• Gobierno de facto de Bolivia reanudará relaciones con Israel | HISPANTV
    https://wwww.hispantv.com/noticias/bolivia/443329/relaciones-diplomaticas-israel-morales

    La Bolivie d’après Morales renoue ses liens diplomatiques avec Israël.

    El gobierno de facto de Bolivia anuncia que reanudará los lazos con el régimen de Israel, los cuales se rompieron en 2009 por el presidente depuesto, Evo Morales.

    “Vamos a restaurar las relaciones con Israel”, ha declarado este jueves la canciller del gobierno impuesto en Bolivia, Karen Longaric, sin llegar a precisar fechas ni ofrecer más detalles.

    Morales, actualmente asilado en México tras el golpe de Estado orquestado en su contra, rompió en 2009 las relaciones diplomáticas con Israel en repudio por los crímenes y ataques de ese régimen en la asediada Franja de Gaza.

    “Los crímenes de Israel afectan la estabilidad y paz mundiales, y han hecho retroceder al mundo a la peor etapa de los crímenes de lesa humanidad, que no se habían vivido sino en la Segunda Guerra Mundial y en los últimos años en la ex Yugoslavia y Ruanda”, indicó Morales en su discurso para anunciar la ruptura de lazos con Israel.

    En declaraciones ofrecidas en un encuentro con la prensa extranjera en La Paz (la capital administrativa del país) Longaric ha criticado esa decisión de Morales, que, a su juicio, “fue una medida de carácter político sin consideraciones de carácter colateral”.

    #israël

  • The contract on Corbyn
    Corbyn is not an anti-Semite. His real sin is to fight against injustice in the world, including the version Israel perpetrates
    Gideon Levy Nov 28, 2019
    https://www.haaretz.com/opinion/.premium-the-contract-on-corbyn-1.8192769

    The Jewish establishment in Britain and the Israeli propaganda machine have taken out a contract on the leader of the British Labour Party, Jeremy Corbyn. The contract was taken out a long time ago, and it was clear that the closer Corbyn came to being elected prime minister, the harsher the conflict would get.

    On Tuesday it reached its climax in an article by the chief rabbi of Britain, Ephraim Mirvis, in an article in The Times. Mirvis has decided that the anxiety of British Jews over Corbyn is justified and he is not fit to be prime minister. He called on Jews not to vote for Labour in the election on December 12.

    Born in South Africa and a graduate of Har Etzion Yeshiva in the settlement of Alon Shvut, Mirvis is the voice of British Jewry. In Capetown, Johannesburg and Har Etzion, he should have learned what apartheid was and why one should fight it. His parents did so, but one doubts that he learned the moral lesson from the regions of disenfranchisement in which he lived in South Africa and the West Bank.

    As opposed to the horrid Corbyn, Mirvis sees nothing wrong with the continued occupation; he does not identify with the struggle for Palestinian freedom, and he doesn’t sense the similarity between the South Africa of his childhood, Har Etzion of his youth and Israel of 2019. That is the real reason that he rejects Corbyn. The Jews of Britain also want a prime minister who supports Israel – that is, supports the occupation. A prime minister who is critical of Israel is to them an exemplar of the new anti-Semitism.

    Corbyn is not an anti-Semite. He never was. His real sin is his staunch position against injustice in the world, including the version Israel perpetrates. Today this is anti-Semitism. The Hungarian Viktor Orban, the Austrian Freedom Party and the extreme right in Europe are not the danger to Jews. Corbyn is the enemy. The new and efficient strategy of Israel and the Zionist establishment brands every seeker of justice as an anti-Semite, and any criticism of Israel as hatred of Jews. Corbyn is a victim of this strategy, which threatens to paralyze and silence Europe with regard to Israel.

    British Jewry might not be faking its anxiety, but it is certainly magnifying the danger. There is anti-Semitism, though less that what is presented, certainly on the left. About half of British Jews are considering fleeing if Corbyn is elected. Let them flee. The survey that showed this could actually encourage anti-Semitism: Are the Jews of Britain conditionally British? To whom is their loyalty?

    The future of all British Jews is much more secure than the future of any Palestinian living under the occupation, and even more secure than that of any Arab living in Israel. Jews are persecuted and are victims of discrimination and racism less so than the Palestinians in the Israel they hold dear. Moreover, Islamophobia in Europe is more common than anti-Semitism, but people talk about it less.

    Mirvis presents no evidence of Corbyn’s anti-Semitism. It sufficed for him to note the fact that Corbyn described as “friends” those who “endorse the murder of Jews” – a reference to Corbyn’s comments on Hezbollah and Hamas. Corbyn is indeed a very harsh critic of the occupation, supports the boycott and compares the closure of Gaza with the siege of Stalingrad and Leningrad. These are anti-Israeli positions, but not necessarily anti-Semitic. The Jews of Britain are blurring this difference as are many Jews throughout the world, intentionally. One can (and should) be a harsh critic of Israel without being anti-Semitic.

    If the Jews of Britain and their chief rabbi were more honest and courageous, they would ask themselves: Isn’t Israel’s brutal occupation policy the strongest motive for anti-Semitism today? There is anti-Semitism, it must be fought, but it must also be recognized that Israel supplies it an abundance of excuses and motives.

    The Jews and Israel’s true friends should hope that Corbyn is elected. He is a statesman who can change international discourse about the occupation and the struggle against it. He is a ray of hope for a different world and a different Israel – and what more could we want.

    #Jeremy_Corbyn

  • Maja Hoffmann (Arles) World Resort - DOCUMENTATIONS
    https://documentations.art/Maja-Hoffmann-Arles-World-Resort


    Où l’on voit le #projet en cours se concrétiser

    Depuis près de 5 ans, le projet « Luma Arles » a profondément modifié les formes et les modes d’exercice du pouvoir sur le territoire arlésien. En venant notamment concéder les pleins pouvoirs à Maja Hoffmann, héritière milliardaire de l’entreprise pharmaceutique Roche, acteurs publics et privés terraforment peu à peu la ville avec pour objectif de faire d’Arles une ville habitable presque exclusivement au 1 %. Ci-dessous le récit de l’implantation de la suprématie Luma Arles par certaines personnes concernées.

    #richesse #oppression #dépossession #ville #exclusion #surnuméraires #démocratie

  • Les Restos du cœur assument de refuser une bénévole parce que voilée — RT en français
    https://francais.rt.com/france/68381-restos-coeur-assument-refuser-benevole-parce-que-voilee

    Les Restos du cœur ont exclu une bénévole parce qu’elle portait un voile islamique. Ils affirment que leur charte impose « la neutralité politique, syndicale ou religieuse ». Le Collectif contre l’islamophobie en France évoque une « discrimination ».

    Les Restos du cœur assument. Interpellé par le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) pour avoir refusé le bénévolat d’une femme voilée, les Restos du cœur répondent le, 26 novembre, par le biais du site Check News de Libération : « Notre charte d’engagement des bénévoles précise notre exigence de neutralité politique, syndicale ou religieuse. Nous n’acceptons pas de signes religieux ostentatoires parmi les bénévoles. Cela ne vaut évidemment pas pour les personnes que l’on accueille dans les centres, qui peuvent venir comme elles l’entendent. »

    (...) Pour Libération, une source interne des Restos du cœur explique que « parfois, on trouve des compromis avec certaines bénévoles, avec des turbans discrets ».

    En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/france/68381-restos-coeur-assument-refuser-benevole-parce-que-voilee.

