• 22 novembre 1918 : Fin du Soviet de Strasbourg ! L’asymptomatique - Claude Sémal
    https://www.asymptomatique.be/tous-les-22-novembre

    200 ans, jour pour jour, après la fin mouvementée de Barbe-Noire, une autre aventure émancipatrice prenait fin le 22 novembre 1918. Ce jour-là, Les troupes françaises mettent fin au Soviet de Strasbourg. Vous avez bien lu. Il y avait un Soviet à Strasbourg !
    Il ne vous aura pas échappé qu’en 1918, les relations entre la France et l’Allemagne étaient plutôt belliqueuses, et que l’armistice du 11 novembre qui met fin à la Première Guerre mondiale intervient au cœur d’un grand chaos.


    Le soviet de Strasbourg proclame la République (document Bibliothèque Université de Strasbourg / La Revue Alsacienne Illustrée)

    Depuis janvier 1918, l’Allemagne connait des grèves insurrectionnelles, des mutineries, des tentatives révolutionnaires et d’éphémères Républiques des soviets rapidement réprimées. Avant la signature de l’armistice, les principales villes d’Alsace-Lorraine connaissent une agitation politique forte. Dans l’interstice entre « l’occupation allemande » et le « libération française », des Conseils d’ouvriers et de soldats (Soldaten und Arbeiterräte) sur le modèle des soviets russes se forment à Mulhouse, à Strasbourg, Colmar, Metz.

    Des soldats retirent leurs insignes aux officiers, et distribuent des vivres aux passants affamés. Le 13 novembre, le drapeau rouge flotte sur la cathédrale de Strasbourg. Une République des soviets est proclamée en Alsace-Lorraine, le 10 novembre. Les murs se couvrent d’affiches qui proclament : « nous n’avons rien de commun avec les États capitalistes, notre mot d’ordre est : ni Allemands ni Français ni neutres. Le drapeau rouge a triomphé. »


    Du 10 novembre au 22 novembre 1918 (date de l’entrée des troupes françaises dans la région), la République des soviets prendra des décrets pour la liberté de la presse, la levée de la censure sur le courrier, le droit de manifester, l’augmentation des salaires, l’amélioration des conditions de travail, et la libération des prisonniers politiques.


    Des commissions organisent la vie quotidienne : transports, finances, ravitaillement, démobilisation, justice…


    Panique dans la bourgeoisie allemande de Strasbourg qui appelle au secours les troupes françaises pour qu’elles mettent fin au soviet. Leur slogan : « Plutôt Français que rouges ! » Le 22 novembre, les troupes françaises entrent dans la ville. L’Alsace est « libérée ».

    Les autorités françaises, démantèleront toutes les avancées obtenues et le commandement militaire perdurera jusqu’à la signature du traité de Versailles en juin 1919, le temps d’opérer une épuration ethnique et politique rigoureuse.

    #Strasbourg #soviet #anarchisme #révolte #liberté #Alsace

    • Le texte suivant est un article de Didier Daeninckx de novembre 2000.

      11 novembre 1918 : le drapeau rouge flotte sur Strasbourg et l’Alsace proclame la République des soviets…

      Un jour, venant de Strasbourg où j’étais allé repérer les décors d’une nouvelle, je me suis arrêté devant la plaque d’une importante voie de la capitale alsacienne, la « rue du 22 novembre ». Je ne saurais dire pourquoi cette dénomination avait attiré mon attention, mais j’avais demandé à un passant à quel événement elle faisait référence. « A la Libération, en 1944 », m’avait-il répondu. Un simple coup d’oeil sur un livre d’histoire régionale m’apprit que les troupes du général Leclerc avaient fait leur entrée fulgurante dans Strasbourg le 23. La plaque émaillée bleu comportait une grossière coquille historique, ou alors elle commémorait un autre fait marquant. Un ami alsacien émit l’hypothèse que ce 22 novembre avait à voir avec l’armistice de 1918. Je lui rétorquai que dans ce cas, l’erreur ne portait plus sur une journée mais sur onze, la fin des hostilités ayant eu lieu le 11 novembre à midi.

      Une visite dans les archives de la bibliothèque nationale et universitaire, place de la République, l’ancienne Kaiserplatz, me donna la surprenante solution : Strasbourg avait bien été libérée le 22 novembre 1918, mais pas de l’armée allemande ! Les troupes françaises avaient mis fin à un soviet de soldats, d’ouvriers, de paysans… Une telle affirmation demande à être étayée, et il faut revenir à la fin du mois d’octobre de cette année-là pour y voir plus clair. L’Allemagne impériale a perdu la guerre, mais quelques généraux ultras, dont Ludendorff veulent tenter un baroud d’honneur en prenant appui sur la puissante flotte de guerre. La troupe refuse de marcher. A Kiel, sur la Baltique, les marins se mutinent et se constituent en Soviet. Les syndicats ouvriers les rejoignent, et des détachements d’insurgés, drapeaux rouges en tête, se rendent dans les villes voisines pour gagner les habitants à leur cause. Une quinzaine de milliers d’Alsaciens et de Lorrains sont alors incorporés dans la Kriegsmarine, et nombre d’entre eux participent à ces événements. Certains décident de soulever leurs deux provinces natales soumises à une véritable disette, et qui sont agitées de forts mouvements de mécontentement.

