enuncombatdouteux

NI ACTUALITÉS NI COMMENTAIRES, ..... DU COPIER-COLLER ET DES LIENS... Un blog de « curation de contenu » : 82 LIVRES , 171 TEXTES et 34 DOCUMENTAIRES :

  • Essonne : « A la mairie, ils disent qu’on n’a pas le droit d’aller à l’école »
    https://www.liberation.fr/france/2018/10/04/essonne-a-la-mairie-ils-disent-qu-on-n-a-pas-le-droit-d-aller-a-l-ecole_1

    Il a retrouvé de l’assurance. « En France, les enfants vont à l’école. Chilly-Mazarin, c’est la France ou c’est pas la France ? » Joseph, 45 ans, se tient droit, les bras croisés. Il a fui son pays - il était membre actif de l’opposition politique en république démocratique du Congo et électricien de métier.


    Demandeur d’asile, il est logé dans une chambre d’hôtel prise en charge par le Samu social dans l’Essonne, à Chilly-Mazarin. Il dort avec ses trois enfants : Herik, 10 ans, Souverain, 9 ans et Angélique, 7 ans. « Je suis papa et maman à la fois », résume-t-il.

    Encouragés par l’association et ragaillardis, Joseph et Makanda tentent un coup. C’était il y a quinze jours. Un matin, ils déposent leurs enfants devant les grilles de l’école Pasteur à Chilly-Mazarin, près de leur hôtel. « Ils étaient là, avec leurs cartables, prêts à apprendre. Ils ont bien parlé à la directrice », raconte Joseph, esquissant un sourire de fierté. La directrice : « J’ai fait ce que je devais faire. J’ai procédé à l’admission provisoire, je les ai répartis dans les classes. Puis j’ai prévenu la hiérarchie, ainsi que la mairie. »

    La suite de l’histoire est à peine croyable. L’inspectrice a déboulé dans l’école « demandant de lui montrer les enfants du doigt. J’ai évidemment refusé, ils n’ont pas à être mêlés à ces histoires d’adultes », confiait-elle un peu sonnée au lendemain de l’affaire, et insistant pour que l’on précise qu’elle a de très bons rapports avec la direction académique de l’Essonne. « Elle m’a demandé de faire une information préoccupante [procédure pour les enfants en danger, ndlr] et d’appeler le commissariat afin que la police vienne sortir les enfants de l’école. J’ai refusé. »


  • " La bispiritualité ou les êtres aux deux esprits "
    https://enuncombatdouteux.blogspot.com/2018/10/la-bispiritualite-ou-les-etres-aux-deux.html

    «  Je ne sçay par quelle superstition quelques Illinois, aussi bien que quelques Nadoüessis, estant encore jeunes prennent l’habit de femme qu’ils gardent toute leur vie  : il y a du mystère, car ils ne se marient jamais, & font gloire de s’abaisser à faire tout ce que font les femmes  ; ils vont pourtant en guerre, mais ils ne peuvent se servir que de la massuë & non pas de l’arc & de la flèche, qui sont les armes propres pour les hommes  ;


     ils assistent à toutes les Jongleries & à toutes les Dances solennelles qui se font en l’honneur du Calumet, ils y chantent mais ils n’y peuvent pas dancer  ; ils sont appelez au Conseil, où l’on ne peut rien décider sans leur avis  : enfin la profession qu’ils font d’une vie extraordinaire les fait passez pour des Manitous, c’est-à-dire de grands genies, ou personnes de consequence.  » (...)

    Ainsi, certaines nations amérindiennes considèrent qu’il existe au moins quatre genres : 

    hommes masculins,
    femmes féminines,
    hommes féminins,
    femmes masculines.

    Cette catégorisation ne peut se comprendre que dans le contexte culturel des sociétés amérindiennes traditionnelles . Elle n’a pas nécessairement de rapport avec la sexualité et ne correspond pas aux catégories occidentales LGBT. ( ...)


  • Les parts d’ombre du génome humain
    https://www.lemonde.fr/sciences/article/2018/09/26/les-parts-d-ombre-du-genome-humain_5360331_1650684.html

    Nos 21 000 gènes ne représentent que 2 % du génome humain. Mais le reste n’est pas que de l’ADN poubelle. Une grande partie semble vouée à contrôler l’expression de nos gènes.

    Le dévoilement du génome humain est un chemin pavé de surprises. Un immense pas a été franchi en 1943 quand l’Américain Oswald Avery (1877-1955) a découvert que le support biologique de notre hérédité était l’ADN. En 1953, James Watson (né en 1928), Francis Crick (1916-2004) et la trop souvent oubliée ­Rosalind Franklin (1920-1958) révèlent sa structure – deux brins enroulés en une double hélice – qui lui permet d’être dédoublé, copié et transmis lors de la division cellulaire.

    Reste à lire cet ADN pour y trouver les ­gènes supports de notre hérédité. Il est constitué d’une succession de molécules, les nucléotides (ou bases), elles-mêmes composées d’une partie fixe (un phosphate et un sucre) et d’une partie variable, une base azotée. Il en existe quatre notées A, C, G et T, qui s’assemblent deux par deux (A-T ou G-C) sur le double brin.

    Décoder un gène revient à déterminer un enchaînement particulier de ces bases, une séquence capable d’être copiée en une molécule, l’ARN messager, afin de produire une protéine. Pour cela, il a fallu séquencer le génome. Comme le génome humain comprend 3,2 milliards de paires de base – dont 2,9 milliards sont lisibles – le travail s’annonçait titanesque. Il ira finalement assez vite. En 2003, 99 % du génome ­humain est séquencé. Surprise, il ne comporte qu’environ 20 000 gènes (le chiffre exact varie encore selon les auteurs) au lieu des 100 000 attendus, ce qui représente (seulement) 2 % de notre ADN.

