• « La réforme des #Retraites, c’est la goutte d’eau qui fait déborder la colère dans le monde du travail »
    https://www.bastamag.net/reforme-retraite-reconduite-de-la-greve-cheminots-SNCF-12-decembre

    Des assemblées générales se sont réunies partout en France ce mardi, au sein de divers secteurs. L’occasion de recueillir la parole de salariés ou d’étudiants. Reportage à Rennes. Mardi matin, à Rennes, les cheminots ont décidé en assemblée générale (AG) de poursuivre la grève. Les attaques portées contre le système de retraites et le durcissement de leurs #Conditions_de_travail renforcent leur détermination. Réunis en assemblée générale avant de rejoindre la manifestation rennaise qui a rassemblé de 8000 à (...) #Résister

    / #Luttes_sociales, #Syndicalisme, Conditions de travail, Retraites, A la une

  • Notre #enquête #vidéo : comment la police a #éborgné un « #gilet_jaune » le 16 novembre sur la #place_d’Italie à Paris
    https://www.lemonde.fr/police-justice/video/2019/12/11/notre-enquete-video-comment-la-police-a-grievement-blesse-un-gilet-jaune-le-

    "Le 16 novembre, à Paris, le manifestant « gilet jaune » Manuel Coisne est touché au visage par une grenade lacrymogène. Un projectile qui lui ouvre le globe oculaire gauche, et lui fait perdre définitivement l’usage de son œil.

    Grâce à la collecte et à l’analyse de plusieurs heures de vidéos, diffusées en direct ou publiées après la manifestation, et réalisées par des amateurs et des journalistes professionnels, l’enquête vidéo du Monde permet de reconstruire précisément la séquence qui a mené à grave blessure de Manuel Coisne.

    À la violence des échauffourées qui opposent manifestants et CRS à 14 h 40 succèdent au moins deux tirs de grenades lacrymogènes qui posent question. L’enquête du Monde révèle que l’un de ces tirs, effectué avec un angle de 15° et un dispositif de propulsion de 100 m, est très probablement celui qui a touché Manuel Coisne, situé 55 m plus loin.

    Dans cette affaire, une information judiciaire a été ouverte par le parquet de Paris pour « violences volontaires par une personne dépositaire de l’autorité publique suivies de mutilation ou infirmité permanente »."

  • Delevoye, BlackRock : oublis, lapsus et silences

    https://www.arretsurimages.net/chroniques/le-matinaute/delevoye-blackrock-oublis-lapsus-et-silences

    Autant dire que personne ne croit à ""l’oubli"". Et si personne n’y croit, c’est parce que chacun peut comprendre que le secteur de l’assurance complémentaire retraite (autrement dit, la retraite par capitalisation) a mécaniquement tout à gagner à une réduction des pensions de retraite, comme la promet la réforme Macron-Delevoye à l’immense majorité des pensionnés.

    L’impact médiatique ravageur de ""l’oubli"" de Delevoye est d’ailleurs à rapprocher du silence de la presse sur une révélation du « Canard Enchaîné » de la semaine dernière : Odile Benyahia-Kouider révélait qu’un salon de l’Elysée avait été privatisé, une demi-journée entière, pour la délégation d’un fonds d’investissement américain, BlackRock, fonds extrêmement attentif aux opportunités des réformes du système des retraites en France. Déjeuner à Matignon avec Edouard Philippe, puis, à l’Elysée, topos de 45 minutes de Muriel Pénicaud, Bruno Le Maire, Elisabeth Borne et Benjamin Griveaux. Bref, ce matin, la réforme des retraites est nue. Sa part d’inavouable est à nu, exhibée à tous les regards, seulement protégée par les LBD de la police. Et il fait froid, en décembre.

    Toute la presse reprend, avec guillemets, le scoop du Parisien sur « l’oubli » de Delevoye. Elle était plus discrète sur le scoop du Canard enchainé sur #BlackRock. et pourtant, ils disent la même chose.

    • Ce gouvernement royal n’est pas corrompu. Il est la Corruption portée en principe de gouvernement.

      Et la transparence ?
      – Delevoye oublie de déclarer son lien avec le monde de l’assurance !
      – La première adresse de En Marche était chez un dirigeant d’Axa.
      – Un des frère de Lemaire et le frère Sarkozy sont assureurs.
      – Mme Woerth a fait carrière chez Rothschild.
      – Eric est mis en examen.

      Hugues Le Maire, frère du ministre de l’économie Bruno Le Maire, qui a porté la loi PACTE qui ouvre la voie aux fonds de pension, est gérant d’un fond d’investissement Diamant Bleu gestion, qui a intérêt à ce que son frère fasse des retraites un marché.
      Jean-François Cirelli patron de BlackRock France connaît très bien Bruno Le Maire, habitués tous les deux des cercles chiraquiens. Selon Mediapart les deux hommes se seraient rencontrés en 2018 pour insérer ces dispositions dans le projet de loi PACTE.

      Le schéma ressemble à celui d’ADP, une haute fonction publique qui ne sert plus le bien commun mais ses intérêts personnels, vendant le pays à la découpe : industrie, infrastructures, retraites.

      Family business !

      Et pour « clore toute polémique », #Delevoye a démissionné ce matin de ses fonctions d’administrateur de l’IFPASS !
      Il a démissionné !
      Mais pas de la fonction qui lui rapporte de l’argent public !
      Cela signe son homme.

    • Extraits du Parisien sur l’omission de Delevoye :

      « Il ne faut évidemment pas exclure cette hypothèse, car de nombreux anciens de Bercy travaillent dans de puissants établissements qui ont intérêt à ce que le système actuel évolue en ce sens. Ancien conseiller de François Hollande à l’Élysée, Jean-Jacques Barbéris est par exemple aller pantoufler chez Amundi, la gigantesque filiale du Crédit agricole, qui est devenu l’un des experts de la sortie en capital avec le Perco.

      Mais surtout, un tel basculement ferait les affaires des fonds de pension et gestionnaires d’actifs américains les plus puissants, à commencer par la multinationale américaine BlackRock, qui est plus puissante que de nombreux États, avec un portefeuille de plus de 5 000 milliards d’euros, et dont le PDG, Larry Fink, est une sorte de chef d’État privé.

      Or il se trouve que le PDG de BlackRock France, Jean-François Cirelli, connaît très bien Bruno Le Maire. Ancien conseiller économique de Jacques Chirac à l’Élysée, puis PDG de Gaz de France, il a longtemps navigué, comme l’actuel ministre des finances qui porte ce projet de loi, dans les cercles chiraquiens du pouvoir. À Bercy, il se murmure même que les deux hommes se sont rencontrés récemment et que cela n’est pas étranger à cette disposition insérée dans ce projet de loi. Avant la mise en ligne de cet article, nous avions cherché à joindre Jean-François Cirelli, qui n’avait pas donné suite à notre demande. Trois jours plus tard, il nous a fait savoir qu’il contestait notre récit et niait avoir rencontre Bruno Le Maire.

      On peut aussi relever que le frère de Bruno Le Maire, Hugues Le Maire, qui a fait ses classes chez Rothschild, est le cofondateur de la société Diamant Bleu Gestion, qui intervient précisément sur ce secteur.

      Quoi qu’il en soit, c’est donc une disposition très inquiétante qui se profile. Au premier examen, on peut certes en minimiser l’impact, puisque l’épargne supplémentaire représente moins de 5 % de l’ensemble des cotisations versées au titre des trois systèmes de retraite, et les prestations, pas beaucoup plus de 2 % de l’ensemble.

      Il faut prendre cette disposition pour ce qu’elle révèle : alors que le gouvernement dévoilera une réforme des retraites, elle suggère dans quel état d’esprit il est prêt à travailler, en connivence avec des milieux financiers peu soucieux des logiques de solidarité. Et puis, si les retraites de base et les retraites complémentaires devaient devenir de moins en moins généreuses, avec des baisses de pouvoir d’achat de plus en plus considérables quand les actifs basculent dans la retraite, ces systèmes de retraite supplémentaire risqueraient de fortement monter en puissance.

      Car c’est là qu’est, le plus souvent, la grande hypocrisie du débat public sur les retraites. La main sur le cœur, un gouvernement peut jurer ses grands dieux qu’il ne fera rien contre les régimes de retraite par répartition. Mais si, par la suite, ces systèmes deviennent de moins en moins généreux, la capitalisation ne peut que prendre de plus en plus d’importance. C’est ce que suggère cette réforme, partie pour faire la part belle aux grands fonds de pension anglo-saxons. »

      Le conflit d’intérêt est le mode de gouvernement du néolibéralisme managérial : l’Etat au service du marché et sous le contrôle de la sphère actionnariale. Quels sont les intérêts servis par la destruction du système de retraite ?

      Bingo !

    • La presse « mainstream » (celle qui nous a mis du Macron en tête de gondole pour les présidentielles de 2017) semble s’acharner sur ce « pauvre » Jean-Paul qui pourrait bien être le nouveau fusible de cette république à la ramasse.

      https://www.nouvelobs.com/politique/20191211.OBS22225/jean-paul-delevoye-va-rembourser-140-000-euros-au-think-tank-dont-il-etai

      Comme le rappelle « Libération », il est cependant revenu au sein du groupe en janvier 2018 comme président d’honneur d’un think tank hébergé par HEP Education, intégré à l’IGS, Parallaxe, et ce pour une rémunération de 5 300 euros nets par moi. Somme qu’il percevait en parallèle des 8 300 euros par mois depuis septembre 2017 pour son poste de haut-commissaire à la réforme des retraites.
      Delevoye n’étant à l’époque pas encore membre du gouvernement, un tel cumul ne posait alors pas problème. C’est le 3 septembre 2019 cependant, lorsque Jean-Paul Delevoye devient haut-commissaire aux retraites, délégué auprès de la ministre de la santé, qu’il entre au gouvernement, tout en conservant son poste au sein de Parallaxe. Ce cumul devient alors proscrit par l’article 23 de la Constitution, comme le souligne « Libération » qui a fait appel à deux experts pour analyser la situation.

      Encore un nouvel « oubli par omission ». Mais de là à nous faire croire que le « haut-commissaire » serait l’arbre pourri qui cache la forêt des maléfices. Quand même ! ... Sauf si on en croit ceci : https://seenthis.net/messages/815376

  • L’ordre des médecins sévèrement critiqué par la Cour des comptes


    Dans un audit publié lundi, la Cour des comptes a condamné le fonctionnement de l’ordre des médecins, dénonçant sa gestion « dispendieuse » et de « graves lacunes » dans l’exercice de ses missions.

    Une gestion « dispendieuse » marquée par des « faiblesses, voire des dérives, préoccupantes », de « graves lacunes » dans l’exercice de certaines missions, de « sérieux dysfonctionnements » de la justice disciplinaire…

    La Cour des comptes a publié, lundi 9 décembre, un audit particulièrement sévère du fonctionnement de l’ordre des médecins, un organisme privé chargé d’une mission de service public, auquel 290 000 médecins sont tenus de s’enregistrer et de cotiser. Sitôt le rapport publié, l’ordre a annoncé en contester « des pans entiers », regrettant notamment que « de nombreuses actions correctives menées depuis presque deux ans » n’aient pas été prises en compte.
    Villa avec piscine sur les hauteurs de Marseille

    Premier axe de critique : les finances. A raison de 335 euros versés annuellement par chaque médecin en activité, l’ordre des médecins disposerait de « ressources abondantes, supérieures à ses besoins », avec près de 152 millions d’euros de réserve fin 2017. Combinée à de « grandes faiblesses managériales, organisationnelles et comptables », cette situation a favorisé des « pratiques contestables », estime la Cour.

    Le conseil régional de l’ordre de Provence-Alpes-Côte d’Azur (trois salariées) a par exemple acheté en 2012 sur les hauteurs de Marseille une villa « avec vue dégagée » de 318 mètres carrés, avec jardin et piscine, pour 1,7 million d’euros et 1,1 million de travaux. Le coût total des travaux du nouveau siège national de l’ordre, dans le 17e arrondissement de la capitale, n’a, pour sa part, « pas été maîtrisé ».

    La Cour des comptes relève en outre une politique salariale « particulièrement avantageuse » pour les salariés du Conseil national de l’ordre des médecins (CNOM), avec des salaires « élevés » et des primes « généreuses ». Les seize membres du bureau de ce conseil se sont partagé plus d’un million d’euros d’indemnités en 2017, le président touchant 9 177 euros brut d’indemnité forfaitaire chaque mois.

    https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/12/09/l-ordre-des-medecins-severement-critique-par-la-cour-des-comptes_6022207_322
    –---

    Ici les noms de ces dispendieux médecins, presque tous des hommes alors que la profession est majoritairement féminisé.
    https://www.conseil-national.medecin.fr/lordre-medecins/conseil-national-lordre/lorganisation-conseil-national

    Membre désigné par le Garde des Sceaux - M. Marcel POCHARD.
    Membre désigné par l’Académie nationale de médecine - Pr Jean-Pierre OLIE.

    Depuis juin 2019, le Conseil national est renouvelé par moitié tous les trois ans sur le mode paritaire hommes-femmes. Il en est de même pour les conseils départementaux et régionaux.
    Le Bureau
    Le bureau du Conseil national a été élu le 26 juin 2019 suite au renouvellement par moitié des conseillers nationaux du 20 juin 2019. Le Dr Patrick Bouet, président sortant, a été renouvelé pour un troisième mandat.

