• CIA director Haspel caught in Khashoggi briefing tug-of-war - CNNPolitics
    https://www.cnn.com/2018/11/27/politics/cia-haspel-senate-briefing/index.html

    Another congressional aide said Tuesday that the White House is attempting to “hide” Haspel in an attempt to prevent her from sharing details that may not align with its public response to Khashoggi’s murder.
    “If they were confident in their story they would send her to the US Senate and have her brief US senators. But the fact that they are hiding her and not allowing her to tell the Senate what she knows ... it really tells you all you need to know,” the aide said.
    But Bolton denied claims that the White House was preventing Haspel from participating in the briefing, responding “certainly not” when asked about the reports.

    #khashoggi


  • Funding gaps threaten to leave nearly 1 million children out in the cold in the Middle East and North Africa
    https://www.unicef.org/press-releases/funding-gaps-threaten-leave-nearly-1-million-children-out-cold-middle-east-a

    With cold and rainy weather sweeping across the Middle East and North Africa, nearly 1 million children affected by crises in the region risk being left out in the cold. UNICEF is facing a US$33 million funding gap – two-thirds of the total appeal - for lifesaving winter assistance for children including warm clothes, blankets and winter health, water, sanitation and hygiene supplies.

    “Years of conflict, displacement and unemployment have reduced families’ financial resources to almost nothing. Staying warm has simply become unaffordable,” said Geert Cappelaere, UNICEF Regional Director for the Middle East and North Africa. “With little nutritious food and healthcare, children have grown weak, becoming prone to hypothermia and dangerous respiratory diseases. Without help to protect them from the freezing weather, these children are likely to face dire consequences.”

    Falling temperatures will bring even further hardship to thousands of families who are living in extremely basic conditions especially in camps or crowded shelters with little protection from the freezing cold. Last winter, two children died from the cold as they were attempting to flee the war in Syria to Lebanon in search of safety.

    Overall this winter, UNICEF aims to reach 1.3 million children in Syria, Iraq, Jordan, Lebanon, the State of Palestine, Turkey and Egypt with warm clothes; thermal blankets; water, sanitation, health and hygiene support; and cash assistance for families. UNICEF’s winter response complements existing programmes in health, nutrition, water and sanitation, protection and education and aims to keep vulnerable children across the region warm, healthy and in school this winter.

    #réfugiés


  • Le sultan Qabus « a enfreint la loi omanaise » en accueillant Netanyahou
    Middle East Eye - Mustafa Abu Sneineh - 26 novembre 2018
    https://www.middleeasteye.net/fr/reportages/le-sultan-qabus-enfreint-la-loi-omanaise-en-accueillant-netanyahou-15

    En organisant une visite surprise de Benyamin Netanyahou à Mascate le mois dernier, le sultan Qabus ibn Saïd d’Oman pourrait avoir enfreint une loi interdisant les relations avec Israël qu’il a lui-même émise, ont indiqué à Middle East Eye des militants BDS présents dans le pays.

    La « loi sur le boycott d’Israël », qui interdit toute transaction commerciale ou fiscale ainsi que tout autre lien avec Israël, que ce soit directement ou via des canaux étrangers, a été promulguée par le sultan Qabus en 1972, deux ans après son accession au pouvoir à la suite d’un coup d’État mené par la Grande-Bretagne qui a entraîné l’éviction de son père Saïd en juillet 1970.

    La loi a également interdit l’importation de tout produit ou toute marchandise contenant des composants fabriqués en Israël.

    Les sanctions prévues en cas d’infraction à la loi comprennent une peine d’emprisonnement de trois à dix ans dont une période de travaux forcés et une amende éventuelle de 5 000 rials omanais (environ 11 440 euros).(...)