    Le reste ne serait-il que de l’ADN inutile, souvent qualifié de « poubelle » ? Ou bien les clés de notre complexité se trouveraient-elles dans la partie non codante ? En 2012, le programme de recherche international Encode penche en faveur de la seconde hypothèse. Il annonce que 80 % du génome humain est doté d’une fonction biochimique. « En fait, 50 % du génome ­humain est constitué de séquences amorphes répétitives, de pseudogènes inactifs, de transposons, qui a priori ne sont pas fonctionnels. Encode n’a donc étudié que 80 % de l’autre partie, donc c’est 40 % du génome humain qui aurait des fonctions actives », précise Stanislas Lyonnet, directeur de l’Institut Imagine. Reste à savoir lesquelles.

    Séquences régulatrices

    D’une part, à côté des gènes qui codent les protéines, des gènes régulateurs traduits en ARN non codant contrôlent l’expression des gènes. Il y en a pratiquement autant que des gènes codants : 1700 micro-ARN, 8000 mini et 12000 grands. « Mais l’utilité de ces ARN synthétisés fait encore débat. Il faut prouver qu’ils ont tous un rôle, ce qui n’est pas encore fait », souligne le biologiste et historien Michel Morange. Une équipe américaine vient de décrire dans Nature Genetics un algorithme permettant de mieux appréhender les fonctions des grands ARN non codants.

    D’autre part, des parties de l’ADN non transcrites en ARN semblent aussi utiles. Ces séquences régulatrices souvent très courtes, 10 à 20 nucléotides, peuvent ­amplifier (« enhancer ») ou inhiber (« silencer ») la transcription d’un gène tout en étant assez éloignées de lui. « Nous avons montré qu’une anomalie congénitale, une fente dans le palais, était liée à l’anomalie d’un enhancer très éloigné du gène ­concerné, relate Stanislas Lyonnet. Souvent, pour trouver ces séquences, on regarde si elles existent chez d’autres espèces possédant la même caractéristique, donc si elles ont été conservées au cours de l’évolution. » Très nombreux, les enhancers formeraient près de 13 % du génome humain.

    Enfin, une nouvelle piste – l’approche ­topologique par régions du génome – est explorée, car, au-delà des séquences, l’organisation tridimensionnelle de l’ADN jouerait aussi un rôle dans la régulation. Bref, quand notre génome aura révélé toutes ses fonctions régulatrices, il nous ­livrera peut-être enfin la clé de notre complexité. Sans compter qu’un dixième de nos 21 000 gènes sont vraiment étudiés, la plupart des travaux se concentrant sur les mêmes 2 000 gènes, comme le dénonce une étude récente dans PLOS Biology.


  • Radioactivité : les travailleurs du nucléaire plus exposés qu’on ne le croyait
    https://www.actu-environnement.com/ae/news/Radioactivite-travailleurs-nucleaire-plus-exposes-32087.php4

    Le bilan 2017 des expositions professionnelles aux rayonnements ionisants établi par l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) se révèle troublant lorsqu’on le compare aux éditions précédentes. L’établissement public a en effet changé de méthodologie cette année. Cette nouvelle approche, basée sur le système Siseri, permet de « disposer de données plus réalistes pour chaque domaine d’activité », indique-t-il.

    Ce changement n’est pas neutre. Il révèle que l’exposition des travailleurs du #nucléaire est bien plus importante que ce qui était rapporté jusque là. La dose individuelle moyenne dans ce secteur s’élève à 1,28 mSv pour l’année 2017. Ce qui en fait le secteur le plus exposé après l’aviation (2,10 mSv), alors que l’on croyait jusque là que ce rang était tenu par l’industrie non nucléaire (0,89 mSv).




  • Un policier craint de perdre un oeil suite aux heurts lors de la manifestation de ce vendredi : « Pour le moment, je ne vois plus rien »
    http://www.sudinfo.be/id77349/article/2018-09-29/un-policier-craint-de-perdre-un-oeil-suite-aux-heurts-lors-de-la-manifestati

    Quelque 10.000 personnes ont défilé vendredi dans les rues de Bruxelles pour dénoncer la réforme du régime de congé maladie dans la fonction publique. À partir du 1er janvier, policiers, pompiers, militaires et membres de la fonction publique fédérale ne pourront plus reporter leurs jours de congé maladie inutilisés à l’année suivante. Un commissaire de police a été grièvement blessé à l’œil et craint de perdre la vue.

    Les forces de l’ordre ont répliqué non seulement en faisant usage de gaz lacrymogène, mais aussi de canons à eau, touchant au passage leur commissaire de police, Philippe Vandenhole, à l’œil droit. « J’ai donné l’ordre d’utiliser le canon à eau pour calmer les manifestants. Mais j’ai été touché par un jet dont la pression de sortie est de 20 bars », explique Philippe Vandenhole, depuis son lit d’hôpital, qui a fini à terre « en sang ».


  • Les zoos humains, une réalité française (une interview de Pascal Blanchard)

    Dans cet entretien avec la journaliste Dolores Bakela, Pascal Blanchard parle de la domination blanche, l’exotisation des corps, de la naissance du racisme et de la distinction entre les races... bref, d’une histoire française qui a laissé des traces durables dans le présent. Attention, les images et même les propos de Monsieur Blanchard peuvent heurter.

    > https://peertube.heraut.eu/videos/watch/6cdadeb3-db47-4f55-9a0f-6651493511d3

    Le documentaire lui même est disponible en replay par ici : https://www.arte.tv/fr/videos/067797-000-A/sauvages-au-coeur-des-zoos-humains

    #peertube #lemedia #arte #documentaire #interview #PascalBlanchard #colonialisme #Histoire


  • Le prix Nobel alternatif attribué à « l’homme qui a arrêté le désert » - RFI
    http://www.rfi.fr/afrique/20180926-yacouba-sawadogo-prix-nobel-alternatif-agriculture-burkina-faso-agricul

    Surnommé affectueusement « l’homme qui a arrêté le désert », le Burkinabè Yacouba Sawadogo pratique l’agriculture depuis l’enfance. En observant la terre et en se mettant à son écoute, ce cultivateur de 80 ans a développé une méthode innovante, appelée le « zaï ».

