enuncombatdouteux

NI ACTUALITÉS NI COMMENTAIRES, ..... DU COPIER-COLLER ET DES LIENS... Un blog de « curation de contenu » : 82 LIVRES , 171 TEXTES et 34 DOCUMENTAIRES :

  • « Les journalistes ont besoin des hackeurs »
    https://www.inaglobal.fr/numerique/article/les-journalistes-ont-besoin-des-hackeurs-10271

    Les outils numériques apportent aux rédactions une aide précieuse dans la collecte d’informations. Les hackeurs, bidouilleurs informatiques, s’inscrivent parfois dans un travail journalistique. Entretien avec Jean-Marc Manach, journaliste d’investigation sur les liens entre hackeurs et journalistes.

    Jean-Marc Manach : Il y a 20 ans quand j’ai commencé le journalisme sur Internet j’ai tout de suite compris que les hackeurs étaient du côté de la solution et pas du problème. C’est grâce à des hackeurs et sous leur influence que j’ai développé à la fois des compétences en matière de sécurité informatique et d’investigation en ligne. J’ai pu commencer à aborder l’état d’esprit, la façon de travailler sur Internet : chercher des failles de sécurité, trouver des solutions, expérimenter, bidouiller et apprendre de mes erreurs.

    Donc je ne sais pas dans quelle mesure il y a des hackeurs qui veulent changer les médias, même s’il existe des mouvements comme Cryptoparty, qui vont essayer d’expliquer aux gens comment sécuriser leurs communications. Mais ça reste une minorité, tout comme du côté des policiers ou des médecins … Tout le monde se plaint des médias sans s’impliquer pour autant. Alors que les journalistes ont besoin que les gens qui s’y connaissent mieux qu’eux les aident à comprendre et maîtriser les sujets dont ils parlent, afin de pouvoir les contextualiser et les remettre en perspective, tant pour les profanes que pour les experts.


  • Birmanie : l’article qui a conduit deux journalistes de Reuters en prison
    https://www.lemonde.fr/international/article/2018/09/13/birmanie-l-article-qui-a-conduit-deux-journalistes-de-reuters-en-prison_5354

    Les dix captifs rohingyas, attachés les mains dans le dos et reliés les uns aux autres par une cordelette, regardent leurs voisins bouddhistes creuser une sépulture. Nous sommes le 2 septembre au matin. Quelques instants plus tard, les dix seront morts, deux tombés sous les coups de machette de villageois bouddhistes, les autres sous les balles de soldats.


    Un vieil homme d’Inn Din nous a remis trois photographies prises entre l’arrestation des dix hommes par des soldats, dans la soirée du 1er septembre, et leur exécution, le 2 septembre, peu après 10 heures du matin.

    « Une tombe pour dix hommes, résume Soe Chay, un ancien soldat retiré dans le village qui dit avoir été l’un de ceux qui ont creusé la fosse. Quand ils ont été enterrés, certains poussaient encore des cris. » Cette tuerie est l’un des épisodes de la violente crise qui secoue depuis des mois l’Etat d’Arakan, dans le nord de la Birmanie. Depuis la fin du mois d’août, près de 690 000 Rohingya ont fui leurs villages et franchi la frontière du Bangladesh.

    Le 3 septembre, les deux reporters birmans attachés au bureau de Reuters de Rangoun ont été condamnés chacun à une peine de sept années de réclusion pour « violations de secrets d’Etat ». Dix jours plus tard, Aung San Suu Kyi, la dirigeante birmane, a justifié leur condamnation, estimant qu’ils avaient « enfreint la loi » en enquêtant sur ce massacre.
    Les audiences du procès vont rapidement montrer à quel point sont fragiles les charges qui pèsent contre eux. A la barre des témoins, des policiers donnent des versions fantaisistes ou vagues des conditions de l’arrestation des deux journalistes. Surtout, un capitaine de la police révèle qu’un de ses subordonnés a été chargé par un haut gradé de « piéger » les deux reporters.


  • Les algorithmes du Dr Frankenstein (ou pourquoi faut pas pousser la créature algorithmique dans les Datas)
    http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2018/09/algorithmes-frankenstein.html

    Pour le dire autrement, à l’échelle de l’hypothèse d’une gouvernementalité algorithmique qui serait ou se verrait souveraine, le risque de faux-positifs est perçu et traité comme un biais nécessaire pour optimiser la gouvernance ; alors que dans une société démocratique le risque de faux-positif est un signal qui permet de repérer et d’éviter des dysfonctionnements législatifs, politiques et institutionnels. Une démocratie non-algorithmique n’acceptera jamais de mettre 10 innocents en prison si elle a la certitude qu’un seul coupable figure parmi eux, une gouvernance algorithmique considèrera que c’est un mal nécessaire pour optimiser statistiquement la mise en sécurité de la population.

    Ces Franken-algorithmes ont deux caractéristiques : ils sont opaques (y compris donc souvent pour ceux qui en conçoivent la version initiale) et imprévisibles. A l’opposé on trouve des algorithmes également opaques (pour des raisons commerciales) mais par contre parfaitement prévisibles. Algorithmes que l’article du Guardian qualifie de « Dumbs » (idiots).

    Les algorithmes à la fois opaques et prévisibles sont donc en effet « stupides ». Parmi les exemples on pourra citer le processus qui, sur Facebook, classe systématiquement comme « pornographie » toute photo ou représentation d’organes génitaux masculins et féminins, incapable ainsi de reconnaître des oeuvres d’art (« L’origine du monde » de Courbet) ou des photos à caractère historique (comme celle du prix Pulitzer de la petite Kim fuyant les bombardements au Vietnam).


  • En dix ans, le nombre de personnes condamnées pour viol a chuté de 40 %
    https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2018/09/14/en-dix-ans-le-nombre-de-personnes-condamnees-pour-viol-a-chute-de-40_5354839

    Le nombre de plaintes pour viol et agression sexuelle augmente, mais, depuis l’affaire d’Outreau, les exigences en matière de preuves sont plus fortes

    Le constat a de quoi surprendre. Le nombre de condamnations pour viol par la justice française a chuté de quelque 40 % en dix ans, selon le service statistiques de la chancellerie. De 1 652 condamnations par les cours d’assises pour ce crime en 2007, dont 1 350 pour viol aggravé, on est tombé à 1 003 condamnations en 2016, dont 851 pour viol aggravé, selon des données publiées le 6 septembre, sans la moindre explication.

    La libération de la parole sur ces infractions, alors que la police estime pourtant que seule une victime de viol sur dix porte plainte, serait-elle une vue de l’esprit ? Ou la justice serait-elle sourde aux appels des gardes des sceaux successifs à une répression plus sévère de ce fléau ?

    Le contraste apparaît saisissant comparé avec l’évolution rigoureusement inverse du nombre de plaintes pour viol enregistrées par la police ou la gendarmerie : 14 130 personnes se sont déclarées victimes de tels faits en 2016, soit 40 % de plus en dix ans (un pourcentage calculé par nos soins à prendre avec précaution puisque la méthode de comptage du ministère de l’intérieur a changé au cours de la période).

    Aucun des magistrats contactés, au siège comme au parquet, pour réagir à ces chiffres-chocs ne semblait avoir conscience d’une baisse nationale du nombre de sanctions pour ce crime, et encore moins de son ampleur. Cette tendance n’a rien d’un accident statistique, elle frappe par sa régularité sur la période. Le phénomène aurait une origine multifactorielle.

    Tendance contre-intuitive

    Il serait tentant d’y voir la marque de la « correctionnalisation » dont les parquets et les juges d’instruction usent depuis quelques années. En déqualifiant des faits de viols – un crime – en agression sexuelle – un délit –, les magistrats orientent la procédure vers les juges professionnels du tribunal correctionnel, réputés moins sensibles au doute que les jurés d’assises, lorsque le dossier ou la personnalité de la victime comporte des fragilités. Ce circuit est parfois aussi choisi pour accélérer tout simplement la survenue du procès, en évitant les cours d’assises totalement débordées.

    LA PEINE PRONONCÉE POUR UN VIOL EST EN MOYENNE DE 9,6 ANNÉES DE PRISON FERME

    Or, le nombre de condamnations judiciaires pour agressions sexuelles, y compris, donc, les viols « correctionnalisés », a lui aussi chuté en dix ans, certes dans une proportion moindre : moins 20 %, à 4 602 condamnations. Cette tendance concerne également les atteintes sexuelles sur mineurs, dont on relève 332 condamnations en 2016, soit 24 % de moins en une décennie.

    Pour autant, on ne peut pas parler d’un accès de clémence de la justice puisque, dans le même temps, « on constate un alourdissement des peines prononcées au cours du temps, qui concerne aussi bien les viols que les agressions sexuelles », notent les statisticiens de la chancellerie. La peine prononcée pour un viol est en moyenne de 9,6 années de prison ferme. Dans les cas de récidive, relativement peu nombreux puisque seuls 6 % des condamnés avaient déjà un casier judiciaire avec une condamnation pour violences sexuelles, le quantum moyen de la peine est de 15,7 ans ferme.

    Au ministère de la justice, on invoque plusieurs facteurs pour expliquer cette tendance contre-intuitive. D’abord l’engorgement de la justice. En bout de chaîne, les dossiers de viols en attente de procès devant les cours d’assises s’accumuleraient (mais aucun chiffre n’est disponible), avec autant d’éventuelles condamnations reportées dans le temps. En amont, la durée des informations judiciaires s’allonge, sous le double effet de l’encombrement des cabinets de juges d’instruction et du recours croissant aux techniques scientifiques d’enquête, comme les analyses ADN.

    Enfin, l’allongement, en 2004, du délai de prescription des viols et agressions sexuelles sur mineurs à vingt ans, à compter de leur majorité de la victime, a sans doute contribué à faire émerger des plaintes pour des faits anciens, que la justice met davantage de temps à démêler.

    « L’aveu survalorisé »

    Mais Youssef Badr, porte-parole de la chancellerie, observe un « effet Outreau » : les années 1990 et le début des années 2000 avaient été marquées par une forte progression du nombre de condamnations. L’opinion publique, elle, était sidérée par le nombre de victimes dans l’affaire du « violeur et tueur de l’Est parisien », Guy Georges, dans le scandale Marc Dutroux en Belgique, et surtout dans l’affaire d’Outreau, dans laquelle dix personnes seront condamnées en première instance à de la prison ferme pour pédophilie. Mais en décembre 2005, l’acquittement général en appel avait clos cinq années de feuilleton médiatico-judiciaire.

    A partir de 2005, la chancellerie constate une diminution du nombre d’affaires nouvelles pour infractions sexuelles sur mineurs, alors que celles sur les majeurs augmentent, mais surtout une augmentation importante du nombre d’affaires non poursuivables concernant les mineurs. Les magistrats seraient ainsi sensibles aux émotions du moment, de l’opinion et des médias. Finalement, il y a moins de condamnations pour viol en 2016 qu’en 1994 !

    Selon M. Badr, l’affaire d’Outreau a « contribué à renforcer les exigences probatoires dans les enquêtes dans lesquelles les paroles de la victime et de l’auteur s’opposent. Cet effet s’est ressenti sur les infractions de viols, d’agressions sexuelles et d’atteintes sexuelles sur mineurs, avec un plus grand nombre d’acquittements et de relaxes ».

    L’échec de la justice à appréhender de façon sereine ce type de criminalité qui, souvent, a lieu dans le huis clos familial est « sans doute lié à la tradition judiciaire et policière française qui a survalorisé l’aveu », explique un magistrat chercheur qui préfère rester anonyme. « Et quand il n’y a plus d’aveu, il n’y a plus rien dans le dossier ! »

    Déperdition statistique

    D’une manière générale, le décalage entre le nombre de plaintes et le nombre de condamnations s’explique par l’importance des classements sans suite décidés par les parquets. Selon une étude publiée en mars par le ministère de la justice sur les « décisions du parquet et de l’instruction », 73 % des personnes mises en cause dans des affaires de violences sexuelles (viols, agressions sexuelles, harcèlement) bénéficient d’un classement sans suite. Le plus souvent, en raison de preuves insuffisantes pour caractériser l’infraction, de la question du consentement difficile à dénouer dans les affaires conjugales, etc.

