• Une société urbaine, mais dans un grand pays rural ? N’est-ce pas le résumé d’un certain malaise des représentations qu’ont les contemporains des territoires qu’ils habitent, voire d’une bataille entre ceux qui se proposent de les représenter ? Tous urbains versus tous ruraux : laquelle de ces deux images est la bonne ? Les deux à la fois, mais alors qu’est-ce qui doit nous gouverner, et dans quel cadre admis par tous ?

      Voilà près de soixante ans que des géographes, des sociologues, des économistes, des démographes, et beaucoup d’autres analystes et experts avec eux, tentent d’expliquer que la société française, comme toutes les sociétés contemporaines, ne rentre plus dans les cases définies au cours du XIXe siècle et politiquement investies avec toute la vigueur que l’on sait : urbains versus ruraux, dos à dos, avec un parlement qui représente d’une part les populations (l’Assemblée nationale), d’autre part les territoires (le Sénat). Une opposition dont on peut mesurer toute l’étendue des dégâts sur la démocratie, jour après jour à l’occasion des élections américaines[2].

      Il y a de quoi douter de l’utilité des rappels qui suivent : de larges fractions des territoires et de leur population (environ les 2/5es des communes, un peu plus du tiers de la population de la France) ne sont plus ni tout à fait urbaines, ni tout à fait rurales, mais une sorte de mixte qu’on a pris l’habitude peu heureuse de qualifier de périurbaines depuis les années 1970. Il s’y combine (s’y hybride ?) des modes de vie urbain et des contextes campagnards, sinon à proprement parler ruraux. Par ailleurs, les Français ne se cantonnent plus à la ruralité, ou la grande ville, ou à tout autre lieu de leur naissance, mais habitent successivement villes et campagnes, au fil de trajectoires résidentielles plus ou moins choisies, selon les moyens, certes inégaux, de chacun. Ils ont, globalement, la chance de vivre dans un pays dont les écarts de densité vont de moins de 10 (nombreux cantons de montagne) à plus de 40 000 habitants au km2 (Paris 11e) et ils ne se privent pas de déployer, dès qu’ils le peuvent et tout au long de leur vie, une sorte de « stratégie de la densité ». Celle-ci consiste à rechercher l’environnement du quotidien qui correspond le mieux à leurs besoins et attentes, selon le moment de leur vie et les besoins du ménage. L’année des confinements l’a confirmé. Ce sont ces systèmes de territoires combinant l’urbain et le rural qu’il s’agit de gouverner.

      #territoire

  • Washington Post reporter moves from covering Israel to working for it | The Electronic Intifada
    https://electronicintifada.net/blogs/michael-f-brown/washington-post-reporter-moves-covering-israel-working-it

    Avant, correspondante pour le WPJ à Jérusalem. Après, conseillère de l’ambassadeur israélien aux Nations Unies. Le même travail en fait.

    One such recent move should have journalists grappling with their ethics: Washington Post Jerusalem correspondent to chief communications officer and adviser to Israel’s ambassador to the United Nations and incoming ambassador to the United States, Gilad Erdan.

    #médias #israël

  • Toi aussi tu peux sauver le capitalisme : fait toi vacciner. Ça ne sert plus à grand chose contre la pandémie, ça ne sert à rien du tout pour le climat, ça ne te rendra pas les libertés qu’on t’a supprimées, mais pense à tous ces actionnaires qui comptent sur toi !

    #Covid-19 : la #croissance mondiale va rebondir grâce aux #vaccins, estime l’#OCDE
    https://www.lefigaro.fr/conjoncture/covid-19-la-croissance-mondiale-va-rebondir-grace-aux-vaccins-estime-l-ocde

    • Dernièrement j’ai visionné Hold-Up, le fameux « documentaire complotiste » dont on parle dans les salons parisiens. Bon, il y a a boire et à manger là-dedans* mais ce que je trouve amusant c’est de lire dans le Figaro, qui plus est dans la rubrique économie, cette information qui confirme d’une certaine façon que cette pandémie fait les affaires de la finance mondiale.

      (*) La thèse « vaccin + nanoparticules + 5G » de la 2ème moitié du documentaire nuit à tout le reste de ce qui y est évoqué et avéré dans la première heure :mensonges et incompétence des gouvernements, dévastation du système hospitalier, atteinte aux libertés et mise en place d’un état policier, corruption de l’OMS et du Lancet, etc.

  • PAS VU PAS PRIS - Enquêtes - Disclose.ngo
    https://disclose.ngo/fr/investigations/pas-vu-pas-pris

    Le 2 décembre, ça fera 2 ans que la Police et le Ministère de l’Intérieur mentent éhontément pour couvrir une faute policière ayant entrainé la mort horrible de Zineb Redouane. C’est ce que démontre l’enquête de Disclose & Forensic parant, pourtant, des mêmes documents et rapports balistiques dont dispose la justice.

    Mort de Zineb Redouane, les preuves d’une bavure
    A l’aide de documents inédits et d’une modélisation 3D des événements, Disclose, en partenariat avec Forensic Architecture, a réalisé une contre-expertise des évènements qui ont coûté la vie à Zineb Redouane. Elle démontre la responsabilité de la police dans la mort de l’octogénaire, le 2 décembre 2018._
    https://disclose.ngo/fr/article/mort-de-zineb-redouane-les-preuves-dune-bavure

    Affaire Zineb Redouane, le symbole de l’impunité policière
    Depuis l’ouverture d’une enquête judiciaire en décembre 2018 suite à la mort de Zineb Redouane, le policier mis en cause n’a toujours pas été identifié. Révélations sur un sabotage.
    https://disclose.ngo/fr/article/affaire-zineb-redouane-symbole-de-limpunite-policiere

    #Zineb_Redouane #JusticePourZineb #violencespolicières

    • https://www.arabnews.fr/node/24486/monde-arabe

      article du 21/10

      Paris et Rome tardent à fournir les images satellites de l’explosion, rappelle Beyrouth

      Peu après l’explosion le président Michel Aoun n’avait pas exclu l’hypothèse d’une « action extérieure, avec un missile ou une bombe ». Il avait alors assuré avoir demandé au président français Emmanuel Macron des images satellites.

      Mardi, M. Diab a indiqué à des journalistes avoir lui aussi demandé au président français Emmanuel Macron des images satellites du port « avant, durant et après » l’explosion.

      Une requête similaire a été envoyée à l’Italie, selon le Premier ministre démissionnaire.

      « Ils devaient nous fournir » des images satellites, mais « cela ne s’est pas produit, je ne sais pas pourquoi », a ajouté M. Diab sans donner plus de détails.

      La France et l’Italie n’ont pas confirmé publiquement leur intention de fournir de telles images au Liban.

  • Rep. Tlaib accused of anti-Semitism for comments on Biden pick
    https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2020/11/tlaib-blinken-anti-semitism-israel-bds-secretary-state.html

    “So long as he doesn’t suppress my First Amendment right to speak out against Netanyahu’s racist and inhumane policies,” Tlaib tweeted. “The Palestinian people deserve equality and justice.”

