Articles repérés par Hervé Le Crosnier

Je prend ici des notes sur mes lectures. Les citations proviennent des articles cités.

  • The Second Act of Social-Media Activism | The New Yorker
    https://www.newyorker.com/culture/cultural-comment/the-second-act-of-social-media-activism

    Un article passionnant qui part des analyses de Zeynep Tufekci pour les reconsidérer à partir des mouvements plus récents.

    Some of this story may seem familiar. In “Twitter and Tear Gas: The Power and Fragility of Networked Protest,” from 2017, the sociologist Zeynep Tufekci examined how a “digitally networked public sphere” had come to shape social movements. Tufekci drew on her own experience of the 2011 Arab uprisings, whose early mobilization of social media set the stage for the protests at Gezi Park, in Istanbul, the Occupy action, in New York City, and the Black Lives Matter movement, in Ferguson. For Tufekci, the use of the Internet linked these various, decentralized uprisings and distinguished them from predecessors such as the nineteen-sixties civil-rights movement. Whereas “older movements had to build their organizing capacity first,” Tufekci argued, “modern networked movements can scale up quickly and take care of all sorts of logistical tasks without building any substantial organizational capacity before the first protest or march.”

    The speed afforded by such protest is, however, as much its peril as its promise. After a swift expansion, spontaneous movements are often prone to what Tufekci calls “tactical freezes.” Because they are often leaderless, and can lack “both the culture and the infrastructure for making collective decisions,” they are left with little room to adjust strategies or negotiate demands. At a more fundamental level, social media’s corporate infrastructure makes such movements vulnerable to coöptation and censorship. Tufekci is clear-eyed about these pitfalls, even as she rejects the broader criticisms of “slacktivism” laid out, for example, by Evgeny Morozov’s “The Net Delusion,” from 2011.

    “Twitter and Tear Gas” remains trenchant about how social media can and cannot enact reform. But movements change, as does technology. Since Tufekci’s book was published, social media has helped represent—and, in some cases, helped organize—the Arab Spring 2.0, France’s “Yellow Vest” movement, Puerto Rico’s RickyLeaks, the 2019 Iranian protests, the Hong Kong protests, and what we might call the B.L.M. uprising of 2020. This last event, still ongoing, has evinced a scale, creativity, and endurance that challenges those skeptical of the Internet’s ability to mediate a movement. As Tufekci notes in her book, the real-world effects of Occupy, the Women’s March, and even Ferguson-era B.L.M. were often underwhelming. By contrast, since George Floyd’s death, cities have cut billions of dollars from police budgets; school districts have severed ties with police; multiple police-reform-and-accountability bills have been introduced in Congress; and cities like Minneapolis have vowed to defund policing. Plenty of work remains, but the link between activism, the Internet, and material action seems to have deepened. What’s changed?

    The current uprisings slot neatly into Tufekci’s story, with one exception. As the flurry of digital activism continues, there is no sense that this movement is unclear about its aims—abolition—or that it might collapse under a tactical freeze. Instead, the many protest guides, syllabi, Webinars, and the like have made clear both the objectives of abolition and the digital savvy of abolitionists. It is a message so legible that even Fox News grasped it with relative ease. Rachel Kuo, an organizer and scholar of digital activism, told me that this clarity has been shaped partly by organizers who increasingly rely on “a combination of digital platforms, whether that’s Google Drive, Signal, Messenger, Slack, or other combinations of software, for collaboration, information storage, resource access, and daily communications.” The public tends to focus, understandably, on the profusion of hashtags and sleek graphics, but Kuo stressed that it was this “back end” work—an inventory of knowledge, a stronger sense of alliance—that has allowed digital activism to “reflect broader concerns and visions around community safety, accessibility, and accountability.” The uprisings might have unfolded organically, but what has sustained them is precisely what many prior networked protests lacked: preëxisting organizations with specific demands for a better world.

    What’s distinct about the current movement is not just the clarity of its messaging, but its ability to convey that message through so much noise. On June 2nd, the music industry launched #BlackoutTuesday, an action against police brutality that involved, among other things, Instagram and Facebook users posting plain black boxes to their accounts. The posts often included the hashtag #BlackLivesMatter; almost immediately, social-media users were inundated with even more posts, which explained why using that hashtag drowned out crucial information about events and resources with a sea of mute boxes. For Meredith Clark, a media-studies professor at the University of Virginia, the response illustrated how the B.L.M. movement had honed its ability to stick to a program, and to correct those who deployed that program naïvely. In 2014, many people had only a thin sense of how a hashtag could organize actions or establish circles of care. Today, “people understand what it means to use a hashtag,” Clark told me. They use “their own social media in a certain way to essentially quiet background noise” and “allow those voices that need to connect with each other the space to do so.” The #BlackoutTuesday affair exemplified an increasing awareness of how digital tactics have material consequences.

    These networks suggest that digital activism has entered a second act, in which the tools of the Internet have been increasingly integrated into the hard-won structure of older movements. Though, as networked protest grows in scale and popularity, it still risks being hijacked by the mainstream. Any urgent circulation of information—the same memes filtering through your Instagram stories, the same looping images retweeted into your timeline—can be numbing, and any shift in the Overton window means that hegemony drifts with it.

    In “Twitter and Tear Gas,” Tufekci wrote, “The Black Lives Matter movement is young, and how it will develop further capacities remains to be seen.” The movement is older now. It has developed its tactics, its messaging, its reach—but perhaps its most striking new capacity is a sharper recognition of social media’s limits. “This movement has mastered what social media is good for,” Deva Woodly, a professor of politics at the New School, told me. “And that’s basically the meme: it’s the headline.” Those memes, Woodley said, help “codify the message” that leads to broader, deeper conversations offline, which, in turn, build on a long history of radical pedagogy. As more and more of us join those conversations, prompted by the words and images we see on our screens, it’s clear that the revolution will not be tweeted—at least, not entirely.

    #Activisme_connecté #Black_lives_matter #Zeynep_Tufekci #Mèmes #Hashtag_movments #Médias_sociaux

  • Randonautica: What Is It and Are the Stories Real? - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2020/07/31/style/randonautica-app.html

    That is the gamble one takes with Randonautica, which claims to channel users’ “intentions” to produce nearby coordinates for exploration. Think: The law of attraction meets geocaching.

    Randonautica makes a few asks of users — “What would you like to get?” “Choose your entropy source” — before prompting them to “focus on your intent” while it fetches coordinates. This process relies on location settings and a random number generator, which, despite what the company says, cannot be directly affected by human thoughts.

    Since its release, Randonautica has been downloaded 10.8 million times from the App Store and Google Play, according to the research firm Sensor Tower. After a few months of rapid growth, much of it propelled by TikTok, its downloads have started to taper off, according to data from the analytics firm App Annie.

    In an interview in July, Mr. Lengfelder described Randonautica as “a multimedia storytelling platform” that encourages “performance art.” He said the overwhelming response has not surprised him.

    “I kind of figured it was inevitable,” he said. “Because basically what it is is like a machine that creates memes and legends, and it kind of virally propagates on its own.”

    So How Does It Work?

    On first use, Randonautica offers a brief intro and some tips (“Always Randonaut with a charged phone,” “Never trespass”) before prompting you to share your location.

    Then it will ask you to choose which type of point you would like it to generate (the differences between which only matter if you believe the app can read your thoughts) before fetching coordinates from a random number generator. The user can then open that location in Google Maps to begin their journey.

    Randonautica throws big words like “quantum” and “entropy” around a lot. Its creators believe that quantum random numbers are more likely to be influenced by human consciousness than non-quantum random numbers. This hypothesis is part of a theory Mr. Lengfelder refers to as “mind-machine interaction,” or M.M.I.: It posits that when you focus on your intent, you are influencing the numbers.

    “Basically if you’re looking for any kind of peer-reviewed, scientific consensus, that does not exist yet in the literature,” Mr. Lengfelder said in a TikTok video in June, speaking about the theory. Instead, he pointed to the work of Dean Radin, a prominent figure in the pseudoscientific field of parapsychology, and the Princeton Engineering Anomalies Research (PEAR) program, which has cited Dr. Radin’s research, as evidence.

