fred1m

citoyen (épicène ?) ou adelphe...

  • Grand oral du bac : « Cette épreuve n’est pas conçue pour faire échouer les élèves », insiste Jean-Michel Blanquer
    https://www.20minutes.fr/societe/2716863-20200212-grand-oral-bac-epreuve-concue-faire-echouer-eleves-insist

    Ce sera l’une des principales innovations du nouveau bac : le grand oral verra le jour en 2021. Une épreuve qui portera sur un enseignement de spécialité choisi par l’élève en terminale et qui testera sa capacité d’argumentation autant que sa force de conviction. Pour 20 minutes, le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, détaille les contours de cette nouvelle épreuve, qui feront l’objet d’un Bulletin officiel publié ce jeudi. L’occasion aussi, pour lui, de revenir sur les perturbations des premières épreuves de contrôle continu (E3C) du nouveau bac.

    Comment se déroulera le grand oral ?

    Il durera 20 minutes, avec 20 minutes de préparation pour l’élève. Il portera sur un enseignement de spécialité que l’élève a choisi en classe de terminale. Il se découpera en trois parties : 5 minutes d’argumentation sans note sur une question que l’élève aura préparée pendant l’année avec ses professeurs. Puis 10 minutes de discussion avec le jury, ce qui permettra au candidat d’approfondir sa pensée et de démontrer sa capacité à argumenter. Et pour finir, 5 minutes où le jeune va expliquer en quoi la question choisie éclaire son projet de poursuite d’étude.

    […]

    Cet oral sera coefficient 10. Cela ne risque-t-il pas de pénaliser les élèves qui ne le réussiront pas ?

    Cette épreuve n’est pas conçue pour faire échouer les élèves. Les deux derniers mois (mai et juin) seront particulièrement mis à profit pour s’y préparer. Par ailleurs, affecter un gros coefficient à cette épreuve, c’est envoyer un message à tout le système scolaire sur l’importance de la prise de parole en public.

    Ah oui, faisons la promotion des connards à grande gueule (l’aspect discrimination contre les filles me semble assez évident, mais bref…). Je me souviens très bien de comment j’étais à l’âge du Bac : totalement paniqué quand il fallait se présenter en public. Les examens de piano du conservatoire, j’avais chaque année des larmes dans les yeux, je ne voyais plus les touches ; une fois j’ai failli tomber de la scène parce que je ne voyais pas les marches. Au Bac, je tremblais à toutes les épreuves orales (et, hormis l’anglais, je me suis vautré à toutes). Cette difficulté à être testé en public, ça a duré encore quelques années après.

    J’ai fait beaucoup de progrès par l’expérience d’uZine puis SPIP, mais ça a pris du temps. Et je ne comprends toujours pas pourquoi la capacité à gérer « la prise de parole en public » aurait la moindre importance pour la plupart des gens, et encore plus avec un coefficient 10. Même le fait d’être à l’aise pour parler en public, maintenant, je m’en méfie, parce que ça tourne assez systématiquement à parler à la place de quelqu’un d’autre, ou à gagner une discussion non sur l’argumentation mais justement sur la facilité à réagir vite.

    Je pense même que les seuls capables d’être vraiment à l’aise à 17 ans, c’étaient les bons gros abrutis qui se la jouaient mâle-alpha des lycées.

    Mais je suppose qu’il ne faut pas s’étonner qu’un politicard projette sur l’ensemble de la société son seul et unique talent : parler à la place des autres et avoir le dessus par la rhétorique sur les gens qui ne sont pas d’accord.

  • Réseaux sociaux : flux à lier - #DATAGUEULE 95 - DataGueule
    https://peertube.datagueule.tv/videos/watch/b69424ee-33c8-4f7e-a47c-5c33d9c30b71

    Ils sont attirants, attachants … et rapidement indispensables. Les #réseaux_sociaux nous appâtent à coup de likes et nous bercent dans leurs « infinite scroll ». Et rapidement leurs #interfaces nous poussent à la consommation jusqu’à l’overdose. Et ce n’est pas un hasard. Ils ont bâti leurs empires sur notre #addiction à la #dopamine.

    #twitter #facebook #tinder #whatsapp #youtube #captologie #psychologie #smartphone #publicité_ciblée #monétisation_des_liens_sociaux #design #framasoft #mastodon #diaspora #logiciel_libre #culture_libre #société_libre

  • La Fediverse, c’est pas une starteupe – Framablog
    https://framablog.org/2018/11/14/la-fediverse-cest-pas-une-starteupe

    Nous sommes tellement conditionnés de nos jours par le monde du capital-risque et des startups que nous pensons intuitivement que toutes les nouvelles entreprises technologiques doivent réussir ou faire faillite. Mais ce n’est pas la nature du modèle économique qui se cache derrière le Fediverse, qui est déjà durable, tout en continuant de fonctionner comme si de rien n’était.

    C’est aussi une question de qualité (d’expérience), pas seulement de quantité (d’utilisateurs et utilisatrices)

    Lorsque j’ai rejoint Mastodon pour la première fois, j’ai été enthousiasmé par chaque nouvelle vague d’utilisateurs et utilisatrices venant de Twitter. Je voulais prêcher à ce sujet à autant de gens que possible et essayer d’amener autant d’amis que possible à « déménager ». Au bout d’un moment, j’ai pris conscience que je me concentrais trop sur la comparaison avec Twitter et que j’essayais d’en faire un remplaçant de Twitter. En fait, j’avais déjà un réseau précieux là-bas et suffisamment de raisons de le visiter régulièrement, même si j’ai continué à utiliser Twitter aussi.

    Mastodon s’articule autour des communautés. Ces communautés peuvent être des réseaux spécialisés selon les sujets qui vous intéressent. Vous n’avez pas besoin de tous vos amis pour être au sein de ces communautés, pour trouver des gens intéressants, du contenu utile et des interactions intéressantes.

    3. C’est un écosystème ouvert

    La Fediverse ne gagne pas seulement de la valeur à partir de la quantité d’utilisateurs, elle en gagne aussi à partir de la quantité de services. S’appuyer sur le standard ActivityPub implique que nous pouvons utiliser Mastodon, PeerTube (un service semblable à YouTube), PixelFed (un service semblable à Instagram) et beaucoup d’autres, qui peuvent tous interopérer. Cela donne à la Fediverse un avantage d’échelle par rapport aux plateformes propriétaires closes.

    #Fediverse

  • Autour de l’urgence sanitaire | Les amis d’Orwell
    https://souriez.info/Autour-de-l-urgence-sanitaire

    Dans cette émission bricolée, on a rassemblé trois entretiens réalisés avec les moyens du bord pour aborder trois questions distinctes, la géolocalisation des téléphones, le service public postal et l’école à distance. Avec Arthur et Sylvain, deux militants de la Quadrature du net, Nicolas Galépides, secrétaire général de la fédération SUD PTT, et Magalie, une professeure des écoles (CP). Durée : 1h26. Source : Radio Libertaire

    http://lambda.toile-libre.org/orwell/2020-03-27-Coronapolice.mp3

  • [vidéo] Curupira, bête des bois
    https://vimeo.com/402034380

    [Cliquer sur CC pour les sous-titres en français] Au cœur de l’Amazonie, les habitants de Tauary nous invitent à écouter les sons de leur forêt, avec ses oiseaux et ses animaux. Certains sons étranges apparaissent pourtant : une créature rôde entre les arbres. Parmi ceux qui l’ont déjà entendue, très peu l’ont vue, et ceux qui l’ont rencontrée n’en sont jamais revenus. Elle charme, elle enchante, elle rend fou, elle emmène les gens, elle les pousse à se perdre : chacun la raconte à sa manière et tente de décrypter ses appels. Durée : 35 min. Source : Felix Blume

  • Sur la réalisation radiophonique
    http://oufipo.org/sur-la-realisation-avec-lionel-quantin

    À Brest, le vendredi 7 février 2020, Lionel Quantin revient sur la précision qu’implique son métier, du lien intime entre le producteur et le réalisateur et sur l’impérieuse nécessité de rendre collective une œuvre radiophonique. Pour l’accompagner dans cet entretien, Marc-Antoine Granier, avec lequel il a travaillé, notamment sur le documentaire “Entre les mères”, diffusé sur France Culture. Durée : 1h15. Source : Oufipo

    http://oufipo.org/IMG/mp3/LDO17_SEANCES_LionelQuantinLaRealisation_OUFIPO2020.mp3

  • Du SRAS-cov2 au SRAS-polX
    Du syndrome respiratoire aigu sévère humain
    au syndrome respiratoire aigu sévère politique

    par Louis

    https://lavoiedujaguar.net/Du-SRAS-cov2-au-SRAS-polX-Du-syndrome-respiratoire-aigu-severe-humai

    Le 14 mars 2020, Édouard Philippe (Premier ministre) annonçait « la fermeture à compter de ce soir minuit de tous les lieux recevant du public et non indispensables à la vie du pays ». Par « non indispensables » je voudrais souligner que Philippe, en accord bien entendu avec toutes les strates du pouvoir, pointait justement tous les lieux qui — malgré leurs évidentes limites commerciales — donnent justement un sens à notre existence, tous les lieux qui permettent, malgré leurs limites évidentes, de donner une épaisseur collective à notre vie en société. C’est l’autre qui est le premier besoin de l’humain, l’autre en tant que personne, non en tant que moyen.