    Tlaib, who is Palestinian-American, was accused of anti-Semitism for bringing up Israel immediately upon Blinken’s nomination because Blinken is Jewish. Several US Jewish groups and commentators alleged that Tlaib only brought Israel into the conversation because of Blinken’s background.

    Tlaib was specifically referring to recent controversy in the United States over the boycott, divestment and sanctions (BDS) movement, which supports a variety of boycotts against Israel over its treatment of Palestinians. Tlaib is a prominent supporter of the movement.

    #bds #israël #antisémisme (!)

  • Google Plans Fiber-Optic Network to Connect Via Saudi Arabia and Israel for First Time - WSJ
    https://www.wsj.com/articles/google-plans-fiber-optic-network-to-connect-via-saudi-arabia-and-israel-for-fir

    Google is laying the groundwork for a fiber-optic network that for the first time will connect through historical enemies Saudi Arabia and Israel while opening a new corridor for global internet traffic, according to people familiar with the plans.

    Le résumé en arabe ici : https://arabic.rt.com/world/1176876-%D8%BA%D9%88%D8%BA%D9%84-%D8%AA%D8%AE%D8%B7%D8%B7-%D9%84%D9%85%D8

    En quelques lignes, le profil du nouveau Moyen-Orient à l’heure de l’ultralibéralisme :
    – l’Egypte, voie de passage obligée pour l’heure, est mise hors-jeu par l’accord Israël/Arabie saoudite
    – Google et quelques autres compagnies privées se chargent de relier numériquement l’Europe occidentale et l’Inde

    #internet #réseau #nouveau_moyen-orient

  • https://newsletter.maqamat.org/t/r-886E92111222C6562540EF23F30FEDED

    Festival de #danse Bipod en live...

    LIVE STREAMING IN REAL TIME !

    25 November - 1 December 2020

    On Citerne.live

    Normal | Cie Alias, Geneva. citerne.live | 25 November, 7pm (CET)

    Azi Dahaka | Maha, Tehran citerne.live | 26 November, 7pm (CET)

    Press | Pierre Rigal, Toulouse citerne.live | 27 November, 7pm (CET)

    Manufacture Sérielle | La Maison de Crémant & Jochen Roller, Berlin | citerne.live | 28 November, 7pm (CET)

    Oecumene | Instituto Stocos, Madrid citerne.live | 29 November, 7pm (CET)

    Noctilūca | Yara Boustany, Beirut citerne.live | 30 November, 7pm (CET)

    Ouyunu II | Khansa, Beirut citerne.live | 1 December, 7pm (CET)

  • Cas de force majeure - L’histoire d’Emira | Le Club de Mediapart
    https://blogs.mediapart.fr/158568/blog/111120/cas-de-force-majeure-lhistoire-demira?userid=953a3918-1c89-4794-8cec

    À 10 ans, Emira s’est trouvée au centre d’un emballement délirant et traumatisant qui la marquera à vie. Certains cautionnent et applaudissent, comme si elle pouvait être pleinement responsable de propos maladroits. Son histoire symbolise les dérives sécuritaires qui nous conduisent lentement, à force d’acceptations successives de situations inacceptables, vers une société liberticide.

    • Le pays des « droits de l’homme » est devenu un état « de droite » ou plutôt d’extrême droite. Consternant. Quelle honte !

      Ce directeur d’école est quand même une belle pourriture : corréler le billet de menace anonyme avec les propos tenus par les quelques enfants de cette classe de CM2 et faire remonter l’incident à sa hiérarchie ...
      Quant à l’instit de cette classe, un vrai poucave : balancer à son dirlo les paroles bien innocentes de ces enfants ... Encore un enseignant qui croît à l’universalité des « valeurs républicaines » ? Le pauvre gars ! Mais bon. Ceci dit, voilà un bel exemple de ce que peut produire « l’école de la confiaaaance » et sa gestion « à la Blanquer » : un bon gros tas de merde !

    • Un dernier truc : l’assassinat d’un de leur collègue a produit un tel état de sidération chez les enseignants qu’ils sont prêts à se croire protégés par leur institution qui au demeurant n’a eu de cesse de les précariser moralement et financièrement depuis que l’ultra-libéralisme est aux manettes. On pourra dire que ce quinquennat a méthodiquement torpillé la société française. Déjà que le navire prenait l’eau et donnait méchamment de la gite. Franchement, j’en suis à me demander comment je pourrais bien faire pour renoncer à ma nationalité.

  • Très intéressante présentation de l’exposition de photo du moment à #Montpellier, consacrée à l’école de New York. (Évidemment, avec le confinement, ça a beau être drôlement bien et drôlement gratuit, c’est un peu rapé pour la visite…)

    Pavillon Populaire : THE NEW YORK SCHOOL SHOW. Les photographes de l’École de New York, 1935-1965
    https://www.youtube.com/watch?v=keV_8N64sJE

    Cet automne, le Pavillon Populaire consacre sa nouvelle exposition aux photographes de « L’École de New York ». Avec THE NEW YORK SCHOOL SHOW, il s’agit de présenter, pour la première fois en Europe, un projet spécifiquement consacré à ce mouvement considéré comme une véritable révolution visuelle.

    On a quand même eu le temps de la visiter avec les gamins juste une semaine avant le confinement. La grande a beaucoup aimé (elle aime bien faire des photos un peu expérimentales, alors ça lui a donné plein d’idées), les petits un peu moins. Mais « les gens rigolos » les ont fait rigoler, alors ça n’a pas été trop difficile.

  • بعد أزمة الرسوم المسيئة للنبي محمد : ماكرون يتحدث للمرة الأولى إلى العالم الإسلامي (فيديو) | الجزيرة مباشر
    http://mubasher.aljazeera.net/news/%D8%A8%D8%B9%D8%AF-%D8%A3%D8%B2%D9%85%D8%A9-%D8%A7%D9%84%D8%B1%D

    Curieusement, cette photo où Manu n’est pas à son avantage ne se trouve que dans la presse arabe !

    #clichés_arabes

  • Loi de programmation de la recherche : nuit noire sur le Sénat
    https://academia.hypotheses.org/27401

    Les six premiers articles de la loi de programmation de la recherche ont été adoptés hier par le Sénat. En une soirée – une seule soirée ! –, les sénateurs et les sénatrices auront délibéré sur l’ensemble de la programmation budgétaire (articles 1 et 2), les chaires de professeurs junior (article 3), les contrats doctoraux de droit privé (article 4), les contrats post-doctoraux (article 5) et les CDI de mission (article 6). Les débats se poursuivront ce matin à partir de 10h30 ; mais, sans attendre, nous pouvons dresser un bilan d’étape, car ce qui se passe est bien au-delà de nos pires craintes. Il suffit de parcourir la version de la loi faisant apparaître les modifications du Sénat pour s’en convaincre : non seulement le Sénat n’a pas corrigé tel ou tel point de la loi de programmation de la recherche (...)