    Le principe est simple : il s’agit de préparer le sol en saison sèche, en creusant des trous, remplis de débris organiques. Ces débris attirent ensuite les termites, naturellement présentes dans cette zone. Ces dernières creusent des galeries, qui permettent la rétention de l’eau dans les sols. Reste alors à planter les graines.



  • Un sénateur républicain change d’avis après avoir été confronté par des survivantes de viol
    http://www.slate.fr/story/167906/senateur-republicain-change-avis-survivantes-viol

    Les deux femmes qui ont interpellé le sénateur Jeff Flake dans un ascenseur ont contribué à retarder la confirmation du juge Brett Kavanaugh.

    https://youtu.be/chBIFHaCy1Q

    Le lendemain des auditions du juge Brett Kavanaugh et de Christine Blasey Ford, qui l’accuse d’agression sexuelle, le sénateur républican de l’Arizona, Jeff Flake, avait annoncé dans la matinée qu’il voterait pour confirmer Kavanaugh. Son vote est décisif car il suffit de deux républicains modérés dissidents pour que Kavanaugh ne soit pas confirmé à vie à la Cour Suprême.

    Peu après cette annonce, qu’il avait justifiée en évoquant l’importance du principe de présomption d’innocence, Flake s’est retrouvé coincé dans un ascenseur face à deux femmes en colère. La vidéo a fait le tour du monde.


  • " Nouveau servage " par André Prudhommeaux (mars 1935)
    https://enuncombatdouteux.blogspot.com/2018/09/nouveau-servage-par-andre-prudhommeaux.html

    Les socialistes autoritaires, nationaux-socialistes et autres, ne pensent qu’à emprisonner, fixer et réglementer au maximum, afin de pouvoir disposer des hommes comme d’éléments mécaniques assemblés suivant un plan. Or, seulement le jour où les producteurs seraient devenus des automates sans âme, on pourrait parler d’Economie dirigée.


    Tant que le problèmes des « leviers de commande » se compliquera du fait que l’homme est une créature vivante, qui pense et souffre, l’accumulation des réglementations n’aura d’autre résultat que l’aggravation du gâchis — exigeant à son tour un renforcement du pouvoir.

    Pour qu’un ordre nouveau sorte de « l’anarchie » il faut, de deux choses l’une : ou bien tuer dans l’homme toute aspiration à la liberté. Ou bien lui restituer la liberté totale, sans aucune restriction légale, sans aucune tutelle de l’Etat qui prétend leur assigner leur place dans la société. Envers et contre tous, les fédéralistes revendiquent la libre circulation des personnes, des idées et des biens — seule voie de salut pour l’Humanité.


  • Cambridge Analytica est morte, vive Data Propria !
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2018/09/28/cambridge-analytica-est-morte-vive-data-propria_5361290_3234.html

    Au cœur d’un scandale d’exploitation de données d’utilisateurs de Facebook en 2016, la société a fermé, sans disparaître. D’anciens cadres ont pris la relève, pour servir Trump et les élus républicains.

    Après plusieurs mois de scandale, la société de marketing politique Cambridge Analytica a dû fermer définitivement, en mai 2018. Les médias et une partie de la classe politique américaine lui reprochaient d’avoir siphonné, puis exploité les données personnelles de 87 millions d’utilisateurs de Facebook au cours de la campagne électorale américaine de 2016, pour soutenir la candidature de Donald Trump et de divers candidats républicains grâce à des messages ciblés sur Internet et les réseaux sociaux.

    Exit donc Cambridge Analytica ? Pas vraiment ! En réalité, les équipes chargées de ces opérations ne se sont pas dispersées ; leurs algorithmes et leurs bases de données n’ont pas disparu. En fait, les stratèges électoraux du président Trump ont effectué une restructuration juridique et financière de leurs sociétés, sans se soucier de la tempête médiatique, qui s’est déjà essoufflée. Leur objectif à court terme est de mettre leurs talents au service des républicains lors les élections de mi-mandat, qui se dérouleront le 6 novembre. Par ailleurs, ils ont déjà lancé la campagne en vue de la réélection de Donald Trump en 2020.

    Au cœur de cette nouvelle galaxie gravite un Texan barbu mesurant plus de deux mètres, Brad Parscale. La trajectoire de M. Parscale, âgé de 42 ans , est singulière. Patron d’une petite entreprise Internet sise à San Antonio (Texas), il travaillait depuis 2011 comme simple designer et administrateur de sites Web pour le groupe immobilier Trump. Cela lui a donné l’occasion de rencontrer Donald Trump en personne, puis de gagner sa confiance. En 2015, le candidat milliardaire lui confie la création de ses sites électoraux, et le nomme, l’année suivante, directeur des médias numériques de sa campagne.

    Facebook, « l’autoroute » grâce à laquelle Trump a gagné

    D’emblée, M. Parscale mise sur les réseaux sociaux. Dans un entretien accordé en octobre 2017 à la chaîne de télévision CBS, il résume ainsi sa stratégie : « J’ai compris très tôt que Trump gagnerait grâce à Facebook. Il parlait aux gens sur Twitter, mais il allait gagner sur Facebook (…). Facebook a été sa méthode, l’autoroute sur laquelle sa voiture a roulé. » Pendant toute la campagne, son équipe bénéficie de l’aide directe d’employés de Facebook, dont certains sont installés dans ses locaux.

    Afin d’étoffer sa force de frappe, il passe un contrat avec Cambridge Analytica, qui l’aide à affiner le ciblage des électeurs dans les régions les plus disputées. L’une des techniques utilisées est la « psychographie », qui consiste à classer chaque cible uniquement en fonction de ses traits de caractère et de sa personnalité. En analysant le comportement d’un utilisateur sur Facebook, il est loisible de dresser son profil psychologique : est-il capable de s’ouvrir aux autres, est-il plus ou moins consciencieux, extraverti, agréable, névrosé ? Il sera ensuite possible de lui envoyer des messages politiques ou commerciaux dont le contenu et le style ont été conçus pour lui correspondre, et qui le toucheront réellement.