      Le 8 novembre, la population de Strasbourg apprend la proclamation de la République des conseils de Bavière. Le lendemain, des milliers de manifestants envahissent la place Kléber pour acclamer les premiers détachements de marins arrivés du nord de l’Allemagne. Des dizaines d’officiers sont dégradés en public. Un train d’insurgés est bloqué au pont de Kiehl, et un commandant loyaliste fait ouvrir le feu. Le soldat Fir est abattu. Ses camarades prennent le contrôle de la ville jumelle de Strasbourg, de l’autre côté du Rhin, puis traversent le fleuve. La bourgeoisie allemande de Strasbourg ne cesse de faire appel aux troupes françaises, afin de mettre un terme aux troubles. Un slogan court les quartiers bourgeois :

      « Plutôt Français que rouges ! ».

      Les marins révolutionnaires alsaciens se forment en Conseil de soldats de Strasbourg, et exigent du gouverneur Von Rohden la libération des détenus, la liberté de presse et d’expression, la levée de la censure sur le courrier, le droit de manifester. Les prisons ouvrent leurs portes, les Conseils se rendent maîtres des bâtiments publics et toutes les marques d’autorité comme les insignes, les grades sont supprimées. La ville se hérisse de drapeaux rouges dont l’un va même flotter sur la flèche de la cathédrale !

      Toutes les forces sociales tentent de s’assurer le contrôle du mouvement en se fondant dans le Conseil des ouvriers et soldats, présidé par le secrétaire du syndicat des ouvriers brasseurs, Rebholz, qui annonce l’abdication de Guillaume II, à Berlin, et proclame l’avénement d’un pouvoir populaire. Les murs de la ville se couvrent d’affiches « Nous n’avons rien de commun avec les États capitalistes, notre mot d’ordre es : ni Allemands ni Français ni neutres. Le drapeau rouge a triomphé ». Une trentaine de commissions organisent la vie quotidienne : transports, finances, ravitaillement, démobilisation, justice… Des grèves radicales éclatent, comme celle des cheminots.

      Le dirigeant social-démocrate strasbourgeois Jacques Peirotes fait appel au Grand Quartier Général français et demande aux généraux de « hâter leur entrée à Strasbourg, la domination des rouges menaçant de prendre une fin tragique ». L’entrée dans la ville était prévue pour le 25, mais son appel est entendu. Les troupes marchent sans relâche et pénètrent dans les faubourgs le 22 novembre 1918. Le Conseil des ouvriers et soldats déclare qu’il « a rempli sa mission, même si, compte tenu des circonstances, il n’a pu réaliser son idéal politique ». Il décide de remettre l’autorité militaire entre les mains du commandement français. Le général Gouraud fera savoir qu’il ne reconnaît ni le Soviet des ouvriers et soldats, ni aucune des mesures qu’il a édictées. Le 22 novembre, le premier acte symbolique de l’armée française sera d’occuper le Palais de justice où siégeait le « Soviet de Strasbourg ». La troupe s’empare des usines, les décrets sociaux sont annulés, les salaires ramenés à leur niveau de septembre 1918, les « agitateurs » sont expulsés. On choisit les sous-préfets parmi les officiers, des commissions de contrôle de la population, présidées par un officier du 2ème Bureau sont mises en place.

      Il en sera de même dans toutes les villes des deux provinces perdues en 1870. Car le Soviet de Strasbourg n’a pas été une création unique : le premier Conseil a vu le jour à Haguenau, le 9 novembre suivi dans la soirée par Mulhouse. A Saverne les soldats se mutinent, comme à Sélestat. A Colmar le Conseil siège à la mairie, et le futur Feldmaréchal Rommel viendra s’y plaindre des vexations dont sont victimes ses officiers ! Partout sur le front des Vosges on fraternise, on manifeste, drapeaux rouges en tête. En Lorraine, les nombreux immigrés italiens se joignent au mouvement. A Metz, le Conseil siège à l’hôtel de ville sur lequel flotte un drapeau turc dont on a passé le croissant au minium… Des Conseils prennent les usines en charge, on occupe les mines, comme à Knutange. A Algrange, Hagondange, Rombas, les grèves éclatent. A Thionville c’est un acteur, Seelow, qui dirige le conseil, un aumônier militaire à Sarrebourg, un pasteur à Neuf-Brisach…

      Un jour que j’évoquais cette épopée et le nom de cette ville de garnison, Neuf- Brisach, mon ami Rémy Fisch, délégué mineur des potasses d’Alsace, m’a interrompu.