  • Jean-François Bayart : « Que le terme plaise ou non, il y a bien une islamophobie d’Etat en France »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/10/31/jean-francois-bayart-que-le-terme-plaise-ou-non-il-y-a-bien-une-islamophobie

    Tribune. Au lendemain des attentats de 2015, j’avais publié un petit essai, Les Fondamentalistes de l’identité (Karthala, 2016), dans lequel j’exprimais ma crainte de voir la France prise en otage par l’inimitié complémentaire entre salafistes et laïcards. Nous y voilà. L’effroi, le dégoût et la colère qu’inspirent l’assassinat de Samuel Paty et l’attentat de Nice offrent un effet d’aubaine aux idéologues qui s’arrogent le monopole de l’indignation et de la définition de la République. La dénonciation de « l’islamo-gauchisme » trahit un manque de securitas, cette tranquillité d’esprit que les stoïciens revendiquaient face au danger, et qui est l’antipode de la panique sécuritaire.

    Que le terme plaise ou non, il y a bien une islamophobie d’Etat en France, dès lors qu’un ministre de l’intérieur déclare, à propos des « Auvergnats » bien sûr, que « quand il y en a un, ça va », et que « c’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes » [phrase prononcée par Brice Hortefeux en 2009], au cours d’un quinquennat qui institue un ministère de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale.

    Il y a bien une islamophobie d’Etat lorsque sa police pratique une discrimination certes illégale, mais systémique, à l’encontre d’une partie de la jeunesse assignée à ses origines supposées musulmanes. Cet Etat n’est pas « neutre entre les religions », comme le souhaitait l’écrivain Ernest Renan [1823-1892]. Il n’a cessé, ces dernières décennies, de valoriser le christianisme et le judaïsme en développant une laïcité dite « positive » à leur égard, et de vouloir se subordonner politiquement l’islam pour le contrôler sous prétexte de l’éclairer.

    La suite de ce texte donné gratuitement au Monde est réservée à ceux qui ont payé...

    #islamophobie

    • Au lendemain des attentats de 2015, j’avais publié un petit essai, Les Fondamentalistes de l’identité (Karthala, 2016), dans lequel j’exprimais ma crainte de voir la France prise en otage par l’inimitié complémentaire entre salafistes et laïcards. Nous y voilà. L’effroi, le dégoût et la colère qu’inspirent l’assassinat de Samuel Paty et l’attentat de Nice offrent un effet d’aubaine aux idéologues qui s’arrogent le monopole de l’indignation et de la définition de la #République. La dénonciation de « l’islamo-gauchisme » trahit un manque de #securitas, cette tranquillité d’esprit que les stoïciens revendiquaient face au danger, et qui est l’antipode de la #panique_sécuritaire.

      Que le terme plaise ou non, il y a bien une #islamophobie_d’Etat en #France, dès lors qu’un ministre de l’intérieur déclare, à propos des « Auvergnats » bien sûr, que « quand il y en a un, ça va », et que « c’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes » [phrase prononcée par Brice Hortefeux en 2009], au cours d’un quinquennat qui institue un ministère de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale.

      Il y a bien une islamophobie d’Etat lorsque sa police pratique une discrimination certes illégale, mais systémique, à l’encontre d’une partie de la jeunesse assignée à ses origines supposées musulmanes. Cet Etat n’est pas « neutre entre les religions », comme le souhaitait l’écrivain Ernest Renan [1823-1892]. Il n’a cessé, ces dernières décennies, de valoriser le christianisme et le judaïsme en développant une laïcité dite « positive » à leur égard, et de vouloir se subordonner politiquement l’islam pour le contrôler sous prétexte de l’éclairer.

      Il y a aussi une islamophobie capitaliste lorsque de grandes chaînes privées font preuve de tant de complaisance à l’égard de chroniqueurs dont la haine de l’islam est le fonds de commerce.

      Méconnaissance de l’#histoire

      Il n’est pas vrai qu’expliquer est justifier. C’est se donner les moyens d’une politique. S’en tenir à l’« islam », c’est souvent oublier d’autres facteurs. Par exemple celui de la guerre : Al-Qaida est née de celles d’Afghanistan contre l’armée soviétique (1979-1992) et de la première guerre du Golfe (1990-1991) ; Daech est née de l’occupation américaine de l’Irak, en 2003. S’interdire de le savoir, c’est remonter la machine du dieu Mars en ignorant, par exemple, que le djihadisme au Sahel nous parle moins de l’islam que d’une crise agraire. Aucune opération « Barkhane » [nom de la force française antidjihadiste au Sahel] n’apportera de solution à ce problème.

      La dénonciation de « l’islamo-gauchisme » repose sur une méconnaissance confondante de l’histoire. En ce sens, ceux qui le pourfendent sont bien la symétrie idéologique des fondamentalistes musulmans. Les uns s’inventent la Médine du Prophète de leurs rêves, les autres la IIIe République de leur passion. Outre qu’il est amusant de voir invoquer, pour « protéger les femmes de l’islam », une République qui leur a refusé le droit de vote, la conception « intransigeante » de la laïcité est un contresens. Les Pères fondateurs de la IIIe République s’en faisaient une idée « transactionnelle », récusaient l’« intransigeance », voulaient le « consensus », à l’instar de Gambetta [1838-1882]. (Re)lisez vos classiques, Manuel Valls !

      Colère devant l’hypocrisie de l’élite politique

      Et notamment la Lettre aux instituteurs (1883) de #Jules_Ferry, dans le respect que nous devons à Samuel Paty et la répugnance que nous inspire son assassin. « Avant de proposer à vos élèves un précepte, une maxime quelconque, demandez-vous s’il se trouve, à votre connaissance, un seul honnête homme qui puisse être froissé de ce que vous allez dire. Demandez-vous si un père de famille, je dis un seul, présent à votre classe et vous écoutant, pourrait de bonne foi refuser son assentiment à ce qu’il vous entendrait dire. Si oui, abstenez-vous de le dire », écrivait le fondateur de l’école publique.

      Mais écoutons aussi son contradicteur, non moins républicain, #Jules_Simon [1814-1896], qui préférait à l’#école_publique l’#instruction_publique, éventuellement confiée aux familles ou à l’Eglise : « Nous croyons qu’une école est assez neutre si elle permet à un athée qui s’y trouvera par hasard, sur cent élèves croyants, de sortir pendant qu’on explique leur croyance aux quatre-vingt-dix-neuf autres ». Les hommes politiques de la #IIIe_République avaient une pensée autrement plus subtile et profonde que celle de ces fondamentalistes contemporains. La IIIe République était la République des professeurs, et non celle des managers.