    Lorsque Brad Parscale rejoint le quartier général de campagne du candidat Trump à New York, il délègue la direction de son équipe, restée à San Antonio, à l’un des responsables techniques de Cambridge Analytica, Matt Oczkowski. Auparavant, M. Oczkowski avait fondé une agence de marketing spécialisée dans « l’analyse des motivations » des consommateurs et des électeurs. Il fut aussi le « directeur numérique » du gouverneur républicain du Wisconsin (nord) Scott Walker pendant trois ans.

    Après la victoire de M. Trump, Brad Parscale intègre le cercle des proches du nouveau locataire de la Maison Blanche. Il embauche même Lara Trump, l’épouse d’Eric, le fils cadet du président. Parallèlement, il se réorganise : il regroupe ses activités de publicité politique au sein d’une nouvelle entité, Parscale Strategy, qu’il transfère à Miami (Floride), et qui reste sous son contrôle exclusif. Puis, il vend l’autre département, chargé du marketing commercial, à CloudCommerce, une petite société californienne jusque-là spécialisée dans les logiciels de commerce en ligne, installée dans la station balnéaire de Santa Barbara. Du même coup, il devient actionnaire et membre du conseil d’administration du nouvel ensemble.

    « Science politique, big data et psychologie »

    En février 2018, M. Parscale est nommé directeur de la « campagne pour la réélection de Donald Trump en 2020 », c’est-à-dire chef de l’ensemble des opérations, au-delà du numérique. Dans le même, temps, sous son impulsion, CloudCommerce crée une nouvelle filiale de marketing numérique baptisée « Data Propria », enregistrée au Nevada (ouest), domiciliée en Californie et installée à San Antonio. La direction de Data Propria est confiée à Matt Oczkowsky, qui, dès son arrivée, embauche plusieurs de ses anciens collègues de Cambridge Analytica.

    Cependant, une chose intrigue : le profil du patron officiel de CloudCommerce, Andrew Van Noy, 36 ans. Dans son CV en ligne, M. Van Noy se vante d’avoir créé dès son adolescence une entreprise de jardinage très prospère, avant de se tourner vers la finance, comme tradeur à la banque Morgan Stanley. Mais, selon une enquête menée par l’agence Associated Press, la réalité serait moins reluisante : Andrew Van Noy fut, dans sa jeunesse, plusieurs fois condamné pour fraude immobilière et faillite douteuse. Quant à CloudCommerce, qui a changé quatre fois de nom depuis 1999, c’était jusqu’en 2017 une petite société sans envergure, qui n’avait dégagé aucun bénéfice depuis dix ans.

    L’apparition de Data Propria, en plein scandale Cambridge Analytica, n’est pas passée inaperçue. Fin juin 2018, trois élus démocrates de la Chambre des représentants de Washington envoient une lettre à Matt Oczkowsky pour lui demander de venir témoigner devant une commission. Ils veulent savoir s’il a hérité des bases de données frauduleuses de Cambridge Analytica, et s’il s’est procuré d’autres données de Facebook par ses propres moyens. Aucun élu républicain ne s’est associé à cette requête, et à ce jour, la Chambre des représentants n’a pas indiqué si Matt Oczkowsky lui avait répondu.

    Reste à savoir si les techniques « psychographiques » sont toujours à la mode chez les stratèges républicains. Echaudé par le scandale, Matt Oczkowski, de Data Propria, reste évasif, mais sur différents sites professionnels, il continue à s’enorgueillir de son passage chez Cambridge Analytica, où il a su « fusionner la science politique, le big data et la psychologie comportementaliste pour influencer les électeurs ». Il démarche aussi des grandes entreprises privées, notamment des compagnies d’assurances, en insistant sur la dimension psychologique de ses méthodes.

    La machine est relancée

    En revanche, Brad Parscale, dans des déclarations aux médias américains, émet régulièrement des doutes sur l’infaillibilité de la psychographie. Il semble partisan du retour à une forme de publicité politique axée sur les opinions, les valeurs et les préoccupations des cibles (par exemple « hommes de plus de 40 ans soucieux de l’état des infrastructures routières »). Cela étant dit, tous les stratèges s’accordent sur un point : le champ de bataille prioritaire sera la « Middle America », la classe moyenne laborieuse vivant dans les Etats du centre du pays, qui a porté Donald Trump au pouvoir en 2016 et qui pourrait le refaire en 2020.

    Par ailleurs, les stratèges du marketing ciblé vont aussi devoir s’adapter aux modifications récemment introduites par Facebook. Désormais, les annonceurs, commerciaux et responsables politiques ne peuvent plus croiser les données personnelles fournies par Facebook avec celles provenant des « data brokers » classiques (banques de données commerciales, bancaires…). Le réseau social veut ainsi faire un geste vers le Congrès américain et la Commission européenne, soucieux de la protection de la vie privée des citoyens, tout en marginalisant ses grands concurrents sur le marché des données personnelles.

    Il a aussi supprimé certaines combinaisons multicritères jugées intrusives ou trop précises – race, religion, pays d’origine, orientation sexuelle, handicaps, statut militaire… Enfin, les propagandistes politiques de tout bord doivent désormais communiquer leur nom, leur domicile et leurs sources de financement à Facebook, qui les vérifiera.

    Ces changements ne devraient pas entraver sérieusement l’action de Data Propria, qui a déjà noué des contrats avec la direction nationale du Parti républicain et les équipes de campagne de différents candidats conservateurs à travers le pays. De son côté, selon Associated Press, la société Parscale Strategy encaisse, depuis le début de 2018, près de 1 million de dollars (850 000 euros) par mois grâce à des commandes publicitaires d’organisations soutenant Donald Trump et ses alliés, contre 5 millions pour l’ensemble de 2017. La machine est relancée, les électeurs des régions jugées prioritaires sont de nouveau soumis à une avalanche de messages ciblés sur le Web et les réseaux sociaux.


