• Bonjour

    Petit message pour dire à celles et ceux qui me suivent que ce compte n’est plus guère qu’une archive des quelques chroniques que j’y avais postées.
    La totalité des De quels droits restant ici
    https://www.politis.fr/blogs/de-quels-droits-17

    L’intéressant c’est pourquoi. J’ai cessé de travailler et d’écrire pour Politis et autres médias, une pathologie assez particulière m’empêchant d’utiliser les outils de communication et de vivre dans un milieu saturé de champs électromagnétiques. Ca s’appelle EHS Electrohypersensibilité. Et il y a bcp à en dire. Comptez sur moi, j’y travaille avec crayons et papier. Et ça ne sera pas triste !

    #Electrohypersensibilité #EHS #livre_à_venir #4G #CEM #champs_électromagnétiques

    • https://connect.ed-diamond.com/MISC/MISC-044/Emanations-electromagnetiques-compromettantes-des-claviers-filai

      ÉMANATIONS ÉLECTROMAGNÉTIQUES COMPROMETTANTES DES CLAVIERS FILAIRES ET SANS FIL
      MISC n° 044 | juillet 2009 | Martin Vuagnoux - Sylvain Pasini
      Creative Commons
      Radio et wireless Sécurité
      Les claviers d’ordinateurs sont souvent utilisés pour transmettre des informations sensibles comme des mots de passe. Puisqu’ils sont constitués de composants électroniques, les claviers émettent inévitablement des ondes électromagnétiques. Ces émanations peuvent être compromettantes en révélant par exemple quelle touche a été frappée. Dans cet article, nous décrivons une nouvelle méthode pour détecter les éventuels signaux compromettants d’appareils électroniques. Nous avons appliqué cette méthode aux claviers d’ordinateurs filaires et sans fil et nous avons découvert quatre différentes techniques qui reposent sur quatre différents signaux compromettants, permettant de recouvrer partiellement ou complètement les touches frappées à distance. Tous les claviers testés (PS2, USB, sans fil, ordinateurs portables) sont vulnérables à au moins une des quatre techniques. La meilleure attaque permet de recouvrer plus de 95 % des frappes d’un clavier à plus de 20 mètres de distance. Nous en concluons que les claviers actuellement utilisés ne sont généralement pas suffisamment protégés contre ce type d’attaque.


  • Mais lâchez nous les neurones ! - Christine Tréguier
    https://www.politis.fr/blogs/2017/05/mais-lachez-nous-les-neurones-34194

    Dans la série data-guerre et futures entreprises-d’endo-colonisation-de-l’humain façon GAFAMs, des projets très « science-fiction » comme le « cerveau-souris » ou la « peau-interface », et d’autres, aux allures plus anodines, mais tout aussi inquiétants. Comme la vie « diminuée » à la mode Facebook. Leur objectif restant le même : forer et extraire les données au plus profond des corps, pour capter a minima nos intentions et nos émotions, si possible nos pensées et nos rêves les plus secrets, et nous injecter leurs ersatz de désirs et de compulsions préfabriqués.

    J’en ai déjà parlé dans de précédentes chroniques, Mark Zuckerberg, le gentil guru (le GG) de Facebook (FB) et ses GAFAmis nourrissent de grands projets pour « les gens », et plus largement pour l’humanité toute entière. Leur rêve : aspirer datas, corps et âmes dans les nuages (les clouds) du GAFAMonde, et fabriquer un univers merveilleux où, par exemple, on « cliquerait du cerveau »_ _pour taper des dizaines, voire des centaines de mots/minute par la seule puissance de son activité cérébrale. Donc sans clavier mais avec neuro-implants ! Un monde où les handicapés, et nous tous, murmurerions le réel à même la peau de l’autre grâce à la révolutionnaire innovation du « langage » FB. Trop cooooool !!!

    En gros le message global est : Ayez confiance... nous (ndlr les GAFAMs et consorts) allons vous emmener, sinon dans le « meilleur des mondes », au moins dans un monde meilleur où nous améliorerons votre vie, augmenterons vos bio-corps, bio-organes et bio-cerveaux, si insuffisants et inadaptés au monde transhumain qui vient. Nous vous offrons« la vie en GAFAM », et plus si affinités !❞
    [...]

    #endo-colonisation #GAFAM_et_les_autres #réalité_augmentée #réalité_diminuée


  • Non, Facebook ne veut pas « espionner toutes nos pensées » - Christine Tréguier
    https://www.politis.fr/blogs/2017/04/non-facebook-ne-veut-pas-espionner-toutes-nos-pensees-34191

    Jusqu’où vont aller les GAFAM et autres opérateurs de réseaux et de services dans la surenchère technologique pour la conquête des nouveaux territoires de l’humain ? Jusqu’où les politiques et les autorités, censées protéger nos libertés et nos vies privées, les laisseront-ils « nous » capter, data, corps... et âmes en faisant mine de ne rien voir, ne rien entendre et surtout en ne disant rien ? Parmi ces conquérants, Facebook, qui vient de dévoiler quelques projets emblématiques de l’"endo-colonisation" en cours.

    Le 18 avril 2017, lors de la conférence annuelle Facebook F8, le grand timonier Mark Zuckerberg et son équipe ont présenté les dernières "innovations" concoctées par la firme pour être toujours plus au service de leurs chers membres. L’objectif annoncé est conforme à celui de son Manifeste post-élections américaines : donner à son réseau social... enfin à celui des gens qui le nourrissent une dimension vraiment-vraiment-sociale-et-collaborative-et-solidaire-et-humanitaire-et... Autrement dit, multiplier les outils pour que les gentils utilisateurs puissent se liker eux, et liker leurs « amis », mais aussi liker le monde et surtout FB et faire tout plein de choses tous ensemble, tous ensemble. Bref vivre mieux en vivant Facebook 24/24 et 7/7, sous l’œil toujours grand ouvert de ses algorithmes, de ses statisticiens et de ses équipes marketing sur le pied de guerre eux aussi 24/24 et 7/7. Et 1,86 milliard d’utilisateurs (plus ou moins) actifs dans le monde, dont 31 millions en France, ça fait un sacré gros paquet de datas, de profils et de milliards de dollars de recettes.❞
    [...]

