grommeleur

Wrong’Em Boyo

  • On ne peut plus rien dire…, par Mačko Dràgàn (Ni égards ni patience)
    https://blogs.mediapart.fr/macko-dragan/blog/171019/ne-peut-plus-rien-dire

    ce 27 juillet, jour de la Marche des Fierté, qui avons-nous eu la joie et l’émotion de retrouver, après quelques mois d’une discrétion qui l’honore ? M. Souchi, encore auréolé de la gloire de la médaille qui lui fut remise, ainsi qu’à sa femme, par Castaner lui-même et en même temps que le responsable de la mort de Steve à Nantes, pour les mérites rendus à la nation.

    Or donc, Souchi est là. En tête de cortège, se trouve un assemblage revendicatif rassemblant militant.e.s politiques, syndicaux et associatifs (FSU et NPA donc, mais aussi Solidaires Etudiant.e.s, PCF, Punk & Paillettes, Aides, Planning Familial, des libertaires…). Pas vraiment la fanbase du commissaire. Dès la présence de celui-ci portée à notre connaissance, le slogan, traditionnel ici, « Souchi en prison », fuse donc. Puis, plus tard, dans l’esprit gouailleur et un peu paillard qui était le nôtre en ce jour de revendications féministes et LGBT+ : « Plus de cunnis, moins de Souchi ! »

  • Je continue à penser qu’à chaque fois qu’un politicien ou un commentateur se lance dans un commentaire sur l’islam, il suffit de mettre « juif » à la place de « musulman » pour se rendre compte, immédiatement, que toutes les digues morales ont déjà sauté depuis longtemps, et que ces discours sont rigoureusement indéfendables.

    Prenez Yves Thréard et son bus… Dans le débat « Kippa : le gouvernement est-il ambigu ? » (80e débat télévisé sur la place du judaïsme dans la République de la semaine), le gars te balancerait « Il m’est arrivé, en France, de prendre le bus ou un bateau où il y avait quelqu’un avec une kippa, et je suis descendu. » Le journaliste demande à préciser le vocabulaire : « une simple kipa, pas le grand chapeau ? ». L’autre explique : « Oui, mais avec tout l’habillement, la chemise blanche et les tsitsit qui allaient avec. »

    Et de poursuivre (parce que sinon on n’a plus le droit de rien dire) : « Ces problèmes-là on va les traîner combien de temps ? », hein, parce qu’« On se fait grignoter » avec tous ces « Ghettos enjuivés ». Parce que tous ces juifs et tous ces idiots-utiles du complot juif, qui se prennent pour des victimes, là, ça va bien : « L’antijudaïsme, ça n’existe pas. » Et Yves de se lancer dans cette magnifique thèse : « Je déteste la religion juive […] On a le droit de détester une religion, on a tout à fait le droit de le dire. »

    Je te le mets une des nombreuses sources des citations de l’islamophobe décomplexé :
    https://www.lesinrocks.com/2019/10/15/actualite/medias-actualite/je-deteste-la-religion-musulmane-yves-threard-du-figaro-en-roue-libre-su

    Et comme tu le sais : ça a été à l’avenant sur toutes les chaînes, au parlement, dans les instances régionales, pendant deux semaines. Juste parce que le Monde a décidé que désormais Macron, il fallait qu’il assure sur les « sujets régaliens ».

    • Je lis Maus avec mon gamin. Et il découvre combien toutes ces brimades d’alors faisaient système (brimades et au-delà évidemment). Et encore, finalement, Maus, c’est un point de vue très particulier, singulier. Mais quand même. Un point de vue large. Il me demandait « pourquoi le choix des souris » ? Et une citation odieuse d’un idéologue abject de l’époque a répondu a sa question.

      On se rapproche en terme d’abjection de ce qui nous faisait doucement sourire quand on était jeune, en pensant que c’était tellement caricaturale, qu’on ne pourrait plus jamais atteindre un tel niveau... Et finalement. On n’en est pas encore à dire que les musulmans sont des rats puants. Mais. Pour le reste... :-/

    • Communiqué de l’UJFP
      « À y regarder de plus près, nos concitoyen.ne.s de religion ou de culture musulmane ne sont pas les seul.e.s que Zemmour insulte. Ce genre de comparaison vulgaire et haineuse participe d’une relativisation de la violence antisémite constitutive de l’idéologie nazie, et par là même des soubassements de la destruction des JuifVEs d’Europe, ce qui relève sans équivoque du négationnisme le plus crasse. Cette phrase, et plus encore son acceptation enthousiaste, est l’illustration manifeste que l’islamophobie et l’antisémitisme sont les revers d’une même pièce, et que toutes les formes de racisme font système, rendant illusoire la prétention de lutter contre l’une sans s’attaquer à toutes les autres. »