    Randonautica claims that a 1998 PEAR experiment supported the idea that people can control random number generation with their thoughts. That study was published in the Journal of Scientific Exploration, which includes work about the paranormal, spirit possessions, poltergeists and questions about Shakespeare’s authorship. In the study, PEAR’s researchers wrote that the experiment was far from conclusive.

    “It looks like they saw some kind of correlation, but they admit that it was weak and it needed to have further research associated with it,” said Casey Schwarz, an experimental physicist and assistant professor at Ursinus College who reviewed Randonautica’s claims for this article. She said she did not know of any quantum system that could be influenced by human thoughts.

    Mr. Lengfelder dismissed such criticisms, stating that the app was not created to prove a hypothesis. “I would say it’s not some kind of academic science work,” he said. “We’re more like inventors than academic scientists.”

    An update coming in August will feature improved graphics and, Mr. Lengfelder said, a custom random number generator that would have a higher “rate of entropy.” “So technically our M.M.I. effects should be higher,” he said. Of course, as noted above, M.M.I. is a theory that is not supported by science.

    Daniel J. Rogers, a physicist who has worked with quantum random number generators, called Randonautica’s M.M.I. theory “completely absurd.”

    “There is no quantum physics here,” said Dr. Rogers, a founder of the Global Disinformation Index. “This is just people using big science words to sound magical. There is no actual science here.”
    ‘Do Not Go Randonauting’

    Randonauting became popular partly because of reverse psychology; young people approach it with a sense of foreboding. “Do not go randonauting” has become a popular title for videos.

    Some adults have expressed concerns about the app’s lack of safety precautions for children. Though Randonautica’s terms of use specify that anyone who is a minor must obtain parental consent to use the app, such consent is collected by email, making it easy for young users to bypass.

    Know and Tell, a child protection education program with the Granite State Children’s Alliance in New Hampshire, has posted on Instagram telling parents to keep young people off the app, or at least supervise their use.

    “It was very apparent that these were young teenagers that were going to undisclosed areas in the middle of the night,” said Jana El-Sayed, the outreach project manager for the Granite State Children’s Alliance. She described these circumstances as “a perpetrator’s dream.”

    #Randonautica #Fake_science #Culture_numérique #Mèmes

  • William English, Who Helped Build the Computer Mouse, Dies at 91 - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2020/07/31/technology/william-english-who-helped-build-the-computer-mouse-dies-at-91.html?campaig

    William English, the engineer and researcher who helped build the first computer mouse and, in 1968, orchestrated an elaborate demonstration of the technology that foretold the computers, tablets and smartphones of today, died on July 26 in San Rafael, Calif. He was 91.

    His death, at a medical facility, was confirmed by his wife, Roberta English, who said the cause was respiratory failure.

    In the late 1950s, after leaving a career in the Navy, Mr. English joined a Northern California research lab called the Stanford Research Institute, or S.R.I. (now known as SRI International). There he met Douglas Engelbart, a fellow engineer who hoped to build a new kind of computer.

    At a time when only specialists used computers, entering and retrieving information through punched cards, typewriters and printouts, Mr. Engelbart envisioned a machine that anyone could use simply by manipulating images on a screen. It was a concept that would come to define the information age, but by his own admission Mr. Engelbart had struggled to explain his vision to others.
    ImageAt a time when only specialists used computers, entering and retrieving information through punched cards, typewriters and print-outs,
    At a time when only specialists used computers, entering and retrieving information through punched cards, typewriters and print-outs,Credit...via English family

    Mr. English, known to everyone as Bill, was one of the few who understood these ideas and who had the engineering talent, patience and social skills needed to realize them. “He was the guy who made everything happen,” said Bill Duvall, who worked alongside Mr. English during those years. “If you told him something needed to be done, he figured out how to do it.”

    After Mr. Engelbart had envisaged the computer mouse and drawn a rough sketch of it on a notepad, Mr. English built it in the mid-1960s. Housed inside a small pinewood case, the device consisted of two electrical mechanisms, called potentiometers, that tracked the movement of two small wheels as they moved across a desktop. They called it a mouse because of the way the computer’s on-screen cursor, called a CAT, seemed to chase the device’s path.

    As they were developing the system, both Mr. English and Mr. Engelbart were part of the government-funded L.S.D. tests conducted by a nearby lab called the International Foundation of Advanced Study. Both took the psychedelic as part of a sweeping effort to determine whether it could “open the mind” and foster creativity.

    Though Mr. Engelbart oversaw the NLS project, the 1968 demonstration in San Francisco was led by Mr. English, who brought both engineering and theater skills to the task. In the mid-1950s he had volunteered as a stage manager for a Bay Area theater troupe called The Actor’s Workshop.

    For the San Francisco event, he used a video projector the size of a Volkswagen Beetle (borrowed it from a nearby NASA lab) to arrange and project the live images behind Mr. Engelbart as he demonstrated NLS from the stage. He had been able to set up the wireless link that sent video between the Menlo Park computer lab and the auditorium after befriending a telephone company technician.
    Image
    Mr. English helped orchestrate an elaborate demonstration of the technology that foretold the computers, tablets and smartphones of today.
    Mr. English helped orchestrate an elaborate demonstration of the technology that foretold the computers, tablets and smartphones of today.Credit...via English family

    Three years after the demonstration, Mr. English left S.R.I. and joined a new Xerox lab called the Palo Alto Research Center, or PARC. There he helped adapt many of the NLS ideas for a new machine called the Alto, which became a template for the Apple Macintosh, the first Microsoft Windows personal computers and other internet-connected devices.

    #Histoire_numérique #Souris #Bill_English #SRI_international #Xerox_park #Mother_of_all_demo

  • ASDN #28 / Stéphane Bortzmeyer - « Cyberstructure » (30 janvier 2019) • Aux sources du numérique ( - Podcast Addict
    https://podcastaddict.com/episode/78154372
    https://image.ausha.co/u85Qi3N04Q5PXU3wRbPmfqih07AZMOXqKA92Koxv_1400x1400.jpeg?t=1559846276

    Mar 01 2019 79 mins 5
    Stéphane Bortzmeyer, ingénieur en réseaux informatiques à l’AFNIC, était l’invité de Spintank et Renaissance Numérique pour la 28e édition d’ASDN à l’occasion de la parution de son ouvrage « Cyberstructure. L’Internet, un espace politique » (C&F éditions, 2018).

    #Stéphane_Bortzmeyer #C&F_éditions #Podcast

  • Opioids and Public Health | Journal of Ethics | American Medical Association
    https://journalofethics.ama-assn.org/issue/opioids-and-public-health

    Manufacturers of prescription opioids offered assurance in the mid-to-late 1990s that these drugs wouldn’t make patients with pain into patients with substance use disorders. Some physicians believed them and prescribed these drugs without appropriate regard for their addictiveness, contributing to prescription and street opioid misuse that has reached alarming proportions. This issue considers ethical questions that contextualize the opioid epidemic from social, cultural, and policy-based perspectives and illuminates potential solutions.
    Volume 22, Number 8: E645-750

    Le dernier numéro en date du journal d’éthique de l’American Medical Association. Son contenu confirme ce que Patrick Radden Keefe a montré dans « Addiction sur ordonnance » (traduit et publié par C&F éditions). Notamment un article par Andrew Kolodny sur le rôle (par inaction et complaisance) de la Food and Drug administration dans le déclenchement de la crise, une auteur largement cité par P.R. Keefe.

    #Opioides #FDA #Ethique #Big_pharma #Régulation

  • « Construire une santé en commun devient un impératif moral, éthique et démocratique »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/07/29/construire-une-sante-en-commun-devient-un-imperatif-moral-ethique-et-democra

    « Construire une santé en commun devient un impératif moral, éthique et démocratique »
    Tribune

    Jean-Francois Alesandrini - ancien directeur des affaires publiques à DNDi

    Benjamin Coriat - professeur émérite de sciences économiques

    Stéphanie Leyronas - chargée de recherche à l’Agence française de développement

    Le coronavirus oblige à repenser les problématiques de la marchandisation de la santé. Et à permettre ainsi aux plus démunis d’accéder aux traitements et à un futur vaccin, soulignent trois chercheurs.