    Président : Dr Patrick BOUET

    Secrétaire général : Dr François ARNAULT

    Trésorier : Dr Walter VORHAUER

    Vice-présidents :

    Dr Marie-Pierre GLAVIANO-CECCALDI
    Dr Jean-Marcel MOURGUES
    Dr Gilles MUNIER
    Pr Serge UZAN

    Présidents de section :

    Section Ethique et déontologie : Dr Anne-Marie TRARIEUX
    Section Exercice professionnel : Dr François SIMON
    Section Formation et compétences médicales : Pr Robert NICODÈME
    Section Santé publique : Dr Bruno BOYER

    Délégué général aux relations internes : Dr Jacques MORALI
    Délégué général aux affaires européennes et internationales : Dr Jean-François RAULT
    Délégué général aux données de santé et au numérique : Pr Stéphane OUSTRIC

    Secrétaires généraux adjoints :

    Pr Bernard GUERRIER
    Dr Gérard ICHTERTZ
    Dr Pierre MAURICE

    Le Conseiller d’Etat assiste le Bureau avec voix délibérative (article L. 4132-4 du code de la santé publique).

    • Pour rappel l’an dernier c’etait pareil avec à l’époque une dénonciation de la violophilie du conseil. Cette année on s’en fout des violences sexuelles.

      Abus sexuels, comptabilité « insincère »… L’Ordre des médecins étrillé dans un rapport de la Cour des comptes

      Le Canard enchaîné, qui paraîtra mercredi 27 février, dévoile un rapport provisoire de la Cour des comptes qui esquinte l’Ordre des médecins, accusé de ne pas sanctionner des abus sexuels et de comptabilité « insincère ».

      https://www.ouest-france.fr/politique/institutions/cour-des-comptes/abus-sexuels-comptabilite-insincere-l-ordre-des-medecins-etrille-dans-u

      En fait non il y a toujours un grave problème de violophilie dans le conseil, c’est juste le journal le monde qui s’en fiche

      La Cour des comptes étrille la gestion des plaintes sexuelles par l’Ordre des médecins
      Dans un rapport publié ce lundi, la Cour des comptes dénonce la complaisance de l’Ordre à l’égard de praticiens soupçonnés d’agressions sexuelles et critique aussi le manque de rigueur financière. L’Ordre conteste en bloc.

      http://www.leparisien.fr/economie/la-cour-des-comptes-etrille-la-gestion-des-plaintes-sexuelles-par-l-ordre

      La Cour cite par exemple les procès de deux gynécologues de la région parisienne, d’un généraliste de la région Nord et de plusieurs psychiatres de la Sarthe. Pour l’un des gynécologues, condamné à huit ans de prison en 2014 pour le viol ou l’agression sexuelle de six patientes, la Cour rapporte qu’en 2012 l’Ordre a été condamné à indemniser une victime pour avoir couvert les agissements du médecin pendant plusieurs années. Après l’analyse d’une cinquantaine de décisions rendues par l’Ordre entre 2016 et 2017, elle relève des « irrégularités de procédure. Les plus fréquentes concernent des plaintes traitées comme de simples doléances ».

      43 % des plaintes rejetées. Entre 2014 et 2017, 150 plaintes concernant des atteintes sexuelles ont été enregistrées dans les chambres disciplinaires des ordres départementaux. 43 % ont fait l’objet d’un rejet. L’une d’elles parce que la plaignante n’avait pas acquitté le droit de timbre… Seules 12 % des plaintes ont en fait abouti à des radiations fermes. L’une d’elles, prononcée en 2016, concerne un médecin condamné par un tribunal correctionnel à six mois d’interdiction d’exercer en 2000, et qui avait récidivé en 2015… Le reste des plaintes s’est soldé par des blâmes ou des interdictions-suspensions toujours assorties de sursis.

      Un Ordre peu représentatif. Age, sexe… Quand elle a scanné l’ensemble des 3 311 conseillers ordinaux, le décalage avec la réalité a sauté aux yeux de la Cour : moins d’un tiers sont des femmes alors qu’elles représentent 46 % des médecins. Et si l’on remonte la hiérarchie, au sein du conseil national, elles ne représentent que 9 % des conseillers. Idem pour l’âge moyen : 68 ans au conseil national, contre 51 pour les médecins actifs. Enfin, malgré un généreux défraiement des conseillers ordinaux sollicités, la Cour a été surprise de son constat : « Le taux d’absentéisme aux scrutins ordinaux est de 75 % et le cumul des mandats fréquents ». Ceci explique peut-être cela.

  • Les femmes seront encore les grandes perdantes de la réforme des #Retraites
    https://www.bastamag.net/greve-5-decembre-retraites-femmes-reforme-inegalites-intox-gouvernement

    L’actuelle réforme des retraites profiterait aux femmes, c’est l’un des arguments du gouvernement. Sauf que le projet risque d’aggraver encore leur situation, alors que les retraitées sont déjà victimes de grandes #Inégalités. Explications. Le 27 novembre, Édouard Philippe sort de réunions avec syndicats et représentants du patronat sur son projet de réforme des retraites. Il défend que son système serait bénéfique pour les femmes « dont les pensions sont aujourd’hui en moyenne inférieures de 40 % à celles (...) #Décrypter

    / #Luttes_sociales, #Féminisme, Quel avenir pour nos #Protections_sociales ?, #Discriminations, Retraites, Inégalités, Protections sociales, A la (...)

    #Quel_avenir_pour_nos_protections_sociales_ ?

  • Forêts : 37 % des arbres européens sont menacés d’extinction
    https://www.nationalgeographic.fr/environnement/2019/10/forets-37-des-arbres-europeens-sont-menaces-dextinction

    Tigres, baleines, orangs-outans... Tous sont connus pour être menacés d’#extinction. Mais qui s’inquiète pour le sorbier, le marronnier ou l’orme ? Ces arbres, qui peuplent les #forêts européennes, courent pourtant le même danger que les espèces animales médiatisées : au moins 37 % des 454 espèces originaires d’Europe sont menacées. En septembre 2019, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a tiré la sonnette d’alarme, en publiant la première liste rouge des #arbres européens. Le but ? Sensibiliser le public et les autorités à cette problématique.

    https://portals.iucn.org/library/sites/library/files/documents/RL-4-026-En.pdf

  • 5 décembre : le mécontentement social est « plus fort » qu’en 1995, juge cet historien
    https://www.latribune.fr/economie/france/5-decembre-le-mecontentement-social-est-plus-fort-qu-en-1995-juge-cet-hist

    Le « mécontentement social » et la crise politique sont « plus forts » aujourd’hui qu’en 1995, mais on ne peut pas comparer la mobilisation de jeudi avec la crise d’il y a 24 ans, considère Michel Pigenet, professeur émérite d’histoire contemporaine (Paris I), dans un entretien à l’AFP.

    BERTILLE OSSEY-WOISARD - Les syndicats, notamment la CGT, font un parallèle entre cette mobilisation et celle de 1995, est-ce justifié ?

    MICHEL PIGENET - Ni politiquement, ni socialement et ni syndicalement.

    Politiquement, en 1995, Jacques Chirac vient d’être élu après une campagne menée sur le thème de la « fracture sociale ». Il prend à contre-pied l’opinion en lançant une réforme qui ne figurait pas dans son programme. Aujourd’hui, le projet, inscrit dans le programme d’Emmanuel Macron, arrive à la moitié du quinquennat.

    En 1995, les forces politiques au pouvoir ont un long passé. Le personnel politique en place aujourd’hui, à commencer par l’exécutif, manque sérieusement d’enracinement, sinon d’épaisseur, et, plus grave, de cette expérience qui permet de sentir, de manœuvrer, de négocier.

    Socialement, cette tentative de réforme vient après plusieurs autres généralement menées à bien, mais non sans protestations d’envergure et contre l’avis d’une large partie de la population. Que ce soit en 2003, 2008, 2010, 2016 et 2017. En 1995, Chirac et Juppé ont mis le feu aux poudres par « oubli » de précédents historiques. La dernière tentative de réforme des régimes spéciaux remonte à 1953. Le gouvernement se retrouva avec un mouvement de grève spectaculaire - jusqu’à 4 millions de grévistes - paralysant le pays pendant trois semaines et fut contraint de reculer. En 1995, on se persuade que les temps ont changé. La suite devait rappeler qu’on ne touche pas impunément à des régimes spéciaux. Les gouvernements veilleront à fractionner les réformes (entre 2003 et 2010). Or, cette fois, la « réforme Macron » vise l’ensemble des retraites. Après la crise des gilets jaunes, lancer ce défi est pour le moins audacieux.

  • Pour un inventaire des lieux d’accueil des « gens du voyage » - William Acker - Visionscarto
    https://visionscarto.net/inventaire-lieux-accueil

    Constatant l’absence de chiffres opposables aux pouvoirs publics sur l’isolement de ces zones et leur rôle dans les inégalités environnementales, le chercheur indépendant et voyageur William Acker a décidé de les recenser, département par département. Il présente ici son approche cartographique, avec l’inventaire des zones « d’accueil » d’un premier département, les #Yvelines (78).

    #cartographie #France #relégation #pollution #santé #inégalités_environnementales

  • Uber, Deliveroo… : sous l’emballage, le clivage social - Libération
    https://www.liberation.fr/france/2019/11/27/uber-deliveroo-sous-l-emballage-le-clivage-social_1765925

    Derrière un vernis de modernité, les plateformes de l’économie numérique adoptent les schémas classiques du capitalisme. Des trentenaires blancs diplômés d’école de commerce dirigent des jeunes de banlieue et issus de l’immigration, sans que les deux groupes ne se mélangent.

    #travail #lutte_des_classes

  • #Antisémitisme, #antisionisme : l’Assemblée valide le texte LREM
    https://information.tv5monde.com/info/antisemitisme-antisionisme-l-assemblee-valide-le-texte-lrem-da

    La résolution reprend la définition de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA), déjà validée par le Parlement européen et 20 pays dont 16 de l’#UE, et appuyée par Emmanuel Macron en février devant le Conseil représentatif des institutions juives de France (#Crif).

    #France
    #sans_vergogne

  • « La langue ne ment pas » est l’adaptation télévisuelle de l’ouvrage que Victor Klemperer (1881-1960) a écrit à partir de son journal intime, pour la période 1933-1947, LTI - Lingua Tertii Imperii. Carnet d’un philologue, 1947 (pour la version en allemand). Il y décortique la novlangue des nazis et leurs procédés discursifs.
    Œuvre d’un intérêt indéniable par les temps qui courent...


    Ci-dessus, une affiche publicitaire pour le Volksempfänger, la radio nationale ns, outil de la propagande de Goebbels&co.

    (Il y a eu des signalements sur seenthis, mais je ne vois pas le film.)

    Ici, l’adaption filmique en 4 parties :
    https://www.dailymotion.com/video/x13vw6


    https://www.dailymotion.com/video/x13xrd

    https://www.dailymotion.com/video/x13yin

    https://www.dailymotion.com/video/x13z50

    Sur le livre, multi-réédité et traduit :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Lingua_Tertii_Imperii

    #langage #novlangue #propagande #manipulation #troisième_Reich

    • @nepthys, tu faisais quoi il y a trois heures ? Vers 16h45 une prof nous a causé des inventions verbales de l’Indonésie de Suharto (Soeharto) et des mots que le régime a créés ou employés (imposant un mot dépolitisé pour « travailleurs », utilisant une langue ampoulée pour faire comprendre au populo qu’il est en de bonnes mains, etc.). Je lui ai parlé de Victor Klemperer et promis de lui envoyer des éléments. Cela fait, je les ai également partagés ici avant de voir ton post. Coïncidence ? Je ne pense pas...

      https://seenthis.net/messages/814101

    • Marrant comme tout. Outre mes recherches, c’est aussi ce que nous vivons aujourd’hui, ici, dans notre société du spectacle, qui me ramène encore et toujours à l’entre-deux-guerres. Prenons-en de la graine.

    • Au fait, @nepthys, tu connais ce livre d’Éric Hazan qui s’inspire de la démarche de Klemperer ?

      LQR | Raisons d’Agir
      http://www.raisonsdagir-editions.org/catalogue/lqr

      De modernité à gouvernance en passant par transparence, réforme, crise, croissance ou diversité : la Lingua Quintae Respublicae (LQR) travaille chaque jour dans les journaux, les supermarchés, les transports en commun, les « 20 heures » des grandes chaînes, à la domestication des esprits. Comme par imprégnation lente, la langue du néolibéralisme s’installe : plus elle est parlée, et plus ce qu’elle promeut se produit dans la réalité. Créée et diffusée par les publicitaires et les économistes, reprise par les politiciens, la LQR est devenue l’une des armes les plus efficaces du maintien de l’ordre.

      Ce livre décode les tours et les détours de cette langue omniprésente, décrypte ses euphémismes, ses façons d’essorer les mots jusqu’à ce qu’ils en perdent leur sens, son exploitation des « valeurs universelles » et de la « lutte antiterroriste ». Désormais, il n’y a plus de pauvres mais des gens de condition modeste, plus d’exploités mais des exclus, plus de classes mais des couches sociales. C’est ainsi que la LQR substitue aux mots de l’émancipation et de la subversion ceux de la conformité et de la soumission.

    • moi, je voudrais, quand je sors le nez de l’univers glauque de mes recherches, ne pas retrouver la même chose dans notre présent, et pourtant, ces mondes se superposent de plus en plus

    • En cherchant Victor Klemperer dans la barre de seenthis, je découvre Noémi Lefebvre
      https://seenthis.net/messages/667467

      Quelques citations des liens d’@antonin1

      « On vous affirme maintenant, on vous répétera plus tard qu’il ne faut pas revenir sur le passé. Ce n’est pas nous qui revenons sur le passé, c’est le passé qui menace de revenir sur nous. » Georges Bernanos

      En ouverture de La propagande du quotidien - LQR

      Il s’agit de faire le tableau d’une sourde oppression que toutes les sphères sociales exercent les unes sur les autres, d’une maussaderie générale mais inerte, d’une étroitesse d’esprit faite d’acceptation et de méconnaissance, le tout bien encadré par un système de gouvernement qui, vivant de la conservation de toutes les vilenies, n’est lui-même que la vilenie au gouvernement.
      Karl Marx, introduction à la critique de la philosophie du droit de Hegel.