    Ont donc été qualifiés de « non indispensables » tous les lieux qui concourent directement à préserver une qualité de vie minimale, tous les lieux de socialisation, ainsi que tous les lieux sans dimension économique directe (parcs, promenades, forêts, plages, etc.). Tout cela permet donc de conclure directement, clairement et sans ambiguïté, que l’indispensable relève de l’économie — mais qui peut bien l’ignorer sur le fond ? — et que le vivant — le « non-indispensable » — n’est qu’à son service. Le cadre général du confinement a donc été on ne peut plus clairement énoncé et révèle avec une indécence crue l’inversion de la réalité dont il procède. (...)

    #coronavirus #politique #État #économie #fragilité #confinement #solidarité

  • Une synthèse : Avant les commissions d’enquête et les procès, examinons dès à présent les responsabilités de l’exécutif dans la désastreuse gestion de la #crise_sanitaire liée au #Covid-19, par @Panda31808732, sur le volatile bleu

    https://threadreaderapp.com/thread/1244349636040671243.html

    Double avertissement :

    a) Ce fil est très long : 241 messages (~25 pages). On essayera de mettre un lien ThreadReaderApp à la fin.
    b) Si vous estimez qu’il est « trop tôt » pour parler de cela ou que c’est « trop polémique », ne le lisez pas.

    En ce qui nous concerne, la grosse ficelle de l’ « #union_sacrée » qui ne vise qu’à mettre un coup de chloroforme sur la critique : non merci.

    Ils disent que nous sommes dans le même bateau ? C’est faux — ou alors, disons qu’il y a une 1ère, une 2ème et une 3ème #classe

    Certains corps sont plus sacrifiables que d’autres. Certains obtenaient "miraculeusement" des tests en l’absence de symptômes graves, d’autres non (y compris des #soignants) ; certains prennent les décisions dans des bureaux, d’autres les subissent sur le terrain.

    Nous ne sommes pas en guerre, nous sommes au milieu d’un désastre sanitaire à cause de l’impréparation totale du gouvernement, de sa sous-réactivité et de ses choix passés. Une grande partie de ce désastre était évitable. On aurait pu et dû faire beaucoup mieux.

    On écrit aussi ce fil parce que le #gouvernement (a) n’a toujours pas pris certaines mesures nécessaires, (b) semble s’être persuadé qu’il a bien géré cette crise et donc (c) va persister dans l’erreur, tout en reportant avec cynisme la faute sur la population.

    On commencera par présenter rapidement ce qu’est une épidémie à croissance exponentielle.

    On continuera avec un rapide #historique de la crise, en s’appuyant notamment sur ce que disait l’Organisation Mondiale de la Santé et en partant d’un principe simple : ce que l’#OMS sait, le gouvernement le sait aussi (et donc doit pouvoir anticiper et agir en conséquence).

    On abordera ensuite la question des multiples pénuries, qui sont la marque la plus criante de l’incompétence gouvernementale. Enfin, on discutera de la stratégie de l’exécutif et, après avoir passé en revue quelques-unes de ses erreurs grossières, de ses priorités.❞

    Un résumé fourni et documenté sur l’(in)action du gouvernement qui complète fort bien cette chronologie de l’émergence du Covid-19
    https://seenthis.net/messages/834457

    #preuves #crime_d'État

    • C’est intéressant, mais à mon avis il y a une grosse difficulté : ça se base exclusivement sur un choix à charge d’avis d’experts (de l’OMS essentiellement). Pour un premier « acte d’accusation » des politiques, c’est bien, mais il va être nécessaire de retrouver, également, les déclarations et les positions d’autres experts et médecins, notamment ceux qui ont l’oreille du politique. (Dans le tas on pourrait aussi mettre la commentateurs médiatiques en général, puisque malheureusement dans une démocratie, les « influenceurs » fabriquent l’opinion publique, et donc influencent le politique.)

      Sinon il sera facile pour nos politiques, dans le futur procès, de plaider le manque d’information, et surtout les informations contradictoires.

      Parce que des spécialistes qui minorent, ou qui n’ont vraiment pas l’air de beaucoup s’inquiéter, ou au minimum qui à aucun moment ne suggèrent que, si l’épidémie se répand, alors le pays sera dans le dénuement le plus total (pas de masques, pas de tests, ehpad à l’abandon…)… c’est quasiment la seule chose qu’on va trouver en France si on fait des recherches entre le 1er et le 29 février…

      Je pense évidemment à l’éminent marseillais, mais là j’ai par exemple Yazdanpanah le 22 février, on écoute ça et on peine à percevoir le moindre risque que la situation dégénère :
      https://www.youtube.com/watch?v=18pzKtZ6TsE

      Le 28 février : Coronavirus : "Le virus ne va pas forcément disparaître" selon le professeur Eric Caumes
      https://www.francebleu.fr/infos/societe/coronavirus-le-virus-ne-va-pas-forcement-disparaitre-selon-le-professeur-

      « On ne sait pas où on va en fait, il suffit que les températures remontent de 15 degrés d’un seul d’un coup et le virus ne va plus se sentir très bien, on ne sait pas. Je pense que le virus ne va pas forcément disparaître, il va devenir endémique et évoluer à un bas niveau, comme d’autres coronavirus humains qui circulent parmi nous régulièrement. » Le Covid-19 pourrait faire partie de notre quotidien et revenir de façon récurrente, « c’est une possibilité qu’il faut envisager », mais sans inquiétude assure le professeur Eric Caumes.

      Le 14 février, Denis Malvy en est déjà à annoncer à la presse un traitement « prometteur » : Un médicament efficace sur le patient touché par le Covid-19 à Bordeaux
      https://www.courrier-picard.fr/id69006/article/2020-02-14/un-medicament-efficace-sur-le-patient-touche-par-le-covid-19-bordeau

      Le patient de 48 ans infecté par le nouveau coronavirus et sorti du CHU de Bordeaux, jeudi, après 22 jours d’hospitalisation a été traité avec du remdesivir, un antiviral « prometteur », a indiqué vendredi son équipe médicale.

      Le remdesivir, de l’Américain Gilead, « agit directement sur le virus pour empêcher sa multiplication », a expliqué devant la presse le Pr Denis Malvy, responsable de l’unité maladies tropicales et du voyageur du CHU Pellegrin. C’est une « petite molécule capable de gagner l’ensemble des compartiments de l’organisme et dont on sait qu’elle diffuse parfaitement dans les poumons, organe cible de la maladie », a ajouté le médecin précisant que le médicament est administré par voie intraveineuse pendant dix jours et que le patient l’a « parfaitement toléré ».

      Et ça c’est une recherche rapide à l’instant. Je n’ai aucun doute qu’on se prend un peu de temps pour creuser, et on va trouver une pléthore de spécialistes qui minorent « la petite épidémie » que l’« Italie parviendra à maîtriser rapidement », le virus « qui va disparaître si la température augmente », les traitements « prometteurs » sur un unique patient (et je ne parle pas de « Fin de partie ! »), et malheureusement, je ne suis pas certain qu’il sera aussi facile d’incriminer les décideurs politiques.