    #IsraelOman



  • Mortels & immortels dans l’e-monde

    Bernardo Bertolucci, le cinéaste de la transgression, est mort

    Mort de Nicolas Roeg, le cinéaste qui a dirigé David Bowie et Mick Jagger

    Mort du chercheur spécialiste du bouddhisme Hubert Durt

    Mort de Patrick Mathé, patron du label New Rose

    Mort du psychanalyste Alain Didier-Weill

    D’« Un homme et une femme » à « Love Story », la carrière exceptionnelle du compositeur Francis Lai

    Mort de Bernard Landry, ancien premier ministre québécois

    Mort de Raymond Chow, le producteur de Bruce Lee

    Le producteur de cinéma Francis Boespflug est mort

    La mort d’Alain Chevalier, cofondateur du groupe LVMH

    Le compositeur Eric Daubresse est mort

    L’industriel chinois Wang Guangying, « capitaliste rouge », est mort

    L’écrivain hongkongais Jin Yong est mort

    Le photographe franco-haïtien Gérald Bloncourt est mort

    Le chanteur Tony Joe White, l’auteur de « Polk Salad Annie », est mort

    En voyant cette liste je me dit que cette liste implique que les femmes sont immortelles, mais en fait en cul de liste il y a :

    Florence Malraux, assistante -réalisatrice, est morte

    #sexisme #femmes #mort #invisibilisation



  • La compañía china CNPC se hace con la parte de la francesa Total en el campo de gas iraní Pars del Sur – Sitio de Al Manar en Español
    http://spanish.almanar.com.lb/263925

    Les entreprises chinoises remplacent les françaises (Total) en #Iran.

    La compañía petrolera pública china CNPC ha reemplazado a la compañía francesa Total en el proyecto del campo de gas Pars del Sur, dijo el ministro iraní de petróleo Bijan Namdar-Zanganeh. “La CNPC de China ha reemplazado oficialmente a Total en la Fase 11 de Pars del Sur, pero aún no ha comenzado a operar de manera concreta. Deben iniciarse discusiones con la CNPC […] para saber cuándo estará operativo el campo”, dijo.

    Total confirmó en agosto pasado que había notificado a las autoridades iraníes su retiro del proyecto Pars del Sur en Irán, considerado el campo de gas natural más grande del mundo, tras las sanciones unilaterales norteamericanas. El contrato, firmado en 2017 para el desarrollo de la Fase 11 de Pars del Sur, atribuía a Total una participación del 50,1% con una inversión inicial de 1.000 millones de dólares.


  • Explaining the plummeting cost of solar power | MIT News
    http://news.mit.edu/2018/explaining-dropping-solar-cost-1120

    Researchers uncover the factors that have caused photovoltaic module costs to drop by 99 percent.

    (...) government policy to help grow markets around the world played a critical role in reducing this technology’s costs.

    La France a mis tous ses moyens dans le #nucléaire, dont le prix n’a pas baissé (bien au contraire). Grands stratèges !

    At the device level, the dominant factor was an increase in “conversion efficiency,” or the amount of power generated from a given amount of sunlight.

    #recherche #énergie

    • World Nuclear Industry Status Report 2018
      https://www.worldnuclearreport.org/World-Nuclear-Industry-Status-Report-2018-HTML.html

      Investment. Global reported investment for the construction of the four commercial nuclear reactor projects (excluding the demonstration CFR-600 in China) started in 2017 is nearly US$16 billion for about 4 GW. This compares to US$280 billion renewable energy investment, including over US$100 billion in wind power and US$160 billion in solar photovoltaics (PV). China alone invested US$126 billion, over 40 times as much as in 2004. Mexico and Sweden enter the Top-Ten investors for the first time. A significant boost to renewables investment was also given in Australia (x 1.6) and Mexico (x 9). Global investment decisions on new commercial nuclear power plants of about US$16 billion remain a factor of 8 below the investments in renewables in China alone.

      Installed Capacity. In 2017, the 157 GW of renewables added to the world’s power grids, up from 143 GW added the previous year, represent the largest increase ever. The increase accounted for more than 61 percent of net additions to global power generating capacity. Wind added 52 GW and solar PV a record 97 GW. These numbers compare to a 3.3 GW increase for nuclear power.

      Electricity Generation. Nine of the 31 nuclear countries, Brazil, China, Germany, India, Japan, Mexico, Netherlands, Spain and U.K.—a list that includes three of the world’s four largest economies—generated more electricity in 2017 from non-hydro renewables than from nuclear power.

      In 2017, annual growth for global generation from solar was over 35 percent, for wind power over 17 percent, and for nuclear power 1 percent, exclusively due to China.