      – Neuf-Brisach ! Maintenant, je comprends mieux ce que me racontait mon père… Il nous disait des choses bizarres, lors des banquets familiaux, mais tout le monde se moquait de lui… Il parlait des soviets et chantait une chanson, « Hop là », en faisant valser les chapeaux, les casquettes…

      Je l’ai suivi à Soultz, sur laquelle veille la masse imposante des collines du Vieil Armand et il m’a traduit les paroles de Joseph Fisch qui, toute sa vie, ne s’est exprimé qu’en alsacien et en allemand :

      – Quand j’ai été mobilisé, en 1917, je travaillais aux fortifications du Vieil Armand. Le 9 novembre 1918, on nous a rassemblés pour nous envoyer sur le front de l’Est. On a fait étape à Neuf-Brisach. Là, il y avait un rassemblement de six mille soldats. La première chose que j’ai vue, c’est un officier supérieur allemand dégradé devant tout le monde, obligé de rendre son épée et ses distinctions. L’atmosphère était surchauffée. La foule entonnait des chansons populaires pleines de joie. Certains chantaient des airs révolutionnaires. La manifestation parcourait la ville et dès qu’on rencontrait un gradé, on l’arrêtait et on disait : « Hop là, donne tes galons, sinon tu prends une claque ». Après, ce qu’on a eu en tête les copains et moi, c’était de ficher le camp le plus vite possible, et rentrer chez nous, à Soultz. Quand on est arrivé, le 10, on est tombé sur un défilé qui venait de la gare, musique en tête. La population de Soultz portait en triomphe Richard Heisch. C’était un responsable socialiste internationaliste, libéré de prison sous la pression du Conseil de Colmar. Heisch était tenancier de bistrot. Il a pénétré dans son troquet et, hop là, il a sauté sur une table et harangué les soldats allemands pour les appeler à partir, pour la paix entre les peuples. J’avais dix-huit ans, je n’oublierai jamais ces journées-là.

      Je crois aujourd’hui que si la plaque de rue strasbourgeoise signale le jour mais reste silencieuse sur l’année, c’est pour faire oublier la force de ce qui se disait là, au coeur d’une l’Europe meurtrie.

    • Alsace-Moselle novembre 1918 : des conseils d’ouvriers et de soldats comme en Allemagne https://www.lutte-ouvriere.org/en-regions/alsace/breves/des-conseils-douvriers-et-de-soldats-comme-en-allemagne-114749.html

      Le 9 novembre 1918, à la chute de l’empereur allemand, le pays se couvre de conseils d’ouvriers et de soldats, prenant modèle sur les soviets ouvriers arrivés au pouvoir un an plus tôt en Russie. Cette traînée de poudre atteint beaucoup de villes d’Alsace et de Moselle.

      A Strasbourg, ces conseils d’ouvriers et de soldats proclament qu’ils ne sont : « ni Allemands, ni Français, ni neutres, mais rouges ! », ce qui signifiait clairement socialistes et internationalistes. Pendant environ deux semaines, ils forment un pouvoir qui décrète, entre autre, des augmentations de salaires et affirme la nécessité de combattre la bourgeoisie. Mais, comme en Allemagne, les dirigeants socialistes comme Jacques Peirotes ne veulent surtout pas que ces organisations puissent menacer le pouvoir de la bourgeoisie. Ils se hâtent d’appeler l’armée française qui finit par dissoudre les conseils.

      Cent ans après, la société capitaliste en crise est plus que jamais lourde de catastrophes sociales, financières ou guerrières, qui provoqueront des révoltes populaires. Les travailleurs ont tout intérêt à s’organiser pour ôter le pouvoir aux capitalistes et à ne pas faire confiance à tous les politiciens qui prétendent changer leur sort à leur place, même quand ils se disent socialistes.

  • Le parlement européen qualifie la Russie d’État soutenant le terrorisme – Une décision entre débilisme, hypocrisie et inversion accusatoire - Donbass Insider

    Le 23 novembre 2022, le parlement européen a voté une résolution qualifiant la Russie d’État soutenant le terrorisme. Au-delà du fait qu’une telle notion n’existe pas en droit européen, ce qui amène à se poser des questions sur le niveau intellectuel des députés qui ont voté cette résolution, il est assez ironique de voir des pays qui soutiennent, financent et arment réellement des terroristes et des criminels de guerre pointer du doigt la Russie.

    https://www.donbass-insider.com/fr/2022/11/24/le-parlement-europeen-qualifie-la-russie-detat-soutenant-le-terrori

    #UE #Russie

  • La Russie frappe massivement l’Ukraine après des attaques ukrainiennes contre la Crimée et la centrale de Zaporojié - Donbass Insider

    Le 23 novembre 2022, la Russie a de nouveau massivement frappé l’Ukraine à coup de missiles, après une nouvelle attaque de drones ukrainiens contre Sébastopol en Crimée, ainsi qu’un bombardement ukrainien massif de la centrale nucléaire de Zaporojié.

    https://www.donbass-insider.com/fr/2022/11/23/la-russie-frappe-massivement-ukraine-apres-des-attaques-ukrainienne

    #Russie #Ukraine

  • Victoire des gauches ou défaites des droites en Amérique du Sud - Maurice Lemoine

