fred1m

citoyen (épicène ?) ou adelphe...

  • Loi « séparatisme » : la droite dépose un pot-pourri d’amendements - Page 1 | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/160121/loi-separatisme-la-droite-depose-un-pot-pourri-d-amendements

    Le festival des réacs rances :

    À l’Assemblée nationale, l’examen du projet de loi confortant le respect des principes de la République s’annonce aussi fastidieux qu’éclectique. La droite – majorité et opposition confondues – a fait d’un texte censé lutter contre le « séparatisme » le véhicule législatif de nombre de ses marottes : immigration, logement social, écriture inclusive…

    Dans l’ensemble, les quelque 1 682 amendements déposés donnent à voir une surenchère de propositions sécuritaires et répressives qui doivent encore passer le filtre de la commission spéciale, réunie à partir de lundi, pour être débattues dans l’hémicycle. Petit florilège.

    Interdire les signes religieux pour les mineurs (et emprisonner les parents)

    Deux députés de la majorité, Aurore Bergé et Jean-Baptiste Moreau, veulent proscrire le port de signes religieux ostentatoires dans l’espace public pour les mineurs. Une « continuité » de la loi de 2004 qui le fait déjà à l’école, expliquent-ils dans l’exposé des motifs. Avant 18 ans, le port d’un voile, d’une kippa ou d’une croix serait donc interdit dans la rue. Les parents seraient passibles d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende.

    Interdire le voile pour les mamans accompagnatrices en sorties scolaires

    La droite ressort une de ses antiennes : l’interdiction du port du voile pour les mamans accompagnatrices lors des sorties scolaires. Sur ce sujet comme sur d’autres, les positions des droites traditionnelle et macroniste convergent : Éric Diard, Éric Ciotti, Annie Genevard (Les Républicains), François Cormier-Bouligeon, Pierre Henriet ou encore Aurore Bergé (La République en marche) soumettent des amendements aux rédactions proches et aux visées similaires.

    Dans un autre amendement, le député LR Éric Pauget fait référence à la polémique autour de Maryam Pougetoux, porte-parole de l’Unef, pointée du doigt en septembre pour s’être présentée voilée à une commission d’enquête de l’Assemblée nationale. Il souhaite que les « personnes participant à l’exercice ou aux travaux d’une mission de service public à titre rémunéré ou bénévolement » soient tenues de « respecter les exigences de neutralité religieuse ».

    Restreindre le droit du sol

    Éric Ciotti (LR) a de la suite dans les idées. Le député des Alpes-Maritimes souhaite insérer dans la loi contre le séparatisme une disposition qu’il appelle de ses vœux depuis de longues années : la fin de l’acquisition de la nationalité française pour les enfants nés en France de parents étrangers. Seuls les enfants de ressortissants de l’Union européenne conserveraient ce droit séculaire.

    Interdire l’écriture inclusive

    Le député LREM de Vendée, Pierre Henriet, a trouvé une autre façon de conforter les principes républicains : lutter contre l’écriture inclusive, qu’il estime être « une version dévoyée de la langue française ».

    L’élu de la majorité propose donc à l’Assemblée nationale de voter l’obligation pour les communications officielles d’être écrites « conformément aux prescriptions de l’Académie française, à l’exclusion notamment de toutes les marques de ponctuation et syntaxes arbitraires et contraires à la grammaire insérées au milieu des mots – traits d’union, point normal ou point médian par exemple ».

    Assouplir la loi SRU et les contraintes de logement social

    C’est une autre obsession récurrente à droite : la loi Solidarité et renouvellement urbain (SRU), qui oblige les communes de plus de 3 500 habitants à avoir un seuil minimum de 25 % de logements sociaux. Robin Reda, député LR de l’Essonne qui a rejoint le mouvement Libres ! en 2019 , a signé plusieurs amendements pour revenir sur les exigences de cette loi, qui place de nombreux maires (souvent de droite) en situation d’infraction.

    L’objectif est à chaque fois de desserrer l’étau qui contraint ces édiles à construire des logements sociaux. L’élu du groupe LR souhaite ainsi que, pour les communes en infraction avec la loi, le taux de 25 % soit calculé sur les logements bâtis depuis trois ans, et non sur la totalité des logements de la ville. Il propose aussi de sortir de la loi les villes situées en « zone non tendue ».

    Deux autres amendements visent à fixer un seuil maximal de logements sociaux, en plus du seuil minimal qui existe déjà : magnanime, Robin Reda offre deux options à ses collègues (30 % et 40 %).

    Expulser les fidèles étrangers d’une mosquée fermée par l’État

    Signé par une dizaine de députés de droite et également porté par Robin Reda, un amendement vise à permettre l’expulsion de « tout ressortissant étranger qui a fréquenté habituellement un lieu de culte ayant fait l’objet d’une mesure de fermeture » pour provocation à la violence, à la haine, à la discrimination ou au terrorisme.

    Exemple concret : dans le cas de la mosquée de Pantin récemment fermée pour six mois, cela signifie que n’importe quel habitant du quartier de nationalité étrangère pourrait être expulsé au motif qu’il fréquentait le lieu de culte.

    Interdire l’école à la maison... mais pas pour tous

    L’article 21 concernant l’encadrement strict de l’instruction en famille – qui ne pourra être autorisée par dérogation qu’en raison de la situation particulière de l’enfant (état de santé, pratique physique ou artistique intense, itinérance de la famille) a suscité un déluge d’amendements. Comment cibler l’instruction salafiste – si ce n’est, au fond, musulmane – sans se mettre à dos les catholiques traditionnalistes qui font l’école à la maison ?

    Tel semble le défi posé à une partie de la droite. L’amendement 789 déposé par Julien Ravier (LR) propose que les familles remplissent un formulaire justifiant « les raisons du choix de l’instruction en famille, les méthodes pédagogiques employées et le respect des principes de la République, dont la connaissance et la maîtrise de la part des parents doit être démontrée ».

    Avec cette précision : « Les déclarations incomplètes ou non conformes aux principes de la République, ou faisant état d’un manque de maîtrise de la langue française entraînent un contrôle a priori de l’autorité compétente de l’État en matière d’éducation et de la mairie ». Habile.

    Sanctionner de six mois de prison le port du voile intégral

    Interdite depuis 2010, la dissimulation du visage dans l’espace public est sanctionnée d’une amende de 150 euros, à laquelle peut s’ajouter un stage de citoyenneté. Sous l’impulsion d’Éric Ciotti, une vingtaine de députés LR (dont Damien Abad, le président du groupe) proposent de durcir cette peine. Les femmes qui portent le voile intégral seraient passibles de six mois d’emprisonnement et 3 750 euros d’amende. Une sévérité qui s’explique, écrivent les parlementaires LR, par « la gravité de l’atteinte » portée aux « valeurs essentielles » de la société.

    Obliger les fonctionnaires à prêter serment à la République

    L’amendement d’Éric Diard (LR) veut instaurer une prestation de serment solennelle pour chaque fonctionnaire avant sa prise de fonction. Celui-ci y déclarerait « adhérer loyalement et servir avec dignité » la République et ses valeurs. Le texte ne précise pas si, au cours de ce cérémonial, l’agent devra poser sa main droite sur la Constitution de 1958.

    Sur le même sujet, Anne-Laure Blin (LR) propose que nul ne puisse accéder à un poste de fonctionnaire « s’il est radicalisé[e] ». Sans aucune précision sur la réalité juridique que recouvre ce terme, ni sur la manière de le démontrer.

    Armer toutes les polices municipales de France

    Pour conforter le respect des principes républicains, Anne-Laure Blin souhaite utiliser la manière forte. Dans un lien peu évident avec le texte en question, l’élue de Maine-et-Loire veut faire passer un amendement déjà retoqué au moment de la loi « sécurité globale ». Celui-ci prévoit que « la création d’une police municipale » ait « pour conséquence directe » l’armement de ses agents. Actuellement, chaque maire a la possibilité (et non l’obligation) d’armer sa police municipale, sur autorisation du préfet.

    Lier la création d’un compte Twitter à l’envoi d’une pièce d’identité

    Député le plus actif sur le texte avec Robin Reda, Éric Ciotti a déposé un amendement pour mettre fin au pseudonymat sur les réseaux sociaux. Pour créer un compte sur Twitter ou Facebook, chaque utilisateur devrait fournir une pièce d’identité ainsi qu’une déclaration de responsabilité. Une disposition qui semble contrevenir au règlement général sur la protection des données (RGPD), en vigueur dans toute l’Union européenne.

    L’élu des Alpes-Maritimes propose aussi de maintenir enfermées les personnes condamnées pour des actes terroristes à l’issue de leur peine. Une mesure déjà retoquée en juillet 2020 par le Conseil constitutionnel : cette fois, le groupe LR présente cette rétention comme un « placement en centre socio-médico-judiciaire de sûreté », « tant qu’ils constituent une menace pour la société ».

    C’est enfin le même Éric Ciotti qui demande d’ajouter à la loi la création d’un délit d’incitation à la haine de la France, l’expulsion de tous les étrangers fichés S, l’instauration de quotas sur l’immigration ou encore l’introduction d’un système de points pour autoriser un étranger à vivre en France (fondé sur le niveau d’études, l’expérience professionnelle…).

    #droite #racisme #islamophobie #mysoginie #petits_blancs et j’en passe et des meilleures...

  • Ce que révèlent les archives de François Mitterrand sur le rôle de la France au Rwanda
    https://www.lemonde.fr/afrique/video/2021/01/16/ce-que-revelent-les-archives-de-francois-mitterrand-sur-le-role-de-la-france


    François Mitterrand et le président rwandais Juvénal Habyarimana le 7 octobre 1982 à Kigali, capitale du Rwanda.
    PIERRE GUILLAUD / AFP

    Selon le directeur de recherche au CNRS, « ces pièces viennent consolider un puzzle qui montre que Mitterand et un petit groupe de militaires (…) ont mené une politique qui a soutenu avant, pendant et après le génocide des Tutsi, les extrémistes hutu et les chefs de l’armée rwandaise ». « Ce soutien a été fait en connaissance de cause (…), c’est pour cela que cela s’appelle de la complicité de génocide », explique François Graner, alors que plusieurs documents montrent que la France a couvert la fuite des génocidaires et a continué à livrer des armes après les accords d’Arusha le 4 août 1993. Selon le chercheur, « l’intention de la France était de maintenir, à tout prix, le Rwanda dans la zone d’influence française ».