    Publié le 29 juillet 2020 à 02h51 -
    Une volontaire reçoit une injection contre le Covid-19 produite par la société chinoise Sinovac Biotech, à Sao Paulo (Brésil), le 21 juillet.
    Une volontaire reçoit une injection contre le Covid-19 produite par la société chinoise Sinovac Biotech, à Sao Paulo (Brésil), le 21 juillet. HANDOUT / AFP

    Tribune. La crise sanitaire mondiale a révélé, fin janvier, les défaillances du système de l’innovation médicale et de l’accès aux produits de santé pour tous : ni vaccins développés, ni traitements validés, ni diagnostics disponibles pour lutter contre une pandémie dont les scénarios les plus sombres annonçaient plusieurs millions de morts. Devant des opinions inquiètes, la plupart des gouvernements européens et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont fixé un nouveau cap : un accès équitable aux futurs traitements.

    Bien que désordonnée, la discussion actuelle revitalise des idées débattues par quelques experts depuis des années sur tout un ensemble de problématiques liées à l’accès aux produits de santé : la marchandisation du domaine de la santé, les brevets, les prix pratiqués, l’opacité des coûts de la recherche, la générosité de l’industrie pharmaceutique auprès de ses actionnaires, ou encore les capacités limitées d’innovation et l’accès restreint aux produits de la science des pays à bas revenus.
    Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : contre le « bien commun », Sanofi oppose la nécessité de financer ses nouveaux vaccins

    L’idée sur laquelle reposent les déclarations universalistes et progressistes, faites depuis le début de la crise, est celle de prix abordables des produits développés, voire de leur gratuité pour les plus vulnérables. Assistons-nous ainsi à une révolution dans le domaine de la santé, tirée par les milliards d’argent public, mais aussi philanthropique, mobilisés en urgence pour la recherche et le développement ? Le lancement de la Garantie de marché Gavi, lors du sommet mondial sur la vaccination, le 4 juin 2020, et les 3,8 milliards de dollars (3,3 milliards d’euros) levés en quelques jours pour la recherche sur les vaccins contre le Covid-19 (AMC Covax) pourraient le laisser croire.

    Fortes divergences

    La concrétisation de ces intentions révèle toutefois de fortes divergences. Dans leur communiqué en date du 26 mars, les dirigeants du G20 évoquent des « prix abordables » pour les médicaments, les vaccins et les diagnostics développés.

    Les dirigeants d’Unitaid précisent que les entreprises doivent renoncer à leurs licences en faveur d’une structure qui garantirait la production de traitements à des prix abordables. Les organisations non gouvernementales en général, comme Médecins sans frontières (MSF), plaident pour qu’aucun brevet ne soit déposé ni qu’aucun profit ne soit réalisé par les industriels. D’autres exigent, à l’instar de Wellcome Trust, aujourd’hui un financeur incontournable en faveur de la santé publique mondiale, que le vaccin soit considéré comme un bien public mondial et mis à disposition gratuitement.
    Article réservé à nos abonnés Lire aussi Déconfinement : « Il faut considérer les données de santé comme un bien commun »

    Ainsi, à situation exceptionnelle, mesures extraordinaires. Mais derrière les intentions affichées, il est à craindre des lendemains moins solidaires et décevants pour les tenants d’un monde sans brevets et de l’accès aux produits de santé pour tous. Les industriels restent réticents à faire des concessions sur les droits que leur confèrent leurs brevets, qu’ils considèrent comme « un puissant incitatif au développement de la recherche », et les gouvernements ne semblent guère enclins à définir de nouvelles règles du jeu.

    L’Europe et les Etats-Unis ont déjà préempté des volumes conséquents de vaccins avec les industriels, faisant poindre l’émergence d’un « nationalisme vaccinal »

    Prenons l’initiative Covax : elle offre des caractéristiques intéressantes sur les questions de distribution et d’accès. Le dispositif prévoit, en 2021, une production de 2,5 milliards de doses à travers un système s’apparentant à une centrale d’achat auquel les pays contribueront. Toutefois, si des quotas de vaccins seront réservés pour le personnel soignant, pouvant aller jusqu’à 20 % de couverture vaccinale pour les pays contributeurs, les petits Etats risquent de passer à la trappe. Avec la garantie d’achat d’un certain volume de nouveaux vaccins avant même leur homologation, les fabricants sont ainsi incités à investir sans tarder dans leurs capacités de production.

    Cette incitation est nécessaire, car si un médicament possède en général une durée de vie longue du fait de consommations répétées dans le temps, le vaccin n’est administré qu’un nombre de fois limité. Dès lors, le coût de la recherche ne peut être couvert que sur l’administration d’un très grand nombre de doses.

    On peut penser que cette économie particulière offre la garantie d’un accès plus équitable aux vaccins développés. Mais l’Europe et les Etats-Unis ont déjà préempté des volumes conséquents pour leur marché à travers des accords bilatéraux avec les industriels, faisant poindre l’émergence d’un « nationalisme vaccinal ». Si un ou des produits venaient sur le marché dans quelques mois, il sera important de regarder, dans les faits, la réalité des promesses faites.
    Article réservé à nos abonnés Lire aussi Histoire d’une notion : les communs, renouveau de la démocratie locale

    Le statu quo qui banalise le médicament et le vaccin comme des marchandises ordinaires ne peut plus être de mise. La crise du Covid-19 a certes ouvert des brèches mais, pour l’heure, le débat se cristallise entre les défenseurs de la propriété intellectuelle et ceux qui plaident en faveur d’une économie de la santé sans brevets. Entre ces deux pôles, des initiatives diverses nous montrent un autre chemin.
    Propriété intellectuelle

    Portées directement par des scientifiques, des médecins ou des experts de la santé publique, elles innovent sur le champ de la propriété intellectuelle, qui n’est plus traitée comme « absolue » et « exclusive », mais comme partagée et inclusive. Elles s’inscrivent dans la lignée des travaux sur les communs dont la politiste américaine Elinor Ostrom, prix Nobel d’économie en 2009, a formulé les fondamentaux. La propriété est conçue comme un « faisceau de droits » dont les attributs peuvent être distribués et partagés. Dans cette conception, le titulaire du droit d’aliéner un bien ou d’en faire commerce peut être contraint par le respect des droits d’accès et d’usage définis et protégés.

    Ce principe transposé au cas des médicaments – et notamment ceux qui ont trait aux traitements des épidémies et pandémies – bouleverse la donne en permettant de dépasser une forme binaire de la pensée et de l’action (pour ou contre le brevet).

    La question qui se pose alors est celle des droits à protéger et des accords à passer en ce sens entre les acteurs, du patient au producteur, en passant par les médecins prescripteurs. Sans le revendiquer, plusieurs pratiques dans le champ de la santé amorcent des approches tournées vers l’accès et pourraient, sous certaines conditions, être renforcées dans une logique de communs.
    Lire aussi Coronavirus dans le monde : les Etats-Unis précommandent 100 millions de doses d’un potentiel vaccin

    Il s’agit par exemple du recours à la licence obligatoire, principe qui s’impose aux signataires de l’accord de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (Adpic). Voie encore sous-utilisée, elle installe un droit d’accès aux traitements, par-delà les droits conférés au détenteur du brevet. Le 17 mars, le Chili a déclaré que la pandémie de Covid-19 justifiait l’application d’une telle mesure. D’autres pays ont suivi : Israël (19 mars), l’Equateur (20 mars), le Canada (25 mars) et l’Allemagne (27 mars).

    Un système plus vertueux

    La pratique de prix différenciés, voire de commercialisation à prix coûtants, est une autre piste. Dans les années 2000, la stratégie « no profit, no loss » (« aucun profit, aucune perte ») de Sanofi a ainsi permis la mise sur le marché d’un antipaludéen à moins de 1 dollar pour les adultes. Autre exemple : le laboratoire Abbott fait varier les prix du Liponavir/Ritonavir, médicament contre le VIH-sida et aujourd’hui testé dans les essais cliniques contre le Covid-19, d’une échelle de 1 à 10 selon plusieurs critères tels que la pression des Etats et de la société civile, l’existence de centrales d’achat ou la présence de compétiteurs potentiels.