    • A l’heure où on devrait trouver des solutions ensemble pour arrêter la natalité, pour stopper net les émissions de gaz à effet de serre, pour supprimer les inégalités... à l’heure ou chaque être humain devrait passer son temps libre à planter des arbres pour tenter d’absorber les excès de CO2 produits depuis 2 siècles… à l’heure ou tout notre génie devrait être consacré au cycle de l’hydrogène… A l’heure où nous devons choisir entre appuyer sur la pédale de frein ou se prendre un mur en pleine poire, ces débats sur l’islamophobie me paraissent un peu ridicules et déplacés…

    • Ces débats « sur l’islam », voulais-tu dire ?

      Parce que ces débats « sur l’islamophobie », on voit mal ce qu’il y a de déplacer à en parler sachant que les victimes se font agresser, ne trouve pas de boulot, de logement, se font humilier partout… (ce qui serait déplacé, ça serait de trouver déplacer de parler de cette incroyable violence sans retenue - comme le montre parfaitement Arno* en remplaçant par « juif » - en étant soi-même blanc, bien nourri, avec un travail, un logement…)

    • Non, je confirme, ilslamophobie (vs provoc). Il y a tellement plus d’autres sujets plus importants à traiter. Même si c’est important de parler des souffrances des minorités maltraitées (ou vues comme telles), quand on aura plus d’eau à boire ni d’air à respirer on sera bien TOUS dans la merde. Les femmes, les gays, les arabes, les français, les mongols... on doit tous plancher sur des solutions ENSEMBLE sans se préoccuper individuellement de nos petites gueules.

    • Les femmes, les gays, les arabes, les français, les mongols... on doit tous plancher sur des solutions ENSEMBLE

      Merci pour elles et eux, mais... toutes celles et ceux que tu énumères sont déjà en première ligne des catastrophes que tu vois poindre à l’horizon et qu’elles et ils se prennent déjà, majoritairement, dans la gueule. Elles et ils n’attendent pas que ça déboule sur le dernier pré carré pour se mobiliser.

      Le « débat » dont les islamophobes saturent l’espace public, c’est, comme déjà évoqué par ailleurs, un moyen de désigner ici et maintenant les surnuméraires dont ils souhaitent se débarrasser à terme pour, justement, ne pas avoir à assumer les conséquences de cette catastrophe.

      quand [...] on sera bien TOUS dans la merde

      Ça me fait bien marrer. Ce n’est que lorsque la perspective devient totale qu’il faut trouver des raisons de se mobiliser ? L’universalisme abstrait, c’est toujours un point de vue particulier (et privilégié)...

    • La maison brûle... on fait quoi ? On éteint l’incendie ? Ou on discute pour savoir qui sera brûlé en premier, ou si ça fait plus mal se de faire brûler le mollet ou la cuisse. Je sais pas vous, mais pour moi la cause des minorités passe après la cause de la globalité.

    • Oui, mais concrètement là, imagine, tu vois des musulmans se faire bruler vifs. Tu fais quoi ? Tu regardes ailleurs et tu fais un sit-in sur le périph’ pour réclamer qu’on fabrique des éoliennes ?

      C’est comme les nanas dans les partis d’extrême-gauche... elles râlent parce qu’elles se font traiter comme des objets, et t’as le militant à qui on ne la fait pas qui leur explique que bon, elles font chier avec leur point de vue bourgeois, la priorité c’est la lutte contre le capitalisme.

      #troll

    • En fait, le même raisonnement va s’appliquer assez immédiatement contre lui-même : si on considère qu’il est impossible de survivre à la crise climatique dans le cadre du capitalisme, alors on peut tout aussi bien prétendre que la lutte pour le climat est subordonnée à la sortie du capitalisme, et c’est à cela que Cym devrait se consacrer exclusivement, au lieu de perdre son temps a planter des arbres. Et houla-hup, Barbatruc.

      Rions un peu : on peut légitimement soutenir que le capitalisme ne survit que par l’exploitation des mains d’œuvres racisées et par la prédation de ressources de pays habités par des populations commodément racisées elles aussi. Et que donc le racisme est indispensable à la survie du système capitaliste. Et donc pour sauver le climat il faut d’abord faire s’effondrer la capitalisme, lequel repose sur un racisme systémiques. Ergo, l’antiracisme est la priorité qui devrait nous occuper prioritairement.

      Je te fais pas le topo sur le patriarcat, le virilisme, l’exploitation du travail des femmes, comme fondement du capitalisme (avant même que ce capitalisme exige le racisme pour sa survie), sinon tu risquerais de considérer que le féminisme est la lutte prioritaire et exclusive...

