• Ma sage-femme est féministe : comment se préserver des violences obstétricales et gynécologiques - Basta !
    https://www.bastamag.net/Accouchement-a-domicile-grossesse-enfantement-physiologique-maison-de-nais

    À l’heure de passer ses partiels de troisième année, Aurélia est déçue de la formation belge : « L’approche est tout de même de considérer les femmes comme incapables de donner naissance par elles-mêmes. Les modules sur la préparation à la naissance sont trop rares. Ici aussi, le système patriarcal est très ancré. » Reflet du monde médical, la gynécologie est très marquée par sa hiérarchie phallocratique. Au sommet de la pyramide décisionnelle, le Conseil de l’ordre est composé à 90 % de mâles. Si au Collège national des gynécologues et obstétricien.nes, 74 % des membres sont toujours masculins, chez les sages-femmes, les mecs représentent 2 % de la profession. Pour l’anthropologue Françoise Héritier, cette pression masculine correspond à « la volonté d’emprise des hommes sur le corps des femmes, afin de maîtriser leur capacité d’enfanter » [1]. Une constante anthropologique à laquelle s’ajoute un autre source de violence : la casse généralisée de l’hôpital public.

    Des 1700 maternités qui couvraient le territoire français en 1972, il n’en reste aujourd’hui plus que 512. Cette concentration extrême s’accompagne d’une gestion managériale qui pressurise les sages-femmes. Course entre plusieurs accouchements, femmes laissées seules pendant le travail, ocytocine délivrée depuis des salles de contrôle : l’hyper-médicalisation bat son plein. Témoin du remplacement de l’accompagnement humain par un protocole standardisé, l’usage de la péridurale a augmenté à mesure que les maternités fermaient. 4 % des accouchements étaient concernés en 1981, elle est désormais utilisée dans 70 % des naissances. « J’ai pas kiffé beaucoup de sages-femmes hospitalières, confie Aurélia. Lors de mes stages, j’en vois beaucoup qui sont usées, rincées. Elles ont moins de patience. Par exemple, j’en suivais une qui rentrait dans une chambre, sans frapper, avec un seul objectif en tête. Elle oubliait complètement d’écouter la jeune mère. Il y a tout le temps des violences de basse intensité, qui me sont difficilement supportables. »

  • Even the Calibri Font’s Creator Is Glad Microsoft Will Have a New Default | WIRED
    https://www.wired.com/story/calibri-default-font-microsoft-moving-on

    For almost 15 years, Calibri has reigned as the default and therefore dominant font choice for Microsoft systems. It has appeared countless times in unformatted Word documents, PowerPoint presentations, and Excel spreadsheets, a typographical reprieve for the decision-paralyzed. But now there’s a new sans serif in town. Actually, five of them: Microsoft announced that it plans to replace Calibri as the default font with one of five new typefaces it released this week.

    It’s the end of an era, but Calibri’s designer, Lucas de Groot, has no qualms about letting his typeface rest for a bit. “It’s a relief,” he says.

    De Groot created Calibri in the early 2000s, as part of a collection of fonts for enhanced screen reading. “I designed it in quite a hurry,” he says. “I had some sketches already, so I adapted those and added these rounded corners to get some design feeling in it.” For a long time, computer displays lacked the pixel density to faithfully render all fonts; rounded corners appeared not as an arch but a stair. That changed in 2000 with Microsoft’s new ClearType technology, which optimized the resolution on LCD screens and made fonts like de Groot’s easier to read. The company liked Calibri enough to make it the default for Windows Vista in 2007.

    “I often think of this Roger Black quote, which says that fonts are basically like clothing for your ideas,” says Daniels. “So what we’re saying is that Calibri has gone out of fashion.”

    All five fonts are now available to use on Microsoft products that are connected to the cloud, and the company is inviting people to give feedback on which they like best. It will announce its selection of the new default later this year. Daniels can’t recall another time that Microsoft has crowd-tested its typefaces this way, but he believes it will lead to a better decision. Plus, providing people with options minimizes some of the pressure. “You give somebody one, then there’s a good chance it becomes polarizing,” Daniels says. “But if you give people five, almost everyone will have a favorite.”

    #Typographie #Calibri #Microsoft

  • La liberté de boire des coups
    http://blog.ecologie-politique.eu/post/La-liberte-de-boire-des-coups

    Dans ce monde idéal, vu l’état des savoirs sur les contaminations en plein air, nous ne serions pas tenu·es de porter un masque au milieu de la forêt comme c’est le cas dans la plupart des départements, les terrasses des cafés et des restaurants seraient déjà rouvertes. Mais il ne serait pas non plus imaginable d’en ouvrir dans à peine un mois les intérieurs, soit des endroits non-essentiels où il est techniquement impossible de porter le masque. Et les restrictions ne porteraient pas sur la liberté des personnes, un bien précieux auquel il est grave de toucher (William Dab, un expert en matière de prévention sanitaire, le rappelait en juin dernier) mais sur des activités, arbitrant entre leur nécessité et leur niveau de risque.

    Cette réouverture des restaurants, dans un pays où la circulation du virus est encore très élevée et le nombre de personnes hospitalisées proche des niveaux du pic du printemps 2020, est-elle une victoire de la liberté et de l’esprit français que le monde nous envie ? Ou simplement une de ces mesures qui privilégient l’économie aux dépens de nos vies et que le gouvernement est bien content de nous accorder parce qu’on a besoin de lâcher du lest et envie de lâcher des ronds ?

    Antoine Perraud notait que la chanson d’HK et les Satimbanks, « Danser encore », qui donne le la de danses impromptues fleurissant spontanément dans les rues des villes, se trouve « sur une ligne de crête discutable » : « recentrement nombriliste ou (...) sédition inclusive ? »

    #covid #santé #politique #petit-bourgeois #bar #restaurant #Aude_Vidal

  • Railcoop : la coopérative qui veut faire revenir le train dans les campagnes

    https://www.franceculture.fr/economie/railcoop-la-cooperative-qui-veut-faire-revenir-le-train-dans-les-campa

    C’est la première coopérative ferroviaire à entrer sur le marché depuis l’ouverture à la concurrence. Railcoop veut remettre des trains en circulation pour accélérer la transition écologique, mais aussi pour faciliter la mobilité entre territoires ruraux et villes moyennes.

    #train #transport #mobilité

  • CGT vs BB vs GJ ? ELI mentèrent, mon cher Watson.

    Balancer de tous côtés des insultes racistes, sexistes, homophobes, etc. c’est bien pourri.

    Faciliter le travail des flics quand ils interviennent en cow-boys pour percer les rangs de la manifs et faire des « prélèvements » , c’est bien pourri.

    Voir des bolosses virils, qu’ils aient des chasubles rouges, des k-ways noirs ou des gilets jaunes, s’engueuler au point de se castagner, c’est bien pourri.

    Balancer la faute sur uniquement une de ces composantes et ne pas admettre qu’un SO qui comporte des fans du maintien de l’ordre (anciens flics, etc.) fait parfois le taf de flics, c’est bien pourri.

    Ne pas reconnaître qu’un courant GJ est totalement en vrille insurectionnelle-conspi et fait nawak depuis longtemps, c’est bien pourri.

    Ne pas reconnaître qu’une fois dans la montée d’adré y’a des adeptes du black-bloc qui savent pas se maitriser, c’est bien pourri.

    Dans une manif mixte, mettre des gens lambda d’une partie du cortège en danger parce qu’on estime qu’il « faut que ça pète » coûte que coûte, c’est bien pourri.

    Ne pas reconnaître que certains mecs du SO de la CGT ne maitrisent rien et aggravent des situations, c’est bien pourri (je me suis bien plus souvent engueulée avec eux face à des attitudes et propos déplacés alors que c’est systématiquement des adeptes black-blocs qui m’ont aidée au milieu des lacrymos...)

    Bref les flics ont foutu des pressions énormes dans plusieurs villes et des mecs vénères se sont fritté suite à ça et c’est doublement lamentable. D’une part parce qu’on n’a vraiment pas besoin de combats de coqs qui envoient encore plus de monde à l’hosto. D’autre part parce que la communication mega orienté par la plus organisée des 3 bandes « rivales » est une aubaine pour la nouvelle stratégie de #maintien_de_l'ordre avec les nouvelles brigades ELI, des flics en civils avec un brassard bleu qui viennent « collaborer » avec les centrales syndicales pour foutre des émeutier-e-s en zonz...

    Groumph.