      Et faites vite. Je perds mon temps à écouter vos conneries.
      Jean Genet, Le Balcon

      https://seenthis.net/messages/472419
      Et si la propagande nazi avait été télédiffusé ?
      Ce n’est pas le cas mais on n’en est plus très loin !

    • glossaire LTI

      Abendland 08
      abgeriegelt 91
      abgewandert 17
      abgrundtiefer Hass (der jüdischen Rasse) 26
      Achsenpartner 10
      Adressat abgewandert 17
      Aggressoren 23
      Aktion 0 f
      Alljude 26
      alte Kämpfer 2
      Amen 45
      Amtsverwalter 04
      Anführungszeichen (ironische) 6 f, 338
      Angriff (die Zeitung) 89
      ankurbeln 96 f, 201
      anlaufen lassen 01
      Anruf des Blutes 53
      anschauen 28 f, 184
      Apostroph 04
      Arbeitsbeschaffung durch den Führer 48
      Ari (Artillerie) 17
      arisch 4
      arisieren 16 f, 289
      arteigen 40 f
      artfremd 4, 123
      arthaft 40
      Asiatentum 08
      Asphalt 08 f
      Asphaltorgane 08
      Asphaltungeheuer 08
      auf Sieg kämpfen 95
      Aufbruch 88
      Auffangstelle 55
      aufgefangen 91
      aufgezogen 31
      aufgezwungen 26, 352
      Aufjudung 40
      Auflösung 38
      aufnorden 89, 206
      Aufnordung 40
      Auftrag 28
      aufziehen 1, 64 ff, 201, 253, 254
      Auschwitz 09
      auserwähltes Volk 38
      ausgerichtet 53
      ausradieren 66, 226
      ausrotten 27
      autarkes Europa 09
      Baldur 00
      BDM 11
      bei Fluchtversuch erschossen 19, 281
      Belange 37, 321
      Berichterstatter 90
      Bernd-Dietmar 01
      Bernd-Walther 01
      Bestallung 21
      betreut 04
      Betriebszellen 8
      betrügerisch 29
      beweglicher Verteidigungskrieg 90
      Bewegung 87 ff
      Bibel (des NS) 48
      blindlings 95
      Blitzkrieg , 289, 317
      blockadefestes Europa 09
      blonde He 96
      Blubo 06
      Blubodoktrin 55
      Blubokult 09
      Blut und Boden 45, 333
      Blutfahne 9,142
      bluthaft 41
      Blutorden 43
      Blutzeugen 42
      Bodenständigkeit 45
      Bodentreue 26
      Bombenterror 23
      Bomber 90
      Boxen 96 ff
      Brauchtum 10, 321, 326
      braune Bataillone 15
      braune Heer, das [die SA] 4
      braune Sturmabteilungen 2
      britischer Verrat an Europa 44
      Buchenwald, 09
      Burschenschaften 77
      Buße 05
      charakterlich 5, 247
      Christa 02
      Cleve, Werkstatt der guten Kinderschuhe 08
      conventrieren 64 f
      Dachorganisation 32
      DAF 21
      Das System [die Weimarer Verfassung] 27 ff
      Dauer 36
      Defaitismus 23
      Defätismus 23
      Der 57, 361
      Der andere (Sender) 51 f
      Der Führer 4, 339
      Der Jude 25
      Der jüdische Krieg 24, 220 ff, 230, 344
      Der Stürmer [die Zeitung] 89
      Der weiße Hirsch verjagt die Juden 59
      Detlef 01
      deutschblütig 23
      deutsche Mädel 11
      deutsche Menschlichkeit 21
      deutsche Verkehrsgemeinschaft 10
      Deutschland erwache! 17
      Deutschland über alles 17
      dezembrisieren 63
      die ewigen Belange 44
      Dieter 01
      Dietmar-Gerhard 01
      diffamieren 22
      diskrimieren 22
      diskriminieren 22
      Dissidenten 37
      Drittes Reich 51 f
      Du 35
      Durchbrechung der nationalen Schranke 38
      Durchbrüche 91
      durchleben 12
      Dynamik 25
      dynamisch 88
      Einbahnstraße nach Jerusalem 59
      Einbrüche 91
      eingestellt 98, 337
      Einheitsliste 2
      Einkesselungen 0
      einmalig 43, 280 f, 307
      Einmaligkeit 21
      Einmannflugzeug 45
      Einstellung 98
      Eintopf 10 f
      elastische Front 91
      Emigranten 1
      Emigrantenmentalität 1
      Endsieg 0, 317
      England ist keine Insel mehr 09, 221
      englische Städte ausradieren 53
      Engpässe 92, 248
      ent-
      entbittern
      entdunkeln
      Entgrenzung 69
      entjuden 89
      Entpflichtung 21
      entrümpeln
      Entwurzelung 38
      Er ist privilegiert 18
      erdnah 38
      Erlebnis 12
      ehrwürdige Kontinent, der 09
      Europa 06 ff
      ewig 43, 280, 336
      Fahrjuden 48
      Fanatiker 7, 77 ff, 195, 226, 244
      fanatisch kämpfende Truppen 2
      fanatische Deutsche 44
      fanatischer Glauben 1
      fanatisches Bekenntnis 1
      fanatisches Gelöbnis 1
      Fanatismus 7, 77
      Feierstunde 28
      feige 29
      fernbetreut 05
      Festung Berlin 91
      Festung Deutschland 91
      Festung Europa 09, 291
      finstere Horden 39
      Flintenweib 11
      freikämpfen, sich 93
      freisinnige und sozialdemokratische Judenknechte 48
      Frontbegradigung 91
      Frontsoldat 8
      Frontverkürzung 91
      Führer befiehl! 17
      Führer, befiehl, wir folgen. 04
      Führers Geburtstag 57 f
      Für Juden verboten 52
      Garant [des Friedens] 22
      Gau 08
      geerbt 83
      Gefolgschaft 59, 253, 302 ff, 337
      Gefolgschaftssaal 02, 312
      Gefühl 37 f
      Gegenterror 23
      geholt 38 f
      gemeisterte Krise 92 f
      General Hunger 92
      General Winter 92
      gerissen 29
      geschult 81
      Gesetz des Handelns 53
      gesundes Rechtsempfinden 05
      getarnter Jude 53
      getarntes Stück 53
      gleichgeschaltet 53, 340
      gleichschalten 99
      Gleichschaltung 02
      Gräuelmärchen 4
      Gräuelpropaganda 4
      Grenzenlose, das 38
      Groschengrab 14
      groß- 83
      gründlich 30
      gut eingespielte Lenkung 01
      gut geschult 81
      Halbjude 17, 253
      Hauptstadt der Bewegung [München] 89
      Heidrun 01
      Heil Hitler 26
      heiliger Volkskrieg 28
      heim 06
      heimfinden 36
      heldenhaft 8
      Heldentum 1 ff
      heldisches Verhalten 0 ff
      Hellerberg 09
      hereinlassen [die Feinde] 93
      Hermann Meier 66
      heroische Instinkte 15
      heroischer Widerstand 1 ff
      Heroismus 1 ff
      Hersta der Wigru (Herstellungsanweisung der Wirtschaftsgruppe) 17
      Herzland Bulgarien 12
      Hib-Aktion (Hinein in die Betriebe) 19
      Hinaus mit uns! 59
      hinausschleusen 01
      hineinschleusen 01
      historisch 3, 143, 270, 283
      Hitlerjungen 11
      HJ 21
      holen 38 f, 347
      Horst-Wessel-Lied 15
      Humanität 80, 207, 321
      hundertfünfzigprozentig 79
      hundertprozentig 79
      Ich bin privilegiert 18
      Ingenieur der Seele 02 f
      Ingrid 01
      Instinkt 05
      Insuffizienz des Herzmuskels 19
      Intelligenz 07
      Internationales Judentum 4
      Invasion 23
      Invasoren 23
      Israel 02
      Ja 2
      JMA (Jüdische Märchenagentur) 37
      Juda 26
      Juda verrecke! 17
      Jude 38
      Juden unerwünscht 52
      Juden! [Schild mit der Aufschrift] 02
      Judenausrottung 26
      Judengottesdienst 28
      Judenhaus 16
      Judenhure 29
      Judenkeller 40 f
      Judenknecht 29
      Judenpapst 37
      judenrein 16
      Judenstämmlinge 17
      Judenstern 13
      jüdisch 07, 226
      jüdischbolschewistische Kulturlosigkeit 26
      jüdische Brille, die 33 ff, 240
      jüdische Geist, der 0
      jüdische Krieg, der 24, 220 ff, 230, 344
      jüdisch-kapitalistisches Ausbeutungssystem 26
      jüdisch-marxistische Weltanschauung 26
      Jüdlein 29
      Jungen und Mädel 11
      Kadaververwertung 92
      Kakfif (Kommt auf keinen Fall in Frage) 16
      kämpferisch 4, 25
      kämpferische Mannesjahre 53
      Kapp-Putsch 21
      Kassation 23
      Klau 14
      kleine Pgs 5
      Knif (Kommt nicht in Frage) 16
      kochende Volksseele 05
      Kohlenklau 12 ff
      Konzentrationslager 1 f, 56, 61, 236
      Konzertlager [Konzentrationslager] 36
      körperliche Ertüchtigung 1
      Kötzschenbroda 37
      Kradschütze 21
      Kraftströme 00
      krank geschrieben 36
      Krankenbehandler 28, 248
      Kriegserweiterung 22
      Kriegspotential 23
      Krise der abendländischen Menschheit 92, 328
      Krisen 92
      Krisen meistern 48
      Krista 02
      krummnasig 29
      krummnasiger Intellektualismus 29
      Landekopf 0
      Landflucht 25 f
      Landsturm (1813) 89
      Landvolkpsychologie 26
      Lastwagen 90
      Laubhüttenland 54
      Laufjuden 48
      Lea 02
      lebensfroh 57
      Lenzing 21
      liquidieren 93, 323
      listig 29
      Litzmannstadt / Litzmannstadt-Ghetto (eigtl. Lodz) 08
      Luftpiraten 64
      Luftterror 23
      lüttichieren 62
      Machtübernahme 22
      Mann aus Großdeutschland 39
      Männer 94
      Märchenhaftigkeit 78
      Margit 01
      Marxismus 38
      Meier heißen 66, 353
      melden [zur Gestapo bestellt sein] 37 ff
      Menschenmaterial 91
      Messestadt Leipzig 08
      MG 21
      Minenklau 14
      Mischling 53
      Mischlinge ersten Grades und anderen Grades 17
      Motor 37
      München, die Stadt der Bewegung 08
      Mundfunk 37
      nationale Erhebung 5
      nationalsozialistische Revolution 5
      Nervenkrieg 0, 317
      nervöse Entartung 41
      neu aufgeladen 00
      neue Waffe 93, 345
      neues deutsches Weihelied [Horst-Wessel-Lied] 15
      nichtarisch 4, 217
      nichtarische Christen 37
      niedermachen 93
      niederrassig 23
      niederreißende Kritik 38
      nomadisch vorhanden 29
      nordisch 23
      nordische Mathematik 34
      Novemberlinge 0
      Nürnberg, die Stadt der Parteitage 08
      Objektivitätsfanatiker 0
      Ordnungsmacht 10
      Organisation [organisch vs. systematisch] 29
      organisieren 33
      organisiert 24
      österreichische Bewegung [Zionismus] 65
      Ostmark 08, 336
      parasitär 29, 254
      patriarchalische Bindung 09
      peripherische Erfolge 91
      Philosophie [vs. Weltanschauung] 28
      plattfüßig 29
      Polenklau 14
      politisch unzuverlässig 9
      Polizeiaktion 1
      Popo (Penne ohne Pause oben) 16
      Privilegierte 18
      Ramses 54
      Rassegenossen 5
      Rassenkunde 76 f
      Rassenlehre 71
      Rassenschande 23, 228
      rassenseelische Anlagen 26
      Rathenaubeseitiger 6
      Räuberhöhlen [Synagogen] 28
      Raum 81
      Reaktion 15
      rechtens 21
      Rechtskonsulent 94, 228
      Reich 49
      Reichshauptstadt [Berlin] 97
      Reichstagsbrand 2
      rein arisches Geschäft 16
      Reinrassigkeit 74
      Reitersturm 89
      Republik 49
      Retter / Retter Deutschlands [Hitler] 5, 339
      Röhmrevolte 21
      römisch 07
      rote Hetzer 39
      Rotfront 15
      Rückschlag 91
      SA 1
      säkular 22
      Sarah 02
      Saujuden 49
      Schande von Nürnberg, die 28
      Schau 29, 186 f
      schauen 86 f
      schlagartig 0
      schlagartige Aktion 89
      Schneckenoffensiven 92
      Schneckentempo 92
      Scholle 45, 252
      schuldbewusst 27
      schwarzer Tod 29
      Schweinemord 64
      schwer 36
      septembrisieren 62
      sichergestellt 83
      Sie 35
      Sieg 17
      Sippe 06, 253
      Sippenkunde 64
      sonnig 57, 188 ff
      spontan 1, 305
      Sprachungetüme 17
      Sprechchöre 16
      Spruchbänder 16
      spuren 01
      SS 1
      Staatsakt 3, 61 f
      Stadt des Volkswagenwerks bei Fallersleben 08
      Stellungsfront 87 f
      Steppe 08, 344
      Stern 13
      Stimme des Blutes 36
      Stimme des Volkes [Goebbels] 85
      Stolz 56
      stolze Freude 56
      Strafexpedition 0 f
      strahlend 57
      Straßen des Führers, die 96
      Stück (Gefangene) 92
      Stummelwörter 17
      Stundenklau 14
      Sturm 0 f, 289
      Sturmabteilung 89
      Sturmgeschütz 89
      Sturmtrupps 89
      syrisch 07
      System (Rosenberg) 30
      Systemzeit 27 ff
      Tarnung 90
      Taufbedingung 77
      tausend 80
      Teppichfresser [Hitler] 5 f
      Terror 23
      teuflische Gifte der Zersetzung 39
      Theresienstadt, 09
      tiefe Einbrüche 91
      tödliche Gleichmacherei 38
      total 79 f
      totaler Staat 5
      Totalität 29
      Tradition 36
      Traditionsgau [Nürnberg] 08, 321
      Treck 06 f
      überholen 01
      Übermensch 6
      überrollen 56
      Umbruch 45, 253
      unbändig 37
      unbekannter Soldat 39
      unser Doktor [Goebbels] 97, 324
      Unterhöhlung 38
      Untermensch 6
      Untermenschentum 21
      unvorstellbar 77, 279
      Unzuverlässigkeit [der Juden] 09
      urwüchsige Bodenverwurzeltheit 09
      Uta 01
      Uwe 01
      V 93 f
      V2 45
      verankern 96 f
      verdeckter Stern 19
      Vergeltung 64
      Vergottung 47 ff
      verjudete Lage 48
      Verlautbarung 66
      Vermassung 02, 221
      Vernichtungsschlachten 0
      Verniggerung 71
      verreist [inhaftiert] 36
      Versailler Diktat 48
      Versteppung 08, 221
      Volk 5, 308
      Volk der Juden 46
      volkhaft 53, 340
      völkische Belange 47
      völkische Gesichtspunkte 8
      volksbewusst 08
      volksentstammt 5
      Volksfest 5
      volksfremd 5, 308
      Volksgemeinschaft 5
      Volksgenosse 5, 308
      Volkskanzler 5, 308
      volksnah 5, 308
      Volksschädling 08
      Volksschädlingsbekämpfer 31
      Volkssturm 89, 311
      voll ausgelastet 01
      völlig arisiertes Unternehmen 16
      Volljuden 17
      vollwertige Deutsche 07
      vordergründig 26
      Vorfeld 91
      Vorfeld Afrika 91
      Vorsehung, die 44
      Vortrupp 53
      Wandernder Kessel 0
      Warthegau 08
      Waschjuden 49
      wasserscheu 29
      Wehrkraftzersetzung 23
      Wehrsport 0 f, 52
      Weimarer Parlamentarismus 28
      Welt 81 f, 338
      Weltanschauung 28 f, 184 ff
      Weltanschauungsgerede 84
      Weltflucht 38
      Weltgeschichte 81
      Weltherrschaft 38
      Weltjuden 4
      Weltjudenschaft 46
      Weltjudentum 4, 344
      Weltkrise 92
      Wende 46, 358
      wendisch 07
      Werwölfe 11
      Wesen des Dynamischen 25
      Wesensmitte 5
      Westmark 08
      Winterhilfe 0, 311
      Wunderwaffe 45
      zackig 20
      zahllos 77, 279
      Zahnbehandler 47
      Zähnejude 48
      zerfasernder Intellekt 38
      Zersetzung 38