    • Je reviens avec ma citation. Le capitalisme est bien mal en point pour une nouvelle fois n’avoir comme derniers gardiens les mêmes dégueulasses que la fois précédente. Et s’en est inquiétant. Donc. Et on se pince. Et on se demande quand on va se rendre compte de la filiation. Quand on va les virer de leurs tribunes.

      Mickey Mouse est l’idéal le plus lamentable qui ait jamais vu le jour... De saines intuitions incitent tous les jeunes gens indépendants et toute la jeunesse respectable à penser que cette vermine dégoutante et couverte de saletés, le plus grand porteur de bactéries du monde animal, ne peut être le type animal idéal... Finissons en avec la tyrannie que les Juifs exercent sur le peuple ! A bas Mickey Mouse ! Portez la croix gammée !

      Article de journal allemand du milieu des années 30

      J’évoquais les bus, que certains journalistes quittent désormais, quand ils sont mal fréquentés. Et j’ai pensé à Rosa Parks. De quelques côtés qu’on prenne leurs éructations, les références sont nauséabondes et il est déconcertant que certains milliardaires mettent publiquement toute leur influence pour les soutenir.

  • “I’m a student in Network & Systems Engineering (Robots, networks and programming and stuff) and I built a dinosaur in my spare time. I got the idea in my head, thought it would be cool to make. So yeah, why not? I hope you like the result!”

    Excellent travail mécanique, tout se pilote à la main (c’est bien un costume, pas un robot).

    https://www.youtube.com/watch?v=XB8L3CJuWa0

    #dinosaure #ingéniérie

  • « Nous vous proposons de suivre les traces des héros de Edgar P. Jacobs [Blake et Mortimer, dans l’album « SOS Météores »] dans la vallée de la Bièvre (à Buc, Jouy en Josas, Versailles, Les Loges en Josas, Igny et Massy-Palaiseau) et à Paris.
    Le but avoué est de comparer les images de Jacobs à la réalité d’aujourd’hui (fixée par des photographies) et à celle d’hier (grâce à des cartes postales anciennes et des commentaires historiques). Ceci conduit à souligner la fidélité de l’auteur (et à découvrir quelques entorses). L’album de Jacobs sert ainsi de "fil rouge" pour découvrir un pan de l’évolution urbaine de la région parisienne au cours du siècle et plus particulièrement entre 1958, date de parution de la BD, et aujourd’hui. »

    http://www.sosmeteores.net

    Excellente promenade dans le passé et le présent.

    #Blake_et_Mortimer #Edgar_P_Jacobs #SOS_Météores #Patrick_Modiano (lisez l’article pour savoir pourquoi)

  • Hier, sur Arte, vu la série « Mytho ».
    Le casting est plutôt bon grâce notamment aux enfants et il y a une façon de filmer et de mettre en scène assez inventive. Bon, ce téléfilm aborde la question du cancer (du sein), sujet d’ordinaire tabou, et je n’ai vu que les 3 premiers épisodes, mais quand même, où ont-ils été se faire conseiller ? Chez Mickey ?

    Tout tourne autour de la comédienne principale qui invente un faux cancer pour qu’on s’occupe d’elle (si si, c’est le pitch spoiler). Et en gros ça marche, son compagnon redevient amoureux et veut l’épouser, il en quitte même sa maitresse, ses enfants refont leur devoir et s’inquiètent de comment elle va, son père lui dit qu’il l’aime… etc
    Comme le cancer ça à l’air vraiment très cool et la vie des cancéreux nettement plus douce que le traintrain du boulot, ça risque de faire des jaloux et des jalouses.

    Le cancer ce grand inconnu (avec la mort) est en fait un super moyen d’être aimé, hop, tout le monde redevient gentil avec toi. Hein oui.

    Bon, désolée, hein mais c’est plutôt l’inverse ce qui se passe en réalité et ce téléfilm fausse complètement la donne sur la vie de milliers de femmes atteintes d’un cancer. Je trouve même que c’est insultant.

    Pour ma part les potesses ou les potos que je connais ou connu, ils ont pas trouvé grand monde pour être là et les soutenir. Vu que cette saloperie plonge tout le monde dans le désarroi. Et qui dit désarroi dit courage fuyons, beaucoup perdent ton numéro de téléphone, tu as plus de taf, plus de contact, même quand tu commences à sortir la tête du gouffre. La grande indifférence s’installe vite, personne n’a envie d’entendre du malheur, tombe vite alors la solitude, le manque de fric, la banque qui refuse les crédits. Et je pleure pas sur mon compte, je viens de poster une étude sur la qualité de vie des femmes atteintes d’un cancer du sein.