    Ha, et si vous pensez que je n’ai pas donné de piste de solution, relisez-moi. Quelque chose aurait dû vous sauter aux yeux... La toxicité mascu, on n’en peut plus. Pendant ce temps là, toujours aucun appel à la Greve Générale pour changer réellement les rapports de forces !
    Je me sens obligée de préciser que si je parle de « toxicité mascu », ce n’est pas pour essentialiser une hypothétique « pacification féminise », hein, la plupart de mes copines ont le verbe très haut et des griffes. Juste que si de telles concentrations mascus sont possibles, c’est que politiquement il y a un gros problème de fond.

    Soyez militantes, chacune à votre manière, j’assume la responsabilité de tout ce que vous faites !"
    Emmeline Pankhurst, (Extrait de la BD « Jujitsuffragettes »)

    Quelques sources pour étayer mes propos qui font évidemment suite à beaucoup de visionnages de vidéos et une certaine expérience du terrain...

    – Sur les nouvelles *brigades ELI j’avais déjà tenté une alarme ici : https://seenthis.net/messages/907305
    Et BIM, tansdis que les mainstream sont en boucle sur le sujet, on apprend que le parquet a lancé une enquête et la pref en profite pour placer ses ELI aux côtés de la CGT dans son communiqué...
    Voilà voilà. C’est parti pour une nouvelle confusion entre plein de trucs pour une pseudo quête fabriquée de besoin de sécurité, et donc une dépolitisation du fond...
    https://www.francetvinfo.fr/economie/syndicats/manifestation-du-1er-mai-une-enquete-ouverte-sur-les-violences-contre-l

    On peut voir ici un brassard ELI à Lyon, histoire que vous les repériez bien

    Autres angles de vues,

    celui du chercheur en sciences politiques Samuel Hayat :

    Quelques éléments sociohistoriques pour comprendre les heurts entre autonomes et service d’ordre (SO) de la CGT le 1er mai – heurts qui révèlent une crise profonde et durable de la forme manifestation. #Manif1erMai #GiletsJaunes #manifestation ⬇️⬇️⬇️

    https://twitter.com/SamuelHayat/status/1389151863631749124

    Il y a donc eut des bagarres à Paris, à Lyon et à Nantes :

    Pour Paris :
    – Décryptage complet de Maxime Reynié (refait pour mise à jour ce dimanche) : https://twitter.com/MaximeReynie/status/1388597950008418304 ; Voir en particulier les explications de « Houanui Toanui », Gilet Jaune, ex-militaire videur puis agent de sécu qui explique pourquoi ils se sont confronté au SO en cherchant à retenir les camions
    https://www.facebook.com/manu.evrard.18/videos/2956434057937599
    – un autre décryptage avec plans et aussi des remises en contexte par Le Social Club : https://twitter.com/LeSocialClub/status/1388903706125611009
    + Le suivi de Paris Luttes Infos : https://paris-luttes.info/samedi-1er-mai-deconfinement-et-14971
    + Je ne ferai pas tourner publiquement la video de QG sur les réseaux marchands car ça montre trop de visages mais :
    https://qg.media/emission/1er-mai-la-rage-du-peuple-est-de-retour
    – à 14’20 le chef des flics qui gueule pour que le cortège continue à avancer pour éviter l’infiltration des BB
    – à 17’ des gens engueulent le SO de la CGT qui empêche toujours le cortège d’avancer pendant que devant le BB se fait défoncer...
    –vers 18’ le coffre de Benalla toujours introuvable
    – vers 20’ un autre tronçon de cortège, plus mixte, resiste clairement aux tentatives d’intrusion des flics
    – vers 22’ l’accélération de l’escalade est visiblement liée à l’incursion de la BAC venue « prelever » un « BB » juste pendant le début de l’embrouille... on voit aussi des manifestants tenter de contenir leurs « potes » pour limiter la baston par la suite... bref la pref doit être ravie...
    Désigner un seul groupe coupable serait injuste. C’est avant tout la pref, en changeant au dernier moment le parcours + les attaques contradictoires des flics et les percées des BAC qui ont été les plus gros facteurs de stress et énervements. Et les condamnations des un-e-s et des autres est tout bénéf pour elle.

    Pour Lyon : le collectif @SurveillonsLes a lancé un APPEL pour recouper les témoignages sur comment la police a violemment agressé le cortège. Rdv sur surveillonsles@riseup.net.

    – Un thread sur ce qui s’est passé (et tapé) à Lyon. https://twitter.com/johanjrd_/status/1388936852376276998

    – communiqué de la CGT UberEats/Deliverro Lyon, directement attaquée : https://twitter.com/CGTUberDeli69/status/1388576095293804545

    Pour Nantes :
    – La baston se prolonge sur twitter pour ce qui concerne Nantes : https://twitter.com/Nantes_Revoltee/status/1388770739885592577
    – premier compte-rendu de Nantes Révoltée : https://www.nantes-revoltee.com/un-premier-mai-haut-en-couleur-sous-le-soleil-nantais suivi de plusieurs textes (pas encore lus) : https://www.nantes-revoltee.com/alors-graslin-ca-gaze + https://www.nantes-revoltee.com/1er-mai-dejouer-le-piege-mediatique

    • Ici c’était calme, mais après un bon cortège tout mélangé, à un moment ya eu une pause batucada etc, sur une place où étaient plutôt les GJ à l’époque et là… la CGT et FO qui continuent sans attendre personne le chemin vers la place finale du parcours…

      Du coup cortège coupé en deux, plus que des petits groupes. Après un moment de pause, une partie seulement de celleux resté⋅es en pause a continué le parcours, d’autres ont replié. Et une fois à la fin, sur la place finale CGT et FO étaient déjà parti depuis longtemps… donc tout petit groupe aussi avec celleux qui ont fait la fin.

      Assez nul bizarre à partir du moment où ya eu cette pause et coupure au milieu quoi.

    • Je ferai pas tourner publiquement la video sur les reseaux marchands car ça montre trop de visages mais :
      – à 14’20 le chef des flics qui gueule pour que le cortège continue à avancer pour éviter l’infiltration des BB
      – à 17’ des gens engueulent le SO de la CGT qui empêche toujours le cortège d’avancer pendant que devant le BB se fait défoncer...
      –vers 18’ le coffre de Benalla toujours introuvable
      – vers 20’ un autre tronçon de cortège, plus mixte, resiste clairement aux tentatives d’intrusion des flics
      – vers 22’ l’accélération de l’escalade est visiblement liée à l’incursion de la BAC venue « prelever » un « BB » juste pendant le début de l’embrouille... on voit aussi des manifestants tenter de contenir leurs « potes » pour limiter la baston par la suite... bref la pref doit être ravie...

      https://qg.media/emission/1er-mai-la-rage-du-peuple-est-de-retour
      Désigner un seul groupe coupable serait injuste. C’est avant tout la pref, en changeant au dernier moment le parcours + les attaques contradictoires des flics et les percées des BAC qui ont été les plus gros facteurs de stress et énervements. Et les contaminations des un-e-s et des autres est tout bénéf pour elle.

    • En amont de ces scènes, à République, Saint-Ambroise, Voltaire et ensuite, le carré de tête et le SO CGT ont fait de très longues pauses pendant que la tête de manif où se trouvait aussi de nombreux syndicalistes se faisait tronçonner à répétition par des bonds offensifs et des prélèvement de manifestants aux fins de poursuites. La direction du syndicat a offert à la répression un rassemblement quasi statique encagé par une nasse en U dont partait des vagues d’incursions policières. Si ces cortèges n’en restaient pas à leurs rares slogans habituels, il aurait pas été étonnant d’entendre scander « CGT collabo ! ».

      #Manifestation #maintien_de_l'ordre #police #SO #syndicat

    • Sous le soleil de @rebellyon un œil dans le ciel.
      https://rebellyon.info/7-peches-capitaux-de-la-police-lyonnaise-23089

      #Lyon est la ville de France la plus surveillée par l’hélicoptère, surnommé « BAC hélico » par la police.Il est en effet aux mains de la brigade anti-criminalité (BAC). Ce vendredi, un manifestant saisit le tribunal administratif pour que l’appareil reste au sol : pour l’instant, son utilisation par la police est toujours illégale.