    • Proust aussi avait fait une critique de la langue en temps de guerre. C’était une critique artiste, qui se moquait des tics de langage, mais qui était mise sur le dos d’un nationalisme bon teint, d’une manière de se tenir au chaud où les cuisinières partageaient le sort des généraux en parlant un peu comme eux... C’est de cette époque que date le mot « limoger » par exemple.

  • « Défaire les confusions servant l’ordre dominant » Jacques Rancière, Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/031219/jacques-ranciere-defaire-les-confusions-servant-l-ordre-dominant

    Quelles sont les racines de la crise démocratique actuelle ? Comment comprendre la simultanéité des révoltes contemporaines ? Quinze ans après la publication de son ouvrage analysant les contours de la « haine de la démocratie », éléments de réponse avec le philosophe Jacques Rancière.

    Alors que des révoltes s’emparent de plusieurs pays sur tous les continents ; que la France s’apprête à un mouvement social contestant, au-delà de la réforme des retraites, l’accentuation des réformes d’inspiration néolibérale ; et que la politique traditionnelle ne semble guère offrir qu’une fausse alternative entre des « progressismes » et des « autoritarismes » dont le dénominateur commun est leur subordination aux intérêts financiers, le philosophe Jacques Rancière revient pour Mediapart sur ces basculements politiques et intellectuels pour tenter de « défaire les confusions traditionnelles qui servent l’ordre dominant et la paresse de ses prétendus critiques ».

    Quinze ans après la publication de La Haine de la démocratie (La Fabrique), quel tour a pris la mutation idéologique que vous décriviez alors ?

    Jacques Rancière : Les thèmes du discours intellectuel « républicain » que j’avais analysés alors se sont diffusés largement et, en particulier, ils ont alimenté l’aggiornamento de l’extrême droite qui a bien vu l’intérêt qu’il y avait à recycler les arguments racistes traditionnels en défense des idéaux républicains et laïques. Ils ont également servi de justification à un certain nombre de mesures de restriction des libertés comme celles qui proscrivent tel habillement et demandent à chacun d’entre nous de s’offrir à visage nu au regard du pouvoir.
    On peut dire à la fois que ces thèmes ont étendu leur empire et qu’ils ont plus clairement laissé voir leur obédience par rapport aux puissances dominantes. La haine intellectuelle de la #démocratie s’est de plus en plus montrée comme le simple accompagnement idéologique du développement vertigineux des #inégalités en tout genre et de l’accroissement du pouvoir policier sur les individus.

    Le terme de populisme, dans son emploi péjoratif, constitue-t-il le nouveau visage principal de cette haine de la démocratie qui prétend défendre le gouvernement démocratique à condition qu’il entrave la civilisation démocratique ?

    Populisme n’est pas le nom d’une forme politique. C’est le nom d’une interprétation. L’usage de ce mot sert à faire croire que les formes de renforcement et de personnalisation du pouvoir étatique qu’on constate un peu partout dans le monde sont l’expression d’un désir venant du peuple, entendu comme ensemble des classes défavorisées. C’est toujours la même grosse ficelle qui consiste à dire que, si nos États sont de plus en plus autoritaires et nos sociétés de plus en plus inégalitaires, c’est en raison de la pression exercée par les plus #pauvres qui sont bien sûr les plus ignorants et qui, en bons primitifs, veulent des chefs, de l’autorité, de l’exclusion, etc. On fait comme si Trump, Salvini, Bolsonaro, Kaczyński, Orbán et leurs semblables étaient l’émanation d’un petit peuple souffrant et révolté contre les élites. Or ils sont l’expression directe de l’#oligarchie_économique, de la classe politicienne, des forces sociales conservatrices et des institutions autoritaires (armée, #police, Églises).

    Que cette oligarchie s’appuie par ailleurs sur toutes les formes de supériorité que notre société laisse à ceux qu’elle infériorise (des travailleurs sur les #chômeurs, des Blancs sur les basanés, des hommes sur les #femmes, des habitants des provinces profondes sur les esprits légers des métropoles, des gens « normaux » sur les pas normaux, etc.), c’est certain. Mais ce n’est pas une raison pour mettre les choses la tête en bas : les pouvoirs autoritaires, corrompus et criminels qui dominent aujourd’hui le monde, le font d’abord avec l’appui des #nantis et des #notables, pas avec celui des déshérités.

    Que vous inspirent l’inquiétude affichée par beaucoup vis-à-vis de la fragilité des institutions démocratiques existantes et les nombreux ouvrages annonçant la fin ou la mort des démocraties ?

    Je ne lis pas trop la littérature catastrophiste et j’aime assez l’opinion de Spinoza pour qui les prophètes étaient d’autant mieux placés pour prévoir les catastrophes qu’ils en étaient eux-mêmes responsables. Ceux qui nous alertent sur la « fragilité des institutions démocratiques » participent délibérément à la confusion qui affaiblit l’idée démocratique. Nos institutions ne sont pas démocratiques. Elles sont représentatives, donc oligarchiques. La théorie politique classique est claire là-dessus même si nos gouvernants et leurs idéologies se sont employés à tout embrouiller. Les institutions représentatives sont par définition instables. Elles peuvent laisser un certain espace à l’action des forces démocratiques – comme cela a été le cas des régimes parlementaires au temps du #capitalisme_industriel – ou tendre vers un système monarchique. Il est clair que c’est la dernière tendance qui domine aujourd’hui.

    C’est notamment le cas en France où la Cinquième République a été conçue pour mettre les institutions au service d’un individu et où la vie parlementaire est entièrement intégrée à un appareil d’État lui-même entièrement soumis au pouvoir du capitalisme national et international quitte, bien sûr, à susciter le développement des forces électorales qui prétendent être les « vraies » représentantes du « vrai » peuple.

    Parler des menaces pesant sur « nos démocraties » a alors un sens bien déterminé : il s’agit de faire porter à l’idée démocratique la responsabilité de l’instabilité du système représentatif, de dire que si ce système est menacé, c’est parce qu’il est trop démocratique, trop soumis aux instincts incontrôlés de la masse ignorante. Toute cette littérature travaille finalement pour la comédie réglée des seconds tours de présidentielle où la gauche « lucide » se serre autour du candidat de l’oligarchie financière, seul rempart de la démocratie « raisonnable » contre le candidat de la « démocratie illibérale ».

    Les critiques sur les désirs illimités des individus de la société de masse moderne se sont accentuées. Pourquoi ? Comment expliquez-vous qu’on retrouve ces critiques sur tous les bords de l’échiquier politique ? S’agit-il de la même chose chez Marion Maréchal-Le Pen ou chez Jean-Claude Michéa ?

    Il y a un noyau dur invariant qui alimente des versions plus ou moins de droite ou de gauche. Ce noyau dur a d’abord été forgé par les politiciens conservateurs et les idéologues #réactionnaires du XIXe siècle, qui ont lancé l’alerte contre les dangers d’une société où les capacités de consommer et les appétits consommateurs des pauvres se développaient dangereusement et allaient se déverser en torrent dévastateur pour l’ordre social. C’est la grosse astuce du discours réactionnaire : alerter contre les effets d’un phénomène, pour imposer l’idée que ce phénomène existe : que les pauvres, en somme, sont trop riches .

    Ce noyau dur a été récemment ré-élaboré « à gauche » par l’idéologie dite républicaine, forgée par des intellectuels rancuniers à l’égard de cette classe ouvrière en qui ils avaient mis toutes leurs espérances et qui était en train de se dissoudre. Le grand coup de génie a été d’ interpréter la destruction des formes collectives de travail commandée par le capital financier comme l’expression d’un « individualisme démocratique de masse » issu du cœur même de nos sociétés et porté par ceux-là mêmes dont les formes de travail et de vie étaient détruites.
    À partir de là toutes les formes de vie commandées par la domination capitaliste étaient ré-interprétables comme des effets d’un seul et même mal – l’individualisme – auquel on pouvait, selon son humeur, donner deux synonymes : on pouvait l’appeler « démocratie » et partir en guerre contre les ravages de l’égalitarisme ; on pouvait l’appeler « libéralisme » et dénoncer la main du « capital ». Mais on pouvait aussi rendre les deux équivalents et identifier le capitalisme au déchaînement des appétits consommateurs des petites gens.

    C’est l’avantage d’avoir donné le nom de « libéralisme » au capitalisme absolutisé – et, par ailleurs, parfaitement autoritaire – qui nous gouverne : on identifie les effets d’un système de domination avec ceux des formes de vie des individus . On pourra donc, à son gré, s’allier aux forces religieuses les plus réactionnaires pour attribuer l’état de nos sociétés à la liberté des mœurs incarnée par la PMA et le mariage homosexuel ou se réclamer d’un idéal révolutionnaire pur et dur pour faire porter à l’individualisme petit-bourgeois la responsabilité de la destruction des formes d’action collectives et des idéaux ouvriers.

    Que faire face à une situation où la dénonciation d’une façade démocratique dont les lois et les institutions ne sont souvent que les apparences sous lesquelles s’exerce le pouvoir des classes dominantes, et où le désenchantement vis-à-vis de démocraties représentatives ayant rompu avec toute idée d’égalité donne de l’espace à des personnages de type Bolsonaro ou Trump qui accroissent encore les inégalités, les hiérarchies et les autoritarismes ?

    Ce qu’il faut d’abord, c’est défaire les confusions traditionnelles qui servent également l’ordre dominant et la paresse de ses prétendus critiques. Il faut, en particulier, en finir avec cette doxa héritée de Marx qui, sous couleur de dénoncer les apparences de la démocratie « bourgeoise », valide en fait l’identification de la démocratie avec le système représentatif. Il n’y a pas une façade démocratique sous le masque de laquelle s’exercerait la réalité du pouvoir des classes dominantes_[je vois pas comment on peut faire de ce voile-là -attesté, jusqu’à Lordon aujourd’hui- l’entièreté ni même l’essentiel de l’analyse de l’État chez Marx, d’autant plus si on prend au sérieux les fruits les moins blets de cette critique, L’État et la révolution de Lénine ne propose rien d’autre que la destruction de l’État et les operaïstes italiens caractérisent après Marx l’État comme #capitaliste_collectif. La phrase qui suit n’est dans la période qu’une irréfutables évidence qui invite à prendre en compte les contradictions des dominants et de tous les #militants_de_l'économie, ndc]_. Il y a des institutions représentatives qui sont des instruments directs de ce pouvoir.