    Si, dans l’état actuel des choses, les laboratoires restent « maîtres des rabais » qu’ils proposent et qu’ils utilisent finalement comme des armes marketing, un système plus vertueux pourrait objectiver et codifier ces différenciations de prix sur la base des besoins des patients et des systèmes de santé en place.
    Lire aussi Vaccin : la leçon pour l’Europe

    C’est ce que permettent, par exemple, des accords de licences conclus par des organisations comme la fondation Drugs for Neglected Diseases Initiative (DNDi) avec les grands laboratoires pharmaceutiques. Aux termes de ces accords, l’industriel détenteur d’une molécule potentiellement intéressante contre telle ou telle maladie accorde des droits non exclusifs sur une molécule à DNDi pour toutes les applications qui résulteraient de la recherche conduite pour cette maladie.

    Ces modèles reposent sur le partage des connaissances, la diminution des coûts de la recherche et la mise sur le marché de produits sans brevet, accessibles à tous. Ils restent expérimentaux et fragiles mais, après quinze ans d’existence, ces initiatives ne peuvent plus être ignorées. C’est fort de cette expérience que DNDi a impulsé, le 3 avril, la formation d’une Coalition pour la recherche clinique sur le Covid-19 en vue de développer une recherche sur le virus dédiée aux pays du Sud.

    Revoir les règles

    On pourrait citer aussi les plates-formes de brevets, qui offrent la possibilité aux industriels de partager, sur une base volontaire, tout ou partie de la propriété intellectuelle : en témoigne la mise en place récente par l’OMS de l’accélérateur technologique Covid- Technology Access Pool (C-TAP), plate-forme pour laquelle huit produits pour le traitement du Covid-19 sont sous essais cliniques.

    Révélatrice des inégalités sociales à travers le monde et des insuffisances des structures publiques de soins, le Covid-19 bouscule l’ordonnancement de la recherche en matière de santé publique. Elle appelle à des outils appropriés, au bénéfice du plus grand nombre, et d’abord des plus fragiles.

    Revoir les règles du jeu pour construire une santé en commun devient un impératif moral, éthique, et même démocratique. En sortant du diktat de la propriété intellectuelle exclusive, des initiatives nous montrent la voie.

    Jean-Francois Alesandrini, ancien directeur des affaires publiques à DNDi (Initiative médicaments pour les maladies négligées). Benjamin Coriat, professeur émérite de sciences économiques à l’université Sorbonne Paris-Nord. Stéphanie Leyronas, chargée de recherche à l’Agence française de développement

    #Communs #Médicament #Santé_publique

    PS : Tiens, tiens, Jean-François Alessandrini était un des auteurs du premier livre publié par C&F éditions ( Pouvoir savoir , en 2005) et Benjamin Coriat dans une des dernières publications ( Discours de Stockholm par Elinor Ostrom, 2020, dont il a rédigé la préface).

  • Basket : le dilemme de s’agenouiller pendant l’hymne américain en NBA
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/08/02/basket-le-dilemme-de-s-agenouiller-pendant-l-hymne-americain-en-nba_6047937_

    Une poignée de joueurs de la ligue américaine de basket-ball et Gregg Popovich, l’entraîneur des San Antonio Spurs, ont décidé de ne pas mettre le genou à terre durant l’hymne national, un geste censé représenter la solidarité envers le mouvement Black Lives Matter.

    Un article intéressant qui montre que l’on peut soutenir une cause (ici Black Lives Matter), le montrer à sa manière, mais ne pas partager toutes les manifestations de soutien (ici le kneeling). Notamment quand des fidélités contradictoires existent (ici le soutien à BLM et le soutien à l’armée US).

    Permet de réfléchir à la tolérance à l’intérieur des groupe protestataires : construire de l’unité malgré les différences, voire les divergences sur certains points. C’est peut être cela le véritable travail de la politique. Pour ne pas le voir, le « centrisme » ne se situe que rarement sur des positions de gauche (au sens traditionnel et historique), mais dérive sans arrêt vers le conservatisme. Rejeter des alliés n’est pas toujours une bonne stratégie.

    Dans le même temps, quand les « centristes » rejettent les extrêmistes, ils coupent l’herbe sous leur propre pied, laissant le « centre » dériver vers l’acceptation définitive des dominations actuelles. Je crois ne pas avoir besoin d’exemple, car c’est chaque jour et dans tous les domaines que cela se démontre.

    Une société est un équilibre. Nous avons besoin d’extrémistes (progressistes, partisans de la liberté et de l’égalité et de la fraternité ou sororité) pour que le « centre » aille dans le sens de l’humanité. Écouter les positions radicales ne veut pas dire en accepter toutes les expressions, mais permet d’entendre le souffle de la société. Car l’avenir a toujours commencé par être minoritaire et marginal.

    #Kneeling #Black_Lives_Matter #NBA

  • TikTok, nouvelle victime de la dégradation des relations entre Washington et Pékin
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/08/01/tiktok-nouvelle-victime-de-la-degradation-des-relations-entre-washington-et-

    Donald Trump a annoncé brusquement, vendredi 31 juillet au soir, son intention d’interdire le réseau social TikTok. Sur le chemin du retour d’un déplacement en Floride, où il s’était rendu en début d’après-midi, le président a déclaré : « En ce qui concerne TikTok, nous l’interdisons aux Etats-Unis. » « J’en ai l’autorité », a assuré le président, évoquant la signature d’un décret exécutif sans cependant donner plus de détails aux journalistes qui l’accompagnaient à bord de l’Air Force One. TikTok n’a pas réagi immédiatement à cette déclaration, qui n’a été appuyée par aucun communiqué officiel de la Maison Blanche.
    Lire aussi Des élus américains craignent que TikTok ne soit utilisée pour interférer dans les élections

    En quittant Washington, une dizaine d’heures plus tôt, Donald Trump s’était montré plus évasif. « Nous examinons TikTok. Nous interdirons peut-être TikTok. Nous ferons peut-être d’autres choses. Il existe plusieurs options. Mais il se passe beaucoup de choses, alors nous verrons ce qui se passe. Mais nous recherchons de nombreuses alternatives par rapport à TikTok », avait-il brièvement indiqué avant ce déplacement lié à la lutte contre la pandémie de Covid-19.

    Selon le Wall Street Journal, l’une de ces options aurait été celle d’une reprise de la partie américaine de TikTok par une société nationale, en l’occurrence le géant Microsoft. Cette piste aurait permis à la Maison Blanche d’éviter deux écueils potentiels : une guérilla juridique et la désapprobation des utilisateurs de cette plate-forme de partage de vidéos essentiellement ludiques.

    En annonçant abruptement l’interdiction de la plate-forme, vendredi soir, Donald Trump ne s’est pas appuyé sur d’éventuelles conclusions de l’enquête du comité interministériel. Deux jours plus tôt, le patron de TikTok, Kevin Mayer, arrivé en juin du géant Walt Disney, avait assuré : « Nous ne sommes pas politiques, nous n’acceptons pas de publicité politique et nous n’avons pas d’agenda. Notre seul objectif est de rester une plate-forme animée et dynamique appréciée de tous. »
    « Nouvelle tyrannie »

    Dans une note publiée le 14 juillet, James Andrew Lewis, chef du programme de politique des technologies au Center for Strategic and International Studies (CSIS), un cercle de réflexion de Washington spécialisé dans les questions de sécurité, a émis des doutes sur le danger potentiel représenté par la plate-forme. « Il y a de bonnes raisons d’être profondément préoccupé par la Chine et l’espionnage, mais TikTok n’en fait probablement pas partie », a-t-il estimé.

    #TikTok #Chine_USA #Censure #Trump

    • Et toujours avec Trump : est-ce que c’est parce que le chef du shit-hole country n’a pas supporté de s’être fait ridiculiser, à Tulsa, par des usagers de Tiktok ?

      Is This The Real Reason Why Trump Wants To Ban TikTok ?
      https://www.forbes.com/sites/abrambrown/2020/08/01/is-this-the-real-reason-why-trump-wants-to-ban-tiktok

      What exactly happened? In June, Trump announced he wanted to have a rally in Tulsa on June 19, a day celebrated as a holiday commemorating the end of slavery. Trump’s decision to have it that day—in a city with a painful, violent history of racism—angered people, and in the end, he relented, somewhat, moving it to the next day.

      His decision did not stop a campaign that quickly formed on TikTok and Twitter in mid-June about a week before the rally. Its goal was straight forward: Flood the Trump website for reserving tickets with fake names, phone numbers and emails and then never attend the rally. Theoretically, it would give the Trump campaign false hopes for a large crowd leading up to the event and make them look foolish when it was sparsely attended.