    #tartufferie #voile

  • Baltimore : trois hommes victimes d’une erreur judiciaire libérés après 36 ans de prison
    https://www.rtbf.be/info/monde/detail_baltimore-3-hommes-victimes-d-une-erreur-judiciaire-liberes-apres-36-ans

    Après avoir passé les trois quarts de leur vie en prison, trois hommes, Alfred Chestnut, Andrew Stewart et Ransom Watkins, ont été disculpés et libérés hier par un tribunal de Baltimore (nord-est des Etats-Unis).

    Les trois hommes avaient été condamnés à la perpétuité dans leur adolescence pour le meurtre de DeWitt Duckett, un garçon de 14 ans abattu en 1983 dans les couloirs de son école lors du vol de son blouson. Le meurtre de ce jeune homme avait suscité beaucoup d’émotion à une époque où les établissements scolaires étaient encore largement épargnés par la violence des armes à feu. Sous pression, les enquêteurs s’étaient rapidement orientés vers trois anciens élèves de l’établissement : Chestnut, Stewart et Watkins, des jeunes noirs âgés de 16 et 17 ans, parce qu’ils avaient été vus sur place un peu plus tôt et que l’un d’eux possédait un blouson identique à celui volé à la victime.

    Enquête bâclée

    Un ticket de caisse du blouson avait pourtant été apporté pour preuve et dans un premier temps, les témoins du crime avaient assuré ne pas les reconnaître. Mais la police avait insisté et, lors du procès, quatre personnes avaient assuré qu’ils étaient bien les auteurs du meurtre.

    Malgré les dénégations du trio, les jurés les avaient condamnés à la prison à vie en moins de trois heures de délibérations. Or, ces quatre témoins sont depuis revenus en arrière et ont expliqué avoir subi des pressions de la part de la police, a expliqué le Mid-Atlantic Innocence project (MAIP), une association qui lutte contre les erreurs judiciaires et a participé à la réouverture du dossier.

    D’autres témoins ont de leur côté identifié un autre homme, qui est désormais le suspect du crime. « Tous ceux qui ont été impliqués dans ce dossier – les responsables de l’école, la police, les procureurs, les jurés, les médias et la population — se sont précipités sur les conclusions et ont laissé leurs préjugés étouffer les problèmes avec les preuves », a souligné dans un communiqué la directrice du MAIP, Shawn Armbrust.

    Une unité spécialisée dans la correction des erreurs judiciaires au sein des services du procureur de Baltimore a accepté en mai de se saisir du dossier et a rapidement conclu à leur innocence. Elle avait déjà disculpé six autres innocents au cours des trois dernières années.

    Dédommagement

    Aujourd’hui libres, les trois hommes vont devoir se reconstruire. « Nous sommes humbles, nous ne sommes pas en colère », a déclaré Ransom Watkins lors d’une conférence de presse à la sortie du tribunal. « Mais cela n’aurait jamais dû arriver et quelqu’un va devoir payer », a-t-il ajouté.

    La procureure de cette ville portuaire s’est engagée à ce qu’ils soient dédommagés. « Ce jour n’est pas une victoire, c’est une tragédie qu’on leur ait volé 36 ans », a ajouté Marilyn Mosby, en s’excusant pour les erreurs commises par ses services.

    #usa #racisme

  • Merci à Nathalie Coste d’avoir trouvé les mots justes pour décrire ce que notre métier est en train de subir.

    Nathalie Coste sur FB :

    « Jamais de toute ma carrière je n’ai vu autant de souffrances dans la salle des profs. Épuisement , découragement extrême, perte de sens dans le travail “empêché” par des réformes absurdes et des mises sous pression constantes des élèves. Injonctions multiples mais absence de professionnalisme des nouvelles dispositions dans l’évaluation , impossibilité de faire réfléchir les élèves, marches forcées pour une évaluation dont on ne connaît même pas encore toutes les modalités. Il s’agit d’une véritable maltraitance des profs et des élèves dont les effets commencent à peine à être visibles.
    Il me reste 6 ans à faire (si tout va bien), jamais je n’aurai pensé dire à ces jeunes étudiants qu’ils ont raison de ne pas choisir ce métier . J’y ai été pleinement heureuse , le suis encore mais je n’ai jamais été aussi en colère et dépitée face à ce carnage. Pensée pour tous les collègues dont les larmes ne peuvent plus s’arrêter de couler. Pensée pour ces élèves désarmés, souvent perdus sans appartenance à des groupes classes , à qui on demande à 15 ans de faire des choix impossibles et à qui on fait subir des pressions sans fin, des gavages informes et des évaluations dépourvues de vocations formatives. »

    #Enseignement

  • Comment les Iraniens ont planifié leurs attaques contre Aramco - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1196334/comment-les-iraniens-ont-planifie-leurs-attaques-contre-aramco.html

    Des responsables de la République islamique admettent, pour la première fois, être à l’origine des frappes qui ont touché l’Arabie saoudite le 14 septembre dernier.

    Je me permets de retoucher un peu LOJ !

    This account, described to Reuters by three officials familiar with the meetings and a fourth close to Iran’s decision making, is the first to describe the role of Iran’s leaders in plotting the Sept. 14 attack on Saudi Aramco, Saudi Arabia’s state-controlled oil company. (...) Reuters was unable to confirm their version of events with Iran’s leadership. A Revolutionary Guards spokesman declined to comment. Tehran has steadfastly denied involvement.

    #iran #aramco #propagande

  • Attansikeyah (التنسيقية) sur Twitter : “مداخلة العميد مارون حتي، مستشار الحريري العسكري، ومرشح 14 ٱذار لقيادة الجيش في العام 2015، يقول فيها إنهم طلبوا من الجيش قبل ستة أشهر الاستعداد للاصطدام بحزب الله، وذلك في مؤتمر ’حوار المنامة’ الأمني قبل ايام.” / Twitter
    https://twitter.com/attansikeyah/status/1198625971433332741

    Le brigadier général Maroun Hatti, conseiller militaire de Hariri et candidat du 14 mars au commandement de l’armée en 2015, a déclaré avoir demandé à l’armée il y a six mois de se préparer à un affrontement avec le Hezbollah lors de la conférence du dialogue de Manama qui s’est tenu il y a quelques jours.

    https://video.twimg.com/ext_tw_video/1198625821243641857/pu/vid/480x360/d1xFRFpXyfqZkw6d.mp4?tag=10

  • Israeli soldiers detain 13-year-old Palestinian in Hebron and lead him up and down streets blindfolded
    https://www.btselem.org/video/20191121_soldiers_detain_boy_in_hebron_and_lead_him_blindfolded_through_the

    On 3 Nov. 2019, at about 11:30 A.M., soldiers detained ‘Abd a-Razeq Idris, 13, from the Abu Jales neighborhood. They put him and a jeep, blindfolded him and drove him around. They then took him to al-Harika neighborhood, about a kilometer from his home, where they took him out of the jeep and walked him, blindfolded, through the streets. When his father arrived, the soldiers refused to turn the boy over. Instead, they drove him to a military post in the settlement of Kiryat Arba yet told the father they were taking him to the police station there, where the father searched for his son in vain. ‘Abd a-Razeq was asked about stone-throwers and sent home alone at about 2:00 P.M.