    Le cas de la Commission de Bruxelles et de sa place dans la « Constitution » européenne aurait dû suffire à éclairer les choses. On a là la définition d’une institution représentative supranationale où la notion de représentation est totalement dissociée de toute idée de suffrage populaire. Le traité ne dit même pas par qui ces représentants doivent être choisis. On sait, bien sûr, que ce sont les États qui les désignent mais aussi qu’ils sont en majorité des anciens ou de futurs représentants des banques d’affaires qui dominent le monde. Et un simple coup d’œil sur le périmètre des sièges de sociétés dont les immeubles entourent les institutions de Bruxelles rend tout à fait inutile la science de ceux qui veulent nous montrer la domination économique dissimulée derrière les institutions représentatives.
    Encore une fois, Trump pourrait difficilement passer pour un représentant des paumés de l’Amérique profonde et Bolsonaro a été immédiatement adoubé par les représentants des milieux financiers. La première tâche est de sortir de la confusion entre démocratie et représentation et de toutes les notions confuses qui en sont dérivées – du genre « démocratie représentative », « populisme », « démocratie illibérale », etc. Les #institutions démocratiques ne sont pas à préserver contre le péril « populiste ». Elles sont à créer ou à recréer. Et il est clair que, dans la situation actuelle, elles ne peuvent l’être que comme des #contre-institutions, autonomes par rapport aux institutions gouvernementales.

    La haine de la démocratie est-elle comparable quand elle prend la forme de la nostalgie dictatoriale d’un Bolsonaro ou l’apparence bon enfant d’un Jean-Claude Junker expliquant qu’il ne peut « y avoir de choix démocratique contre les traités européens » ? Autrement dit, doit-on et peut-on hiérarchiser et distinguer les menaces qui pèsent sur la démocratie, ou bien la différence entre les extrêmes droites autoritaires et les technocrates capitalistes prêts à réprimer violemment leurs peuples n’est-elle que de degré et pas de nature ?

    Il y a toutes les nuances que l’on veut entre ses diverses formes. Elle peut prendre appui sur les forces nostalgiques des dictatures d’hier, de Mussolini ou de Franco à Pinochet ou Geisel. Elle peut même, comme dans certains pays de l’Est, cumuler les traditions des dictatures « communistes » avec celles des hiérarchies ecclésiastiques. Elle peut s’identifier plus simplement aux incontournables nécessités de la rigueur économique, incarnées par les technocrates bruxellois. Mais il y a toujours un noyau commun.
    Juncker n’est pas Pinochet. Mais on s’est rappelé récemment que les puissances « néolibérales » qui gouvernent au Chili le font dans le cadre d’une constitution héritée de Pinochet. La pression exercée par la Commission européenne sur le gouvernement grec n’est pas la même chose que la dictature des colonels. Mais il s’est avéré que le gouvernement « populiste de gauche », spécialement élu en Grèce pour résister à cette pression, a été incapable de le faire.

    En Grèce comme au Chili, comme un peu partout dans le monde, il s’est avéré que la résistance aux oligarchies ne vient plus que de forces #autonomes par rapport au système représentatif et aux partis dits de gauche qui y sont intégrés. Ceux-ci raisonnent de fait dans le cadre de la logique du choix du moindre mal. Ils y subissent débâcle sur débâcle. On serait tenté de s’en réjouir si cette débâcle continue n’avait pas l’effet d’augmenter le pouvoir de l’oligarchie et de rendre plus difficile l’action de ceux qui cherchent vraiment à s’y opposer.

    Comment regardez-vous les embrasements planétaires de cet automne ? Peut-on repérer des causes et des motifs communs dans les différentes révoltes qui se produisent sur plusieurs continents ? Par rapport aux mouvements « des places », qui réclamaient une démocratie réelle, ces révoltes partent davantage de motivations socioéconomiques. Est-ce que cela raconte quelque chose de neuf sur l’état de la planète ?

    La revendication démocratique des manifestants de Hong Kong dément une telle évolution. De toutes façons, il faut sortir de l’opposition traditionnelle entre les motivations socioéconomiques (jugées solides mais mesquines) et les aspirations à la démocratie réelle (jugées plus nobles mais évanescentes) . Il y a un seul et même système de domination qui s’exerce par le pouvoir financier et par le pouvoir étatique. Et les mouvements des places ont précisément tiré leur puissance de l’indistinction entre revendications limitées et affirmation démocratique illimitée . Il est rare qu’un mouvement démarre par une revendication de démocratie. Ils démarrent souvent par une réclamation contre un aspect ou un effet particulier d’un système global de domination (un trucage électoral, le suicide d’une victime de harcèlement policier, une loi sur le travail, une augmentation du prix des transports ou des carburants mais aussi un projet de suppression d’un jardin public).

    Quand la protestation collective se développe dans la rue et dans les lieux occupés, elle devient non pas simplement une revendication de démocratie adressée au pouvoir contesté mais une #affirmation de démocratie effectivement mise en œuvre (democracia real ya). Ce que cela raconte, c’est essentiellement deux choses : premièrement, la politique prend de plus en plus le visage d’un #conflit_de_mondes – un monde régi par la loi inégalitaire contre un monde construit par l’action égalitaire – où la distinction même entre #économie et politique tend à s’évanouir ; deuxièmement, les partis et organisations jadis intéressés à la démocratie et à l’#égalité ont perdu toute initiative et toute capacité d’action sur ce terrain qui n’est plus occupé que par des forces collectives nés de l’événement lui-même. On peut toujours répéter que ça manque d’organisation. Mais qu’est-ce qu’elles font, les fameuses organisations ?

    Une certaine forme de routinisation de l’émeute à l’échelle mondiale dessine-t-elle un contre-mouvement important ?

    Je n’aime pas trop le mot de routinisation. Descendre dans la rue à Téhéran, Hong Kong ou Djakarta ces temps-ci, ça n’a vraiment rien de routinier. On peut seulement dire que les formes de la protestation tendent à se ressembler contre des systèmes gouvernementaux différents mais convergents dans leurs efforts pour assurer les profits des privilégiés au détriment de secteurs de la population toujours davantage paupérisés, méprisés ou réprimés. On peut aussi constater qu’elles ont obtenu, notamment au Chili ou à Hong Kong, des succès dont on ne sait pas le lendemain mais qui montrent qu’on a là tout autre chose que de simples réactions rituelles de désespoir face à un ordre des choses inamovible.

    Il y a quinze ans, la perspective de la catastrophe écologique était moins prégnante. Cette nouvelle question écologique transforme-t-elle la question démocratique au sens où certains expliquent que la sauvegarde de la planète ne pourra pas se faire dans un cadre délibératif ?

    Il y a déjà un certain temps que nos gouvernements fonctionnent avec l’alibi de la crise imminente qui interdit de confier les affaires du monde à ses habitants ordinaires et commande de les laisser au soin des spécialistes de la gestion des crises : c’est-à-dire en fait aux puissances financières et étatiques qui en sont responsables ou complices. Il est clair que la perspective de la catastrophe écologique vient à l’appui de leurs arguments. Mais il est clair aussi que la prétention de nos États à être les seuls capables d’affronter des questions globales est démentie par leur incapacité à prendre, individuellement et collectivement, des décisions à la mesure de cet enjeu. La revendication globaliste sert donc essentiellement à nous dire soit que c’est là une question politique trop compliquée pour nous, soit que c’est une question qui rend l’action politique traditionnelle caduque. Ainsi entendue, la question climatique sert la tendance à absorber la politique dans la #police .

    En face, il y a l’action de celles et ceux qui affirment que, puisque la question concerne chacun[e] d’entre nous, il est aussi au pouvoir de chacun[e] de s’en occuper. C’est ce qu’ont fait les mouvements du type Notre-Dame-des-Landes qui s’emparent d’un cas bien précis pour identifier la poursuite d’un objectif concret déterminé avec l’affirmation d’un pouvoir de n’importe qui. L’annulation d’un projet d’aéroport ne règle évidemment pas la question du réchauffement à l’échelle planétaire. Mais elle montre en tout cas l’impossibilité de séparer les questions écologiques de la question démocratique entendue comme exercice d’un pouvoir égalitaire effectif.

    Dans son dernier livre, Frédéric Lordon se démarque de ce qu’il nomme une « antipolitique » dans laquelle il range notamment une « politique restreinte à des intermittences » que serait en particulier le « repartage du sensible ». Que vous suggère cette critique adressée à certaines de vos manières de définir ce qu’est le politique ?

    Je ne tiens pas à m’engager dans des polémiques personnelles. Je me limiterai donc à souligner quelques points qui ne sont peut-être pas clairs pour tout le monde dans ce que j’ai écrit. Je n’ai pas dit que la politique n’existait que par intermittences. J’ai dit qu’elle n’était pas une donnée constitutive et permanente de la vie des sociétés, parce que la #politique, ce n’est pas seulement le pouvoir, mais l’idée et la pratique d’un pouvoir de n’importe qui . Ce pouvoir spécifique n’existe qu’en supplément et en opposition aux formes normales d’exercice du pouvoir. Cela ne veut pas dire qu’il n’existe de politique que dans l’extraordinaire de moments de fête collective, qu’il ne faut rien faire entre-temps et qu’il ne faut ni organisation ni institutions. Des organisations et des institutions, il y en a toujours eu et il y en aura toujours.

    La question est de savoir ce qu’elles organisent et ce qu’elles instituent, quelle est la puissance qu’elles mettent en œuvre, celle de l’égalité ou celle de l’inégalité. Les organisations et #institutions_égalitaires sont celles qui développent cette puissance commune à tous qui, de fait, ne se manifeste que rarement à l’état pur. Dans l’état actuel de nos sociétés, il est clair que ce ne peuvent être que des contre-institutions et des organisations autonomes par rapport à un système représentatif qui n’est plus qu’un ressort du pouvoir étatique.

    On peut aisément constater que dans les deux dernières décennies, un peu partout dans le monde, les seules mobilisations contre les avancées du pouvoir financier et du pouvoir étatique ont été le fait de ces mouvements qu’on qualifie de « spontanéistes » bien qu’ils aient témoigné de capacités d’organisation concrète très supérieures à celles des « organisations » de gauche reconnues (n’oublions pas d’ailleurs que beaucoup de celles et ceux qui y ont joué un rôle étaient des militant[e])s déjà formé[e]s par des pratiques de lutte de terrain). Il est vrai que c’est très difficile de maintenir dans la durée cette puissance commune. Cela suppose de créer un autre temps, un temps qui soit fait de projets et d’actions autonomes, qui ne soit plus rythmé par le calendrier de la machine étatique. Mais on ne peut développer que ce qui existe. On ne peut construire dans la durée qu’à partir des actions qui ont effectivement changé, si peu et si brièvement que ce soit, le champ du possible.

  • Le réchauffement climatique lié aux activités humaines est connu depuis 40 ans
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/12/01/le-rechauffement-climatique-lie-aux-activites-humaines-est-connu-depuis-40-a

    La communauté internationale et les politiques ont ignoré les avertissements des scientifiques, et des entreprises ont sciemment semé le doute dans l’opinion.

    Sur la question climatique, tout regard rétrospectif sur l’accumulation du savoir depuis un demi-siècle ne peut produire que deux réactions : regret et consternation d’une part, effroi d’autre part. Regret et consternation car, bien que la science sache fermement, depuis au moins la fin des années 1970, que les émissions humaines de gaz à effet de serre modifient profondément le climat terrestre, rien n’a été entrepris à temps pour infléchir le cours des choses. Effroi, car les nouvelles connaissances conduisent presque toujours à aggraver les diagnostics précédents.

    Acidification, réchauffement, stratification, mais aussi baisse de la teneur en oxygène et accumulation des effluents de l’agriculture intensive : les zones mortes de l’océan augmentent imperturbablement. Elles ont gagné de 3 % à 8 % de leur surface entre 1970 et 2010, et la tendance accélère, menaçant la productivité biologique des écosystèmes marins – c’est-à-dire la capacité de l’océan à fabriquer et à maintenir la vie.

    Une grande part de l’impact du réchauffement sur les sociétés passera par l’océan, qui fournit une portion importante des protéines du régime alimentaire de centaines de millions d’individus. Tout comme 680 millions d’individus vivent aujourd’hui en zones côtières de basse altitude, vulnérables à l’élévation du niveau marin. Celui-ci pourra grimper de 1 mètre d’ici à la fin du siècle, en cas de poursuite sans contrainte des émissions. Et, dans son dernier rapport spécial sur l’océan, le GIEC projette que les populations vulnérables à l’érosion des côtes et à l’avancée de l’océan à l’intérieur des terres pourraient atteindre 1 milliard d’individus.

    La rapidité des changements survenus entre le milieu et la fin des années 2010 a surpris les opinions. En dépit de l’arrivée au pouvoir de Donald Trump aux Etats-Unis et de celle de Jair Bolsonaro au Brésil, un basculement rapide s’est opéré entre le climatoscepticisme triomphant du début des années 2010 et la prise de conscience brutale de la gravité du problème moins d’une décennie plus tard.

    Cette bascule ne reflète nullement une évolution de la connaissance disponible sur la question climatique. Au contraire : celle-ci est relativement stable depuis la fin des années 1970. En 1979, le sujet est mis à l’agenda de la diplomatie mondiale lors de la première Conférence internationale sur le climat, tenue à Genève sous l’égide de l’Organisation météorologique mondiale. La réunion conclut qu’il faut intensifier la recherche mais, la même année, la Maison Blanche demande à l’Académie nationale des sciences américaine son expertise sur le sujet. La vénérable institution rassemble les meilleurs spécialistes américains, conduits par Jule Charney (1917-1981), physicien de l’atmosphère et professeur au Massachusetts Institute of Technology (MIT). Leur rapport, baptisé plus tard « rapport Charney », est le premier document consensuel dans lequel la science moderne prédit un réchauffement, en raison du renforcement de l’effet de serre

    .