    #GAFAM #Facebook #data #homo-mining #endo-colonisation #clic_du_cerveau #peau_interface #arrêtez_les


  • Les bibliothécaires en pétard par Christine Tréguier | Politis
    https://www.politis.fr/blogs/2017/04/les-bibliothecaires-en-petard-34189

    Les bibliothécaires en pétard

    Une bibliothécaire un tantinet raciste ayant publié des « opinions » plus que douteuses sur sa page Facebook, suscite une guerre intestine dans sa communauté et se fait rappeler le nécessaire devoir de neutralité et de réserve » de sa profession par le directeur de l’ENSSIB. Une triste affaire qui a néanmoins un effet collatéral positif, celui d’un début de mobilisation autour des enjeux et des responsabilités de cette noble profession.

    #bibliothécaire #devoir_de_réserve #neutralité #subjectivité #choix_politique #Lionel_maurel #Olivier Ertzscheid #Patriot_Act


  • Bienvenue dans le GAFAMonde virtuel ! par Christine Tréguier
    https://www.politis.fr/blogs/2017/04/bienvenue-dans-le-gafamonde-virtuel-34188

    La réalité virtuelle est le dernier avatar de la coolitude technologique. Salons et conférences fleurissent, tout le monde en veut : la télévision, la presse, les marques, la formation, et surtout les GAFAM qui investissent dans le matériel et les contenus. Ce qui, par temps de captation frénétique de données, pose question.

    [...] Les loisirs virtuels deviennent crédibles et si demain, ou après-demain, ils se démocratisent, il apparaît essentiel de comprendre les raisons de la présence et de l’intérêt des GAFAM (Google-Apple-Facebook-Amazon-Microsoft), des titans du jeu et de la téléphonie, et de des industriels de la sphère médiatico-culturelle. D’où viendraient, par exemple, les retours sur investissements attendus ? Tous ces acteurs sont bien évidemment en concurrence pour capter la rente d’un potentiel nouveau secteur de production de contenus et de services et s’assurer une position dominante. Mais l’explosion rapide des bénéfices reste très hypothétique. Trente années écoulées de VR ont démontré qu’on est encore fort loin d’un marché de masse et que les incidences sanitaires (les problèmes oculaires ou cérébraux occasionnés par des usages fréquents et cumulés des casques), volontairement laissés de côté, sont un frein majeur à tout marché grand-public de la VR de loisir. Sans parler de la « nausée » résultant des conflits sensori-moteurs que provoque encore tout mouvement trop rapide.[...]


  • La carte est une reconquête de territoire
    http://www.politis.fr/blogs/2017/02/la-carte-est-une-reconquete-de-territoire-34177

    Comme l’affirmait Alfred Korzybski « Une carte n’est pas le territoire », au sens où elle n’est pas un modèle applicable partout et déterminant la pensée et les comportements humains, mais, couplée à divers jeux de données, elle dit beaucoup. Avec les progrès de l’informatique, de la géolocalisation et des réseaux, la cartographie est aujourd’hui devenue une pratique courante, citoyenne, qui permet de révéler, comme l’a excellemment fait Jean-Christophe Victor durant vingt ans, le dessous des cartes. Grâce à des outils libres comme Khartis (développé par l’atelier de cartographie de Sciences Po tout un chacun peut réaliser une carte statistique, interactive ou non, pour éclairer une problématique choisie.

    Prenons pour exemple celle réalisée par @b_b, membre du réseau Seenthis sur lequel j’ai posté une récente chronique sur les cormorans. Partant de la liste des quotas par département, intégrée à l’arrêté autorisant le tir des oiseaux noirs, il a créé une carte sur laquelle chaque couleur, de jaune pâle à rouge foncé, correspond à des quotas de + en + élevés. Un autre membre @Fil ayant suggéré d’y superposer les routes migratoires, et bien qu’on ne dispose pas des données SIG (système d’information géographique, format pour le recueil, le traitement, l’analyse et la présentation des données spatiales et géographiques) @b_b a réussi à produire cette carte

    http://bl.ocks.org/brunob/501c17003bf7f4495d8f71b675df8069

    Elle permet de vérifier l’hypothèse selon laquelle une bonne part des départements ayant les quotas élevés sont situés sur ces routes, ce qui augmente le risque pour les cormorans de se faire tuer lors des haltes migratoires de mars ou d’octobre.

    Autre exemple, cette Carte de France de l’absentéisme des députés au moment du vote sur l’état d’urgence, qui montre les circonscriptions dont les parlementaires étaient présents (en vert) lors de ce vote particulièrement important en février 2016....

    #cartes #cartographie_collaborative #territoire #cormoran #absentéisme #nucléaire #Ashley_Madison #Open_Street_map #Corruption #chaine_du_livre #CQFD #Seditions_graphiques #World_government #Bureau_d'Etudes


  • Alerte rouge pour le cormoran noir
    http://www.politis.fr/blogs/2017/01/alerte-rouge-pour-le-cormoran-noir-34169

    Un arrêté cadre triannuel publié le 8 septembre 2016 autorise le tir de plus de 150 000 Grands Cormorans par an, officiellement pour protéger les élevages de pisciculture en étangs et marais, la protection de ces zones naturelles et d’espèces de poissons protégées. Des quotas qui mettent l’espèce aviaire en danger et ne sont pas justifiés. Mais des associations résistent et ont montré comment obliger les préfets à en annuler ou modifier quelques uns.