    This case is no aberration, it is part of the routine violence imposed on Palestinians in Hebron by Israeli security forces and settlers, including physical attacks, threats, verbal abuse, soldiers’ incursions into homes (usually at night) – and the false arrest of minors and adults. Israel cites security to justify this conduct and the segregation it imposes on the city. Yet as this case proves, these claims are baseless and serve merely to bolster a policy of driving Palestinians to leave Hebron by making daily life unbearable.

    https://youtu.be/57zM1IO70PE

    #israël #seule_démocratie_du_Moyen_Orient

  • Sit-in devant l’ambassade des États-Unis contre "les ingérences étrangères" - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1196136/sit-in-devant-lambassade-des-etats-unis-contre-les-ingerences-etrange

    Comme d’habitude, l’Orient-Le Jour a tout bien compris !!! J’ai mis aussi Al-Manar, la "voix du RRRezbollah dans son fief du Sud".

    Le*chercheur américain* d’origine libanaise Walid Pharès affirme que cette manifestation est le début du « renversement par le Hezbollah de la révolution ».

    Plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées dimanche près de l’ambassade des États-Unis à Aoukar, dans le Metn au nord de Beyrouth, pour protester contre les « ingérences étrangères », alors que le Hezbollah estime que des « ambassades » ont tenté de récupérer le mouvement de contestation afin de renverser le pouvoir au Liban.

    Des soldats et des agents des Forces de sécurité intérieure ont installé plusieurs rangées de barbelés sur la route menant à l’ambassade, rapporte notre journaliste sur place Patricia Khoder, qui a constaté que les manifestants sont surtout des partisans du Hezbollah, du Parti communiste libanais et d’autres partis de gauche.

    Al-Manar :
    http://french.almanar.com.lb/1563883

    Plusieurs manifestations ont eu lieu ces deux derniers jours au Liban, pour protester contre l’ingérence des Etats-Unis dans les affaires internes libanaises.

    La plus récente a eu lieu ce dimanche 24 novembre non loin de l’ambassade des Etats-Unis, à Awkar, à l’est de Beyrouth. D’autres manifestations avaient eu lieu à Saïda et à Tyr au sud du Liban.

    Durant le rassemblement, les drapeaux américain et israélien ont été brûlés ainsi que la photo de Jeffrey Feltman, l’ancien ambassadeur des USA au Liban. En s’exprimant lors d’une audition devant le congrès américain, la semaine passée, il a menacé le peuple libanais, le plaçant entre deux choix : celui de se plier aux Etats-Unis ou celui de la pauvreté.

    Durant la manifestation d’Awkar, étaient écrits sur les pancartes brandies ou scandées les slogans suivants, entre autre :

    « USA et Israël ne font qu’un ».
    « Cesse de t’ingérer dans nos affaires, soit maudit espèce d’Américain ».
    « Pas question de vivre dans l’humiliation. Révolution contre les USA ».
    « Palestine, nous te soutiendrons jusqu’à la mort »
    « Non à l’ingérence dans mon pays ».

    « Feltman, ferme-la »

    « USA, mêlez-vous de ce qui vous regarde »

  • Saudi Aramco flop is a moment of grim truth for OPEC oil regimes on borrowed time
    https://www.telegraph.co.uk/business/2019/11/20/saudi-aramco-flop-moment-grim-truth-opec-oil-regimes-borrowed

    paywall : dommage, ça commençait bien !

    The sale of the century has ended in farce. The modest sums raised from the ‘privatisation’ of Saudi Aramco will barely cover the Kingdom’s fiscal deficit for six months.

    The $25bn haul will not make any impact on Prince Mohammad bin Salman’s Vision 2030, his theatrical plan to break oil addiction and diversify into everything from car plants to weapons production. Nor will it go far to launch NEOM, his robotic half-trillion dollar white elephant on the Red Sea.

    #arabie_saoudite #aramco

  • Retraites : le rapport du COR met le gouvernement en difficulté
    https://www.latribune.fr/economie/france/retraites-le-rapport-du-cor-met-le-gouvernement-en-difficulte-833745.html

    Le creusement du déficit du système de #retraites ne serait donc pas dû à une hausse des dépenses mais à une baisse des ressources allouées au système de protection sociale. Les experts anticipent notamment que la part des recettes issues du régime de la fonction publique d’Etat (FPE), qui représente une part non négligeable du financement, serait en baisse sur la période étudiée passant de 2,3% du produit intérieur brut à 2% en 2030 par exemple. La diminution prévue des effectifs dans la fonction publique pourrait ainsi peser sur le recettes du système de retraites. Quant aux dépenses de l’Argirc-Arrco, les dépenses resteraient relativement stables passant de 3,5% du PIB en 2018 à 3,6% en 2030. Ce régime serait proche de l’équilibre dans tous les scénarios. L’organisme en charge de l’évaluation et du suivi des retraites prévoit également une baisse des versements de l’Unédic et de la CNAF.

  • Dernière Sommation : « C’est un livre anti-flics ! » selon la #Police (qui contrôle une lectrice en gare de Metz)
    http://www.davduf.net/derniere-sommation-c-est-un-livre-anti-flics

    « C’est un livre anti-flics ! ». « Vous l’avez lu ? », ose Zoé, contrôlée #DernièreSommation à la main. « Pas besoin, on sait ce qu’il fait ce gars-là et commencez pas, sinon c’est la garde à vue ! » Une enquête dingo de Webullition.info #Dernière_Sommation

    / Une, Police, #Gilets_Jaunes, #Allo_Place_Beauvau

  • » PPS: “Israeli Soldiers Abduct Eight Palestinians, Including Jerusalem Governor, One Woman, In West Bank”
    November 21, 2019 – IMEMC News
    https://imemc.org/article/pps-israeli-soldiers-abduct-eight-palestinians-including-jerusalem-governor-o

    Israeli soldiers abducted, earlier Thursday, at least eight Palestinians, including a young woman and the Governor of occupied Jerusalem, from several parts of the occupied West Bank, the Palestinian Prisoners’ Society (PPS) has confirmed. (...)

    • Pour celles et ceux qui ne savent pas de quoi on parle : La Mimo, une militante de 36 ans qui participait à toutes les manifs à Santiago, au Chili (sous une forme particulièrement violente puisqu’elle était mime et déguisée en clown), a été arrêtée pendant l’État d’Urgence par la police chilienne, puis violée, torturée, assassinée, et finalement son cadavre pendu à une grille, dans la rue...

      Non, on n’est pas en 1973, mais bien en 2019, et c’est pour ça qu’ils ne lui ont pas coupé les doigts...

      Un article en espagnol :

      « La Mimo » : la artista que apareció colgada en medio de la represión en Chile
      El Patagonico, le 21 novembre 2019
      https://www.elpatagonico.com/la-mimo-la-artista-que-aparecio-colgada-medio-la-represion-chile-n5066721/amp

    • Je n’arrive pas à trouver d’informations précises. Les seules informations disant qu’elle a été torturée et violée venant du collectif « Ni una menos ». Quand quel jour son corps a-t-il été retrouvé ? (le dimanche 20 apparemment) De quand est la date de son décès d’après les médecins ? Par qui a-t-elle été auscultée (les médecins de l’état/police ? des médecins indépendants ?)

      À la fois on n’a pas envie d’y croire car c’est super horrible, à la fois on a envie d’y croire car ça prouve que le gouvernement et la police sont de nouveau comme la dictature, et que c’est des gros méchants et que nous on est du bon côté, mais dans tous ça, c’est bien d’avoir des précisions sur les infos quand même, autre que des circulations de réseaux sociaux (et comme j’ai plus beaucoup de vocabulaire espagnol, c’est compliqué de trouver pour l’instant).