      Compared to 1997, when the Kyoto Protocol on climate change was signed, in 2017 an additional 1,100 TWh of wind power was produced globally and 442 TWh of solar PV electricity, compared to nuclear’s additional 239 TWh.

      In China, as in the previous five years, in 2017, electricity production from wind alone (286 TWh), by far exceeded that from nuclear (233 TWh). The same phenomenon is seen in India, where wind power (53 TWh) outpaced nuclear—stagnating at 35 TWh—for the second year in a row.



  • Ex-defense minister says IS ’apologized’ to Israel for November clash | The Times of Israel
    https://www.timesofisrael.com/ex-defense-minister-says-is-apologized-to-israel-for-november-clash

    Former defense minister Moshe Ya’alon on Saturday said the Islamic State terrorist group in the Syrian Golan Heights “apologized” for attacking an Israeli unit.

    “There was one case recently where Daesh opened fire and apologized,” Ya’alon said, using the terror group’s Arabic nickname.

    Comme l’écrit Angry Arab qui passe l’info, difficile après cela de ne pas donner crédit aux thèses conspirationnistes : (كيف لا نركن لنظريّة المؤامرة عندما نتذكّر أن وزير حرب العدوّ الاسرائيلي اعترف بتواصل بين دولة الاحتلال وبين « داعش » وكيف أن الأخيرة اعتذرت للأولى في عام ٢٠١٧ عن اشتباك طفيف بينهما؟)

    #israel #isis #daech #syrie


  • Visite de MBS en Tunisie : un comité d’ avocats dépose plainte
    https://www.mosaiquefm.net/fr/actualite-national-tunisie/448871/visite-de-mbs-en-tunisie-un-comite-d-avocats-depose-plainte

    Le groupe de 50 avocats pour la défense des libertés a été chargé par des journalistes, des blogueurs et des avocats de porter plainte devant les tribunaux tunisiens dans le but de s’opposer à une visite du prince héritier saoudien Mohamed Ben Salmane en #Tunisie, a indiqué Me Nizar Boujlel, coordinateur du groupe.

    #arabie_saoudite


    • Par ailleurs,

      Some commentators predict that the Saudi crown prince is now so indebted to Trump that his support for the plan will be even more emphatic, but it’s more reasonable to assume that his newly-precarious hold on power will dissuade him from expressing emphatic support for a peace plan that is bound to enrage Palestinians as well as the proverbial “Arab street” in Riyadh, Mecca and other Arab cities.

      Netanyahu might actually welcome Saudi reticence that could help convince the Trump administration to hold off once again with its plan. The recent coalition crisis made it crystal clear that Netanyahu could be one of the first victims of his Washington BFF’s blueprint. Any peace plan published by the White House, even one viewed by Palestinians and the world as completely one-sided in Israel’s favor, will necessarily include relinquishment of territory, in East Jerusalem as well as the West Bank. It will be uniformly rejected by most of the Israeli right. Netanyahu is certainly loath to reject the fruit of Trump’s pro-Israel peace team’s labor, but anything less than a resounding “no” on his part could persuade even more voters to opt for parties to his right in the upcoming elections.

      The bottom line is that even the friendliest U.S. president in human history, as Netanyahu often describes him, is carrying a ticking time bomb that could soon blow up in the prime minister’s face. And as Netanyahu has recently learned from the botched military incursion in Gaza, the downing of the Russian plane and the horrid Khashoggi killing in Istanbul, unexpected developments can shake up the Middle East and demolish his image as its master manipulator. When lady luck thumbs her nose at the start of an election year, even the conventional wisdom about Netanyahu’s inevitable victory could dissipate in an instant, along with his hitherto-lauded grand strategies.


  • Europeans Help ’Idlib Rebels’ To Equip Missiles With Chemical Warheads – Report
    https://southfront.org/europeans-help-idlib-rebels-to-equip-missiles-with-chemical-warheads-rep

    French militants-experts are helping Hay’at Tahrir al-Sham (HTS) [former branch of al-Qaeda in Syria] to arm newly delivered missiles with chemical warheads, local sources familiar with the situation told the Russian news agency Sputnik on November 22.

    According to the sources, the White Helmets organization transferred five containers with toxic chemicals from one of HTS’ warehouses in the town of Kafr Nabl in the southern Idlib countryside to an underground facility in Idlib city, which has recently been built near the Central Prison.