  • La Genèse selon Saint-Nelson ou "le dit de Blanquer"

    L’âme du monde éducatif, en cette veille de reprise sous Protocole Renforcé-Accru-Renforcé, est au bord de l’égarement.

    Il faut donc revenir aux textes fondamentaux pour comprendre comment on en est arrivé là :

    « Au commencement était le Verbe, alors le Ministre dit "On est prêt" et la lumière fut. Le Ministre vit que sa politique était bonne et il sépara le temps scolaire et il fit le "confinement" et il fit le "déconfinement". Et ce fut ainsi.

    Le site du CNED était informe et vide et l’enseignant·e errait dans les ténèbres. Le Ministre dit "Que 3 fichiers par niveau soient uploadés" et il appela cela "continuité pédagogique". Et ce fut ainsi. Et Le Figaro vit que cela était bon.

    Le Ministre vit que l’apprenant·e était au-dessus de l’abîme et le souffle du Ministre planait sur les médias. Alors le Ministre dit : "Que les connaissances se rassemblent sur l’écran 30 minutes par jour en un seul lieu" et il l’appela "Nation Apprenante". Et ce fut ainsi. Et FranceTV vit que cela était bon.

    Le Ministre vit que le distanciel au-dessus du firmament se noyait dans les eaux de la fracture numérique, alors le Ministre dit "Que foisonnent les connections et que se multiplie le matériel informatique". Et rien ne fut vraiment ainsi, mais il y eut une distribution dans un quartier populaire et BFMTV vit que cela était bon.

    Le Ministre dit "Remplissez les salles de classe, soyez les maîtres de l’hybride et dédoublez les êtres vivants qui vont et viennent dans les établissements, selon leur espèce". Et ce fut ainsi. Et le Ministre l’appela "Protocole" et "2S2C". Et les êtres vivants, selon leur espèce, se multiplièrent pour écrire les premiers et animer les seconds, sans en être rétribués. Et Léa Salamé vit que cela était bon.

    Mais il apparut qu’aucune herbe n’avait poussé parce que le Ministre n’avait pas fait pleuvoir, alors le Ministre dit "Parce que tu as récriminé, enseignant·e, tu seras maudit·e parmi tou·tes les salarié·es. Tu iras cueillir des fraises tous les jours de ta vie, ton point d’indice restera sur la table et je prélèverai une côte de ton budget pour créer le SNU." Valeurs Actuelles vit que cela était bon et ce fut ainsi.

    Ainsi furent achevés les travaux du Ministre, il vit que cela était bon, que l’Éducation et le Sport étaient sains, et efficaces, et basés sur des faits fondés sur la Preuve Neuroscientifique, alors il sanctifia les statistiques favorables et il bénit toute l’œuvre de création qu’il avait faite.

    Ainsi furent achevés l’œuvre qu’il avait faite et tout son déploiement. Alors le JDD vit que cela était bon et le Ministre se reposa de toute son œuvre en Île-de-France. »

  • UN HAMSTER A L’ECOLE
    Nathalie Quintane

    [Bonnes feuilles]

    paru dans lundimatin#270, le 11 janvier 2021

    S’il y a bien une institution qui concentre toute la schizophrénie française, c’est l’école. On y place tous ses espoirs et toutes ses déceptions, tout le monde l’aime et la déteste, viscéralement. On ne compte plus les travaux en sciences sociales visant à la dénoncer, la réformer, la sauver. C’est aussi de l’école dont il est question dans le nouveau livre de Nathalie Quintane, mais autrement. Il n’y a pas de surplomb analytique, pas de dénonciation gauchiste, pas de doudous méritocratique. Un hamster à l’école parle depuis l’expérience, c’est-à-dire depuis le sensible. Les anecdotes s’enchaînent et dessinent depuis l’intérieur les contours de l’institution avec une justesse et une précision tellement drôles que c’en est bouleversant. Nous ne sommes que le 11 janvier mais il ne fait aucun doute que c’est, pour l’instant, le meilleur livre de l’année. En voici quelques « bonnes feuilles ».

    https://lundi.am/Un-hamster-a-l-ecole

  • Vif débat après la fermeture du compte Twitter personnel de Donald Trump
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2021/01/09/vif-debat-apres-la-fermeture-du-compte-twitter-personnel-de-donald-trump_606

    Première mondiale, la fermeture du compte d’un président en exercice suscite des avis partagés aux Etats-Unis et au-delà.

    Dans quelles circonstances est-il légitime de fermer le compte Twitter d’un président en exercice ? Après l’interdiction définitive, ce 8 janvier, du compte personnel de Donald Trump, le débat agite la classe politique, aux Etats-Unis et au-delà. Certains s’indignent qu’une entreprise privée puisse censurer le chef d’une des plus grandes démocraties du monde - qui conserve toutefois son compte présidentiel officiel -, alors que le réseau social a estimé que l’élu incitait encore à la violence, au lendemain d’une invasion historique du Capitole américain ayant fait cinq morts.
    […]
    S’ils la désapprouvent, une petite partie des soutiens de Donald Trump s’est, paradoxalement, réjouie de ce bannissement : les créateurs de réseaux sociaux et sites pro-Trump « alternatifs ». « Nous ajoutons de nouveaux serveurs en ce moment même », écrit Andrew Torba, le PDG du réseau prisé de l’ultradroite Gab. Parler, concurrent pro-Trump de Twitter lancé récemment, connaissait des difficultés d’accès ce 9 janvier, vraisemblablement en raison d’un afflux de messages et d’inscriptions. « Nous sommes propriétaires de nos serveurs, cela prend plus de temps pour en ajouter, mais nous ne pouvons pas être bloqués ! Soyez patients, Dieu est aux manettes », écrit Andrew Torba, fondateur de Gab. Donald Trump lui-même a assuré, dans un message publié sur un autre compte Twitter puis effacé, « étudier les possibilités de construire notre propre plate-forme ». Se doter d’un outil de communication directe aussi puissant que son compte Twitter aux 88 millions d’abonnés sera toutefois difficile.

    (article ouvert, relatant bien le débat ; à lire sur le site, donc)

  • Santé Publique France, 10/01/2021 :
    • décès covid à l’hôpital : 151 (cvh :246)
    • hospitalisations covid : 24 526 (+286)

    stabilisation des décès, fin de la lente décrue des hospitalisations

    il est grand temps de réviser mon modèle de conjoncture, la cvh devient cyclique…
    Faut que je reprenne toute la mécanique qui a été bricolée et enrichie au fur et à mesure.

  • Aaron Swartz
    https://cultinfo.hypotheses.org/category/des-figures-en-communs/aaron-swartz

    L’œuvre de Aaron Swartz ne doit pas être limitée à une énumération d’outils ayant permis de libérer le savoir et internet. Ce serait une vision bien restrictive d’une telle personnalité ! Aaron Swartz n’a pas seulement contribué à outiller l’internet libre, il a milité par des actes de résistance pour un internet libre, plaçant l’internaute-citoyen au cœur du système. Source : Cultures de l’Information

  • Canal+ veut garder le mot « planète » pour lui tout seul
    https://reporterre.net/Canal-plus-veut-garder-le-mot-planete-pour-lui-seul

    Le groupe Canal+ a déposé les mots « planète » et « planet » à l’Institut national de la propriété intellectuelle. Depuis, il menace de poursuites judiciaires quasi systématiquement les revues, associations et sociétés qui utilisent le terme dans leur dénomination. Depuis quelques années, le groupe Canal+, qui a déposé la propriété intellectuelle du mot « planète », s’oppose systématiquement à chaque entreprise ou association qui l’utiliserait. Aujourd’hui, les exemples se comptent par dizaines. Ainsi, Laure (...)

    #Canal+ #écologie #copyright

    ##Canal+

  • Une philosophe féministe oubliée : Jenny d’Héricourt (1809-1875), alias Jeanne-Marie Poinsard
    https://maitron.fr/spip.php?article159559
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Jenny_d%27H%C3%A9ricourt

    Quand en 1856 Jenny P. d’Héricourt (1809-1875), sage-femme, féministe et philosophe, critiqua Pierre-Joseph Proudhon pour sa théorie sur l’infériorité féminine, celui-ci refusa tout discussion, invoquant son infériorité intellectuelle naturelle. Néanmoins d’Héricourt continua de publier de ferventes critiques des théories des philosophes sociaux de son époque sur l’inégalité des sexes.

    Caroline Arni, « La toute-puissance de la barbe » Jenny P. d’Héricourt et les novateurs modernes
    https://journals.openedition.org/clio/139

    Quand l’auteure de La Femme Affranchie. Réponse à MM. Michelet, Proudhon, É. de Girardin, A. Comte et aux autres novateurs modernes, 1860, propose une discussion à Proudhon, il répond :
    « Il y a chez vous, au cerveau comme dans le ventre, certain organe incapable par lui-même de vaincre son inertie native et que l’esprit mâle est seul capable de faire fonctionner, ce à quoi il ne réussit même pas toujours. »

    Comme quoi, pour la grenouille au fond du puits, l’univers n’est qu’un petit disque bleu...

    #Jenny_d'Héricourt #féminisme #femmes #philosophe #théories_sociales #sexisme #Proudhon #grand_homme

    • Le pire dans tout ça, c’est qu’en tant que patriarche de l’#anarchisme, aujourd’hui encore ce type d’idées phallocrates persistent chez les anarchistes où le féminisme est souvent relégué en seconde zone, traitée de bourgeoise, bien après la libération sociale des hommes.