    • La plupart des articles utilisent le conditionnel ; celui ci, daté du 21/11, ne l’utilise pas sur les faits : La Mimo a été retrouvée pendue, accrochée à une grille, le dimanche 20 octobre.

      Conmoción en Chile por artista violada, asesinada y colgada de una reja
      https://www.periodicoelprogreso.com/conmocion-en-chile-por-el-asesinato-de-daniela-carrasco/57019/2019

      Se trata de Daniela Carrasco. Culpan a las fuerzas policiales.

      La muerte de Daniela Carrasco, la artista callejera conocida como ‘La Mimo’, causa conmoción en Chile. El cuerpo de la mujer fue hallado colgando de una reja y acusan a las fuerzas policiales del país andino haberla secuestrado, violado y asesinado.

      El domingo 20 de octubre, ‘La Mimo’, de 36 años de edad, fue encontrada ahorcada, colgada de una reja en un paraje cercano al Parque André Jarlan. La zona queda en la comuna de Pedro Aguirre Cerda, en el sector sur de Santiago de Chile.

      En redes sociales circularon versiones que refieren que la última vez que Carrasco fue vista con vida había sido detenida por carabineros. Las dudas se acrecentaron con la difusión de un video, en el que un hombre encuentra colgado el cuerpo de una persona —presuntamente ‘La Mimo’— en la comuna de Pedro Aguirre Cerda.

      El Sindicato Nacional Interempresa de Actores y Actrices de Chile (Sidarte) exigió el esclarecimiento de las circunstancias de la muerte de la artista. “El Estado de Chile debe responder y transparentar la participación de fuerza policial en su muerte. Estamos consternados y exigimos justicia”, publicó el Sidarte en su cuenta de Twitter.

      Por su parte, el colectivo feminista #NiUnaMenos-Chile denunció en la misma red social que a Daniela Carrasco “la ultrajaron, torturaron y asesinaron”.

      El colectivo feminista reiteró la exigencia de investigar y esclarecer el “feminicidio” de ‘La Mimo’, que supuestamente ocurrió en medio del estado de emergencia y toque de queda decretados por el presidente Sebastián Piñera, tras las fuertes protestas en varias ciudades chilenas para exigir su renuncia.

    • Cet article, en date du 26/10/19, de La República péruvienne contient les mêmes informations factuelles sur la découverte du corps et du conditionnel pour les circonstances (viol par du «  personnel en uniforme  »…).

      Chile : hallan muerta a artista callejera y exigen investigar a policías
      https://larepublica.pe/mundo/2019/10/26/protestas-santiago-de-chile-crisis-en-chile-daniela-carrasco-la-mimo-que

      Algunas fuentes aseguran que Daniel Carrasco, conocida como ‘La Mimo’, fue abusada sexualmente por uniformados antes de ser ahorcada. Diversas agrupaciones exigen investigar su caso.
      […]
      A la fecha, 19 personas murieron por los enfrentamientos contra las autoridades. Dentro de esta lamentable cifra se encuentra Daniela Carrasco, una artista callejera de 36 años a quien conocían como ‘La Mimo’.

      El cadáver de la mujer fue encontrado colgado de una reja de la comunidad Pedro Aguirre Cerca, al sur de Santiago de Chile.

    • En italien

      "È stata rapita dalle forze militari nei giorni della protesta il 19 ottobre"denuncia il sindacato nazionale di attori e attrici del Cile, che in questi giorni ha chiesto il chiarimento delle circostanze della morte di Daniela Carrasco. "Lo Stato del Cile deve rispondere e rendere trasparente la partecipazione delle forze di polizia alla sua morte. Siamo sgomenti e chiediamo giustizia". Il corpo è stato scoperto lo scorso 20 ottobre appeso a una recinzione in un luogo vicino al parco André Jarlan, nel comune di Pedro Aguirre Cerda, nel settore meridionale di Santiago del Cile. Il corpo della ragazza appeso all’inferriata, filmato con un cellulare è ora finito in un video diventato virale. Dall’ufficio della Polizia hanno fatto sapere che si trattava di suicidio. Il rapporto ufficiale, infatti, ha negato tracce di violenza sessuale, di sevizie e ha attribuito la morte all’impiccagione, che sarebbe avvenuta per mano della stessa Daniela.

      continua su: https://www.fanpage.it/esteri/la-morte-di-daniela-carrasco-violata-torturata-ed-esposta-impiccata-come-un-
      http://www.fanpage.it

    • Émission du 27/10/19, la position officielle du procureur est que le décès est qualifié de suicide : elle serait morte asphyxiée, par elle-même, sans trace d’aucune autre agression (1:10-1:26)

      Investigan muerte de mujer encontrada ahorcada en sitio eriazo de Pedro Aguirre Cerda - La Red : La Red
      https://www.lared.cl/2019/programas/asi-somos/investigan-muerte-de-mujer-encontrada-ahorcada-en-sitio-eriazo-de-pedro-aguirr

      El domingo pasado Daniela Carrasco fue encontrada muerta.

      –---------------

      Version reprise aujourd’hui même 22/11/19 par El Dínamo, journal chilien :
      Le procureur a qualifié le décès de suicide, le rapport de la médecine légale indiquant la cause de décès asphyxie par pendaison, l’intervention de tiers étant exclue

      Crisis social : las 23 muertes que son investigadas por la fiscalía
      https://www.eldinamo.cl/nacional/2019/11/22/muertes-fiscalia-crisis-social-fallecidos-investigaciones

      Daniela Carrasco
      Otra de las investigaciones abiertas de la Fiscalía Metropolitana Sur tiene relación con la muerte de la artista callejera de 36 años, Daniela Carrasco, quien fue hallada sin vida colgando de una reja en un sitio eriazo en la comuna de Pedro Aguirre Cerda, cerca del Parque André Jarlan.

      El caso fue descubierto luego de que un hombre que pasaba por el lugar grabó un video de la situación, quien sospechaba que la joven había sido víctima de violencia policial, incluso se especuló que la artista había sufrido abuso sexual.

      Sin embargo, desde la fiscalía señalaron que el deceso de Carrasco está siendo indagado como suicidio, ya que el informe del SML determinó que la causa de muerte fue asfixia por ahorcamiento, descartando la participación de terceros en la muerte.

      On notera que la quasi totalité des cas de «  décès du fait de la crise sociale  » abordés dans l’article d’ El Dínamo résultent de causes extérieures à l’action des forces de maintien de l’ordre, genre : suicide dans le commissariat

    • #JusticiaparaElMimo: il mondo intero chiede la verità sulla manifestante torturata e uccisa in Cile

      Daniela Carrasco uccisa in Cile: i social si mobilitano per Mimo

      “Daniela è stata violentata, torturata e impiccata perché simbolo delle proteste in Cile”, denuncia il coordinatore di “Ni Una menos” e i social network si mobilitano per chiedere chiarezza sulla morte di Daniela Carrasco, la 36enne artista di strada e simbolo delle proteste in Cile, ritrovata impiccata domenica 20 ottobre.

      Un evento tragico risalente ormai ad un mese fa, di cui i media non hanno dato notizia fino alle scorse ore perché il 20 novembre è arrivata la perizia sul corpo della giovane donna ma la sua morte resta ancora avvolta nel mistero.