    Une myriade de think tanks ou d’organisations-écrans financées par les industries pétrolières, gazières et pétrochimiques, ou par les fondations philanthropiques des grandes familles proches des milieux conservateurs américains, recrutent de pseudo-experts qui accaparent les médias, maintiennent une armada de blogs et de commentateurs anonymes inondant la Toile de contrevérités sur la question climatique. Avec succès. Des manœuvres d’autant plus choquantes que certaines des grandes entreprises pétrolières américaines avaient elles aussi, dès la fin des années 1970, pleinement connaissance de l’ampleur des risques liés à la combustion des énergies fossiles.

    Dans les années 1990 et 2000, ExxonMobil a continué de s’offrir, avec régularité, des publi-informations évoquant systématiquement la science climatique comme « incertaine »

    En 2015, le Los Angeles Times et le site InsideClimate News ont révélé des dizaines de documents internes du pétrolier Exxon, montrant que les ingénieurs et les scientifiques de l’entreprise n’avaient aucun doute sur l’ampleur de ce qui était à l’horizon. « Au rythme actuel de leur combustion, les ressources fossiles provoqueront des effets environnementaux dramatiques avant 2050 », lit-on par exemple dans un document daté de 1979.

    Selon les deux historiens, « en tenant compte des expressions de doute raisonnable, 83 % des articles scientifiques et 80 % des documents internes [de l’entreprise] reconnaissent que le changement climatique est réel et causé par l’homme, contre seulement 12 % de ses publirédactionnels, dont 81 % expriment au contraire des doutes » sur la réalité du phénomène ou sur sa cause anthropique. Dans les années 1990 et 2000, ExxonMobil continue de s’offrir, avec régularité, des publi-informations évoquant systématiquement la science climatique comme « incertaine », trop en tout cas pour justifier des mesures. « Il ne faut pas mettre la charrue politique avant les bœufs scientifiques », argumentait l’un de ces textes. ExxonMobil a donc été l’un des grands argentiers du climatoscepticisme, alors que ses propres services ne doutaient pas de la réalité du changement en cours et de ses causes anthropiques.

    #Climat #Conflits_intérêt #Manipulation #Négationisme_climatique

  • La pilule de l’obéissance

    À l’origine, le remède ne devait concerner que les #enfants « hyperactifs », une pathologie relativement rare. Mais depuis quelques années, aux États-Unis, tout bambin quelque peu turbulent peut se voir prescrire de la #Ritaline, un #médicament voisin des amphétamines qui fait également fureur sur les campus. Après avoir inondé le marché américain, la pilule miracle se répand en France.

    https://www.monde-diplomatique.fr/2019/12/BRYGO/61087
    #santé #enfance #hyperactivité

    • Déjà en cours il y a une dizaine d’années. Je ne connais pas l’ampleur du problème, mais j’avais rencontré une mère abandonnée — je trouve ça mieux que « mère célibataire » qui peut laisser penser que sa situation était un choix — épuisée qui n’arrivait pas à contrôler l’énergie de son petit dernier (essentiellement par manque d’aide et de ressources). Elle était soulagée par la mise sous Ritaline de son gosse. C’était effrayant de voir ce gosse domestiqué façon robot, mais je ne pouvais absolument rien dire à ce sujet à cette mère qui était déjà dans une grande souffrance.


    • #shit_storm en vue

      Le petit dernier, l’Adhansia, sort des usines de Purdue Pharma , le laboratoire de l’OxyContin, considéré comme le principal responsable de la crise des #opioïdes (400 000 morts en vingt ans) (11). « Je viens d’un programme où on essaie de baisser les doses, de favoriser les thérapies comportementales, d’arrêter les médicaments, poursuit Mme O’Rourke. Mon but, c’est qu’ils soient capables d’être des enfants, de jouer et d’apprendre. Je n’ai jamais vu d’effets négatifs à long terme, excepté une croissance perturbée. Le plus grand problème, ce serait l’addiction, surtout pour les adolescents, ainsi que la revente. » Pour elle, ça ne fait pas de doute, « la télévision est responsable en grande partie du TDAH. C’est la première baby-sitter du pays ». Dans sa salle d’attente, encore un garçon. Jayden, 12 ans, « ne tient pas en place ». Diagnostiqué hyperactif, il est sous psychotropes depuis quatre ans. Sa mère, Tasha, commente : « Quand il ne les prend pas, il est insupportable. » L’école ? « Je pense que c’est ennuyeux, répond Jayden. Lire est ennuyeux. Rester assis toute la journée est ennuyeux. Je préfère jouer au base-ball avec mon père, ou à Fortnite, World of Warcraft ou NBA 2K [des jeux vidéo] avec mes copains. »

    • On ne parle que des garçons par rapport à ces produits. C’est peut être une solution que les femmes (mères, personnel enseignant et personnel medical qui sont largment fémininisés) ont trouvé pour rendre un peu moins insupportables les comportements masculins.

      « Je préfère jouer au base-ball avec mon père, ou à Fortnite, World of Warcraft ou NBA 2K [des jeux vidéo] avec mes copains. »
      Il me semble qu’il y a une histoire de domination masculine dans tout ceci, les filles sont « rithalinés » sans chimie par la culture du viol.

    • Quand même @monolecte il y a aussi des femmes qui foutent le père dehors, souvent avec raison d’ailleurs ! et même si il est très content de retrouver sa « liberté » et qu’il ne paye pas la pension, j’estime que cela n’en fait pas une « femme abandonnée » pis on dirait qu’on parle d’un chien. Non plus qu’une femme célibataire, d’ailleurs. #famille_monoparentale c’est pas mal parce que oui, même seule avec un enfant c’est une famille, n’en déplaise à certaines pourritures de psys. Alors disons #mère_monoparentale ?

    • @mad_meg

      les filles sont « rithalinés » sans chimie par la culture du viol

      Affreusement d’accord avec toi :/

      https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1002/cbl.30337

      It is estimated that half to three‐quarters of all women with attention‐deficit/hyperactivity disorder (ADHD) are undiagnosed. Boys are more likely to be given an ADHD diagnosis (13.2%) than girls (5.6%). Girls are also diagnosed, on average, 5 years later than boys (boys at age 7, girls at age 12) (Foley, 2018).

  • Une écologie décoloniale | Afrotopiques
    https://r22.fr/antennes/afrotopiques/podcasts-afrotopiques/episode-7-malcom-ferdinand

    Dans cet épisode on rencontre Malcom Ferdinand, philosophe et auteur d’un essai qui vient de paraitre au Seuil, intitulé « Une écologie décoloniale, Penser l’écologie depuis le monde caribéen ». Malcom Ferdinand propose une conception de l’écologie radicalement en rupture avec son acception dominante. Durée : 1h10. Source : R22

    https://r22.fr/content/2-antennes/0-afrotopiques/20191027-podcasts-afrotopiques/20191006-episode-7-malcom-ferdinand/07-malcom-ferdinand-r22.mp3

  • #TAMMURRIATA - #Bella_Figliola

    La Tammurriata «Bella figliola» (in questo video eseguita dalla Paranza dell’Agro), così come tutte le altre, è una forma di espressione orale che varia da paese a paese e (contrariamente a quanto pensano in tanti) assolutamente non improvvisata nel testo tranne che per la scelta della sequenza delle strofe.

    Qui riporto le due strofe di «Bella Figliola», forse una delle Tammurriate più note:

    Bella figliola comme ve chiammate
    ca bella annanze a mme v’appresentate
    Vuie tenite ‘nu bello surriso
    ‘ca te fa ‘nnammura’ senza n’avviso
    Vuie tenite ‘nu bello surriso
    ‘ca te fa ‘nnammura’ senza n’avviso

    Bella figliola ca te chiamme Rosa
    che bellu nomme mammeta t’ha miso,
    t’ha miso lu nomme de li rose,
    lu meglio sciore ca sta ’mparaviso....

    https://www.youtube.com/watch?v=X3_a52gS5s8


    #pizzica #musique #chants_populaires #chansons_populaires #Italie #Italie_du_Sud

  • Agnès Tricoire - Alors c’est l’histoire du petit Chaperon Rouge et...
    https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10220558165175007&set=a.10200914546216810&type=3&theater

    Alors c’est l’histoire du petit Chaperon Rouge et du méchant loup.
    Un jour de pluie...

    La dame est directrice d’école. Ces fats, ministre et recteur, viennent la visiter.
    La morale de cette fable, puisque c’est une fable, c’est que le pouvoir d’en haut, les yeux tournés vers la caméra, se protège des gouttes.
    Et que les parapluies du pouvoir ne sont pas là pour abriter ceux qui travaillent.
    Mais la morale que le peuple connaît, c’est que plus personne n’a peur du grand méchant loup. Et que plus personne ne peut avoir de respect pour ce pouvoir.

  • Violences conjugales : Aurélie Filippetti porte plainte pour diffamation contre Thomas Piketty

    https://www.lesinrocks.com/2019/11/30/actualite/societe/violences-conjugales-aurelie-filippetti-porte-plainte-pour-diffamation-c

    Après avoir été apostrophé au sujet de faits de violence envers son ex-conjointe Aurélie Filippetti, l’économiste avait indiqué que cette dernière avait été violente envers ses filles. L’ex-ministre a déposé plainte pour #diffamation, ce jeudi, auprès du procureur de la République.

    Cela faisait dix ans qu’elle ne s’était pas exprimée publiquement sur cette affaire. « Suite aux déclarations publiques de Thomas Piketty, j’ai déposé ce jour une plainte en diffamation devant le procureur de Paris », a simplement indiqué Aurélie Filippetti sur sa page Facebook ce jeudi 28 novembre.

    https://twitter.com/WCM_JustSocial/status/1197607748629934080

    https://archive.org/details/pikettyinterpellesurlesviolencesconjugalescommisesalencontreaureliefilippet

    https://archive.org/details/lexministreaureliefilippettiporteplaintecontrethomas

    Une semaine plus tôt, invité lors d’une conférence à l’ #Institut_d'Etudes_Politiques (#IEP, #Sciences_Po) de Toulouse, l’économiste Thomas Piketty, ex-conjoint d’Aurélie Filippetti, avait été interpellé par une étudiante : « Vous avez reconnu en 2009 avoir battu votre ex-conjointe. Et du coup je voulais savoir ce que vous pensiez du fait de faire cette conférence alors que dans trois jours, le 23 novembre, on va avoir la #Marche_contre_les_violences_faites_aux_femmes.. ? A l’IEP c’est la semaine des #violences_sexistes et sexuelles... », a déclaré la jeune femme devant l’étonnement de l’assemblée. Une scène diffusée sur Twitter et à laquelle Aurélie Filippetti avait répondu d’un simple « merci ».

    « C’est votre intervention que je trouve indécente », avait alors rétorqué l’auteur de Le capital au XXIe siècle à l’étudiante, avant de poursuivre : « La relation dont vous parlez a été une relation avec une personne extrêmement violente vis-à-vis de mes filles. J’ai trois filles, qui étaient petites à l’époque, et cette personne a été extrêmement violente vis-à-vis d’elles. Je l’ai mise hors de chez moi, je l’ai poussée dehors, ce que je regrette, et je vous assure qu’après le comportement qu’elle a eu avec mes filles beaucoup de personnes se seraient beaucoup plus énervées. »

    Ce sont ces mots qui sont visés dans la plainte déposée par l’ancienne #ministre_de_la_Culture, fait savoir aux Inrocks son avocat Me Vincent Tolédano. « Aurélie Filippetti a été très choquée des propos de #Thomas_Piketty, en tournée de promotion de son nouveau livre, jeudi dernier, à Toulouse, deux jours avant la marche contre les violences faites aux femmes. Accuser sa victime de violences sur mineurs est tout simplement insupportable », nous précise-t-il.

    « C’est un mensonge total », se défend #Aurélie_Filippetti dans une interview au Corriere della Serra, publiée ce vendredi 29 novembre, où elle évoque des actes de violence répétés. « En 2009, je l’avais dénoncé pour des violences qui ne concernaient pas que ce soir-là mais se répétaient. Et je n’ai retiré la plainte qu’après sa déclaration écrite », précise-t-elle dans les colonnes du journal italien. « Il fait porter la responsabilité sur la femme, sur moi, la victime », regrette l’ex-ministre. Elle ajoute : « C’est fou, pour se défendre, il a décidé d’inventer une histoire, d’un bout à l’autre. Il aurait pu simplement dire : ’Je préfère ne pas parler de ce sujet’, mais il a inventé toute une histoire parce qu’il n’a pas encore pris conscience de sa propre violence. »

    [...]

    Le 16 septembre 2009, le procureur de la République de Paris, a avisé Thomas Piketty de sa décision « de ne pas exercer dans l’immédiat des poursuites », suite au retrait de plainte d’Aurélie Filippetti contre son ancien compagnon, pour violences volontaires -, sa décision de classement étant « révocable à tout moment », souligne Me Vincent Tolédano, l’avis constituant toutefois « un avertissement » et un « rappel à la loi ».

    #Violences_conjugales

    • L’article de l’OBS paru à l’époque, le 26 septembre 2009

      Violences conjugales : avertissement et rappel à la loi pour Piketty
      https://www.nouvelobs.com/societe/20090924.OBS2364/violences-conjugales-avertissement-et-rappel-a-la-loi-pour-piketty.html

      L’enquête préliminaire ouverte à Paris à la suite d’une plainte pour violences entre conjoints déposée par la député PS de Moselle Aurélie Filippetti à l’encontre de l’économiste Thomas Piketty a débouché, mercredi 23 septembre, sur « un avis de classement, avertissement et rappel à la loi ».