      Remise en cause de la #liberté_de_pensée

      L’affliction qu’éprouve le professeur que je suis, devant tant d’ignorance, s’accompagne d’un sentiment de colère. Colère devant l’#hypocrisie d’une élite politique qui, soudain, redécouvre l’enseignant et le met au cœur de son dispositif, comme elle l’a fait il y a six mois avec les infirmières, mais n’a cessé depuis quarante ans de malmener financièrement et idéologiquement l’hôpital et l’école. Colère devant le viol de la loi du 26 janvier 1984 – qui garantit aux enseignants et aux chercheurs, dans son article 57, « une entière #liberté_d’expression dans l’exercice de leurs fonctions » – par Jean-Michel Blanquer, ministre de l’éducation nationale, quand il s’en prend aux « ravages » de l’islamo-gauchisme « à l’université ».

      Colère encore devant le vote par le Sénat, dans la nuit du 28 octobre, d’un amendement au projet de loi de programmation de la recherche (LPR) qui conditionne l’exercice des libertés académiques au « respect des valeurs de la République ». Cette dernière notion n’a jamais fait l’objet d’une définition juridique ou réglementaire. La rendre opposable à l’exercice des libertés académiques reviendrait à subordonner celles-ci aux pressions de l’opinion ou du gouvernement. L’amendement contrevient d’ailleurs au principe d’indépendance des universitaires, intégré au bloc de constitutionnalité après la décision 93-322 DC rendue par le Conseil constitutionnel, le 28 juillet 1993.
      Article réservé à nos abonnés Lire aussi Polémique après les propos de Jean-Michel Blanquer sur « l’islamo-gauchisme » à l’université

      La dénonciation de l’#islamo-gauchisme n’est que la remise en cause de la liberté de pensée. Elle révèle la consolidation d’un républicano-maccarthysme au cœur même de l’Etat et des médias. Elle signale un mouvement de fond, une sorte d’« apéro pastis » qui, tout comme le mouvement du Tea Party aux Etats-Unis, pave la voie à un avatar hexagonal du trumpisme.

      #Jean-François_Bayart

  • L’investissement des EAU dans la modernisation des checkpoints israéliens ne fait qu’enraciner l’occupation
    Le 21 octobre 2020 – Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l’Homme | Traduction : J. Ch. pour l’Agence Média Palestine
    https://agencemediapalestine.fr/blog/2020/10/30/linvestissement-des-eau-dans-la-modernisation-des-checkpoints-i

    Genève – Nous sommes inquiets devant les projets israélo-émiratis de création d’un fonds d’investissement qui permettra de « moderniser » les checkpoints exploités par Israël dans les territoires palestiniens occupés, a dit aujourd’hui dans une déclaration l’Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l’Homme. Le gouvernement des EAU devrait s’abstenir et cesser immédiatement de nouer tout accord avec Israël qui pourrait contribuer aux violations des droits fondamentaux des Palestiniens et les encourager.

    Mardi dernier, le directeur général de la Corporation Financière Américaine pour le Développement International, Adam Boehler, a annoncé que les gouvernements d’Israël et des EAU allaient créer un fonds d’investissement de 3 milliards de dollars, qui s’appellera le Fonds Abraham, qui chercherait à promouvoir les investissements privés en Israël, en Cisjordanie et ailleurs au Moyen Orient et en Afrique du Nord. L’une des priorités essentielles de ce fonds serait la mise à niveau et la modernisation des checkpoints sécuritaires israéliens dans toute la Cisjordanie occupée.

    L’Observatoire Euro-Méditerranéen a averti que financer la dite « modernisation » des checkpoints israéliens en Cisjordanie contribuerait de façon significative au camouflage de leur intention destructrice et des impacts négatifs sur les Palestiniens pour en faire une réalité permanente et enraciner l’occupation.

    « Les checkpoints sont un symbole de l’assujettissement et de la répression des Palestiniens. Ils devraient juste être démolis plutôt que simplement améliorés. Une cage dorée reste une cage. » Ahmed Naouq, responsable de Campagne à l’Observatoire Euro-Med. (...)

    #IsraelEAU

  • La République, une religion d’Etat ? - Les mots sont importants (lmsi.net)
    https://lmsi.net/La-Republique-une-religion-d-Etat

    Pour répondre à la violence inouïe du terrorisme islamiste, la société français est tentée par un bond en arrière lourd de conséquences : non seulement passer d’une démocratie libérale à une démocratie « illibérale » et « militante » – « pas de liberté aux ennemis de la liberté » – mais aussi revenir à une vieille théologie politique, celle de « la France catholique » qui voit l’État catholique abroger l’édit de Nantes en 1685. La République semble tentée d’instaurer une religion d’État et de transformer la lutte contre le terrorisme en lutte contre un courant religieux, au risque de réveiller le vieux démon français des guerres de religions – dorénavant républicanisme contre islamisme (et espérons pas Islam) – dont la loi de 1905 libérale de Briand et Jaurès fut la réelle extinction. Il serait ainsi fait un cadeau incroyable aux intégristes musulmans.

  • أردوغان ينشد « طلع البدر علينا » في رد على « الإساءة » للنبي محمد- (فيديو) | القدس العربي
    https://www.alquds.co.uk/%D8%A3%D8%B1%D8%AF%D9%88%D8%BA%D8%A7%D9%86-%D9%8A%D9%86%D8%B4%D8%AF-%D8%B7

    Erdogan fait sans nul doute très fort auprès de l’opinion arabe en citant en arabe (glosé par la suite en turc) un ancien et célèbre poème à la gloire du prophète de l’islam intitulé « La pleine lune s’est levée » (https://fr.wikipedia.org/wiki/Tala'_al_Badru_'Alayna)

    La prestation peut être entendue sur ce fil Twitter : https://twitter.com/TRTArabi/status/1321446342099697669

    Macron, il va falloir faire fort contre un tel adversaire !

    #clichés_arabes #islamophobie #langue_arabe

  • L’armateur Mærsk, première entreprise de transport maritime mondiale, se prépare à assurer la logistique de la distribution mondiale d’un milliard de doses de vaccin (celui-ci n’en est encore qu’à la phase I)

    Maersk to Manage Global Distribution of COVAXX’s COVID-19 Vaccine
    https://gcaptain.com/maersk-covid-19-vaccine-covaxx


    Credit : Maersk

    Container shipping giant Maersk has partnered with COVID-19 vaccine developer COVAXX to distribute up to a billion doses of the COVAXX synthetic vaccine worldwide.

    The logistical agreement lays out a framework for all transportation and supply chain services that will be needed to deliver COVAXX’s vaccine candidate UB-612 around the world, once approved by regulatory authorities. Financial terms of the agreement were not disclosed.

    COVAXX is currently conducting Phase 1 clinical trials of its UB-612 vaccine in Taiwan and has an agreement with the University of Nebraska Medical Center to conduct Phase 2 trials in the United States, upon regulatory approval. The company has advanced pre-commitments for over 100 million doses of UB-612 around the globe.