    Le classement sans suite est parfois justifié par les souvenirs imprécis de la victime en raison de son état au moment des faits. Un motif qui inquiète les parquets, alors que les agressions à l’égard de personnes alcoolisées ou droguées semblent constituer un phénomène en développement. La déperdition statistique se poursuit au fil de la procédure. Un tiers des auteurs présumés qui ont franchi le premier tamis du parquet et ont été mis en examen par un juge d’instruction bénéficient d’un non-lieu total à l’issue de l’information judiciaire.

    Il est trop tôt pour savoir si l’affaire Weinstein et l’émotion provoquée par l’ampleur du mouvement #metoo et #balancetonporc de fin 2017 se traduiront par une nouvelle inversion de la courbe des condamnations à partir de 2018.

    Les chiffres de la violence sexuelle en France

    Près de neuf personnes sont violées chaque heure en France, soit 206 viols par jour.

    Le nombre de viols serait ainsi de 75 000 par an, dont seulement 16 400 ont été déclarés en 2017 (+ 12% par rapport à 2016). Une hausse notable liée à l’affaire Weinstein et à la campagne de dénonciation des violences sexuelles qui a suivi.

    78 197 personnes étaient inscrites au Fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles ou violentes (FIJAISV) au 31 mars 2018.

    Il y a eu 5,6% de récidives des crimes sexuels en 2016, contre 5,3% en 2015.

    1 012 personnes ont été condamnées pour viol en 2017.

    7 249 personnes étaient détenues pour viol ou délit sexuel au 1er janvier 2015 (soit 12,8% des détenus condamnés).

    90 % des violeurs ne présentent aucune pathologie mentale et 90 % des condamnés sont issus de classes populaires, selon Amnesty international.

    Sources : Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP, ministère de la justice) et Collectif féministe contre le viol (CFCV)


  • #Bitcoin et consorts : la déprime après l’euphorie - France 24
    https://www.france24.com/fr

    Plus dure sera la chute. Après une année 2017 marquée par un engouement sans précédent des investisseurs, les #monnaies_dématérialisées – telles que le bitcoin, l’ethereum ou encore le ripple – tombent de très haut. C’est « le Grand #Crash », assure la chaîne économique américaine Bloomberg qui n’a pas hésité, mercredi 12 septembre, à comparer la dégringolade actuelle à l’éclatement de la #bulle internet du début des années 2000.


  • Trump Administration Discussed Coup Plans With Rebel Venezuelan Officers - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2018/09/08/world/americas/donald-trump-venezuela-military-coup.html

    The Trump administration held secret meetings with rebellious military officers from Venezuela over the last year to discuss their plans to overthrow President Nicolás Maduro, according to American officials and a former Venezuelan military commander who participated in the talks.

    Establishing a clandestine channel with coup plotters in Venezuela was a big gamble for Washington, given its long history of covert intervention across Latin America. Many in the region still deeply resent the United States for backing previous rebellions, coups and plots in countries like Cuba, Nicaragua, Brazil and Chile, and for turning a blind eye to the abuses military regimes committed during the Cold War.

    The White House, which declined to answer detailed questions about the talks, said in a statement that it was important to engage in “dialogue with all Venezuelans who demonstrate a desire for democracy” in order to “bring positive change to a country that has suffered so much under Maduro.

    But one of the Venezuelan military commanders involved in the secret talks was hardly an ideal figure to help restore democracy: He is on the American government’s own sanctions list of corrupt officials in Venezuela.

    He and other members of the Venezuelan security apparatus have been accused by Washington of a wide range of serious crimes, including torturing critics, jailing hundreds of political prisoners, wounding thousands of civilians, trafficking drugs and collaborating with the Revolutionary Armed Forces of Colombia, or FARC, which is considered a terrorist organization by the United States.

    American officials eventually decided not to help the plotters, and the coup plans stalled. But the Trump administration’s willingness to meet several times with mutinous officers intent on toppling a president in the hemisphere could backfire politically.

    • NY Times: EE UU discutió planes con militares venezolanos en secreto
      http://www.el-nacional.com/noticias/politica/times-discutio-planes-con-militares-venezolanos-secreto_251006

      Oficiales americanos y un ex comandante del cuerpo castrense venezolano indicaron que la administración del presidente norteamericano, Donald Trump, mantuvo reuniones secretas con oficiales militares rebeldes de Venezuela para discutir planes para derrocar al presidente Nicolás Maduro.

      The New York Times indicó que uno de los militares involucrado en las conversaciones se encuentra en la lista de oficiales sancionados por el gobierno de Estados Unidos por actos de corrupción.

      Los oficiales americanos decidieron, eventualmente, no ayudar a los conspiradores, por lo que los planes golpistas se congelaron. De acuerdo con la información de The New York Times, miembros de la Fuerza Armada habían solicitado reuniones con funcionarios norteamericanos durante el gobierno del presidente Barack Obama, pero fueron rechazados.

      La declaración del Presidente Trump de que EE UU tenía en cuenta la opción militar para Venezuela animó a los militares venezolanos a retomar el contacto con Washington nuevamente.

      Era el comandante en jefe el que decía esto ahora”, indicó el ex comandante venezolano en la lista de sanciones durante una entrevista.

      Los miembros del cuerpo castrense del país le explicaron a los oficiales estadounidenses, durante unas reuniones que comenzaron en septiembre del año pasado y prosiguieron este año, que representaban a cientos de miembros de la fuerza armada descontentos con el gobierno de Maduro.

      The New York Times indicó que los militares venezolanos solicitaron radios encriptadas, alegando la necesidad de comunicarse de forma segura mientras desarrollaban un plan para la instalación de un gobierno de transición para dirigir el país hasta que se realizaran elecciones.

      Los oficiales americanos no proveyeron a los oficiales con los equipos requeridos, y los planes se develaron, causando el arresto de una docena de presuntos conspiradores.

      El ex comandante venezolano señaló que hay, por lo menos, tres grupos distintos dentro del cuerpo castrense del país que han conspirado contra el gobierno venezolano.

      Uno de los grupos estableció contacto con el gobierno estadounidense mediante la embajada americana en una capital europea. En ese momento, oficiales de la Casa Blanca indicaron que estaban intrigados pero atentos, y dijeron que les preocupaba que el encuentro pudiese ser visto como una trampa para tener evidencia de que la administración de EE UU estaba conspirando contra Venezuela.

      A medida que la situación del país empeoró, los oficiales americanos señalaron que valía la pena apoyar el esfuerzo de los militares que querían lograr un cambio político.

      Despues de mucha discusión, acordamos que deberiamos escuchar lo que tenían que decir”, indicó un oficial que no estaba autorizado a hablar de las reuniones secretas.

      La administración de Trump envió a un diplomático a las reuniones para las conversaciones, pero no estaba autorizado a negociar nada en el momento. El oficial norteamericano puntualizó que los oficiales venezolanos no parecían tener un plan detallado de acción y que esperaban que los americanos les ofrecieran ideas y colaboración para idear un plan.

      El ex comandante venezolano aseguró que los militares nunca solicitaron a Estados Unidos por una intervención militar. “Nunca acordé una operación conjunta, ni ellos la propusieron”, señaló el miembro del cuerpo castrense y añadió que se iba a actuar en julio del año pasado, cuando el gobierno instaló la asamblea nacional constituyente, pero abortaron el plan por temor a que llevara a un baño de sangre.

      Posteriormente decidieron realizar la toma del poder en Marzo, pero los planes se develaron, de acuerdo con el oficial, por lo que decidieron posponer la operación hasta el 20 de mayo, día de “elecciones presidenciales” en Venezuela. Nuevamente se filtraron los planes, por lo que se canceló el plan.

      Para que la conspiración tuviera éxito, se debía detener a Nicolás Maduro y a otros funcionarios de gobierno de manera simultánea. Para hacer eso, los oficiales venezolanos requerían una forma de comunicación segura, por lo que solicitaron equipos al diplomático norteamericano durante su segunda reunión el año pasado. Los norteamericanos se negaron a la solicitud.

      Estabamos frustrados. No recibíamos señales de apoyo y me dejaron esperando”, indicó el ex comandante venezolano sobre la segunda reunión. Durante el tercer encuentro, a principios de este año, las discusiones se estancaron y los estadounidenses no proveyeron de material o apoyo político a los planes de los militares.

      Más de 150 militares han sido detenidos, y el ex comandante venezolano indicó que probablemente estén siendo torturados. Se lamentó de la falta de apoyo táctico de Estados Unidos, la cual, a su juicio, pudo haber cambiado la historia del país.

      Estoy decepcionado. Pero soy el menos afectado, al menos no soy un prisionero”, confesó.



  • La sorcière contre le patriarcat
    https://www.lemonde.fr/livres/article/2018/09/13/la-sorciere-contre-le-patriarcat_5354336_3260.html

    Dans son essai « Sorcières. La puissance invaincue des femmes », Mona Chollet rappelle comment un qualificatif infamant est devenu un symbole féministe.

    La scène a été photographiée en Pologne au mois de mars, pendant les manifestations contre le durcissement de la législation sur l’avortement. Une jeune femme – blouson de cuir et masque en papier sur le visage – tient une pancarte sur laquelle est inscrit un cri de ralliement des mouvements féministes contemporains : « Nous sommes les petites-filles des sorcières que vous n’avez pas réussi à brûler. » Quelques mois plus tôt, les membres du « Witch Bloc » défilaient à Paris au cri de « Macron au chaudron ! ».

    Etrange figure que celle de la sorcière. Avant d’être érigées par certaines, depuis les années 1960, en symbole de la lutte des femmes contre toutes les formes de domination masculine, les sorcières furent persécutées entre le XVIe et le XVIIIe siècle, essentiellement en Europe et en Amérique. Bien que certains hommes aient aussi été accusés de sorcellerie, ce sont des femmes qu’inquisiteurs et exorcistes poursuivirent et auxquelles ils firent subirent d’atroces supplices parce qu’elles vivaient à l’écart, n’enfantaient pas ou ne fréquentaient pas les églises.

    Jusqu’à aujourd’hui le mot transporte le pire du sexisme patriarcal. Les hommes n’appellent en effet « sorcières » que les femmes qui s’affranchissent de leur loi en refusant de se laisser cantonner au gazouillis insignifiant en matière de conversation, en ne chérissant pas béatement l’enfantement ou en ne soumettant pas leur corps – cheveux compris – aux canons de beauté qu’ils ont édictés. Dernier exemple en date : des électeurs de Donald Trump et des soutiens de Bernie Sanders qualifièrent Hillary ­Clinton de « sorcière » pendant la campagne présidentielle américaine de 2016.

    Grande chasse

    Dans ce livre écrit d’une plume alerte, la journaliste Mona Chollet rappelle certaines caractéristiques de cette grande chasse aux sorcières sur laquelle s’ouvrit la modernité. La fin des formes communautaires de vie et de travail rendait les femmes dépendantes d’un mari et dangereuses celles qui refusaient cette soumission. L’obsession pour la fertilité féminine transformait d’autre part en fardeau les femmes vieillissantes qui ne s’effaçaient pas pour autant face aux hommes. La science naissante s’acharnait, enfin, à disqualifier toutes les formes de savoir fondées sur un rapport simple à la nature, comme la connaissance des plantes, dans laquelle certaines femmes étaient pourtant devenues maîtresses alors que la médecine virile se fiait encore aux astres.

    L’intérêt du livre tient cependant moins à l’enquête historique, qui mériterait de plus amples développements et quelques nuances, qu’à son prolongement contemporain. En puisant dans la littérature, le cinéma, les sciences sociales et sa propre trajectoire, Mona Chollet entre en effet elle-même en résonance avec ces sorcières de toutes les époques qui incarnèrent à ses yeux « la femme affranchie de toutes les dominations ».