    • 112. Gouverner, c’est choisir. L’Histoire retiendra que l’on n’a jamais manqué de balles en caoutchouc pour éborgner et terroriser les gens qui manifestaient pour réclamer une vie meilleure, alors qu’on était à poil au niveau des masques face à la pandémie du siècle.

      #LBD

      Puisse la crise du Covid-19 nous rappeler cette leçon historique : lorsqu’il s’agit de faire mourir des gens en masse, le plus prolifique des tueurs en série n’est rien face au bureaucrate autosatisfait. L’arme la plus meurtrière sur Terre reste un stylo tenu par un col blanc.

  • Je ne voulais pas trop me lancer là-dedans, mais je vois circuler de plus en plus souvent des textes que je trouve très limite limite, mélanges de données pertinentes, de considérations parfois intéressantes, mais avec de lourdes tendances à l’exagération, raccourcis, qui devraient tout de même amener les lecteurs à se méfier. Dans certains cas, je l’ai déjà écrit, j’y trouve des procédés rhétoriques malhonnêtes (des conditionels de précaution qui deviennent des affirmations définitives sans prévenir), et souvent des modes de démonstration typiquement complotistes (démonstration à charge en écartant les contre-arguments qui ne vont pas dans le bon sens).

    Hier soir j’ai regardé 3 textes de Jean-Dominique Michel, que je vois recommandés avec beaucoup d’insistance ici et ailleurs, comme de « très bons textes », « à lire absolument »…

    Alors j’ai déjà longuement critiqué l’un de ces textes :
    https://seenthis.net/messages/832094#message832220

    Mais j’ai encore trouvé des choses assez marrantes, que je trouve symptomatiques (oui, je l’ai déjà faite) de sa façon de procéder…

    Par exemple :
    COVID-19 : APPEL AU CALME !
    http://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2020/03/12/covid-19-appel-au-calme-305001.html

    Le même traitement dramaturgique appliqué à n’importe quelle autre infection respiratoire virale produirait la même perception de catastrophe. Imaginez : la grippe saisonnière tue entre 10’000 et 60’000 personnes en France chaque année dans l’indifférence générale.

    Si je prend un bulletin grippe de Santé publique France, je lis :

    En moyenne, on estime qu’environ 10 000 décès sont attribuables à la grippe chaque année, avec 13 000 décès lors de l’épidémie de 2017-18, et 14 400 décès en 2016-17.

    Comme je l’avais fait remarquer dans mon premier commentaire : c’est bien pratique de ridiculiser les chiffres maximalistes concernant le Coronavirus, si c’est pour dans le même temps sortir des chiffres absolument extrémistes sur la grippe saisonnière.

    Dans le texte suivant, il récapitule un certain de nombre de grandes maladies qui devraient être évitables : Coûts de la santé : d’inconfortables vérités ?
    http://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2018/03/04/couts-de-la-sante-d-inconfortables-verites-290378.html

    En analysant les causes impliquées dans le bataillon des maladies évitables, on trouve 5 grandes catégories de facteurs : mauvaise alimentation, pollution, stress, manque de sommeil et sédentarité (12) Avec à nouveau de gros, très gros intérêts en jeu.

    Faire baisser rapidement les « coûts de la santé » ? Ce serait à vrai dire assez simple, par exemple :
    – en taxant la malbouffe (produits transformés et/ou pollués) et en affectant le produit pour faire baisser le prix des aliments sains ;
    – en interdisant le diesel, les perturbateurs endocriniens, les poisons domestiques et les pesticides ;
    – en remplaçant partout où cela est possible les traitements médicaux par des remèdes naturels ou des pratiques de santé montrant une efficacité comparable ;
    – en menant des vraies campagnes d’information sur les causes des maladies ;
    – en formant la population, les autorités, employeurs, employés et médias aux stratégies de santé ainsi qu’aux bonnes pratiques managériales et sociales ;
    – en développant des centres de ressources communautaires consacrés à l’empowerment en santé de la population...

    ...il serait littéralement possible de faire baisser les primes d’assurance-maladie de 40 à 60% en cinq ans. Épidémio-logique !

    Sérieusement : « il serait possible de faire baisser les primes d’assurance de 40 à 60% en cinq ans » ? Pourquoi pas 70% en quatre ans, ou 30% en six ans ? C’est quoi cette science ?

    Là encore : l’argument est intéressant, mais que vient faire cette affirmation chiffrée délirante là-dedans ?

    Et on trouve dans un autre texte récent une affirmation qui, malheureusement, commence à circuler largement : En guerre ?! Non, complètement dépassés...
    http://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2020/03/19/en-guerre-non-completement-depasses-305135.html

    La vérité est qu’à peu près rien n’a été réellement fait au cours des décennies écoulées pour protéger la population contre les principaux facteurs de risque (que sont la malbouffe, la pollution, le stress et la sédentarité) malgré des dégâts sanitaires monstrueux. Aujourd’hui, c’est cette population déjà atteinte dans sa santé qui est frappée. 99% des victimes en Italie (parmi les 2’500 premiers morts) souffraient d’une à trois maladies chroniques, avec des taux de 75% de tension artérielle élevée, 35% de diabète, 30% de maladies cardio-vasculaires, etc. )

    Il faut oser le dire : ce n’est pas le virus qui tue (il est bénin pour les personnes en bonne santé), ce sont les pathologies chroniques qu’on a laissé honteusement se développer en favorisant des industries toxiques au détriment du bien commun et de la santé de population (pour un développement de ce constat, se référer à l’article suivant).

    Ça veut dire quoi, « ce n’est pas le virus qui tue » ? Sans le virus, les gens ne meurent pas ; avec le virus les gens meurent. Je vois l’idée, mais le raccourci est outré et ridicule.

    C’est le même auteur qui, par ailleurs, écrit : « la grippe saisonnière tue entre 10’000 et 60’000 personnes ». Or c’est la même logique pour la grippe saisonnière : les décès portant la mention « cause du décès : grippe » se comptent en dizaines ou centaines chaque année. Le chiffre usuel de 10000 morts annuels, c’est une estimation statistique de la surmortalité provoquée par la grippe. Allez brailler que « le grippe ne tue pas »…

    • Tes critiques me font penser à certains chercheurs qui ont par le passé décidé de ne plus participer à des débats publics, du fait que pour déployer une pensée complexe, qui ne sera pas déformé par le premier troll venu reprochant l’emploi d’un passé simple ou d’un conditionnel, cela est vraiment compliqué et insatisfaisant.

      Donc, en ce moment, ces gens qui habituellement se censurent, décident de participer et de s’exprimer. Et ils se font tirer dessus à boulet rouge pour des tournures de phrase, et ce faisant, pour le fait que bon, ces gens, ils pourraient tout de même s’exprimer d’une façon irréprochable quoi.

    • Je vois, mais :
      – ces textes sont en ce moment recommandés avec vigueur dans mon entourage, et pour le dire plus clairement : ce n’est pas loin d’un symptôme complotiste ;
      – je l’ai plus détaillé dans mon premier texte : ces problèmes de forme ne sont pas anodins, c’est ce qui permet à ces textes d’avoir beaucoup de succès alors que leur propos est outrancier et dangereux.

      Ces outrances permettent de faire passer les messages suivants de manière extrêmement claire (et, malheureusement, efficace) :
      – Covid-19 n’est pas dangereux,
      – et de toute façon, on a déjà trouvé le médicament
      – le confinement, ça ne marche pas
      – accessoirement quelques suggestions à tendance complotistes (le monde médical n’en veut pas parce qu’il n’y a pas de brevet pour se faire du fric, les politiciens réagissent comme ça à la crise parce qu’ils sont corrompus par les labos, les occidentaux sont racistes de se méfier des études chinoises…).