      #militantisme
      #masculinisme

      Partout et dans tous les temps, on rencontre de ces créatures excentriques, ridicules dans leur sexe, et insupportables au nôtre : elles sont de plusieurs espèces. Chez les unes, ce chic masculin est l’effet du tempérament et d’une grande vigueur corporelle : on les appelle des virago. Ce sont les moins à craindre ; elles ne font pas de prosélytes, et il suffit de la critique des autres femmes pour les ramener à l’ordre. Chez d’autres, la tendance à l’émancipation procède, ou d’un travers d’esprit, ou de la profession qu’elles exercent, ou bien enfin du libertinage. Celles-ci sont les pires : il n’y a pas de forfait auquel l’émancipation ne les puisse mener. À certaines époques, l’esprit de secte s’en mêle ; la défaillance des mœurs publiques vient compliquer le mal : la lâcheté des hommes se fait l’auxiliaire de l’audace des femmes ; et nous voyons apparaître ces théories d’affranchissement et de promiscuité, dont le dernier mot est la PORNOCRATIE. Alors c’est fini de la société.

    • Dans Les femes de droite, Andrea Dworkin cite Jenny P. d’Héricourt qui, en 1860, tente de faire admettre au socialiste Joseph Proudhon que tant que la femme sera tenue pour inférieure, le travail salarié ne peut la libérer : sous-payée, elle demeure condamnée à vendre aussi du sexe – se vendre à un mari ou à des prostitueurs. Proudhon lui oppose une fin de non-recevoir, décrétant « naturelle » l’infériorité des femmes. Cent ans plus tard, dans la contre-culture américaine, Dworkin et Robin Morgan repèrent le même sexisme chez les hommes de gauche, au nom cette fois de la libération sexuelle. Ils « estiment trop les putains et pas assez les épouses ». Ce que voient très bien les femmes de droite, qui tiennent les féministes pour naïves et impuissantes et optent, en désespoir de cause, pour le « modèle de la ferme » contre celui du bordel et de la pornographie.
      (https://www.ababord.org/Les-femmes-de-droite)

    • « En vertu de quel droit et au nom de quel principe voudrait-on séparer l’humanité en deux camps, dont l’un aurait le privilège de prendre librement son essor, cependant que l’autre — pour éviter toute concurrence — se verrait forcé de limiter le sien ? »

      Madeleine Tribolati (1905-1995), syndicaliste (à la CFTC) ayant participé aux négociations pour les conventions collectives de 1936, in Joceline Chabot, notice dans le dictionnaire Maitron.

      (Merci à Florence Montreynaud pour ces citations quotidiennes, du site Encoreféministes@gmail.com)

    • Difficile de remplacer ce que l’on ignore et que l’on refuse de connaitre. J’adorerai me passer de citations nauséabondes, et n’être que proposition positive, mais sans celles-ci comment comprendre que même la première Internationale (car avec des proudhoniens dedans) ait refusé que les femmes travaillent quand cela a imprégné salement toutes les pensées progressistes de gauche jusqu’à maintenant.
      Oui, profiter des leçons de celles qui se sont battues contre ces hommes infects et misogynes pour que nous puissions reconnaitre leurs ennemis, celleux qui tiennent à peu de chose près le même discours aujourd’hui.
      D’autant qu’en tant que femme et femme vivante pour un monde plus juste, je m’estime victime de ce merdier dans lequel ils nous ont mises et continuent d’en être misérablement fiers.
      #survivantes

  • « Banalité du mal » : à propos de la sur-prise du #Capitole à Washington, encore, voici un récit important pour sortir de la première ornière, celle de débiles folkloriques, mais aussi de la seconde, celle de monstres décérébrés. L’historien Terry Bouton et sa femme étaient présents lors de l’insurrection « Stop the Steal » lancée par Trump et sont restés en tant qu’observateurs. Ils en tirent 5 conclusions : la foule était relativement diversifiée sur une relativement large aile droite pro-Trump, le Capitole a été laissé délibérément quasiment sans protection, les émeutiers ont longtemps pensé que la police était de leur côté, "l’équipement" des gens n’avait rien de commun avec les habituelles manifestations, et surtout, selon eux, ils sont déterminés et n’arrêteront pas là.
    Source : https://twitter.com/TerryBoutonHist/status/1348365375449268226 ou là https://threadreaderapp.com/thread/1348365375449268226.html et libéré-archivé par là : https://archive.vn/aLuW3

    My wife and I attended the “Stop the Steal” Trump Insurrection on Wednesday (as observers, NOT participants) and there are FIVE big take-aways from what we witnessed and heard outside the Capitol that I’d like to share. (We took all the pictures below). 1/22

    1) This insurrection wasn’t just redneck white supremacists and QAnon kooks. The people participating in, espousing, or cheering the violence cut across the different factions of the Republican Party and those factions were working in unison. 2/22

    Preppy looking “country club Republicans,” well-dressed social conservatives, and white Evangelicals in Jesus caps were standing shoulder to shoulder with QAnon cultists, Second Amendment cosplay commandos, and doughy, hardcore white nationalists. 3/22

    We eavesdropped on conversations for hours and no one expressed the slightest concern about the large number of white supremacists and para-military spewing violent rhetoric. Even the man in the “Camp Auschwitz” sweatshirt wasn’t beyond the pale. They were all “patriots." 4/22

    I’m sure there were Republicans there who were horrified by what was happening. But the most common emotions we witnessed by nearly everyone were jubilation at the take over and anger at Democrats, Mike Pence, non-Trump supporting Republicans, and the Capitol Police. 5/22

    2) There is no doubt the Capitol was left purposefully understaffed as far as law enforcement and there was no federal effort to provide support even as things turned very dark. This contrasts sharply with all of other major protests we have attended. 6/22

    A lot has been made of the contrast to the overwhelming police presence at Black Lives Matters protests in the fall, and this is certainly true. But there was also A LOT more federal law enforcement presence at every single previous protest we have attended in DC. 7/22

    Most of these protests involved tens of thousands of mostly white, middle-aged people (meaning race wasn’t the only reason for the disparate police presence). Even the March for Science had far more police for a non-partisan event featuring “Bill Nye the Science Guy.” 8/22

    By contrast, there was a tiny federal police presence at “Stop the Steal” despite weeks of promises of violence spread on social media by well-known far-right radicals, many of whom had long histories of inciting violence. 9/22

    When we arrived, the only forces present were the clearly overwhelmed Capitol Police. The only reinforcements that arrived were other Capitol Police. There were a handful of DC Metro police, but they had accompanied the ambulances to take away the injured. 10/22

    The only other federal law enforcement presence was an FBI Swat team of about eight officers who arrived to provide cover for the Capitol Fire and EMTs there to extract Ashli Babbitt, the QAnon radical who was shot inside the Capitol Building. 11/22

    Once the FBI team got Babbitt out, they left and no other federal officers arrived in the more than two hours that followed. The small Capitol Police force was left to deal with the chaos by themselves. 12/22

    3) The Trump rioters only supported law enforcement as long as they believed law enforcement was supporting them. Rioters, many carrying Thin Blue Line flags, seemed convinced that the Capitol Police would turn against the government and join them. 13/22

    Numerous rioters shouted at the police, saying some version of “we had your back, now you need to have ours.” All of the Capitol officers we saw—Black, white, Latino, male, female—seemed alarmed by what was happening and continued to try to do their job faithfully. 14/22

    And the crowd reviled them for it. They booed the police and FBI swat team, calling them traitors and murderers. A man on the back Capitol steps ripped up a Thin Blue Line flag, the torn stripes fluttering down over a crowd briefly chanting “fuck the police.” 15/22

    4) There were also no clear crowd rules imposed for Stop the Steal like there were for all the other protests we have attended. All of the “liberal” protests of the last four years we attended had a long list of things you could not bring that were enforced at the Capitol. 16/22

    At these protests, there were no poles or sticks, no backpacks, no weapons or body armor, etc. There were sometimes security check points to go through to get onto the mall or Capitol grounds. 17/22

    None of these standard rules applied to Stop the Steal. There were poles and flags and backpacks and body armor EVERYWHERE. We didn’t see any guns or knives. But there were certainly people brandishing flag poles as if they were weapons. 18/22

    5) These people are serious and they are going to keep escalating the violence until they are stopped by the force of law. There were many, many people there who were excited by the violence and proud and excited about the prospect of more violence. 19/22

    And it wasn’t just the white nationalists, Second Amendment radicals, and QAnon boneheads. I can’t adequately describe the blood lust we heard everywhere as we walked over the Capitol grounds, even from mild-mannered looking people. 20/22

    The most alarming part to me was the matter-of-fact, causal ways that people from all walks of life were talking about violence and even the execution of “traitors” in private conversations, like this was something normal that happened every day. 21/22

    I am convinced that if Congress doesn’t act to do something about this quickly, these people are going to keep going and the unrest and violence will get more widespread and more uncontrollable. This is a crisis. It’s real. It’s happening. It must be taken seriously. 22/22

    (Wanted to make sure my wife, Noelle, received due credit for the photos). twitter.com/housewifeangst

    Et voilà le résultat de tout ça : une vidéo de la demi-heure pendant laquelle la foule, chauffée à blanc, et la maigre équipe policière du Capitole, ont formé une mêlée à l’entrée pendant que d’autres pénétraient par les fenêtres brisées et faisaient le show devant les appareils photo :
    https://www.youtube.com/watch?v=cwTlxKjiW5g

    #Trump #fanatisme #MAGA #MAGAcoup #banalité_du_mal

    • une interprétation : c’était donc une petite manif Disneyland Trump, organisée pour le thrill et pour le show, bien réglée pour éviter tout accrochage sérieux avec les flics ; une fois la parade terminée, on rentre à la maison et les médias entretiennent le buzz pendant une semaine ou plus. Bien joué.

    • @olaf : 5 morts, ce n’est pas Disneyland.

      Les premières images qu’on a vues semblaient effectivement suggérer une sorte de promenade touristique un peu folklorique, ce qui a d’ailleurs permis, dans les premières heures, à gauche de « réclamer » à ce que les manifs BLM soient « aussi bien » traitées (mais avec 5 morts, je doute que ce soit une revendication qui tienne encore), ou à droite de prétendre que cette manif était drôlement plus polie que les « casseurs » des manifs de gauche…

      Depuis, cette impression de manif un peu musclée mais relativement anodine ne peut plus tenir.