    For its role, Maersk will oversee all logistics activities to ensure efficient transportation to developing countries. “The agreement provides for end-to-end supply chain management, packing and shipping, via air or ocean, ground transportation, warehouse storage and distribution to facilities to support COVAXX’s requirements for a pharmaceutical grade, temperature-controlled supply chain,” Maersk said in a statement.

    The design of the vaccine allows for the use of existing cold-chain storage and distribution channels, rather than needing additional infrastructure such as -80°C freezers or liquid nitrogen tanks to store materials at extreme temperatures.

    In total, COVAXX is planning to manufacture 100 million doses of UB-612 during early 2021, and a billion doses by the end of 2021.

    Efficient and safe delivery of COVID-19 vaccines around the world is the most urgent logistics challenge we face today. A. P. Moller – Maersk is committed to working closely with COVAXX to ensure smooth end-to-end global delivery of this vaccine as soon as it becomes available,” said Rob Townley, Head of Special Project Logistics at Maersk. “Our specialized logistics expertise and the global infrastructure of Maersk make this a perfect match.

    COVAXX is a subsidiary of New York-headquartered United Biomedical Inc (UBI), which was founded in 1985.

  • Ah oui, tiens, quel affreux est-ce qu’il nous manquait encore pour faire du buzz raciste ? Ben oui, Finkie en roue libre chez Pujadas :
    https://twitter.com/24hPujadas/status/1320795760686997510

    https://video.twimg.com/amplify_video/1320792987643924480/vid/1024x576/WGV0Xo2HQ4eoYHE1.mp4

    « L’islamo-gauchisme n’est pas un fantasme droitier. C’est une triste réalité. C’est le fait de soutenir ce projet en dénigrant systématiquement tous ses adversaires au nom de l’anticolonialisme et de l’antiracisme. » Alain Finkielkraut

    https://video.twimg.com/ext_tw_video/1320793086533009408/pu/vid/1024x576/JY-hZ5dHBEVFqPIM.mp4


    #i_wanna_be_sedated

  • Palestinos protestan contra Macron por ultrajar a los musulmanes | HISPANTV
    https://www.hispantv.com/noticias/palestina/480267/protesta-macron-islam

    Allah, dans son infinie sagesse, a prévu la vilénie du président des Francs puisqu’il lui a donné un nom qui, écrit en arabe, signifie la fourberie dont Allah finira par triompher. Le Coran, qui contient toute la sagesse du monde, ne dit pas autre chose dans le verset 30 de la sourate VIII : « Dieu aussi use de stratagèmes / et c’est Dieu qui est le plus fort en stratagèmes » (trad. Denise Masson).

    وَيَمْكُرُ ٱللَّهُ ۖ وَٱللَّهُ خَيْرُ ٱلْمَٰكِرِينَ

    En arabe, il y a une très forte allitération entre « Macroun » (Macron) et « yamkourou » (il use de ruses) ou « maakiroun » (ceux qui usent de ruses). Et c’est ce qu’affirme cette manifestante palestinienne en brandissant la pancarte qui porte ce verset coranique...

    Cette lecture aussi ésotérique que « naïve » participe sans aucun doute de la mobilisation contre celui qu’on ne devrait pas tarder à appeler le « Grand Satan » français !

    #macron #islamisme #laïcité (dévoyée)

  • Syrian-Armenians amass to protest Turkey’s role in sending mercenaries to Karabakh : photos
    https://www.almasdarnews.com/article/syrian-armenians-amass-to-protest-turkeys-role-in-sending-mercenaries-

    Encore un sérieux accroc à la story officielle sur la Syrie : les suppôts de l’atroce régimesyrien « qui ne méritent pas de vivre » (Fabius) sont de magnifiques jeunes Arméniens, chrétiens d’Alep, descendants d’un génocide...

    Hundreds of Syrians of Armenian descent organized a protest on Sunday evening in Aleppo’s Aziziyah Square to denounce the Turkish intervention in the conflict between Armenia and Azerbaijan in the disputed Karabakh region between the two countries.

    In the presence of a number of clerics from different sects and religions, members of the People’s Assembly and representatives of the Syrian government activities, the protesters chanted slogans denouncing the role that Ankara plays in fueling the conflict between the two countries, through its involvement in sending mercenaries after training them in the territories under its control in northern Syria, with the aim of helping Azerbaijan.

    The protesters called for an immediate end to the conflict and respect for international laws and human rights, and expressed their rejection of the reckless foreign policy pursued by Turkish President Recep Tayyip Erdogan, which has caused great suffering to civilians in Syria, Libya and Iraq, and extends today to the Karabakh region.

  • Prix « Amis de Sion » décerné à MBS : « c’est le dirigeant qui a œuvré le plus pour le soutien d’Israël dans le monde islamique » – Site de la chaîne AlManar-Liban
    https://french.almanar.com.lb/1909107

    Le prince héritier saoudien Mohamad ben Salmane fait partie des cinq dirigeants arabes qui se sont vus décerner le prix des Amis de Sion de la part du Centre sur l’Héritage des Amis de Sion (Friends of Zion Heritage Center).

    Situé dans le centre de la ville sainte de Jérusalem al-Quds occupé, ce centre a été fondé en 2015 par l’évangéliste américain Mike Evans.

    Ce dernier a expliqué les raisons de ce choix selon la vidéo de son discours relayée sur la Toile et les réseaux sociaux.
    « Aucun leader dans le monde musulman ayant autant d’influence sur les décisions dans le monde islamique n’a autant œuvré comme lui pour amener le monde islamique à soutenir Israël », a-t-il déclaré, lors de la remise de ce prix au cours d’une cérémonie organisée le mois d’août dernier.

    #sionisme #arabie_saoudite #mbs #humour

    • World Leaders Honored With ’Friends of Zion Award’ at Christian Media Summit
      10-19-2020
      CBN News
      https://www1.cbn.com/cbnnews/israel/2020/october/world-leaders-honored-with-friends-of-zion-award-at-christian-media-summit

      JERUSALEM, Israel – Israel held its 4th annual Christian Media Summit Sunday at the Friends of Zion Heritage Center in Jerusalem.

      The virtual event, which focused on celebrating Israel’s unique friendship with Christians, was broadcast around the world and featured journalists, dignitaries, and Israeli leaders.

      Dr. Mike Evans, the founder of the Friends of Zion Heritage Center, presented the prestigious “Friends of Zion Awards” to world leaders who have shown their support for the Jewish nation. The list of recipients includes presidents, kings, a sultan, crown prince, and prime minister.

      The awardees include:

      King Hamad bin Isa Al Khalifa of Bahrain

      King Mohammed VI of Morocco

      Prime Minister Sheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum of the United Arab Emirates (UAE)

      Crown Prince Mohammed bin Salman bin Abdulaziz Al Saud of Saudi Arabia

      Sultan Haitham bin Tariq of Oman

      President Aleksandar Vučić of Serbia

      President Klaus Iohannis of Romania

      President Mario Abdo Benítez of Paraguay

      President of Miloš Zeman of Czech Republic

      President Yoweri Museveni of Uganda

      President Lazarus Chakwera of Malawi

      "All these Presidents will move their Embassies to Jerusalem and all the Muslim leaders will make peace with Israel in time,” said Dr. Evans.