      Les « maladresses » ne sont pas anodines, ici : elles permettent à l’auteur d’adopter une posture de prudence, alors que le fond du propos tel qu’il ressort, c’est bien ça (je donnes deux exemple dans ma critique précédente, je trouve que c’est très clair, cette façon de passer du conditionnel à l’enthousiasme à l’indicatif au moment opportun). Je l’ai dit pour la première vidéo en provenance de Marseille : tu titres « Fin de partie ! » au tout début d’une épidémie en France (désormais discrètement retitré « Vers une sortie de crise ? »), tu expliques doctement que ce sera imperceptible par rapport à la grippe… ce n’est pas un problème de style et tournures de phrase. Ça a un effet dangereux sur la vie réelle des gens, comme par exemple illustré par @hlc hier :
      https://seenthis.net/messages/832420

    • Je comprends tes reproches. Et je lis les textes que tu critiques avec la même prudence qui nous caractérise tous ici, qui ne faisons que cela depuis des années. On tâche de récupérer ce qui nous parle, et on laisse de côté, sans même y faire attention, ce qui nous paraît inepte et/ou accessoire.

      N’empêche que, ces gens nous transmettent des informations que les canaux prévus pour sont en ce moment incapables de transmettre. Ils méritent donc d’être, à mon sens, suivis et relayés, et ce sans adopter les travers affligeants de « l’autre camp », d’accoler les étiquettes de « complotisme » ou autre.

      Il y a défaillance majeure du système, et tout ce qui pourra documenter ces défaillances doit être conservé et relayé. Même au prix de la pureté oratoire et argumentative, il me semble.

      Et j’avoue qu’émettre des critiques sans utiliser le conditionnel, j’en serais bien incapable, n’ayant pas la prétention, jamais, que j’aurais pu faire mieux.

    • Je comprends aussi cette méfiance pour le mot « complotisme », avec lequel je ne suis pas forcément à l’aise non plus. En l’occurence, je vois au moins d’énormes biais de confirmation qui, couplés parfois à des méthodes de communication que j’ai déjà qualifiées de méthodes de voyou (pas juste des maladresses), confinent au complotisme. Ou, pour le dire plus subtilement, le (toujours très) subtile Zlavoj Zizek signalé par @rumor ici :
      https://seenthis.net/messages/832191

      Sinon, oui, référencer des textes en extrayant ce qui est pertinent, d’accord. Mais ce n’est pas comme ça que les textes du bonhomme circulent (même ici), et cette extrême minoration des dangers de Covid-19 et l’annonce sans recul du fait qu’on a déjà trouvé un remède, pour moi ce ne sont pas des points accessoires. À tout le moins, c’est normal de les faire remarquer.

      Comme toi je suppose je suis plus inquiet pour mes parents que pour moi-même, et même mes enfants. Et parmi les points d’inquiétude : le fait que mes vieux ont tendance à écouter une radio de merde et à suivre les débats pourris que tu sais, et que je préfère qu’ils soient « exagérément inquiets » que de croire qu’« en fait c’est des conneries ». Or le coup du « Fin de partie ! » fin février, ça a beaucoup circulé dans les médias mainstream, et c’est passé à la télé. Aujourd’hui les textes du monsieur ci-dessus, je les vois beaucoup beaucoup circuler.

    • tes remarques critiques sont justifiées et je reconnais n’avoir pas été assez prudent et critique en partageant son texte, ou plus exactement ses deux versions successives. En l’occurrence, le premier commentaire très élogieux venait directement d’un tweet de Piketti.
      https://twitter.com/PikettyLeMonde/status/1241019323721879554
      Mais cela n’excuse rien de ma part.
      Les points d’intérêt que j’y ai trouvé sont les suivants :
      – des éléments très instructifs d’analyse de la faillite de la stratégie européenne (et française) en particulier sur le long terme (fermeture des lits, sous investissement)
      – en contrepoint, l’efficacité des stratégies asiatiques et leur maîtrise de la technologie (notamment la stratégie précoce de tests à grande échelle comme l’a mis en oeuvre la Corée du Sud).
      Sur le caractère encore hypothétique de la solution chloroquine, on peut critiquer et déplorer les effets d’annonce. Et souligner, comme dans les commentaires à ton premier commentaire, les incertitudes industrielles et commerciales qui entourent sa distribution si son efficacité était avérée. Mais c’est important d’écouter ce qui ébrèche le monopole de la parole gouvernementale, qui n’a cessé d’être à côté de la réalité et dans le déni depuis deux mois (cf. Buzyn and co.)

    • Je sais que ça peut paraître bizarre, mais avec rezo.net j’ai pris l’habitude de critiquer très directement certains textes, sans considérer pour autant que c’est une critique de la personne qui l’a référencé. Je pense que les autres fonctionnent assez de cette façon aussi (sinon, Rezo n’aurait jamais tenu), même si j’ai tendance à être un des plus vachards dans la destruction de textes que je n’aime pas…

      Du coup je m’excuse à mon tour que tu aies pensé que c’était une critique personnelle de ta décision de partager : ce n’est pas du tout le cas, et au contraire j’aime que Seenthis offre l’occasion de développer des critiques de textes (Rezo.net, par son format, ne permet quasiment que du référencement positif) et que parfois on arrive à briser un peu notre entre-soi de groupe militant.

    • Je copie-colle le texte de fesse-bouc

      Depuis plus d’une semaine, médias et réseaux sociaux s’affolent autour d’un certain Pr Didier Raoult. Désolé de jouer le trouble-fête, mais ce Pr JeFaisDuRaoult – qui passe son temps à se mettre en avant et à s’auto-congratuler alors qu’il ne pige rien à ce qu’il se passe – tient un discours dangereux, minoritaire et non scientifique, qui tout à la fois nie la dangerosité de l’épidémie et prétend en avoir le remède. Je comprends qu’on ait tous besoin d’être rassurés, mais c’est du grand n’importe quoi.

      Le 20 janvier dernier, Raoult était en plein déni de l’épidémie de coronavirus :
      « Y se passe un truc où y’a 3 Chinois qui meurent, ça fait une alerte mondiale, l’OMS s’en mêle, ça passe à la radio à la télévision, [...] tout ça est fou ! [...] Si vous voulez à chaque fois qu’il y a une maladie dans le monde, on se demande si en France on va avoir la même chose, ça devient complètement délirant ! De pas s’occuper des maladies qui existent – on les identifie même pas, on s’en fiche – et on regarde ce qui se passe en Chine ! C’est tellement dérisoire que ça en devient hallucinant ! »
      https://www.youtube.com/watch

      Le 17 février, il considérait que le virus faisait moins de morts que les accidents de trottinette :
      https://www.mediterranee-infection.com/coronavirus-moins-d…/

      La manière dont il parle de cette pandémie en se contentant de dire "il y a eu tant de cas, c’est autant que pour les accidents de trottinette" puis "il y a eu tant de cas, c’est autant que la grippe", sans tenir compte des courbes de progression exponentielles qu’il faudrait prolonger, semble typique du mec, qui tient le même genre de raisonnement sur les vaccins ("il n’y a eu qu’un mort de la rougeole l’année dernière, c’est donc que le vaccin ne sert à rien") ou sur le réchauffement climatique ("c’est n’importe quoi ces modèles mathématiques avec des extrapolations, pour l’instant ça va très bien") : à chaque fois, il est dans une sorte de bon sens paysan, "je ne crois que ce que je vois maintenant tout de suite", "les modèles statistiques prévisionnels c’est de la divination ma bonne dame, n’en croyez rien !"

      Le Pr Michel, qui semble l’apprécier beaucoup, est dans le même déni total du danger que représente cette pandémie et des outils statistiques qui permettent de déterminer ce danger :
      « Depuis le début de l’émergence du coronavirus, je partage mon analyse qu’il s’agit d’une épidémie banale. Le terme peut choquer quand il y a des morts, et a fortiori dans la crise sanitaire et la dramaturgie collective hallucinée que nous vivons. Pourtant, les données sont là : les affections respiratoires habituelles que nous vivons chaque année font bon an mal an 2’600’000 morts à travers le monde. Avec le Covid-19, nous en sommes, au quatrième mois de l’épidémie, à 7’000 décès, ce qui est statistiquement insignifiant.
      [...] Pareillement, les projections qui sont faites pour imaginer le nombre de morts possibles sont rien moins que délirantes. Elles reposent sur un « forçage » artificiel et maximal de toutes les valeurs et coefficients. Elles sont faites par des gens qui travaillent dans des bureaux, devant des ordinateurs et n’ont aucune idée ni des réalités de terrain, ni de l’infectiologie clinique, aboutissant à des fictions absurdes. On pourrait leur laisser le bénéfice de la créativité et de la science-fiction. Malheureusement, ces projections, littéralement psychotiques, font des dégâts massifs. »
      http://jdmichel.blog.tdg.ch…/covid-19-fin-de-partie-305096…

      S’il vous plaît, arrêtez avec ça : c’est une vraie pandémie, grave, très contagieuse, ces personnages sont du même ordre que ceux qui nient le réchauffement climatique (ce que fait aussi le Pr Raoult) ou les propagandistes de l’inutilité des vaccins (ce qu’est aussi le Pr Raoult).