    “The five containers were handed over in the underground facility to French experts, of the black ethnicity .. they arrived recently to modify missiles of an unidentified type, which were supplied along with their launchers through the border,” Sputnik quoted the sources as saying.

    South Front, Sputnik : rien que des complotistes contre la révolution en #syrie


  • https://noiriel.wordpress.com/2018/11/21/les-gilets-jaunes-et-les-lecons-de-lhistoire/amp

    Les paysans et les artisans du XVIe siècle disaient : « J’ai mal à la foi au lieu de dire j’ai mal partout ». Aujourd’hui, les gilets jaunes crient « j’ai mal à la taxe au lieu de dire j’ai mal partout ». Il ne s’agit pas, évidemment, de nier le fait que les questions économiques sont absolument essentielles car elles jouent un rôle déterminant dans la vie quotidienne des classes dominées. Néanmoins, il suffit d’écouter les témoignages des gilets jaunes pour constater la fréquence des propos exprimant un malaise général.
    [...]
    « Avoir mal partout » signifie aussi souffrir dans sa dignité. C’est pourquoi la dénonciation du mépris des puissants revient presque toujours dans les grandes luttes populaires et celle des gilets jaunes n’a fait que confirmer la règle.
    [...]
    Une étude qui comparerait la façon dont les médias ont traité la lutte des cheminots au printemps dernier et celle des gilets jaunes serait très instructive. Aucune des journées d’action des cheminots n’a été suivie de façon continue et les téléspectateurs ont été abreuvés de témoignages d’usagers en colère contre les grévistes, alors qu’on a très peu entendu les automobilistes en colère contre les bloqueurs.
    [...]
    Avec le recul du temps, on s’apercevra peut-être que l’ère des partis et des syndicats a correspondu à une période limitée de notre histoire, l’époque où les liens à distance étaient matérialisés par la communication écrite. Avant la Révolution française, un nombre incroyable de révoltes populaires ont éclaté dans le royaume de France, mais elles étaient toujours localisées, car le mode de liaison qui permettait de coordonner l’action des individus en lutte reposait sur des liens directs : la parole, l’interconnaissance, etc. L’Etat royal parvenait toujours à réprimer ces soulèvements parce qu’il contrôlait les moyens d’action à distance. La communication écrite, monopolisée par les « agents du roi », permettait de déplacer les troupes d’un endroit à l’autre pour massacrer les émeutiers.
    [...]
    L’histoire montre pourtant qu’une lutte populaire n’est jamais complètement vaine, même quand elles est réprimée. Le mouvement des gilets jaunes place les syndicats et les partis de gauche face à leurs responsabilités. Comment s’adapter à la réalité nouvelle que constitue la « démocratie du public » pour faire en sorte que ce type de conflit social – dont on peut prévoir qu’il se reproduira fréquemment – soit intégré dans un combat plus vaste contre les inégalités et l’exploitation ?

    • L’une des questions que personne n’a encore posée à propos des gilets jaunes est celle-ci : pourquoi des chaînes privées dont le capital appartient à une poignée de milliardaires sont-elles amenées aujourd’hui à encourager ce genre de mouvement populaire ? La comparaison avec les siècles précédents aboutit à une conclusion évidente. Nous vivons dans un monde beaucoup plus pacifique qu’autrefois. Même si la journée des gilets jaunes a fait des victimes, celles-ci n’ont pas été fusillées par les forces de l’ordre. C’est le résultat des accidents causés par les conflits qui ont opposé le peuple bloqueur et le peuple bloqué.

      Cette pacification des relations de pouvoir permet aux médias dominants d’utiliser sans risque le registre de la violence pour mobiliser les émotions de leur public car la raison principale de leur soutien au mouvement n’est pas politique mais économique : générer de l’audience en montrant un spectacle. Dès le début de la matinée, BFM-TV a signalé des « incidents », puis a martelé en boucle le drame de cette femme écrasée par une automobiliste refusant d’être bloqué. Avantage subsidiaire pour ces chaînes auxquelles on reproche souvent leur obsession pour les faits divers, les crimes, les affaires de mœurs : en soutenant le mouvement des gilets jaunes, elles ont voulu montrer qu’elles ne négligeaient nullement les questions « sociales ».