      « M. Piketty ayant reconnu les faits de violence à l’encontre de Mme Filippetti et s’étant excusé, Mme Filippetti, dans l’intérêt des familles et des enfants, n’a pas donné suite à la procédure », a-t-on fait valoir dans l’entourage de la député socialiste.

      Sollicité par l’AFP, Thomas Piketty n’a pas souhaité faire de commentaire.

      Au cours de cette enquête, l’ économiste, conseiller économique de la candidate socialiste Ségolène Royal lors de la campagne présidentielle 2007, avait été pendant plusieurs heures entendu en garde à vue par les policiers de la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP).
      (Avec AFP)

    • L’ex ministra Filippetti : « Piketty mi picchio più volte e ora mi dà la colpa »

      L’ancienne ministre Filippetti : « Piketty m’a frappé à plusieurs reprises et maintenant il m’en veut »

      https://www.corriere.it/esteri/19_novembre_29/ex-ministra-filippetti-piketty-mi-picchio-piu-volte-ora-mi-da-colpa-c4e807e

      La traduction (google traduction, désolé) de l’interview :

      Que contestez-vous dans le récit de Piketty ?

      "Tout. En 2009, je l’avais dénoncé pour des violences qui ne concernaient pas que ce soir-là mais se répètent. Et je n’ai retiré la plainte qu’après sa déclaration écrite ».

      Que contient cette déclaration de 2009 ?

      "Il a reconnu des épisodes répétés de violence et s’est excusé. C’est un document officiel déposé auprès de l’avocat Jean-Pierre Mignard, qui s’est alors prêté à un rôle de médiateur entre nous. À ce stade, ayant obtenu la reconnaissance des faits et des excuses, j’ai dû retirer la plainte pour éviter une nouvelle couverture médiatique. Il n’a pas du tout été totalement absous comme il essaye de le faire croire. Le procureur lui a quand même donné un avertissement et un rappel de la loi ".

      Combien de temps a duré l’enquête ?

      "Ce n’était pas une chose simple. Il a été mis en garde à vue, interrogé, l’enquête a duré plusieurs mois. Il y a une semaine, à la veille des manifestations en France contre la violence à l’égard des femmes, une étudiante de l’Université de Toulouse l’a interrogé sur ses actions passées. J’ai vu la vidéo, j’ai su ce qu’il avait publiquement répondu dans cet amphithéâtre, puis j’ai contacté l’avocat et jeudi j’ai présenté le procès en diffamation ».

      Piketty dit qu’il vous a poussé, que vous êtes tombez entre la porte et le montant de la porte.

      "Attention, rien de tout cela ne s’est passé. Ce sont des choses douloureuses pour moi. Blame it sur la femme, sur moi, la victime. C’est fou, pour se défendre, il a décidé d’inventer une histoire, de haut en bas. Il aurait pu simplement dire : "Je préfère ne pas parler de ce sujet", mais il a inventé toute une histoire parce qu’il n’a pas encore pris conscience de sa propre violence ".

      #Piketty vous accuse d’être violente avec ses trois jeunes filles.

      "C’est totalement faux, à tel point que c’est moi qui ai porté plainte contre lui pour actes de violence à l’époque, et non pas lui qui m’a dénoncé pour actes de violence à l’encontre de ses filles. C’est un mensonge total. Je suis la victime qui s’est tournée vers la police. Il essaie de complètement changer les choses. "

      Pensez-vous que votre ancien compagnon a été pris au dépourvu par l’étudiante ?

      "Je ne sais pas. Certains personnages masculins sont convaincus qu’ils sont au-dessus des lois. Ce qui est incroyable, c’est que je peux dire quelque chose comme ça, encore maintenant, après tout ce qui s’est passé avec le mouvement #MeToo et la prise de conscience de la violence à l’égard des femmes. Nous étions à deux jours de la grande manifestation contre les violences faites aux femmes, alors que la #France était totalement mobilisée sur ces questions. Il est terrible que la négation des faits aille si loin ".

      À la lumière de ce qui s’est passé ensuite, avez-vous regretté d’avoir retiré votre plainte il y a dix ans ?

      « Nous ne pouvons pas juger le choix d’alors avec la mentalité d’aujourd’hui. À l’époque, on avait tendance à minimiser la violence, comme il le fait encore aujourd’hui : quand il suggère que cela ne s’est produit qu’une fois, quand il parle d’une poussée au lieu de coups répétés, il minimise. Cependant, même alors, l’affaire a éclaté, mais sans conséquences majeures, peut-être parce que la société n’était pas prête. Il n’y avait pas encore de mouvement #MeToo ».

      Vous ne vous parlez plus ?

      "Non, jamais, c’est impossible. Son comportement à Toulouse est symptomatique de la violence sous-jacente. Ses phrases sont un autre acte violent. Contre moi et aussi contre ma fille, qui à l’époque avait 11 ans et se souvient très bien de tout ».

    • Les archives de 2009 montrent que Thomas Piketty qualifiait cette affaire d’ « histoires de caniveau ».

      On notera aussi qu’à l’époque le Nouvel Observateur (OBS) avait traité le sujet de manière légère (3 articles pour en tout 2800 caractères), à comparer avec l’article de Médiapart sur le harcèlement sexuel et les agressions sexuelles infligés par Christophe Rugia (57000 caractères)

      Le nouvel observateur semble avoir été le seul a relayer les conclusions de l’enquête via la dépêche AFP du 26 septembre 2009, comme on peut le voir sur cette recherche Google :

      Et le 4 mars 2019 Daniel Schneidermann se demande s’il faut en parler dans la mesure où ça ne serait qu’une affaire privée.

      https://www.arretsurimages.net/chroniques/le-matinaute/la-deputee-leconomiste-et-les-violences-conjugales

      Filippetti a porté plainte pour violences conjugales 04 mars 2009
      https://www.nouvelobs.com/politique/20090303.OBS7099/filippetti-a-porte-plainte-pour-violences-conjugales.html

      La députée socialiste Aurélie Filippetti a déposé une plainte contre son compagnon, l’économiste Thomas Piketty, pour violences entre conjoints, a-t-on appris mardi 3 mars. Une enquête préliminaire a été ouverte, a indiqué une source proche du dossier.
      Cette plainte a été déposée le 6 février par la porte-parole du groupe PS à l’Assemblée nationale, Aurélie Filippetti. Tout comme Thomas Piketty, elle est proche de Ségolène Royal.

      « Une affaire privée »

      Aurélie Filippetti fut pendant la campagne présidentielle de 2007 conseillère spéciale de la candidate pour les questions liées à l’environnement, la culture et l’éducation. Tandis que son compagnon occupait un poste de conseiller économique.
      Contactée par l’AFP, la députée âgée de 35 ans, a indiqué ne pas vouloir faire de commentaire. « C’est une affaire privée », a-t-elle déclaré.
      "Ce sont des histoires de caniveau", a pour sa part affirmé à l’AFP Thomas Piketty, 37 ans.
      L’enquête préliminaire, ouverte à la mi-février, a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP). (avec AFP)

      Le compagnon de Filippetti placé en garde à vue 17 mars 2009
      https://www.nouvelobs.com/politique/20090317.OBS9255/le-compagnon-de-filippetti-place-en-garde-a-vue.html

      L’économiste Thomas Piketty a été placé, mardi 17 mars, en garde à vue à Paris dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Paris après la plainte de sa compagne, la députée socialiste Moselle Aurélie Filippetti, pour violences entre conjoints, a indiqué une source judiciaire.
      Proche du Parti socialiste, Thomas Piketty, a été conseiller économique de Ségolène Royal lors de la campagne présidentielle 2007.
      Thomas Piketty a été placé en garde mardi matin dans les locaux de la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) chargée de l’enquête, où il était convoqué.
      Le parquet de Paris a ouvert à la mi-février une enquête préliminaire à la suite d’une plainte déposée par Aurélie Filippetti, porte-parole du groupe PS à l’Assemblée nationale, à l’encontre de son conjoint.

    • La retranscription des échanges, notamment parce que l’intervention finale d’Olivier Brossard, le directeur de l’Institut d’Études Politiques de Toulouse, est bien gerbante (tout comme tous les mensonges de Thomas Piketty, mis en gras) :

      Étudiante féministe

      Mon intervention s’adressera à vous mais aussi aux organisateurs et organisatrices de cet évènement ainsi qu’à l’assemblée.

      J’aimerai recontextualiser un peu cette conférence. Vous avez reconnu en 2009 avoir battu votre ex-conjointe. Et du coup je voulais savoir ce que vous pensiez de faire cette conférence alors que dans trois jours le 23 novembre on va avoir une marche contre les violences faites aux femmes. Cette semaine à l’IEP (de Toulouse) c’est la semaine des violences sexistes et sexuelles contre les femmes, donc je voulais savoir ce que vous en pensiez je voulais aussi savoir ce que vous pensiez des pensées autour des violences économiques envers les femmes.

      Thomas Piketty

      Ouais, je peux vous répondre ?

      Étudiante féministe

      Est-ce que vous pouvez me laisser finir s’il vous plaît ?
      Et du coup, je voulais savoir, pour les organisateurs et les organisatrices, si vous ne trouviez pas ça quelque peut indécent d’inviter quelqu’un qui...

      Thomas Piketty

      Alors moi je vais.... Attendez, je vais vous répondre. Je vais vous répondre et je vais vous dire pourquoi c’est votre intervention que je trouve indécente. Parce que si vous voulez le concours de la police ou de la magistrature pour faire des enquêtes, moi je vous invites à le passer et à faire ces enquêtes.

      En l’occurrence, vous parlez d’une affaire qui a été classée sans suite à l’issue d’une enquête dont... je vous mets au défi de trouver des éléments d’information qui pourraient justifier, enfin indiquer qu’il y aurait pu avoir des choses qui auraient été mal enquêtées, dissimulées etc.

      Moi ce que je peux vous dire c’est que la relation dont vous parlez a été une relation avec une personne plutôt extrêmement violente vis-à-vis de mes filles. J’ai trois filles, qui maintenant sont grande, mais qui étaient petites à l’époque, et cette personne a été extrêmement violente vis-à-vis d’elles. Je l’ai mis dehors de chez moi, je l’ai poussée dehors, ce que je regrette, mais je vous assure que vu le comportement qu’elle a eu avec mes filles beaucoup de personnes seraient beaucoup plus énervées que ça.

      Je regrette l’avoir poussé dehors de chez moi, elle est tombée juste dans l’entrebâillement de la porte, ce qui ne l’a pas empêche d’aller travailler le lendemain et le lendemain. Je le regrette néanmoins, mais je peux vous dire que par rapport aux violences faites par rapport à mes filles, le fait de la mettre hors de chez moi était une réaction [inaudible].

      Donc voilà vous savez tout de l’affaire. Moi je suis, je peux en parler plus longuement si vous voulez. Tout ce que je peux vous dire c’est que voilà, moi j’ai trois filles qui ont 16 ans, 19 ans, 22 ans. Il n’y a rien de plus éloigné de moi que l’idée de violence, avec que ce soit... conjointe ou qui que soit. Moi vraiment je vous invites... Je veux dire vous avez raisons d’être soucieuse de ces questions. Je le suis au moins autant que vous, mais simplement aller prendre la parole comme ça sans aucune information. Vous ne disposez d’aucune information précise sur cette affaire. Moi vraiment je vous invite, si vous pensez que les enquêtes ont été mal menées, allez passer le concours de la police, de la magistrature et faites de meilleurs enquêtes. Voilà.

      Thomas Piketty est applaudit par la salle. L’étudiante féministe souhaite reprendre la parole.

      Thomas Piketty

      Écoutez, je vous ai répondu. Je crois que ça suffit maintenant.

      Olivier Brossard Professeur de sciences économiques,
      Directeur de Sciences Po Toulouse

      Faites un peu d’introspection. Réfléchissez quand même un tout petit peu à ce que vous faites. C’est vous qui êtes indécente là. Stop, on s’arrête là. Une dernière question.

    • Une semaine plus tôt, invité lors d’une conférence à l’Institut d’Etudes Politiques (IEP) de Toulouse, l’économiste Thomas Piketty, ex-conjoint d’Aurélie Filippetti, avait été interpellé par une étudiante : « Vous avez reconnu en 2009 avoir battu votre ex-conjointe. Et du coup je voulais savoir ce que vous pensiez du fait de faire cette conférence alors que dans trois jours, le 23 novembre, on va avoir la Marche contre les violences faites aux femmes.. ? A l’IEP c’est la semaine des violences sexistes et sexuelles... », a déclaré la jeune femme devant l’étonnement de l’assemblée. Une scène diffusée sur Twitter et à laquelle Aurélie Filippetti avait répondu d’un simple « merci ».

      « C’est votre intervention que je trouve indécente », avait alors rétorqué l’auteur de Le capital au XXIe siècle à l’étudiante, avant de poursuivre : « La relation dont vous parlez a été une relation avec une personne extrêmement violente vis-à-vis de mes filles. J’ai trois filles, qui étaient petites à l’époque, et cette personne a été extrêmement violente vis-à-vis d’elles. Je l’ai mise hors de chez moi, je l’ai poussée dehors, ce que je regrette, et je vous assure qu’après le comportement qu’elle a eu avec mes filles beaucoup de personnes se seraient beaucoup plus énervées. »

      Je grasse parce qu’il ne faut pas que cette merde de remise en cause du propos d’une féministe passe inaperçue. Il peut lui répondre que c’est pas lui, qu’il a eu raison, tout ce qu’il veut sauf de dire que des féministes qui abordent la question des violences masculines sont indécentes.