    Le Grand cormoran noir, de son petit nom Phalacrocorax carbo sinensis (ou Carbo carbo pour l’espèce maritime) est un grand oiseau aquatique d’Europe (jusqu’à 1,5m d’envergure) , vivant souvent en couple stable, friand de poissons de rivières, canaux et étangs. Plongeur émérite grâce à un plumage non imperméable qui se charge d’eau, il est doté d’une grande capacité respiratoire. On l’admire pour son port altier de tête et de cou, et pour cette posture très caractéristique où il déploie ses ailes pour les sécher après la pêche. Nidifiant aux Pays Bas, en Allemagne et en Pologne, il hiverne ensuite dans les pays plus tempérés de novembre à mars. Décimé au 19ème siècle, le cormoran a disparu de certains pays et fait partie des espèces protégées depuis les années 70. BirdLife estime la population européenne (Russie inclus) à 310 à 370 000 d’individus. En France le dernier recensement de 2011 comptabilisait 94 000 individus et 8720 couples. Il opte plus volontiers pour les eaux libres des grands cours d’eau, ou pour les eaux closes des canaux, marais et étangs. On considère qu’il prélève moins de 1% du stock continental de poissons – beaucoup de cyprinidés de faible valeur halieutique et de poissons abondants et affaiblis faciles à capturer. Sa « concurrence » est donc minime pour les pêcheurs/éleveurs. Mieux, il est l’ami de l’homme depuis toujours. Pendant des siècles les pécheurs japonais et chinois l’ont capturé et dressé pour qu’il travaille pour eux. Une ligature de la gorge lui permet d’avaler les petits poissons et de ramener les plus gros à son maître.

    Que reproche-t-on donc à ce bel oiseau pour vouloir le décimer ? L’arrêté du 8 septembre 2016 « fixant les quotas départementaux dans les limites desquelles des dérogations aux interdictions de destruction peuvent être accordées par les préfets concernant les grands cormorans (Phalacrocorax carbo sinensis) pour la période 2016-2019 » autorise en effet la mise à mort de 50058 individus par an pendant trois ans, soit la moitié de la population ! Les motifs invoqués par leurs prédateurs humains, sont la prévention des dommages importants aux piscicultures en étang, de la dégradation des habitats naturels que ces dernières sont supposées entretenir, et des atteintes à des espèces de poissons protégées. Le texte détermine pour chaque département, des quotas en eaux libres et en eaux closes. Les préfets ont pour mission de prendre les arrêtés d’exécution fixant modalités et personnes autorisées à tirer, de s’assurer de leur bonne application et de réaliser un bilan au terme des trois ans et non plus annuellement comme avant.

    A entendre certains, le péril Cormoran serait grandissime. Proche de la disparition il y a 40 ans, « aujourd’hui, ils sont presque devenus un fléau, provoquant depuis plusieurs années la colère des pisciculteurs et des pêcheurs, inquiétant les responsables d’aéroports, mobilisant les députés français et européens, des dizaines d’équipes de recherche de par le monde, suscitant des plans d’action et de lutte, des réunions de toutes sortes » se lamente Jean-Luc Nothias dans son blog au Figaro. Il est inspiré, semble-t-il, par les propriétaires d’étangs qui affirment que le nombre d’oiseaux augmente d’année en année. Sans preuve et en contradiction avec les derniers recensements comme le Rapport Loic Marion qui, eux, constatent une diminution des effectifs.

    En ce cas, ne pourrait-on faire autrement pour protéger ces pauvres pisciculteurs ? Apparemment non. Il en va du cormoran comme du loup. L’homme se dit démuni face à certains « prédateurs », mais il n’a fait qu’oublier les méthodes traditionnelles d’élevage et vouloir un rendement maximal. « Il ne supporte pas les espèces qui entrent en concurrence avec ses activités économiques » explique Jean Christophe Lemesle, conservateur de la réserve naturelle aux Portes en Ré. Il s’amuse de ce que les « éleveurs » réthais qui souhaitent tirer du cormoran soient parfois des pisciculteurs du dimanche et non déclarés. « Des moyens de protection de ces installations existent et des mesures d’effarouchement doivent être opérées. Avec un tel quota d’oiseaux autorisés, ce n’est plus un projet de régulation, mais de massacre » commente un intervenant sur le site de la consultation publique ouvert avant la prise définitive de l’arrêté. Consultation de pure forme, puisque le texte était déjà prêt, et que les personnes entendues avant étaient des syndicats de pêcheurs et de pisciculteurs et pas des défenseurs des oiseaux ou de l’environnement, commente Vincent Ramard du service juridique de la LPO.

    Notre ministre de l’environnement, émettrice de cet arrêté, n’est-elle pas sensible à la protection de ce superbe volatile qui a lui aussi son rôle dans l’écosystème aquatique ?
    Pour J. Thevenot, auteur d’un article très documenté sur le blog de Nature-Environnement 58 « il est plus facile de tuer à l’aveugle des boucs émissaires que de lutter contre l’eutrophisation et la pollution des eaux de nos cours d’eau par les pesticides et les nitrates ! Faut-il rappeler les véritables catastrophes écologiques que représentent les lâchers d’espèces exogènes tels le silure, la perche soleil, les poissons d’élevage qui entraînent une pollution génétique. Sans oublier la disparition de 90% de nos zones les plus poissonneuses à savoir les zones humides et d’irrigation ».

    Quelques associations de défense de l’environnement et de la biodiversité ont intenté des recours administratifs pour annuler les arrêtés préfectoraux. Parfois avec succès. Comme à Toulon où le juge a estimé qu’il y a « risque de confusion entre l’espèce de grand cormoran maritime et le grand Cormoran (ndlr le Carbo carbo exclu des tirs et le Carbo sinensis » et que les « atteintes aux ressources piscicoles ne sont pas établies ». En particulier en eaux libres où les quotas sont les plus élevés. On pourrait y ajouter le fait que pour sauver l’espèce, les couples nicheurs devraient être eux aussi exclus. Ou encore remettre en cause ces quotas, dont on ignore qui les a fixés, en s’appuyant sur quelle expertise et selon quels critères, bases et méthodologie.
    N’importe quelle association ou citoyenNe concernéE peut reprendre ces arguments et déposer un recours en référé et sur le fond devant le tribunal administratif pour éviter que 50 000 cormorans ne meurent cette année et les deux suivantes. Voici les départements (Voir le tableau complet des départements https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=5E593586B29EF3D41CC9179361FEF6FE.tpdila19v ) où les quotas de tirs sont les plus élevés et où il faudrait agir en priorité : Ain (4500), Haute Garonne (1000), Indre (3667), Indre et Loire (1060), Loir et Cher (2500), Loire (1650), Loire Atlantique (1600), Loiret (1650), Maine et Loire (1000), Moselle (2500), Saone et Loire (1550)Tarn (1140),Vendée (2060). A vos claviers !