    • Répression du 1er mai : appel à soutien au Tribunal judiciaire
      Paris-luttes.info
      https://paris-luttes.info/repression-du-1er-mai-appel-a-14976


      (superbe photo de Caroline de Benedetti, soit dit en passant)

      Comme d’habitude, la justice prendra le relais de la police pour judiciariser le maintien d’ordre au travers de comparutions immédiates, visant à rapidement infliger une peine à celleux qui auraient manifesté trop bruyamment. Plusieurs personnes ont déjà été déferrées au Tribunal ; et si certaines ont écopé de rappels à la loi, d’autres s’attendent encore à comparaitre devant un juge lundi.
      Face à la répression judiciaire, nous appelons à soutenir les personnes inculpées au Tribunal judiciaire à Porte de Clichy, à 13h30 ce lundi 3 mai dans les salles de la 23e chambre (en général 204 et 205 mais à vérifier au tableau face à l’accueil du tribunal).
      La Legal Team Paris

    • « CGT, COLLABOS »
      https://lundi.am/CGT-collabos

      « Ce que la surexposition médiatique et politique de cette bagarre permet d’occulter, c’est le déroulé réel de ce 1er mai. »

      Premier Mai 2021, on s’ennuie en France. Les infos s’inquiètent de ces « festnozs », « rave party » et « free party » qui se sont tenus ces derniers soirs. Les journalistes sont indignés, les citoyens jouent aux fayots, les préfets tiennent des conseils de crise et les tribunaux sont saisis pour enquêtes pour « mise en danger de la vie d’autrui ». Mais le commentariat est aux aguets : la manifestation du 1er mai à Paris devrait offrir l’occasion de faire chauffer les claviers. Banco : les camions de la CGT se sont fait agresser. Qui, pourquoi ? Les différentes chapelles construisent l’ennemi qui les arrange.

      Depuis quelques années les manifestations du 1er mai sont inévitablement l’occasion d’un flot de commentaires d’après-match : MacDo, Black Bloc, Pitié Salpétrière. Sur les plateaux des chaînes d’info continue, comme sur Twitter, on devait trépigner vers 17h, quand cette édition 2021 ne semblait pas vouloir offrir d’occasion franche de déblatérer sans fin. Heureusement, l’événement est venu : cette fois l’affrontement entre le service d’ordre de la CGT, casqué, armé de gazeuses au poivre et de matraques télescopiquess, et ce qui semblait être une foule. La bagarre tournant au désavantage du SO, celui-ci s’est rapidement posé en victime « d’actes de vandalisations », mais aussi (et on ne l’attendait pas forcément sur ces questions vu le passif des bonhommes) d’« insultes homophobes, sexistes, racistes » commises par des « individus dont certains se revendiquant gilets jaunes ».

      La machine à indignation pouvait s’enclencher.

    • Pour Sohie Béroud, le nervi est probablement de sortie : La CGT prise pour cible le 1er-Mai : « Une attaque ciblée, qui dépasse la seule critique des syndicats »
      https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/05/04/la-cgt-prise-pour-cible-le-1er-mai-une-attaque-ciblee-qui-depasse-la-seule-c

      Pour la politiste à l’université Lyon-II Sophie Béroud, « la défiance envers les syndicats existe depuis plusieurs années », mais les violences de ce week-end rappellent les modes opératoires de l’extrême droite.

      [...]

      Mais ce qui s’est passé samedi ressemble à autre chose. Si l’enquête démontre que les auteurs des faits sont bien issus de l’extrême droite, comme l’affirme la CGT, cela fait penser aux années 1970, quand, dans le secteur de l’automobile, mais aussi de l’agroalimentaire, des syndicats « maison » d’extrême droite étaient payés pour réprimer les militants de la CGT. C’est inquiétant sur ce que cela dit de l’influence de l’extrême droite en France plus que sur ce que cela transparaît de la perte de vitesse des syndicats.

    • « Une personne vient nous voir et nous informe qu’elle aurait entendu un flic en civil, dire à un responsable de la CGT, qu’ils allaient procéder à des arrestations dans le bloc. »

      Il semble donc qu’à #Lyon c’est bien la collaboration avec les flics #ELI qui a (re)lancé les hostilités. Quand à l’attaque du SO « protecteur » des sans papiers, sans surprise ce n’est pas l’extrême droite mais bien un combat de coqs...
      https://groupeantifascistelyonenvirons.wordpress.com/2021/05/04/communique-suite-a-la-manif-du-1er-mai

    • L’attaque contre la CGT révèle les tensions au sein du mouvement social | Mediapart 05/05/2021

      https://www.mediapart.fr/journal/france/060521/l-attaque-contre-la-cgt-revele-les-tensions-au-sein-du-mouvement-social?on

      En effet, la CGT communique beaucoup pour rappeler que le temps est loin où ses cortèges étaient encadrés par des gros bras du syndicat du Livre et des cheminots. « Ceux qui participent à la sécurisation des manifestants, ce sont des salariés, des jeunes, des moins jeunes, de diverses professions, détaille Philippe Martinez. Ce sont des militants, des militantes, mais d’abord des salariés du public et du privé, parfois des retraités. Participer à l’encadrement des manifs, ce n’est pas un métier, c’est un acte militant. »

      Le secrétaire général de la CGT insiste sur le rôle qui est fixé au SO : « On n’est pas des auxiliaires de police. Nous, notre responsabilité, c’est que le défilé, qui est bien délimité, se passe dans les meilleures conditions. On s’occupe de ceux qui sont dans le cortège des organisations syndicales. Tout ce qui se passe à l’extérieur de ce cortège, c’est de la responsabilité des forces de l’ordre et du préfet. »

      Le texte signé par Solidaires dit les choses un peu différemment, mais le fond est identique : « Il n’est pas question d’imposer à quiconque sa stratégie mais le respect des stratégies différentes doit être mutuel. La stratégie de Solidaires est de permettre au plus grand nombre de manifester dans les meilleures conditions possibles afin de construire un rapport de force favorable pour gagner sur nos revendications. »

      Un argument qui ne convainc pas forcément les habitués des manifestations, mais en dehors des syndicats. Par exemple Priscillia Ludosky, initiatrice de la pétition sur le prix du carburant qui a fait naître le mouvement des gilets jaunes, et devenue une figure des mobilisations, identifiée comme appartenant à la gauche.

      Le 2 mai, la militante s’est fendue d’un tweet remarqué où elle commentait l’équipement du SO : « Le service d’ordre de la CGT est devenue une annexe de la BAC : matraque, gaz… » Son message a causé un certain émoi, des responsables de la CGT l’ont appelée pour discuter. Mais sa position n’a pas beaucoup évolué : « Je me pose toujours la question de l’équipement, déclare-t-elle à Mediapart. À quel titre ont-ils le droit d’avoir ce type de matériel, alors que lors du mouvement des gilets jaunes, même les “street medics” se faisaient parfois embarquer leur équipement ? »

      Priscillia Ludosky n’est pas plus convaincue par « la façon dont les gens des syndicats gèrent les manifestations » : « Je comprends bien qu’ils n’avancent pas lorsque des membres du black bloc viennent tout casser, mais le 1er mai, c’était différent. Ils nous ont laissé nous faire gazer dans tous les sens… Ils ne se mélangent pas aux autres, ils n’appliquent pas la convergence des luttes qu’ils disent toujours rechercher. »

      L’incompréhension est valable dans les deux sens. Chez les syndicats, les craintes ne sont pas nées ce 1er-Mai. « Depuis le mouvement sur les retraites, nous avons de plus en plus de difficultés à manifester avec des individus hostiles aux syndicats qui tentent par exemple de s’en prendre à nos camions syndicaux », écrivent les responsables du SO de Solidaires.

      Les attaques ont démarré il y a plusieurs mois

      Les diverses composantes du mouvement social font le compte des incidents. En décembre 2019, au début du mouvement contre la réforme des retraites, un camion de la fédération Sud Santé Sociaux a été attaqué, ses vitres brisées. « Certains individus qui apparaissent parmi les assaillants du 1er mai font partie de ceux qui ont attaqué le camion », assure Solidaires aujourd’hui.

      Une nette montée des tensions a surtout été remarquée à partir du début des contestations de la loi pour une sécurité globale, fin 2020. Lors de la grande manifestation du 28 novembre, le camion des organisateurs avait déjà été la cible d’un caillassage en règle, en plein cortège et alors qu’aucune échauffourée n’était en cours.

      C’est surtout la manifestation suivante, le 5 décembre, qui a marqué les esprits : le carré officiel a été attaqué à deux reprises par des membres du cortège de tête. C’est ce que décrit avec précision ce texte rédigé par des « communistes libertaires syndiqué·e·s à la CGT et à Solidaires », qui parlent carrément de « coups de poignard dans le dos ».

      Ces attaques, et les débats qu’elles ont déclenchés au sein de la coordination contre la loi sécurité globale, expliquent que la coordination n’ait pas appelé officiellement à manifester le 12 décembre, estimant qu’elle n’était pas en mesure de garantir la sécurité des participants – le 12, ce sont finalement les policiers et gendarmes qui ont empêché que le défilé ait réellement lieu. Le 16 janvier, enfin, Philippe Martinez a été copieusement insulté.