  • Le MI5 britannique avoue avoir espionné illégalement une ONG
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2018/09/28/royaume-uni-les-services-secrets-anglais-avouent-avoir-illegalement-collecte

    L’organisation Privacy International a obtenu devant un tribunal spécial les aveux du MI5, du MI6 et du GCHQ sur la collecte d’informations confidentielles la concernant.

    C’est une deuxième déconvenue en moins de quinze jours pour le renseignement britannique. Le 26 septembre, la Commission des pouvoirs d’enquête, seule institution habilitée à recevoir les plaintes visant les agences de renseignement dans le pays, a considéré comme « illégales » les collectes d’information sur l’association Privacy International, avouées devant le même tribunal par le MI5 (renseignement intérieur), le MI6 (renseignement extérieur) et le GCHQ (service des renseignements électroniques).

    Sans donner de détails sur les informations collectées, les agences ont reconnu la collecte et la conservation de métadonnées et de données concernant Privacy International. Le MI5 et le MI6 les ont conservées jusqu’en 2015, le GCHQ jusqu’en 2016. Mais si les deux dernières agences n’ont fait que collecter les données sans en inspecter le contenu, celles-ci ont été illégalement « examinées par des agents du renseignement intérieur britannique », le MI5, explique dans un communiqué Caroline Wilson Palow, membre de Privacy International.


  • Trois opposants au #Gaz_de_schiste condamnés à de la prison ferme
    https://www.bastamag.net/Trois-opposants-au-gaz-de-schiste-condamnes-a-de-la-prison-ferme

    15 et 16 mois d’emprisonnement ferme : ce sont les peines auxquelles ont été condamnés trois militants britanniques opposés à la fracturation hydraulique, ce mercredi 26 septembre. C’est la première fois, depuis près d’un siècle, que des militants environnementaux sont condamnés si sévèrement au Royaume-uni, a rappelé l’un de leurs avocats . C’est une action pourtant non violente qui vaut à Simon Roscoe Blevins, 26 ans, Richard Loizou, 31 ans, et Richard Roberts, 36 ans, de se retrouver derrière les barreaux (...)

    En bref

    / Gaz de schiste, Pollutions , #Justice, #Climat

    #Pollutions_


  • « VOTRE CROISSANCE, NOUS N’EN VOULONS PLUS ! »
    François Ruffin
    Ajoutée le 26 sept. 2018
    https://francoisruffin.fr/discours-croissance-assemblee
    https://www.youtube.com/watch?time_continue=112&v=fRUxBKOq9kc

    « Vous m’écoutez comme un original, Monsieur le Ministre, bien assis que vous êtes sur vos certitudes. Mais un vent se lève. Un orage, même, peut-être. Qui viendra balayer votre assurance, qui verra s’imposer une évidence : les fous, c’est vous. Les fous qui prônez une croissance infinie dans un monde fini. Les fous qui menez l’humanité à la catastrophe. Les raisonnables, c’est nous. »



  • Le rire d’ Épicure
    https://metaxu.org/2018/09/26/le-rire-d-epicure

    « Il faut tout ensemble rire et philosopher » a dit Épicure
    L’alliance de ces deux verbes, quelque peu insolite, demande qu’on s’y attarde.


    « Rire » est la solution adoptée par la plupart des traducteurs pour rendre le mot γέλᾶν, employé par Épicure.
    Faut-il s’en contenter ?
    Le sens premier de γέλᾶν est « briller », ce qui ouvre d’autres pistes sémantiques que le « rire ». Un vers de l’Iliade emploie ce mot ainsi : « Toute la terre alentour resplendit (γέλασσε) de l’éclat étincelant de l’airain ».

    Le dictionnaire Bailly explique que γέλᾶν ne prend le sens de « rire » que par dérivation, à cause la joie qui « illumine » le visage.
    La racine étymologique de γέλᾶν est Γαλ, « être clair, briller ». Cette racine tire son origine de la notion générale d’ éclat
    D’autres mots en sont issus, notamment γάλα, « lait », peut-être à cause de son doux ‘éclat’ (laiteux), ou encore γαλήνη, « temps calme », acception qui résulte sans doute d’une métonymie (car la mer calme brille au soleil).

    La terre avait aussi pour ancien nom χθών. Ce mot (chtôn, gén. chtonos) était utilisé dans un sens religieux, pour désigner l’enveloppe extérieure du monde des morts et des puissances souterraines. La terre chthonienne n’avait aucun rapport avec la terre qui nourrit, la terre que l’on cultive à laquelle on donnait un autre nom : Gê (γἦ).
    Quand la terre « tremble », c’est le monde souterrain, le monde des morts, qui « éclate de rire ».

    L’intérêt de ces mots oubliés c’est qu’ils dépeignent une ancienne vision du monde. Ils rappellent qu’alors, la mer et la terre portaient la trace des dieux. La mer miroitait de leur sourire innombrable, et la terre éclatait de leur fureur, ou de leur rire.

    Munis de cette mémoire, on peut s’aventurer maintenant à traduire plus originairement le fragment d’Épicure, dans un sens qui n’a plus grand-chose à voir avec ce que la modernité appelle « épicurisme » :
    « Il faut tout ensemble resplendir et philosopher ».
    « Il faut tout ensemble illuminer et philosopher »
    « Il faut tout ensemble éclater et philosopher » .


  • « Le mensonge, le gros mensonge et la statistique de la Chine de Xi Jinping »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/09/26/le-mensonge-le-gros-mensonge-et-la-statistique-de-la-chine-de-xi-jinping_536

    Vu d’ailleurs. L’injonction vient de haut. De très haut, même. Du comité central du Parti communiste chinois (PCC). Il ne faut plus manipuler les #statistiques. Selon le China Daily du 18 septembre, les instances dirigeantes du parti ont pris, cet été, vingt mesures afin de prévenir et de punir la fraude statistique. Le Bureau national de la statistique (BNS) a même créé un département spécial à cet effet.