    • @olaf insupportable de minimiser ce qui s’est passé et qui a entrainé la mort de 5 personnes.

      Ca fait plusieurs mois (de ce côté de l’atlantique) qu’on parle de coup d’état à venir par Trump et de front fasciste prêt à monter à Washington. Donc, il y a une logique à chercher du côté des services du pentagone pour avoir laissé le capitole ouvert.
      Est-ce qu’il y a eu un choix délibéré de laisser advenir cet électrochoc de façon stratégique, quitte à faire des morts, pour justifier une répression qui va avoir lieu sur tous les fronts ?
      De l’Histoire, je retiens que les services secrets américains sont très forts pour la scénariser à l’avance, la mettre en image, créer du spectacle, du symbolique à leur gloire, et faire croire qu’ils contrôlent la situation même quand elle apparait absolument tordue.

    • Il ne s’agit pas de minimiser (oui, évoquer Dysneyland est trop « distancé ») mais de prendre une juste mesure des choses.
      Ainsi, les armes à feu et cocktails molotov saisis l’ont été dans des chambres d’hôtels ou dans des véhicules, sans avoir été et utilisées sur place (on ne saura jamais combien il y avait d’armes dans et devant le Capitole). Ce qui fait une énorme différence. Les manifestants se sont servi avant tout de leurs corps (de fascistes), de bâtons, matraques télescopiques, gazeuses, de ce qu’ils ont trouvé sur leur chemin (extincteurs) peut-être de tasers, et c’est pourquoi le degré en plus (les serflexs) a été remarqué bien qu’il soit inemployé. Idem du coté des flics, le nombre de coups de feu est tout à fait limité. Des deux côtés il y a un usage limité de la violence, et pas seulement en raison de la passivité/ complicité policière, mais bien parce que les manifestants se sont limité (sinon il aurait eu plus de gens masqués, plus de tenues plus ou moins paramilitaires), pour rester pour partie « respectables » et impunis, mais aussi pour préserver l’hétérogénèité de cette force en voie de constitution. Une de leur force (l’article cité ici le montre bien), c’est d’agréger du composite. Il reste à ces courants bien des moments de brutalisation à orchestrer pour arriver à un sujet collectif plus déterminé (construit par des expériences subjectives communes).
      La violence majeure dans cette affaire est symbolique (mais pas aux en sens faible des pétitions et autre happenings sans conséquences) : invasion d’une institution de la politique représentative et suspension de celle-ci (l’officialisation de la victoire Biden a lieu dès l’évacuation, là il est pas question de trainer comme ce fut le cas après l’intrusion). Dire qu’il s’agit d’une gesticulation qui aurait pu tourner à un affrontement plus réel n’enlève rien à la menace latente que fait peser une telle action, ni à l’existence de deux tués (faute de détails, on sait pas si les 3 autres décès sont des accidents, des crises cardiaques, etc.). Venue du sommet, relayée par des services divers, elle n’a pas entrainé tant de monde. Le rdv du 17 janvier, évoqué depuis, sera-t-il un autre moment de « répétition générale » ou quelque chose de plus décisif ? Je les verrais bien jouer davantage la décentralisation des actions, quitte à ce qu’elles soient liées à une action centrale. Mais c’est aussi faute d’infos suffisantes sur ce qui s’est fait dans d’autres villes le 6 janvier (ne pas oublier aussi qu’ils se comptent, les rdv servent bêtement à ça).

      #USA #fascisme

    • Des manifestations armées sont prévues dans les 50 capitales d’État, selon un bulletin du FBI – Media Plus
      http://mediasplus.fr/des-manifestations-armees-sont-prevues-dans-les-50-capitales-detat-selon-

      Le FBI a publié un bulletin d’alerte informant que « des manifestations armées sont planifiées autour des capitoles des 50 États entre le 16 et le 20 janvier. Et autour du US Capitol de Washington entre le 17 et le 20. » (...)

  • Alain Damasio : « On vit dans un laboratoire en temps réel »
    https://www.humanite.fr/alain-damasio-vit-dans-un-laboratoire-en-temps-reel-698374

    Loi sécurité globale, confinement, dépassement du capitalisme, culture du vivant… L’écrivain de science-fiction démarre l’année 2021 avec un grand entretien pour « l’Humanité Dimanche ». Dimanche 27 décembre. L’année 2020 touche à sa fin et le romancier Alain Damasio part en Bretagne pour une session d’écriture. Juste avant, « l’Humanité Dimanche » lui a tenu compagnie pendant deux heures, pour une séance photo au-dessus d’un centre commercial Montparnasse déserté, avant un long entretien plus au chaud, dans la (...)

    #police #technologisme #violence #COVID-19 #santé #surveillance #domination

    ##santé

  • #Allo_Place_Beauvau - c’est pour un signalement final
    http://www.davduf.net/allo-place-beauvau-c-est-pour-un-signalement

    Après deux années, 992 signalements, des jours et des nuits, #Allo_Place_Beauvau s’arrête. Place à de nouvelles initiatives ! Quelques explications dans la vidéo ci-dessous et mille mercis chaleureux à tous ceux qui ont œuvré dans l’ombre, victimes, témoins et vidéastes. Source : Violences policières : « Evidemment qu’il y a un problème systémique » (Mediapart) Allo Place Beauvau

    / Une, Allo Place Beauvau, #Gilets_Jaunes, #Maintien_de_l'ordre

    https://www.mediapart.fr/journal/france/120121/violences-policieres-evidemment-qu-il-y-un-probleme-systemique

  • A Pulsating Light Room of Multi-Layered Glass by Claudia Bueno to Premiere at Meow Wolf Las Vegas | Colossal
    https://www.thisiscolossal.com/2021/01/claudia-bueno-pulse-omega-mart/?mc_cid=12185c50ba&mc_eid=a53b581529

    “Pulse” is comprised of countless white line drawings that are meticulously intertwined and superimposed on 60 glass panels. When illuminated, they mimic scores of nautilus spirals, coral, vines, and botanics that sway and throb in glowing masses.


    https://vimeo.com/498493354

    • Bingo : le monsieur qui gueule contre la « société victimaire » se pose en victime.

      Affaire Duhamel : « LCI me bâillonne », juge Alain Finkielkraut, écarté de l’antenne
      https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/affaire-duhamel-c2-ablci-me-b-c3-a2illonne-c2-bb-juge-alain-finkielkraut-c3-a9cart-c3-a9-de-l-e2-80-99antenne/ar-BB1cHaj1

      Puis Alain Finkielkraut dénonce la façon dont il a été écarté de la chaîne d’informations du groupe TF 1. « C’est une éviction injuste, une éviction d’une incroyable goujaterie, s’emporte-t-il. LCI me bâillonne. Je suis sous le choc. On ne vire pas les gens pour ça. Comme si j’avais commis un délit irrémédiable. Mais qu’on écoute mes propos dans leur intégralité ! Et si on les trouve toujours ambigus, qu’on me demande de m’expliquer à l’antenne. ». « A aucun moment, je n’ai été complaisant avec Olivier Duhamel. Aucun ! assure encore le philosophe. J’essayais juste d’avoir une pensée subtile. Et je ne changerais rien aujourd’hui. Nous vivons dans un monde de délire collectif et j’en suis la victime. »

      C’est ça pauvre chou : nous vivons dans une société victimaire et j’en suis la victime.

    • La réponse à Pauline Bock (commentaire ouvert), qui précise la position d’André Gunthert sur l’analyse du « marqueur » Finkielkraut dans l’évolution de la société française sur la pédocriminalité :

      Je remercie vivement Pauline Bock d’avoir repris, vérifié et déployé mon hypothèse du « marqueur » Finkielkraut, dont la stabilité des positions permet de mesurer l’évolution des sensibilités et du débat public. Sur Twitter, certaines intervenantes ont prétendu que ma formule équivalait à tirer le rideau sur les combats féministes, et faisait le jeu des masculinistes. C’est évidemment un mauvais procès. Comme le confirme l’enquête de Pauline Bock, mieux que je n’ai pu le faire, l’accueil de la défense des pédocriminels par Finkielkraut a très manifestement évolué entre 2009 et 2021, et on peut légitimement s’en réjouir. Ce progrès ne signifie bien sûr en aucune manière que la France en serait quitte avec la culture du viol. Mais il serait à l’inverse paradoxal de laisser croire que les combats féministes sont incapables de changer la société.

      Pour contribuer à l’analyse que propose Pauline Bock, et pour préciser ma pensée, il me semble que lla réception des propos de Finkielkraut permet de mesurer un progrès, non pas sur l’ensemble des aspects de la culture du viol, mais de façon plus spécifique sur la sensibilité à la pédocriminalité. C’est en effet sur ce point que le débat public a connu la plus importante évolution, notamment avec le livre de Vanessa Springora, Le Consentement. Ce témoignage a fait bouger les lignes sur une question essentielle, auparavant absente du débat : celle de l’emprise. A la différence de Samantha Geimer, qui n’était ni consentante ni amoureuse de Polanski, Vanessa Springora décrit sa relation avec Matzneff comme la fiction d’une relation amoureuse consentie. Mais ce « consentement » apparent doit en réalité être corrigé par la différence d’âge et d’ascendant qui sépare l’adulte de l’enfant, assure son emprise, et déguise sous les traits de l’émancipation ce qui est un assujetissement.

      Cette inégalité de statut, à la source des violences sexuelles, était déjà la question centrale qui avait animé le mouvement #Metoo, à partir du modèle du harcèlement professionnel dans le domaine du cinéma. La prise de conscience de l’importance de l’emprise ôte évidemment toute pertinence à la justification de la pédocriminalité par la mise en avant de l’âge ou de l’expérience sexuelle de la victime – argument des prédateurs repris par Finkielkraut. Dans une relation de majeur à mineur, ce qui compte n’est pas l’âge de la victime, mais la différence d’ascendant entre les protagonistes. Inutile de préciser que l’agression de Samantha Geimer par Polanski, discutée en 2009 comme un « viol », coche toutes les cases de l’emprise, non seulement par la différence d’âge, mais aussi par le statut et la célébrité du violeur. Il ne serait plus possible de défendre aujourd’hui le cinéaste avec les arguments utilisés en 2009, car ils ont été invalidés par de nouvelles connaissances sur la réalité des violences sexuelles.