      D’autres observateurs font remonter les tensions au « contre-G7 » qui s’est tenu fin août 2019 au Pays basque. Les incompréhensions régnant dans le camp où s’étaient installés les manifestants ont donné lieu à des quasi-affrontements entre associations installées et « autonomes », désireux de s’en prendre aux forces de l’ordre. Ces dernières avaient menacé à plusieurs reprises d’investir le camp.

      Attac, l’une des associations-pivots de l’événement, a écrit en septembre 20019 un long texte, pesé au trébuchet, pour regretter en creux les désaccords : « Nous ne pensons pas que notre camp politique se réduise à celles et ceux qui pratiquent uniquement le même type d’actions que nous. À ce titre, nous n’avons jamais condamné aucune autre action, fût-elle qualifiée de violente par les médias et/ou l’État. […] Dans la même logique, nous avons souhaité que nos propres cadres de mobilisation soient respectés, avec le consensus d’action qui les accompagne. »

      Les militants CGT eux-mêmes divisés

      Difficile de savoir ce que pense de ces évolutions le milieu dit des « autonomes », qui n’ont par définition pas de représentants. Un jeune collectif parisien qui s’était réjoui des actions contre la CGT le 1er-Mai s’est livré le lendemain à une sévère autocritique. Et les médias considérés comme proches de ce courant de pensée ont évité de se mouiller.

      Le site Lundimatin, sans doute le plus connu d’entre eux, n’a ainsi ni approuvé ni condamné l’attaque contre la CGT. « Ce que la surexposition médiatique et politique de cette bagarre permet d’occulter, c’est le déroulé réel de ce 1er-Mai, l’état des forces en présence et leurs stratégies (ou absence de stratégie). Ce que nous avons vu, c’est un cortège syndical affaibli stopper la manifestation pendant quasiment deux heures afin de se distinguer d’un cortège “de tête” massif », écrivent seulement ses animateurs, fidèles à leur ligne – et tant pis si cette fois, le cortège de tête était bien moins « massif » qu’il ne l’a été par le passé.

      Aujourd’hui, le débat a aussi lieu en interne dans les syndicats. Et à la CGT en particulier. Exemple parmi d’autres, dans un groupe de militants habitués à échanger leurs impressions, l’un critique les attaques contre le SO : « Difficile de dire si le but de cette minorité agressive est d’empêcher les citoyens de manifester mais c’est en tout cas le résultat. […] Nul ne souhaite empêcher les plus marginalisés de manifester leur colère dans la rue mais qu’ils s’en prennent aux forces du désordre au lieu de frapper des syndicalistes. »

      Un autre, en revanche, refuse de condamner : « Je me revendique cégétiste, mais aussi Gilet jaune et militant révolutionnaire, et je ne pense pas être raciste ou homophobe, encore moins fasciste ou flic... Cependant les cortèges festifs de la CGT à Paris me lassent. La confédération et les unions départementales confondent, selon moi, les carnavals brésiliens et les mouvements contestataires qui devraient être à la hauteur de la répression et de la dictature qu’on se prend dans la gueule ! »

      Sans doute bien consciente du caractère délicat de la situation, la CGT n’a pas oublié de mettre largement en cause la stratégie de la préfecture de police de Paris et de son chef, Didier Lallement, qu’ils estiment responsables de leur agression : les policiers présents en nombre à Nation n’ont guère bougé pendant l’attaque des camionnettes, et ont refusé d’ouvrir les barrières qui leur bloquaient le passage.

      « Nous étudions les possibilités de dépôt de plainte, y compris vis-à-vis du préfet de police », a déclaré Philippe Martinez lors de sa conférence de presse. Valérie Lesage a pour sa part demandé que le préfet de police soit « révoqué », car « il a failli à de nombreuses reprises à la protection des manifestants et à l’exercice du droit de manifester ». La CGT va en outre « demander l’ouverture d’une enquête parlementaire, afin de faire la clarté sur la gestion du maintien de l’ordre lors de la manifestation de ce 1er-Mai, ainsi que lors des manifestations depuis 2016 », a-t-elle annoncé.

  • Mann Ist Mann (1931) : Bertolt Brecht : Internet Archive
    https://archive.org/details/mann-ist-mann-speed-corrected

    Bertolt Brecht, mann ist mann, peter lorre, helene weigel, wolfgang heinz, theo lingen

    This is a film of selected scenes from a 1931 performance of Brecht’s „Mann Ist Mann.“ The original film was recorded at a low framerate and without sound. I slowed down the footage in an attempt to view it at a more natural speed. The original, unedited restored film can also be found on this page, and at the link below.

    Bertolt Brechts Filmerbe in der Akademie ist gesichert
    https://www.adk.de/de/archiv/archivabteilungen/bertolt-brecht-archiv/neuigkeiten.htm?we_objectID=57895

    Nach fast zweijähriger Arbeit und in enger Kooperation mit der Stiftung Deutsche Kinemathek konnte die Akademie der Künste ihr Projekt zur Sicherung und Digitalisierung des Filmbestands des Bertolt-Brecht-Archivs nun weitgehend abschließen.

    In einer Veranstaltung am 5. Dezember 2017 in der Akademie werden das Projekt mit seinen Arbeitsprozessen sowie ausgewählte Filmausschnitte aus dem digitalisierten Bestand vorgestellt.

    Einen ersten Eindruck von dieser umfangreichen Digitalisierungsaufgabe können Sie hier gewinnen: Diese Einzelbildschaltung einer Aufführung von Brechts Stück „Mann ist Mann“ ist die erste überlieferte filmische Dokumentation einer Theaterinszenierung von Bertolt Brecht. Sie wurde 1931 während einer Vorstellung im Staatlichen Schauspielhaus Berlin in seinem Auftrag als Studienmaterial hergestellt. Brecht betrachtete den Film als ein „sehr interessantes Experiment“. Aufgenommen wurden „mit Unterbrechungen die hauptsächlichen Drehpunkte der Handlung“, so dass „in großer Verkürzung das Gestische herauskommt“. Damit sollte die Idee des epischen Theaters verdeutlicht werden.

  • Après un débat sur l’esclavage, un surveillant de collège est accusé de radicalisation et licencié | Clara Monnoyeur
    https://www.streetpress.com/sujet/1619533115-apres-debat-esclavage-surveillant-college-accuse-radicalisat

    Brahim est surveillant dans un collège à Roubaix. Il a été signalé puis licencié pour radicalisation après un débat avec un professeur sur l’esclavage. Il souhaite porter plainte pour « licenciement abusif ». Source : StreetPress

    • « Ils m’ont fait comprendre que j’étais dans un état de victimisation et que j’étais un peu communautaire »

      Les minorités ne peuvent s’exprimer que pour signifier leur reconnaissance et leur servilité envers les bons blancs.

      Impression bizarre et inconfortable de constater que les gens simplets et malfaisants comme Darmanin se reproduisent à tous les niveaux de l’administration.

    • L’homme de 37 ans est connu dans son quartier pour son engagement en tant que militant syndical et ses différentes actions associatives.

      tu m’étonnes qu’il se fasse virer pas son employeur :-p

      [Brahim] n’est pas d’accord avec l’utilisation du terme « captif » et suggère au prof’ le mot « esclave ». « Je lui ai dit qu’à partir du moment où l’esclave est capturé pour être un esclave, c’est un esclave. Et je lui ai cité le décret Colbert de 1685 et l’article 44 du Code Noir, qui stipule bien que quand un Africain naît, il naît esclave. » Le professeur, lui, affirme son désaccord. L’échange, qui ne dure pas plus de quelques minutes, se serait déroulé dans le calme selon Brahim. Mais dans l’après-midi, le professeur d’histoire interpelle Brahim dans les couloirs d’un ton colérique et lui aurait crié :

      « Tu te prends pour qui ? T’es pas historien, t’es rien. Moi je suis historien, tu connais rien au sujet. Tu remets en cause l’Éducation nationale. Et en plus tu parles devant un élève. »

      c’est le prof qui le plante ! ce prof devrait se prendre un blâme, une fessée en public devant les élèves, et présenter des excuses. En plus de la plainte pour licenciement abusif, ptet Brahim peut aussi attaquer le prof pour insulte en public, diffamation, voire outrage à agent.

      #décolonisation (c’est pas gagné) #haine_de_classe

    • Depuis que ma fille a EMC (Éducation Morale & Civique), elle a eu en gros un sujet : la laïcité.

      Version 2004.