    … In addition, endocrine therapy negatively impacted role and social function, pain, insomnia, systemic therapy side-effects, breast symptoms and further limited emotional function and future perspective recovery.

    Tu trouves toujours des personnes pour te dire que c’est une opportunité, elles n’ont jamais eu de cancer mais bon, quand même, elles sont prêtes à te remonter le moral, même à l’envers. Le film s’est un peu ça, ah super un cancer, ma vie de merde va devenir joyeuse.
    Et concernant la réaction des enfants, n’allez pas imaginer que d’un coup ils vont ravaler leur crise d’ado pour vous faire un peu de place. Si vous avez déjà eu une grippe vous pouvez imaginer comment les gamins poussent un peu plus la barrique histoire de savoir si elle casse et quelles sont ses limites. C’est pas vraiment bisounours land d’avoir un cancer.

    Bref, gros malaise devant les mensonges du film sur la vie en général, zéro notion de psychologie, aucun recul sur la réalité que cela induit pour les malades. Et devant cette façon de faire croire qu’un cancer ça arrange la vie, cette forme ce #validisme qui avance masqué sous les traits d’une comédie, ça m’a pas fait rire. J’ai supporté le film en espérant qu’il se sorte de ce fiasco mais ça n’a fait que plonger plus loin.

    Ah oui, parce qu’au deuxième épisode, la comédienne principale annonce qu’elle va finalement bien. Sauf que les problèmes du quotidien refont surface et elle n’a qu’une solution c’est d’inventer une rechute ,(

    #scénario_pourri

  • « On est face à un Etat néo-libéral au service exclusif des plus riches qui a fait du mensonge son seul mode de communication avec le peuple » - Entretien avec Monique Pinçon-Charlot (Partie I) - FRUSTRATION
    https://www.frustrationlarevue.fr/on-est-face-a-un-etat-neo-liberal-au-service-exclusif-des-plus-ri

    S : Qu’est-ce que vous répondez aux personnes qui disent que vos travaux sont trop “militants”, alors que, finalement, comme tu l’expliques, les deux sont liés ?

    M : Le mot “militant” est selon moi un très joli mot, j’en suis fière, comme celui de “camarade”. Et quand le journaliste Maurice Szafran, de l’hebdomadaire Challenges, m’a dit en direct sur France 5, « J’en ai marre, j’en ai marre, j’en ai marre des universitaires ou des scientifiques qui, utilisant le cursus, leur carrière, leur professorat, etc…dissimulent le fait qu’ils sont (et c’est légitime et c’est formidable) qu’ils sont des militants. ». De quelle légitimité ce « journaliste » qui dédie le livre sur Macron qu’il a écrit en collaboration avec Nicolas Domenach, peut-il se prévaloir lorsqu’il dédie ce livre à Claude Perdriel, le propriétaire de Challenges qui le nourrit et qui a consacré couvertures et articles louangeurs à Emmanuel Macron pendant la campagne des présidentielles ? S’il y a bien un militant néo-libéral sur cette terre, c’est lui. Ne parlons pas de Julien Damon, sociologue, éditocrate pour l’hebdomadaire Le Point de François Pinault qui a écrit dans le numéro du 7 février 2019, en se revendiquant sociologue, un petit article au titre : « Pinçon-Charlot, exercice frauduleux de la sociologie » . Il nous accuse de mettre « en péril l’édifice de la sociologie en tant que discipline. Sans rigueur dans les définitions, avec un rejet revendiqué de la neutralité la plus élémentaire, l’ensemble dérive vers ce que la science sociale fait de plus faible… C’est le systématisme pinçon-charlotien qui confine au ridicule. Leurs attaques définitives, matinées de complotisme et d’affirmations présomptueuses ne valent pas grand-chose. Flirtant avec l’air du temps, avec le dégagisme et la condamnation systématique d’un néolibéralisme prétendument omniprésent, la sociologie des Pinçon- Charlot est archaïque. Elle nourrit une défiance grandissante à l’égard de toute la discipline. Si les délits existaient, les auteurs devraient être poursuivis pour exercice illégal de la sociologie ou pour mise en péril d’une profession. » Excusez-moi de vous avoir lu cette savante expertise mais elle permet d’illustrer le militantisme néo-libéral. Ces intellectuels au service des médias des milliardaires sont là pour relayer, chacun à sa manière le discours performatif qui transforme les exploiteurs en « entrepreneurs créateurs des richesses » et les ouvriers en « coûts et variables d’ajustement » dans une inversion des rapports de classe fondé sur des manipulations linguistiques et idéologiques.