      Dr. Evans recently participated in a delegation that met with Crown Prince Mohammed bin Salman bin Abdulaziz Al Saud in Saudi Arabia.

      “There is no doubt in my mind who is quietly driving the amazing peace initiatives in the Gulf region. Crown Prince Mohammed bin Salman told our group the Palestinians can solve their problem by copying Israel. He also said educating children to hate Jews must stop, and that the world has zero-tolerance for terror being used to achieve political objectives,” said Evans.(...)

      #Chrétiens_sionistes
      Christian Broadcasting Network ou CBN est une chaîne de télévision chrétienne américaine

  • Les parapluies du Perthus. La #Retirada et les paradoxes de la #visibilité

    Malgré sa force évocatrice, le caractère iconique de l’image documentaire fait parfois ombrage à une partie de la mémoire des événements. Les photographies de l’#exil espagnol en #France à la fin des années 1930 en témoignent, il faut savoir épuiser le visible pour saisir une réalité plus enfouie de cet épisode. L’historienne Marianne Amar se confronte à cet exercice et propose une relecture de quatre images de la Retirada.

    Il pleuvait ce jour-là au #col_du_Perthus, mais la #mémoire n’en a rien gardé. Les photographies de l’exil espagnol en France — près de cinq cent mille réfugiés au début de 1939, à la fin de la guerre civile — construisent, par leur abondance, un continent visuel au croisement des #iconographies de la #guerre et de l’exil. Ce territoire sans cesse redessiné par des #images retrouvées, constitue un corpus labile, patiemment édifié par des photographes aux trajectoires multiples. Les uns, comme #Robert_Capa ou #David_Seymour, ont affûté leur vision en Espagne, pendant la guerre. Ils arrivent à la #frontière dans le sillage des #réfugiés, ne restent que quelques jours mais produisent des #icônes. D’autres, comme #Auguste_Chauvin, travaillent à #Perpignan. Ils assistent à l’événement depuis la France et en rendent compte dans la diversité de ses lieux et de ses acteurs. Les derniers, enfin, comme #Augusti_Centelles, photographe de l’armée républicaine espagnole interné à son arrivée, en sont à la fois les protagonistes et les témoins.

    Pourtant, en dépit de cette abondance, ce corpus demeure travaillé par l’#invisibilité. Manquent les images « absentes », perdues ou détruites dans la tourmente qui va suivre. Mais l’invisibilité se cache aussi dans les replis de la photographie, qu’il faut questionner et « inquiéter » pour en révéler toute la puissance documentaire. Les images les plus connues de la Retirada fonctionnent comme des icônes, qui construisent un répertoire visuel désormais bien balisé : la « #vague » des réfugiés saisie frontalement au col du Perthus ; l’empilement des armes confisquées aux soldats ; les femmes et les enfants harassés ; les réfugiés encadrés par des gendarmes ; les #camps d’internement improvisés, puis structurés autour des marques de l’ordre — #barbelés, #baraques, #miradors. Autant d’archétypes qui assurent durablement la #mise_en_spectacle du réfugié, mais qu’il faut mettre en doute pour dévoiler ce qui reste invisible. On proposera, pour esquisser une méthode, quatre exercices de relecture.

    Le premier constitue une mise en abyme de l’image et de son auteur. Robert Capa arrive à #Argelès, en mars 1939, passablement abattu. Il avait quitté les exilés juste avant l’ouverture de la frontière ; il revient pour un reportage sur les #camps_d’internement. Sa position a changé. Il n’est plus le témoin engagé aux côtés des combattants, mais un visiteur qui doit solliciter autorisations et accréditations. Distance accrue par sa position personnelle : apatride, bientôt « indésirable » pour l’administration française, il pense rejoindre sa famille déjà installée à New York. « Ici, le moral est mauvais et je ne sais pas ce qui va se passer. », a-t-il confié à sa mère début février. Entre Argelès et #Le_Barcarès, Capa prend, à sa manière, congé de l’Espagne et son portrait d’un réfugié, violon à la main, ressemble fort à un autoportrait du photographe, qu’il faut relire au travers de sa biographie, inquiet et d’une infinie mélancolie.

    Retour à la frontière. Une photographie publiée par L’Illustration en février 1939 montre un groupe sur la route du #col_d’Arès. Deux enfants et un adulte cheminent difficilement, tous trois mutilés, entourés d’un autre homme et d’un adolescent. Rien ne permet alors de les identifier, mais quelle importance ? Cadrés d’assez près, privés de détails contextuels, ils incarnent les « désastres de la guerre » et l’image prend ainsi une portée universelle. Or, deux enquêtes menées dans les années 2000 permettent de la relire autrement. Avancent côte à côte, et sur deux rangs, Mariano Gracia et ses trois enfants. À leurs côtés, marche Thomas Coll, un Français ancien combattant de 14-18, lui aussi mutilé, venu en voisin soutenir et accompagner les réfugiés. S’incarne donc ici, dans le silence de l’image, des gestes ordinaires de solidarité, qui viennent nuancer les représentations d’une France hostile et xénophobe.

    Le camp de #Bram, saisi par Augusti Centelles à hauteur d’interné, brouille également les évidences. Autorisé à conserver son matériel et à photographier à l’intérieur des barbelés, il tient boutique dans une baraque, vend ses tirages aux gendarmes et bénéficie de l’aide logistique du commandant. Tous les internés ne furent pas, bien sûr, logés à pareille enseigne. Mais les images de Centelles, leurs conditions de production et les comptes minutieusement tenus dans son journal révèlent que la photographie fut, pour lui, un instrument de survie et contribuent à mettre en lumière, dans une chronologie fine, les sociabilités complexes dans les camps de la République.

    À Perpignan, Auguste Chauvin fournit la presse, surtout locale, et, pour des événements d’importance, il tire et vend des séries de cartes postales. Il fera ainsi un « Album souvenir de l’exode espagnole » (sic) légendé en deux langues. Dans sa chronique quotidienne de la Retirada, Chauvin révèle des présences et des moments ignorés : les #soldats_coloniaux, mobilisés pour surveiller les réfugiés, caracolant sur la plage d’Argelès à côté de leur campement ; les forces franquistes arrivées au #Perthus et fêtant leur victoire ; les réfugiés passant la frontière de nuit ; la visite d’Albert Sarraut, ministre de l’Intérieur.