      Au-delà de ces enjeux économiques, la classe dominante a évidemment intérêt à privilégier un mouvement présenté comme hostile aux syndicats et aux partis. Ce rejet existe en effet chez les gilets jaunes. Même si ce n’est sans doute pas voulu, le choix de la couleur jaune pour symboliser le mouvement (à la place du rouge) et de la Marseillaise (à la place de l’Internationale) rappelle malheureusement la tradition des « jaunes », terme qui a désigné pendant longtemps les syndicats à la solde du patronat. Toutefois, on peut aussi inscrire ce refus de la « récupération » politique dans le prolongement des combats que les classes populaires ont menés, depuis la Révolution française, pour défendre une conception de la citoyenneté fondée sur l’action directe. Les gilets jaunes qui bloquent les routes en refusant toute forme de récupération des partis politiques assument aussi confusément la tradition des Sans-culottes en 1792-93, des citoyens-combattants de février 1848, des Communards de 1870-71 et des anarcho-syndicalistes de la Belle Epoque.

    • Un manager répondrait probablement « Le droit à l’erreur ».

      La publicité anticipée pour les gilets jaunes (auxquels ils ne croyaient pas) pouvait aussi.
      – Profiter à un secteur d’activité, celui de la bagnole, vous devez changer de voiture.
      – Eviter de parler d’autre chose.
      – Annoncer d’immenses manifestations, afin de les décrédibiliser le lendemain en annonçant une faible participation, ce qu’ils ont fait, un plantage en beauté.

      Ils ne sont pas intelligents, ces gens là, ce ne sont que des requins.


  • La fait-diversion de l’actualité | Gérard Noiriel
    https://www.acrimed.org/La-fait-diversion-de-l-actualite

    Avec l’autorisation de sa maison d’édition Agone, que nous remercions, nous reproduisons ci-dessous un sous-chapitre du livre de Gérard Noiriel, Une histoire populaire de la France, paru en septembre 2018. Ce chapitre [1], dédié à la « fait-diversion » de l’actualité, figure parmi bien d’autres extraits abordant la question des médias : l’apparition des intellectuels médiatiques réactionnaires dans les années 1980, le retour en force des faits divers à la télévision au cours de la même décennie, la transformation de la politique comme un spectacle médiatique, le rôle des médias dans l’apparition du « phénomène Jean-Marie Le Pen », l’impact du traitement médiatique actuel des faits divers liés à l’insécurité et à l’immigration sur la démocratie française, etc. Source : (...)


  • Israël : l’ex-chef de Tsahal, sauveur de l’opposition et futur tombeur de Nétanyahou ?
    Par Guillaume Gendron, Correspondant à Tel-Aviv — 22 novembre 2018
    https://www.liberation.fr/planete/2018/11/22/israel-l-ex-chef-de-tsahal-sauveur-de-l-opposition-et-futur-tombeur-de-ne

    (...) Pour le reste, l’homme n’a ni parti, ni programme, ni même d’idéologie définie. Tout juste sait-on qu’il « considère très sérieusement » un avenir parlementaire. Courtisé par les stratégistes travaillistes, élevé au rang d’icône par les magazines qui l’affichent en couverture tel un Clint Eastwood attendant sous le porche de son ranch qu’on l’appelle à nouveau pour zigouiller les méchants, Gantz reste une énigme, une bulle spéculative. Et la preuve que la gauche israélienne n’en a pas finie avec son complexe originel, son syndrome Moshe Dayan : la conviction que pour être crédible et rassembleuse, elle doit être menée par un militaire.