    Le problème est que ce n’est pas la première fois que de telles dispositions sont annoncées. En 2016 puis en 2017, des règles avaient déjà été adoptées, et les tricheurs déjà menacés. Mais rien n’y a fait : la fameuse citation de l’ancien premier ministre britannique Benjamin Disraeli (1804-1881) – « Il y a trois sortes de mensonges : le mensonge, le gros mensonge et la statistique » – pourrait servir de devise à la Chine de Xi Jinping.

    Convaincus depuis longtemps que fraudes et erreurs entachent les agrégats économiques, les spécialistes préfèrent d’ailleurs utiliser d’autres indicateurs. Par exemple, plutôt que se fier à l’évolution du produit intérieur brut, nombre d’entre eux suivent la consommation d’énergie, à leurs yeux plus fiable. Enfin le croyaient-ils. Sauf qu’en juillet, l’administration nationale de l’énergie a déclaré que le secteur agricole avait utilisé en juin 6,5 milliards de kilowatts/heure d’électricité, soit, affirme-t-il, « 6,6 % de plus » qu’en juin 2017. Une augmentation équivalente, ça tombe bien, aux prévisions de croissance du gouvernement : 6,5 % cette année.

    Le problème est qu’en juin 2017, le chiffre alors publié s’élevait à 12 milliards de kilowatts/heure… près du double, donc. Interrogée, l’administration a expliqué a posteriori qu’elle excluait désormais les « services à l’agriculture », ce qui n’a qu’à moitié convaincu les spécialistes.

    #lies_big_lies and …
    #paywall

    • Nul besoin de lois en France BigGrizzly !

      Jamais un journaliste de le monde ou libération par exemple ne publierai une fausse information, une fausse statistique, un article de propagande gouvernementale.

      C’est vrai quoi, nous sommes en Démocratie, nous.

    • L’injonction vient de haut. De très haut, même. Du comité central du Parti communiste chinois (PCC). Il ne faut plus manipuler les statistiques. Selon le China Daily du 18 septembre, les instances dirigeantes du parti ont pris, cet été, vingt mesures afin de prévenir et de punir la fraude statistique. Le Bureau national de la statistique (BNS) a même créé un département spécial à cet effet.

      Le problème est que ce n’est pas la première fois que de telles dispositions sont annoncées. En 2016 puis en 2017, des règles avaient déjà été adoptées, et les tricheurs déjà menacés. Mais rien n’y a fait : la fameuse citation de l’ancien premier ministre britannique Benjamin Disraeli (1804-1881) – « Il y a trois sortes de mensonges : le mensonge, le gros mensonge et la statistique » – pourrait servir de devise à la Chine de Xi Jinping.

      Convaincus depuis longtemps que fraudes et erreurs entachent les agrégats économiques, les spécialistes préfèrent d’ailleurs utiliser d’autres indicateurs. Par exemple, plutôt que se fier à l’évolution du produit intérieur brut, nombre d’entre eux suivent la consommation d’énergie, à leurs yeux plus fiable. Enfin le croyaient-ils. Sauf qu’en juillet, l’administration nationale de l’énergie a déclaré que le secteur agricole avait utilisé en juin 6,5 milliards de kilowatts/heure d’électricité, soit, affirme-t-il, « 6,6 % de plus » qu’en juin 2017. Une augmentation équivalente, ça tombe bien, aux prévisions de croissance du gouvernement : 6,5 % cette année.

      Le problème est qu’en juin 2017, le chiffre alors publié s’élevait à 12 milliards de kilowatts/heure… près du double, donc. Interrogée, l’administration a expliqué a posteriori qu’elle excluait désormais les « services à l’agriculture », ce qui n’a qu’à moitié convaincu les spécialistes.

      Contradictions et tricherie

      Même les statistiques du BNS sont pleines de contradictions. En juillet, le quotidien de Hongkong en langue anglaise South China Morning Post rappelait que, selon le BNS, les profits de l’industrie chinoise s’étaient élevés à 2 700 milliards de yuans (333 milliards d’euros) pour les cinq premiers mois de l’année, en hausse de 16,5 % par rapport à la même période de 2017. Le problème est qu’à l’époque, le chiffre publié était de 2 900 milliards de yuans. Là encore, un « problème d’échantillon », paraît-il, mais aucune définition précise ne permet d’en avoir le cœur net, déplore le journal.

      Il y a encore plus étrange : trois gouvernements locaux ont reconnu, ces derniers temps, avoir triché. Et pas qu’un peu. Le Liaoning, une des grandes régions de l’industrie lourde chinoise, a avoué avoir gonflé artificiellement son produit intérieur brut régional d’environ 20 % entre 2011 et 2014. Dans la foulée, la Mongolie intérieure a, elle, reconnu avoir, en 2016, surévalué de 40 % sa production industrielle et de 26 % ses revenus fiscaux. Quant à la grande ville portuaire de Tianjin, elle a finalement réduit d’un tiers le PIB de 2016 annoncé auparavant. Etonnamment, ces révélations n’ont eu aucune incidence sur le PIB national.

      Ces « erreurs » ne doivent en fait pas grand-chose au hasard. Dans un pays qui a longtemps fait de la croissance économique sa priorité absolue, chaque responsable communiste est surtout jugé sur sa contribution à cette grande cause nationale. Quels que soient les moyens employés.

      Aujourd’hui, alors que le président Xi Jinping concentre plus de pouvoirs que n’importe quel dirigeant depuis Mao, chaque responsable, chaque institution est d’abord et avant tout à son service. Y compris, bien sûr, le Bureau national des statistiques. Le début du communiqué portant sur la croissance au mois d’août l’illustre jusqu’à la caricature : « En août, sous la direction de la pensée de Xi Jinping sur le socialisme aux caractéristiques chinoises pour une nouvelle ère, toutes les régions et les départements ont mis en œuvre les décisions et les dispositions prises par le comité central du PCC et le gouvernement, et l’économie nationale a maintenu un bon rythme de croissance régulière. » Nous voilà rassurés : Disraeli n’est pas mort.