      On Twitter, fans of K-Pop spread the message far and wide. On TikTok, Laupp and others did the same thing. Laupp’s video was viewed almost 1 million times, one of the most widely shared of the calls to action on that app. “We had families in England reserving tickets to come to this rally, teenagers in Australia that saw the video and jumped on the bandwagon and found Oklahoma zip codes and U.S. phone numbers to reserve tickets with,” she says. “This thing went worldwide.”

      Shortly before June 20, the Trump campaign said it had nearly 1 million people registered to attend. But when the big night came, the BOK Center in Tulsa filled to perhaps to a third of its total capacity. Televised broadcasts showed Trump at a podium framed by large swaths of empty blue seats. The online campaign against him had worked, though Laupp and other TikTokers are fully aware that their efforts aren’t the only reason that attendance was low. Surely the pandemic kept a few people home; the Trump campaign blamed it on protests in Tulsa, though reporters there that night identified few protests happening.

  • Was E-mail a Mistake? | The New Yorker
    https://www.newyorker.com/tech/annals-of-technology/was-e-mail-a-mistake

    The problem is that some of the computers might crash. If that happens, the rest of the group will end up waiting forever to hear from peers that are no longer operating. In a synchronous system, this issue is easily sidestepped: if you don’t hear from a machine fast enough, you can assume that it has crashed and ignore it going forward. In asynchronous systems, these failures are more problematic. It’s difficult to differentiate between a computer that’s crashed and one that’s delayed. At first, to the engineers who studied this problem, it seemed obvious that, instead of waiting to learn the preference of every machine, one could just wait to hear from most of them. And yet, to the surprise of many people in the field, in a 1985 paper, three computer scientists—Michael Fischer, Nancy Lynch (my doctoral adviser), and Michael Paterson—proved, through a virtuosic display of mathematical logic, that, in an asynchronous system, no distributed algorithm could guarantee that a consensus would be reached, even if only a single computer crashed.

    A major implication of research into distributed systems is that, without synchrony, such systems are just too hard for the average programmer to tame. It turns out that asynchrony makes coördination so complicated that it’s almost always worth paying the price required to introduce at least some synchronization. In fact, the fight against asynchrony has played a crucial role in the rise of the Internet age, enabling, among other innovations, huge data centers run by such companies as Amazon, Facebook, and Google, and fault-tolerant distributed databases that reliably process millions of credit-card transactions each day. In 2013, Leslie Lamport, a major figure in the field of distributed systems, was awarded the A. M. Turing Award—the highest distinction in computer science—for his work on algorithms that help synchronize distributed systems. It’s an irony in the history of technology that the development of synchronous distributed computer systems has been used to create a communication style in which we are always out of synch.

    Anyone who works in a standard office environment has firsthand experience with the problems that followed the enthusiastic embrace of asynchronous communication. As the distributed-system theorists discovered, shifting away from synchronous interaction makes coördination more complex. The dream of replacing the quick phone call with an even quicker e-mail message didn’t come to fruition; instead, what once could have been resolved in a few minutes on the phone now takes a dozen back-and-forth messages to sort out. With larger groups of people, this increased complexity becomes even more notable. Is an unresponsive colleague just delayed, or is she completely checked out? When has consensus been reached in a group e-mail exchange? Are you, the e-mail recipient, required to respond, or can you stay silent without holding up the decision-making process? Was your point properly understood, or do you now need to clarify with a follow-up message? Office workers pondering these puzzles—the real-life analogues of the theory of distributed systems—now dedicate an increasing amount of time to managing a growing number of never-ending interactions.

    Last year, the software company RescueTime gathered and aggregated anonymized computer-usage logs from tens of thousands of people. When its data scientists crunched the numbers, they found that, on average, users were checking e-mail or instant-messenger services like Slack once every six minutes. Not long before, a team led by Gloria Mark, the U.C. Irvine professor, had installed similar logging software on the computers of employees at a large corporation; the study found that the employees checked their in-boxes an average of seventy-seven times a day. Although we shifted toward asynchronous communication so that we could stop wasting time playing phone tag or arranging meetings, communicating in the workplace had become more onerous than it used to be. Work has become something we do in the small slivers of time that remain amid our Sisyphean skirmishes with our in-boxes.

    There’s nothing intrinsically bad about e-mail as a tool. In situations where asynchronous communication is clearly preferable—broadcasting an announcement, say, or delivering a document—e-mails are superior to messengered printouts. The difficulties start when we try to undertake collaborative projects—planning events, developing strategies—asynchronously. In those cases, communication becomes drawn out, even interminable. Both workplace experience and the theory of distributed systems show that, for non-trivial coördination, synchrony usually works better. This doesn’t mean that we should turn back the clock, re-creating the mid-century workplace, with its endlessly ringing phones. The right lesson to draw from distributed-system theory is that useful synchrony often requires structure. For computer scientists, this structure takes the form of smart distributed algorithms. For managers, it takes the form of smarter business processes.

    #Mail #Communication_asynchrone #Management #Culture_numérique

  • “Génération AOC”, ces nouveaux activistes américains dont Trump devrait se méfier
    https://abonnes.lesinrocks.com/2020/07/30/idees/idees/generation-aoc-ces-nouveaux-activistes-americains-dont-trump-dev

    Pour faire émerger cette Amérique de demain, ces 18-35 ans s’appuient alors sur un community organizing bien rodé (et parfois un peu modernisé). Théorisée dans les années 30, l’organizing est en quelque sorte une science de la mobilisation militante. Une méthode qui vise à l’empowerment de celles et ceux pour qui la prise de pouvoir était jusqu’ici inenvisageable. Une série d’appels à la lutte collective contre toutes formes d’oppressions et qui fleurit un peu partout dans le pays. “N’agissons pas, organisons-nous !”, ne cesse de répéter la génération AOC, reprenant la formule de la militante africaine-américaine Florynce Rae Kennedy. Manifestations, boycotts, happenings, occupation du bureau de Nancy Pelosi, et autres sit-in… Ils et elles manient la révolte non-violente et enchaînent les actions médiatiques, avec souvent, une dose de bonne humeur et d’espoir rafraîchissante.

    Personne n’avait vu venir la victoire d’Alexandria Ocasio-Cortez, et sans doute pas elle-même… C’est l’organisation Brand New Congress qui la repère en 2017. Démarrée pendant la campagne des primaires entre Bernie Sanders et Hillary Clinton, elle a pour but de lancer une nouvelle génération d’élu·es, démocrates comme républicain·es. “Ils et elles étaient tous bons. Mais AOC était déjà une star : la plus éloquente, la plus engagée, la plus affûtée. Elle avait l’énergie. Elle n’avait pas peur”, se souvient le pasteur Darryl Gray, militant dans le Missouri. Cette jeune membre du parti socialiste américain (DSA) a en tout cas réalisé l’impossible : débouter le candidat démocrate Joseph Crolwey de la 14e circonscription de New York, celle à cheval entre le Bronx et le Queens - là où elle vit.

    Vus d’ici, ces nouveaux activistes américain·es sont tout·es profondément inspirant·es. Et une fois la lecture terminée une question nous taraude : qui sont les équivalents français ?

    Bonne question !

    #Alexandria_Ocasio_Cortez #Activisme #AOC

  • Droit à l’eau : 10 ans après, où en est-on ? - France Libertés - Fondation Danielle Mitterrand
    https://www.france-libertes.org/fr/droit-a-leau-10-ans-apres-ou-en-est-on

    Retour sur cette victoire en demi-teinte

    Le 28 juillet 2010, l’Assemblée Générale des Nations Unies reconnaissait le droit à l’eau et à l’assainissement comme un droit humain. C’est le résultat d’une longue bataille à laquelle la Fondation a pris part dès la fin des années 1990. L’ONU reconnait ainsi la centralité de l’eau dans la réalisation d’autres droits. Depuis, ce droit est régulièrement invoqué par des citoyens et collectifs pour exiger un accès à l’eau adéquat.