    « Pour qu’un leader de gauche soit "téflon", imperméable aux accusations de sentimentalisme envers les Palestiniens, il faut qu’il ait tué, qu’il ait fait la guerre », explique le politologue Denis Charbit, maître de conférences à l’Université ouverte d’Israël. Théorème implacable : le prix Nobel de la paix Yitzhak Rabin était aussi l’ancien général qui voulait « briser les os » des révoltés de la première intifada. Ehud Barak, ex-chef d’état-major comme Gantz, compensait son allure bonhomme par sa réputation de plus redoutable tueur des forces spéciales… « En ce sens, Gantz est un peu le dernier espoir de ceux qui rêvent encore du grand leader ashkénaze aux yeux clairs, poursuit Charbit. Celui qui n’est pas clivant comme Nétanyahou, qui est rationnel, avec la croyance que les armes sont au-dessus des idéologies… »

    En Israël, la popularité des généraux ne s’est jamais démentie. Les législateurs (plus par calcul tactique que par intérêt démocratique) ont tenté de la circonscrire en imposant une période dite de « refroidissement », portée à trois ans en 2007, et qui interdit l’entrée en politique d’un haut gradé immédiatement après la fin de son service. Revenu à la vie civile depuis 2015, il semblerait que l’option Gantz soit encore tiède.

    #BennyGantz


  • Spotify’s Palestinian launch puts local artists on the map | MEO
    https://middle-east-online.com/en/spotifys-palestinian-launch-puts-local-artists-map

    Palestinian musicians are fast reaping dividends from their presence on Spotify, which launched its internet streaming service in the Middle East and North Africa last week.

    “The Arab hub provides a unique platform that brings the full spectrum of Arab culture and creativity, past and present,” said Suhel Nafar, a musician from the Israeli city of Lod who serves as the music streaming service’s senior Arab music and culture editor.

    Spotify is the first major streaming company to launch a programme specific to the occupied Palestinian territories, allowing local artists to reach new global audiences despite local challenges.

    #tic_arabes #palestine


  • Opération secrète ratée à Gaza : la rare mise en garde de l’armée israélienne - Moyen-Orient - RFI
    http://www.rfi.fr/moyen-orient/20181123-israel-hamas-mise-garde-operation-secrete-appel-temoin

    La mise en garde est suffisamment rare pour être soulignée. Ce 22 novembre, l’armée israélienne a lancé une mise en garde aux médias et au public au sujet de la diffusion d’informations sur une opération secrète de l’armée israélienne menée le 11 novembre dernier. L’opération avait mal tourné. Sept Palestiniens avaient perdu la vie ainsi qu’un lieutenant-colonel israélien, ce qui aurait pu causer une nouvelle guerre à Gaza.

    Le censeur de l’armée israélienne adresse une mise en garde à l’attention des médias et du public. « Toute information, aussi inoffensive qu’elle puisse paraître à celui qui la diffuserait, peut mettre en danger des vies et menacer la sécurité de l’Etat » explique-t-il dans un communiqué.

    Les autorités israéliennes pointent ainsi du doigt les brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas, qui ont diffusé ce 22 novembre les photos de huit personnes, dont deux femmes, qui auraient participé à une opération secrète. En plus de ces portraits, des photos d’un minibus et d’un camion utilisé par l’armée israélienne ont également été diffusées.

    Sans préciser si le matériel publié par le Hamas, le mouvement qui contrôle Gaza, est vrai ou faux, le censeur de l’armée israélienne demande que cesse autant que possible la diffusion de ces images.

    Nouveau rapport de force entre Gaza et Israël ? La résistance palestinienne marque également des points sur le plan de la guerre de communication... Un petit jeu amusant consiste à regarder qui obéit ou non, dans la presse internationale, à cette injonction à ne pas diffuser les images des brigades Izeddine al-Qassam. Par exemple, Al-Jazeera en anglais s’abstient, mais pas en arabe ! http://www.aljazeera.net/news/arabic/2018/11/22/%D8%A7%D9%84%D9%82%D8%B3%D8%A7%D9%85-%D8%AD%D9%85%D8%A7%D8%B3-%D8%BA%D8%B)

    #gaza #palestine #clichés_arabes #israël

    • A mon avis, une des raisons pour laquelle ils ne voulaient pas que des photos soient publiées est parce qu’ils ne voulaient pas qu’on voit que les militaires israéliens étaient déguisés en médecins humanitaires, d’une part parce que ça met en danger les vrais médecins, et d’autre part parce que c’est interdit ! Mais entre temps l’info a été révélée :

      Botched Israeli operation in Gaza endangers human rights groups - Palestinians
      Amira Hass, Haaretz, le 25 novembre 2018
      https://seenthis.net/messages/738372

      #censure


  • Le prince Mohammed Ben Salmane se cherche une légitimité en Algérie - Algérie Patriotique
    https://www.algeriepatriotique.com/2018/11/23/le-prince-heritier-mohammed-ben-salmane-se-cherche-une-legitimit

    Il va sans dire que Mohammed Ben Salmane cherche à se refaire une virginité auprès des « frères arabes », en donnant sa version des tenants et des aboutissants de cette affaire qui a confirmé la nature brutale et sauvage du régime saoudien et, par là même, à sauver son trône qu’il apprête à occuper en dépit d’une grande opposition au sein même de la famille régnante.