    Rencontre avec Maurice LEMOINE, journaliste, écrivain et animateur de Mémoire des luttes (www.medelu.org) co-organisée par Les Amis du Monde diplomatique 34 et Rencontres Marx
    à Montpellier le mercredi 9 novembre 2022. Conférence-débat sur : La situation politique en Amérique latine.
    Assiste t-on à une victoire des gauches avec l’arrivée au pouvoir de Présidents sociaux-démocrates au Honduras, en Colombie, en Bolivie, au Pérou, au Chili et au Brésil qui s’ajoutent au Venezuela et à l’Argentine ? Ou ce sont des défaites provisoires des oppositions de droite et d’extrême droite qui conservent souvent la majorité parlementaire et les médias (situation de cohabitation et de blocage des politiques sociales réellement progressistes).
    Cette nouvelle donne change néanmoins le paysages politique sud-américain (exemples le dégel des relations entre Colombie et Venezuela et l’arrêt de la déforestation en Amazonie promis par le Brésil). L’administration des États-Unis l’a déjà constatée en nommant des ambassadeurs et ambassadrices de combat dans tous ces pays et en pratiquant les campagnes de dénigrements relayés par certains juges. Le « lowfare » est un concept des USA pour désigner l’usage de la justice contre les opposants politiques à la place de moyens militaires traditionnels (assassinats ciblés, coups d’États, etc..).
    Les mouvements et organisations populaires seront les seuls soutiens aux politiques de gauche ou progressistes proposées par ces présidents, notamment l’intégration sud-américaine, la revendication de la souveraineté vis-à-vis des USA et la justice sociale.

    https://www.youtube.com/watch?v=Y4KMb-JS2ys

  • Blast, relais de la propagande guerrière des Etats-Unis. — Maxime VIVAS

    Blast, j’y ai cru.
    Jusqu’au bout, j’ai essayé de tenir Denis Robert en dehors de la querelle entre un de ses journalistes et nous.

    Mais Blast n’accepte pas le dialogue entre camarades.

    Blast frappe à l’improviste derrière la nuque et ne tolère pas d’entendre « aïe ! ».
    Bref, Blast est solidaire d’un de ses auteurs qui, par allégeance aux Etats-Unis, me diffame.

    Finalement, la vigueur de l’attaque de Blast contre moi tient à une divergence fondamentale qui porte sur « la nation nécessaire » et sur la conservation de son leadership qui a semé, sème et sèmera des morts par centaines de milliers à travers le monde.

    Pour Blast, il y a les gentils (les Etats-Unis), les méchants (la Chine) et les membres français du Parti communiste chinois (!).

    Hélas ! sur le sujet qui dresse Blast contre moi, on trouve des médias états-uniens moins manichéens que Blast. Blast veut ignorer qu’aux Etats-Unis, des médias, des journalistes, des intellectuels, des avocats conseillers de Biden réfutent les bobards sur « le sort des Ouïghours ».

    https://www.legrandsoir.info/blast-relais-de-la-propagande-guerriere-des-etats-unis.html


    #médias

  • Verdict dans l’affaire du crash du MH17 - Procès spectacle et parodie de justice - Donbass Insider

    Le 17 novembre 2022, le tribunal de la Haye a rendu son verdict dans l’affaire du crash du MH17, condamnant trois des quatre accusés. Et si le procès s’est très vite avéré être une parodie de justice, le verdict quant à lui est du délire, tant son texte se contredit d’une phrase à l’autre et montre que la condamnation des accusés tient plus à la volonté politique d’avoir un spectacle judiciaire, qu’aux preuves apportées dans le dossier.

    https://www.donbass-insider.com/fr/2022/11/20/verdict-dans-laffaire-du-crash-du-mh17-proces-spectacle-et-parodie-

    #Ukraine #Russie

  • Nos vieux habits font des milliers de kilomètres pour finir dans des décharges Rts - Mise au point - Une enquête de François Ruchti, Dimitri Zufferey et de Drissa Bamba
    https://www.rts.ch/info/suisse/13535036-nos-vieux-habits-font-des-milliers-de-kilometres-pour-finir-dans-des-de

    Grâce à des systèmes de géolocalisation cachés, Mise au Point a remonté la route des habits déposés dans les bennes de récupération. Les résultats sont édifiants  : 250 jours après leur dépôt, des habits suisses parcourent plus de 17’000 km pour être vendus dans des marchés en Moldavie ou en Afghanistan, alors que d’autres finissent dans des décharges à ciel ouvert.


    L’équipe de Mise au Point a soigneusement caché 16 systèmes de géolocalisation, des AirTag, dans des habits et des souliers. Ces affaires ont été déposées dans des bennes de récupération en Suisse romande. Pendant 250 jours, leur localisation a été enregistrée quotidiennement. Ces puces transmettent leur position non pas sur des données satellite mais se servent du réseau bluetooth.

    Les AirTag, systèmes de géolocalisation, placés dans les vieux habits transmettent leur position via le réseau bluetooth des téléphones mobiles. [RTS]
    L’objectif de l’enquête est de comprendre le destin des habits usagés, démodés ou déchirés que les Suisses jettent chaque année. La Croix-Rouge, Solidar, mais aussi des enseignes de mode comme H&M, C&A ou Zara mettent à disposition en Suisse des bennes de récolte. Ils ont une promesse : ces habits et ces souliers seront triés, recyclés pour protéger l’environnement.