  • Le travail n’est pas une marchandise
    https://books.openedition.org/cdf/7029
    Contenu et sens du travail au xxie siècle
    #Alain_Supiot, leçon de clôture au Collège de France

    Voici venue déjà − ou enfin ? − l’heure de la reddition des comptes. Je m’en tiendrai à ceux de cette année, dévolue à une analyse juridique des transformations du travail au xxie siècle. Deux certitudes se dégagent de cette analyse. La première est que l’impact de la révolution numérique sur l’organisation et la division du travail est au moins aussi considérable que celui de la précédente révolution industrielle, ayant donné le jour à l’État social. Or les mutations technologiques de cette ampleur s’accompagnent nécessairement de ce qu’André Leroi-Gourhan appelait une « refonte des lois de groupement des individus1 », c’est-à-dire d’une refonte des institutions. Seconde certitude : nous faisons face à une crise écologique sans précédent, largement imputable à notre modèle de développement. Ces deux certitudes nous obligent à reconsidérer notre conception du travail, aussi bien du point de vue technique de notre rapport aux machines, que du point de vue écologique de la soutenabilité de nos modes de production.

  • Hidden and unmarked: vivid photos from inside Russia’s former closed towns — The Calvert Journal

    https://www.calvertjournal.com/features/show/11396/christine-armbruster-photography-russia-hidden-unmarked-towns

    Hitchhiking across Russia, American documentary photographer Christine Armbruster recalls the times she’d camp beside rivers or sleep on the floors of friendly locals she’d met that morning. Except for one bed and breakfast near Lake Baikal, there were no hostels in the places she visited. In many cases, the towns themselves did not exist on a map. During the Soviet era, over 2,000 towns and cities were built. Armbruster visited and documented those cities that were closed or secret, which she found through dubious archive material online.

    Probingly gentle, the photographs in Made of Steel depict homemade delicacies, national celebrations, and large swathes of industrial areas: scenes of everyday Russia that will be familiar to many but remain hidden to many tourists. We asked the photographer to recount her journey. Here, she tells The Calvert Journal about the communities she encountered who have been left to survive on their own.

    #soviétisme #urss #ex-urss #urban_matter

  • Addicted to Screens? That’s Really a You Problem - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/10/06/technology/phone-screen-addiction-tech-nir-eyal.html

    Nir Eyal does not for a second regret writing Silicon Valley’s tech engagement how-to, “Hooked: How to Build Habit-Forming Products,” even as he now has a new book out on how to free ourselves of that same addiction.

    In his original manual for building enthralling smartphone apps, Mr. Eyal laid out the tricks “to subtly encourage customer behavior” and “bring users back again and again.” He toured tech companies speaking about the Hook Model, his four-step plan to grab and keep people with enticements like variable rewards, or pleasures that come at unpredictable intervals.

    “Slot machines provide a classic example of variable rewards,” Mr. Eyal wrote.

    Silicon Valley’s technorati hailed “Hooked.” Dave McClure, the founder of 500 Startups, a prolific incubator, called it “an essential crib sheet for any start-up looking to understand user psychology.”

    But that was 2014. That was when making a slot-machinelike app was a good and exciting thing. When “seductive interaction design” and “design for behavior change” were aspirational phrases.

    “Nir Eyal’s trying to flip,” said Richard Freed, a child psychologist who supports less screen time. “These people who’ve done this are all trying to come back selling the cure. But they’re the ones who’ve been selling the drugs in the first place.”

    “I’m sure the cigarette industry said there’s just a certain number of people with a propensity for lung disease,” he added.

    Mr. Eyal said he was not reversing himself. His Hook Model was useful, certainly, and he believed in the tactics. But it was not addicting people. It’s our fault, he said, not Instagram’s or Facebook’s or Apple’s.

    “It’s disrespectful for people who have the pathology of addiction to say, ‘Oh, we all have this disease,’” he said. “No, we don’t.”

    #Médias_sociaux #Addiction #Dopamine #Mir_Eyal

  • « Accroché à ma corde, je pose les pieds à plat sur la paroi. Mes semelles sont en train de fondre ! »
    https://www.bastamag.net/Cordiste-accident-mortel-silo-proces-livre-Eric-Louis-Chroniques-sur-corde

    Cordiste pendant trois ans, Eric Louis a assisté, en juin 2017, à la mort de Quentin Zaraoui-Bruat, enseveli dans un silo de sucre à Bazancourt – accident auquel Basta ! a consacré une enquête. Alors que s’ouvre à Reims le procès de l’affaire, nous publions un extrait du dernier livre d’Eric Louis, Chroniques sur corde. Un récit édifiant de ce métier dangereux. Quand on a enfoui les déchets qui sont enfouissables, recyclé ceux qui sont recyclables, exporté ceux qui sont exportables, il reste les déchets (...) #Témoignages