      La science est un travail collectif, qui se fait avec humilité et patience. Méfiez-vous toujours de ceux qui en font une affaire personnelle, de coups médiatiques et de buzz, qui passent leur temps à s’auto-promouvoir, à tenir des discours péremptoires, et à dénigrer leurs collègues plus discrets et moins avides de visibilité médiatique.

      Au fil des jours, ce genre de déni ne pourra pas résister aux faits et aux morts qui s’accumulent.

      ------------
      Mais paradoxalement, alors que ce Pr Raoult prend par-dessus la jambe la dangerosité du virus, il prétend déjà en avoir le remède : la chloroquine.

      Depuis les prémices de l’épidémies, des tas de médicaments déjà existants sont testés, en Chine, en Corée, et en France aussi désormais. C’est la première chose qu’on fait face à un nouveau virus. Le Pr JeFaisDuRaoult, tout en niant totalement la dangerosité du virus, prétend avoir le remède avec la chloroquine, un antipaludique, que des Chinois ont testé parmi bien d’autres et qui n’a pas (encore) prouvé de bénéfice certain, mais que notre professeur connaissait et avait sous la main, ce qui était bien pratique pour réaliser en quelques jours une étude au mieux non concluante, au pire bidonnée, mais qu’il s’est empressé de proclamer urbi et orbi de manière tonitruante, avec des relais médiatiques complaisants (je m’y suis fait prendre moi-même dans un 1er temps), sans attendre des tests plus sérieux.
      https://www.jim.fr…/effet_secondai…/document_jim_plus.phtml

      Il semble en tout cas que la chloriquine, même dans son usage habituel contre le palu, est toxique, et même mortelle (elle est parfois utilisée dans des suicides médicamenteux) : à haute dose, elle ne peut être utilisée que sur un temps court pour des cas graves. Peut-être qu’il s’avérera que la chloroquine (ou plus vraisemblablement son dérivé l’hydroxychloriquine) a des effets bénéfiques, mais rien ne permet encore de l’affirmer et si c’est c’est le cas cela nécessitera un suivi médical très rigoureux.
      https://www.nature.com/articles/s41421-020-0156-0

      Le résultat de son coup médiatique autour de ce médicament, c’est d’abord qu’il soulève de faux espoirs, mais surtout qu’il pousse les gens à s’en procurer pour s’auto-médiquer, au risque de s’empoisonner, et c’est ce qui semble se passer déjà dans certains pays d’Afrique.
      https://www.nouvelobs.com…/en-afrique-on-se-rue-sur-la-chl…

      Par ailleurs Trump, friand de ce genre d’annonces "à contre-courant" du consensus scientifique et de ses protocoles, a aussi déclaré que la chloroquine allait être prescrite aux USA sans tests préalables, mais a aussitôt été démenti par la FDA...
      https://www.courrierinternational.com…/pandemie-coronaviru…
      https://www.marianne.net…/de-marseille-fox-news-comment-le…

      ----------
      Sur le CV gonflé aux hormones du Pr Raoult, qu’on trouve sur sa fiche Wikipedia ou sur le site de l’institut hospitalo-universitaire qu’il dirige (intitulée en capitales « LE PR DIDIER RAOULT EST LE CHERCHEUR EUROPÉEN DONT LES PUBLICATIONS ONT ÉTÉ LES PLUS CITÉS PAR LA COMMUNAUTÉ SCIENTIFIQUE INTERNATIONALE DANS LE DOMAINE DES MALADIES INFECTIEUSES »), je n’ai pas les connaissances et les moyens de déconstruire tous ces titres qui impressionnent au 1er abord, mais je commence à avoir quelques billes en sociologie des sciences, par le biais de la revue Zilsel (que je mets en page), et plein d’éléments mettent la puce à l’oreille, par exemple ceci à la fin de sa fiche Wikipédia :

      « Didier Raoult est classé parmi les dix premiers chercheurs français par la revue Nature pour le nombre de publications (plus de deux mille à son actif) comme pour le nombre de citations reprenant ses travaux. Par ailleurs, selon la source ISI Web of Knowledge Didier Raoult est un des chercheurs qui publie le plus en France. Rien que pour l’année 2013, il signe 185 publications, soit une tous les deux jours environ. »

      Qu’est-ce que ça veut dire une publi tous les 2 jours pendant un an ? Vous pensez vraiment qu’il travaille sérieusement sur 185 recherches différentes et qu’il écrit sur chacune durant l’année, tout en s’occupant de la direction de son Institut universitaire ?
      A mon avis il co-signe simplement automatiquement toutes les publis des chercheurs de son institut, sans y participer...

      Toute sa fiche Wikipédia est une espère de super-CV super-gonflé aux hormones, qui joue de tous les indicateurs quantitatifs mis en place ces dernières années, et largement critiqués par les chercheurs, pour apparaître artificiellement en haut des classements...

      « Enfin, sur plus de 2 600 publications internationales référencées, on trouve 9 articles dans Science, et 3 dans Nature les deux revues scientifiques les plus visibles selon l’indice N&S du classement de Shanghai. »

      > Seules 12 publis dans des revues vraiment reconnues, on peut s’attendre à ce que l’immense majorité atterrisse dans les "revues prédatrices" qui étaient au cœur du Zilsel n°4.
      https://www.cairn.info/revue-zilsel-2018-2.htm
      Ces revues permettent notamment d’éviter une vraie relecture par des pairs, souvent en payant sa publi.

      ------------
      Dernière chose, pour appuyer sa posture de franc-tireur, se donner une stature de lanceur d’alerte et légitimer le peu de crédit que lui accordent certaines institutions scientifiques (le CNRS et l’INSERM ont retiré leur label à l’IHU Méditerrannée qu’il dirige et qui a été construit à grands frais spécialement pour lui), Raoult argue que l’animosité des institutions scientifiques serait liée uniquement à sa dénonciation d’un conflit d’intérêt patent du mari d’Agnès Buzyn, Yves Lévy, qui est aussi PDG de l’INSERM.

      
Or si ce conflit d’intérêt est réel et mérite d’être dénoncé, il y a bien d’autres raisons qui ont motivé de retrait du soutien de son IHU par le CNRS et l’INSERM, retrait motivé par les conseils scientifiques de ces institutions et non par des gestionnaires, qui n’ont fait que suivre leurs recommandations.
      https://marsactu.fr/didier-raoult-inaugure-son-ihu-mediter…/

      Par ailleurs, l’IHU Méditerrannée a fait l’objet de plusieurs plaintes auprès de l’Inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la Recherche (IGAENR) pour des cas d’agressions sexuelles et de harcèlement moral.
      https://marsactu.fr/lunite-de-didier-raoult-paradis-de-la-…/

    • Les editions i (qui ont un catalogue beaux livres et spiritualité) prennent position dans un débat sanitaire un peu compliqué. L’édition mène à tout, même à l’épidémiologie ! J’en ai profité pour demander ma désinscription, puisque je n’avais jamais consenti à recevoir leur newsletter by the way...

      https://www.editions-i.com

      Les éditions i soutiennent le Professeur Raoult et demandent que le gouvernement organise un dépistage collectif.

      En pointant du doigt l’incapacité du gouvernement qui met en danger des milliers de vie en confinant sans dépistage collectif la population et en proposant des solutions concrètes et efficaces (dépistage gratuit pour tous au CUH d ela Timone à Marseille où il exerce et médication pour ceux qui sont atteints), le Professeur Raoult est une des rares personnes qui agit de façon concrète dans un pays qui ressemble de plus en plus à un avion sans pilote.