      L’hashtag #JusticiaparaElMimo fa il giro del mondo e il naso rosso di Mimo inonda le bacheche di centinaia di migliaia di persone che vogliono la verità sull’omicidio che scuote il Cile.

      “Quando l’odio diventa codardo se ne va mascherato in società e si fa chiamare ‘giustizia’”, recita una vignetta condivisa su Twitter e dedicata alla giovane uccisa durante gli scontri antigovernativi che da quattro settimane stanno martoriando il Cile.

      L’artista di strada 36enne è stata ritrovata morta impiccata. In un primo momento era stato ipotizzato il suicidio, ma altri dettagli stanno emergendo anche grazie alla mobilitazione dei cittadini e del web. Una reazione che non conosce confini e valica le frontiere del Cile: a chiedere chiarezza c’è anche l’associazione italiana Non una di meno.

      “La vergogna delle barbarie umane si ripeterà sempre tra l’indifferenza e la connivenza”, scrive qualche altro utente. E c’è chi parla perfino di “femminicidio di Stato”.

      A lanciare sospetti sulla sorte di Daniela Carrasco e sulle altre vittime di violenza in Cile sarebbero anche le parole del presidente Sebastian Piñera il quale ha confermato gli abusi sui manifestanti da parte delle forze dell’ordine. “C’è stato un eccessivo uso della forza, ci sono stati abusi e i diritti di tutti non sono stati rispettati”, ha detto in conferenza stampa Piñera.

      https://www.tpi.it/esteri/daniela-carrasco-mimo-cile-campagna-social-20191122502504

    • *Cile, è ancora avvolta nel mistero la morte di Mimo:

      “Torturata per aver preso parte alle proteste”*

      Daniela Carrasco è stata trovata impiccata ad un albero: la prima ipotesi era di suicidio. La donna, conosciuta come «El mimo», aveva preso parte alle proteste che stanno infiammando il Cile. Non si esclude che la sua morte sia dovuta a torture e violenze sessuali.

      Cile, Mimo è morta in strane circostanze dopo le proteste

      In Cile va avanti da quattro settimane una violenta guerriglia urbana in seguito alle proteste iniziate il 14 ottobre contro i costi del servizio pubblico. I cortei, iniziati nella capitale Santiago, hanno poi assunto la dimensione nazionale contro le politiche del Governo e il bilancio è di 22 morti e oltre 2000 feriti.

      Tra le morti verificatesi, spicca quella di Daniela Carrasco, donna di 36 anni, artista di strada conosciuta come “La Mimo”. Nella giornata di mercoledì 20 novembre è stato consegnato ai suoi genitori la perizia effettuata. Dopo la prima ipotesi del suicidio, si fa strada anche l’opzione di una morte “simbolica”, a seguito di torture e violenze sessuali, che servisse da monito alle donne cilene.

      Daniela Carrasco è stata ritrovata domenica 20 ottobre senza vita impiccata ad un albero nelle vicinanze del arco “André Jarlan”, nel comune di Pedro Aguirre Cerda.

      Inizialmente, i medici avevano ipotizzato un suicidio, e dalla perizia, che ha accertato la morte per soffocamento. Non risulterebbero dal rapporto della polizia scientifica violenze né torture, almeno secondo le fonti ufficiali e le dichiarazioni del procuratore.

      Tra chi chiede giustizia per la donna che aveva preso parte alle manifestazioni cilene infatti sta prendendo piede un’altra ricostruzione.

      Daniela Carrasco sarebbe stata infatti vittima di terribili torture e ripetute violenze sessuali, per erigerla a esempio per tutte le donne che stanno scendendo in piazza nell’ultimo mese per protestare contro il governo cileno. Sarebbero infatti molte le donne scomparse a seguito delle proteste.

      A sostenere questa ipotesi è il coordinatore di “Ni Una menos“, il corrispettivo cileno dell’organizzazione Non una di meno, che sui social network ha denunciato come Daniela sia stata “è stata violentata, torturata, nuovamente violentata fino al punto di toglierle la vita”. Accuse sostenute anche dalla rete di attrici cilene, secondo cui la 36enne “è stata rapita dalle forze militari nei giorni della protesta il 19 ottobre”.
      Il presidente Pinera ammette gli abusi

      Intanto, il presidente cileno Sebastian Pinera ammette i recenti abusi della polizia sui manifestanti: “C’è stato un eccessivo uso della forza, ci sono stati abusi e i diritti di tutti non sono stati rispettati”, ha detto nel corso di una conferenza stampa al palazzo presidenziale de La Moneda ha riconosciuto un eccesso di violenza da parte delle forze dell’ordine nella repressione delle proteste e dei disordini.

      Il presidente ha aggiunto, nel corso del suo discorso di domenica, che “né gli atti di inusitata violenza né gli abusi resteranno impuniti”, garantendo adeguata assistenza affinché “le procure e i tribunali possano indagare e fare giustizia”.

      Quella giustizia che ancora non è stata fatta per la morte di Mimo.

      https://www.tpi.it/esteri/cile-proteste-morte-mimo-daniela-carrasco-20191121501561

    • Comme ce serait formidable d’avoir la traduction Deepl (500€/an) qui respecte beaucoup mieux le féminin, les textes originaux, les noms d’associations … et les sauts de lignes, utilise un français correct ou un procuratore ne devient pas avocat par un tour de passe passe de traduction !

      par exemple Deepl traduit

      Pour étayer cette hypothèse, le coordinateur de « Ni Una menos », l’homologue chilien de l’organisation Non una di meno, a dénoncé sur les réseaux sociaux comment Daniela a été "violée, torturée, violée à nouveau au point de prendre sa vie. Accusations également soutenues par le réseau d’actrices chiliennes, selon lesquelles la jeune femme de 36 ans « a été enlevée par les forces militaires pendant les jours de la manifestation du 19 octobre ».

      tandis que GooG accumule les erreurs

      Pour soutenir cette hypothèse, le coordinateur de « Ni Una menos », correspondant chilien de l’organisation Pas de moins, qui sur les réseaux sociaux a dénoncé comment Daniela était « a été violée, torturée, encore violée au point de la renvoyer la vie ». Accusations également soutenues par le réseau d’actrices chiliennes, selon lequel le jeune homme âgé de 36 ans « a été kidnappé par les forces militaires à l’époque de la manifestation du 19 octobre ».

    • C’est un peu ce que je demandais dès le départ : qui a fait faire l’autopsie, la police, la famille ? Et du coup en fait ça fait une semaine ou plus que sur tous les réseaux sociaux, les gens partagent en chaine le fait qu’elle a été torturée et tuée et que c’est une martyre, et en fait sa famille elle-même dit qu’elle s’est suicidée ? (mais elle a très bien pu se suicider après s’être fait torturer et violer, ça non plus c’est pas impossible et pas clair ! sauf que qui a dit qu’elle s’est faite violée, est-ce que c’est l’autopsie demandée par la famille aussi ou d’autres gens sans preuves ? j’ai pas réussi à comprendre d’où venait cette première info !)

      Bref, faut continuer de chercher et recouper vraiment les infos…

    • Ce que l’on entrevoit dans la vidéo de la découverte de son corps, suspendu à une grille, ne milite pas vraiment pour un suicide.

      Pour le reste, la confiance qu’on peut accorder à la police et à la médecine légale dans ce contexte est toute relative.

      Et dans un contexte de répression violente, avec certainement des éléments durs dans les forces de répression, chercher une source fiable semble difficile, voire dangereux.