      #violences_masculines #on_te_croit #violences_conjugales

    • @antonin1 apparemment les masculinistes aiment ce mot qui parlent d’eux puisque le directeur de #sciences_po_Toulouse, comme le note @gastlag parle aussi d’indécence dans sa morgue méprisante

      Olivier Brossard Professeur de sciences économiques,
      Directeur de Sciences Po Toulouse

      Faites un peu d’introspection. Réfléchissez quand même un tout petit peu à ce que vous faites. C’est vous qui êtes indécente là. Stop, on s’arrête là. Une dernière question.

      La #bienséance_masculine c’est exposer ses couilles l’avant veille des manifs contre les violences faites aux femmes.

    • À priori c’est pas que c’est eux qui l’emploient d’eux-mêmes, c’est l’étudiante qui a employé de mot en tout premier en disant « ne trouvez vous pas indécent d’inviter… » et du coup eux ensuite répondent « c’est vous qui êtes indécente » en reprenant sa phrase (genre « aaah c’est toi qui l’est, cassééée »).

    • @rastapopoulos c’est fort possible qu’ils aient repris cette expression puisqu’elle était lancé, mais ca n’attenue pas leur choix de la renvoyer ainsi, et ca montre leur manque de réflexion sur le sujet. Comme le souligne @antonin1 cette étudiante à fait son travail de militante et il n’y a aucune indécence à posé cette question.

      #couilles_de_cristal #sauflamisme (cf - toutes les femmes sont discriminés sauf-la-mienne ) #macho_de_gauche

    • Oui je sais parfaitement que l’étudiante lui pose cette question, et je suis d’accord avec ce terme concernant l’attitude de Piketty. Parce qu’il est réellement indécent de venir parader l’avant veille d’une manif sur les violences faites aux femmes alors qu’il a frappé sa femme. Et renvoyer ce terme marque bien le peu de cas que ces deux hommes font des femmes, à commencer par l’étudiante qui se fait humilier alors que la salle applaudit les deux grands hommes, l’un directeur, l’autre orateur invité qui viennent d’asséner une fin de non recevoir à sa deuxième question avec un mépris abjecte que je ne pourrais pas comparer à un jeu d’enfant mais à la fraternité des salopards qui font taire les femmes.

    • Piketty intervenait peut-être en s’imaginant que cette histoire était passé sous le radar de plein de monde (brava la féministe qui a malmené le grand homme). Mais on ne peut pas lui reprocher d’exister la semaine d’avant le 25 novembre !

      On pourrait lui reprocher de sortir un disque le 25 novembre (si si, ça a été fait, devinez par qui) ou de se mettre du rouge à lèvres contre les violences masculines.

      J’espère que Piketty se prendra la même chose que Baupin, avec une justice incapable de mettre des mecs devant leurs responsabilités mais qui au moins sait rétablir la vérité quand elle est malmenée en public.

      Je garde l’idée des couilles de cristal pour comparer avec la stigmatisation des snowflakes par Couturier.
      https://www.franceculture.fr/emissions/le-tour-du-monde-des-idees/le-tour-du-monde-des-idees-du-vendredi-06-avril-2018

    • Piketty intervenait peut-être en s’imaginant que cette histoire était passé sous le radar de plein de monde (brava la féministe qui a malmené le grand homme). Mais on ne peut pas lui reprocher d’exister la semaine d’avant le 25 novembre !

      He ben moi oui, je peux tout à fait reprocher à Piketti ou à n’importe qui d’oublier pif pof qu’il ait tabassé sa femme et de continuer à se pavaner comme si de rien. Et je me carre de son existence dans les amphis invité par sciences po alors que les féministes étudiantes s’organisent pour la manif. Nan mais oh, des fois les grands hommes feraient bien de se la mettre dans la glace et de voir qu’ils sont tout petit petit.

  • C’est comment qu’on survit ?
    https://emmaclit.com/2019/11/29/2020

    Ces dernières semaines j’ai travaillé sur une réforme dont les médias ont peu parlé, mais qui va impacter massivement les futurs chômeurs et chômeuses. Cette BD a été construite avec l’aide d’un conseiller de Pôle Emploi et est libre de droits pour toute utilisation militante. Source : Emma

  • Le démocrate Mike Bloomberg achète le mot « climat » sur Google pour gagner la primaire - Société - Numerama
    https://www.numerama.com/politique/576101-le-democrate-mike-bloomberg-achete-le-mot-climat-sur-google-pour-ga

    Le milliardaire est entré tardivement dans la course à l’investiture démocrate aux États-Unis, et mise énormément sur les campagnes en ligne. Il s’est notamment positionné sur 840 expressions en rapport avec le climat, grâce aux outils publicitaires de Google.

    « Crise climatique », « écroulement climatique », « apocalypse climatique » ou simplement « réchauffement climatique » et « climat » : de nombreuses recherches effectuées sur Google US par des Américains mènent ces derniers jours vers des résultats sponsorisés par Mike Bloomberg, le candidat qui a récemment annoncé qu’il briguait l’investiture démocrate en vue de l’élection présidentielle américaine de 2020.

    C’est la journaliste Kate Aronoff qui a remarqué en premier le 25 novembre être ciblée par ces publicités, avant que le site Gizmodo n’enquête plus en profondeur sur le sujet. D’après nos confrères, les équipes de campagne de Mike Bloomberg auraient ciblé près de 840 expressions en rapport avec le climat, afin de se positionner très clairement comme le candidat « écolo » de la primaire américaine.

    L’objectif du candidat à l’investiture démocrate est clair : investir le créneau de l’écologie alors qu’aucune autre personnalité politique du camp de la gauche ne l’a fait depuis l’abandon de Jay Inslee en août. Michael Bloomberg a les moyens de ses ambitions, car il n’y a quasiment aucune limite aux dépenses qu’il peut engager.

    Mais c’est sans compter le fait que Google ne fait, par ailleurs, pas payer très cher ce positionnement. Comme nous l’a expliqué Bruno Guyot, expert Google Ads qui a accès à la plateforme de la régie de Google, réserver une dizaine de mots clés (cimate, climate collapse, climate change, is climate change a hoax, climate breakdown, global warming, etc) pour un mois aux États-Unis coûterait dans les environs de 8 300 euros, ce qui monte à environ 700 000 euros pour 840 termes. Soit une goutte d’eau pour un homme aussi riche que Bloomberg. Comme ces termes « n’ont pas une intention commerciale (…) les entreprises ne se battent pas pour afficher des publicités », nous explique notre spécialiste. Le champ est donc libre pour des politiques malins et bien entourés de spécialistes qui connaissent un peu le web.

    À noter que ces publicités sont ciblées : vous ne le verrez pas si vous effectuez des recherches depuis la France, et tous les Américains n’ont pas les mêmes résultats.

    #Conflits_intérêt #Michael_Bloomberg #Argent_Politique #Google #Google_ads

  • Le capitalisme, c’est trouver le moyen de gagner de l’argent avec tout. La répression des étrangers entrés illégalement dans le pays est ancienne, mais on n’avait pas encore trouvé le moyen de bien la monétiser. Ici, la solution adoptée par l’#ICE (police de l’immigration aux États-Unis) est simple : créer une fausse université, convaincre les étudiants de l’étranger de s’y inscrire, les faire payer (aux États-Unis, personne ne s’étonne de payer beaucoup d’argent pour une inscription à l’université), puis, comme l’université est fausse, décréter que leur visa n’est pas valable et les expulser (tout en gardant l’argent).

    https://eu.freep.com/story/news/local/michigan/2019/11/27/ice-arrested-250-foreign-students-fake-university-metro-detroit/4277686002

    C’est tellement incroyable que, si ça n’était pas sur le site Web d’un quotidien connu, j’aurais pensé à une invention.

    #immigration #escroquerie

  • Où le trait de côte a-t-il le plus reculé en Bretagne ? - Bretagne - LeTelegramme.fr
    https://www.letelegramme.fr/bretagne/ou-le-trait-de-cote-a-t-il-le-plus-recule-en-bretagne-28-11-2019-124448


    Sur le littoral au large de Lampaul-Ploudalmézeau
    Le Télégramme/Le Télégramme/Esri, i-cubed, USDA, USGS, AEX, GeoEye, Getmapping, Aerogrid, IGN, IGP, UPR-EGP, and the GIS User Community

    S’adapter face au changement du littoral, c’est l’enjeu d’un rapport remis ce jeudi au gouvernement. Ces dernières décennies, le tracé de la côte a déjà fortement changé dans certaines zones de Bretagne.

    Sur fond de changement climatique, comment envisager l’avenir à proximité de la mer ? Voilà la question à laquelle doit répondre un rapport parlementaire remis ce jeudi à la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne. Sujet crucial : selon une étude qui vient de paraître, 300 millions de personnes sont menacées, à travers le monde, par les changements qui vont toucher ce tracé côtier. Et les projections sont d’autant plus préoccupantes que certaines transformations récentes de notre littoral sont déjà bien visibles.
    Le ministère de la Transition écologique surveille l’érosion du littoral à partir, notamment, de l’évolution du « #trait_de_côte ». Le trait de côte ? Il s’agit de la frontière entre la zone littorale et la terre toujours découverte, dans des conditions et coefficients de marée classiques. Les périodes comparées varient selon les zones. En Bretagne, elles vont d’un laps de temps de cinq à six décennies. Concrètement, les organismes de l’État comparent l’ancien tracé de la côte, et son tracé relevé le plus récemment. Cette association permet d’évaluer le nombre de mètres d’avancées ou de recul de la mer, zone par zone. En Bretagne, certaines zones précises affichent des reculs très marqués.

    La baie d’Audierne
    Parmi les zones les plus concernées : la bande littorale qui borde la baie d’Audierne (29). Entre 1952 et 2011, le recul va jusqu’à 1,8 mètre par an sur certains points. C’est notamment le cas à proximité de l’étang de Trunval, ainsi qu’au nord de la pointe de la Torche. Sur cette deuxième zone, le recul peut également atteindre 1,5 à 1,7 m par an.

    La Grève de Goulven
    Autre zone au recul moins marqué mais malgré tout notable : la Grève de Goulven, entre Plounéour-Trez et Plouescat (29). À proximité de Lanevez, le tracé a reculé de 0,7 à 1,20 mètre par an entre 1952 et 2009.

    Lampaul-Ploudalmézeau
    Sur la côte nord toujours, la baie de Lampaul-Ploudalmézeau marque aussi un recul notable, avec 500 à 700 mètres annuels de recul de 1952 à 2009.

    La Barre d’Étel
    Près d’Étel et Erdeven (56), la côte a reculé de 600 à 900 mètres autour des dunes d’Erdeven. Comme pour les exemples précédents, la morphologie de cette portion de la côte explique en partie cette évolution. L’étude Géolittoral souligne que les côtes basses sableuses représentent quatre cas sur dix des environnements naturels examinés, et qu’elles présentent les taux d’évolution les plus importants, à la fois en recul et en avancée de la côte.

    La modification du littoral n’est en effet par uniforme. Si la mer avance dans les terres à certains endroits, elle recule à d’autres. C’est le cas, par exemple, dans l’anse de Dinan, près de la presqu’île de Crozon (29). Malgré tout, sur l’ensemble de la France, près de 20 % du trait de côte naturel est en recul. Cela correspond à environ 30 km² de terre disparus sur une période de 50 ans. En Bretagne, le Finistère est le plus concerné : la surface perdue en cinquante ans, entre 1960 et 2010, y est estimée à plus d’un kilomètre carré.

    Et près de chez vous ?
    Explorez l’évolution du trait de côte en Bretagne sur les dernières décennies dans la carte interactive ci-dessous. Le tracé en pointillé représente l’ancien tracé côtier ; celui en jaune correspond au relevé le plus récent. Les aplats de couleur correspondent à l’importance du recul (en rouge) ou de l’avancée (en vert)
    https://www.letelegramme.fr/static/ftp/dossier/data/carte/trait-de-cote/index.html

  • Mise en perspective des impacts écologiques du numérique | Raphaël Lemaire
    https://raphael-lemaire.com/2019/11/02/mise-en-perspective-impacts-numerique

    La vidéo est de loin le sujet principal quand on parle de données.


    Mais là on est dans le pur numérique. Pour comparer avec d’autres choses du quotidien, j’ai ensuite pris une métrique pour laquelle on trouve des données facilement : les émissions de GES, mesurées en kg équivalent co2.


    Il faut aussi

    visualiser l’impact de la fabrication des appareils, là où se trouve vraiment le sujet des impacts écologiques du numérique

    Bien sur il y a plein d’autres choses à prendre en compte, notamment l’épuisement des métaux et autres matériaux rares pour la fabrication des appareils. Ces métriques montreraient également la domination de la fabrication par rapport à l’usage.

    Laissez vos emails tranquilles, la grosse bonne action en numérique est de faire durer le plus longtemps possible les appareils et d’éviter d’acheter des gadgets. Ensuite on peut réduire son usage de vidéo ou réduire la résolution.

    #empreinte_numérique #CO2 #émissions_gaz_effets_de_serre #transition_écologique

  • #Grenoble : retour sur l’opération de fichage et #perquisition menée le 26 novembre 2019
    https://fr.squat.net/2019/11/28/grenoble-retour-sur-l-operation-de-fichage-et-perquisition-menee-le-26-nov

    Ce texte a pour but d’informer le plus précisément possible sur comment ont été menées les opérations, sur ce que les flics cherchaient, quelles questions ils posaient et les raisons de leur présence. Raisons détaillées dans la commission rogatoire qu’on a réussi à avoir et qui se trouve ici. Pour info, il était quasi impossible […]

    #Ahwahnee #Le_38 #Roybon #sans-papiers