      Ne suivons pas le chemin de l’Italie : le 21 mars : 4002 morts le 22 mars : 4825. Et ce n’est qu’un début.

      Signez et faites signer la pétition, sauvez vos familles et soutenez l’action du Professeur Raoult. Réagissons et évitons de nous trouver confiner six mois durant sans dépistage.

      Dommage pour l’infinitif à la place participe passé, c’était justement ça, leur métier !

  • « Jamais le scandale n’a été si palpable : nous jouons notre vie pendant qu’eux gèrent l’économie »
    https://www.bastamag.net/confinement-isolement-entraide-covid19-epidemie-services-publics-hopital-n

    « Face à la pandémie, retournons la stratégie du choc en déferlante de solidarité ! », appelle une tribune publiée par plusieurs médias indépendants, dont Basta !. Elle est signée par plus de 230 médecins, infirmier.e.s., psychologues, enseignant.e.s, comédien.ne.s, paysan.ne.s, artistes, chercheuses, scientifiques, musicien.ne.s, syndicalistes, éditeurs, libraires… qui appellent à s’auto-organiser face à la pandémie de Covid-19, révélatrice de bien des dysfonctionnements, des #Inégalités et de l’incurie (...) #Débattre

    / A la une, Inégalités, #Luttes_sociales, #Oligarchies

  • Les services de #réanimation se préparent à trier les patients à sauver

    Les #hôpitaux se préparent à la #vague_épidémique et, en cas de #saturation des #services_de_réanimation, aux dilemmes éthiques pour « trier » les patients accédant aux soins. En #Alsace, ces #arbitrages sont déjà d’actualité ; d’autres régions anticipent. Avec des consignes plus ou moins explicites.

    https://www.mediapart.fr/journal/france/200320/les-services-de-reanimation-se-preparent-trier-les-patients-sauver
    #tri #France #sélection #éthique #évitable #inévitable #inacceptable #acceptable

  • #Coronavirus : “On doit se préparer à l’ouragan !” on Vimeo

    https://vimeo.com/397421188

    Vraiment très bien

    Compte tenu de la gravité de la situation, et des demandes légitimes de nos abonnés : Arrêt sur images a passé en gratuit l’émission de vendredi soir consacrée au coronavirus, avec les médecins Francois Salachas, du collectif inter-hôpitaux, et Philippe Devos, intensiviste en Belgique : arretsurimages.net/emissions/arret-sur-images/coronavirus-on-doit-se-preparer-a-louragan

    Le nombre de partages étant très supérieur à la capacité habituelle de notre site d’analyse et de décryptage médiatique, et souhaitant tout de même parvenir à ce que tous ceux qui veulent s’informer puissent regarder cette émission capitale sur le Covid, ASI la diffuse sans aucune restriction de capacité sur Youtube : faites-la circuler autant qu’il est possible !

    En temps normal, nous vous invitons à venir découvrir le travail de la rédaction, dont les abonnés élisent chaque semaine des contenus gratuits accessibles à tous : arretsurimages.net/

  • Les commerçants en état de choc après les annonces d’Edouard Philippe
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/03/15/les-commercants-en-etat-de-choc-apres-les-annonces-d-edouard-philippe_603312


    Une chaîne de restauration rapide ferme après l’annonce de nouvelles mesures contre l’épidémie de Covid-19 à Paris, le 14 mars.
    BENJAMIN GIRETTE POUR « LE MONDE »

    Le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, doit rencontrer, lundi, les acteurs du commerce, du tourisme et de la restauration. En attendant, beaucoup de questions restent sans réponses.

    Le téléphone n’a pas arrêté de sonner, samedi 14 mars, dans la soirée pour Francis Palombi, président de la Confédération des commerçants de France (CDF), à la suite des annonces du premier ministre, Edouard Philippe, de fermer samedi à minuit tous « lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays » : restaurants, bars, discothèques, cinémas et commerces, à l’exception des magasins alimentaires, pharmacies, banques, bureaux de tabac ou encore stations essence.

    Ses adhérents, essentiellement des petits commerces dont 40 % sans aucun salarié s’inquiètent. « Un cafetier qui venait de s’installer avec un prêt sur le dos qu’il ne pourra plus payer ; la responsable d’une chaîne de chaussures qui se demande s’il y a obligation de mettre tout le monde en chômage partiel… », égrène M. Palombi. Et face à ces questions légitimes, il n’a malheureusement aucune réponse définitive. Et même encore plus de questions. « Nous sommes particulièrement effrayés par cette décision, lance-t-il. C’est arrivé plus vite que prévu. Certains restaurants nous demandent s’ils pourront au moins vendre de la restauration en vente à emporter, pour ne pas crever. »

    « Des commerçants vont péter un boulon »
    Si la réunion, prévue lundi 16 mars au matin, entre le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, et les acteurs du commerce, du tourisme et de la restauration est maintenue, il va même demander la mise en place d’une cellule psychologique car « il y a des commerçants qui vont péter un boulon. Certains étaient justes en trésorerie, d’autres venaient de commencer leur activité ».

    #paywall

    • Je ne sais pas si mes copines et copains du #spectacle_vivant sont #en_état_de_choc, mais ils savent qu’avec tout ce qui est d’ores et déja annulé, ils n’auront pas leurs heures et donc peuvent s’asseoir non seulement sur les revenus concernés mais sur leurs futures indemnités.

      Mais qui a l’oreille des #intermittents ? Peut-être les organisateurs qui anticipent déja qu’ils auront du mal à monter des spectacles après la purge radicale qui s’annonce dans le secteur.

    • Et tout·es celleux qui sont « indépendant·es » c-a-d sans aucun contrat de travail qui leur assure une protection sociale digne. Pensons aux ubérisé·es, auteur·es, artistes, etc affilié·es ou non qui vont s’asseoir sur l’aide potentielle promise aux salarié·es.

      De mon expérience d’autrice affiliée à l’Agessa, (maintenant URSSAF), après un cancer du sein dont le traitement a duré 6 mois, j’ai reçu de leur part une notification comme quoi n’ayant pas assez travaillé durant cette période (ah oui, ben j’étais pas vraiment en état) je n’avais désormais droit à aucune indemnité journalière !!! mais que royale, la sécu me couvrait pour les frais médicaux.
      Tu peux imaginer qu’ayant tout de même cotisé, j’ai été sous le choc d’apprendre cela.

      Je ne suis pas un cas isolé, donc je me permets d’exposer cette expérience d’#abandon_social, je dénonce ce système qui laisse sciemment sombrer ceux qui sont fragiles, dans mon cas, j’ai été éjectée de mes droits à toute indemnité journalière en cas de nouveau problème de santé.
      Et peux-tu même imaginer la reprise de ton activité au même niveau de production (un terme laid mais c’est pourtant cela) alors que la plupart mes clients malgré leurs promesses de me redonner du travail, n’ont pas honoré leur parole et ont trouvé de nouveaux auteurs pour me remplacer.

      Nous sommes dans un système insidieux qui fait croire que les cotisations de sécurité sociale sont un moyen de solidarité avec le versement de droits aux plus faibles. C’est tellement impensable que tant que tu ne l’as pas vécu tu as du mal à réaliser la violence du truc.

      Je souhaite une très bonne santé et beaucoup de courage à toutes les femmes indépendantes qui ne recevront aucune aide en cas d’infection et ne retrouveront pas de travail après une longue maladie. Je rappelle que les autrices, de fait, indépendantes, travaillent souvent chez elles depuis des années et parfois même la nuit, pendant que le ou les enfants dorment dans la chambre à côté. #be_positive me dit-on, fallait pas naitre femme et vouloir être indépendante surtout.

      Un mot aussi pour les copains et copines au chômage ou à la marge qui risquent de payer le plus lourd tribu.

  • Le préfet Lallement sous pression après les « violences inadmissibles » à la marche des femmes
    https://www.huffingtonpost.fr/entry/prefet-lallement-sous-pression-apres-les-violences-inadmissibles-a-la

    Il n’aura fallu que quelques heures pour passer de la théorie à la pratique. Samedi 7 mars dans la soirée, plusieurs centaines de féministes réunies aux abords de la place de la République à Paris ont été violemment chargées, traînées, violentées par des forces de l’ordre. Quelques heures auparavant, Mediapart publiait une longue enquête dans laquelle certains responsables de gendarmerie s’émeuvent des pratiques du patron du maintien de l’ordre dans la capitale : Didier Lallement.