      En d’autres termes, l’évolution des sensibilités ne s’effectue pas par un progrès magique du débat public, qui irait naturellement de l’avant. Elle s’appuie sur une nouvelle compréhension des faits, qui se diffuse dans la société à l’instar de toute connaissance nouvelle, par l’intermédiaire de témoignages et d’alertes, par la validation et le commentaire d’autorités, mais aussi par la controverse ou les paniques morales, ou encore par l’évolution juridique et institutionnelle. Les progrès de ces différents processus sont variables et parfois contradictoires, et on sera toujours fondé à regretter que sur des questions si cruciales, la société n’avance qu’à pas comptés. Mais en tant qu’historien des cultures, et en comparaison d’autres fronts du débat public, ce qui me frappe en l’occurrence est plutôt la remarquable avancée des mentalités. Cette avancée, dans le contexte d’une résistance acharnée des privilèges du patriarcat qu’incarne Finkielkraut, est dûe à la lutte inlassable de tous les acteurs, militants, témoins, chercheurs, politiques, juristes, journalistes… Constater que leur combat n’a pas été vain est rendre hommage à leur courage et à leur opiniâtreté.

      https://twitter.com/gunthert/status/1350011979759570945
      https://www.arretsurimages.net/discussions/pedophilie-inceste-le-marqueur-finkielkraut?uuid=0d7a5c75-778a-4800-
      https://www.arretsurimages.net/articles/pedophilie-inceste-le-marqueur-finkielkraut

      (abonnées)

  • Estimating the Effect of Social Distancing Interventions on COVID-19 in the United States | American Journal of Epidemiology | Oxford Academic
    https://academic.oup.com/aje/advance-article/doi/10.1093/aje/kwaa293/6066665

    We estimated the effect of interventions across all states, contrasted the estimated reproduction number, Rt, for each state before and after lockdown, and contrasted predicted future fatalities with actual fatalities as a check on the model’s validity. Overall, school closures and lockdown are the only interventions modeled that have a reliable impact on Rt, and lockdown appears to have played a key role in reducing Rt below 1.0. We conclude that reversal of lockdown, without implementation of additional, equally effective interventions, will enable continued, sustained transmission of SARS-CoV-2 in the United States.

    Et ce tableau impressionnant:

  • Les #discriminations liées au #genre dans la langue française

    Cet article a été rédigé dans le cadre du projet Plateforme. Plateforme est une initiative créée et menée conjointement par les équipes de l’éducation, du commissariat et de l’expérience du·de la visiteur·euse de la Fondation PHI. Par diverses activités de recherche, de création et de médiation, Plateforme favorise l’échange et la reconnaissance des différentes expertises des membres de l’équipe de l’expérience du·de la visiteur·euse, qui sont invité·e·s à explorer leurs propres voie/x et intérêts.

    Je me rappelle très clairement la première fois que j’ai entendu la règle grammaticale « le masculin l’emporte sur le féminin ». Alors en deuxième année du primaire, âgée de huit ans, je ne comprenais pas pourquoi cette règle existait et je la trouvais profondément frustrante. Mon enseignante était manifestement mal à l’aise avec cette leçon qu’elle devait nous donner et, à mon grand désespoir, je voyais que cette convention grammaticale réjouissait plusieurs de mes camarades masculins. Aujourd’hui, en tant que féministe queer, je suis encore plus choquée par cette règle car je connais les causes systémiques de son existence. Celle-ci trouve sa source dans la manière dont on nous force depuis des siècles à conceptualiser le genre en Occident, soit en se basant sur « la structure idéologique, morale, sociale, culturelle, politique qui consiste à figer les identités de genre des membres d’une société selon deux polarisations uniques et distinctes : les genres “homme” et “femme” » [1] et en décrétant que le genre est défini par les organes génitaux.

    Comme n’importe quel aspect d’une société, le langage est malléable. Il évolue au fil du temps et peut être mis au service de différentes idéologies. Le français est porteur de plusieurs problématiques, dont les discriminations liées au genre. Ces dernières sont fortement ancrées dans la langue française, qui enferme ses sujets dans les catégories socialement construites d’« homme » et de « femme » et rendent ainsi invisibles les personnes non binaires. Ces discriminations sont la résultante d’une extrême violence physique et psychologique qui a sévi partout sur la planète à cause du colonialisme européen. De nombreuses cultures respectaient et incluaient pourtant activement dans leurs sociétés des identités traditionnelles de genre non binaires depuis des temps immémoriaux, par exemple les personnes bispirituelles de l’Île de la Tortue (Amérique du Nord), les Quariwarmi de la société inca du Pérou précolonial et les Hijras en Asie du Sud [2], pour n’en citer que quelques-unes. Le terme « non binaire » est employé comme terme parapluie par celleux qui ne sont « ni exclusivement un homme ni exclusivement une femme [3] », ces personnes pouvant s’identifier partiellement à un genre, mais pas entièrement, à plusieurs genres, à aucun genre, etc [4]. Il y a autant d’expériences de genre qu’il y a d’individus, le genre étant plus qu’un spectrum mais bien une intersection unique que nous occupons comme une position mobile sur une carte, un univers abstrait et complexe qui ne se situe pas simplement entre deux pôles distincts. C’est un concept socialement et culturellement construit qui existe indépendamment de la biologie et qui est indissociablement lié avec différents types d’oppressions (classisme, racisme, validisme, etc.) qui influencent la manière dont il est vécu. Tout comme les femmes, les personnes non binaires sont effacées du discours francophone, car différentes règles grammaticales prônent la supériorité du genre masculin, un biais cognitif qui s’intègre inconsciemment dans l’imaginaire collectif. Appliquer la grammaire française à la lettre renforce le sexisme et la transphobie dans notre société. Heureusement, de nouvelles formes d’écriture viennent pallier la situation. Celles-ci seront présentées plus loin dans le texte.

    Historiquement, le français n’a pas toujours été dominé par le masculin. C’est au 17e siècle qu’il commence à se masculiniser, à la suite de la création de l’Académie française en 1635. Cette réforme de la langue n’est pas un choix linguistique, mais bien un choix politique. En effet, l’Académie française, alors formée exclusivement d’hommes, se base sur des arguments sexistes pour faire disparaître des termes comme peintresse, philosophesse, médecine, autrice et poétesse de l’usage courant [5]. Louis-Nicholas Bescherelle, créateur de l’ouvrage grammatical portant le même nom, l’énonce clairement : « on ne dit pas professeuse, graveuse, compositrice […] par la raison que ces mots n’ont été inventés que pour les hommes qui exercent ces professions [6] ». Pourtant, au Moyen Âge, les termes qui évoquaient des positions de pouvoir ou des métiers valorisés existaient tant au féminin qu’au masculin : c’est la preuve que la masculinisation de la langue a été un choix motivé par une idéologie patriarcale. Jusqu’au 17e siècle, il était également question de l’utilisation de l’accord de proximité. Par exemple, dans la phrase « les hommes et les femmes sont intelligentes », le mot « intelligent » s’accordait au féminin puisque le nom commun « femmes » est plus proche de l’adjectif que le nom commun « hommes ». Cependant, en 1647, Claude Favre de Vaugelas, un des premiers académiciens, déclare que « le genre masculin étant le plus noble [il] doit prédominer toutes les fois que le masculin et le féminin se trouvent ensemble [7] ». La règle fut donc changée pour que la forme masculine soit désignée comme la forme dite « neutre », communément appelée le masculin générique. Dans plusieurs langues, le genre neutre est présent, entre autres en anglais, en allemand et en suédois, ce qui peut faciliter l’inclusion des genres non binaires, chose plus difficile en français. Si on observe la phrase « il fait beau », on se rend vite compte que même l’impersonnel est régi par le masculin générique. Questionner la binarité rigide de notre grammaire nous permet de remettre en question bien plus que des accords et des mots, mais la construction même de notre organisation sociale.

    Heureusement, dans plusieurs pays francophones, on observe une évolution à partir du milieu des années 1980 quant à la place de la rédaction non sexiste dans la société, et ce, malgré la réticence de l’Académie française, qui opte pour une position réactionnaire et conservatrice. Le Québec est alors un précurseur en ce qui a trait à la féminisation du français, et c’est en 1979 que l’Office de la langue française présente un décret qui recommande la féminisation lexicale des titres et des métiers [8]. Bref, la langue française n’a pas toujours été ce qu’elle est aujourd’hui à cause de l’influence d’idéologies politiques oppressantes, mais elle continue, malgré les avancées, à avoir grand besoin d’être adaptée pour qu’on puisse y intégrer toutes les personnes qui composent la société, notamment en ne s’arrêtant pas à sa féminisation mais en visant sa neutralisation.

    Le langage inclusif est une forme d’activisme du quotidien, puisqu’il permet d’inclure la présence des femmes et des personnes non binaires dans notre corps social. Le langage est ce qui permet de concevoir la réalité qui nous entoure. Il influence notre façon de s’y projeter, car c’est par l’association de concepts et d’images qu’on peut se positionner dans le monde. Dans l’ouvrage Grammaire non sexiste de la langue française, l’autrice Suzanne Zaccour et l’auteur Michaël Lessard mentionnent une étude qui a comparé l’emploi d’une grammaire binairement inclusive et celui d’une grammaire exclusive. Dans cette étude, on a demandé aux participant·e·xs de s’imaginer une personne connue en utilisant le masculin générique, c’est-à-dire en utilisant des termes comme « un artiste », « un héros », etc. Les résultats sont les suivants : « En moyenne, 23% des représentations mentales sont féminines après l’utilisation d’un générique masculin, alors que ce même pourcentage est de 43% après l’utilisation d’un générique épicène » [9]. Cette étude appuie l’idée que d’omettre d’utiliser un langage inclusif contribue à maintenir les stéréotypes de genre dans l’imaginaire populaire. Ainsi, chaque fois qu’un terme est utilisé uniquement au masculin générique, on occulte la possibilité des femmes et des personnes non binaires de s’identifier à ce dont il est question. Pour ces raisons, rendre la langue française inclusive représente un projet important, c’est un projet politique de tous les jours qui permettra à toutes les personnes qui composent la société d’y trouver leur place et d’y participer activement.