    Sur le web

    L’Appel à mobilisation de la LPO
    https://www.lpo.fr/actualites/appel-a-mobilisation-repondez-a-la-consultation-publique-sur-les-grands-cormoran

    L’arrêté du 8 septembre 2016
    https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=5E593586B29EF3D41CC9179361FEF6FE.tpdila19v

    « Sale temps pour les grands cormorans » - Blog de Nature Environnement 58 http://ecologie58.blog4ever.com

    Le rapport Loïc Marion
    http://www.naturessonne.fr/telechargements/Rapport-recensement-GC-L-Marion-2008-2009.pdf

    Lire aussi : Les animaux ont-ils droit à un avocat ?
    http://jefklak.org/?p=3228


  • Au nom de tous ceux qui ont mal quelque part - Christine Treguier
    http://www.politis.fr/Au-nom-de-tous-ceux-qui-ont-mal,28878.html

    Après quelques jours d’émeutes, un coup d’État militaire larvé et un ancien chef d’État démissionnaire réfugié en Côte d’Ivoire, la situation politique au Burkina Faso reste pour le moins confuse. On avait un Président, Blaise Compaoré, en exercice depuis 27 ans, arrivé au pouvoir en 1991 à l’issue d’un putsch où son camp avait liquidé son ex-compagnon de révolution, le jeune Président Thomas Sankara. Il a déjà modifié la Constitution deux fois pour être réélu et annoncé son intention de la modifier à nouveau pour briguer un cinquième mandat. Mais trois jours de blocage du pays par les militants d’opposition l’ont finalement amené à se déclarer démissionnaire et à quitter le pays pour se réfugier en Côte d’Ivoire.

    On a désormais deux chefs d’État intérimaires : le chef d’état-major des armées, le général Honoré Traoré, qui dit assumer cette fonction « conformément aux dispositions constitutionnelles ». La Constitution du pays prévoit que ce soit le président de l’Assemblée nationale qui prenne le relais, mais l’Assemblée a été dissoute la veille par… Traoré...

    #Burkina_Faso #Sankara


  • Les « cirés jaunes » du Morbihan sont en pétard - Christine Treguier
    http://www.politis.fr/Les-cires-jaunes-du-Morbihan-sont,28773.html

    Depuis début octobre, les habitants des îles de #Groix, #Houât, #Hoëdic et #Belle-Île manifestent contre les nouvelles grilles tarifaires annoncées par la #Compagnie Océane et le conseil général (CG) du Morbihan. La traversée en bateau passerait de 5,75 à 6 euros pour les insulaires, mais surtout les membres de leur famille et les possesseurs de résidence secondaire n’auraient plus droit à ce tarif préférentiel. Il leur en coûterait alors 36 euros (au lieu de 33,65 euros pour un aller-retour à pied et entre 158 et 348 euros en voiture. Même les chiens doivent payer leur trajet (11,55 euros A/R) ! Le coût pour les camions de marchandises pourrait être majoré de 200 %, ce qui renchérirait le prix des produits importés. Dominique Yvon, maire de Groix, déplore que les collectivités n’aient jamais été associées au calcul de ces tarifs : « En cinq ans, les tarifs ont déjà gonflé de 20 %. Un seul bateau fait désormais la traversée au lieu de deux, le régime d’hiver commence dès le 1er septembre. Tout cela dissuade les touristes – on estime qu’il y a une perte de 20 % de la clientèle d’été – qui représentent 60 à 70 % de notre économie. »...

    #Transdev #clientèle_captive #on_lâche_rien


  • Google juge et arbitre de nos vies numériques - Christine Treguier
    http://www.politis.fr/Google-juge-et-arbitre-de-nos-vies,28512.html

    Le 25 septembre, lors d’une réunion publique organisée dans ses locaux du XVe arrondissement parisien, Google faisait connaître ses modalités d’application du droit au déréférencement. ...

    ...Depuis la mise en place du dispositif, Google aurait reçu plus de 135 000 demandes, concernant plus de 470 000 liens. Elles proviennent de professionnels mais aussi d’internautes qui souhaitent supprimer des pages ou des blogs… qu’ils ont eux-mêmes créés, ou faire disparaître leurs profils dans les réseaux sociaux. Quoi de plus légitime ! Mais tel Saint Louis sous son chêne, Google entend bien juger et trancher selon des critères flous et ne pas s’embarrasser davantage. Et ce n’est pas la CNIL qui va l’en dissuader. L’autorité parle d’« habileté et de malice pour entretenir la confusion et discréditer ce droit à l’oubli », elle souhaite éviter d’« ouvrir le front des menaces de censure ». Pour la Quadrature du Net et Reporters sans frontières, ni l’un ni l’autre ne sont légitimes pour définir l’application de ce droit. D’autant qu’on est là sur deux terrains minés : celui de la vie privée et celui de la liberté d’expression. « Une société privée n’a pas vocation à édicter des recommandations sur l’application d’une décision de justice », affirment les deux organisations. Elles publient leurs recommandations à destination des pouvoirs publics et du législateur, seuls en mesure d’en déterminer le champ.

    Et il n’y a pas qu’en matière de déréférencement que la société de Redmond se mêle de façon un peu inquiétante de la chose publique...

    #google #droit_au_déréférencement #droit_à_l'oubli #CNIL #laQDN #petits-arrangements_entre_amis #Axelle_Lemaire #amie_de_Cap_digital_et_de_Google



  • Partout, partout ils avancent… - Christine Treguier
    http://www.politis.fr/Partout-partout-ils-avancent,28428.html

    Mais ce n’est pas tout, car l’Intérieur, arguant de ses plans « Vigipirate écarlate », en profite lui aussi pour avoir dans son collimateur quelques « ennemis intérieurs ». Alors qu’il a bien autre chose à faire, il investit temps et ressources pour malmener des petits, des sans-grade, des qui ne sont pas allés se former au maniement des armes et des explosifs dans les déserts pour en revenir avec des rêves de massacres kamikazes. Des mutins peut-être, des révoltés insoumis, oui, mais surtout des non-violents qui ne pratiquent que la guérilla des mots et de l’occupation de terrain. À ceux-là les forces de l’ordre appliquent des traitements et des sanctions pour le moins disproportionnés.