    Un nom qui n’est plus inconnu aux yeux du grand public. L’homme, choisi par Emmanuel Macron pendant que Paris était secouée par les manifestations de gilets jaunes, a depuis été au centre de beaucoup de polémiques. Et sa responsabilité souvent mise en cause, malgré le soutien indéfectible de Christophe Castaner pour qui “il n’y a pas de problème Lallement”.

    “Pas de problème” ? Les écologistes, la gauche, les manifestants, les gendarmes et désormais les féministes pensent le contraire. Ou dénoncent du moins les nouvelles pratiques de la police parisienne, avec comme dernier épisode en date : une manifestation féministe brutalement interrompue dans la nuit du samedi 7 au dimanche 8 mars...

  • Visionscarto va poursuivre la publication de nouvelles contributions dans les jours qui viennent, mais avant, nous voulions rappeler que le site regorge d’archives consultables 7/7, 24/24 pendant toute l’année sans aucune restriction.

    L’occasion de porter à votre attention la publication des articles et références suivantes sur le droit de femmes, la place des femmes dans la société et la politique et le féminisme (en ayant conscience que certaines auraient besoin d’une mise-à-jour, mais le travail, les obligations, les enfants, les retards, le temps, etc...) :

    1. Une série d’articles abordant la situation des femmes dans des contextes variés :

    Cartographie sensible, émotions et imaginaire
    https://visionscarto.net/cartographie-sensible
    Élise Olmédo

    Agricultrices dans la solitude des champs d’oignons
    https://visionscarto.net/agricultrices-dans-la-solitude
    Agnès Stienne

    Pour une pratique féministe de la visualisation de données
    https://visionscarto.net/visualisation-donnees-feministe
    Catherine D’Ignazio

    Viols en temps de guerre, le silence et l’impunité
    https://visionscarto.net/viols-en-temps-de-guerre
    Agnès Stienne

    2. Une série de carte par Philippe Rivière et Philippe Rekacewicz résultants de traitements statistiques complexes lors de divers projets d’étude :

    Discrimination des femmes : Libertés civiles
    https://visionscarto.net/discrimination-des-femmes-libertes-civiles

    Discrimination des femmes : Accès aux ressources et aux richesses
    https://visionscarto.net/discrimination-des-femmes-acces-ressources

    Les femmes au pouvoir - Situation en octobre 2015
    https://visionscarto.net/les-femmes-au-pouvoir-2015

    Proportion des femmes dans la recherche, 2007-2009
    https://visionscarto.net/proportion-des-femmes-parmi-dans-la-recherche

    Index d’inégalité de genre (IGG), 2015
    https://visionscarto.net/index-d-inegalite-de-genre-igg

    Les femmes dans les parlements - Situation en octobre 2015
    https://visionscarto.net/les-femmes-dans-les-parlements-2015

    Analphabétisme chez les femmes adultes, 2012-2016
    https://visionscarto.net/analphabetisme-chez-les-femmes

    État du droit à l’avortement dans le monde - Situation en juin 2018
    https://visionscarto.net/lois-et-avortement

  • Femmes Gilets jaunes contre les violences : « Nous sommes des putains de guerrières » | Raphaël Goument
    https://reporterre.net/Femmes-Gilets-jaunes-contre-les-violences-Nous-sommes-des-putains-de-gue

    « On est des putains de guerrières, on revient toutes de loin. » Marie fait partie des Amajaunes, un collectif de femmes formé au sein du groupe des Gilets jaunes de Saint-Nazaire. Ensemble, ces femmes parlent de violences sexuelles ou conjugales, couchent leurs expériences sur papier et luttent pour faire changer la société. Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), reportage. « Dis donc, ça fait du bien de voir tout ce monde ! » Un Gilet jaune de Saint-Nazaire se réjouit sur le pas de la nouvelle Maison du (...) Source : Reporterre

    • Les Amajaunes, un groupe féministe ? Le terme est loin de remporter tous les cœurs. « J’ai un peu mal avec ce mot », dit Valérie sans plus de précisions.
      ...
      « Nous ne sommes absolument pas contre les hommes, au contraire »

      pfff Valérie ... Ce que tu dit ici je l’ai entendu de plusieurs femmes JG avec qui j’ai discuté et voila ce que j’en pense :

      Tu te prend des viols, des pédoviols, discriminations, silenciations, invisibilisations, dévalorisations, ségrégations et faut que tu flatte encore l’égo des hommes en répétant « je suis pas misandre, j’aime absolument les zom » mais pas de soucis pour tenir des propos misogyne sur les féministes. En fait cette manière de faire ca reviens à exclure les féministes du mouvement des JG en sous entendant que c’est toutes des bourgeoises. Les seuls nuances qui sont faites, le sont en fait pour les hommes, mais surtout pas pour les féministes, car elles vont toujours trop loin à ne pas passer leur temps à flatter l’égo de l’homme sur 10, (sur 100, sur 1000 ?) qui se paluche pas sur youporn pendant que tu fait la vaisselle.
      Est-ce que c’est pas #la_voix_de_son_maitre qui parle à travers toi ?
      C’est à mes yeux de la #misogynie_intégrée car tu prefère l’ #antiféminisme à la #misandrie
      Ainsi on en est toujours là :

      Et puis la rencontre, celle qui me redonne confiance aux hommes, la passion avec un grand A, je me sens enfin en sécurité, j’arrive à Saint-Nazaire loin de mes amis, ma famille, une nouvelle vie, le mariage. Et puis le piège se referme petit à petit, je fais des concessions, c’est sans importance puisque je l’ai dans la peau...

      C’est comme le cycle des violences par conjoint mais à l’échelle collective - les Amajaunes en sont à la phase 3 s’acheminent en 4.


      C’est pas pour attaqué non plus les Amajaunes que je dit tout ca, elles ont ma sororité en tant que femme et en tant que JG et je salut leur courage de JG et de femme au sein de ce mouvement très sexiste. Ce que je décrit est structurel, systémique et je suis comme toutes les femmes, aux prises avec ces conflits de loyauté qui sont toujours en défaveur des femmes. J’espère que Valérie et les autres vont trouvé le moyen de sortir de ce cycle. En tant que féministe et travailleuse précaire solidaire des JG, avec le magnifique nom que vous avez choisis pour pourriez mettre en pratique ce qui caractérise les Amazones ; un groupe de femmes mastectomises qui ont les hommes pour ennemis déclaré et qui les combattent sans faire de dentelle.

  • Fin de l’anonymat : les puissants veulent museler internet | Par Le Stagirite
    https://www.lemediatv.fr/emissions/on-sort-les-dossiers/fin-de-lanonymat-les-puissants-veulent-museler-internet-PZiFgra-QnWEHbXhFh

    Une panique morale touche les élites politiques et médiatiques. Le coupable de tous les problèmes : c’est l’anonymat !

    Au sens strict il n’y a pas d’anonymat absolu sur internet (sauf cas exceptionnels, on a les moyens techniques de remonter jusqu’à l’auteur d’un délit). Il faut mesurer aussi les avantages du pseudonymat : en dissociant mon identité en ligne de mon identité réelle, je peux parler de choses privées sans être jugé par mes voisins, ma famille, mon patron, ou me mettre en danger socialement.

    Dans ce qu’on appelle confusément la haine en ligne il y a des phénomènes graves qu’il faut évidemment combattre. Mais il ne faudrait pas dans ce même panier de nombreuses critiques légitimes, adressées sur internet par des anonymes à des personnalités publiques, quand bien même ces critiques seraient parfois formulées de manière peu élégante.

    Autant de choses que ne semblent pas pouvoir comprendre les puissants, protégés par leurs statuts, leur réseau, leurs moyens financiers, et leur notoriété. Ils ne parviennent pas à se mettre à la place de quelqu’un de vulnérable.

    De ce point de vue la critique de l’anonymat pourrait servir de prétexte à ces gens qui ne supportent pas la moindre contradiction venant de quelqu’un qui n’est pas de leur monde - celui où on veut au contraire que son nom soit partout.