    / #Ma_vie_au_travail, Santé , #Conditions_de_travail

    #Santé_

  • Reaktionen auf den Tod von Jacques Chirac
    https://www.faz.net/aktuell/politik/ausland/reaktionen-auf-den-tod-von-jacques-chirac-16404482.html

    Cette photo montre deux croquemorts du système social de leurs pays respectifs. Celui à gauche s’est heurté à la résistance des citoyens et syndicats ouvriers, son copain sur la droite a réuissi à corrompre les partenaires sociaux afin de mener à bien son projet. L’associé des patrons est mort, le camarade des patrons ( Genosse der Bosse ) s’ext mué en poutiniste. Il a compris que l’essentiel du capitalisme sont coissance et progrès. Schröder a fait plus fort que Chirac en réussissant une carrière qui a commencé avec le poste du président des jeunes socialistes (JUSOS) l’aile gauche des socialdémocrates allemands, premier ministre de la Basse-Saxonie et collaborateur des PDGs Volkswagen/Audi , chancelier allemand et conseiller du parrain des mafias russes en fin de carrière. En comparaison avec cet opportuniste sanglant Chirac est un assassin conservateur et sympathique.

    Der frühere Bundeskanzler Gerhard Schröder würdigte Jacques Chirac als großen Europäer: „Ihm war klar, dass Europa nur gut funktionieren kann, wenn Deutschland und Frankreich sich einig sind“, sagte Schröder am Donnerstag in Berlin. „Die symbolisch wichtigste Geste zeigte er am 60. Jahrestag des ,D-Day’ im Jahr 2004, als er mich als Vertreter Deutschlands zur Gedenkveranstaltung in der Normandie einlud“, sagte Schröder. „Er war ein erfahrener Politiker, ein geschichtsbewusster Europäer, ein charmanter Mensch.“ Weiter sagte er, er werde „einen Mann vermissen, der mir zum Freund geworden ist.“

    #gouvernement #chef_d_état #France #Allemagne #Russie

  • Quelque chose de très concret (même pour les non scientifiques comme moi) qui me fait toujours un peu rêver à propos de la #relativité du #temps :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Global_Positioning_System

    Deux effets principaux de la relativité sont à considérer : la dilatation du temps issue de la relativité restreinte affirme que le temps s’écoule plus lentement pour un objet se déplaçant à grande vitesse, tandis que la relativité générale stipule que le temps s’écoule plus rapidement pour un objet situé plus haut dans un même champ gravitationnel.

    Ces deux effets expliquent que la même horloge atomique n’a pas la même fréquence au sol ou en orbite. Pour l’horloge d’un satellite GPS, les deux effets sont contraires : se déplaçant à une grande vitesse son temps est ralenti de 7 μs (7 microsecondes) par jour, alors que située plus haut dans le champ gravitationnel terrestre son temps est accéléré de 45 μs (45 microsecondes) par jour (voir calcul en Tests expérimentaux de la relativité générale). La somme des deux fait que le temps de l’horloge d’un satellite GPS vue du sol avance de δt = 38 μs (38 microsecondes) par jour22. Cela correspond donc à une erreur spatiale de δt × c où c est la vitesse de la lumière et donc une dérive de 38 μs × 3 × 108 m/s = 11,4 km/jour.

    Historiquement, en 1977, lors de la première mise en orbite d’une horloge atomique au Césium dans le satellite NTS-2, les effets de la relativité avaient été calculés, mais certains doutaient de la véracité des effets relativistes25. Les premières émissions du satellite n’incorporaient pas les corrections relativistes, mais il avait été prévu un synthétiseur de fréquence activable à distance qui pourrait le faire. Après vingt jours en orbite, l’horloge atomique en orbite a été mesurée dérivant de 4,425 × 10−10 par rapport au solnote 3, ce qui était proche du calcul théorique de l’époque donnant 4,465 × 10−10. Par la suite, le synthétiseur a été activé de manière permanente25. La valeur de la dérive peut paraître faible, mais elle est bien plus importante que la précision d’une horloge atomique au Césium qui est de l’ordre de 5 × 10−1426.

  • The Untold Story of the Trump-Ukraine ‘Scandal’: The Routine Corruption of US Foreign Policy – Consortiumnews
    https://consortiumnews.com/2019/09/26/what-isnt-mentioned-about-the-trump-ukraine-scandal-the-routine-corr

    After a Ukrainian prosecutor began looking into possible corruption at Burisma, Biden openly admitted** at a conference last year that as vice president he withheld a $1 billion credit line to Ukraine until the government fired the prosecutor. As Biden says himself, it took only six hours for it to happen.