    Il y a bien sûr, d’abord et toujours, la liste infinie des brimades quotidiennes réservées aux « jeunes » et aux populations des « quartiers ». Mais aussi d’autres exemples glanés dans l’actualité des semaines passées, visant une autre mouvance. Le premier concerne un couple de jeunes, qui ont l’âge et les rêves des enfants de certains d’entre vous : Erwan T. et Élise P., plus connus sous le nom de Camille à barbe et Camille à couettes. Ils se sont rencontrés en 2012, sur la ZAD (zone à défendre) de Notre-Dame-des-Landes. Lors des assauts policiers de novembre, ils ont opté pour une tactique somme toute très classique : se mettre nus face à la maréchaussée. La paix contre la guerre, la nudité pour évoquer celle de la forêt qu’on veut passer au bulldozer, la poésie des corps pour désarmer le trop de violence. Du coup, les gendarmes, soudain très pudibonds, les poursuivent d’abord pour exhibitionnisme sexuel....

    #terrorisme #sécuritaire #état_policier #Camilles_à_poil(s) #Vélorution


  • Attaque la dette ! - Christine Treguier
    http://www.politis.fr/Attaque-la-dette,28349.html

    Il y a ceux qui spéculent sur la dette des États pour accumuler encore et toujours plus de profits, au détriment des petits à qui on demande ensuite de se serrer la ceinture. Et puis il y a ceux, plus rares, qui rachètent des dettes pour les effacer et empêcher les créditeurs indélicats de faire du profit sur les dos des plus faibles. C’est le cas de Strike Debt, un collectif membre de Occupy Wall Street. Il use du même mécanisme que les « pros » de la finance : acquérir ces dettes à vil prix : 50 cents les 10 dollars (40 cts pour 8 euros). Elle est pas chère ma dette, qui n’en veut ? Mais au lieu d’aller mettre le couteau sous la gorge des débiteurs désargentés pour s’enrichir à bon compte, le collectif efface purement et simplement leur ardoise. Cadeau ! Cette opération philanthropique est bien sûr éminemment politique et puissamment pédagogique puisqu’elle dévoile les mécanismes des petits arrangements entre amis de la grande finance mondiale.

    Strike Debt s’est fait la main fin 2012, avec une première opération baptisée « Rolling Jubilee » Soit 14,7 millions de dollars (114 millions d’euros) de frais d’hôpitaux impayés, dus par des ménages américains, qui ne leur ont coûté finalement que 400 000 dollars (311 000 euros)....

    #dette #Strike_Debt #Occupy_wall_street #prêt_étudiants #dette_hopital #elle_est_pas_chère_ma_dette


  • Qui va contrôler les opérateurs téléphoniques ? - Christine Treguier
    http://www.politis.fr/Qui-va-controler-les-operateurs,28248.html

    Vous l’avez peut-être expérimenté à vos dépens cet été, le téléphone portable ne fonctionne pas partout, loin de là. A fortiori en période de vacances, là où on se connecte à tout va, qui pour connaître la météo, un itinéraire, un restau, le programme des réjouissances culturelles locales, qui pour envoyer à quinze amis l’inoubliable selfie-vidéo de « moi et mes deux cousines en maillot de bain ». Problème : la couverture réseau de nombreuses zones touristiques, déjà insuffisante en période creuse, révèle son indigence totale. On est à des années-lumière du « service universel », que les opérateurs avaient pourtant mission légale de mettre en place. Les zones grises et blanches perdurent, et ce n’est pas la 3G et la 4G, réservées aux veinards de citadins, qui y changent quoi que ce soit. Au contraire ! La « crise » permet aux télécoms d’arguer de l’importance des coûts de déploiement du très haut débit (machine à cash espérée) pour laisser tomber le reste. C’est-à-dire l’accès de base à un réseau supportant les besoins des entreprises et des habitants...

    #téléphone_mobile #telcos #opérateurs #couverture_universelle #3G #4G #mais-que-fait-l'ARCEP #ils-nous-prennent-vraiment-pour-des-cons


  • Les lucioles sont éternelles - Christine Treguier
    http://www.politis.fr/Les-lucioles-sont-eternelles,28145.html

    Le 1er février 1975, quelques mois avant sa mort, Pier Paolo Pasolini a publié dans le Corriere un article connu sous le nom de « L’article des lucioles ». Ce texte, bilan amer d’une époque (les années 1960/70), d’une vie, et sa métaphore de « la disparition des lucioles » sont le constat à la fois écologique, politique et personnel d’un homme désespéré, pour qui la résistance a toujours été une part intrinsèque de la vie. « Au début des années 1960, à cause de la pollution atmosphérique, et surtout, à la campagne, à cause de la pollution de l’eau (fleuves d’azur et canaux limpides), les lucioles ont commencé à disparaître. Cela a été un phénomène foudroyant et fulgurant. Après quelques années, il n’y avait plus de lucioles. (Aujourd’hui, c’est un souvenir quelque peu poignant du passé : un homme de naguère qui a un tel souvenir ne peut se retrouver jeune dans les nouveaux jeunes, et ne peut donc plus avoir les beaux regrets d’autrefois.) Ce “quelque chose” qui est intervenu il y a une dizaine d’années, nous l’appellerons donc la « “disparition des lucioles” ».

    Cette métaphore est le titre d’une exposition d’art, organisée de mai à novembre 2014 par l’équipe de la Fondation Lambert (privée d’espace le temps d’une restauration), en la prison Sainte-Anne d’Avignon, qui a été définitivement close en 2003. Éric Mézil, commissaire d’exposition et directeur de la Collection Lambert, n’a pas fait les choses à moitié. La générosité et l’éthique du projet font que la magie de cette symbiose paradoxale entre art et prison fonctionne.

    L’exposition est une performance à elle seule. Elle a été conçue et mise en place en cinq mois dans cette taule délabrée, construite au XVIIIe siècle....