    Le prince héritier cherche aussi une légitimité « arabe et islamique » dans la crainte que ses rivaux prennent le pouvoir par la force et le privent de la fonction de gardien des deux Lieux saints de l’islam en remplacement de son père vieillissant.

    Réactions peu favorables à cette visite dans l’opinion en Algérie. L’Egypte, la Tunisie et la Mauritanie sont aussi au programme. Mais pas le Maroc...

    #mbs #khashoggi #arabie_saoudite


  • Finlande : Le « passeur de jouets » d’Alep est un escroc - Monde - lematin.ch
    //www.lematin.ch/monde/passeur-jouets-alep-escroc/story/26395060

    Un finno-syrien, devenu célèbre pour avoir distribué des jouets à des orphelins en Syrie, a été condamné à dix mois de prison ferme par un tribunal finlandais mercredi, pour blanchiment d’argent et fraude.

    Rami Adham est surnommé « le passeur de jouets » en raison de ses bonnes oeuvres en faveur des orphelins d’Alep, ville syrienne ravagée par la guerre. Il a été condamné pour avoir détourné des collectes de fonds au profit d’organismes caritatifs et réuni plus de 300’000 euros de dons sans les autorisations requises.

    #syrie

    Pour mémoire : Rami Adham, le livreur de bonheur, Le Figaro, 21/10/2016, signé par Delphine Minoui !!! Rami Adham, http://www.lefigaro.fr/international/2016/10/21/01003-20161021ARTFIG00064-rami-adham-le-livreur-de-bonheur.php


  • Yémen : 85.000 enfants morts de faim ou de maladie
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/11/21/97001-20181121FILWWW00105-yemen-85000-enfants-morts-de-faim-ou-de-maladie.p

    Quelque 85.000 enfants seraient morts de faim ou de maladie depuis l’intensification de la guerre au Yémen, selon une estimation faite aujourd’hui par l’ONG Save The Children.

    L’ONG affirme, dans un communiqué, avoir utilisé des données de l’ONU pour évaluer les taux de mortalité dus aux cas de malnutrition sévère et de maladie chez les enfants de moins de cinq ans. Se basant sur une « estimation prudente », l’ONG avance qu’environ 84.701 enfants seraient morts de faim ou de maladie entre avril 2015 et octobre 2018. D’autres ont par ailleurs été tués dans les combats qui ensanglantent ce pays pauvre de la péninsule Arabique. La guerre a fait quelque 10.000 morts et 14 millions de personnes se trouvent en situation de pré-famine, selon l’ONU. « Nous sommes horrifiés par le fait qu’environ 85.000 enfants soient morts de faim. Pour chaque enfant tué par des bombes et des balles, des douzaines meurent de faim et on peut l’éviter », a déploré dans le communiqué de Save The Children, Tamer Kirolos, son directeur pour le Yémen.

    #yémen #hypocrisie


  • Okupas : “Vendo piso de banco para okupar. Pago en metálico” | Madrid | EL PAÍS
    https://elpais.com/ccaa/2018/11/20/madrid/1542721546_908785.html

    Assez étonnant, sur le marché (illégal) des appartements vides récupérés dans le portefeuille des banques qui les ont elles-mêmes récupérés sur le dos des emprunteurs. Transactions en liquide, instructions de survie minimales et (en principe) deux ans garantis...

    #espagne #crise



  • On peut se passer d’auto dans le rural, montrent l’Allemagne, l’Italie et l’Autriche
    https://reporterre.net/On-peut-se-passer-d-auto-dans-le-rural-montrent-la-Suisse-et-l-Autriche


    Mais faut mettre des trains et des cars, pleins !