    Les temps où « répondre à un voisin, parler haut, avoir un fort caractère ou une sexualité un peu trop libre, être une gêneuse d’une quelconque manière suffisait à vous mettre en danger » sont peut-être révolus. Mona Chollet excelle cependant à suggérer à quel point les femmes doivent toujours, pour se libérer, prendre le risque de devenir des sorcières et parfois en payer le prix, qu’il soit léger (mais pourquoi suggère-t-on toujours aux femmes célibataires de s’adjoindre la compagnie d’un chat ?) ou écrasant (ainsi de la violence domestique que déclenchent parfois les velléités d’autonomie des femmes dans le couple moderne).

    Le monde vu par les femmes

    Devenir sorcière, ce n’est pas seulement, pour une femme, dénoncer l’injustice ou la violence qui lui sont faites. En suivant le destin de plusieurs figures qui empruntèrent cette voie, comme Gloria Steinem aux Etats-Unis ou Simone de Beauvoir en France, et en livrant au lecteur des expériences plus personnelles, Mona Chollet met le lecteur sur la piste de quelque chose de plus essentiel encore : devenir sorcière, c’est affirmer, sans peur et sans détour, « à quel point le monde vu par les femmes est différent du monde que l’on nous vend tous les jours ».

    Le rejet du patriarcat, qui fut pour Mona Chollet la cause de la grande panique masculine au terme de laquelle tant de sorcières furent brûlées, fut aussi, plus tard, la matrice d’où naquirent tous les féminismes. Pour les sorcières d’hier et d’aujourd’hui, c’est tout un monde qui est à reconquérir, avec pour seules armes le refus de l’asservissement de la nature à la loi des hommes et un rapport plus humain au savoir, à l’économie et à la politique.


    • Triple wow !!!

      Si les paroles sont générales, le clip est clairement anti-Trump

      L’album entier semble intéressant :

      Songs Of Resistance 1942-2018
      http://marcribot.com/latest-news/14279452
      https://www.amazon.com/Songs-Resistance-1942-Marc-Ribot/dp/B07DLK7ZCH?SubscriptionId=AKIAJ2JPVFTMZGHMZXNQ&linkCode=xm2&camp=2025&creati

      Portions of the album’s proceeds will be donated to The Indivisible Project, an organization that helps individuals resist the Trump agenda via grassroots movements in their local communities. More info on The Indivisible Project can be found at www.indivisible.org.

      #Musique #Musique_et_politique #Tom_Waits #Marc_Ribot #USA #Bella_Ciao

    • Wow, les paroles de Srinivas :
      https://genius.com/Marc-ribot-srinivas-lyrics

      Dark was the night
      Cold was the ground
      When they shot Srinivas Kuchibhotla down

      It was in Austin’s Bar and Grill
      But it could’ve been most anyone
      A madman pulled the trigger
      Donald Trump loaded the gun
      My country ’tis of thee

      Srinivas was an engineer
      Sunayana was his wife
      Like so many here before them
      They come here to build the life
      They were plannin’ their first child
      But it was not to be
      But a stranger shot Srinivas down
      Screamin’ “Get out of my country!”
      My country ’tis of thee

      I was born in America
      And it’s right here I intend to stay
      But my country’s hurtin’ now
      There’s a few things I need to say
      If you fly a flag of hate
      Then you ain’t no kin to me
      And to Srinivas Kuchibhotla’s surviving family

      My country ’tis of thee
      My country ’tis of thee
      My country ’tis of thee
      My country ’tis of thee

      My country ’tis of thee
      My country ’tis of thee
      My country ’tis of thee
      My country ’tis of thee

      My country ’tis of thee (Kuchibhotla!)
      My country ’tis of thee (Eric Garner!)
      My country ’tis of thee (Heather Heyer!)
      My country ’tis of thee (Susie Jackson!)

      My country ’tis of thee (Tywanza Sanders! Ethel Lee Lance!)
      My country ’tis of thee (Freddy Gray! Tamir Rice!)
      My country ’tis of thee (Frankie Best! Amadou Diallo!)
      My country ’tis of thee (Michael Brown! David Simmons!)
      My country ’tis of thee (Myra Thompson! Sharonda Singleton!)

      #Black_Lives_Matter #Srinivas_Kuchibhotla #Eric_Garner #Heather_Heyer #Susie_Jackson #Tywanza_Sanders #Ethel_Lee_Lance #Freddy_Gray #Tamir_Rice #Frankie_Best #Amadou_Diallo #Michael_Brown #David_Simmons #Myra_Thompson #Sharonda_Singleton

    • A propos de la chanson Rata de dos patas, il précise :

      Due to the fears that Trump regime retaliation would threaten her visa status, the vocalist on this recording of Rata De Dos Patas has requested that we delete all reference to her identity. We believe her fears are entirely justified, and have complied with her wishes.

      We thank her for her wonderful performance, and for her great courage in making the recording at all. And we look forward to a day when political and artistic expression is no longer under the shadow of such vindicative and racist repression. Venceremos!

    • BELLA CIAO
      Italian traditional; Arranged by Marc Ribot
      & Tom Waits; Translated by Marc Ribot

      One fine morning / woke up early
      Bella ciao, bella ciao, goodbye beautiful
      One fine morning / woke up early
      To find a fascist at my door
      Oh partigiano, please take me with you
      Bella ciao, bella ciao, goodbye beautiful
      Oh partigiano, please take me with you
      I’m not afraid now anymore.
      And if I die a partigiano
      Bella ciao, bella ciao, goodbye beautiful
      Please bury me up on that mountain
      In the shadow of a flower
      So all the people, people passing
      Bella ciao, bella ciao, goodbye beautiful
      All the people, the people passing
      Can say: what a beautiful flower
      This is the flower / of the partisan
      Bella ciao, bella ciao, goodbye beautiful
      This is the flower / of the partisan
      Who died for freedom

    • THE MILITANT ECOLOGIST
      [based on FISCHIA IL VENTO]
      Written by Marc Ribot (Knockwurst Music);
      Inspired by the Italian traditional

      The wind it howls, the storm around is raging
      Our shoes are broken, still we must go on
      The war we fight, is no longer for liberty
      Just the possibility / of a future.
      Underground, the militant ecologist
      Like a shadow emerges from the night
      The stars above, guide her on her mission
      Strong her heart swift her arm to strike
      If, by chance, cruel death will find you
      Know your comrades will revenge
      We’ll track down the ones who hurt you
      Their fate’s already sealed.
      The wind is still, the storm is finally over
      The militant ecologist blends back into the shadows
      Somewhere above, the earth’s green flag is flying
      We don’t have to live in terror
      Somewhere above, the earth’s green flag is flying
      The only flag that matters now
      Somewhere above, the earth’s green flag is flying
      And if its not...
      there’s nothing more to say.

    • Son premier texte, où il se pose des questions sur la possibilité de résister en tant que musicien :

      My grandparents lost brothers, sisters, cousins, aunts and uncles in the Holocaust, and I’ve toured and have friends in Russia and Turkey: we recognize Trump, and it’s no mystery where we will wind up if we don’t push back.

      Its not that things before Trump were any picnic: the many victims of racism, sexism, homophobia, xenophobia, and war under earlier presidents – some of them Democrats—are not forgotten; and even among the politicians for whom I voted, few were willing to address the structural causes of these problems.

      But even the most pissed off of my activist friends knew right away that Trumpism was seriously wrong, and that resistance—not just protest, which by definition acknowledges the legitimacy of the power to which it appeals—had to be planned.

      I’m a musician, so I began my practice of resistance with music.

      Normally, I practice by studying the past (“Ancient to the Future!” as the Art Ensemble of Chicago put it—and as Hannah Arendt might have if she’d been a jazz musician), and then blowing on or reconstructing or simply misreading those changes until they become useful in the present.

      So, I went back to archives of political music known for years and listened again—trying to find what was useful now. I found songs from the World War II anti-Fascist Italian partisans (“Bella Ciao,” “Fischia il Vento”), the U.S. civil rights movement (“We’ll Never Turn Back,” “We Are Soldiers in the Army”), a political song originally recorded by Mexican artist Paquita la del Barrio, had disguised as a romantic ballad (“Rata de Dos Patas”).

      I also wrote songs: things I heard at demonstrations, and newspaper and television stories that I couldn’t process any other way wound up as lyrics. I changed these found texts as little as possible: much of “Srinivas” is a metered version of news articles on Srinivas Kuchibhotla a Sikh immigrant murdered in February 2017 by a racist who mistook him for a Muslim. And “John Brown” really did “kill... five slaveholders at the Pottawatomie creek”).

      By March 2017, I had the material for Goodbye Beautiful/Songs of Resistance.

      I make no claims of historical “authenticity” about the arrangements of archival songs on the record— although I hope they work on more than one level, the arrangements and composition songs on this CD were written and performed, without apology, as agitprop. I borrowed from, referenced, and quoted public domain song as much as I could, wanting to harness the power of our rich traditions to the needs of the current struggle wherever possible. For the same reason, I altered texts and arrangements freely, as political song makers have always done.

      The underlying politics of this recording is that of the Popular Front: the idea that those of us with democratic values need to put aside our differences long enough to defeat those who threaten them.

      Although this approach has its frustrations, it worked last time around (1942-45).

      Coordinating a multi-artist recording like this wasn’t easy: although the artists involved were without exception enthusiastic and helpful.

      But the madness of the past year kept us moving when things got bogged down: we recorded Justin Vivian Bond’s “We’ll Never Turn Back” literally while Donald Trump was delivering a friendly speech to anti-gay hate groups in Washington DC. Tom Waits’ “Bella Ciao” was recorded near Santa Rosa, in the haze of smoke from 1,500 homes destroyed by wildfires attributed partly to global warming.

      Not a day goes by that I don’t think about the fact that we’re living through what may be the last years of possibility to lessen the degree of catastrophic climate change which will be experienced by our kids.

      And what I think is that thinking isn’t enough.

      The same can be said of singing.

      Profits from this CD will be donated to The Indivisible Project, a 501c4 organization creating a political response to Trump. They now have chapters in EVERY congressional district, and work to build the local and national networks we need. I have a lot of friends who think that ANY kind of politics isn’t cool. I appreciate the sentiment, but: we need to get over it, roll up our sleeves and get our hands dirty if we’re going to survive this thing.

      I want to thank all the Artists and musicians who sang or played on this cd, not only for their time and great performances, but for their critiques and insights, musical and political, that shaped this recording at every stage.

      Although my intention in organizing this recording has been to express solidarity with everyone victimized by the current regime, finding a way to express that solidarity without repeating old patterns of oppression is not easy. I hope the dialogue and spirit of solidarity begun among the performers on this recording will continue with its listeners and spread even further...

      M Ribot

      –-----------------------------------
      Son deuxième texte, où il se pose des questions sur les défauts de la musique engagée :

      Post Script:

      The question of ‘the good fight’—how to fight an enemy without becoming it—hangs over “political” art (as the question of truthfulness hang over art claiming to have transcended the political). Indeed, Left and Fascist song do share musical commonalities. (Armies fighting for causes good and bad all need songs to march to).

      This recording won’t resolve that question.

      But I’ve noted a difference between the marching songs of fascism and those of the partisan and civil rights movements: a willingness to acknowledge sadness:

      “We are soldiers in the army...
      We have to fight, we also have to cry.”

      “And if I die a partisan,
      Goodbye beautiful, goodbye beautiful, goodbye beautiful,
      Please bury me on that mountain, in the shadow of a flower.”

      “I am a pilgrim of sorrow, walking through this world alone.
      I have no hope for tomorrow, but I’m starting to make it my home.”

      “...a thousand mill lofts grey
      are touched by all the beauty
      a sudden sun exposes
      Yes it is bread we fight for, but we also fight for roses.”