      Elle a réussi à chopper un DM (Devoir à la Maison) en EMC cette année : vous ne devinerez jamais le sujet…

      En gros, tous les ans depuis qu’elle est au bahut, on lui explique que dans notre pays, les musulmans doivent raser les murs…

    • Je le raconte à nouveau. L’autre fois, c’est Xavier Bertrand (LR) qui déblatère « il faut inscrire la laïcité dans la Constitution ». C’était la semaine où j’aidais mon gamin sur un devoir d’EMC, sur la Constitution, où tu lis noir sur blanc le premier article, et la mention de la laïcité. Ce gars, XB, a la prétention de devenir le prochain Président de la République, et il peut déblatérer des âneries de ce genre, sans être contredit par les journalistes et sans perdre instantanément toute crédibilité.

      Ces gens qui prétendent nous gouverner sont des crétins incultes et malfaisants.

    • On a aussi ici un exemple flagrant de privilège blanc.

      Si Marc, né de la bonne couleur, placé dans la même situation que Brahim, avait eu exactement la même conversation sur l’esclavage et le code noir, la situation serait rigoureusement différente, puisqu’il ne serait venu à rigoureusement personne l’idée de lui reprocher de se « victimiser » ou de se « radicaliser ». Tout au plus d’avoir contredit un prof, et cela devant un élève (ce qui dans tous les cas constitue un crime grave).

    • Bref. Jusqu’en 2018, #Rachel_Khan était noire. Elle le revendiquait. Depuis, elle semble ne plus vouloir l’être. Ou pour être précis, elle ne veut plus entendre parler de sa couleur de peau. Un non sujet pour elle dorénavant. Que s’est-il passé ? Comment peut-on, en février 2019, éprouver « l’honneur d’être cette maîtresse de cérémonie » où est présente Assa Traoré et, en mars 2021, se retrouver sous les louanges de Valeurs actuelles : « L’écrivain Rachel Khan juge que le “combat” d’Assa Traoré est une “forme d’opportunisme dérangeant” » ? Comment peut-on écrire en mars 2018 « Noires, nous sommes les femmes invisibles du cinéma français » puis donner une interview en mars 2021 au Figaro pour dire : « Le discours victimaire des pseudo-antiracistes m’est insupportable » ?

      Mais cette nouvelle Rachel Khan ne parvient pas à faire oublier en totalité l’ancienne. Elle est toujours là. Ainsi, elle peut rejeter le débat sur la racialisation tout en ne parlant que de cela : de race, des origines de ses parents. Rachel Khan le dit elle-même : elle a plein de races en elle.

      Rachel Khan, #prototype_intersectionnel

      Au-delà de ses mots, des idées qu’elle peut défendre, il y a autre chose chez Rachel Khan qui plaît beaucoup à ces Jean Moulin des internets : son attitude. Ils voient en elle une femme un peu naïve, emplie de bonne volonté, fervente croyante des dogmes républicains… Du sexisme teinté de racisme. Même Pascal Praud l’adoube. Une non-blanche qui ne challenge pas la blanchité de ces messieurs, ils en rêvaient, elle l’a fait.

      Sur le féminisme aussi, elle a vrillé. De la dénonciation du harcèlement en ligne, du journal Causette, elle devient défenseure de personnalités telles que Raphaël Enthoven, qui excelle en la matière – Rachel Khan reprend même son vocabulaire, quand elle qualifie Rokhaya Diallo de « rentière » de l’antiracisme. Il faut constater que Rachel Khan n’est plus, non plus, une femme. Elle en refuse l’assignation de la même façon qu’elle n’est plus noire. Elle est l’intersectionnalité à l’envers. Imaginez donc Rachel Khan participant à un événement organisé par Lallab, une asso féministe et musulmane, qui défend les femmes voilées, qui use de la non-mixité… l’enfer sur Terre pour ses amis d’aujourd’hui qui l’aurait crucifiée avant-hier !

      Finalement, Rachel Khan n’est rien d’autre qu’un #produit_culturel. À la mode. Début 2020, elle est nommée codirectrice de La Place, centre culturel consacré au hip-hop à Paris. Dans une lettre ouverte, plusieurs activistes et professionnels du hip-hop réagissent : « Depuis bientôt une semaine, Rachel Khan fait le tour des médias pour promouvoir son livre "Racée". Dans ses entretiens aux médias et sur ses réseaux sociaux elle tient des propos qui selon nous vont à l’encontre des valeurs d’inclusivité, de partage et de vivre ensemble que la culture Hip Hop a toujours prôné. Au sein de la culture Hip Hop ces termes signifient le refus de toute forme de discrimination, de rejet de la différence, le refus des dogmes, la prise en compte de l’autre tel qu’il est et non tel qu’on voudrait qu’il soit, de rencontres par et à travers nos différences et l’acceptation des parcours et construction de chacun, dans ce contexte, les attaques contre les activistes antiracistes sont intolérables pour un personnage publique représentant la culture Hip Hop. Rachel Khan bafoue les valeurs d’une culture qui nous est chère avec des propos clivants, validés par la frange la plus réactionnaire des médias français. »

      En ce début d’année 2021, Rachel Khan a été nommée à la tête de la commission Sport de la Licra. Quelques semaines plus tard, Manuel Valls succède à Simone Veil au comité d’honneur de cette même Licra. Il n’y a pas de mots assez fort pour exprimer ce que ces deux symboles représentent en terme de dévoiement du combat contre le racisme.

      Récemment, cette ligue « internationale » contre le « racisme » et l’« antisémitisme » a publié une fausse Une du Time, où Rachel Khan serait à l’honneur en tant qu’« antiraciste de l’année ». En décembre 2020, sur sa page Facebook, Rachel Khan en diffusait une autre, représentant exactement la même chose. Or, la seule personnalité antiraciste française que le Time ait consacrée, c’est Assa Traoré. Que faut-il en comprendre ? Que cette petite communauté se rêve un monde. Un monde où ils seraient, tous, bel et bien antiracistes. Mais ce n’est qu’un songe. Dans la vraie vie, Manuel Valls manifeste aux côtés des franquistes et Rachel Khan, dans un désir de réconciliation – de quoi, entre qui ? – s’affiche volontiers avec le très droitier Mathieu Bock-Côté, « rires au soleil ».

      Toute incohérence politique, elle, serait purement fortuite.

      #retournage_de_veste #créneau_marketing

  • Le CAC40 s’apprête à verser 51 milliards d’euros à ses actionnaires malgré la poursuite de la pandémie - Basta !
    https://www.bastamag.net/CAC40-dividendes-51-milliards-actionnaires-AlloBercy-aides-publiques-aux-e

    Gros actionnaires et fonds d’investissement vont bénéficier d’un dividende record, en pleine pandémie. L’Observatoire des multinationales lance la campagne “Allô Bercy ?” pour que les aides publiques aux entreprises soient enfin soumises à condition.

    https://vimeo.com/538664146

    #Allô_Bercy ? #un_pognon_de_dingue_pour_les_dingues

  • La #naturalisation comme #dépolitisation de la pandémie - Perspectives Printanières, par @twoinou_
    https://perspectives-printanieres.info/index.php/2021/04/27/catastrophisme-pandemique

    Un premier principe d’une approche sanitaire raisonnée de la #pandémie réside dans la possibilité de reconnaître que l’expertise du conseil scientifique – et plus généralement du corps scientifique spécialisé (qui n’inclut pas que les médecins et épidémiologistes) – est vitale. Cette reconnaissance n’est pas possible en régime catastrophiste, car le virus est considéré comme inévitablement meurtrier, délégitimant le fait de tout faire pour sauver des vies. Le #catastrophisme pandémique est ainsi #criminel car il alimente l’idée que l’« empirisme zéro » invalide toutes les conclusions scientifiques immédiates en matière infectiologique ou épidémiologique62.
    Second principe : la raison sanitaire n’ancre pas dans la population l’idée d’une mise en balance des générations : les vulnérabilités de chacun·e à l’instant T sont reconnues et appréhendées. L’attention est ainsi portée sur la position sociale des personnes (genre, race, classe mais aussi handicap), plutôt que sur leur seul âge. Ce principe n’est d’ailleurs pas valable qu’en temps de pandémie, puisque la #vulnérabilité est une condition continue et non événementielle – dans cette optique, l’auteur de ces lignes vous invite à signer la pétition en cours pour la déconjugalisation de l’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH).
    Un troisième principe de raison sanitaire pour gérer la pandémie réside dans la maximisation des capacités hospitalières : celle-ci permet de faire disparaître le tri qu’est obligé de pratiquer le personnel médical lorsqu’il manque de lits. Maximiser les capacités des services de #santé permet aussi d’en réduire la surcharge, dont le poids des dispositifs managériaux sur le traitement des patients – la résorption de la nécessité managériale ne permet toutefois pas d’affirmer que les biais racistes du corps médical se réduiront, car ceux-ci ne résultent pas (ou pas seulement) d’une telle gestion des capacités de soin. Plus généralement, une raison sanitaire primant sur le nouveau #managérialisme hospitalier redonnerait aux services de santé leur destination publique essentielle.
    Le déploiement de moyens exceptionnels permettant d’anticiper la catastrophe constitue un quatrième principe63 de l’idée de raison sanitaire. L’ouverture des brevets vaccinaux pour les produire en masse, sans dépendre du bon vouloir de groupes industriels mettant en balance leurs intérêts économiques et la santé des populations64. Déployer de tels moyens exceptionnels face à la catastrophe, c’est refuser la stratégie catastrophiste d’attente et de réaction face aux impacts variés de la pandémie.