    Depuis la réforme ferroviaire de 1995, l’Allemagne a rouvert 600 km de petites lignes et 300 gares. Et près de 300 km sont actuellement en cours de remise en service. Le seul Land de Rhénanie-Palatinat a relancé onze lignes qui avaient été fermées au trafic, pour remailler son réseau régional. Cette tendance concerne des lignes en zone urbanisée mais aussi bien des lignes en milieu rural — à l’exemple des cinq branches (15 à 20 km chacune) desservant petites villes et villages dans le Wurtemberg autour de Stuttgart, dont certaines abandonnées depuis trente ans.

    La ligne Merano-Malles, située dans le Tyrol italien, fermée en 1991, offrait une desserte squelettique de 4 ou 5 allers-retours quotidiens comme nombre de lignes régionales françaises. Elle a été rouverte en 2005 grâce aux collectivités locales, malgré les habituelles oppositions (trop cher, personne n’utilisera le train, tout le monde a une voiture…). Une offre ambitieuse a été mise en place : un train par heure de 5 h à 23 h. Résultat : 2,7 millions de voyageurs en 2010, soit environ 7.000 par jour ! Le succès est tel que l’électrification de la ligne et l’achat de rames électriques plus capacitaires viennent d’être décidés. Il ne s’agit pas d’une zone de forte densité de population, mais d’une région rurale.


  • Enquête L’Economiste-Sunergia : « Je veux quitter le Maroc » | L’Economiste
    https://leconomiste.com/article/1036563-enquete-l-economiste-sunergia-je-veux-quitter-le-maroc

    La dernière enquête de Sunergia pour le compte de L’Economiste ressort des chiffres pour le moins inquiétants. En effet, 4 Marocains sur 10 affirment être prêts à quitter le pays si une opportunité venait à se présenter. Mais partir pour aller où ? Pour faire quoi ? Et à quel prix ? Que cherche vraiment à fuir ces personnes ?

    « La réponse à cette question est complexe. Il y a la migration des démunis, ceux qui cherchent à sortir d’une situation de grande détresse, notamment par la migration clandestine, mais aussi les migrations professionnelles, les migrations de transit, ou encore la migration estudiantine (relativement courte) », indique Jean Zaganiaris, sociologue et enseignant chercheur à l’EGE Rabat, et l’Université Mohammed VI Polytechnique. « Mais l’une des principales raisons pour laquelle on quitte son pays, c’est que l’on est convaincu que ce sera mieux ailleurs. On adhère au discours de nos compatriotes qui disent mener une vie confortable à l’étranger », poursuit-il.

    Selon le sociologue, il y a une symbolique sociale fortement intériorisée par certaines catégories sociales pour qui le mot « Occident » est synonyme d’Eldorado. « Même si cette image est aujourd’hui plus nuancée, notamment après la crise économique de 2008, elle reste très présente comme le montre la littérature marocaine », explique-t-il.

    Les plus obnubilés par cette idée sont les jeunes âgés de 15 à 24 ans, dont 59% cherche à partir. Ces jeunes semblent avoir « perdu espoir en leur pays ». Dans l’enquête qualitative sur « la vision des jeunes du Maroc » (Cf : L’Economiste N°:5336 du 17 août 2018), ils ont dressé pour la plupart un portrait sombre du Maroc, toutes CSP confondues. Ils sont suivis de ceux ayant entre 35-44 ans (42%), et entre 25-34 ans (40%). Les moins motivés par l’immigration sont les sexagénaires. A peine 1 personne sur 10 âgée de plus de 65 ans souhaite partir.

    Les femmes sont celles qui ont exprimé le plus l’envie de quitter le pays. Près de 5 sur 10 envisagent cette option si l’occasion se présentait, contre 31% pour la gent masculine. « Ce pourcentage rompt avec le cliché selon lequel ce serait l’homme qui part et la femme qui reste », souligne Jean Zaganiaris.

    Dans l’écrasante majorité des cas c’est bien l’homme qui part, pour des raisons assez faciles à deviner. Par ailleurs, le même sondage en Algérie et même en Tunisie donnerait des résultats encore plus spectaculaires...

    #migrants #maghreb #maroc