le cas. »
      Dans un do­cument interne que Le Monde a consulté, Luc-Olivier Machon, directeur des ressources humaines, confirme la situation de « surchauffe » et partage le constat que le service n’est « plus dimensionné par rapport à l’activité enregistrée ».
      « A la question : est-ce que l’on peut continuer comme cela indéfiniment, la réponse est clairement : non », précise M. Machon.

      « On a des professionnelles épuisées, qui dépassent largement les quatorze heures par jour. »
      Dans ce même document, Marie, sage-femme, fait part de la « détresse » du personnel, et parle « d’équipes en souffrance ».« On a des professionnelles épuisées, qui dépassent largement les quatorze heures par jour », relève Roland ­Jaguenet, de la CGT (majoritaire).

      « Dans le vestiaire, dit Marie, on se prépare à aller en garde comme pour aller au front. » La dégradation des conditions de travail, observe la sage-femme, a commencé il y a deux ans. « Depuis 2017, chaque mois est un nouveau record. Là, on arrive au maximum de notre capacité. On a eu un été difficile, on s’est retrouvé face à une vague qu’on n’a pas pu contenir. »
      Une cellule de crise a été activée pour tenter de réguler les flux de patientes. Et la direction a expérimenté l’ouverture d’une unité éphémère de dix lits en secteur pédiatrique durant l’été. « C’était du bricolage, fustige M. Jaguenet. L’accueil des proches a été limité de façon drastique, et les agents ont couru dans tous les sens. »

      « Parfois, on se fait peur »
      Arrivée aux urgences du CHU « après avoir perdu les eaux », Marie Robinet, 23 ans, a été orientée, « après deux heures d’attente dans les couloirs », vers une clinique :
      « Je pensais que j’allais être invitée à monter dans une ambulance, prise en charge par du personnel habilité. Mais non : les agents ont désigné ma mère et mon petit ami, et ont dit : “Vous avez un véhicule, vous pouvez vous y rendre par vous-mêmes.” Vous n’allez pas accoucher dans la demi-heure qui suit… »
      La jeune femme décrit « une situation hyperstressante », et juge les conditions de son transfert « irresponsables », interrogeant : « Que serait-il arrivé si cela s’était mal passé ? »
      « Parfois, on se fait peur, énonce Marie, sage-femme. On apprend que la femme a accouché juste à son arrivée… C’est dur aussi en termes relationnels : il faut négocier avec les gens, les familles, les maternités. »
      La direction a créé, à la rentrée, douze postes pérennes, ainsi qu’un poste d’assistante sociale pour traiter la problématique des patientes en grande précarité. L’établissement, analyse M. Machon, est victime de son succès du fait de la qualité des soins dispensés, et de son haut niveau de prise en charge.
      Futur CHU
      Pour sortir de la crise, la direction prévoit de mettre en place, à compter du premier semestre 2020, un dispositif de formalisation des inscriptions, permettant, au besoin, d’aiguiller les patientes vers une maternité publique coopérant au sein du groupement hospitalier de territoire (Ancenis, Châteaubriant, Saint-Nazaire), ou des cliniques.
      « À partir du moment où l’on voit poindre de réels soucis de sécurité ou que l’on recourt à des transferts tardifs dans des conditions plutôt désastreuses pour la parturiente, il apparaît préférable d’anticiper l’afflux des patientes », justifie un cadre.
      La CGT doute du calibrage du futur CHU qui doit surgir de terre à l’horizon 2026, sur l’île de Nantes, au terme de 953 millions d’euros de travaux. Et ce, même si deux salles de naissance supplémentaires sont prévues dans la maternité. Les agents redoutent que les sorties précoces (moins de soixante-douze heures d’hospitalisation) se multiplient. « Sincèrement, je ne vois pas comment on peut en faire davantage », avertit une sage-femme.

      #maternité

  • Une intervention policière contestée à la fac de Lettres à Brest - Brest - LeTelegramme.fr
    https://www.letelegramme.fr/finistere/brest/une-intervention-policiere-contestee-a-la-fac-de-lettres-a-brest-10-12-

    Le président de l’UBO, Matthieu Gallou, a adressé un mail aux personnels de l’université dans lequel il écrit : « J’ai appris avec une vive émotion l’intervention policière musclée qui a eu lieu ce matin dans le hall de la BU de Lettres de Brest. Je tiens tout d’abord à exprimer ma profonde sympathie à l’égard des personnels et usagers de la BU, particulièrement choqués par cette intervention. J’ai immédiatement saisi Monsieur le sous-préfet de Brest, pour lui demander des explications, afin de faire la lumière sur ces faits qui ne correspondent pas à des usages remontant à presque 800 ans. Ceux-ci prévoient qu’en dehors de situations d’urgence absolue, les forces de l’ordre ne peuvent intervenir sur un site universitaire que sur réquisition du président. Le maintien de l’ordre universitaire est une lourde responsabilité, mais je tiens, sous le contrôle de la loi et de nos instances, à l’exercer pleinement, et à garantir ainsi le plein exercice des libertés académiques ».

  • Cartographie des accidents du travail mortels en France en #2019

    Recensement et cartographie réalisés par @DuAccident. Retrouvez les sources des différents accidents répertoriés sur le compte Twitter (@DuAccident) ou sur la page Facebook (Accident du travail : Silence des ouvriers meurent). Dernière mise à jour : 10/12/19


    https://www.google.com/maps/d/u/0/viewer?ll=46.26669048613361,0.38924557961183837&z=5&mid=1kzwBvaynV86MGfGxGsw
    #accidents_du_travail #travail #accidents #cartographie #visualisation #mourir_au_travail #décès #morts #France

    ping @reka @visionscarto