    Exactly what Biden boasted of doing is what the Democrats are now accusing Trump of doing, and it isn’t clear if Trump got what he wanted as Biden did. 

    Threats, Bribes and Blackmail

    That leads to another major part of this story not being told: the routine way the U.S. government conducts foreign policy: with bribes, threats and blackmail.

    Joe Biden** Brags about getting Ukranian Prosecutor Fired - YouTube
    https://www.youtube.com/watch?v=UXA--dj2-CY

    In 2016 Ukrainian Prosecutor General Viktor Shokin, in his investigation of corruption involving Burisma Holdings, a natural gas company, identified Hunter Biden as the recipient of over $3,000,000 from the company.

    #etats-unis #corruption #mafieux

  • Jacques Chirac 1932-2019 mûr pour les asticots.

    Jacques Chirac veut se faire passer pour « l’ami de l’Afrique », mais Jacques Chirac n’est pas l’ami de l’Afrique il est l’ami de ses dictateurs (lors de la mort du tortionnaire Gnassingbé Eyadéma dictateur du Togo, il avouait perdre un ami personnel). En 1990, il déclarait avec mépris : « l’Afrique n’est pas mûre pour la démocratie ».

    @survie
    https://survie.org/mot/jacques-chirac

    Chirac personnifie l’hypocrisie françafricaine. Côté pile, il reste l’homme des beaux discours sur la France éternelle, patrie des droits de l’Homme et amie des peuples africains. Côté face, il a apporté son soutien aux régimes les moins respectables et a compté nombre de dictateurs comme amis : Hassan II, Omar Bongo, Sassou Nguesso, Gnassingbé Eyadema et Paul Biya… En 1970, Charles Pasqua, second de Jacques Foccart, se dresse contre son patron et s’allie au néogaulliste Jacques Chirac. Le tandem conquiert l’essentiel de la Françafrique entre 1974 et 1976 (à commencer par Elf), en même temps qu’il s’empare du parti gaulliste. Chirac devint ainsi durant trois décennies le pivot de la #Françafrique. Il s’est même payé le luxe de récupérer Foccart en retournant à Matignon en 1986, réunifiant ainsi les réseaux Foccart et Pasqua.

    Il n’a jamais lésiné dans le soutien à ses « amis », pour ne pas dire ses « frères ». Denis Sassou Nguesso, par exemple, a bénéficié de coups de main militaires en 1974 et en 1988, puis durant les guerres civiles de 1997 à 2003. Il a couvert les criminels contre l’humanité et les faux-monnayeurs, tel Idriss Déby qui est à la fois l’un et l’autre. Au point que personne n’est surpris lorsque, suite au procès de l’Angolagate, Pasqua déclare à son propos que « le président de la République était au courant » des ventes d’armes à l’Angola. Véritable parrain de la Françafrique, #Jacques_Chirac n’avait de cesse de réconforter, littéralement, les dictateurs françafricains par les larges accolades qu’il leur accordait sur le perron de l’Élysée.

    Même à la retraite, « tonton Chirac » conserve son costume de Tartuffe bienfaiteur de l’Afrique, reconnaissant même dans une déclaration récente qu’« une grande partie de l’argent qui est dans notre porte-monnaie vient précisément de l’exploitation, depuis des siècles, de l’Afrique ». Il s’investit opportunément dans sa fondation, en particulier sur la lutte contre les faux médicaments, dont il fait une priorité… bien compréhensible puisque le principal distributeur de médicaments sur le continent n’est autre que la CFAO du groupe PPR, de son proche ami François Pinault.

  • Omerta sur une catastrophe industrielle majeure aux portes de Paris, par Marc Laimé (Les blogs du Diplo, 27 septembre 2019)
    https://blog.mondediplo.net/omerta-sur-une-catastrophe-industrielle-majeure

    En plein été, une installation stratégique de la plus grande station d’épuration des #eaux usées d’Europe est totalement détruite par le feu à trente kilomètres de la capitale. Il faudra entre trois et cinq ans pour la reconstruire, au prix, dans l’intervalle, d’une #pollution gravissime de la Seine. Ce site n’a cessé d’enregistrer des sinistres de plus en plus graves depuis plusieurs années. Sa gestion est entachée par des dévoiements sans précédent en matière de marchés publics. Un #désastre absolu, qui ne suscite qu’une inquiétante indifférence.

    par @marclaime

  • Greta, la menace ? > Le Monde Moderne
    https://www.lemondemoderne.media/greta-la-menace

    Lancée depuis la Suède, aidée par une machinerie internationale d’associations ou de fondations de milliardaires philanthropes aux objectifs mercantiles assumés, masquée derrière le bien commun de la jeunesse, la plus grande campagne de manipulation des opinions de tous les temps bat son plein. Et comme souvent, les idiots regardent le doigt, plutôt que la lune.