      These songs’ acknowledgement of human frailty, of the fact that “we have to cry” even as “we have to fight”, is for me a sign of enormous strength. Their vision of a beauty beyond victory is for me a sign of hope, a reminder that we at least have something worth fighting for.

      M Ribot
      November, 2017


  • Super interview de 2013 : Rachid Taha : «  Liberté, égalité, fraternité, c’est devenu un slogan publicitaire  »
    Rosa Moussaoui et Marie-José Sirach, L’Humanité, le 22 novembre 2013
    https://www.humanite.fr/culture/rachid-taha-liberte-egalite-fraternite-c-est-deven-553643

    Un reportage sur Carte de Séjour en 1982 :
    https://www.youtube.com/watch?v=9vDc4YuZz1k

    L’Hymne antifasciste de 1993, Voilà Voilà :
    https://www.youtube.com/watch?v=YoUk9ksOKP4

    Ya Rayah en 1997, le clip officiel :
    https://www.youtube.com/watch?v=zp1m0xbkap4

    1,2,3 Soleils, le concert du siècle en 1999, avec Ida :
    https://www.youtube.com/watch?v=vVRsnDo0qcY

    Alliance punk arabe, il était logique qu’il adapte Rock el Casbah en 2004. Il était aussi logique qu’il la chante avec Mick Jones, en 2006 :
    https://www.youtube.com/watch?v=U76JhPVIoIs

    Le dernier morceau de son dernier disque studio en 2013 était une reprise de Voilà Voila, avec Brian Eno, Agnès b., Femi Kuti, Mick Jones, Christian Olivier, Eric Cantona, Camélia Jordana, Oxmo Puccino, Rachida Brachni, Sonia Rolland et Rodolphe Burger, conscient que la lutte contre le fascisme n’était pas terminée, mais sans lui ce sera encore plus difficile :
    https://www.youtube.com/watch?v=A6WIbvwcVUg

    Aussi ici :
    https://seenthis.net/messages/721451
    https://seenthis.net/messages/721454
    https://seenthis.net/messages/721475

    Très triste, encore... après Jacques Higelin et Aretha Franklin

    #Rachid_Taha #Musique #mort_en_2018


  • David Graeber : « Les “bullshit jobs”  se sont multipliés de façon exponentielle ces dernières décennies »
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2018/09/11/david-graeber-les-bullshit-jobs-se-sont-multiplies-de-facon-exponentielle-ce

    Nos sociétés échouent à utiliser la technologie pour favoriser les activités utiles et le temps libre, explique l’anthropologue David Graeber.

    En 2013, il publiait un article-choc sur le sujet : d’innombrables salariés de la finance, du marketing ou du secteur de l’information sont aujourd’hui convaincus d’occuper des emplois inutiles, absurdes, voire nuisibles pour la société. Dans son truculent essai Bullshit Jobs (« Boulots à la con »), paru le 5 septembre aux éditions Les liens qui libèrent, David Graeber, anthropologue et professeur influent de la London School of Economics, explore les racines de ce phénomène, dont les conséquences ne se limitent pas à la souffrance professionnelle. Car au-delà, explique-t-il, notre société entière échoue à utiliser le progrès technologique comme un outil de libération des individus.

    Les emplois inutiles que vous décrivez n’ont-ils pas toujours existé ?

    Oui, mais ils se sont multipliés de façon exponentielle ces dernières décennies. Pour s’en convaincre, il suffit d’écouter les salariés conscients de la faible utilité de leurs emplois, comme ceux rencontrés pour ce livre : le consultant, dont les rapports ne sont lus par personne, l’assistant brassant de l’air car son chef a besoin de justifier sa position hiérarchique, l’avocat d’affaires gagnant de l’argent uniquement grâce aux erreurs du système… Des millions de personnes souffrent aujourd’hui d’un terrible manque de sens, couplé à un sentiment d’inutilité sociale. Ce qui peut sembler paradoxal : en théorie, l’économie de marché, censée maximiser les profits et l’efficacité par le jeu de la concurrence, ne devrait pas permettre à ces jobs peu utiles d’exister.

    Comment expliquer leur prolifération ?

    Par bien des aspects, le système où nous vivons relève moins du capitalisme que d’une forme de féodalité managériale. Depuis les « trente glorieuses », les salaires ont décroché par rapport aux profits. Ces derniers sont captés par le secteur financier, qui les redistribue à un petit nombre de personnes, comme au Moyen Age, par le biais d’un jeu de strates et de hiérarchies complexe.

    Dit autrement : la finance d’aujourd’hui contribue peu à la fabrication de biens et services – et donc de valeur. Une grande partie des profits des banques américaines provient ainsi des frais et pénalités infligés aux clients ne respectant pas leurs règles. Une bonne partie provient également de l’achat et vente de dettes contractées par d’autres.

    Le problème se résume-t-il à la montée en puissance de la finance depuis quarante ans ?

    Pas seulement. Il y a un malentendu fondamental lorsque l’on décrit le passage de l’industrie aux services de nos sociétés durant le XXe siècle. La part des services traditionnels – restauration, coiffeurs… – est en effet restée stable au fil des décennies, autour de 20 % de la main-d’œuvre. En revanche, celle liée aux emplois du secteur de l’information au sens large – informatique, finance, assurance, communication… – a explosé. C’est là qu’une bonne partie des bullshit jobs se concentrent.

    Contrairement à ce que l’on pourrait penser, être payé pour ne pas faire grand-chose engendre une grande souffrance morale. Pourquoi ?

    Les hommes tirent leur bonheur du sentiment d’avoir prise sur le monde. De contribuer à sa bonne marche, d’une façon ou d’une autre. La violence spirituelle qu’engendre l’absence de sens des bullshit jobs, tout comme le sentiment d’inutilité et d’imposture, est destructrice, moralement et physiquement.

    Pourquoi les salariés concernés ne se révoltent-ils pas ?

    Comment le pourraient-ils ? Le travail est aujourd’hui une part déterminante de notre identité – lorsqu’un inconnu vous demande ce que vous faites, vous répondez par votre métier. Tel est le paradoxe de l’emploi contemporain : même lorsque les personnes détestent leur job, elles y restent profondément attachées. Beaucoup tirent même leur dignité précisément du fait qu’elles souffrent au travail.

    Cela tient à notre conception théologique du travail, enracinée dans la chrétienté : il est un devoir, il est le propre de la condition humaine et « forge » le caractère. Celui qui ne fait pas sa part est indigne. Cette vision est, en outre, l’autre face du consumérisme : on souffre au travail pour s’autoriser ensuite à consommer une fois rentrés à la maison.

    Pourquoi les métiers les plus utiles socialement, comme les infirmières ou les instituteurs, sont-ils si peu considérés ?

    Ils sont également mal payés : on observe une relation inverse entre la valeur sociale d’un emploi et la rémunération que l’on en tire. C’est vrai pour tous les jobs liés au soin des personnes (à l’exception des médecins). Ces emplois engendrent une forme de « jalousie morale », c’est-à-dire un ressentiment face aux activités dénotant une plus grande élévation morale. Tout se passe comme si la société entière songeait : les infirmiers, les instituteurs, eux, ont la chance de compter dans la vie des autres, ils ne vont pas en plus réclamer d’être bien payés ! Il en va de même avec les artistes.

    Ce ressentiment nourrit-il le populisme ?

    Oui. Aux Etats-Unis, le populisme de droite à deux caractéristiques : le respect du corps militaire et la haine des élites progressistes, en particulier culturelles. Les deux sont liés. Pour les enfants des classes populaires, intégrer l’« intelligentsia » est un rêve plus inaccessible encore que celui de gagner de l’argent, car cela exige des réseaux dont ils ne disposent pas. Pour eux, la seule institution offrant une possibilité d’ascension sociale est l’armée.

    En 1930, Keynes prédisait que l’automatisation des tâches permettrait de limiter le temps de travail à vingt heures par semaine. Pourquoi cela ne s’est-il pas produit ?

    C’est l’autre paradoxe de l’époque : alors que nos grands-parents rêvaient que l’automatisation libère leurs enfants des travaux difficiles, nous craignons aujourd’hui que les robots prennent nos emplois. Mais si cela se produit, et que plus personne ne touche de salaire, qui consommera les biens fabriqués pas les machines ?

    Nos économies échouent à utiliser l’automatisation pour libérer les individus des bullshit jobs, parce qu’elles sont incapables de concevoir une autre organisation, où le travail tiendrait une place différente.

    Cette libération pourrait passer par l’instauration d’un revenu de base, selon vous. Quels sont les obstacles ?

    En grande partie, la conception théologique du travail que nous avons évoquée. Les sceptiques disent : si l’on donne un revenu à tout le monde, certains en profiteront pour ne rien faire, ou deviendront des mauvais poètes dont on n’a pas besoin. Mais en quoi serait-ce pire que les jobs absurdes d’aujourd’hui ? Au moins, les individus seraient plus heureux.

    Nous passons nos journées à rêver de ce que nous pourrions faire si nous avions du temps, mais politiquement, nous ne sommes pas prêts. Au cours des millénaires, nombre de sociétés sont pourtant parvenues à une organisation où l’occupation du temps libre n’était pas un problème, et où des classes entières n’étaient pas contraintes de consacrer leur vie à des activités qu’elles haïssent.


  • Sibérie : Après les mammouths extraits du permafrost, voici les vers mais eux... ils sont vivants et ils ont 42.000 ans.

    Extrait de l’article de Futura sciences :

    Mais personne ne soupçonnait jusqu’ici que la durée de conservation soit aussi longue. « Notre découverte montre la capacité d’organismes multicellulaires à survivre à une cryoconservation de plusieurs milliers d’années », s’enthousiasment les chercheurs. Selon eux, les mécanismes de survivance de ces nématodes pourraient ouvrir la voie à des recherches sur la cryogénisation humaine. Cela vous dirait une petite hibernation pour voir à quoi ressemblera la planète dans 42.000 ans ?

    et il n’y a pas que les vers :

    The Arctic permafrost is a unique cryobank of genetic resources. Permafrost sediments contain a considerable taxonomic diversity of unicellular organisms remaining viable after the tens and hundreds of
    thousands of years in cryobiosis. Aerobic and anaerobic bacteria, cyanobacteria, actinomycetes, unicellular green algae, yeasts, mixomycetes, naked amoebas, heterotrophic f lagellates, infusorians, moss spores, and the seeds of higher plants capable of germinating after long-term natural cryopreservation have been found in the permafrost.

    Viable Nematodes from Late Pleistocene Permafrost of the Kolyma River Lowland | SpringerLink

    #Préhistoire #Asie #Permafrost #Pléistocène
    #académie_des_sciences_de_Moscou #université_d'Etat_de_Moscou
    #Higher_School_of_Economics_de_Pushchino_Moscou.
    #Université de Princeton

    DOI : 10.1134/S0012496618030079


  • Un coup d’État américain a-t-il été avorté au Venezuela  ?
    https://www.courrierinternational.com/une/un-coup-detat-americain-t-il-ete-avorte-au-venezuela

    “Les États-Unis ont rencontré des comploteurs vénézuéliens”, titre ce lundi 10 septembre The New York Times pour son édition internationale. D’après le quotidien, un coup d’État aurait été envisagé par le gouvernement américain avec l’aide d’opposants politiques locaux :


    “L’administration Trump a organisé, au cours de cette année, des réunions secrètes avec d’anciens officiers militaires rebelles du Venezuela. Ils auraient envisagé des stratégies pour renverser le président Nicolás Maduro, selon des responsables américains et un ancien commandant militaire vénézuélien qui ont participé aux pourparlers.”

    La source du journal a revendiqué l’anonymat, par peur de représailles dans son pays. Cependant, elle serait inscrite “dans la propre liste du gouvernement américain de responsables corrompus au Venezuela”. Lui et d’autres membres de l’appareil de sécurité vénézuélien “sont accusés […] d’une série de crimes graves”, ce qui aurait dissuadé Washington. L’éventualité d’une ingérence américaine au Venezuela s’est dissipée après “une récente répression qui a conduit à l’arrestation de douzaines de complices”.