    Toutefois, dix ans après sa proclamation, ce droit est loin d’être garanti pour tous. Un tiers de la population mondiale ne jouit pas d’un accès digne à l’eau. En France le droit à l’eau n’est pas une réalité pour tous, notamment pour les populations migrantes, sans abris ou encore en Outre-mer. Accaparement, pollution, surexploitation ou encore privatisation de l’eau sont au cœur de nombreuses luttes des mouvements sociaux dans le monde. On le comprend, la question de l’eau est, comme le dit Sylvie Paquerot, membre du Conseil d’Administration de la Fondation Danielle Mitterrand « illustrative de la bataille politique fondamentale qui lie droits humains et enjeux écologiques ». La gestion actuelle de l’eau, fondée sur une approche économique, utilitariste et extractiviste provoque la destruction du vivant et créé des inégalités d’accès fortes.

    Face à cette situation alarmante, le droit à l’eau tel que reconnu par l’ONU en 2010 reste un outil fragile pour faire changer les choses. En effet, la définition du droit à l’eau travaillée par les experts onusiens ces dernières années ne permet pas la sortie de la logique économique et prédatrice de l’eau alors même que c’était la demande sous-jacente forte des acteurs investis dans cette bataille. Comme l’explique Sylvie Paquerot dans la vidéo ci-dessous « On a gagné la reconnaissance du droit à l’eau dans les termes acceptables par le système existant ».

    Les facteurs bloquant le droit à l’eau : de la nécessité d’une approche systémique et radicale

    La perception de l’eau appréhendée uniquement comme ressource à gérer par la logique marchande est le cœur du problème de la non-effectivité du droit à l’eau. Dans cette logique, le marché fixe la limite d’utilisation à la capacité de payer et au retour sur investissement attendu et pas à la capacité de l’eau à se régénérer. Cette logique conduit à un épuisement de l’eau de bonne qualité, à des personnes privées d’eau du fait de la priorité des usages industriels et agricoles sur les usages vitaux ou encore à une négation du droit à l’eau pour les personnes qui n’ont pas les moyens de payer. La logique économique de rentabilité sur le court terme est incompatible avec la protection sur le long terme. Les projets extractifs et de marchandisation, basés sur une vision utilitariste du vivant bouleversent durablement le cycle hydrologique.

    De cette façon, mettre l’accent sur le seul problème de l’accès à l’eau potable pour la consommation humaine ne suffit pas. L’enjeu est situé dans la globalité, l’eau, par sa centralité, lie des éléments environnementaux, sociaux, politiques, culturels et nécessite une vision décloisonnée. Une approche systémique et radicale est nécessaire pour penser les problématiques de l’eau. Depuis l’eau des glaciers, en passant par l’évaporation des végétaux, l’environnement local des usages, cette approche implique de nous questionner sur nos façons d’habiter la Terre et de “faire société. Le droit à l’eau nécessite de se poser la question du statut de l’eau, de la gouvernance mais aussi des droits de l’eau.

    #Eau #Communs #Biens_communs #Droit_à_l_eau #France_Libertés

  • Comment la Chine impose sa propagande sur les réseaux sociaux en France
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2020/07/28/la-propagande-chinoise-s-invite-sur-les-reseaux-sociaux-en-france_6047454_44

    « Taux d’engagement faible »

    « Notre analyse montre que les pages de médias d’Etat chinois connaissent une forte croissance, mais un taux d’engagement beaucoup plus faible que les médias américains, explique Vanessa Molter, chercheuse à Stanford et coautrice avec la spécialiste de la désinformation Renee DiResta d’une étude sur l’usage des réseaux sociaux par les médias chinois anglophones, publiée le 8 juin. Cette différence peut s’expliquer par des contenus qui suscitent moins de réactions, par une audience qui est moins active sur Facebook, ou être le signe d’une activité anormale de ces pages. Si ces “like” sont effectivement des faux, leur avantage serait que la plupart des gens considèrent qu’une audience importante est liée à un média légitime. Pour un utilisateur peu averti, plusieurs millions de “like” peuvent donner l’impression qu’une page est particulièrement fiable. »

    Dès 2007, les dirigeants du Parti communiste avaient officialisé leur campagne de promotion d’un soft power à la chinoise. Le groupe de télévision étatique national, China Central Television (CCTV), se voit à cette époque doté de moyens colossaux pour développer ses chaînes, préexistantes ou fraîchement lancées, en anglais, français, espagnol, russe ou arabe. Mais ces tentatives peinent à convaincre à l’étranger.

    Alors que la Russie théorise en 2013 sa « guerre hybride », qui se joue sur le théâtre conventionnel, mais aussi dans le cyberespace et l’opinion publique du pays ciblé, sur les questions de nature à déstabiliser de l’intérieur les pouvoirs en place, le régime chinois poursuit dans un premier temps un objectif bien plus nombriliste. Il s’agit de promouvoir la culture de l’empire du Milieu, mais surtout de tenter de faire accepter comme légitimes son modèle de parti unique et ses politiques.
    Projection de puissance

    Mais l’objectif évolue, aux mains d’un secrétaire du Parti communiste chinois (PCC), Xi Jinping, arrivé au pouvoir en 2012 et qui porte une politique bien plus assumée de projection de puissance. En chemin, le modèle ennemi, la démocratie américaine, perd de son ascendant moral sous l’exercice du mandat de Donald Trump.

    C’est alors que survient la crise du Covid-19. Oubliant au passage sa lenteur à donner l’alerte – du fait de la peur qui règne dans les échelons hiérarchiques locaux vis-à-vis de la direction du PCC –, la Chine voit une opportunité de valorisation de son modèle politique, dont sa capacité à contrôler strictement la population et son confinement, en miroir des errements constatés en Europe et, surtout, dans les Etats-Unis de Trump.

    En juin, un rapport de la Commission européenne blâmait pour la première fois la Chine, au côté de la Russie, pour une « déferlante » de « fake news » qui s’est abattue durant la crise sanitaire. Bruxelles faisait le constat d’un « effort coordonné » des sources d’information officielles chinoises pour rejeter toute responsabilité dans la pandémie et promouvoir sa réponse. Le 4 juin, Facebook a commencé à afficher un avertissement permanent sur les comptes de médias dont « la ligne éditoriale est contrôlée par un Etat » ; une mention en ce sens s’affiche désormais sur les pages de CGTN dans toutes les langues.

    Face à ces vecteurs de propagande, la tentation est forte de répliquer. Le régulateur de l’audiovisuel du Royaume-Uni étudie actuellement l’opportunité de bloquer la diffusion de la chaîne CGTN en anglais, pour avoir diffusé des aveux forcés de prisonniers politiques aux mains de la police chinoise contraires à la charte éthique de l’audiovisuel britannique. En février, l’administration Trump a enregistré les bureaux des médias officiels chinois sous le statut de missions diplomatiques. Mais le jeu est dangereux pour la liberté d’informer : Pékin renchérit et a expulsé le mois suivant tous les journalistes américains du New York Times, du Washington Post et du Wall Street Journal installés sur son territoire – réduisant encore les sources d’information sur la Chine.

    #Chine #Facebook #Télévision #Propagande #Liberté_expression

  • Laure Murat : « La “cancel culture”, c’est d’abord un immense ras-le-bol d’une justice à deux vitesses »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/08/01/la-cancel-culture-c-est-d-abord-un-immense-ras-le-bol-d-une-justice-a-deux-v

    Tribune. C’est une guerre culturelle. Elle est à la fois plus ancienne qu’on le croit et plus inédite qu’on le pense. Dans la cacophonie des passions et des controverses qu’elle suscite et dont la presse se fait désormais quotidiennement l’écho, elle vaut surtout pour les questions qu’elle pose. De quoi s’agit-il ? De la « cancel culture », soit littéralement la culture de l’annulation, qui consiste à pointer du doigt une personnalité ou une entreprise dont un propos, ou une action, a été considéré comme répréhensible ou « offensant » et à lui retirer son soutien via les réseaux sociaux.
    Article réservé à nos abonnés Lire aussi La « cancel culture » en accusation aux Etats-Unis

    Cette définition, assez large pour faire consensus, désigne avant tout un mode d’expression composé de discours – de la critique à l’insulte – et d’actions – du sit-in au déboulonnage de statues. Elle recouvre une multitude de pratiques, du boycott – droit politique – au cyberharcèlement – délit moderne.
    Article réservé à nos abonnés Lire aussi Thomas Chatterton Williams : « Un espace public corseté par la “cancel culture” ne sert pas les intérêts des minorités »

    Autant dire d’emblée que la « cancel culture », dont le terme remonterait à 2015, fait du neuf avec du vieux. Elle est l’outil le plus récent d’une contestation politique de plus en plus intense, issue des minorités et de la gauche radicale américaine, s’inscrivant dans le combat des droits civiques et du féminisme, excédées par l’impunité du pouvoir et la passivité des institutions face au racisme, à l’injustice sociale, au sexisme, à l’homophobie, à la transphobie, entre autres.