    Les prochaines lignes se veulent un petit guide de rédaction inclusive. Il faut noter que le processus de transformation de la langue est dynamique. Les réalités sociales étant sujettes à évoluer rapidement, il se peut que les procédés à privilégier aujourd’hui évoluent avec le temps ou que de nouveaux procédés soient créés. Il n’existe pas encore de règles fixes pour encadrer l’utilisation de certaines des techniques qui suivent, car celles-ci résultent d’une grammaire émergente. Pour obtenir un texte fluide, il est recommandé d’écrire dès le départ de manière inclusive au lieu d’essayer de modifier des textes déjà écrits au masculin générique. On peut également varier les méthodes dans un même texte ou discours oral. Il est très important de noter que les méthodes de rédaction qui permettent l’inclusion des personnes non binaires sont à privilégier (un tableau récapitulatif se trouve à la suite de la liste des techniques).

    1. LES TERMES ÉPICÈNES

    – Cette technique consiste à employer des termes ayant la même forme au masculin et au féminin.

    – Exemples : le·a responsable, unE guide, des personnes, mon adelphe [10]

    2. LES TOURNURES GÉNÉRIQUES

    – C’est l’utilisation de noms collectifs pour désigner un groupe.

    – Exemples : la présidence, le public, la direction

    3. LES GRAPHIES TRONQUÉES

    – Avec l’aide d’un signe typographique, on ajoute les finales féminines et neutres aux termes masculins.

    Pour conclure, il est important que toutes les personnes composant la société prennent conscience de l’héritage sexiste et transphobe de la langue française et prennent une distance critique face à certaines règles qui la régissent. Il est aussi primordial de reconnaître l’impact que peut avoir l’emploi du masculin générique sur chaque individu, et de faire l’effort d’utiliser une grammaire inclusive pour toustes, que le contexte soit professionnel ou personnel. Il ne faut pas s’arrêter à la féminisation des termes, mais viser des changements plus radicaux en privilégiant la queerisation [13] (ou neutralisation) du français pour inclure les personnes non binaires dans le langage. Pour s’assurer de respecter l’identité de chacun·e·x, on peut aussi, lors d’un échange de vive voix ou par écrit, introduire ses pronoms (elle, il, iel, ielle, ul, al, etc.) et ensuite inviter son interlocuteur·trice·x à faire de même. Il ne faut pas présumer, par exemple, qu’une personne qui a « l’air d’une femme » selon les standards de notre société s’identifie nécessairement comme telle. Cette pratique simple gagne à être normalisée, tout comme l’utilisation de la grammaire inclusive.

    À propos de l’auteure

    Anna Hains-Lucht explore par une pratique pluridisciplinaire les thèmes de l’identité, du corps, de la temporalité, de la psyché et du militantisme. Intéressée par la justice sociale et la relation d’aide dans les milieux communautaires, elle aspire à devenir travailleuse de rue et d’inclure l’art comme outil thérapeutique dans ses interventions.

    Références :

    [1] Seinouille. 2016. « Décolonisons le genre. Genre et (post-)colonialisme : comment ces mots sont-ils liés ? »
    https://seinseya.wordpress.com/2016/04/12/decolonisons-le-genre-genre-et-post-colonialisme-comment-ces-mot
    [2] La vie en queer. 2018. « Genres en dehors de la binarité occidentale »
    https://lavieenqueer.wordpress.com/2018/05/06/genres-en-dehors-de-la-binarite-occidentale
    [3]La vie en queer. 2018. « Les erreurs d’utilisation du terme non-binaire. » https://lavieenqueer.wordpress.com/2018/06/02/les-erreurs-dutilisation-du-terme-non-binaire
    [4] La vie en queer. 2018. « Les identités de genres non-binaires. »
    https://lavieenqueer.wordpress.com/2018/06/02/les-identites-de-genres-non-binaires
    [5] Lessard, Michaël et Zaccour, Suzanne. 2017. Grammaire non sexiste de la langue française. Saint-Joseph-du-Lac : M Éditeur, p. 10
    [6] Lessard, Michaël et Zaccour, Suzanne. 2017. Grammaire non sexiste de la langue française. Saint-Joseph-du-Lac : M Éditeur, p. 11
    [7] Lessard, Michaël et Zaccour, Suzanne. 2017. Grammaire non sexiste de la langue française. Saint-Joseph-du-Lac : M Éditeur, p. 12
    [8] Lessard, Michaël et Zaccour, Suzanne. 2017. Grammaire non sexiste de la langue française. Saint-Joseph-du-Lac : M Éditeur, p. 181
    [9] Lessard, Michaël et Zaccour, Suzanne. 2017. Grammaire non sexiste de la langue française. Saint-Joseph-du-Lac : M Éditeur, p. 18
    [10] Martin, Gabriel. 2016. « La queerisation du français – De frère et soeur à adelphe (Tribune Libre). »
    http://www.lecollectif.ca/la-queerisation-du-francais-de-frere-et-soeur-a-adelphe-tribune-libre
    [11] Alpheratz, 2018. « Genre neutre »
    https://www.alpheratz.fr/linguistique/genre-neutre
    [12] Ashley, Florence. 2019. « Les personnes non-binaires en français : une perspective concernée et militante. » H-France Salon Volume 11, Issue 14, #5. https://www.florenceashley.com
    [13] Martin, Gabriel. 2016. « La queerisation du français – La création du genre épicène »
    http://www.lecollectif.ca/la-queerisation-du-francais-la-creation-du-genre-epicene

    https://fondation-phi.org/fr/article/discriminations-liees-genre-langue-francaise/#six

    #français #langue #écriture_inclusive

  • #Podcast / #Audio | La grenouille, la marmite & le drone
    ............................. | Reflets sécuritaires d’un capitalisme ordinaire

    Écouter ici : https://open.audio/channels/lagrenouille
    –—> Lien pour télécharger les informations, illustrations de l’émission format livret :https://framadrop.org/lufi/r/WEJ3nb33dD#FN+zYbv7SeLoR4IW9CmnEylM+w4ObG/a8gdFqL0cDWA=
    (c’est super bien fait, n’hésitez pas !)
    Info publiée aussi sur https://nantes.indymedia.org/articles/54535

    La Loi sécurité globale a mis des dizaines de milliers de personnes dans la rue. Pourtant elle n’est qu’une toute petite partie de l’iceberg sécuritaire.

    Dans cette émission radiophonique, nous explorerons les eaux glacées du capitalisme sécuritaire.

    Il sera question - un peu - de la loi Sécurité globale mais surtout de l’approfondissement et de la généralisation de logique sécuritaire.

    On écoutera :- La manière dont s’arme l’Etat depuis des décennies pour surveiller, réprimer, contrôler les populations, de comment les innovations technologiques (du drône au flashball en passant par la reconnaissance faciale, la 5G et l’Intelligence Artificielle) viennent s’articuler avec les outils de contrôle déjà existants- Des industriels de la sécurité qui poussent à l’inflation sécuritaire et à la privatisation- La capitalisme osciller entre bâton et carotte pour se maintenir- La manière dont la logique sécuritaire se met en œuvre dès le plus jeune âge à l’école - Des grenouilles installées dans une marmite où elles cuisent à petit feu - Des critiques vaines de la sécurité qui espèrent un capitalisme plus doux - La logique du risque qui fait de nous des individus apeurés et suspicieux, demandeurs de toujours plus de sécurité - La logique sécuritaire s’appliquer différemment en fonction de ta couleur de peau et de ta classe sociale - Des pistes de résistance.

    Vous entendrez par ordre d’apparition : Bastien Le Querrec (membre de la Quadrature du net), Marion et Vincent (enseignant.e.s en collège et maternelle), Mathieu Rigouste (auteur notamment de La domination policière) et Paul Rocher (auteur de Gazer, mutiler soumettre). Vous trouverez aussi à l’intérieur des fictions radiophoniques, des montages de l’espace et d’autres joyeusetés.

    contact : aieaieaieuh@protonmail.com

    Aller plus loin :

    Technologie : Article sur les usages présents et possibles de la justice prédictive en France : https://technopolice.fr/blog/la-police-predictive-progresse-en-france-exigeons-son-interdiction

    Analyse de la loi Sécurité Globale et des atrocités qui viennent par la Quadrature du net : https://www.laquadrature.net/2020/11/19/la-technopolice-moteur-de-la-securite-globale

    Répressions et résistances : entretien avec Mathieu Rigouste :https://vacarme.org/article2947.html

    Document sur les fichiers policiers :https://infokiosques.net/IMG/pdf/La_folle_volonte_de_tout_ficher-version_longue-148p-juin2020-pageparpa

    Utilisation de la reconnaissance faciale et des fichiers de police : https://infokiosques.net/IMG/pdf/reconnaissance_faciale_et_fichiers_de_police-16p-fil-2019.pdf

    Décrets récents qui viennent approfondir le fichage : https://paris-luttes.info/des-fiches-toujours-plus-riches-et-14569?lang=fr

    Anti-sécurité : Contre la vidéo surveillance et ses critiques : https://rebellyon.info/Contre-la-video-surveillance-et-ses

    Récit et critique de la manifestation organisée par la Coordination Stop loi sécurité globale : https://sansnom.noblogs.org/archives/3021

    Anti-sécurité : une déclaration https://www.cairn.info/revue-vacarme-2016-4-page-52.htm

    Hégémonie de la sécurité : https://vacarme.org/article2943.html

    Eloigner le péril, une introduction à la critique de la sécurité : http://www.platenqmil.com/blog/2017/10/31/eloigner-le-peril-introduction-a-une-critique-de-la-securite

    Emissions radio « La sécurtié, catégorie fondamentale du capital » sur sortir du capitalisme : http://sortirducapitalisme.fr/emissions/238-la-securite-categorie-fondamentale-du-capital

    Résister : Cartographie de la vidéo-surveillance par ville (plus mis à jour) : https://www.sous-surveillance.net/https://www.sous-surveillance.net

    #surveillance #PPL #Securité #SNMO #

  • Disparition. Simone de Bollardière, une vie de luttes et d’engagement
    Mardi 8 Décembre 2020 | Latifa Madani | L’Humanité
    https://www.humanite.fr/disparition-simone-de-bollardiere-une-vie-de-luttes-et-dengagement-697284

    En 2002, Simone de Bollardière participait à une initiative contre les essais nucléaires au Sahara et dans le Pacifique. © F. Tanneau/AFP

    La militante pacifiste, vivant à Guidel dans le Morbihan, est décédée à l’âge de 98 ans.