    H&M en fait même un argument marketing  : « Une mode de qualité, au meilleur prix et de manière responsable, l’ambition de H&M est de travailler à un changement dans la manière dont la mode est faite aujourd’hui. (…) et de mener des actions en matière développement durable afin d’économiser les ressources naturelles et de ne plus avoir de vêtements dans les décharges.  »

    17’000 km pour être recyclés, revendus ou jetés
    Les résultats sont à des milliers de kilomètres de ces promesses, plus précisément à 17’000 km. C’est la distance maximale que vont parcourir certains habits et souliers déposés dans des bennes en Suisse. En moyenne, ce sont 6200 km effectués en camion ou en bateau pour chaque habit ou souliers recyclés.

    C’est en janvier 2022 que démarre le projet. L’équipe de Mise au Point dépose les pièces munies des puces. Le parcours de près de la moitié des vêtements se termine en Europe de l’Est (Moldavie, Biélorussie ou Ukraine). Les résultats de l’autre moitié sont tout aussi intéressants. Des puces de localisation signalent leur position en Asie ou en Amérique du Sud, notamment en Afghanistan et au Venezuela. Un peu plus de 20% de l’échantillon finit son parcours en Afrique (Côte d’Ivoire, Malawi, Mali). Seul un habit est resté en Suisse pour être revendu dans une boutique de seconde main, ainsi qu’un second dans la région de Naples en Italie.

    Les systèmes de localisation montrent que les habits font régulièrement des aller-retours entre des entrepôts en Afrique et en Europe. Ces entrepôts appartiennent à des intermédiaires spécialisés dans le tri des habits de seconde main. Un pull est par exemple parti en camion vers la Belgique, puis en bateau pour un entrepôt en Tunisie, avant de revenir quelques semaines plus tard dans le port de Rotterdam aux Pays-Bas pour repartir en Afrique.

    Un marché qui vaut des millions
    Un autre vêtement a lui voyagé d’entrepôt en entrepôt à travers l’Europe de l’Est jusqu’en Hongrie, avant de rejoindre la Belgique. De là, la puce arrête de transmettre la géolocalisation pendant plusieurs semaines. Un mois plus tard, il réapparaît au Togo. Il traverse encore plusieurs pays africains pour terminer dans un village au cœur de la Côte d’Ivoire.

    Contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, les habits déposés dans les bennes de récupération ne sont pas donnés aux plus démunis. Ces affaires sont en réalité revendues à différents grossistes de la fripe. Pour la Croix-Rouge et les autres organisations humanitaires, l’argent de ces ventes est une source de financement de leurs activités caritatives.

    Un tri peu efficace
    Peu importe les filières de récupération d’habits, tous passent par des grossistes. SOEX en Allemagne, SEATEX en Belgique ou SOLTEX en Pologne sont les leaders du marché. Dans d’énormes entrepôts, les habits sont triés manuellement.

    En théorie, les vêtements considérés comme trop usés sont détruits ou recyclés, les autres exportés pour être revendus. Aucun des 16 habits et souliers munis d’un traceur n’a été recyclé, tous ont quitté les centres de tri. Un résultat étonnant car nous avions endommagé volontairement plusieurs vêtements et souliers avec des trous et des dégâts irréparables.

    Une paire de souliers hors d’usage a ainsi terminé en Afghanistan alors qu’elle était bonne à la poubelle. Sollicité, SOEX n’a pas souhaité répondre à nos questions. Sur son site internet, il est précisé  : « Nous trions de manière méticuleuse. Nous priorisons la réutilisation des vêtements plutôt que le recyclage. Tous les vêtements et souliers sont inspectés manuellement. (…) Nous avons une philosophie de zéro déchet. Notre objectif est d’éviter un maximum que des habits finissent dans des décharges ou soient brûlés ».

    Exportation de déchets
    Selon Greenpeace, 80% des fripes exportées d’Europe finissent dans des décharges à ciel ouvert. L’enquête de Mise au Point confirme le problème, mais dans une proportion moindre.

    Première bonne nouvelle, aucun habit n’a terminé dans un pays interdit. Le Rwanda a par exemple banni l’importation d’habits usagés afin de protéger les producteurs locaux.

    Autre bonne nouvelle, sur les 16 habits et souliers, deux seront même revendus dans des boutiques de seconde main en Suisse et en Italie. Cinq semblent toujours en transit dans des entrepôts. Plus de 30% des puces de localisation indiquent des zones à risque : terrain vague, bord de route ou marché à ciel ouvert sans système de traitement des déchets.

    Décharges à ciel ouvert
    L’équipe de Mise au Point s’est rendue en Côte d’Ivoire et en Moldavie pour retrouver les habits munis de puces de localisation. En Côte d’Ivoire, un pantalon a terminé dans un marché de fripes à Bouaké. Un lieu où des centaines de petits magasins revendent une partie des habits, alors que les invendus sont brûlés ou abandonnés sur le site même. La dernière position de la puce indiquait que le vêtement était parti dans un petit village aux alentours. Le traceur a depuis cessé d’émettre.