  • « Je trouve qu’on a une idée super industrielle des sites personnels.

    On a en tête de performer en audience, on veut avoir une ligne éditoriale et une cadence de publication défini…

    Cette façon de penser s’est petit à petit installée comme une norme.

    À tel point que l’on voit des personnes qui bloggent par pur hobby abandonner, parce qu’elles n’ont pas assez d’audience ou qu’elles n’arrivent pas à publier régulièrement.

    Et c’est dommage, parce que cette façon de penser on l’a hérité du web commercial et industriel. »

    https://serveur410.com/ton-coin-de-web-tattends

    Un éloge du site Web perso. Plein d’idées personnelles avec lesquelles vous ne serez pas forcément d’accord mais ce n’est pas grave, c’est le but.

  • Décroissance ou barbarie
    http://blog.ecologie-politique.eu/post/Decroissance-ou-barbarie

    À quoi donc ressemble la une du mensuel pour produire un tel effet ? « Indigénistes, décolonialistes, racialistes… » « Basta ! », dit la pancarte d’un personnage représentant la Terre. Est-ce Minute, Valeurs actuelles, L’Express ou Marianne ? Non, c’est le « journal de la joie de vivre » qui tente un élargissement de sa cible à la fachosphère, rejoignant dans le concert national(iste) une extrême droite jadis isolée mais désormais rejointe par les plus grands esprits du pays, de la gauche républicaine à la droite la plus moisie

    #La_Décroissance #racisme #facho #nationalisme #extrême-droite #Aude_Vidal

    • sachant que ça évite d’augmenter le CSS produit avec des lignes de préfixes (fichier plus léger bien sûr contrebalancé par le JS ajouté sauf que point suivant :), tout en marchant aussi pour les CSS que tu ne controles pas (plugins de ton CMS etc), et il ne se lance et ne travaille que sur les navs qui en ont besoin uniquement (les autres récents n’ont pas besoin de préfixes dans la CSS, et le JS ne fait rien pour eux)

      c’est possiblement bien de ne même pas les générer dans gulp du coup

  • ARESKI - Un Beau Matin / SouffleContinu Records
    https://www.soufflecontinurecords.com/product/areski-un-beau-matin-ffl043cd-pre-order

    Only those who read all the credits on record liner notes will know the full details: Areski is of course Brigitte Fontaine’s partner in life, but also her creative alter ego, and the composer of the music of most of her songs. Even though it was his wife Brigitte and not him who wrote the lyrics, Areski is a poet in his own right. Furthermore, he is polyvalent: composing, arranging, singing, improvising, playing every possible instrument and even acting! Areski, to sum up, is the perfect mix of the tradition of Munir Bashir with the European “sophistication” of someone like Jean-Claude Vannier, one foot permanently in Versailles (where he was born) and the maghreb. Areski, is left bank French songs without the stylistic effects, revised and updated through contact with arab-andalusian music. He is a Living Theatre style happening with a dose of cosmic free jazz; surrealist poetry viewed through the prism of Kabyle culture… All that and a lot more!

    https://soufflecontinurecords.bandcamp.com/album/un-beau-matin

    • Une descente en règle du dernier Nick Cave « Carnage » sans les mauvaises graines mais avec Warren Ellis.
      par Bester, PDG, avocat et assistant social à #Gonzaï.
      https://gonzai.com/le-nouvel-album-de-nick-est-un-carnage-et-pas-un-bon

      A vrai dire, on ne sait pas trop ce que les deux ont foutu pendant tout ces longs mois de confinement. Des parties de Jenga endiablées, du macramé en maison de retraite… peut-être ont-ils tout simplement bu trop de thé parfum monotonie ? Le fait est que « Carnage » est un disque en trompe l’œil qui porte terriblement mal son nom. #Nick_Cave aurait annoncé la sortie d’un film intitulé Wild karatekas doing death et tout cramé avec un trailer montrant des grabataires en train de jouer à la pétanque au ralenti qu’on ne serait pas tombé de plus haut.

  • Google pousse le bouchon de plus en plus trop loin avec Chrome - Opting your Website out of Google’s FLoC Network - Paramdeo Singh
    https://paramdeo.com/blog/opting-your-website-out-of-googles-floc-network

    En gros, Google déporte son traçage publicitaire DANS Chrome avec la complicité des serveurs de sites web... Bien sûr il est urgent que les humains qui comprennent la vie privée cessent d’utiliser Chrome...

    The primary way an end-user can avoid being FLoC’d is to simply not use Chrome, and instead choose a privacy-respecting browser such as Mozilla Firefox .

    But website owners can also ensure that their web servers are not participating in this massive network by opting-out of FLoC.

    To do so, the following custom HTTP response header needs to be added:

    Permissions-Policy: interest-cohort=()

    Mais du coup, intervention d’utilité publique à faire sur nos serveurs... En attendant que cette boite cesse ses pratiques de monopoliste gagnant, ou qu’on la force à le faire...

    Via l’indispensable @sebsauvage

  • Que sait-on de la chanson « Danser encore », devenue hymne contre les restrictions sanitaires ?
    par Anaïs Condomines et Vincent Coquaz | Libération
    https://www.liberation.fr/checknews/que-sait-on-de-la-chanson-danser-encore-hymne-contre-les-restrictions-san

    Plusieurs rassemblements pour la réouverture des lieux culturels et contre le confinement ont été organisés au son de « Danser encore ». Un succès qui étonne jusqu’à ses auteurs, le groupe HK & les Saltimbanks, déjà derrière le célèbre « On lâche rien ».

    Au milieu des voyageurs dans le hall, quelques notes de trombone résonnent, bientôt rejointes par plusieurs chanteurs et danseurs éparpillés dans la foule. Ce jeudi 8 avril, gare de l’Est à Paris, une cinquantaine de personnes s’adonnent à un flashmob, comme on en a vu tant. Sauf que celui-ci se tient en pleine pandémie et entend justement dénoncer les restrictions sanitaires en cours. La plupart des participants ne portent d’ailleurs pas de masque et ne respectent pas les mesures de distanciation.
    https://www.youtube.com/watch?v=GN5B27zT29Y

    La chanson Danser encore – c’est son titre – dénonce les mesures prises par le gouvernement et prône la désobéissance civile : « Et quand le soir à la télé, monsieur le bon roi a parlé, venu annoncer la sentence, nous faisons preuve d’irrévérence mais toujours avec élégance », peut-on ainsi entendre. « Auto-métro-boulot-conso, auto-attestation qu’on signe, absurdité sur ordonnance, et malheur à celui qui pense, et malheur à celui qui danse », poursuivent les paroles, qui évoquent la « résistance » et épinglent des « mesures autoritaires » : « Chaque relent sécuritaire voit s’envoler notre confiance, ils font preuve de tant d’insistance pour confiner notre conscience. »

    Cette chanson ne date pas du 8 avril. D’ailleurs, elle n’a pas uniquement été entonnée dans le hall de la gare de l’Est. En fait, on la retrouve à de très nombreuses reprises ces derniers mois, lors d’autres flashmobs ou regroupements en extérieur. Le 4 mars, la même scène avait déjà lieu cette fois-ci à la gare du Nord. Ainsi qu’à Marseille, fin février, puis en mars à Lille, à La Rochelle et au Jardin des plantes à Paris. Et en avril à La Chapelle-en-Vercors ou encore dans l’Yonne, où les chanteurs se sont vêtus à la mode médiévale et ont dansé dans la forêt d’Avallon. Le titre dépasse même les frontières puisqu’on en retrouve la trace à Zurich début avril, et à Bruxelles, le 10 avril.

    Ces reprises font l’objet de vidéos, partagées sur les réseaux sociaux, qui rencontrent un franc succès, principalement sur YouTube et sur Facebook, où certaines comptent quelques centaines de milliers de partages et plusieurs millions de vues. Les commentaires sont généralement élogieux : « Mamie de 72 ans, il est 1h30 du matin je m’éclate, peut-on lire sous une vidéo sur les flashmobs. Je vis seule depuis un moment, j’aime la danse pour l’avoir pratiqué longtemps. […] J’en ai pleuré de bonheur de voir tous ces gens ensemble heureux. » Certains dénoncent toutefois « l’irresponsabilité » des personnes qui participent sans masque ni distanciation physique à ces événements.