    Ces acteurs de l’espace public traditionnel se confrontent sur internet à des cultures et des codes qui ne sont pas les leurs (on prend la parole sans y être autorisé, on aborde les sujets qu’on a choisi, on parle sous pseudonyme, on s’organise comme on l’entend). Leurs réactions en disent long : incompréhension, mépris, mais aussi sentiment qu’il y a là une menace pour leur pouvoir.

  • La #fondation_Abbé-Pierre met en lumière les pires dispositifs anti-#SDF lors de sa cérémonie des « Pics d’Or »
    https://www.banquedesterritoires.fr/les-pires-dispositifs-anti-sdf-recompenses-par-la-fondation-abb

    Pics, barreaux, grilles, rochers sous les porches et sous les ponts ou encore arrêtés anti-mendicité : les pires dispositifs anti-SDF ont été ironiquement « récompensés » lundi 2 mars 2020 au soir par la fondation Abbé-Pierre, lors de la deuxième cérémonie des #Pics_d'Or.

    #mobilier_urbain

  • #Covid-19 : la riposte est-elle plus redoutable que le virus ?

    #Interview du Pr #Eric_Caumes, chef du service des maladies infectieuses, Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Paris.

    Depuis l’identification d’une nouvelle souche de coronavirus, le #SARS-CoV_2, deux visions s’affrontent. Ceux qui croyaient à l’extrême dangerosité de ce nouvel agent pathogène et ceux qui n’y croyaient pas.

    Parmi ces derniers, le Pr Eric Caumes* appelle ici à raison garder.

    *Chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Assistance publique-Hôpitaux de Paris)

    Chapitres

    Quelle est la #contagiosité du SARS-CoV-2 ? – 00:06
    Quel est le taux de #létalité du SARS-CoV-2 ? – 02:29
    Quel est le taux de #mutation du SARS-CoV-2 ? – 03:22
    Quelles mesures devraient être prises concernant les réservoirs et hôtes animaux ? – 03:57
    Quelles méthodes de #prévention sont efficaces contre le Covid-19 ? – 05:37
    Compte tenu des dernières données la durée d’#isolement des patients devrait-elle être allongée ? – 06:58
    Qu’est-ce qu’un cas possible en France, faut-il, comme en Chine réviser cette définition ? – 08:04
    En #phase_épidémique, sera-t-il possible, en pratique quotidienne, de distinguer SARS-CoV-2, #grippe et #VRS ? – 09:20
    Où en est la mise au point d’un #test_sérologique ? – 11:28
    Quand la #prise_en_charge devra-t-elle se faire en ambulatoire ? – 12:19
    Quels sont les #traitements étiologiques à l’étude ? – 14:22
    Les #hôpitaux vous semblent-ils en mesure de faire face à une #épidémie de grande ampleur ? – 15:14
    Quel regard portez-vous sur la #riposte à l’épidémie ? – 15:57

    https://www.jim.fr/e-docs/covid_19_la_riposte_est_elle_plus_redoutable_que_le_virus__181852/document_jim_tube.phtml
    #coronavirus

    signalé par @reka

  • – Le médecin : "L’hôpital public est en train de flamber à la même vitesse que Notre-Dame a failli flamber, ça s’est joué à rien et, là, en ce moment, ça se joue à rien...
    – Macron : « Je compte sur vous... »
    – Le médecin : « vous pouvez compter sur moi, l’inverse reste à prouver... »

    «  On est à bout, reprenez la main car vous n’êtes pas là !
    Refinancez en urgence l’ #hopitalpublic, donnez nous les moyens de soigner !
     »

    Bravo à ce médecin de l’ hôpital de la #PitiéSalpetrière qui dit ses 4 vérités à Emmanuel Macron.
    https://www.youtube.com/watch?v=EfKmYcDQF7k


    De moins en moins flamboyant, Jupiter, dans ses confrontations avec la résistance…

    Qui lui a happé intelligemment la main, l’empêchant du coup de filer. Et a eu le temps de lui dire ce que tout le monde (même non toubib, juste patient) sait.
    #coronavirus
    https://www.franceinter.fr/politique/le-medecin-qui-a-interpelle-macron-il-fallait-qu-il-recoive-le-message-d

    Jeudi matin le médecin François Salachas a interpellé, avec des mots forts, le président de la République sur la crise de l’hôpital public. Il s’en explique : « Si on veut sauver l’hôpital public, ce qui est notre bien commun national, auquel les Français sont attachés, il y a un caractère d’urgence ».

  • À quoi sert l’Éducation (Nationale) ? (Brève de formation)

    Entendu en formation de la part d’un responsable hiérarchique :

    Nos élèves ont vocation à devenir des citoyens, des citoyens avec une visée d’employabilité.

    Une phrase qui a choqué les collègues, mais qui ne devrait plus surprendre personne.
    Une phrase représentative de l’air du temps actuel, une phrase qui devrait créer un consensus de bon sens : n’est-ce pas d’ailleurs ce que veulent les parents ? Que le système éducatif permettent aux gosses de s’en sortir ? d’être embauché·es à la fin de leurs études ?

    Une phrase pourtant tellement révélatrice de l’air du temps, où la "citoyenneté" finit par se réduire au salariat.
    Et si cet air du temps fait consensus dans les "partis de gouvernement", on peut reconnaître une chose à J.-M. Blanquer c’est sa cohérence dans la multiplicité des réformes proposées, qui toutes concourent à inscrire dans le marbre ce nouveau paradigme du système scolaire.

    À mettre en lien avec :
    – Les nouveaux programmes de SES ou la programmation de l’impuissance (Jean-Yves Mas et Jean Lawruszenko, Blog Mediapart)
    https://seenthis.net/messages/787391
    – Education : le libéral Institut Montaigne, maître à penser de Macron (Libération)
    https://seenthis.net/messages/776618
    – L’Éducation Nationale et l’“esprit Start-Up” : vers une nation de (micro-)entrepreneurs !
    https://seenthis.net/messages/732666

    • #chair_à_usine

      Pour les descendants des détenteurs du Capital, plus besoin d’Éducation Nationale : les précepteurs feront le job. Et je parle sciemment au masculin car, pour les descendantEs, l’unique planche de salut sera un « beau mariage ». Ou quand le « nouveau » monde renoue avec les bonnes vieilles valeurs d’ancien régime. Mais bon, j’en suis pas plus surpris que ça ...

    • « Ne parlez pas de citoyennes ou de citoyens, ces mots sont inacceptables dans un État de droit. »
      @sombre c’est tout à fait ca et les percepteurs sont recrutés à Saint Cyr pour que filles et garçon apprennent leur place.

      La phase pilote du service national universel (SNU) a été lancée ce dimanche. Ce projet, cher au président Emmanuel Macron, regroupe durant une dizaine de jours 2.000 jeunes de 15 et 16 ans répartis sur 13 départements. Parmi eux, des lycéens, des décrocheurs scolaires, des apprentis ou des élèves en CAP qui sont hébergés dans des « centres SNU » pour participer à plusieurs activités encadrées par 450 adultes. Au programme : réveil à 6h30, levée du drapeau et Marseillaise, avant de participer à des activités sportives, des ateliers d’écriture ou encore des cours de secourisme et d’autodéfense.

      Ce programme doit être généralisé et le SNU rendu obligatoire pour les filles comme pour les garçons d’ici 2026. Une mesure qui a un coût important : 1,5 milliard d’euros, rappelle le site boursorama.com. Une somme qui pourrait varier en fonction des choix qui seront faits après cette première expérimentation, mais la facture du service national universel version Macron pourrait peser lourd dans le budget de l’État. Un coût « assumé » a souligné à plusieurs reprises le président de la République. Gabriel Attal, le secrétaire d’État chargé du projet, estime quant à lui qu’il s’agit là « d’un investissement ».
      Le service national doit permettre d’améliorer la connaissance des enjeux de défense, de sécurité civile et de secourisme pour les jeunes, a souligné le ministre de l’Éducation Jean Michel Blanquer.

      https://www.capital.fr/economie-politique/la-lourde-facture-du-nouveau-service-national-1342445
      #SNU #employabilité des #rien