    En Moldavie, des souliers avec puces de localisation ont passé également dans un marché à ciel ouvert. Une des vendeuses du marché explique acheter ces vêtements à crédit par lot de 25-50 kilos. Elle regrette d’être obligée de trier à nouveau les habits, beaucoup étant trop usés ou démodés pour sa clientèle.

    Près de 50% sont jetés à la poubelle. Une des paires de baskets a été jetée, l’équipe de Mise au Point a pu récupérer la puce. En Moldavie, ce type de déchets termine dans des décharges, notamment à Tintareni. Cette dernière est considérée comme la plus grande du pays, elle est inondée de vêtements de seconde main.

    #recyclage #escroquerie #pollution #textile #environnement #fripes #géolocalisation #AirTag

  • Analyse de la rencontre entre Macron et Maduro - Romain Migus

    Les présidents vénézuélien et français se sont rencontrés à la COP27. Et surprise...Emmanuel Macron a enfin reconnu la légitimité de son homologue vénézuélien. Pourquoi ce volte-face ? Est-ce seulement pour le pétrole ou cela dévoile-t-il un nouvel alignement sur les USA qui ont laissé entendre la fin de l’opération Guaido ?
    Quoiqu’il en soit, c’est une très bonne nouvelle pour les deux pays.

    https://www.youtube.com/watch?v=CDGDW7OXW_Y


    #Venezuela #France

  • Comment la fraude et corruption ont été les vraies causes de la crise « sanitaire » - Jean-Dominique Michel

    J’inaugure ici la série de publications présentant les contributions des différents intervenants aux colloques de Lisbonne et Marseille sur le thème « Corruption et fraude dans la crise COVID depuis 2020 ». Je ne commence évidemment pas avec la mienne par nombrilisme, mais parce que la crise dite sanitaire a révélé un degré de gravité sans précédent dans le phénomène (pourtant identifié de longue date) de corruption institutionnelle et systémique des politiques de santé.

    https://anthropo-logiques.org/comment-la-fraude-et-corruption-ont-ete-les-vraies-causes-de-la-c


    #covid

  • Comaguer Radio Galére - 27/09/2022 Point de vue sur la géopolitique et l‘actualité internationale, par Bernard et son équipe.

    Le lien : https://radiogalere.org/?playlist=comaguer-08-11-22

    L’humanité : 8 milliards de membres.
    la scénette Maduro - macron.
    Pakistan, le coup d’état parlementaire.
    Le nazisme, rappel, les pays de l’union européenne votent pour le nazisme.
    Le nucléaire, bombes atomiques.
    Embargo contre Cuba.
    Elections mid terms aux USA.
    Twitter, facebook.
    USA Les dons électoraux.
    Israel, Ramses II.
    Stratégie nucléaire des USA.

    #Géopolitique #Analyse #actualité #balado_diffusion #Podcast

  • #Russie vs #Ukraine - Pulsions de vie contre pulsions de mort - Donbass Insider

    Alors que la Russie célébrait le jour de l’Unité nationale, deux posts publiés sur les réseaux sociaux, l’un par Margarita Simonian (rédactrice en chef de RT), l’autre par Alexeï Danilov, le secrétaire du Conseil de Sécurité nationale et de défense de l’Ukraine, ont montré combien les pulsions de destruction et de mort sont présentes parmi les autorités de Kiev.

    https://www.donbass-insider.com/fr/2022/11/08/russie-vs-ukraine-pulsions-de-vie-contre-pulsions-de-mort

  • Victoire des Sandinistes aux élections municipales au #Nicaragua - Flor

    Et oui, il y a des élections au Nicaragua. 27000 candidats de 14 partis politiques dont 13 d’opposition (et oui, l’opposition peut se présenter aux élections) se disputaient 153 mairies et 6000 postes de conseillers municipaux.

    Depuis Managua, Flor, blogueuse et influenceuse, analyse ces élections et nous explique le pourquoi de la victoire des sandinistes

    https://www.youtube.com/watch?v=eo4cwyuzeyQ

  • #Ukraine – Le piratage du programme de contrôle des troupes « Delta » prouve que le tout technologique n’est pas la panacée - Donbass Insider

    Le 1er novembre 2022, la chaîne Telegram Joker DNR annonce avoir piraté le programme « Delta » utilisé actuellement par l’Ukraine pour coordonner ses troupes dans le conflit contre les forces armées russes. Ce piratage illustre parfaitement pourquoi tout miser sur la technologie en matière militaire peut non seulement ne pas être une panacée, mais même s’avérer être une source de catastrophes potentielles.

    https://www.donbass-insider.com/fr/2022/11/02/ukraine-le-piratage-du-programme-de-controle-des-troupes-delta-prou
    https://www.donbass-insider.com/wp-content/uploads/2022/11/programme-delta.jpg

  • Nouvelle tentative de putsch en Bolivie - Yaneth RAMOS, présidente de l’association Wiphala France

    Personne n’en parle mais l’ultradroite séditieuse est reparti à l’assaut des institutions en Bolivie. Sous un pretexte futile, les organisateurs du coup d’État contre Evo Morales en 2019 ont lancé une fois de plus leurs partisans dans les rues. On compte déjà un mort, plusieurs blessés et une nouvelle crise politique.