    Même si les plans ont échoué, la tentative américaine pourrait avoir d’importantes répercussions en Amérique latine, analyse The New York Times : “La volonté de rencontrer à plusieurs reprises des officiers comploteurs désireux de renverser un président de l’hémisphère Sud pourrait avoir des conséquences politiques contre-productives.”


  • Un dessin vieux de 73 000 ans trouvé dans une grotte sud-africaine
    https://www.lemonde.fr/archeologie/article/2018/09/12/un-dessin-vieux-de-73-000-ans-trouve-dans-une-grotte-sud-africaine_5354166_1

    Des croisillons tracés à l’ocre et conservés sur une roche polie suggèrent une activité symbolique diversifiée d’« Homo sapiens », bien avant son arrivée en Europe.


    « Ce n’est pas la première représentation abstraite attribuable à la lignée humaine, puisqu’on a aussi observé des zigzags tracés sur un coquillage à Java, vieux de plus de 500 000 ans », note Francesco d’Errico (CNRS, université de Bordeaux), qui avait contribué à cette découverte annoncée en 2014. Il participe aussi aux fouilles de Blombos et cosigne l’article décrivant le nouveau dessin sud-africain dans Nature daté du 13 septembre. « Retrouver à Blombos de nouveaux croisillons, sur un autre support et résultant d’une autre technique, suggère que dans l’esprit des habitants de cette grotte, ces symboles signifiaient quelque chose », ajoute-t-il. Il fait le parallèle avec la croix chrétienne, qui elle aussi est un « signe incorporé dans divers supports matériels ».

    Signifiant culturel ou gribouillis impensé ? L’interprétation risque de faire débat. Mais si le sens de ces neuf lignes entrecroisées reste une énigme, leur conservation sur un petit fragment tient en soi du « miracle », insiste Francesco d’Errico. Trouvé par hasard parmi des fragments de pierre taillée, il a intrigué les fouilleurs de Blombos, qui l’ont soumis à de nombreux examens, et effectué de multiples reconstitutions. « Il a d’abord fallu montrer que ce n’était pas le résultat d’un processus naturel », raconte le chercheur. La conclusion des investigations, et notamment de l’observation au microscope confocal, qui permet d’obtenir des images de la surface en trois dimensions ? Le fragment de silcrète provient probablement d’une meule utilisée pour broyer l’ocre, polie par l’usage, et réutilisée pour accueillir une figure finement dessinée.


  • Compteurs Linky : les propriétaires auront le droit de refuser l’accès à leur logement

    https://www.lemonde.fr/energies/article/2018/09/12/compteurs-linky-la-justice-confirme-le-droit-des-usagers-de-refuser-l-acces-

    Le tribunal administratif de Toulouse a tranché en faveur de la commune de Blagnac, qui a publié un arrêté interdisant à Enedis de changer un compteur sans l’accord du propriétaire.

    C’est une première. Mardi 11 septembre, le tribunal administratif de Toulouse a confirmé le droit des habitants de Blagnac de refuser l’accès à leur logement pour la pose d’un compteur Linky, ainsi que la transmission des données collectées par le compteur, selon France 3 Occitanie.

    Le maire de cette commune, Joseph Carles, avait en effet pris un arrêté, le 16 mai, réglementant la pose des compteurs Linky par Enedis. Il voulait garantir à ses habitants la liberté d’accepter ou de refuser, sans pression, l’accès à leur logement ou à leur propriété, ainsi que la transmission des données collectées.

    Comme plus de 600 autres communes, d’après un décompte réalisé par un site anti-Linky, le maire de Blagnac s’était appuyé sur les directives de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) relatives au traitement des données de consommation détaillée pour justifier cet arrêté. Il permettait aussi à l’usager de stipuler son refus par lettre simple à Enedis.


  • L’homme-mystère de l’âge de pierre

    https://www.france.tv/documentaires/science-sante/670129-l-homme-mystere-de-l-age-de-pierre.html

    Une équipe de scientifiques australiens et chinois fait une découverte mystérieuse dans une grotte du sud de la Chine : des restes humains sont mis au jour pendant une fouille, et les os en question ne s’apparentent à aucune autre espèce humaine connue.

    https://youtu.be/lgEukVL0ZGU

    Pourtant, ils sont datés de la même époque que l’homme moderne. L’enquête est lancée pour déterminer s’il y a présence ou non d’une nouvelle espèce. L’hypothèse, si elle est vérifiée, est susceptible de remettre en question toutes les théories actuelles de l’évolution de la lignée humaine.


  • 24 ans après sa sortie, un joueur trouve le dernier secret de Doom II
    http://www.konbini.com/fr/entertainment-2/24-ans-apres-sa-sortie-un-joueur-trouve-le-dernier-secret-de-doom-2

    Quand je pense qu’en 24 années je n’ai même pas découvert 24 « secrets » Doom ... :-(

    Il y a les gens obstinés, et puis il y a ces gamers qui passent des mois et des mois à la recherche d’un truc très précis dans un jeu. En tête de file, on pourrait citer Zero Master. Dans une vidéo relayée par nos confrères de Numerama, celui-ci montre sa dernière grande découverte : le secret n°4 de la carte 15, « Zone Industrielle », de Doom 2.

    Pour faire simple, disons que pour finir le shoot’em up culte à 100 %, il faut trouver tous les passages secrets et autres petites surprises planquées par des game designers très malins. Or il se trouve que depuis la sortie du jeu en 1994, personne n’avait trouvé le dernier secret de la zone 15.

    Enfin, des joueurs avaient trouvé le dernier téléporteur censé permettre d’atteindre ce dernier passage secret, mais personne n’avait réussi à l’activer. Personne. La communauté des fans avait même commencé à penser qu’il s’agissait d’un bug, point barre.

    Le trick, trouvé 24 ans plus tard, est assez bête en soi : Zero Master se place dos au téléporteur, et se fait pousser par un ennemi. Ainsi, la machine s’ouvre et le passage secret se dévoile, permettant au joueur de finir à 100 % le jeu. Un acte remarquable, qui a valu même des félicitations de la part de John Romero, l’un des créateurs du jeu.

    Plus de 20 ans plus tard, un joueur découvre le dernier secret de Doom II et résout entièrement le jeu - Tech - Numerama
    https://www.numerama.com/tech/414335-plus-de-20-ans-plus-tard-un-joueur-decouvre-le-dernier-secret-de-do

    C’est une première pour le jeu Doom II : un joueur est parvenu à atteindre 100 % d’achèvement (et sans triche !) grâce à sa découverte, en débloquant le secret n° 4 de la map 15 Zone Industrielle. Une découverte si bien cachée que de nombreux joueurs pensaient à l’origine qu’il était impossible de compéter Doom II en raison d’un bug.

    Explications. Dans le jeu, au sein de la map 15 Zone Industrielle, on pouvait trouver un téléporteur semblant mener tout droit à un passage secret. Cependant, le joueur ne pouvait pas l’actionner de lui-même. Il a été conclu que l’artefact ne fonctionnait pas et était bugué. Pourtant, le joueur Zero Master a finalement trouvé le stratagème afin de débloquer le passage : laisser un ennemi vous pousser à l’intérieur du téléporteur.

    John Romero a bien confirmé cette théorie et aussi félicité le joueur pour avoir trouvé l’astuce 24 ans plus tard. Une grande satisfaction aussi bien pour le game designer que pour le joueur. Vous pouvez visionner la découverte autour de 3 minutes et 5 secondes.

    CONGRATS, Zero Master ! Finally, after 24 years ! « To win the game you must get 100 % on level 15 by John Romero. » Great trick getting to that secret ! https://t.co/Im9BSP5Eyh #doom

    #jeux_vidéo #wtf


  • Conscience de soi : un petit poisson semble avoir passé le test du miroir

    https://www.gurumed.org/2018/09/01/conscience-de-soi-un-petit-poisson-semble-avoir-pass-le-test-du-miroir

    Le test “d’autoreconnaissance” du miroir a été utilisé pour la première fois dans les années 1970 par le psychologue Gordon Gallup. Il a présenté le miroir à un groupe de chimpanzés adolescents qui, n’ayant jamais vu de miroir auparavant, ont d’abord considéré les images qu’ils voyaient comme des menaces. Après un certain temps, ils ont commencé à modifier leur comportement. Avec le temps, ils ont appris que le miroir leur montrait un reflet de leur propre corps et ils ont donc commencé à s’en servir pour se toiletter ou s’inspecter.

    De nombreux animaux que nous considérons comme sociaux et intelligents, tels que les chiens, les chats ou les poulpes, ont régulièrement échoué au test du miroir. Chez les humains, certaines cultures ne réussissent pas le test avant l’âge de 6 ans ou plus.

    Étant des animaux très territoriaux, les poissons ont d’abord attaqué les miroirs, prenant leur reflet comme des intrus. Mais leur attitude a vite changé : en quelques jours, les poissons dansaient devant les miroirs, note l’équipe. Cela pouvait être facilement qualifié de comportement ” inhabituel ” pour l’espèce, qui a tendance à être solitaire.

    Ensuite, les chercheurs ont placé une tache de gel coloré sur 8 têtes de poissons dans une position où ils ne seraient visibles que dans le miroir. Sept des poissons ont passé ” beaucoup plus de temps ” dans des positions où le gel était visible dans leur réflexion, écrit l’équipe. Plusieurs d’entre eux ont passé plus de temps qu’avant à essayer de racler la zone contre des objets dans leur environnement, ajoutent les chercheurs.



  • Des éoliennes et des centrales solaires dans le Sahara feraient davantage pleuvoir
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/09/07/des-eoliennes-et-des-centrales-solaires-dans-le-sahara-feraient-davantage-pl

    L’exercice est théorique mais le résultat marquant : des chercheurs ont calculé que l’installation d’immenses centrales d’énergies éolienne et solaire sur une partie du désert du Sahara pourrait augmenter les précipitations locales, tout en produisant de l’électricité pour la planète.

    Leur étude, publiée jeudi 6 septembre dans la revue scientifique Science, estime que l’installation de trois millions d’éoliennes, ainsi que de panneaux solaires sur 20 % de la surface du désert, soit neuf millions de kilomètres carrés, permettrait « d’alimenter le monde entier en électricité ».

    Et parce que les éoliennes et panneaux solaires changeraient la température au sol et modifieraient les flux d’air, les auteurs de l’étude estiment qu’il pleuvrait davantage dans le Sahara, les précipitations passant de 0,24 à 0,59 mm par jour. Un effet qui serait plus marqué dans la région semi-aride du Sahel.

    Cet impact est limité à la région couverte par les centrales, contrairement aux centrales utilisant des énergies fossiles, qui rejettent des gaz à effet de serre dans l’atmosphère ce qui contribue au réchauffement de la planète entière.

    #continuons_à_consommer


  • Joseph Stiglitz : « La politique économique de Trump est conçue pour les ultra-riches »

    https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/09/08/joseph-stiglitz-trump-met-en-place-une-politique-economique-concue-pour-les-

    Pour le prix Nobel et ancien conseiller de Bill Clinton, la politique menée par le locataire de la Maison Blanche est désastreuse pour l’Américain ordinaire.

    Professeur d’économie à l’université Columbia, Joseph Stiglitz a dirigé les conseillers économiques du président Clinton (1995-1997), avant d’être chef économiste de la Banque mondiale (1997-2000). En 2001, il a reçu le prix Nobel d’économie pour ses travaux sur l’asymétrie d’information sur les marchés imparfaits. Il a publié de nombreux ouvrages dont La Grande Désillusion (Fayard, 2002) ou plus récemment, L’Euro : comment la monnaie unique menace l’avenir de l’Europe (éd. Les Liens qui libèrent, 2016).