    • Je sais bien pour le contexte, mais ya quand même pas que les infos de la police qui arrivent non ? D’où ma question de savoir d’où venaient les infos concrètement, évidemment que si les seules infos viennent des médecins de la police il ne faut pas faire confiance ! Mais ça n’empêche que pour affirmer des choses il faut forcément se baser sur des faits, il faut que Ni una menos ait pu voir le corps, voir des marques, etc, pour affirmer ensuite des choses. Dans toutes les déclarations je ne vois aucune mention indiquant d’où sortent les informations alors qu’il pourrait y avoir des phrases du genre « Nous avons pu voir son corps et nous avons vu… » ou même « Des conaissances ont pu voir son corps… » mais non, ya aucune indication du tout.

      La déclaration officielle de l’association « Avocates féministes du Chili », qui bosse directement et bénévolement pour la famille de Daniela, c’est pas une information aussi fiable que le reste ? Elles indiquent que ça pourrait décrédibiliser le mouvement social de propager des infos sans sources. Mais après je ne connais pas les forces en présence, peut-être que c’est une association de bourgeoises hors du mouvement social et qu’il ne faut pas leur faire confiance. Je n’ai pas encore trouvé de réaction de Ni una menos à cette déclaration.

      https://twitter.com/Abofemcl/status/1197997836299833344

      DECLARACIÓN PÚBLICA SOBRE MUERTE DE DANIELA CARRASCO
      El 20 de octubre, en pleno estallido de la crisis que hasta hoy atraviesa nuestro país, el cuerpo sin vida de Daniela Carrasco (36 años), más conocida como “La Mimo” apareció en la comuna de Pedro Aguirre Cerda.

      En medio de la crispación de esos días, distintas declaraciones fueron emitidas por organizaciones y colectivos, indicando que había pruebas de ensañamiento, tortura y que el crimen había sido realizado por agentes del Estado.

      Apenas la noticia llegó a oídos de Abofem, nuestras socias se pusieron en contacto con la familia y hoy llevan el caso de manera pro bono.

      Es por eso que, a pesar de que nunca nos referimos a los casos que llevamos, nos vemos en la necesidad de exigirle a la ciudadanía y también a los medios de comunicación que no sigan compartiendo información sin fuentes verificadas.

      Desde Abofem instamos a respetar tanto la memoria de Daniela como a su familia, quienes en incontables ocasiones han pedido cautela y trato digno en su duelo.

      Lamentablemente, día tras día seguimos viendo noticias falsas en medios de comunicación nacionales e internacionales, lo que nos parece del todo condenable, sobre todo teniendo en cuenta nuestro actual contexto.

      Además, nos hemos visto en la necesidad de salir a apoyar a la familia, quienes han sufrido el constante asedio por parte de periodistas y curiosos, lo que se suma a nuestra labor de solicitar y verificar que por parte del Ministerio Público...

      se realicen todas las diligencias investigativas pertinentes y conducentes para descartar cualquier participación de un tercero en este lamentable hecho, con la mayor diligencia.

      Queremos recordarles que la investigación para esclarecer las circunstancias de la muerte de Daniela sigue en curso y que los antecedentes que hasta ahora se manejan indican que habría dejado una carta explicando las razones de un eventual suicidio y que no se hallaron signos evidentes o patentes de tortura o agresión sexual. Indicamos lo anterior, sin perjuicio de que los informes médicos forenses puedan indicar algo distinto más adelante.

      También queremos aclarar, a pedido de la familia de Daniela, que no han solicitado dinero por redes sociales ni están vendiendo objetos con su imagen. Cualquiera de esas situaciones, no va en beneficio de la familia y constituye un aprovechamiento que solo profundiza su dolor

      Instamos a la ciudadanía, a las organizaciones y a los medios de comunicación a elevar los estándares éticos y profesionales para no vulnerar la memoria de Daniela ni a su familia, ni tampoco deslegitimar el movimiento social con noticias falsas sin fuentes verificables.

      De todos y cada uno de nosotr@s depende darle un trato digno a cada caso que aparezca durante estos tiempos.
      Fin.

  • المنتخب الأولمبي المصري : تضامن أسامة جلال ومصطفى محمد مع الصحفي الفلسطيني معاذ عمارنة يثير جدلا - BBC News Arabic
    https://www.bbc.com/arabic/trending-50488824

    https://ichef.bbci.co.uk/news/485/socialembed/https://twitter.com/gamal_helal/status/1196912204106391552~/arabic/trending-50488824

    Des joueurs de la sélection égyptienne manifestent leur solidarité avec le journaliste palestinien Muath Amarneh, éborgné par un tir israélien (https://www.middleeastmonitor.com/20191118-global-solidarity-with-palestinian-photographer-shot-in-).

    #palestine #clichés_arabes

  • ’Endless trip to hell’: Israel jails hundreds of Palestinian boys a year. These are their testimonies - Israel News - Haaretz.com

    They’re seized in the dead of night, blindfolded and cuffed, abused and manipulated to confess to crimes they didn’t commit. Every year Israel arrests almost 1,000 Palestinian youngsters, some of them not yet 13
    By Netta Ahituv Mar 16, 2019

    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium.MAGAZINE-israel-jails-hundreds-of-palestinian-boys-a-year-1.702197

    It was a gloomy, typically chilly late-February afternoon in the West Bank village of Beit Ummar, between Bethlehem and Hebron. The weather didn’t deter the children of the Abu-Ayyash family from playing and frolicking outside. One of them, in a Spiderman costume, acted the part by jumping lithely from place to place. Suddenly they noticed a group of Israeli soldiers trudging along the dirt trail across the way. Instantly their expressions turned from joy to dread, and they rushed into the house. It’s not the first time they reacted like that, says their father. In fact, it’s become a pattern ever since 10-year-old Omar was arrested by troops this past December.

    The 10-year-old is one of many hundreds of Palestinian children whom Israel arrests every year: The estimates range between 800 and 1,000. Some are under the age of 15; some are even preteens. A mapping of the locales where these detentions take place reveals a certain pattern: The closer a Palestinian village is to a settlement, the more likely it is that the minors residing there will find themselves in Israeli custody. For example, in the town of Azzun, west of the Karnei Shomron settlement, there’s hardly a household that hasn’t experienced an arrest. Residents say that in the past five years, more than 150 pupils from the town’s only high school have been arrested.

    At any given moment, there are about 270 Palestinian teens in Israeli prisons. The most widespread reason for their arrest – throwing stones – does not tell the full story. Conversations with many of the youths, as well as with lawyers and human rights activists, including those from the B’Tselem human-rights organization, reveal a certain pattern, even as they leave many questions open: For example, why does the occupation require that arrests be violent and why is it necessary to threaten young people.

    A number of Israelis, whose sensibilities are offended by the arrests of Palestinian children, have decided to mobilize and fight the phenomenon. Within the framework of an organization called Parents Against Child Detention, its approximately 100 members are active in the social networks and hold public events “in order to heighten awareness about the scale of the phenomenon and the violation of the rights of Palestinian minors, and in order to create a pressure group that will work for its cessation,” as they explain. Their target audience is other parents, whom they hope will respond with empathy to the stories of these children.
    Haaretz Weekly, Episode 19Haaretz

    In general, there seems to be no lack of criticism of the phenomenon. In addition to B’Tselem, which monitors the subject on a regular basis, there’s been a protest from overseas, too. In 2013, UNICEF, the United Nations agency for children, assailed “the ill treatment of children who come in contact with the military detention system, [which] appears to be widespread, systematic and institutionalized.” A report a year earlier from British legal experts concluded that the conditions the Palestinian children are subjected to amount to torture, and just five months ago the Parliamentary Assembly of the Council of Europe deplored Israel’s policy of arresting underage children, declaring, “An end must be put to all forms of physical or psychological abuse of children during arrest, transit and waiting periods, and during interrogations.”