    Nous sommes avec Yaneth RAMOS, présidente de l’association Wiphala France pour comprendre les enjeux de ce conflit majeur.

    https://www.youtube.com/watch?v=_cKrEDyo5U8


    #Bolivie

  • Y’a t-il 58 millions de nazis au Brésil ? - Romain Migus

    Le journaliste Romain Migus décrypte l’élection présidentielle brésilienne qui a porté de nouveau Lula Da Silva au pouvoir. Il analyse les grandes orientations du nouveau gouvernement brésilien, ses marges de manoeuvre politique mais surtout s’attarde à donner certaines clés pour comprendre le score très élevé de Jair Bolsonaro.

    Pour ce faire, il faut se détacher des clichés médiatiques sur le leader conservateur brésilien car le mouvement qu’il a contribué à créer n’est pas un épiphénomène. Il s’est enraciné dans un électorat, qui apparait aujourd’hui extrêmement divisé.

    Alors Y’a t-il 58 millions de nazis au Brésil. La réponse dans la vidéo.

    https://www.youtube.com/watch?v=vYWV4VsRyyg&t=1s


    #Brésil

  • Condamné naguère par les médias français, Lula est acquitté par le peuple brésilien. — Maxime VIVAS

    Dans mon livre « Ouïghours, pour en finir avec les fake news » (1), je citais quelques infaux célèbres et quelques exemples de parti pris et manipulations de nos médias.

    On se souvient (ou pas) de la volée de bois vert, des calomnies, injures, que j’ai alors reçues de nos médias parmi lesquels : Libération, Arrêt sur Images, France Inter, le Canard enchaîné, le Monde, Télérama, Quotidien, Charlie-Hebdo (qui me traita de « dingo), etc.

    Parmi les exemples, de manipulation, je citais le traitement (je veux dire : la condamnation, l’exécution médiatique) de Lula.

    https://www.legrandsoir.info/condamne-naguere-par-les-medias-francais-lula-est-acquitte-par-le-peup


    #Brésil #médias

  • La Russie suspend l’accord céréalier après l’attaque de l’Ukraine contre Sébastopol - Donbass Insider

    Suite à l’attaque menée par l’Ukraine contre la flotte présente dans la base de Sébastopol, la Russie a suspendu l’accord céréalier permettant l’exportation des céréales ukrainiennes par voie maritime. Les navires russes qui assuraient la sécurité du couloir permettant ces exportations se trouvent justement dans la base de Sébastopol visée ce matin par l’attaque ukrainienne.

    https://www.donbass-insider.com/fr/2022/10/29/la-russie-suspend-accord-cerealier-apres-attaque-de-ukraine-contre-

    #Ukraine

  • L’Actualité du Donbass par une reporter de guerre : Christelle Néant interviewée par Pierre-Yves Rougeron 2022.10.08 (Ukraine)
    https://thumbnails.odycdn.com/card/s:1280:720/quality:85/plain/https://thumbs.odycdn.com/8bdfafc888dc37ec025facc4a39bc752.webp
    #Ukaine #médias
    Q&R L’Actualité du Donbass par une reporter de guerre : Christelle Néant interviewée par Pierre-Yves Rougeron 2022.10.08 (Ukraine)
    https://odysee.com/@cerclearistote:0/2022.10.08_twitch_Christelle-N%C3%A9ant_Q-R:4

  • Bilan de la deuxième mission de Laurent Brayard dans le Donbass - 25.10.2022 - Donbass insider

    Le 25 octobre 2022 marquait la fin de la deuxième mission du journaliste Laurent Brayard dans le Donbass. L’occasion de refaire une interview afin de faire le bilan de ces six mois au cœur de l’opération militaire spéciale, et de son travail pour Donbass Insider.

    https://rumble.com/v1q5c1z-bilan-de-la-deuxime-mission-de-laurent-brayard-dans-le-donbass-25.10


    #Ukraine #médias

  • Vladimir Poutine - La domination sans partage de l’Occident sur les affaires mondiales touche à sa fin - Donbass Insider

    Le 27 octobre 2022, lors du forum de discussions du Club Valdaï, le Président de la fédération de Russie, Vladimir Poutine, a prononcé un discours fort, lors duquel il a annoncé que la période historique de domination sans partage de l’Occident sur les affaires mondiales touche à sa fin, et que le monde se trouve à un tournant historique. Voici la traduction complète en français de son discours.


    https://www.donbass-insider.com/fr/2022/10/28/vladimir-poutine-la-domination-sans-partage-de-loccident-sur-les-af
    https://www.donbass-insider.com/wp-content/uploads/2022/10/poutine-valdai-27102022.jpg
    #Russie
    ou : https://telegra.ph/R%C3%A9union-du-club-de-discussion-international-de-Valdai-10-27