    Depuis l’élection de Donald Trump, le S&P 500, indice basé sur les 500 plus grandes sociétés cotées aux Etats-Unis a augmenté de 33 % pour atteindre son plus haut niveau historique, le taux de chômage est bas, et celui de la croissance, annualisée, atteint plus de 4 %. Finalement, Trump, ça marche ?

    La bonne santé de l’économie américaine n’est pas à mettre au crédit de Donald Trump. Premièrement, il bénéficie de la reprise économique qui a débuté sous Barack Obama. Deuxièmement, il a fait exploser le déficit budgétaire en augmentant la dépense publique et en baissant les impôts, ce qui, naturellement, crée de la croissance à court terme. En France, un choc fiscal de cette ampleur, qui a vu le déficit public américain passer de 3 % à presque 6 % du produit intérieur brut (PIB), n’aurait même pas été autorisé par les traités européens.

    Troisièmement, si les cours de la Bourse ont tant augmenté, c’est surtout parce que les impôts sur les sociétés ont beaucoup baissé, ce qui a augmenté les valeurs des entreprises. Enfin, si on compare la situation aux Etats-Unis depuis l’élection de Trump avec celle des autres pays de la région, on se rend compte qu’elle n’a rien d’exceptionnel. Par exemple, entre 2016 et 2017, la croissance a davantage augmenté au Canada qu’aux Etats-Unis.

    En faisant exploser le déficit public, Trump déplace le fardeau de la charge fiscale sur les générations futures. Sa politique n’est pas viable à long terme. Je m’attends à un vrai ralentissement de la croissance vers la fin 2019, début 2020, car ses réformes ne favorisent pas l’investissement. La Réserve fédérale [la banque centrale des Etats-Unis] va devoir augmenter les taux d’intérêt plus que s’il n’y avait pas eu de baisse massive des impôts.

    De plus, Trump a réduit certains programmes publics, et on peut s’attendre à moins d’investissements productifs dans ce secteur. Au total, sa politique économique aura donc des effets très néfastes.

    Vous mettez aussi en cause le caractère inégalitaire de sa politique économique…

    Alors que, les Etats-Unis sont déjà le pays le plus inégalitaire des pays développés, Trump met en place une politique économique conçue pour les ultra-riches mais désastreuse pour l’Américain ordinaire. Il finance une baisse d’impôts pour les très riches par une hausse pour les classes moyennes.

    Sur le plan éducatif, il fait ouvrir des « charter schools » [écoles privées à financements publics] qui par le passé ont pourtant contribué à faire beaucoup augmenter les inégalités. Par ailleurs, il a fait passer une réforme qui va faire perdre à treize millions d’Américains leur couverture santé, alors que dans ce pays le problème du manque d’accès aux soins est tel que l’espérance de vie est aujourd’hui en déclin.

    Les mesures favorables aux entreprises ne vont-elles pas, cependant, susciter une croissance bénéfique à tous ?

    Les revenus des 1 % les plus riches n’ont cessé d’augmenter ces quarante dernières années, tandis que ceux des 90 % les plus pauvres ont stagné. Les faits le prouvent : l’enrichissement des plus riches ne bénéficie qu’aux plus riches.

    Par ailleurs, l’argent que Trump a rendu aux riches et aux entreprises n’a pas été réinvesti, ni utilisé pour augmenter les salaires, mais a servi à financer des programmes de rachat d’actions, ce qui a mis de l’argent dans les poches d’Américains déjà très riches.

    Parlons justement des inégalités, que vous voyez comme l’un des défis majeurs du XXIe siècle. Pourquoi ont-elles explosé au sein de nos sociétés ces quarante dernières années ?

    Certaines tendances majeures, comme les évolutions technologiques, la mondialisation ou la libéralisation des échanges, sont les mêmes dans tous les pays. Pourtant, les inégalités n’ont pas augmenté de la même manière partout, ce qui prouve que les choix politiques en sont en partie responsables.

    Les Etats-Unis ont, par exemple, rendu la vie des syndicats très compliquée et ont réduit les droits des salariés, ce qui a nui à leur pouvoir de négociation avec les patrons. Conséquence : les salaires les plus bas sont au même niveau qu’il y a soixante ans. Dans la plupart des pays ce serait inadmissible. Plus généralement, ceux qui ont fait les mêmes choix économiques que les Etats-Unis ont de hauts niveaux d’inégalités, tandis que ceux qui ont suivi d’autres chemins en ont moins. La France, par exemple, a fait plus pour protéger les salariés.

    Les réformes qui seraient nécessaires pour réduire les inégalités ne nuiraient-elles pas à l’efficacité économique ?

    Non, cette vieille idée a été totalement discréditée ces dix dernières années. L’inégalité est coûteuse pour la société. Je l’ai expliqué dans un livre appelé Le Prix de l’inégalité (éd. Les liens qui libèrent, 2012). D’ailleurs, les travaux économétriques et statistiques réalisés par le Fonds monétaire international (FMI) ou par l’Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE) ont toujours soutenu que les économies les plus égalitaires étaient les plus efficaces.

    Il y a au moins deux raisons à cela. D’abord, les pays les plus égalitaires sont généralement ceux où les riches ne peuvent pas se limiter à exploiter leurs rentes, ce qui induit une utilisation plus efficace des ressources. Ensuite, dans les pays très inégalitaires, il n’existe souvent pas d’égalité des chances. Du coup, des jeunes talentueux mais défavorisés n’obtiennent pas le niveau d’éducation qui leur permettrait d’exploiter leur potentiel et de contribuer pleinement à l’économie du pays.

    Donald Trump a augmenté les tarifs douaniers pour les exportations chinoises de 16 milliards de dollars (14 milliards d’euros). Certains commentateurs pensent que cette guerre commerciale sera plus douloureuse pour la Chine que pour les Etats-Unis, et qu’elle devra donc céder aux exigences américaines…

    Ce point de vue ne prend pas en compte le fait que la Chine a des moyens non économiques de faire souffrir les Etats-Unis. Elle peut le faire par le biais diplomatique avec, par exemple, son droit de veto au Conseil de sécurité des Nations unies (ONU) ou par le biais politique, comme à travers ses choix vis-à-vis de la Corée du Nord.

    Le jeu auquel joue Trump est donc dangereux, et à terme pourrait nuire aux intérêts des Etats-Unis. De plus, même en ne regardant que l’aspect purement économique, il n’est pas donné que la Chine soit forcément perdante dans cette guerre commerciale.

    « EN CHINE, (...) IL PARAÎT INCONCEVABLE DE SE LAISSER HUMILIER UNE NOUVELLE FOIS, SURTOUT PAR TRUMP, VU COMME UN RACISTE INCOMPÉTENT. »

    Le gouvernement chinois aimerait que l’économie du pays soit plus autosuffisante, qu’elle repose davantage sur sa demande intérieure plutôt que sur ses exportations, et que ses entreprises puissent développer leurs produits sans avoir recours à la technologie étrangère.

    La guerre commerciale peut se révéler, pour la Chine, une forte incitation à atteindre plus rapidement ces objectifs. Et il est intéressant de se rappeler qu’au XIXe siècle, l’Occident a mené contre ce pays deux guerres pour lui imposer d’ouvrir ses frontières au commerce d’opium. En Chine, où ces défaites sont encore dans les mémoires, il paraît inconcevable de se laisser humilier une nouvelle fois, surtout par Trump, vu comme un raciste incompétent. Néanmoins, Pékin ne serait pas forcément contre un accord raisonnable, mais je doute que Trump soit capable d’accepter les concessions nécessaires.

    Pourquoi les mesures protectionnistes de Donald Trump sont-elles plébiscitées par ses supporteurs ?

    Les économistes sont d’accord sur le fait qu’à l’échelle macroéconomique, le libre-échange, bien géré, est bénéfique. En revanche, à l’échelle des individus il fait, au moins à court terme, des victimes, le plus souvent des travailleurs peu qualifiés. Or, ces dernières décennies, au lieu d’aider les travailleurs des régions frappées par la désindustrialisation, nous leur avons dit : « Ne vous inquiétez pas, vous bénéficierez du libre-échange plus tard. » Certains, qui n’en bénéficient toujours pas, sont logiquement en colère.

    Cela étant, un retour au protectionnisme ne les aiderait pas non plus. La mondialisation a été très disruptive, mais la « démondialisation » le serait plus encore et, paradoxalement, ferait beaucoup de mal à une tranche de la population qui a déjà fortement souffert de la mondialisation.

    Le populisme s’épanouit aux Etats-Unis, mais aussi en Europe. Comment expliquez-vous le rejet des partis traditionnels et des experts ?

    Aux Etats-Unis comme en Europe, un gouffre énorme s’est creusé entre ce qui a été promis par les élites et les résultats obtenus. La mondialisation, censée être bénéfique à tous, a été néfaste à nombre de gens. La libéralisation des marchés financiers, censée créer de la croissance, a abouti à la plus grande crise financière depuis 1929.

    L’euro, censé apporter la prospérité à toute l’Europe, a enrichi l’Allemagne et affecté les pays européens les plus pauvres. Les électeurs se tournent donc vers des partis qui n’ont jamais été au pouvoir. Mais les promesses des formations populistes ne seront pas davantage tenues.

    Je ne vois guère, alors, que deux possibilités : soit de nouvelles forces, véritablement progressistes, émergeront, et mettront en œuvre les mesures nécessaires, soit les gens se tourneront vers des partis de plus en plus fascistes.

    Vous avez écrit que l’euro était « un système conçu pour échouer ». Pourquoi ?

    Les pays qui sont passés à l’euro ont perdu plusieurs leviers d’ajustement, notamment une politique monétaire indépendante qui leur aurait permis de choisir leurs propres taux d’intérêt ou de dévaluer pour rendre leurs exportations plus compétitives.

    Or, au moment du passage à l’euro, il manquait en Europe toutes les institutions nécessaires au bon fonctionnement d’une monnaie unique : il n’y avait pas de garantie commune des dépôts bancaires, pas d’union bancaire, pas de système commun d’assurance-chômage…

    Aux Etats-Unis, nous avons le dollar, mais aussi toutes les institutions qui vont avec. Même s’il y a des progrès, je suis peu confiant dans la capacité des Européens à faire face à une nouvelle crise, car au sein de l’Union européenne, les processus décisionnels sont compliqués et requièrent parfois l’unanimité des pays membres, difficile à obtenir en présence d’intérêts souvent divergents.


  • Canada : Prisonniers de la terre promise Catherine Lefebvre - 8 Septembre 2018 - Le Devoir
    https://www.ledevoir.com/vivre/voyage/536126/prisonniers-de-la-terre-promise

    Pendant la Première Guerre mondiale, le gouvernement canadien a voté une loi permettant d’enfermer les immigrants, de peur qu’ils soient des espions des pays ennemis. Le centre d’interprétation Camp Spirit Lake http://www.campspiritlake.ca/main.aspx?PageName=Visite%20Virtuelle en Abitibi raconte ce chapitre honteux de l’histoire du Canada.


    De nombreuses familles ukrainiennes arrivent au Canada à la fin du XIXe siècle. En 1896, Clifford Sifton, alors ministre de l’Intérieur, recommande à Wilfrid Laurier d’accueillir des immigrants agriculteurs pour coloniser les régions rurales canadiennes. L’Ukraine, grenier à blé du continent européen, figure en tête des pays à courtiser. Et pour cause ! « Le gouvernement canadien leur offrait 160 acres de terres gratuites en plus d’un montant d’argent pour démarrer, explique l’historien Roger Blanchette. À la même époque, beaucoup de Canadiens français du Québec migraient aussi vers l’Ouest. Mais eux, ils devaient acheter leurs terres ! »

    Moins de vingt ans plus tard, la Première Guerre mondiale éclate. Deux semaines après le début des combats, le 18 août 1914, le gouvernement canadien adopte la Loi sur les mesures de guerre, qui permet entre autres l’enregistrement de tous les « sujets d’un pays ennemi », en l’occurrence ceux provenant des Empires austro-hongrois et ottoman ainsi que de l’Allemagne. Lesdits sujets représentent 80 000 immigrants. Dans la mêlée, 8579 d’entre eux, dont plus de 5000 Ukrainiens, prennent le chemin des camps d’internement. Des Autrichiens, des Allemands, des Polonais, des Turcs et des Bulgares font aussi partie du lot. Au total, 24 camps sont installés au Canada. Un des plus reculés de tous se trouve à Spirit Lake, le deuxième camp en importance au pays, à quelques kilomètres d’Amos, en Abitibi.