    Derrière les tresses de Greta Thunberg se découvre une nébuleuse de l’influence et du lobbying inédite par son ampleur et l’utilisation des nouveaux outils de propagande.

  • Trưng Sisters - Wikipedia
    https://en.wikipedia.org/wiki/Tr%C6%B0ng_Sisters

    The Trưng sisters (Vietnamese: Hai Bà Trưng, literally “Two Ladies [named] Trưng”, c. AD 12 – c. AD 43) were Vietnamese military leaders who ruled for three years after rebelling in AD 40 against the first Chinese domination of Vietnam. They are regarded as national heroines of Vietnam. Their names were Trưng Trắc (徵側) and Trưng Nhị (徵貳).

    One reason for the defeat is desertion by rebels because they did not believe they could win under a woman’s leadership.[17] The fact that women were in charge was blamed as a reason for the defeat by historical Vietnamese texts in which the historians ridiculed and mocked men because they did nothing while “mere girls”, whom they viewed with revulsion, took up the banner of revolt.[18] The historical poem containing the phrase “mere girls”, which related the revolt of the Trung Sisters while the men did nothing, was not intended to praise women nor view war as women’s work, as it has been wrongly interpreted.[19][20] And though the popular saying “When the enemy is at the gate, the woman goes out fighting” has been cited as evidence of women’s stature,[21] the actual phrase in Vietnamese is “Giặc đến nhà, đàn bà cũng đánh” (When the enemy troops came to the house, the woman also went to fight the enemy), which means that fighting in war is inappropriate for women and that it is only when the situation is so desperate that war has spread to their home that women should enter the war.[22][23]

    #historicisation #guerrières

    • ce qu’il y avait dans les crâne des parents selon elle (TW hein) :

      My observation of my father and mother’s actual belief is this: since everyone is naturally gay, it is the straight establishment that makes everyone hung up and therefore limited. Sex early will make people willing to have sex with everyone, which will bring about the utopia while eliminating homophobia and helping people become “who they really are.” It will also destroy the hated nuclear family with its paternalism, sexism, ageism (yes, for pedophiles, that is a thing) and all other “isms.” If enough children are sexualized young enough, gayness will suddenly be “normal” and accepted by everyone, and the old fashioned notions about fidelity will vanish. As sex is integrated as a natural part of every single relationship, the barriers between people will vanish, and the utopia will appear, as “straight culture” goes the way of the dinosaur. As my mother used to say: “Children are brainwashed into believing they don’t want sex.”

      https://web.archive.org/web/20160520192319/https://askthebigot.com/2015/07/23/the-story-of-moira-greyland-guest-post

      #déjà_vu

    • les raisons :

      Now for all well-meaning people who believe I am extrapolating from my experience to the wider gay community, I would like to explain why I believe this is so: From my experience in the gay community, the values in that community are very different: the assumption is that EVERYONE is gay and closeted, and early sexual experience will prevent gay children from being closeted, and that will make everyone happy.

      If you doubt me, research “age of consent” “Twinks,” “ageism” and the writings of the NUMEROUS authors on the Left who believe that early sexuality is somehow “beneficial” for children.

      Due to my long experience with the BSDM community (bondage/discipline, Sado-Masochism) it is my belief that homosexuality is a matter of IMPRINTING, in the same way that BDSM fantasies are. To the BDSM’er, continued practice of the fantasy is sexually exciting. To the gay person, naturally, the same. However, from what I have seen, neither one creates healing.

      bon xcuse, je dévie un peu ton post, mais pas moyen que je reste seul avec ça ho.

    • The accusations of child abuse levelled at science fiction author Marion Zimmer Bradley, who died in 1999 age 69, are of the most serious kind. Published last week on the blog of Deirdre Saoirse Moen, these accusations come from Bradley’s own daughter, Moira Greyland. They include accounts of physical and sexual abuse, and were later joined by a brutally affecting poem written by Greyland in “honour” of Bradley, Mother’s Hands. Bradley’s reputation when alive had already been considerably damaged by the conviction of her husband on charges of child molestation in 1990.

      Science fiction readers have been vocal in disowning Bradley. Established writers of SF and fantasy including John Scalzi and G Willow Wilson have expressed horror and concern for Bradley’s alleged victims. The wider science fiction community is still absorbing accusations that have been filtering into public consciousness over recent days.

      #pédocriminalité