  • Prix Nansen : un chirurgien sud-soudanais honoré pour son « aide extraordinaire » aux réfugiés
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/09/25/prix-nansen-un-chirurgien-sud-soudanais-honore-pour-son-aide-extraordinaire-

    Retirer un kyste, opérer une thyroïde, pratiquer une césarienne. Les jours « normaux », la vie d’Evan Atar Adaha ressemblerait presque à celle d’un chirurgien comme un autre. Si ce n’est que ce médecin sud-soudanais travaille dans une salle d’opération éclairée par une faible ampoule, à la merci de générateurs électriques capricieux, sans banque de sang et souvent sans machine d’anesthésie en état de marche et qu’il remplace par des injections de kétamine, faute de mieux.


    Et puis il y a « les jours fous ». Ceux où débarquent, après des combats, cent personnes souffrant de blessures de guerre. Pour ces jours-là, le « Dr Atar », seul chirurgien de l’hôpital de Bunj, a sa méthode, éprouvée par des années de conflit. « Je leur demande de faire la queue pour être soignés. S’ils peuvent se tenir debout, c’est qu’ils ne vont pas si mal. Il faut donc d’abord s’occuper des autres et commencer par ceux qui vont mourir dans les dix minutes », explique le médecin en touchant les petites lunettes qui lui pendent au cou.

    « Nous prenons tout le monde, explique le médecin, de passage à Nairobi. C’est un challenge immense, mais ces gens ne peuvent compter que sur cet hôpital. Leur dire : “Désolé, nous ne pouvons pas vous soigner”, c’est comme leur dire “Rentrez mourir chez vous”. »


  • Total découvre un immense champ de gaz au large du Royaume-Uni
    https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/total-decouvre-un-immense-champ-de-gaz-au-large-du-royaume-uni-791417.html

    Le géant pétrolier français a annoncé lundi avoir fait une découverte de gaz "majeure" au large du Royaume-Uni sur le prospect de Glendronach, à l’ouest des îles Shetland.

    Total a annoncé lundi 24 septembre avoir fait une découverte de gaz "majeure" au large du Royaume-Uni sur le "prospect" de Glendronach, à l’ouest des îles Shetland.

    « Glendronach est une découverte importante pour Total qui nous donne accès à des ressources complémentaires de gaz dans l’une des zones clés du groupe et conforte notre stratégie d’exploration. Située sur une formation émergente dans la région prolifique de l’ouest des Shetland, elle pourra être commercialisée rapidement et à bas coût en tirant parti des infrastructures existantes de Laggan-Tormore », a commenté Arnaud Breuillac, directeur général de l’Exploration-Production de Total.

    Des tests préliminaires sur un puits foré à une profondeur de 4.312 mètres ont confirmé la qualité du réservoir, sa perméabilité et la productivité du puits, et permettent d’estimer le volume de ressources récupérables à environ 1.000 milliards de pieds cubes, a précisé le groupe dans un communiqué.

    Située sur le bloc 206/04a du champ pétrolier, à environ 300 mètres de profondeur d’eau dans une formation datée du Crétacé supérieur se trouvant sous le champ d’Edradour, la découverte pourra être rapidement développée grâce aux infrastructures déjà en place autour dudit champ et à l’usine de gaz des Shetland qui fait partie du système de production de Laggan-Tormore, a précisé Total dans son communiqué.


  • Récit de 21 heures de garde à vue pour collage d’autocollants sur la Société générale
    https://www.bastamag.net/Recit-de-21-heures-de-garde-a-vue-pour-collage-d-autocollants-sur-la-Socie

    Ils voulaient dénoncer que quasiment rien n’a été fait, dix ans après la crise financière, pour encadrer le pouvoir nocif de la #Finance. Dans la nuit du 13 au 14 septembre, huit militants de l’association Attac sont arrêtés alors qu’ils collent des stickers sur les vitrines de banques. Interpellés, ils sont placés en garde pendant plus de 15 heures dans des cellules surpeuplées. Alors que plus de 30 fonctionnaires de police et deux magistrats ont été mobilisés, Alexis Chaussalet revient sur sa garde à (...)

    #Témoignages

    / #Multinationales, Finance, #Spéculation_financière, #Paradis_fiscaux, #Altermondialisme, A la (...)


  • UP Magazine - Les organismes génétiquement modifiés par CRISPR passeraient la barrière des espèces. Et c’est une très mauvaise nouvelle.
    http://www.up-magazine.info/index.php?option=com_content&view=article&id=8038:les-organismes-genet

    Le paludisme, le Zika, le chikungunya… sont des fléaux terribles. Causés par des moustiques que tous les pays touchés entendent éradiquer. Les chercheurs examinent depuis longtemps des solutions chimiques (insecticides), physiques (radiations), transgéniques… Rien ne semble assez efficace à côté d’une arme massue : le forçage génétique. Il s’agit d’une technique de manipulation génétique qui permet de booster la propagation d’une mutation dans une population.
    Une étude vient d’être publiée dans la revue Nature Biotech. Elle établit que cette technique, appliquée sur des populations de moustiques fonctionne parfaitement. Mais elle révèle aussi que la mutation génétique introduite artificiellement pourrait ne pas se contenter de cibler certaines espèces de moustiques. Elle pourrait passer la barrière des espèces et se propager à d’autres espaces animales, les menaçant d’une éradication définitive. Un danger majeur qui prouve, une fois de plus, les risques préoccupants que font courir certaines techniques de manipulations génétiques.