     Photo : Musée McCord Vue sur les barraques du camp de détention à Spirit Lake, aux environs de 1916. Le camp fermera ses portes le 28 janvier 1917. Un total de 1312 personnes y ont été détenues.

    Les 109 premiers détenus arrivent le 13 janvier 1915, la veille du jour de l’An orthodoxe. « La particularité du camp de Spirit Lake est que les détenus pouvaient venir avec leur famille, même si elles habitaient plus loin, à Lilienville », raconte Jim Slobodian. Né à Rouyn-Noranda en 1947 d’un père ukrainien et d’une mère montréalaise, il est aujourd’hui président du centre d’interprétation Camp Spirit Lake, ouvert depuis 2011. « Le seul autre camp à accepter ça était situé à Vernon en Colombie-Britannique », ajoute-t-il.

    Sur place, 200 soldats canadiens qui les surveillent, en plus de 50 ouvriers payés de la ville d’Amos pour gérer les travaux forcés des détenus, principalement le défrichage des terres. « Le Canada a bafoué plusieurs conventions internationales, dont celles de La Haye, qui doit assurer le bien-être des détenus, raconte François Labbé, historien et directeur général à la Corporation de la Maison Dumulon à Rouyn-Noranda. C’est une époque extrêmement frauduleuse. »

    Bien que les conditions de vie soient loin d’être parfaites, peu de détenus tentent de s’échapper du camp. Isolée du reste du monde, étant donné les 480 km de forêt dense et la horde de moustiques féroces, la poignée d’évadés finit même par revenir au camp tellement les temps sont durs dans ce coin reculé, au bout du chemin de fer.

    Construire le pays
    En 1916, au milieu de la guerre, pas moins de 400 000 soldats canadiens sont en poste pour combattre l’« ennemi ». Or, le manque de main-d’œuvre se fait de plus en plus sentir au pays, étant donné l’essor des industries ferroviaire, minière et de l’acier. Le gouvernement canadien a l’éclair de génie de libérer des détenus dans le but de pallier le sérieux manque en « capital humain ». Ainsi, un premier groupe de 1000 détenus est libéré des camps québécois, à condition d’obéir aux lois canadiennes. « Les compagnies qui engagent d’ex-détenus doivent les payer au salaire courant et leur offrir des emplois permanents », précise Jim Slobodian. Au-delà de l’Abitibi, plusieurs autres grands travaux ont été effectués par les détenus des camps d’internement. « Ce sont eux qui ont mis en place les canaux des Grands Lacs et ont construit plusieurs chemins de fer », ajoute François Labbé.


     Photo : Bibliothèque et Archives Canada Au plus fort de la guerre, des familles entières ont été détenues.

    Enfin, le camp Spirit Lake ferme ses portes le 28 janvier 1917, sans qu’aucune compensation soit offerte aux détenus. Au fil de ses activités, un total de 1312 détenus est demeuré à Spirit Lake, et 19 d’entre eux sont décédés pendant leur internement au camp. « Après la fermeture du camp, plusieurs d’entre eux sont partis travailler dans l’Ouest canadien ou dans les mines de charbon à Black Lake, près d’Halifax, ajoute Jim Slobodian. Aucun des Ukrainiens détenus n’est resté en Abitibi à cette époque-là, une époque où seul Amos est le chef-lieu de toute la région. »

    Un chapitre oublié
    Puis, Spirit Lake prend le nom de La Ferme en 1918, alors que la municipalité devient une ferme expérimentale, l’idée de départ du gouvernement. Puis, comme par magie, ce sombre chapitre de l’histoire canadienne est rapidement relégué aux oubliettes.

    Étonnamment, les Ukrainiens reviennent en Abitibi pour travailler dans les mines dans les années 1920. À l’époque, l’Église catholique décourage fortement ses disciples de travailler dans les mines, sous prétexte que c’est l’image du purgatoire et que cela va à l’encontre de la mission agricole de l’Église. Il revient donc aux immigrants de descendre dans les cages.

    Et ce n’est qu’au moment d’ériger la croix haute de 24 mètres (80 pieds) sur l’église Saint-Viateur de Trécesson (le canton regroupant La Ferme et Villemontel), en 1941, que les travailleurs constatent de vieux bâtiments en ruine, quelque chose qui ressemble à un cimetière et un petit chemin qui menait aux familles des détenus.

    Il aura fallu 70 ans entre la découverte par hasard de l’ancien site du camp d’internement et l’ouverture du centre d’interprétation Camp Spirit Lake. Et pourtant, encore trop d’entre nous ignorent ce troublant passage de l’histoire canadienne.

    #Canada #Abitib #déportation #guerre #Ukraine #migrations #Histoire #conflit #guerres #première_guerre_mondiale #camps


  • Julie Dachez, une incarnation de l’autisme au féminin

    https://www.lemonde.fr/medecine/article/2018/09/02/julie-dachez-autiste-asperger-auteure-docteure_5349228_1650718.html

    Diagnostiquée Asperger à 27 ans, elle est devenue spécialiste de sa condition. Mais elle voudrait passer à autre chose, se débarrasser de cette étiquette.

    Combien de personnes, et en particulier de femmes, ont découvert qu’elles étaient possiblement autistes Asperger en se plongeant dans son blog, ses vidéos sur ­YouTube ou ses écrits ? Moins médiatique que ses « collègues » masculins Josef Schovanec, Hugo Horiot ou Daniel Tammet, Julie ­Dachez est en train de devenir une incarnation de l’autisme au féminin, un sujet longtemps méconnu en France.

    En ce début juillet, elle reçoit dans le lieu où elle passe actuellement 95 % de son temps : son domicile. Un appartement baigné de ­lumière dans un quartier calme de Nantes, où elle vit en célibataire, avec trois colocataires à quatre pattes. Ne seraient-ce ses tatouages sur le bras droit, la coquette jeune femme tranche quelque peu avec son personnage un peu brut et mal fagoté de Marguerite dans la BD La Différence invisible (éditions Delcourt, 2016), une histoire très autobiographique cosignée avec la dessinatrice Mademoiselle Caroline.

    On ne retrouve pas trop non plus dans nos échanges, policés, le style punchy, souvent provocateur, de Dans ta bulle !, son livre ­engagé sur les autistes de haut niveau – c’est-à-dire sans déficience intellectuelle –, publié en mars chez Marabout (256 pages, 17,90 €). « Pour moi, l’autisme est une différence de fonctionnement pathologisée par une société obsédée par la normalité », clame-t-elle dès les premières pages de cet ouvrage, qu’elle voudrait être « un outil militant au service de l’émancipation des autistes ».

    « Je suis plein de choses »

    Elle y interpelle sans ménagement ses lecteurs « neurotypiques », pour leur faire prendre conscience du parcours souvent chaotique et douloureux des autistes. Son expérience, mais aussi celle d’autres adultes Asperger qu’elle a longuement interrogés pour sa thèse de doctorat en psychologie sociale sur l’autisme (et sa stigmatisation), soutenue fin 2016.

    A quelques jours de son départ en vacances, la jeune femme de 33 ans répond aux questions de bonne grâce, mais paraît lasse de jouer les autistes de service. « L’étiquette autiste commence à me coller à la peau, et j’en ai un peu marre, confie-t-elle spontanément. Je suis auteure, je suis docteure, je suis plein de choses… »

    Un état de saturation, peut-être. Il faut dire que depuis qu’elle a reçu un diagnostic ­d’Asperger en 2012, à 27 ans, toutes ses activités ont tourné autour de l’autisme : un blog (emoiemoietmoi), deux séries de vidéos consacrées à l’autisme puis au féminisme, et, surtout, une thèse en psychologie sociale – une première en France sur le sujet de l’autisme, qui plus est rédigée par une personne ouvertement autiste. Un travail universitaire de trois ans pour lequel elle a notamment conduit des ­entretiens avec une trentaine d’adultes Asperger afin de retracer leur parcours, et qui a donné lieu à quatre publications scientifiques. Il y a eu aussi les deux livres, des conférences, et même un projet de documentaire qu’elle a porté pendant cinq ans, avant de jeter l’éponge en début d’été.

    La « double peine » de l’autisme au féminin

    Certains autistes Asperger ont une passion, parfois dévorante, pour les cartes géographiques, le codage informatique ou une langue ancienne, des domaines où leurs capacités de concentration et leur souci du détail leur ­permettent de développer un savoir colossal, encyclopédique. Pour Julie Dachez, ce que les spécialistes nomment intérêt spécifique a donc été l’autisme en lui-même.

    De quoi acquérir une expertise qui lui fait bousculer pas mal d’idées reçues sur ce trouble du neurodéveloppement, dont elle parle avec une acuité – mais aussi un sens de ­l’humour – redoutable. Pour la docteure en psychologie sociale, les intérêts spécifiques ne doivent ainsi pas être considérés comme un symptôme à combattre, mais comme un refuge, une stratégie d’adaptation (le « coping »). Elle a aussi beaucoup réfléchi sur l’autisme au féminin, qu’elle voit comme une « double peine » et qui est moins étudié que son pendant masculin. Parce que les signes s’expriment différemment et plus discrètement chez les femmes, elles passent plus souvent entre les mailles du filet diagnostique, souligne ­Julie Dachez, qui loue le travail de fond réalisé par l’Association francophone de femmes autistes (AFFA).

    « Les femmes autistes ont de meilleures compétences de communication, ­elles ont moins de comportements répétitifs, et leurs intérêts spécifiques sont plus acceptables socialement que ceux des hommes », écrit-elle ainsi dans Dans ta bulle !.
    De surcroît, elles deviennent « expertes en camouflage, en observant et en imitant leurs pairs ». Pour autant, elles « sont naïves et ­influençables, et elles ont des difficultés à décoder l’implicite et les intentions des personnes qui les entourent, ce qui fait d’elles des proies ­rêvées pour les prédateurs en tout genre, ­notamment sexuels », met-elle en garde.

    Prendre conscience des différences

    Son propre cas est emblématique de l’invisibilité de l’autisme au féminin. Dès l’enfance, ses parents l’amènent de généralistes en ­gastro-entérologues, car elle « somatise pas mal ». « Ils ont perçu mon anxiété, voire ma ­dépression, sans voir que c’était l’arbre qui ­cachait la forêt, raconte-t-elle. C’est souvent le cas chez les femmes autistes, car comme on ­internalise les difficultés de notre quotidien, on finit par développer divers troubles. » Le diagnostic, elle finira par le suspecter elle-même, avant de le faire confirmer par un spécialiste. La jeune femme a alors 27 ans.

    Entre-temps, elle a fait une école de commerce « par défaut », travaillé quatre ans en entreprise – « surtout chez mon père, sinon ça aurait été intenable » –, avant de reprendre des études de psychologie et de choisir la recherche dans ce domaine.

    A travers ses écrits, ses vidéos, Julie Dachez a clairement trouvé un public, aidé des personnes à prendre conscience de leur différence. « J’ai pleuré à plusieurs reprises en lisant Dans ta bulle !, témoigne son amie Julia March, qui l’a d’abord connue en lisant son blog. Julie est une pionnière de l’autisme au féminin, elle porte un message d’acceptation de façon très novatrice et unique. » Si les deux jeunes femmes ont en commun d’être « Aspie » et d’écrire, « Julie, c’est la gentille autiste avec un discours pédagogique, bienveillant, généreux. Moi, c’est tout le contraire. Mais on déteint l’une sur l’autre », sourit Julia March, auteure de La Fille pas sympa (éditions Seramis, 2017).