    Black Lives Matter et #metoo sont parmi les mouvements qui empruntent à la « cancel culture » pour dénoncer des situations iniques, exiger des institutions qu’elles prennent leurs responsabilités en cessant d’honorer des personnalités accusées d’agressions sexuelles ou d’œuvres racistes.
    « Tyrannie des minorités »

    C’est ainsi qu’on a vu nombre de journalistes harceleurs quitter leur poste, ou le Parlement américain accepter, sous la pression, de retirer du Capitole les statues des confédérés. La mort de George Floyd a imprimé une impulsion nouvelle à cette vague qui gagne l’Europe, où l’on a vu à Bristol [Royaume-Uni] la statue d’un marchand d’esclaves être jetée à l’eau par la foule, ou [l’ancien roi des Belges] Léopold II être emporté par une grue à Anvers. L’activité sur Twitter a explosé, les exigences se sont démultipliées. La machine s’emballe.
    Lire aussi Qui est Bari Weiss, la journaliste qui vient de démissionner du « New York Times » ?

    Dernier recours d’une population exaspérée, marginalisée et sans autre voix ni pouvoir que l’Internet, la « cancel culture » est devenue l’arme à double tranchant de « clicktivistes » sans frein qui, à force d’oukases et de menaces tous azimuts, s’attirent aujourd’hui de plus en plus de critiques. « Tyrannie des minorités », « appel à la censure », « intolérance et ostracisme », la « cancel culture » annoncerait la fin de la liberté d’expression, selon une tribune publiée dans Harper’s Magazine et dans Le Monde, et signée par 150 personnalités, plutôt classées à gauche.

    Ce délire de pureté, de transparence et d’une cohérence forcenée fait craindre,
    en France, et au prix d’un anachronisme classique, l’avènement d’une nouvelle Terreur

    Un récent sondage (Politico, 17-19 juillet) montre que 44 % de l’électorat américain désapprouvent ces pratiques, 32 % y sont favorables et 24 % se déclarent sans opinion, cependant que 55 % des 18-34 ans reconnaissent y avoir déjà pris part. Plus important, une majorité des sondés (53 %) estiment que ceux qui tiennent des propos offensants en public doivent s’attendre à des conséquences sociales. Si bien que l’on parle plus volontiers aujourd’hui d’« accountability culture » ou culture de la responsabilité. En clair : assumez vos actes et vos propos.
    Dérives inquiétantes

    Ce principe qui n’a rien d’exorbitant s’accompagne néanmoins de dérives inquiétantes et d’amalgames qui laissent perplexes. Le patron d’une chaîne alimentaire dans le Minnesota a manqué de fermer son entreprise à cause d’un tweet raciste de son adolescente de fille, qui a déchaîné une campagne sans précédent sur les réseaux sociaux.

    Sur Twitter, l’effet de concaténation des offenses confine au vertige. Si j’« annule » X et que Y le soutient, Y sera « annulé » à son tour, et s’il s’enferre, tous ses « followers » avec lui. Certains se voient reprocher des propos tenus il y a vingt ans ou des amitiés anciennes avec untel qui aurait fait une blague sexiste. Des vies sont détruites, au terme de campagnes d’exclusion dignes des plus cruels bizutages.

    Ni prescription ni seconde chance ne sont au programme dans ces mises au pilori et ces excommunications. Les êtres seraient des blocs, sommés de justifier tout acte et toute parole. Ce délire de pureté, de transparence et d’une cohérence forcenée fait craindre, en France, et au prix d’un anachronisme classique, l’avènement d’une nouvelle Terreur et d’un conformisme moral proprement frénétique.
    Nouvelle dictature de l’opinion ?

    La « cancel culture », nouvelle dictature de l’opinion ? Ce raccourci, Donald Trump, son ennemi juré, est le premier à le faire. Le 3 juillet, n’accusait-il pas ce « fascisme d’extrême gauche » d’être la « définition même du totalitarisme » ? Etrange saillie venant d’un homme qui passe son temps à humilier publiquement jusqu’à ses plus proches collaborateurs, ne supporte aucune contradiction, appelle au renvoi de certaines personnalités (notamment des journalistes) et a gagné en célébrité par une émission de télé-réalité, The Apprentice, consistant à éliminer (à « annuler » ?) les candidats à coups de : « You are fired ! » (« Vous êtes viré ! »). Etrange image en miroir aussi que ce face-à-face entre une foule en colère et un président écumant toujours de rage, dans un monde de plus en plus polarisé, clivé, qui a perdu le sens du dialogue – sans même parler de celui de la dialectique.
    La querelle de la « cancel culture » oppose de nombreux intellectuels aux Etats-Unis

    Aux Etats-Unis, la nouvelle gauche, née des mouvements #metoo et Black Lives Matter, serait à l’origine d’un phénomène qui inquiète de nombreux intellectuels américains, la « cancel culture », autrement dit une tendance à vouloir faire taire des voix jugées dissonantes, dangereuses ou haineuses. Né sur les réseaux sociaux, ce phénomène se traduit par des mobilisations qui ont fini par provoquer des démissions, renvois, annulations de conférence, etc. Cinq des auteurs de la tribune que nous publions (Mark Lilla, Thomas Chatterton Williams, George Packer, David Greenberg et Robert Worth) sont des intellectuels engagés dans la défense de la liberté d’expression. Avec les 150 personnalités qui se sont jointes à leur appel, ils estiment qu’une frange de la gauche radicale américaine pratiquerait ainsi une forme de censure. Publié sur le site du mensuel américain Harper’s, ce texte devrait l’être également en Allemagne, en Espagne et au Japon.

    Plusieurs événements récents témoignent de ces nouvelles tensions. Début juin, le directeur des pages « Opinion » du New York Times, James Bennet, a été licencié après la parution d’une tribune signée par un sénateur républicain appelant à l’envoi de l’armée contre les manifestations violentes. Tant au sein de la rédaction du quotidien new-yorkais que sur les réseaux sociaux, ce texte a suscité une vive émotion, certains estimant qu’il pouvait porter atteinte à la sécurité des personnes noires. Sans soutenir le contenu de cet article, d’autres personnalités ont estimé que James Bennet avait été limogé avec un empressement douteux, comme s’il fallait au plus vite donner satisfaction aux internautes en colère. Parmi les signataires de la présente tribune se trouvent d’ailleurs plusieurs grandes signatures du New York Times.

    Autre renvoi ayant suscité l’indignation, celui de David Shor, un analyste de données qui a été licencié début juin par son employeur, Civis Analytics, une société de conseil politique proche des démocrates. Il était reproché à M. Shor d’avoir retweeté l’étude d’un chercheur, de l’université de Princeton (New Jersey), qui tendait à démontrer que les manifestations violentes, comme il a pu y en avoir récemment aux Etats-Unis pour dénoncer les violences policières, ont un impact positif sur le vote républicain. Cette attention portée aux conséquences néfastes des manifestations violentes avait été considérée, par certains militants, comme une manière de faire taire la colère des populations noires aux Etats-Unis.

    D’autres intellectuels ne partagent pas cette vision du débat sur la « cancel culture ». Ils estiment au contraire qu’il va permettre de donner davantage la parole aux minorités généralement moins ou peu entendues. D’autres encore jugent que les dénonciateurs de la « cancel culture » font fausse route : selon eux, les menaces sur la liberté d’expression viendraient bien davantage de l’extrême droite que de la gauche radicale. Ils ajoutent que le recours à l’intimidation et à la violence pour faire taire ses opposants serait d’abord et avant tout, aux Etats-Unis, le fait des suprémacistes blancs. Ils rappellent également que Donald Trump a, lui aussi, durement attaqué la « cancel culture » le 4 juillet.