  • Pat Peka sur Twitter : « Heureusement que cela est dit par une syndicaliste, sinon on serait taxé de complotiste #Lallement #GiletsJaunes #GGRMC #hdpros #LCI #CNews #BFMTV #BlackBlocs #ViolencesPolicieres #FDO Poulin2012 @tropical_boy @J_Rodrigues_Off @davduf @Qofficiel @SudRadio @C_Barbier @jmaphatie https://t.co/lHj0JWlBat » / Twitter
    https://twitter.com/Pekapat/status/1196487146196144128

    https://video.twimg.com/ext_tw_video/1196486994861469701/pu/vid/478x270/IWBPbK_g8qvIMaQJ.mp4?tag=10

  • Les Etats-Unis ne considèrent plus les colonies israéliennes contraires au droit international — RT en français
    https://francais.rt.com/international/68093-etats-unis-ne-considerent-plus-colonies-israeliennes-contraires-d

    Allez, je me dévoue pour mettre cette énième saloperie étasunienne sur SeenThis...

    Mike Pompeo, secrétaire d’Etat des Etats-Unis, a fait savoir que Washington ne considérait plus les colonies israéliennes en Cisjordanie contraires au droit international – à rebours de l’ONU et d’une grande partie de la communauté internationale.

    « Après avoir examiné soigneusement tous les arguments de ce débat juridique, [nous concluons que] l’établissement de colonies de civils israéliens en Cisjordanie n’est pas en soi contraire au droit international », a dit déclaré le chef de diplomatie américaine Mike Pompeo. Or, les occupations de territoires palestiniens sont au contraire jugées depuis 1967 illégales par l’ONU et une grande partie de la communauté internationale.

    Cette décision pourrait être interprétée comme un coup de pouce au Premier ministre israélien sortant Benjamin Netanyahou, qui a proposé d’annexer une partie des colonies de Cisjordanie occupée. Ce dernier a d’ailleurs salué la position de Washington. Cette décision « est le reflet d’une vérité historique – que les juifs ne sont pas des colonisateurs étrangers en Judée-Samarie [nom biblique utilisé en Israël pour désigner la Cisjordanie occupée]. En fait, nous sommes appelés juifs car nous sommes le peuple de Judée », a-t-il déclaré dans un communiqué.

    #palestine #droit

  • « مرشحة » هيفاء المنصور في « إسرائيل »
    https://al-akhbar.com/Literature_Arts/279594

    Une si jolie petite bicyclette ! Haifaa al-Mansour, réalisatrice saoudienne du très acclamé Wadjda, ouvrira le prochain Festival du film féminin à... Jérusalem (annexée par les Israéliens) avec The Perfect Candidate ("Une jeune femme médecin se présente aux élections municipales dans une société conservatrice dominée par les hommes.") L’article de Al-Akhbar précise que la réalisatrice n’a pas jugé bon de réfuter des informations allant dans le même sens (normalisation avec l’Etat israélien sur le dos des Palestiniens) parues dans la presse israélienne l’année dernière.

    https://www.youtube.com/watch?v=UqikWGerUsc

    #arabie_saoudite #normalisation

  • Charbel Nahas : « Le Liban paye des décennies d’illusions »
    https://www.lefigaro.fr/conjoncture/charbel-nahas-le-liban-paye-des-decennies-d-illusions-20191113

    LE FIGARO.- Les établissements bancaires sont à nouveau fermés au Liban depuis mardi. L’état des comptes publics est-il le seul responsable de cette crise de confiance généralisée ?

    Charbel NAHAS.- Le problème initial est celui de la balance des paiements, dont le déséquilibre est tout simplement gigantesque. Depuis les années 1990, le pays a reçu plus de 240 milliards de dollars, à travers des transferts, endettements, investissements de toutes sortes, publics ou privés. Ces ressources ont été consommées et une partie représente désormais des pertes, qui se comptent en dizaines de milliards. La dette publique est un des aspects de cette dérive, mais les faillites touchent aussi les entreprises, les ménages... Nous importons quasiment la moitié de la consommation, et désormais tout est bloqué. La situation actuelle est en effet extrême et peut dégénérer.

    L’économie étant entièrement bloquée, risque-t-on assister à une crise sanitaire dans le pays ?

    Elle est déjà là. J’ai été informé aujourd’hui que la pharmacie de l’Hôtel-Dieu de France à Beyrouth ne peut plus délivrer certaines molécules coûteuses, et se concentre sur les protocoles médicamenteux de base. Il s’agit pourtant de l’hôpital le mieux achalandé du pays. À l’échelle du pays, la situation est critique.

    Comment l’appareil d’État libanais a-t-il pu laisser la situation dégénérer à ce point ? Du point de vue économique, comment les comptes ont-ils pu atteindre ces déséquilibres ?

    Je constate que les gouvernants d’hier ne savent plus quoi faire. Untel se découvre des revendications proches de celles des manifestants, un autre abandonne ses responsabilités... Ce que montrent tous ces comportements, c’est que l’appareil d’État lui-même a démissionné. Aux manifestations énormes qui se succèdent depuis un mois s’ajoute donc une faillite des élites.

    À lire aussi : Liban : une crise de régime ?
    Mais celle-ci date en fait de bien avant. Normalement, ce qu’on appelait la « résilience libanaise » aurait dû faire jouer des mécanismes régulateurs. Lorsque les déficits de balance des paiements atteignent de tels niveaux, la situation ne peut durer plus de deux ou trois ans. Ensuite, dans un système sain, une crise de change ou une faillite financière surviennent, une restructuration de dette est mise en œuvre... Ce qui se paye aujourd’hui, ce sont des décennies d’illusions au cours desquelles ces phénomènes correctifs ont été à chaque fois bloqués soit politiquement, comme lors de la conférence de Paris II, à la veille de l’invasion américaine de l’Irak, soit du fait d’opportunités économiques qui ont été utilisées pour prolonger la situation, comme la flambée des prix du pétrole entre 2006 et 2014. Le mécanisme d’accumulation des pertes se poursuivait, alors qu’on croyait que la machine tournait.

    Quel était le degré de conscience du problème de la part des dirigeants ?

    Il est toujours difficile de faire la part de l’inconscience et du machiavélisme pour les personnes qui se sont succédé aux responsabilités. Je ne pense pas que la majorité de nos chefs et responsables aient été conscients de la situation. Le gouverneur de la banque centrale [Riad Salamé, ndlr] souligne aujourd’hui que les éléments étaient connus par lui mais qu’en l’absence de toute alternative politique, il lui était demandé de prendre des décisions qui dépassaient ses responsabilités.

    La sortie de crise implique-t-elle, comme le défend votre mouvement « Citoyens et citoyennes dans un État », de changer de système politique ?