    #prison # Avignon #lucioles #Pasolini #Collection_Lambert #Eric Mezil #art #l'art-de-garder-espoir


  • Ces hommes qui s’en prennent aux oiseaux
    Christine Treguier
    http://www.politis.fr/Ces-hommes-qui-s-en-prennent-aux,28018.html

    En quête d’un sujet de rentrée léger qui sorte un peu des registres militance triste, sempiternelle dénonciation du totalitarisme hi-tech souriant qui vient, ou drame planétaire, je tombe sur un article de Sud Ouest, édition de la Charente-Maritime, intitulé : « L’observatoire des oiseaux de Saint-Froult incendié ». Mon sang ne fait qu’un tour. Qui sont donc ces ostrogoths, capables de s’attaquer à des créatures pacifiques et à leurs protecteurs-observateurs ? Le journaliste, lui aussi visiblement choqué, suggère une réponse : la plateforme a brûlé… « à l’issue d’un rassemblement de 300 chasseurs qui ont bloqué le rond-point d’accès à l’île d’Oléron ».....

    #touche-pas-aux-oiseaux #Charente_maritime #LPO #chasseurs #ah-les-cons !



  • N’oubliez pas qu’il existe d’autres possibilités ! (épisode 3)
    http://www.politis.fr/N-oubliez-pas-qu-il-existe-d,27890.html

    Suite et fin des chroniques pour ne pas bronzer idiot(e)s avec un cocktail de livres et de vidéos à déguster à la fraîche pendant les longues soirées d’été. La sélection est, de fait, éclectique : récits et propos d’artistes « illuminés », films et écrits sur des artistes, écrivains, philosophes et scientifiques « engagé(e)s » qui ont parfois cher payé leur différence, et documentaires ou essais sur des sujets de société à controverse, bien connus des lecteurs de Politis. Tous ont des points communs : ils véhiculent une pensée différente, critique, insoumise au « on va vous expliquer », bref libre et en quête de possibles. Certaines de ces réalisations relatent des œuvres ou une vie faisant – selon les termes de #Foucault, « l’histoire de la manière dont les choses font problème [2] ».

    Pour commencer, trois entrées au choix : Femmes de sciences de l’Antiquité au XIXe siècle aux Éditions universitaires de Dijon. Cet ensemble de textes de chercheurs, réunis par Adeline Gargam, permet de découvrir des femmes scientifiques, mathématiciennes et physiciennes cachées, comme tant d’autres, dans les replis de l’histoire. Leurs noms – Hypatie, Hildegarde de Bingen, Christine de Pizan, Angélique du Coudray, Maria Gaetana Agnesi ou Mary Somerville – semblent tout droit sortis de romans épiques ; leurs vies sont riches de découvertes et de luttes pour les mener à bien, en particulier du XIIe siècle au XVe, où universitaires et clergé réaffirmèrent une « propriété » masculine sur les savoirs. Cette relative exclusion des « femmes savantes » a duré jusqu’au début du XXe, et elles n’ont eu droit à l’appelation « femmes de science » qu’à partir de… 1948.....

    #Femmes_de_sciences_de_l’Antiquité_au_XIXe_siècle #Le_Manteau_de_Spinoza #Ivan_Segré #Le_Fil_perdu #Jacques-Rancière # la-Face-cachée-du-numérique #Théorie-du-drône #la Reproduction-artificielle-de-l’humain #PMO_et_la_PMA #Pour l’amour de l’eau #la-Vente-du-Bocal-Vide #Emmerio_Walpoden #la-Possibilité-d’être-humain #Jorge-Louis-Borges


  • N’oubliez pas qu’il existe d’autres possibilités ! (épisode 2) -
    http://www.politis.fr/N-oubliez-pas-qu-il-existe-d,27906.html

    Suite des chroniques pour ne pas bronzer idiot(e)s – qui seront, lecalendrier fait bien les choses, au nombre de trois – avec une série de livres toniques. Tous en lien avec une pensée et une culture qu’on résumera sous le vocable de « soixante-huitardes », même s’ils font parfois référence à des mouvements, des pratiques ou des écrits antérieurs. Ces ouvrages sont la preuve que l’« esprit de 68 », que d’aucuns prétendaient il y a peu liquider, n’est pas mort, loin s’en faut. Un demi-siècle plus tard, les rêves et les aspirations des soixante-huitards à d’autres vies et d’autres mondes font écho à ceux des jeunes et moins jeunes de l’an 2014.

    Les années 1960-1970 furent un cocktail, que dis-je une marmite détonante, innovante et bouillonnante (il était temps !). Une « révolution » (dans tous les sens du terme) inachevée, certes, car étouffée dans l’œuf par les défenses immunitaires du système, mais réussie. N’en déplaise aux aigris-envieux-oublieux-de-leur-propre-jeunesse qui, ayant retourné leur veste, la préfèrent « ratée » et la désignent aujourd’hui comme responsable des maux dont ils ne veulent pas endosser la paternité....

    #do-it-yourself #Système_DIY #Revue_ORBS #Marijuana_Land #la_Vie_share_mode_d’emploi # Ré-enchanter-le-monde #Constellations,-Trajectoires-révolutionnaires-du-jeune-XXIe-siècle #Editions_de_l'Eclat # la-Fin-du-monde-par-la-science # Eugène_Huzar #Editions_eRe


  • N’oubliez pas qu’il existe d’autres possibilités ! (Épisode 1)

    par Christine Treguier

    http://www.politis.fr/N-oubliez-pas-qu-il-existe-d,27699.html

    Comme chaque année, des chroniques à suivre (3), avec quelques ouvrages, livres, revues, et DVD, entre critique, révolte et œuvres d’artistes, pour ne pas bronzer idiotEs et ne pas oublier que, souvent, les autres possibilités sont à portée de main, plus près qu’on ne le pense… Tout d’abord, plusieurs revues-livres-objets singuliers, nouveaux ou moins nouveaux, énergétiques et inspirants.