    Il est difficile de remonter la piste d’un seul organisateur, les différents événements semblant relever d’initiatives locales. Lors des deux flashmobs organisés dans les gares parisiennes, on peut toutefois reconnaître l’un des principaux chanteurs, ce qui suggère une coordination en équipe et en amont. « J’ai reconnu des visages de gilets jaunes mais il y avait des personnes opposées au masque, des intermittents du spectacle. Bref, un drôle de mélange », analyse un vidéaste de la chaîne Media investigation, présent au rassemblement gare de l’Est et interrogé par le Parisien. « Les gens présents étaient plus de gauche », avancent plusieurs participantes. « Je l’ai appris par le bouche-à-oreille. C’était plutôt le ras-le-bol qui nous rassemblait que l’opposition au masque, qui n’est toutefois pas pratique pour chanter », raconte l’une d’elles au quotidien.

    « Cris de colère »

    Leur principal point commun est donc le titre interprété, Danser encore. Derrière cette chanson devenue hymne, une institution de la musique populaire : HK & les Saltimbanks, formé par le chanteur roubaisien Kaddour Hadadi. Leur On lâche rien est scandé dans les manifestations depuis plus de dix ans, des défilés syndicaux aux gilets jaunes. En 2012, leur morceau rythmait même la campagne du NPA et du Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon.

    Danser encore pourrait bien connaître un destin comparable : posté en décembre, le clip officiel comptabilise déjà plus de quatre millions de vues cumulées sur YouTube et Facebook. Sans compter celles de toutes les reprises et détournements. Le morceau a par ailleurs été mis à disposition gratuitement sur le site du groupe.

    « Pour l’instant, sur les chiffres et sur les reprises, Danser encore c’est dix fois plus important qu’On Lâche rien… estime même Kaddour Hadadi. Ce qui est impressionnant avec cette chanson, c’est qu’elle déborde du cadre syndical, du cadre militant. J’ai des gens qui m’écrivent pour me dire “C’est ma mère qui m’a envoyé ta vidéo !” Il y a des reprises dans de tout petits villages, c’est génial. »

    « Les deux morceaux ont un point commun : c’est des cris de colère, qui sont sortis d’un coup, en un seul jet, raconte le chanteur. Des fois, on bosse sur une chanson pendant une semaine, un mois. Là non. Danser encore, elle est née pendant le deuxième confinement, avec ce débat autour d’essentiel et non-essentiel. On avait un spectacle qu’on ne pouvait pas jouer, on ne pouvait pas faire notre métier alors qu’on juge que les artistes sont essentiels. Et ce morceau, c’était un exutoire. Dans la foulée, on a fait une vidéo, qui était toute buguée. On a balancé ça sans aucune prétention. Mais malgré ça, elle a tout de suite fait un million de vues, donc on a compris qu’il se passait un truc. »

    « Etat d’urgence culturel et social »

    Lors de ses actions publiques, le groupe milite pour la réouverture des lieux culturels en jouant le morceau devant des théâtres occupés par exemple. Ils évoquent ainsi un « état d’urgence culturel et social » : « Vous nous verrez sans doute dans les prochaines semaines continuer à chanter et à danser dans les rues ou sur les places publiques, peut-on lire sur leur page Facebook. Certain·es pourront considérer cela comme de la désobéissance, mais l’idée pour nous est avant tout d’être fidèles à notre nature profonde : nous sommes des saltimbanques, c’est ce que nous aimons faire, ce que nous savons faire, ce que nous pensons être essentiel. […] Evidemment, lors de chacun de nos bals de rues, nous demandons aux gens de prendre soin d’eux, de leurs voisin·es en respectant les règles élémentaires et de bon sens ; chacun·e se montrant ensuite responsable pour soi-même. »

    Fin mars, HK & les Saltimbanks a relayé un clip réalisé « par le collectif Inter hôpitaux de Rennes en collaboration avec le syndicat CGT du CHU de Nice » d’une version qui s’intitule Soigner encore et qui appelle à « sauver l’hôpital public français ». On y voit plusieurs personnalités, comme l’actrice Corinne Masiero ou les humoristes Guillaume Meurice et Pierre-Emmanuel Barré. Plus récemment, le groupe s’est aussi dit « solidaire avec les restaurateurs et toutes les professions qui veulent qu’on les laisse travailler ».

    HK a également relayé des événements de la coordination Santé Libre. Celle-ci prétend représenter 30 000 médecins (tout en refusant de s’expliquer sur ce chiffre) et est à l’origine d’un protocole de « traitement précoce » du Covid-19 qui repose sur des bases scientifiques hasardeuses, dénoncé par les syndicats de médecins. Inversement, la coordination Santé libre publie sur son site plusieurs vidéos montrant des gens faire une séance de sport, en extérieur, sur la chanson Danser encore, à Sarlat (Dordogne). La gynécologue Violaine Guérin (collectif Laissons les médecins prescrire, coordination Santé libre), qui apparaît dans le documentaire Hold-Up, est présente et mène la séance d’étirements. Le nom de cette action (où les participants respectent la distanciation physique) ? « Sport sur ordonnance ».

    « J’y vois d’abord des performances artistiques »

    « J’assume ce que je fais, pas ce que font les autres. Quand ils m’ont contacté, j’ai trouvé l’initiative “sport sur ordonnance” géniale, se souvient Kaddour Hadadi. C’était à un moment où on ne savait même pas s’il fallait ou si on avait le droit de sortir. Et j’ai vu des moments simples et partagés. Après je suis pas médecin, et j’ai pas signé une alliance politique ou scientifique avec eux ! Il faut aussi comprendre que quand il y a des mesures autoritaires, prises par un président épidémiologiste, et plus de débat sur rien, avec des contradictions et des reniements, la confiance s’évapore. Donc il y a des discours alternatifs qui émergent. La source de tout ça, c’est le manque de débat et de démocratie. »

    « Personnellement quand je vois les reprises, j’y vois d’abord des performances artistiques, et je trouve ça formidable. J’imagine que d’autres personnes, avec d’autres points de vue, voient autre chose », poursuit le chanteur. « J’ai même vu que des gens essayaient de nous rapprocher de l’extrême droite. Heureusement, nous, on a notre parcours, et tout le monde sait qu’on est des artistes engagés et ancrés à gauche. »

    Pour éviter toute récupération malveillante de sa chanson, HK & les Saltimbanks a fixé « trois conditions », comme un « socle de valeurs communes minimales pour pouvoir danser ensemble » : « Les valeurs antiracistes, la non-violence et pas d’utilisation par les partis politiques. » Contrairement à 2012, le nouvel hymne de HK & les Saltimbanks ne pourra donc pas rythmer les meetings de la prochaine présidentielle.

    • Depuis plusieurs semaines je vois un engoument pour cette chanson et les flashmobs que HK incite à faire un peu partout, et j’ai un très gros problème avec ça. Pas exactement avec la chanson en elle-même et encore moins avec l’envie de légèreté des gens mais avec ce qu’en fait l’auteur et ce qu’elle devient, à savoir l’hymne des anti-masques, et ce n’est pas pour rien. Libération a fait cet article de fact-checking ci-dessus, mais je le trouve un peu court : sur la page Facebook de HK beaucoup de commentaires qui pointent le probleme de risque sanitaire, l’absence de masques, etc. sont retirés ou invisibilisés. Les appels pour les flashmobs ( https://www.facebook.com/hksaltimbanks/posts/10158538038784398 & https://www.facebook.com/hksaltimbanks/posts/10158521534479398 ) conseillent « de ne rien faire qui pourrait vous valoir un P.V » ce qui n’a rien à voir avec une précaution pour la santé et il met en avant des vidéos qui lui sont envoyées de rassemblements sans masques. Pire ce matin je suis tombée sur une vidéo de gens qui ont fait des « happenigs » dans les rames de metro en se mettant ostensiblement sans masque à chanter face aux voyageurs masqués... Elle a été retirée depuis ( https://twitter.com/ValKphotos/status/1386225183334277121 )
      Et là où j’arrive vraiment vraiment à saturation c’est que cet appel à « danser encore » me parvient de partout, même de proches politisés qui savent les réels risques du covid (ou du moins je le croyais) et même de personnes qui bossent dans la santé.
      J’ai essayé plusieurs fois de m’exprimer sur le sujet ( https://twitter.com/ValKphotos/status/1384921635615084549 ou https://twitter.com/ValKphotos/status/1384775023601360898 ou plus longuement ici https://twitter.com/ValKphotos/status/1381207878321778689 ) mais évidemment à mon petit niveau ça change rien. Sauf que autant je n’irai pas faire chier des mouvements spontanés, autant là on est sur une construction et un discours politiques hyper confusionnistes qui font passer la liberté pour un besoin de joie immédiate et la joie pour un acte de subversivité suprême et merde, ça va pas du tout.
      Au moment où la gauche, celle que j’ai en idéal, devrait se rassembler pour faire de l’éduc pop à fond sur l’aérosolisation et la prévention, distribuer des masques, exiguer des filtres hepa et des FFP2, mettre en place des réseaux de solidarité, voire, amha, œuvrer pour une grève générale qui mettrait à l’abri les plus fragiles et forceraient les plus riches à rendre le fric qu’ils se font sur notre dos, bah non, je vois bien que les revendications qui prennent le dessus sont pour « ré-ouvrir », « avoir le droit de travailler », « avoir le droit de respirer librement ». Pour la plus grande joie du patronat et de son gouvernement idéal... Parce que c’est clairement pas avec ces gentilles danses que les lois liberticides et les réformes économiques vont être retirées...
      Et on est plein a regarder tout ça en se demandant quand est-ce qu’on va enfin pouvoir se déconfiner... et dans quel monde ?