    Des arrangements politiques peuvent sans doute encore se produire, mais ils ont peu de chances de survivre plus de quelques mois. C’est pourquoi je pense en effet que tout le système politique communautaire doit aujourd’hui être remis en cause. Concrètement, il faut remplacer notre système confessionnel par un gouvernement laïc disposant, pour une période de douze à dix-huit mois, de pouvoirs législatifs étendus. Ce dernier aura pour principale mission de distribuer rationnellement les pertes en fonction des acteurs économiques : État mais aussi entreprises, ménages, etc. et de jeter les bases d’une légitimité laïque. Ensuite, des élections pourront avoir lieu.

    Comment les différentes communautés pourraient-elles abandonner ainsi leurs pouvoirs ?

    Il n’y a pas d’alternative ! Les communautés sont des structures politiques qui sont forcément conflictuelles à l’échelle du Liban. Leur raison d’être, leur attitude ne peut être qu’offensive ou défensive les unes par rapport aux autres. Un gouvernement qui repose sur cette logique de tension ne pourra pas avoir l’assise suffisante pour prendre les mesures douloureuses qui s’imposent. Il faut tabler sur un niveau minimal de responsabilité des acteurs actuels, qui accepteraient de renoncer pacifiquement à leur système, avec les prérogatives tangibles qui y sont pourtant associées. Au fond, il faut que tout le monde s’accorde à reconnaître l’incapacité structurelle du système actuel de faire face à la crise. Mais les transitions d’un régime politico-économique à un autre ne se passent pas aux moments où tout va bien... Cette crise est la seule opportunité.

    S’agit-il d’une approche technique pour résoudre un problème conjoncturel, ou d’une vision à plus long terme ?

    Non, il s’agit d’un projet éminemment politique. Il faut que ce gouvernement jette les bases d’une nouvelle organisation de la démocratie libanaise. Si l’approche est simplement technocratique, les chefs actuels prendront ce prétexte pour la déstabiliser.

  • Voici comment les EAU dirigent les manifestations au Liban, depuis l’arrestation de l’opposant iranien Zam (1/4) – Site de la chaîne AlManar-Liban
    http://french.almanar.com.lb/1556293

    A prendre avec de très longues pincettes... Le point de vue est néanmoins « populaire » au #liban

    Le 14 octobre dernier, les services de renseignement iraniens arrêtaient à la frontière irano-irakienne l’opposant Rouhallah Zam dans le cadre d’une opération sécuritaire complexe. L’information circula brièvement dans les médias internationaux [1] [2], mais seuls quelques médias proches de l’Arabie saoudite lui prêtèrent une réelle attention, mais de manière concise.

    L’homme en question est un trésor d’informations. En effet, son arrestation a révélé au travers d’informations provenant de Dubaï ce que planifiait Abou Dhabi en vue de mouvements populaires au Liban, en Irak et en Iran ; mouvements gérés et financés cette fois-ci par les Émirats, l’Arabie saoudite étant occupée par ses problèmes internes et plongée dans les sables mouvants du Yémen.

    Or, cette arrestation fut précédée, le 6 octobre, par la visite du Premier ministre libanais Saad Hariri aux Émirats arabes unis, l’objectif déclaré étant l’obtention d’une subvention pour la Banque centrale du Liban. Mais en réalité, il s’agissait d’une convocation américaine destinée à informer M. Hariri du fait que le dossier libanais était passé des mains de l’Arabie saoudite à celles des Émirats arabes unis, du plan d’action de ces derniers au Liban, du rôle qui lui était dévolu ; les Émirats se chargeant d’informer ses deux alliés du plan en question. Lesquels alliés sont Walid Joumblatt [dirigeant au Parlement le bloc de la Rencontre démocratique] et Samir Geagea [président du Parti des Forces libanaises] ; tous les autres devant être ultérieurement informés de l’heure H du lancement de l’opération.

    Informer M. Joumblatt ne fut pas chose difficile, vu que le ministre Waël Bou Faour, [affilié au PSP (Parti Socialiste Progressiste) du chef druze Walid Joumblatt] faisait partie de la délégation ministérielle ayant accompagné M. Hariri à Abou Dhabi. Quant à M. Samir Geagea, il reçut l’information au cours d’un séjour au Canada à la même date.

    Le plan consistait à ce que les ministres des Forces libanaises et du bloc de la Rencontre démocratique démissionnent [démission annoncée le 19 octobre ; Ndt], que les gens descendent dans la rue en signe de protestation et de colère [ce qui est arrivé le 17 octobre ; Ndt], que des affrontements s’ensuivent avec les partisans du Hezbollah et du mouvement Amal aboutissant à couper la « Dahiya » [banlieue sud de Beyrouth majoritairement chiite ; Ndt] du sud du pays et de la plaine orientale de la Beqaa. Ainsi, le siège de la capitale serait assuré, suivi de la démission de M. Hariri de son poste de chef du gouvernement [démissionnaire le 29 octobre, Ndt] ; ce qui amènerait ses propres partisans à descendre aussi dans la rue et à créer de nouveaux affrontements avec le Hezbollah et le mouvement Amal partout où ce serait possible. Ensuite, serait lancée une campagne populaire et médiatique visant, dans un premier temps, à rompre le Pacte [national], avant de parfaire le plan par l’expulsion du Hezbollah de la structure gouvernementale ; puis, dans un deuxième temps, débuterait le travail de formation d’un nouveau gouvernement qui ne tolérerait plus les armes du Hezbollah ; autrement dit, de la Résistance libanaise.

    En ce qui concerne le Liban, le tout devait être couronné par des pressions économiques et médiatiques, américaines et occidentales, censées pousser l’armée libanaise à s’affronter à la Résistance et, en conséquence, par des répercussions négatives et désastreuses sur son image et le soutien de la population, en préparation de sa disgrâce définitive.

    C’est là un plan simple et habituel quant à la méthode adoptée pour faire tomber le Hezbollah. Elle semble ne pas tenir compte de la spécificité du Liban et de l’environnement favorable à la Résistance ; mais, dans les faits, travaille et espère que les pressions et la crise économiques poussent les gens issus de ce milieu favorable au Hezbollah à descendre dans la rue.

    Par ailleurs, tout était planifié pour que le mouvement libanais s’accompagne de grands mouvements populaires en Irak, en Iran et au Yémen, qui déstabiliseraient le Hezbollah au Liban et en éloigneraient ses alliés internes, notamment les alliés chrétiens.

    En d’autres termes, pour que le plan réussisse, il fallait que les populations envahissent les rues de Beyrouth, Bagdad, Téhéran et Sanaa. Mais l’arrestation de Rouhallah Zam par les services de renseignement iraniens a sapé le plan dans sa partie iranienne ; ce que nous détaillerons dans la troisième partie de cette série de quatre articles.

    Une arrestation qui a non seulement permis aux Iraniens d’obtenir des informations sur les motifs de la visite de M. Hariri à Abou Dhabi, mais aussi des informations sur les plans visant l’Irak, lesquelles sont venues s’ajouter aux données rassemblées par les services de sécurité à Téhéran, Bagdad et Beyrouth. D’ailleurs, selon nos sources, les prédictions du 3 octobre de Qaïs al-Khazali, annonçant des manifestations en Irak avant qu’elles ne se produisent, étaient fondées sur des renseignements donnés par le Hezbollah au Hachd al-chaabi [Unités de mobilisation populaire] irakien.
    nidal_hemade

    Par Nidal Hamade : Journaliste libanais (Paris) ; Traduit de l’arabe par Mouna Alno-Nakhal
    Source : Al-Binaa (Liban)