    Simone de Bollardière est décédée dans la nuit du 6 décembre, à son domicile dans le Morbihan. Elle avait 98 ans. La militante s’en est allée après une vie de combats pour la paix, l’égalité et la justice. Auprès de son époux, le général Jacques Pâris de Bollardière, disparu en 1986, elle avait dénoncé la torture pendant la guerre d’Algérie, ainsi que les essais nucléaires au Sahara. Elle fut la présidente d’honneur de l’association des anciens appelés en Algérie et leurs amis contre la guerre (4ACG), qu’elle avait contribué à créer. Elle n’avait pas ménagé son temps auprès de notre journal pour la vérité sur Maurice Audin. Toute sa vie, elle s’est battue, comme elle l’écrivait elle-même récemment, à l’occasion d’une campagne pour Non-violence XXI, le fonds de dotation pour une culture de non-violence.

    Défendre la culture paysanne au Larzac, s’opposer à l’implantation d’une centrale nucléaire à Plogoff dans le Finistère, sauver la gare de Quimperlé, et sa desserte, qui porte son nom depuis 2017, soutenir les écoles Diwan de langue bretonne… ou encore militer à Eau et Rivières, défendre la cause palestinienne et celle des sans-papiers…

    • Et une grosse centaine chaque jour en Ehpad, ça nous mène à 400 morts par jour. 12 000 par mois. C’est un assez bon score : le cancer tue environ 450 morts par jour, et c’est la première cause de décès en France.

    • Plusieurs messages sur Touiteur qui mettent la baisse (puis la reprise) des contaminations sur le compte des dernières vacances. En comptant une semaine de « retard » après la fin des vacances scolaires, le temps que les gamins se contaminent à l’école avant d’aller contaminer dans les familles. (Je relève : je n’ai pas d’opinion tranchée là-dessus.)

  • Sinon, après un gros mois de confinement, il y a toujours une proportion phénoménale d’abrutis qui se fait un devoir de laisser ostensiblement le nez en dehors du masque. (Je dis ostensiblement, parce que vraiment, la plupart du temps ça se fait avec un regard de défiance façon pseudo-rebelle qui sachions mieux que les autres.)

    • À part ça, avec mon beau-frère hier, on se faisait la remarque que, quand tu prononces « Pfizer », tu postillonnes tellement que tu dois facilement contaminer une vingtaine de personnes.

      « Pfizer », c’est le genre de mot qui fait mécaniquement remonter le R_effectif.

      #pffft

    • abrutis très largement de sexe masculin
      #masculinité
      https://www.ladn.eu/nouveaux-usages/usages-par-genre/masques-hommes-refusent-porter

      Une étude de la Middlesex University de Londres et du Mathematical Science Research Institute de Berkeley montre que les hommes sont moins enclins à observer le port du masque que les femmes. Et ce, alors que les hommes sont plus durement touchés par le virus. Cette différence de comportement n’est pas due à de l’insouciance ou une mauvaise information mais à une certaine idée de la masculinité.

      L’étude menée par Valerio Capraro et Hélène Barcelo indique que les hommes sont plus à même de penser que le port d’un masque est « un signe de faiblesse, honteux et pas cool. » Bref, le masque n’est pas assez viril pour ces messieurs. Si on avait besoin d’exemple pour illustrer le concept de « masculinité toxique », en voilà un tout trouvé. Dans Scientific American, la journaliste Emily Willingham qualifie même le masque de « préservatif du visage ». Comme le masque, le préservatif, pourtant essentiel dans la lutte contre la pandémie de VIH, a fait l’objet d’un rejet de la part d’hommes qui adhèrent à l’idéologie de la masculinité.

      Le problème, c’est que le masque sert surtout à protéger les autres.

    • Évidemment je ne suis pas prêt de retourner au cinéma. Déjà qu’en temps normal, il y a toujours quelqu’un pour regarder son écran de téléphone-qui-fait-loupiotte en plein milieu du film, ou pour retirer ses chaussures et te glisser ses arpions dégueulasses sous le nez, je suis bien persuadé qu’en temps de Covid il y a aura toujours un bon quart de la salle qui profitera de la pénombre pour ne pas porter correctement son masque.

    • Meg, désolé c’est pas clair, mais je suis bien d’accord : c’est un truc de mecs, oui. Au supermarché où je vais, en dehors du centre, où il n’y a pas de bandes de copines, c’est 100% des mecs.

      Mais parmi les groupes de jeunes femmes hier dans l’hyper-centre (dont la présence n’est pas anecdotique, le centre-ville de Montpellier un samedi après-midi de shopping, les groupes de jeunes copines en goguette, c’est beaucoup de monde), je dirais que c’était pas loin de la moitié qui se faisaient un devoir de jouer les rebelles-sans-masque. Et hier, sur l’ensemble des andouilles qui arboraient fièrement leur refus de porter un masque correctement, ça m’a frappé, mais je dirais que pas loin d’un tiers, c’étaient ces jeunes filles en groupe (je précise parce que justement, c’est le fait que ça ne m’a pas semblé un comportement ultra-minoritaire par rapport aux mecs qui croient que le masque ça fait rétrécir la bite).

      Donc, oui, la masculinité toxique pour les mecs qui affichent ostensiblement qu’ils sont au-dessus de ces conneries de masque, je suis très très d’accord. Par contre, quel est le processus qui fait que quasiment la moitié des groupes de post-adolescentes, quand elles se promènent bras-dessus-bras-dessous, s’esclaffant bruyamment en fendant la foule (ce qui est très sympa, et c’est une des raisons d’habiter une ville comme Montpellier, dont le centre-ville est à la fois très jeune, très féminin et très vivant), décident aussi qu’on va ostensiblement porter le masque sous le menton, c’est pas juste réductible à la masculinité toxique (je suspecterais un peu le même genre de processus, à cet âge, qui fait qu’on se met à cloper, parce qu’on pense que c’est un symbole de liberté).

    • Très bien mais comment je fais pour deviner que ton propos se limite strictement à ton observation personnelle d’un seul centre ville très spécifique ? Aussi j’ai pas trop confiance en la perception d’un homme blanc sur la visibilité des étudiantes (masquées ou pas) en centre ville. Il suffit qu’il y ai 30% de meufs pour avoir l’impression qu’elles sont majoritaires dans un groupe, si tu parle d’un bon tiers, je traduit ca par 5% grand max. J’avais documenté ce biais sur seenthis mais je ne sais pas ou, pas le temps de rechercher. On trouve le même biais de perception pour les personnes racisées, pas besoin qu’il y en ai beaucoup pour qu’on les perçoivent comme majoritaires.
      #biais_de_perception

    • Ah ah, le coup du centre-ville de Montpellier, j’étais resté bloqué sur le fait que je venais « tout juste » de poster (c’est-à-dire « il y a 16 heures » avant, m’informe Seenthis) une anecdote comme quoi on était allées faire pipi au centre commercial, et que j’avais posté ou référencé pas plus de quatre nouveaux messages entretemps…
      https://seenthis.net/messages/889802

      Pour une raison inconnue (mais sans doute inquiétante), j’en avais présupposé que ça devrait être évident pour tout le monde :-)))

    • j’ai énormément de monde au moi, la morgue en moins, qui a décidé de plus trop faire gaffe parce que ça tue surtout les vieux, que de toute façon on est exposé au taf, qu’un pote l’a eut et ça va, etc. Plus qu’énormément même, il n’y a presque plus que moi qui semble inquiet, ne serait-ce que de continuer à le faire circuler. C’est très très chelou.

    • (plus trop faire gaffe, ça veut dire rien de plus que tout les nouveaux gestes masques, lavage des mains, pas de bises etc (aussi très très chelou d’estimer à quel point on est en train de se viander ou pas)).

    • On est au creux de la vague, donc, oui, c’est normal d’alléger la pression. Mais l’exponentielle est à priori repartie à la hausse. Aussi, je dirais qu’on peut être à moitié insouciant pour encore 15 jours... Comme dit par ailleurs, on n’est pas descendu en dessous de 300 morts quotidiens lors de cette 2nde vague, 10000 morts par mois du Covid. Il n’y a pas volonté collective de faire plus d’effort. C’est autant de morts que le cancer, avec juste la difficulté que ça mobilise plus de personnel. Je parle en terme de gouvernance, vous l’aurez compris. On se satisfait de la fatalité des cancers... alors le covid, finalement...

    • Oui, fatalisme, c’est le mot... plein de gens qui me disent aussi « pour moi, je m’en fout »... Et/Ou « j’ai pas peur de la mort »... (ça, je ne sais pas, pour moi, c’est des gens qui pensent qu’Achille est un modèle, alors que c’est juste l’erreur incarnée).

    • C’est quand j’aborde la question des séquelles et des covids longs que je congèle l’ambiance.
      Les gus sont d’autant + prêts à clamser qu’ils estiment le risque négligeable pour leur gueule, mais quand tu commences à dérouler des données OMS qui estiment qu’on est sur du 20-30% de séquelles sur l’ensemble des infectés (et pas seulement sur les cas sévères ou même juste les symptomatiques) et que les premiers prix, ce sont des fibroses pulmonaires, des atteintes neuro avec chute significative du QI et des cardiopathies, avec risques ↗️ d’infarcts, AVC, y compris chez les jeunes en bonne santé préalable, ça rigole nettement moins…

    • Un autre argument qui porte, quand même, c’est l’ampleur de la réduction de durée de vie (10 ans), y compris parmi les générations qui considèrent que les vieux ont joui d’une existence meilleure que la leur lors d’une époque où « le progrès » comportait encore des aspects positifs et qui sans oser le formuler voient la mortalité covid comme un « juste retour des choses », une revanche sociale enfin (de nouveau) à portée de main.