    • Malheureusement, j’ai l’impression que le « laissez nous faire ce qu’on veut » est devenu le véritable horizon politique (illusoire) de beaucoup de personnes se disant vaguement « de gauche » (en fait, des libertariens, et plus ou moins proto-fascistes en s’affirmant de plus en plus comme validistes). Des années de dépolitisation, des années aussi de recul de la culture scientifique au sein de la gauche et des milieux militants en général, plus qu’un recul même, un rejet des connaissances scientifiques et une emprise grandissante des « sciences » et médecines alternatives (avec l’anthroposophie très souvent à la manœuvre en arrière plan) et voilà où on en est. Les discours autour de moi c’est « il n’y a qu’à augmenter le nombre de lits en réa » (ça c’est pour le côté « de gauche », un peu bourgeois quand même, comme s’il fallait embaucher du personnel d’entretien supplémentaire pour pouvoir un peu plus saloper) et « comment contourner les règles sanitaires et faire ce que je veux ? » (ça c’est le côté de droite, bon certes, beaucoup de règles sont contestables...), sans jamais se poser de questions sur le contexte sanitaire, la réalité du virus et ses impacts. Les Jean Moulin du masque sont maintenant de plus en plus nombreux et ils chantent dans les gares, sûrs d’eux et bientôt applaudis par le Medef.

    • La pandémie est devenue une question de foi . Et c’est un énorme problème  : on ne peut pas réellement argumenter ou discuter avec quelqu’un qui parle de foi . Ce n’est pas le terrain de la science ou de l’éducation.

      Et on est dirigé par des gens qui font des paris, ce qui n’a aussi rigoureusement rien à voir avec la santé publique.

      Donc, les gens ne croient plus en la maladie, ils préfèrent les gourous et les charlatans.

  • Retour sur le succès de Game of Thrones et sur son invisibilisation des classes populaires au profit des luttes entre puissants :

    « Comment se fait-il que cette série qui ait captivé l’attention de millions d’êtres, au point que, chaque semaine, la diffusion d’un épisode devenait un rituel collectif, où l’on s’installait confortablement avec sa famille ou ses amis devant un ordi, une télé, dehors, dedans, a la maison, au boulot, dans un pub, pour visionner ce que les scénaristes avaient concocté, soit désormais complètement passée de mode ? Nous nous attèlerons donc à chroniquer un effondrement très discret, à rebours du rythme à tambour battant imposé par les showrunners. En bons suzerains, ils avaient réussi à capter l’attention d’un public inféodé, en le faisant naviguer entre un état d’anxiété addictif et le confort de l’itération »

    https://lespetitssoirs.fr/2020/12/16/game-of-thrones-une-saga-qui-fait-ployer-le-genou

    #gameofthrones #hbo #classespopulaires #série

    • Le monde rêvé des Hobbits
      https://www.monde-diplomatique.fr/2020/06/PIEILLER/61885

      Du catholicisme à William Morris, les influences de J. R. R. Tolkien

      Vendue à 150 millions d’exemplaires, « Le Seigneur des anneaux » est une œuvre qui, au fil des décennies, loin de se démoder, a été saluée de plus en plus largement. Elle semble avoir rencontré, voire nourri, un imaginaire collectif toujours plus partagé. Or le système de valeurs et la conception de la société de la Comté déploient une morale politique dont le charme archaïque n’est pas sans ambiguïté...

      Mais, avec une puissance inventive, joueuse, qui permet d’éviter toute allégorie directe, Tolkien déploie en même temps ce qui peut apparaître comme son monde raisonnablement idéal, celui du peuple du meneur de la quête, les Hobbits — les « petites gens » ou semi-hommes —, une variété humaine modeste, joyeuse, qui n’a pour ainsi dire aucun gouvernement, respecte spontanément les règles anciennes, inchangées, se passe pour l’essentiel de forces de l’ordre, sinon aux frontières. Des personnages qui seront plus ou moins copiés ensuite par la fantasy. Ce monde-là, très « médiévalisant », accepte la magie, mais ignore l’idée même de progrès, de technologie, de sens de l’histoire. Au plus loin des « sombres forges » qui caractérisent l’empire du Mal, artisans et paysans vivent heureux, doués pour les bons repas et les beaux récits, rejetant « ceusses » qui sont « toujours à compter, à mesurer ». D’ailleurs, le héros véritable du récit est un jardinier…

      Ce modèle de société, autoprotégée, mesurée, enracinée dans sa mémoire et dans sa Terre mère, féodale mais sans féaux, soucieuse uniquement des menus plaisirs de la vie, mais attentive à tout ce qui verdit et porte fruit, a été salué par les contestataires des années 1960, et à l’opposé par le Mouvement social italien (MSI) néofasciste, qui organisait entre 1977 et 1981 des « camps hobbits ». La trilogie est aujourd’hui chérie de nombreux lecteurs de sensibilité écologiste. Cette aspiration à un univers rétro-rural autarcique, méfiant à l’encontre de la technique, de la perte de contact avec les vérités de la nature, n’est probablement pas près de s’éteindre, à la suite de la crise sanitaire actuelle. Il serait bon de se rappeler alors que la Fraternité de l’Anneau, toute à son combat contre les puissances de mort, a rétabli un roi.

    • Oui, j’ai lu cet article, il est super. Je l’ai même cité à la fin du mien. Beaucoup à dire sur ce genre qui est tourné vers le passé, dans un geste éminemment conservateur. Mais Tolkien a le mérite de poser son regard sur les petites gens, les artisans et les paysans, contrairement à Martin, qui a réussi l’exploit dans ses romans sur un moyen âge dit réaliste de ne pas avoir un seul personnage principal issu des classes laborieuses. Il y a de la common decency chez les Hobbits de Tolkien avec toutes les problématiques que ça peut soulever !

  • De la simplicité à la complexité : un aller-retour
    https://www.socialter.fr/article/de-la-simplicite-a-la-complexite-un-aller-retour


    #transport #territoire

    J’aimerais également aborder pour exemple la façon dont nous menons notre vie quotidienne. Aujourd’hui, les denrées alimentaires sont principalement fournies par les supermarchés et les centres commerciaux et, dans un avenir proche, peut-être aussi par des services de livraison automatisés et par drones. De grands centres logistiques surgis du néant approvisionnent les filiales de grandes chaînes, la bière et les produits laitiers sont transportés par camion de l’extrême nord au sud de la république et vice versa, les produits régionaux sont diffusés par l’intermédiaire de la grande distribution et, de plus, ces paradis des consommateurs ne sont généralement accessibles qu’en voiture. Bien sûr, les produits doivent également être suremballés pour le transport, aucun effort n’est fait pour rendre les systèmes réutilisables pratiques et nous payons donc plusieurs fois pour ce genre de luxe et de gaspillage, entre autres au prix d’avoir des résidus de plastique réapparaissant dans les aliments, d’une terre de plus en plus polluée et bien sûr aussi de produits plus chers qu’à la traditionnelle épicerie du coin. On peut ici objecter à juste titre que le commerce de proximité doit également être approvisionné, mais cela aussi pourrait se faire via les tramways urbains et les véhicules électriques, et à une fraction des coûts actuellement engagés. Les centres commerciaux gigantesques, comparés aux commerces de proximité, loin d’être capables de réduire la production de CO2, sont une erreur de conception urbaine ! Ce système économique mondialisé et complexe a aussi montré ses limites pendant la crise sanitaire que nous vivons : les pénuries de masques et de respirateurs auraient pu être évitées si leur production était restée locale et facilement accessible.