    La bande (franco-belge) à Zélium, revue-journal satirique irrégulomadaire n’a pas la plume et le crayon dans sa poche. Son n °16 (format journal papier) est intitulé « Wallonie, terre d’asile » : 24 pages de BD, caricatures méchantes, chroniques et articles monolingues mais binationaux. La moitié du journal est gérée par une rédaction multi-têtes française. On y trouve de jeunes talents et de moins jeunes dessinateurs et plumitifs pas nés de la dernière pluie, comme Noël Godin, Jérôme Thorel, Yves Frémion, Jérôme Bonnet, pour ne citer qu’eux. L’autre moitié (à lire à l’envers) est concoctée par une rédaction wallonne. Vous aurez la bonne surprise d’y déguster les écrits d’un autre vieux routard, Raoul Vaneigem en personne, et de quelques autres. Le n° 15 (format revue) a pris pour cible l’écologie : croquis saignants et vertes critiques du greenwashing et autres pratiques qui ont l’air, le goût et l’odeur du vert, mais ne sont pas ce qu’elles prétendent être. « 100 % biodégradant », annonce la rédaction ! Zélium se trouve dans les bonnes librairies et les points de vente amicaux. Et, via son site internet, vous pouvez vous abonner bien sûr, mais aussi devenir relais, voire diffuseur… pour la bonne cause. L’équipe des éditions Jack is on the road a également commis un petit livre, Dieu est amûûûr, de Decressac : « 56 dessins bénis » qui cognent dur, dans la grande tradition de Siné, Cavanna ou Reiser. Mixant sexe, politique et religion, Decressac revisite la Bible, cogne sur le clergé et l’actualité, qui est ou qui vient, avec un « humûûûr » noir et des encres caustiques à souhait.

    Autres revues, autres genres, Tête-à-tête et Orbs, l’autre planète. Toutes deux se veulent thématiques, tricotant arts, sciences, esthétique, informations et pensées hautement protéinées et nourrissantes pour l’esprit. Les deux sont profondément actuelles, se situant volontairement hors du galop frénétique de « l’actu », et en cela nécessaire et de salubrité publique.La première, annuelle, éditée par Le Bord de l’eau et pilotée de main de maîtresse par Anna Guilló, artiste catalane polyvalente, propose une collection d’entretiens réalisés par divers auteurs avec des artistes. D’où son titre : Tête-à-tête. Le n° 5 a exploré le thème de « Human Inside », le n° 6 s’est focalisé sur « Partir ». « Partir c’est faire la démonstration d’une capacité d’agir », écrit Anne Guilló, dans son édito intitulé « Ce qui reste ». Celui-ci s’achève sur une évocation du « partir » ultime que d’aucuns croient définitif, de ces départs douloureux que nous éprouvons et éprouverons tous un jour ou l’autre. Un « partir » qui peut se révéler être non une fin, mais le début d’une autre possibilité, d’« une épique destinée [qui] ne s’arrête pas au dernier souffle ». Elle s’écoute et s’entend, ajoute-t-elle, « à travers la polyphonie des voix [qui racontent] ce qu’il reste de ces voyages, souvenirs que l’on fait revenir dans les œuvres – échos d’un lointain requiem que l’on compose pour lui ». Au menu de ce n° 6, Bureau d’étude, Mathias Énard, Joana Hadjithomas & Khalil Joreige, Laura Restrepo, Richard Pottier, Frank Koolen et quelques autres à découvrir…

    Orbs, résurgence rêvée par plus d’un(e) d’entre nous de la mythique revue Planète, de Louis Pauwels, entend (re)connecter arts, sciences, humanité et consciences. C’est dire si pour ce Planète 2.0, « irruptant » dans un XXIe siècle à dominante high-tech-scientiste-transhumaniste, il y a du pain sur la planche. En trois numéros, son instigateur, Maxence Layet (et ses tribus) semble être en passe de gagner son pari. Comme son ancêtre, cette revue-livre est tout d’abord un magnifique objet : fabriqué selon des règles éthiques (imprimé en France, avec des encres si possible moins polluantes, etc.), elle tisse dessins, graphismes variés, images et textes, mis en valeur par une maquette créative et riche de sens. Côté contenu, la revue fait elle aussi le choix d’une thématique autour de laquelle se raccordent et s’entrecroisent des sujets divers. Le n° 2 (3e du genre) tisse autour de la notion de « transformation » et jette des passerelles (en anglais « bootstrap » intraduisible) entre le « Discours de la huppe aux oiseaux » (Cantique des oiseaux, de Farid ad-din Attar-1177), l’Exoplanète Darwin IV (Wayned Barlowe), les Mandalas du ciel (Howard Crowhurst), Passeurs de rêve, histoires de l’art aborigène (Pierre Grundmann) ou de la thèse de la thermodynamique de l’économie de François Roddier. À commander en ligne et à déguster sans modération. Ajoutons que les souscriptions sont permises, Orbs étant une revue indépendante, sans publicité cela va sans dire, et autofinancée !

    Dans la catégorie dessinateurs-créateurs d’images sans fond, vous tomberez peut-être sous le charme déstabilisant de Erreur dans le titre, signé par Erro et sa tribu chez Gallimard, « Collection Alternatives ». Un ouvrage détonnant plastiquement, textuellement et bourré de talents. Graffeur de la première heure, ex-membre du collectif SRE, Sans rancune Émile (Émile étant le préposé au nettoyage des graffitis), adepte du verdana barré et du Wysiwyg (What You See Is What You Get, traduction « Erroesque » : négation de l’image), l’artiste se présente comme un joueur/détourneur de codes (graphique, informatique, publicitaire, etc.) et amateur d’exercices de style. Erro crée aussi collectif. Pour réaliser ce bel objet-livre – qui s’ouvre sur une citation d’Edmond Jabès : « Ce n’est pas la plume qui barre le mot » – il a invité 25 artistes, qui ont travaillé sur 26 thèmes et réalisé avec lui cet abécédaire d’un autre type. Chaque lettre est une clé pour déjouer « un obstacle, une cloison qui empêche » : de A comme abandon, à Z comme zoom, en passant par L comme line (ligne) ou U comme usage.Le petit dernier, Black Fez Manifesto, est signé Hakim Bey, alias Peter Lamborn Wilson, déjà auteur du mythique TAZ, Temporary Autonomous Zone, aux éditions de l’Éclat. Ce manifeste poétique est lui aussi un objet textuel étrange et non identifié. Il commence ainsi : « Nous prêtons allégeance au Califat Ottoman & à sa longue retraite dans le Mundus Imaginalis pas tout à fait encore mort mais en décomposition. Puisque notre ancienne anarchie s’accorde si bien pour une fois comme Punch & Judy avec un sultanat superbe & corrompu… » Édité en 2008 chez Autonomedia, il vient d’être traduit par les Éditions èRe. L’acheter aura un autre effet : soutenir èRe, petit éditeur farouchement indépendant, prenant le risque de textes complexes, qui, comme tant d’autres, est menacé de disparition.