    Ce qu’il faut comprendre, c’est que les chercheurs ont ciblé un gène de détermination du sexe qui est hautement conservé dans le processus évolutionnaire naturel. Cela signifie que cette séquence ADN particulière est restée la même au fil du temps sur une échelle évolutionnaire et qu’elle n’a pas été modifiée par des mutations aléatoires. Une séquence hautement conservée implique un gène conservé et hautement protégé, où toute altération de cette séquence génétique entraînerait une forme de vie non viable. Le choix d’une séquence génétique hautement conservée, en particulier le gène " doublesex " de détermination du sexe, comme site cible du gene drive signifie qu’aucun allèle de résistance viable (variants génétiques) n’apparaît et ne se propage pour sauver la population en labo ou potentiellement la population sauvage.

    Il y a un hic
    Le problème est que cette séquence cible est si bien conservée dans la nature qu’on peut la trouver dans toutes les espèces d’anophèles analysées jusqu’à présent. Pour la professeure Ricarda Steinbrecher de l’Université d’Oxford, il s’agit d’un problème très préoccupant. Elle déclare en effet dans un courriel à la rédaction de UP’ Magazine : « une fois que le complexe de gènes (ou transgène de gènes) traverse l’une des autres espèces, il pourrait potentiellement traverser d’autres populations et espèces, réduire fortement voire éliminer ces populations, avec des conséquences écologiques et de biodiversité potentiellement graves ». Elle ajoute : « Lorsqu’on étudie les limites de reproduction entre les espèces d’anophèles, il y a un degré de fluidité qui montre que des croisements entre différentes espèces de moustiques se produisent. [Des études antérieures ont déjà] signalé un taux d’hybridation global de 0,1 % dans la nature. Ces résultats sont très alarmants lorsqu’on examine les conséquences potentielles de la dissémination de moustiques porteurs de gènes dans la nature, en particulier lorsque le site cible est si bien conservé que dans la présente étude. »

    Si le gene drive passe la barrière des espèces, on peut légitimement craindre qu’il ne se propage à des populations animales qui se nourrissent de moustiques comme par exemple les chauves-souris, ou à des organismes piqués par des moustiques génétiquement modifiés.
    Cette crainte n’échappe pas au professeur Esvett, l’un des auteurs de l’étude ; il confie en effet au site d’informations spécialisées GEN « si les scientifiques se trompent et que l’espèce cible se croise avec d’autres moustiques anophèles, le fait que la séquence cible doubleex est très conservée signifie qu’elle pourrait se propager à des espèces non ciblées »

    Pour Dorothée Browaeys qui vient de publier l’Urgence du vivant, plus préoccupante encore est la question de l’usage de cette technique gene-drive qui constitue un outil de "gestion des nuisibles".
    Car comment juger qu’une population est "indésirable", "gênante" ? Au regard de quel critère ? Elle tente une réponse : « Le terme nuisible, est appliqué par l’agrobusiness à tout ce qui minimise le rendement des récoltes, la productivité. Or il existe un foisonnement de prédateurs qui menacent les intérêts économiques. Et le gene drive pourrait être bien utile pour en finir avec ces « ravageurs » vus comme de stricts nuisibles, alors qu’ils peuvent être aussi des pollinisateurs ou des rouages utiles des écosystèmes ».

    #Génétique #Moustiques #Gene_drive #Danger #Ecologie

    • https://jefklak.org/forcer-les-genes-et-lafrique

      Les méthodes de prévention et de traitements comprenaient jusqu’à présent des moustiquaires à imprégnation durable, des pulvérisations et des médicaments antipaludiques. Mais aujourd’hui, quelques adeptes du progrès technique affirment pouvoir éliminer la maladie en amont, c’est-à-dire au sein même de l’ADN des moustiques vecteurs du paludisme. Si cela semble tout droit sorti d’un livre de science fiction, il s’agit bel et bien de l’objectif de Target Malaria, un consortium de recherches principalement financé (à hauteur de 92 millions de dollars) par la Fondation Bill et Melinda Gates et le projet Open Philanthropy dont les fonds proviennent en grande partie de Dustin Moskovitz, cofondateur de Facebook.

      Target Malaria postule qu’il existe un consensus selon lequel on aurait besoin de « nouveaux outils pour éliminer le paludisme ». Le « nouvel outil » en question est le forçage génétique, une technique pouvant modifier le code génétique de populations entières d’Anopheles coluzzii, d’Anopheles arabiensis et d’Anopheles gambiae, trois espèces de moustiques vecteurs du paludisme, et c’est sur cette dernière que travaille Target Malaria. Grâce au forçage, un gène modifié est assuré d’être transmis à la totalité de la génération suivante, il suffirait donc de ne relâcher qu’un nombre restreint d’insectes dotés de gènes modifiés pour propager les traits censés éradiquer l’ensemble de la population de diptères. Parmi les différentes stratégies étudiées par les responsables du projet, les deux principales consistent à créer des souches de moustiques femelles fertiles mais dont une grande partie de la descendance serait stérile, ou bien à développer une population de moustiques mâles incapables de transmettre leur chromosome X, et ne donnant ainsi naissance qu’à des mâles.


  • The LSD Archive at The Institute of Illegal Images
    “It kept me from eating it if it was framed on the wall” - Mark Mcloud on his amazing collection of LSD Blotters.
    https://flashbak.com/lsd-archive-institute-illegal-images-394427

    On October 6, 1966 (aka ‘The Day of the Beast’ in psychedelic circles) California banned the possession of LSD. Two years later the law went nationwide. Mark McCloud did as anyone of vision might: he began buying loads of blotters, sheets of paper infused with LSD, for consumption. Eventually his San Francisco home filled with thousands of LSD tabs. Over time the acid broke down. So now the framed sheets (part of an archive of more than 33,000 sheets and individual tabs), and Mark’s “Institute of Illegal Images” – “the most comprehensive collection of decorated LSD blotter paper in the world” – can be viewed by art buffs, former heads and anyone who wants to see objects that came to define an era.

    The art is broadly two-fold: graphics and visions of the sort of thing you see after ingesting LSD. They are, says Mark, who earned a Masters of Fine Art from UC Davis, “examples of true American folk art, like whittling.”