  • L’enjeu ukrainien à l’ère impérialiste - Annie Lacroix-Riz

    Annie LACROIX-RIZ, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université Paris VII-Denis Diderot, est spécialiste des relations intereuropéennes et Europe-États-Unis et des classes dirigeantes françaises au 20e siècle .
    Elle a notamment publié Le Vatican, l’Europe et le Reich de la Première Guerre mondiale à la Guerre froide (1914-1955), Paris, Armand Colin, nouvelle édition augmentée, 2010 ; Le Choix de la défaite : les élites françaises dans les années 1930, Paris, Armand Colin, nouvelle édition augmentée, 2010 ; De Munich à Vichy, l’assassinat de la 3e République, 1938-1940, Paris, Armand Colin, 2008 ; L’histoire contemporaine toujours sous influence, Paris, Delga-Le temps des cerises, 2012 ; Industriels et banquiers français sous l’Occupation, Paris, Armand Colin, 2013 ; Aux origines du carcan européen, 1900-1960. La France sous influence allemande et américaine, Paris, Delga-Le temps des cerises, nouvelle édition augmentée, 2016 ; et Les élites françaises, 1940-1944. De la collaboration avec l’Allemagne à l’alliance américaine, Paris, Dunod-Armand Colin, 2016 . La Non-épuration en France de 1943 aux années 1950, Paris, Dunod-Armand Colin, 2019 . Scissions syndicales, réformisme et impérialismes dominants, 1939-1949, Paris, Delga, 2020.
    Elle prépare un ouvrage sur le mythe de l’aide américaine, du Prêt-Bail au Plan Marshall (1941-1950).

    https://www.youtube.com/watch?v=19iN-lznZaY


    #Ukraine

  • QUAND « LE MONDE » SE LÂCHE CONTRE LA CHINE — Bruno GUIGUE

    Voici l’éditorial du « Monde » sur le XXe Congrès du parti communiste chinois (15 octobre 2022).

    « Xi Jinping : le danger de la toute-puissance »

    – « Nul ne sait combien de temps le président chinois, qui devrait obtenir un troisième mandat et renforcer encore son pouvoir lors du 20ᵉ congrès du PCC, compte rester à la tête du pays. Une incertitude profondément malsaine alors que la Chine doit faire face à des défis majeurs ».

    Étrange. En quoi « l’incertitude » sur la longévité politique de Xi Jinping est-elle « malsaine » ? Qu’on critique cette longévité, soit, mais on n’a pas le souvenir que « Le Monde » ait été aussi sévère pour Angela Merkel, au pouvoir pendant 17 ans.
    Xi Jinping, lui, y est depuis dix ans.

    https://www.legrandsoir.info/quand-le-monde-se-lache-contre-la-chine.html


    #médias #Chine

  • Libye : Le portable, l’erreur fatale du Colonel Kadhafi - René Naba

    Replié sur Syrte depuis la chute de Tripoli, le 21 août 2011, Mouammar Al Kadhafi tente une sortie de sa ville natale sur la côte méditerranéenne, pour chercher à joindre la province méridionale de la Libye, au-delà vers les zones désertiques des pays limitrophes.

    Traqué depuis les airs par l’aviation de l’Otan, encerclé par les forces rebelles soutenues par les mercenaires des pétromonarchies du Golfe, le fugitif s’empare alors de son portable satellitaire pour joindre à Damas (Syrie) une chaîne de télévision syrienne afin de s’adresser au peuple libyen.

    Mal lui en prit. L’erreur lui sera fatale. Le mobile est repéré par les satellites géostationnaires américains qui répercutent le signal au commandement français, sous-traitant des Américains dans la Zone. Les hélicoptères français sont lancés à sa trousse.

    https://www.madaniya.info/2022/10/10/libye-le-portable-lerreur-fatale-du-colonel-kadhafi


    #Lybie

  • Les sans culottes à la conquête de Paris - Jacques Pauwels

    Jacques Pauwels, historien, politologue et essayiste belgo-canadien expliquera comment la Révolution française se résuma à maints égards à une conquête de Paris par le petit peuple de la capitale, qui habitait majoritairement dans le faubourg Saint-Antoine. Éliminant un obstacle symbolique mais également physique, la Bastille, les « sans-culottes » faubouriens ont envahi la capitale et s’en sont rendus maîtres. Ils ont « déroyalisé » « décléricalisé » et, enfin de compte, « révolutionné » et « républicanisé » ce qui avait été une « ville royale », évoquant l’Ancien Régime avec ses palais fleurdelisés, sa surabondance d’édifices religieux et ses orgueilleux hôtels aristocratiques. Mais c’est la (haute) bourgeoisie qui, grâce surtout à Bonaparte, a pu cueillir les fruits des efforts révolutionnaires des sans-culottes. Par conséquent, Paris transformé non pas en une ville appartenant au petit peuple mais en une Babylone de la bourgeoisie, une métropole saupoudrée de monuments glorifiant le bienfaiteur primordial de cette classe.

    https://www.youtube.com/watch?v=fJMxYdtxgOQ


    #Histoire #Paris