    Les photographies de Chauvin n’ont pas la puissance des icônes, mais elles en sont l’indispensable contrepoint. Nulle dimension héroïque dans ses cadrages et ses compositions : Chauvin reste à bonne distance des réfugiés sans jamais faire corps avec l’exil. Mais avec ces images banales, parfois maladroites, il les dépouille, par instants, d’une identité de réfugié et les réintègre dans une vie ordinaire. Attendre devant le bureau de change ou ceux de la douane ; faire halte pour manger, en uniforme, sur le bord de la route ; aller aux nouvelles à l’entrée d’une baraque ; regarder la mer. Et sortir un parapluie pour s’abriter d’une averse au Perthus.

    http://icmigrations.fr/2020/10/08/defacto-022-04

    #photographie #histoire #guerre_d'Espagne

    ping @albertocampiphoto

  • De l’art d’utiliser le fanatisme religieux pour légitimer le racisme d’État lundi 19 octobre 2020 par Coordination nationale de l’UJFP
    http://www.ujfp.org/spip.php?article8120

    L’assassinat atroce d’un enseignant par un jeune fanatique nous émeut et nous bouleverse tous. Les enseignants, en général méprisés par le pouvoir, s’interrogent sur les conditions d’exercice de leur métier et sur la liberté d’enseigner.

    Le jeune terroriste a agi avec les motivations d’un fanatique religieux, qui prétend se revendiquer de l’islam. Il faudra dire un jour les ravages psychologiques qu’auront fait guerres et répressions génocidaires en Tchétchénie.

    Ce crime atroce se double désormais d’une exploitation sans vergogne.

    Autrefois, le pouvoir protestait contre l’idée qu’il y aurait un racisme d’État et niait l’existence d’une islamophobie. À présent, ce même pouvoir veut interdire de lutter contre l’islamophobie, en s’en prenant à des associations musulmanes, dont le CCIF, calomnié, sali, injurié parce qu’il veut faire respecter les droits des citoyens musulmans en France et lutter contre les discriminations.

    Il y a quelque chose de totalitaire dans la nouvelle étape du discours raciste et islamophobe d’État qui vient d’être franchie avec l’introduction frauduleuse dans le débat national du concept du « séparatisme » supposé qu’entretiendraient nos concitoyens de culture musulmane, croyants ou non, avec la Nation. (...)


    • http://www.islamophobie.net/2020/10/19/dissoudre-le-ccif-la-bascule-dun-etat-de-droit-vers-larbitraire
      De CCIF - lundi 19 octobre 2020

      Il y a dix ans, la dissolution du CCIF n’était réclamée que par les groupuscules identitaires de l’ultra-droite, que notre association a plusieurs fois fait condamner pour incitation à la haine et apologie du terrorisme. Parce que le CCIF a choisi le droit, il était alors accusé par ces groupuscules de faire du « djihad judiciaire » ; cela parce qu’il fut insupportable pour eux d’être condamnés par la justice du pays dont ils prétendent entreprendre la Reconquista. A l’époque, l’expression était ridicule.

      Cette accusation de « djihad judiciaire » a aujourd’hui pénétré dans la classe politique qui est au pouvoir, et qui prétendait en 2017, pour se faire élire, être un barrage à l’extrême-droite. La dissolution du CCIF est aujourd’hui réclamée par le ministre de l’intérieur en personne, Gérald Darmanin, au nom du projet de loi contre les « séparatismes », projet que nous avons dénoncé dès février 2020, au moment où ce mot avait été introduit dans le débat public par le président Emmanuel Macron, dans un discours sur la Reconquête républicaine. Nous avons montré comment ce discours guerrier pouvait provoquer ce qu’il prétendait précisément combattre : le repli et le rejet. (...)

  • Ce matin, j’ai passé 1/2 heure à faire des recherches avec les mots « femmes voilées » sur twitter et j’ai (toujours) pas les mots. DEUX FEMMES ONT ÉTÉ POIGNARDÉES A PARIS. Elles sont gravement blessées. C’était dimanche soir. La vidéo de l’agression circule.
    Aucun média mainstream n’en parlait jusqu’à ce midi.
    Je l’ai découvert par ce tweet : https://twitter.com/IslamMagfr/status/1318251224555266049

    IslamMag.fr :
    Hier soir sur le #champsdemars au pied de la #toureiffel, deux femmes se seraient faites poignarder, elles portaient le foulard. Elles sont aujourd’hui dans un état critique.
    Aucun média n’en a parlé c’est terrible !
    #islamophobie #acteAntiMusulman
    Source : FB Kevin Serine

    Devant les réseaux qui s’agitent de plus en plus, la préfecture fait un communiqué que le #journaliste-de-prefecture du Point relaie immédiatement en minorant le possible racisme ou la possible islamophobie avant même d’avoir les résultats de l’enquête

    Une demi-heure plus tard, Sihame Assbague fera un récit complet de l’agression, en ayant pris soin de récolter la version des victimes, permettant ainsi de mieux comprendre : https://twitter.com/s_assbague/status/1318500248843669504

    Ce 18 octobre 2020, 2 femmes ont été poignardées dans le parc du Champ-de-Mars à Paris. L’une d’elle porte le voile. Elles étaient en famille, avec des enfants en bas âge. Une dispute au sujet d’un chien a dégénéré. Les proches dénoncent une « agression raciste ».
    Que s’est-il passé ?
    Ce soir-là, Kenza (19 ans), sa cousine
    Amel (40 ans), ses sœurs & des enfants en bas âge se promènent au Champ-de-Mars. Elles passent à proximité de deux femmes avec un gros chien. « Ça devait être un staff » raconte Sabrina, la sœur de l’une des victimes.
    Le chien s’approche de la famille et des enfants. L’une des cousines demande donc à ses propriétaires de « le tenir ». Sabrina raconte « il est venu vers nous, c’était un gros chien, et il y a avait les enfants donc elle leur a demandé si elles pouvaient le surveiller. »
    D’après Sabrina, les deux jeunes femmes propriétaires du chien auraient très mal pris cette remarque & réagi sur la défensive : « elles ont commencé à nous dire qu’on n’avait pas à leur dire quoi faire, qu’elles font ce qu’elles veulent, etc. »
    Des insultes fusent.
    Dans le lot des insultes, Sabrina fait mention de propos racistes : « sale arabe », « rentrez chez vous », etc. Selon elle, le fait que plusieurs membres de la famille portent le voile a accentué l’agressivité des jeunes femmes qui leur faisaient face.
    Voyant sa sœur se faire insulter, Kenza s’approche des propriétaires du chien pour la défendre. Le ton monte. « Kenza lui a alors dit “mais tu vas faire quoi ?” et l’autre lui a répondu “voilà ce que je vais faire” & elle lui a sauté dessus » explique Sabrina.
    « Elles ont commencé à se battre, c’était violent. Il y a un enfant de 4 ans qui a été piétiné. Les enfants sont traumatisés » raconte Sabrina. Elle explique que tout s’est passé très vite et que d’un coup, sa cousine s’est mise à crier « elle m’a plantée ! ».
    Toujours d’après son récit, les 2 propriétaires du chien s’en sont alors prises à sa grande sœur, Amel. « Elles l’ont tabassée. Je voulais l’aider mais j’étais impuissante, le chien était sur moi. » Alertés par les cris, ce sont des vendeurs à la sauvette qui sont venus les aider.
    D’après Sabrina, la « police est intervenue rapidement & a pu interpeller l’une des femmes »
    Les victimes ont été prises en charge par les secours. Le pronostic vital n’est pas engagé. Amel souffre de plusieurs blessures & est encore hospitalisée. Kenza a été opérée & a pu sortir.
    La préfecture de police n’a pas encore donné suite à mes appels mais des « confrères » rapportent que c’est, selon elle, « un différend lié à des chiens, sans lien avec l’islam. » (via Actu Paris)
    Pour Sabrina & sa famille, c’est autre chose. Si l’agression est bien partie d’une dispute autour d’un chien, elles insistent sur les insultes racistes et sur le déchaînement de violence. « On s’en prend pas à une personne comme ça parce qu’elle a demandé de tenir un chien. »
    Une plainte a été déposée.
    La famille ne compte pas en rester là. En attendant, elles ont pris des rendez-vous avec des pédopsychiatres pour les enfants qui ont assisté à toute la scène.