    Où les trouver ?

    Zélium :http://www.zelium.info, http://www.editionsalternatives.com/site.php?type=P&id=1189&marecherche=erro

    Tête-à-tête :http://www.revue-tete-a-tete.org

    Orbs :http://www.orbs.fr/Black Fez Manifestohttp://www.editions-ere.net

    TAZ :http://www.lyber-eclat.net/collections/secours.html#bey1

    et

    http://www.virtualistes.org

    @seenthis chronique librement diffusable sous réserve de mention de la source

    #Zélium #Decressac #ORBS_l'autre-Planète #Tête_àTête #Erro #Hakim_bey #Black_Fez_Manifesto #TAZ #Vaneigem #Jérome_thorel #Frémion #Noel_Godin #etc_etc_etc


  • Affaire Snowden : la politique du troupeau d’autruches
    http://www.politis.fr/Affaire-Snowden-la-politique-du,27616.html

    Un an après qu’Edward Snowden ait lancé l’alerte sur les pratiques excessives, hors-la-loi et anti-démocratiques des agences de renseignement, États-Unis en tête, le message qui domine est : « Dormez bien, la NSA and Co (sur)veillent. »

    Un groupe d’experts indépendants issus de dix huit pays, sous la houlette de Privacy Surgeon (le site de Simon Davies, universitaire et fondateur de l’ONG Privacy International et des Big Brother Awards) a publié le 10 juin un rapport intitulé Crise de la responsabilité analysant l’après-affaire Snowden. Le propos de ce document est de faire le point sur les réactions des médias, des États, et sur les mesures prises (ou non) pour protéger les libertés des citoyens (eux compris). Nul ne peut plus l’ignorer, depuis les révélations des documents rendus publics par le jeune Edward Snowden, nous vivons tous dans un monde où chacun est « écouté » et potentiellement espionné. Non seulement les services de renseignement d’Amérique, de Gaule, de Navarre, de Germanie et d’ailleurs se permettent de surveiller qui ils veulent quand ils veulent, mais, à la faveur des attentats de New York en 2001, ils ont obligé les intermédiaires techniques et les opérateurs de réseaux à répondre à leurs réquisitions de données de communication. Ils interceptent, collectent, archivent et partagent ainsi de manière systématique, proactive, et sans vergogne, tous les échanges, qu’ils soient privés, professionnels, économiques ou diplomatico-politiques....

    #snowden #écoutes #flicage_mondial #RAS #dormez_bien_braves_gens


  • Cannabis médical made en France : l’ivresse mais pas le plaisir - Politis
    http://www.politis.fr/Cannabis-medical-made-en-France-l,27459.html

    En France l’usage médical des cannabinoides est légal depuis fin 2013, sous conditions, de préférence en comprimés et en spray, mais la « fumette » reste tabou.

    Si vous allez dans le Co-lo-rado, aurait chanté Scott McKenzie, vous y verrez peut-être quelques champs de marijuana onduler au gré du vent, ou plus probablement des serres....

    ...Quid de la France, connue pour sa crispation sur le sujet, où « experts » et politiques continuent à affirmer que, c’est scientifiquement prouvé, qui fume un joint finira au crack ou à la seringue ? La France qui a bloqué tout net lorsque l’Allemagne, l’Angleterre, le Portugal ou l’Espagne s’y sont mis. Chez nous, on ne dépénalise pas, et on légalise encore moins. En 2013, cependant, a eu lieu une micro-révolution, implémentation du règlement (CE) n° 726/2004 du Parlement européen et du Conseil du 31 mars 2004 oblige. En toute discrétion, un décret a modifié l’article R. 5132-86 du code de la santé publique afin que le directeur général de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANS) puisse donner des autorisations de mise sur le marché(AMM) pour des spécialités pharmaceutiques à base de cannabis. Surprise ! ...


  • D-Day : une méga-production-écran-de-fumée
    http://www.politis.fr/D-Day-une-mega-production-ecran-de,27354.html#forum31484

    On le sait, les gouvernants aiment les grandes messes populaires qui soudent le peuple dans une forme de transe collective. Elles font oublier que l’assiette et les caisses sont vides. Les commémorations du débarquement du 6 juin 1944, pardon du « Didéye », tout comme celles du 14-Juillet ou de l’armistice, font partie de ces événements que la France organise avec une ferveur toute militaire. Loin de moi l’idée de ne pas honorer la mémoire des poilus ou des preux soldats alliés qui sont morts par dizaines de milliers sous un tonnerre de feu. Sans eux, nous ne serions peut-être pas là à écrire ou à lire une chronique de Politis sur Internet. Mais je ne suis pas la seule à dire que le méga-spectacle mondial orchestré pour le 70e anniversaire du « Didéye » donne quelque peu la nausée : 19 chefs d’État invités, 9 000 invités, 4 chefs étoilés pour le déjeuner de gala offert aux VIP dans le château de Bénouville, de la pyrotechnie en veux-tu en voilà, 400 musiciens et 500 figurants (bénévoles, tant pis pour eux !) pour le spectacle sur la plage d’Ouistreham, et, cela va sans dire, un dispositif de sécurité gigantesque (pas moins de 12 000 hommes pour protéger les « saigneurs » de la planète). Une superproduction hollywoodienne pour faire vibrer les foules à l’unisson de la psalmodie cathodique et masquer opportunément tout ce qui fâche ou qui dérange.

    Cet énorme jeu de rôle « grandeur nature » qui s’insinue dans les chaumières – passez-moi l’expression – fout les boules....

    ...Pendant ce temps-là… derrière les flonflons de la fête...

    #didéye (merci @arno) #foutage_de_gueule #Brésil #Snowden #contrainte_pénale #contrôle_perpétuel #père Gérard Riffard #délit_de_solidarité #industrie-de-la-reproduction-artificielle #test_de_Turing #au_secours_les_transhumains_sont_là