    Sur les groupes Facebook réunissant des personnes Asperger, nombreuses sont les femmes qui remercient Julie Dachez, dont les vidéos leur ont révélé leur propre autisme.

    Continuer à enseigner

    « Il y a des gens pour qui La Différence invisible a fait tilt », assure aussi l’illustratrice Mademoiselle Caroline, qui a aidé sa coauteure à peaufiner son histoire. Les deux femmes ne s’étaient alors jamais vues. « On a travaillé surtout par mail. Au départ, son scénario était succinct, laissait peu de place à la découverte, alors je l’ai bombardée de questions pour comprendre son quotidien, ses rituels… C’était bizarre d’entrer ainsi dans l’intimité de quelqu’un que je ne connaissais pas », raconte la dessinatrice. Mademoiselle Caroline reste marquée par leur première rencontre dans la vraie vie.

    « Je m’attendais à voir la fille de la BD, j’ai été épatée de découvrir une belle jeune femme à l’aise, bien fringuée, drôle. Elle m’a dit qu’elle avait beaucoup évolué depuis le diagnostic. »

    Après six années consacrées presque exclusivement à l’autisme, Julie Dachez voudrait passer à autre chose, au moins pour un temps. Epuisée par les relations sociales, très coûteuses en énergie, elle a toujours besoin d’aménager son quotidien. Dans l’idéal, elle aimerait continuer l’activité d’enseignement, qu’elle adore et lui réussit bien, mais se demande si elle va trouver un poste d’enseignant-chercheur du fait de son profil atypique. « Dans les pays anglo-saxons, être chercheur sur un sujet qui vous concerne vous rend doublement légitime. En France, c’est l’inverse », souligne-t-elle. Pourtant, elle aimerait explorer d’autres ­sujets ambitieux au prisme de la psychologie sociale, comme, par exemple, les violences ­gynéco-obstétricales.

    Pour l’heure, elle a un statut d’autoentrepreneur. « J’ai du mal à me vendre », reconnaît cette femme franche et entière. Cet été, elle s’est attelée à un roman. Sans personnage autiste, promet-elle. A suivre.


  • « Il est plus qu’irresponsable de laisser Rokhaya Diallo être insultée chaque jour »

    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/09/03/il-est-plus-qu-irresponsable-de-laisser-rokhaya-diallo-etre-insultee-chaque-

    Rokhaya Diallo, militante antiraciste française, dérange. Pas un jour sans qu’elle soit victime de violentes attaques publiques. Y prennent part d’obscurs individus, des membres de l’association identitaire Le Printemps républicain et tout ce qu’Internet peut drainer de racistes. Leur haine de Rokhaya Diallo n’est pas surprenante au regard des causes qu’elle défend. Ce qui est en revanche curieux, c’est de voir des politiques, des intellectuels et d’autres acteurs du débat public français la lyncher médiatiquement dans une totale impunité.

    En janvier 2015, l’éditorialiste Ivan Rioufol arracha des larmes à Rokhaya Diallo en l’accusant de sympathie avec les auteurs de l’attentat contre l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo. La femme politique Nadine Morano (Les Républicains) la traita de « Française de papier chanceuse d’être née en France et non au Bénin » (un pays avec lequel elle n’a aucun lien). Récemment, l’essayiste et militante Fatiha Boudjahlat, dans un tweet ensuite supprimé, appela à son viol. Sans oublier une chroniqueuse de Sud Radio qui suggéra de livrer la militante au Ku Klux Klan.

    Rokhaya Diallo a le courage d’assumer ses positions et, surtout, fait preuve d’une capacité de résistance admirable. Sa voix est utile à l’antiracisme moderne. S’il est compréhensible, voire nécessaire, d’avoir des désaccords avec elle, la haine qu’elle cristallise et qui se manifeste par un harcèlement permanent doit davantage interpeller les décideurs publics, les médias et les intellectuels en France.


  • Attentat de Nice : accusé à tort de terrorisme, retrouvé pendu à Fleury - Libération
    http://www.liberation.fr/france/2018/07/31/attentat-de-nice-accuse-a-tort-de-terrorisme-retrouve-pendu-a-fleury_1670

    Arrêté en 2016 dans le cadre de l’enquête sur l’origine des armes de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, Aleksander H. n’a eu de cesse de réfuter les accusations de #terrorisme. Il s’est suicidé début juin alors que la justice s’apprêtait à le reconnaître comme un prévenu ordinaire.

    Un corbeau ombrageux pour dernier visiteur. Mirage de son esprit fragile, le volatile se posait de temps à autre sur la fenêtre de sa cellule. Les jours mauvais, le diable en personne s’invitait dans son petit réduit de la maison d’arrêt de #Fleury-Mérogis (Essonne), lui faisant humer la mort. Le 8 juin, las de ses divagations hallucinées, Aleksander H., 38 ans, s’est suicidé peu après l’heure du déjeuner. Il s’est pendu avec un lacet aux barreaux de sa fenêtre, les mêmes qui servaient de perchoir à l’oiseau de mauvais augure. Lorsqu’un surveillant et des détenus auxiliaires l’ont découvert, Aleksander H. était à genoux, comme assoupi. Une heure de massage cardiaque n’y fera rien.

    Mis en examen pour son implication dans l’attentat de Nice (86 morts et 458 blessés le 14 juillet 2016), le quasi quadragénaire ne supportait plus la suspicion qui pesait sur ses épaules. Non pas que le golgoth, né le 24 mars 1980 à Gjocaj, en Albanie, soit un enfant de chœur : la prison, il connaissait, après plusieurs séjours effectués pour divers trafics. Mais cette fois-ci, les soupçons de terrorisme étaient trop lourds à porter pour celui qui disait vomir l’acte de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel : un camion de 19 tonnes lancé à pleine vitesse sur la promenade des Anglais. Ironie de l’histoire, Aleksander H. se trouvait ce soir-là place Masséna, à quelques centaines de mètres du camion sanguinaire, avec sa femme, Liljana, et leur fils de 17 mois, Ludovik. Avant d’être complice présumé, il aurait pu être victime.

    Ce n’est que six mois après la tuerie, en ayant savamment remonté la piste des armes achetées par Lahouaiej-Bouhlel, que les policiers arrivent jusqu’à Aleksander H.. A cette époque, le jeune père de famille travaille au noir sur des chantiers et perçoit un salaire d’environ 800 euros par mois. En situation irrégulière, il sous-loue avec sa famille un petit appartement à « Diu », une connaissance. Happé par la faune locale, notamment la diaspora albanaise, Aleksander H. verse parfois dans divers trafics. Le 12 décembre 2016, lorsque la sous-direction antiterroriste de la PJ (Sdat) l’interpelle, elle s’intéresse au cheminement d’un pistolet et d’une kalachnikov tombés entre les mains de #Lahouaiej-Bouhlel. Le temps de cerner l’implication d’Aleksander H., sur le plan logistique ou idéologique, les juges le placent en détention provisoire. « Quand je l’ai rencontré, il était confiant, certain que la justice comprendrait vite qu’il n’avait aucun lien avec le terrorisme », se souvient son avocate, Olivia Ronen. Il lui clame : « Si tu crois en Dieu, tu fais jamais ça [les actes terroristes, ndlr]. » Aleksander H. se revendique d’ailleurs chrétien, à mille lieux de la doctrine jihadiste.

    « Je suis contre eux »

    Enfant, dans sa petite école nichée au cœur des montagnes albanaises, le garçonnet apprend le français. Sa maîtrise de la langue de Molière est si bonne que l’interprète qui l’assiste n’ouvre jamais la bouche lors des interrogatoires devant le juge. Après une scolarité classique, Aleksander H. décroche un diplôme de mécanicien. Mais il quitte subitement l’#Albanie, à 14 ans, pour s’établir en Grèce. Deux de ses quatre frères et une de ses quatre sœurs y sont alors installés. Est-ce par pression familiale ou quête d’un avenir meilleur qu’il fait le mur ? Nul ne le sait. Toujours est-il qu’Aleksander H. passe onze ans de sa vie en Grèce. Comme de nombreux citoyens albanais, il y subit un racisme débridé et vit dans des conditions précaires. C’est à cette époque, qu’il tombe peu à peu dans la délinquance. En 2012, après des passages éclairs en Italie, Aleksander H. tente sa chance à Paris. La France lui plaît tant qu’il envisage de s’y poser pour toujours. Mais sa faible qualification et son passé judiciaire ne plaident pas en sa faveur. Dans la roue d’un ami, vivotant de travaux dans la maçonnerie, il finit par gagner #Nice, où Liljana le rejoint en 2014. Signe de leur attirance pour les Alpes-Maritimes, la jeune femme dépose une demande d’asile et Ludovik naît quelques mois plus tard, à l’hôpital de l’Archet. Lorsqu’a lieu la tuerie de la promenade des Anglais, Aleksander H. semble enfin en voie de sédentarisation. Dès sa garde à vue, l’Albanais est très irrité d’être assimilé à un jihadiste :

    – « Avez-vous déjà côtoyé des musulmans radicaux ? interroge le policier.

    – « Non, cela ne m’intéresse pas, je suis contre eux.

    – « Que pensez-vous de l’organisation terroriste Daech ou Etat islamique ?

    – « Je ne suis pas d’accord avec eux, je les déteste. Ils pourraient tuer mon fils. »

    Puis, interrogé sur son ressenti à la suite de l’attentat de Charlie Hebdo, Aleksander H. laisse poindre un certain racisme : « C’est la faute de l’Etat français car vous donnez tout aux Arabes. »

    En prison, cette colère ne le quittera jamais. Au printemps, après plus d’un an de détention, son état se détériore gravement. Il parle seul, crie, ne dort presque plus. Surtout, il s’indigne que la direction de la maison d’arrêt lui interdise de travailler (une règle fréquente pour les détenus poursuivis pour terrorisme). Seul dans sa cellule, Aleksander H. désespère. Les matchs de foot dans la cour de promenade sont ses seuls moments de joie. Après son arrestation, Liljana et Ludovik sont retournés au pays. Au parloir, plus personne ne l’attend. Un soir de mélancolie tenace, l’Albanais avale une petite boulette de shit, qu’il a chapardé les jours précédents. Et décompense violemment. Inquiet, le personnel pénitentiaire le place d’urgence en service médico-psychologique régional, une unité de soins en santé mentale. Il y restera deux semaines. A son retour à Fleury, sa fragilité est telle que les surveillants ont ordre de passer le voir toutes les heures.

    « J’ai senti la mort »

    Rien n’y fait. Aleksander H. veut sortir ou mourir. Le 5 juin, un débat sur la prolongation de sa détention a lieu une nouvelle fois au palais de justice. Tentant le tout pour le tout, le jeune homme déclame sa détresse : « En détention, j’ai senti la mort. J’ai vu le diable en train de m’égorger. Je ne peux plus vivre comme ça, j’ai jamais pleuré mais là je suis mal, je veux me suicider. […] C’est la première fois que je pleure, j’aime bien la France. Les médicaments me mettent plus mal. J’ai un enfant de 3 ans, ma femme en Albanie et ma mère. Je pense qu’à me suicider, j’en ai marre. […] Je peux dormir au commissariat s’il le faut. »

    Maintenu à l’ombre, Aleksander H. se pend quatre jours plus tard, à 14 h 52. Cruelle confidence d’une source judiciaire à Libération : l’accusation et la juge chargées du dossier étaient à deux doigts de revoir les poursuites le visant. Ils comptaient épargner à l’Albanais les crimes terroristes, pour ne retenir que les délits connexes liés à la fourniture des armes. Dans les jours qui ont suivi son décès, son avocate, Olivia Ronen, s’est démenée pour que l’ambassade d’Albanie avance les frais de rapatriement du corps. Et éviter à Aleksander H. de sombrer dans l’anonymat de la fosse commune de Fleury-Mérogis.
    Willy Le Devin

    #prison #suicide #Aleksander_H