    Cependant, si je n’avais pas les mots, c’est que l’autre raison de ma suffocation est le nombre impressionnant d’agression contre des femmes voilées sur lesquelles je suis tombée lors de mes recherches pour vérifie l’info, en sachant que beaucoup (trop) ne sont pas relayées...
    Par ailleurs, on ne me fera pas croire que deux femmes « de type européen » qui poignardent deux autres femmes « d’origine arabe » et pour partie voilées au sein d’un groupe de mères et d’enfants pour une question de chien mal tenu n’a rien de raciste ou islamophobe. Commettre un tel acte après l’atroce crime d’un fanatique qui fait basculer la politique française ne peut être considéré comme un fait divers.

    A 13h12, enfin, le premier fack-checking finit de confirmer les faits. Insultes racistes, voile arraché, premier coup de couteau en direction du crane... Les victimes elles-mêmes ne parlent pas d’acte islamophobe, mais de là à assurer que ça n’a rien à voir comme l’a prestement fait la Préfecture, c’est enterrer l’enquête vite fait. Il est dommage qu’une heure plus tard l’article soit passé en #paywall
    Des femmes portant le foulard ont-elles été poignardées au pied de la tour Eiffel dimanche ?
    Libération : https://www.liberation.fr/checknews/2020/10/20/des-femmes-portant-le-foulard-ont-elles-ete-poignardees-au-pied-de-la-tou

    Deux femmes françaises d’origine algérienne ont été blessées au couteau dimanche soir sur le champ de Mars, à la suite d’un différend lié à un chien non tenu en laisse. Une enquête est ouverte et une suspecte a été interpellée.

    Dans tous les articles que j’ai pu consulter depuis, à chaque fois ce sont les « sources policières » qui réfutent la possibilité d’un passage à l’acte raciste. Pire, dans Le Parisien, la présence du voile sur la première victime est carrément nié.
    https://www.leparisien.fr/paris-75/paris-deux-femmes-agressees-au-couteau-sur-le-champ-de-mars-suite-a-un-di

    ... Pardon à toute la communauté musulmane pour toute cette haine qui déferle...

    • Agression de deux femmes au Champ-de-Mars, à Paris : que s’est-il passé ?
      Par William Audureau et Nicolas Chapuis Publié aujourd’hui à 17h23,
      https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/10/20/enquete-ouverte-apres-une-agression-contre-deux-femmes-au-champ-de-mars-a-pa

      Deux femmes ont été poignardées dans la soirée de dimanche sous la tour Eiffel. Un différend autour d’un chien non attaché serait à l’origine de l’incident, au cours duquel des insultes racistes auraient été proférées.

      (...) « Ce que je peux vous dire, c’est que des insultes ont été proférées. Maintenant vous dire que l’agression était intentionnelle, que c’était parce qu’elles portaient un voile, je ne sais pas », tempère Sofia, membre de la famille des plaignantes interrogée par Le Monde. Kenza confirme que le mobile n’était selon elle pas religieux, mais précise auprès de Libération avoir essuyé des insultes racistes (« sale arabe »), avant qu’elle et sa cousine ne reçoivent plusieurs coups de couteau. Une version confirmée auprès du Monde par sa cousine Amel, qui évoque également des « on est chez nous », « rentre dans ton pays », et précise que l’une des agresseuses a arraché le voile de sa cousine.

      Les deux plaignantes ont été prises en charge par les pompiers et transportées en milieu hospitalier, où la plus âgée des deux se trouve encore. Selon sa famille, la plus jeune des deux cousines, Amel, a reçu de multiples coups de couteau et a dû être opérée de la main. Elle a été placée en arrêt de travail pour deux mois. La seconde, Kenza, a reçu six coups d’arme blanche et subi une perforation du poumon. Ses jours ne sont pas en danger.

    • Deux témoignages recueillis par Taha Bouhafs
      Le parquet vient d’ouvrir une instruction et retient le caractère #raciste mais pas le caractère criminel.

      Amel a reçu 6 coups de couteaux, elle est toujours à l’hôpital avec le poumon perforé et une côte cassée.

      Hanane nous confie : elles étaient à deux sur elles à s’acharner avec haine, elles voulaient la tuer.

      [TW extraits de l’agression avec des cris difficilement soutenables] https://www.youtube.com/watch?v=_n5OiYiGG5c

      Kenza 18ans a reçu 3 coups de couteaux ce dimanche soir. Elle a déposé plainte ce matin avec sa famille pour tentative d’homicide en raison de l’appartenance religieuse.

      vidéo : https://twitter.com/T_Bouhafs/status/1318892603392360448

    • Précisions de Sihame Assbague :

      Agression au couteau de 2 femmes musulmanes à Paris : le parquet a ouvert une information judiciaire pour violences volontaires ayant entraîné une ITT de 8 jours, aggravées de 3 circonstances :
      violences en réunion
      avec usage d’une arme
      propos racistes.
      Les deux mises en cause ont été arrêtées et sont présentées à un magistrat instructeur ce jour.
      Les victimes ont porté plainte.
      Comme les enfants qui ont assisté à la scène, elles sont traumatisées.
      (Note à moi-même : il faudra rapidement revenir sur la manière dont cette agression a été traitée médiatiquement.)

      https://www.facebook.com/sihame.assbague/posts/2723305317910021

    • Agression à la Tour Eiffel : Une seconde suspecte interpellée, le parquet de Paris retient le caractère raciste de l’agression
      Thibaut Chevillard - Publié le 21/10/20
      https://www.20minutes.fr/societe/2890375-20201021-agression-tour-eiffel-seconde-suspecte-interpellee-parque

      ENQUETE Deux femmes, suspectées d’avoir agressé à l’arme blanche deux femmes voilées dimanche soir, dans le 7e arrondissement de Paris, vont être présentées ce mercredi à un juge d’instruction