      COVID-19 : How Many Years of Life Lost ?
      https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.06.08.20050559v2

      Each COVID-19 death causes more than a decade of lost life in the US.

      #covid-19 #plateau ou #faux-plat (descendant) #séquelles #mortalité #jeunisme #troisième_vague

    • bon je note les arguments... C’est pas des gus dont je parle, mais de mon entourage, trento-quarante piges, relativement éduqués et tout et tout. On dirait que tout ce monde part dans les tranchées sous taz.

    • Je pense qu’on doit en revenir à l’erreur originelle qui vient en bonne partie de notre gouvernement et qui a consisté à nous prendre pour des cons et distiller au fur et à mesure de l’épidémie des vérités mélangées à des contre-vérités. Cela a excité un peu tout le monde dans un sens ou dans un autre car peu de gens sont vraiment au clair sur ce qu’il faut faire. Je ne suis pas certain que dans mon entreprise (où beaucoup de monde continue à venir alors qu’on pourrait faire du 100% télétravail) l’aréosolisation a bien été comprise. Et donc on voit plein de comportements absurdes. Et j’ai pas fait d’études hommes/femmes, cela dit je ne dirais pas que la proportion serait 95% d’hommes qui font n’importe quoi contre 95% de femmes qui seraient au taquet, à vue d’oeil on est sûrement pas loin du 50/50, la connerie se partage toujours très bien même si les motivations ne sont pas les mêmes.

  • Projet d’une loi portant défense d’apprendre à lire aux femmes ([Reprod.]) / par S -M * Maréchal, Sylvain (1750-1803). Auteur du texte
    https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k42699t/f4.item
    https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k42699t/f4.highres

    Encore peu soucieux des droits des femmes, comme la majorité des hommes révolutionnaires, il rédige en 1801 un texte, très controversé, sur un Projet de loi portant défense d’apprendre à lire aux femmes.

    #misogynie #historicisation #anarchisme #manarchiste #anarcouille #masculinisme

    • PROJET

      DÉFENSE
      D’APPRENDRE A LIRE AUX FEMMES ;
      Par S*M*

      AUX CHEFS DE MAISON,

      AUX PERES DE FAMILLE,
      ET AUX MARIS.

      Qui plus que vous doit sentir
      la nécessité et l’urgence de la Loi
      dont le Projet vous est adrcssé
      et soumis à votre prudence ? Les
      bons ménages deviennent rares ;
      et c’est vous, les premiers, qui
      porte/ la peine des préjugés et
      des abus qui ont envahi l’édu-
      cation des femmes.

      Vous tiendrez donc la main
      à ce Règlement ; il vous intéresse
      plus peut-être encore que les
      femmes qui en sont l’objet prin-
      cipal.

      Les puissances mâles et fc-
      melles du Bas -Empire de la
      Littérature vont s’agiter à la
      promulgation de la présente Loi.
      On prononcera malédiction sur
      le Législateur indiscret et témé-
      raire. Déjà en butte aux prêtres,
      comment n’a-t-il pas craint de
      leur donner les femmes de let-
      tres pour auxiliaires ? La coali-
      tion des femmes dé lettres et-des
      prêtres est une rude chose
      mais que pourra-tdîe si les bons
      esprits, si les tètes saines oppo-
      sent leur égide, et placent cette
      Loi sous lebouclier de la raison ?
      Les bonnes mères de famille,
      les excellentes femmes de mé-
      nage, les épouses sensibles, les
      jeunes filles naïves et toutes
      naturelles, vengées enfin du,
      méprisant abandon où on les
      reléguait sauront peut être
      quelque gré au Rédacteur de
      cette Loi, et rendront justice à
      la pureté de ses intentions.

      iv

      Nous ne sommes point dupes
      (s’écrieront quelques flatteurs
      des femmes) Vies ménagement
      qu’on prend ici pour faire en-
      tendre que les deux sexes ne
      doivent pas être rangés précisé-
      ment sur la même ligne dans
      la grande échelle des êtres et
      qu’il faut placer un sexe au-des-
      sous de l’autre.

      Il faut répondre:ce n’est point
      là du tout la pensée du Légis-
      lateur des femmes.JDans le plan
      qu’il s’est tracé de la nature, il
      n’y a pas un. seul être inférieur
      v

      à un autre. Toutes les produc-
      tions sorties de ses mains sont
      autant de chef,-d’oeuvres ; et par-
      mi une infinité de chef-d’oeuvres,
      il seroit absurde d’établir ou de
      supposer des préférences.

      Les deux sexes sont parfaité-
      nfen égaux ; c’est-à-dirc, aussi
      parfaits l’un que l’autre, dans ce
      qui les constitue. Rien dans la
      nature n’est comparable à un
      bel homme, qu’une belle femme.
      Ajoutons pour finir il n’y a
      rien de plus lâid au monde qu’un
      homme singeant la femme si
      ce n’cst une femme singeant
      l’homme.

      Ce Projet de Loi ne pouvait
      paraître plus à propos qu’au
      moment où l’on s’occupe de l’or-
      ganisa tion définitive des études.-
      Vous remarquerez que dans
      son rapport, si estimable, sur
      l’Instruction publique Chaptal
      garde le pl.us profond silence tou-
      chant lcs femmes ; il ne leur sup-
      pose aucunement la nécessité
      d’apprendre à lire, à écrire, etc.
      Par logerait-il l’opinion que lèur

      *lj

      esprit naturel n’a pas besoin
      de culture ?

      Nota. Celles d’entre les femmes qui
      prendront a, coeur ce projet de Lôi,
      pourrons se permettre les réclama’
      tions et sont invitées à les adresser
      au Rédacteur : il s’empressera d’y faire
      droit, autant que possible.

      Mais il prévient qu’il ne répondra
      aux injures que par son silence ac-
      coutumé des injures ne sont point
      des raisons.
      AUX FEMMES.

      Si l’on vous interdit l’arbre delà science,
      Conservez sans regret totre douce ignorance,
      Gardienne des vertus, et ihèred£« plaisirs ;

      PROJET

      LOI,

      lire
      aux Femmes.

      MOTIFS DE LA LOI.
      Ço n sidérant ;

      i°i \£vt l’amour honnête le chaste hymen
      la tendresse maternelle la piété filiale la
      reconnaissance des bienfaits etc., sont
      antérieurs à l’invention de l’alphabet et de
      l’écriture, et à l’étude des langues ; ont sub-
      sistc, et peuvent encore subsister sans eUes.

      Considérant :

      2°. Les incoûvcnicns graves qui résultent
      pour les deux sexes, de ce que les femmes
      tachent lire.

      Considérant

      5°. Qu’apprendre à lire aux femmes est
      un hors-d’oeuvre nuisible à leur éducation
      naturelle c’est un Itixc dont l’effet fut
      presque toujours l’altération et la ruine des
      moeurs.

      Considérant :

      Que cette fleur d’innocence qui ca-
      ractérise une vierge, commence à perdre
      de son velouté, de sa fraîcheur du moment
      que l’art et la science y touchent du mo-
      ment qu’un maître en approche. La pre-
      mière leçon que reçoit une jeune fille est

      (3)

      le premier pas qu’on l’oblige à faire pour
      s’éloigner de la nature.

      Considérant :

      5°. Que l’intention de la bonne et sage
      nature a été que les femmes exclusivement
      occupées des soins domestiques, s’honore-
      raient de tenir dans leurs mains non pas
      un livre ou une plume, mais bien une
      quenouille ou uu fuseau.

      Consi dérant :

      Combien une femme qui lie sait pas
      lire est réservée dans ses propos, pudibonde
      dans ses manières parcimonieuse en pa-
      roles, timide et modeste hors de chez elle,
      égale et indulgente. Combien au coti-
      traire, celle clui sait lire et écrire a de
      penchant a la médisance à l’amour propre,
      au dédain de tous ceux et de toutes celles
      qui en saveut un peu moins.

      Considérant :

      Combien il est dangereux de cultiver
      l’esprit des femmes, d’après la Réflexion
      morale de la Rochefoucaull qui les con-
      ttaissait si bicn « L’esprit de la plupart
      des femmes sert plus à fortifier leur folie
      U que leur raison. »

      Considérant :

      Que la nature elle-même, en pour-
      voyant les femmes d’une prodigieuse apti-
      tude harler semble avoir voulu leur
      épargner le soin d’apprendre à lire il
      écrire.

      CONSIDÉRANT :

      9°. Que le joli habil des femmes dédom-
      magera avec usure de l’absence de leur style.
      Considérant :

      io°. « Que chaque sexe a son rôle. Celui
      (5)

      de l’homme étant d’instruire etde protéger,
      suppose une organisation forte dans toutes
      ses parties. Le rôle de la femme doit être
      bien moins prononcé. Douceur et sensibi-
       » lité en sont les deux principaux caractères.
      Tous ses droits, tous ses devoirs tous ses
       » talens se bornent là et ce lot vaut peut-
       » être bien l’autre. »

      (Galerie des Femmes célèbres, in-f.)
      Considéra ni :

      ii°. « Que la société civile, dans la distri-
       » bution de ses rôles, n’en a donné qu’un
       » passif aux femmes. Leur empire a pour
       » limites le seuil de la maison paternelle ou
      maritale. C’est là qu’elles rôgnenl véritable-
      ment. C’est là que par leurs soins journa-
       » liers elles dédommagent les hommes des
      travaux et des peines qu’ils endurent hors
       » de leurs foyers. Compagnes tendres et son-
      )1 ’mises, les femmes ne doivent prendre

      ....

    • Ca m’étonnerai pas que le mec soit homophobe mais dans ton exemple je voie plutot du spécisme que de l’homophobie car on peu très bien imiter l’autre sexe sans être homo ni trans. Mais c’est fort possible que dans la tête de ce type, le fait de permettre aux femmes de lire les conduira à l’homosexualité.