    Posons cette hypothèse. Et si la « cancel culture » n’était que l’avatar logique, inévitable, d’une démocratie à bout de souffle, dite désormais « illibérale », et de l’ère de la post-vérité ? L’enfant illégitime de la pensée occidentale et du capitalisme débridé, dans une société supposément universaliste, aveugle à ses impensés et incapable de reconnaître les crimes et les conséquences sans nombre de l’esclavage et de la colonisation ?

    Enfant illégitime, c’est-à-dire hors institution, qu’une de ces drôleries pas si paradoxales de la langue française appelle aussi : enfant naturel. N’allez pas chercher la violence de la « cancel culture » ailleurs que dans la brutalité du pouvoir. Là se loge le danger, et là l’impasse. Car, comme le rappelle la poétesse Audre Lorde, « The master’s tools will never dismantle the master’s house » (« Les outils du maître ne démantèleront jamais la maison du maître »).
    Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Juger les créateurs du passé avec notre morale d’aujourd’hui invite à censurer Hitchcock, Michael Jackson ou Céline »

    Le problème de la « cancel culture » est celui de la riposte, d’une réponse politique adéquate à l’impunité. Car qui annule qui ? Du jour où le footballeur Colin Kaepernick s’est agenouillé en 2016 pendant l’hymne américain pour protester contre les violences policières envers les minorités, il n’a plus été admis à jouer dans aucune équipe de la NFL (National Football League). Et que dire de ces femmes innombrables, violées, harcelées ou qui ont été renvoyées pour avoir refusé une faveur sexuelle à leur employeur ? Annulées, elles aussi, en silence, sans autre pouvoir que de dire, un jour, sur les réseaux sociaux : Moi aussi… Celles qui sont mortes sous les coups de leur compagnon n’auront pas eu cette opportunité.
    Le racisme et le sexisme honorés

    Pendant ce temps-là, alors qu’on reproche aux féministes leur « maccarthysme », Roman Polanski est honoré par toute une profession qui se pique de distinguer l’homme de l’artiste et Gérald Darmanin, sous le coup d’une accusation de viol, décroche le portefeuille de l’intérieur dans un gouvernement qui a juré de faire de l’égalité homme-femme une priorité. Cet exquis sens de la nuance et du paradoxe qui caractérise le patriarcat finit par lasser.

    Car la « cancel culture », c’est aussi et peut-être d’abord cela : un immense ras-le-bol d’une justice à deux vitesses, une immense fatigue de voir le racisme et le sexisme honorés quand les Noirs se font tuer par la police et les statistiques de viols et de féminicides ne cessent d’augmenter. Le lien établi entre l’actualité et l’histoire, les drames du quotidien et les grands récits officiels a souvent fait polémique.

    « On ne réécrit pas l’Histoire », dit-on. Or rien n’est plus faux : on passe son temps à réviser nos jugements, à découvrir de nouveaux éléments, à fournir des interprétations inédites. La « cancel culture », à qui il est reproché de sortir les choses de leur contexte et d’imposer un regard manichéen sur le passé, braque le projecteur sur des aspects le plus souvent liés à l’histoire coloniale, dans le but de rééquilibrer un récit jugé mythique, partial, incomplet, pour mieux s’en émanciper.

    Churchill a régulièrement fait des déclarations sur l’inégalité des races, Victor Schœlcher n’a, certes, pas été le seul à abolir l’esclavage. Fallait-il pour autant tagger d’un « racist » la statue du premier à Londres et renverser celle du second en Martinique, au motif qu’il faudrait honorer en lieu et place l’esclave Romain, dont l’arrestation en 1848 pour avoir joué du tambour avait déclenché le soulèvement libérateur ? Non.

    Il est urgent en revanche d’entendre un cri d’alarme qui partout se répand et d’en comprendre les vrais enjeux, afin que la catharsis, la punition et les exactions en tout genre ne deviennent le seul mode de (non) communication entre le pouvoir et le peuple, dans un monde verrouillé par une spéculaire et mortifère logique de flics.

    Laure Murat est historienne et essayiste, professeure de littérature à l’Université de Californie, à Los Angeles.

    #Cancel_culture #Minorités #Liberté_expression #Histoire

  • Opinion | John Lewis: Together, You Can Redeem the Soul of Our Nation - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2020/07/30/opinion/john-lewis-civil-rights-america.html

    By John Lewis

    Mr. Lewis, the civil rights leader who died on July 17, wrote this essay shortly before his death, to be published upon the day of his funeral.

    July 30, 2020

    While my time here has now come to an end, I want you to know that in the last days and hours of my life you inspired me. You filled me with hope about the next chapter of the great American story when you used your power to make a difference in our society. Millions of people motivated simply by human compassion laid down the burdens of division. Around the country and the world you set aside race, class, age, language and nationality to demand respect for human dignity.

    That is why I had to visit Black Lives Matter Plaza in Washington, though I was admitted to the hospital the following day. I just had to see and feel it for myself that, after many years of silent witness, the truth is still marching on.

    Emmett Till was my George Floyd. He was my Rayshard Brooks, Sandra Bland and Breonna Taylor. He was 14 when he was killed, and I was only 15 years old at the time. I will never ever forget the moment when it became so clear that he could easily have been me. In those days, fear constrained us like an imaginary prison, and troubling thoughts of potential brutality committed for no understandable reason were the bars.

    Though I was surrounded by two loving parents, plenty of brothers, sisters and cousins, their love could not protect me from the unholy oppression waiting just outside that family circle. Unchecked, unrestrained violence and government-sanctioned terror had the power to turn a simple stroll to the store for some Skittles or an innocent morning jog down a lonesome country road into a nightmare. If we are to survive as one unified nation, we must discover what so readily takes root in our hearts that could rob Mother Emanuel Church in South Carolina of her brightest and best, shoot unwitting concertgoers in Las Vegas and choke to death the hopes and dreams of a gifted violinist like Elijah McClain.

    Like so many young people today, I was searching for a way out, or some might say a way in, and then I heard the voice of Dr. Martin Luther King Jr. on an old radio. He was talking about the philosophy and discipline of nonviolence. He said we are all complicit when we tolerate injustice. He said it is not enough to say it will get better by and by. He said each of us has a moral obligation to stand up, speak up and speak out. When you see something that is not right, you must say something. You must do something. Democracy is not a state. It is an act, and each generation must do its part to help build what we called the Beloved Community, a nation and world society at peace with itself.

    Ordinary people with extraordinary vision can redeem the soul of America by getting in what I call good trouble, necessary trouble. Voting and participating in the democratic process are key. The vote is the most powerful nonviolent change agent you have in a democratic society. You must use it because it is not guaranteed. You can lose it.

    You must also study and learn the lessons of history because humanity has been involved in this soul-wrenching, existential struggle for a very long time. People on every continent have stood in your shoes, through decades and centuries before you. The truth does not change, and that is why the answers worked out long ago can help you find solutions to the challenges of our time. Continue to build union between movements stretching across the globe because we must put away our willingness to profit from the exploitation of others.

    Though I may not be here with you, I urge you to answer the highest calling of your heart and stand up for what you truly believe. In my life I have done all I can to demonstrate that the way of peace, the way of love and nonviolence is the more excellent way. Now it is your turn to let freedom ring.

    When historians pick up their pens to write the story of the 21st century, let them say that it was your generation who laid down the heavy burdens of hate at last and that peace finally triumphed over violence, aggression and war. So I say to you, walk with the wind, brothers and sisters, and let the spirit of peace and the power of everlasting love be your guide.

    #John_Lewis #Black_lives_matter #Droits_civiques #Démocratie

  • MIT apologizes, permanently pulls offline huge dataset that taught AI systems to use racist, misogynistic slurs • The Register
    https://www.theregister.com/2020/07/01/mit_dataset_removed

    The dataset holds more than 79,300,000 images, scraped from Google Images, arranged in 75,000-odd categories. A smaller version, with 2.2 million images, could be searched and perused online from the website of MIT’s Computer Science and Artificial Intelligence Lab (CSAIL). This visualization, along with the full downloadable database, were removed on Monday from the CSAIL website after El Reg alerted the dataset’s creators to the work done by Prabhu and Birhane.

    The key problem is that the dataset includes, for example, pictures of Black people and monkeys labeled with the N-word; women in bikinis, or holding their children, labeled whores; parts of the anatomy labeled with crude terms; and so on – needlessly linking everyday imagery to slurs and offensive language, and baking prejudice and bias into future AI models.
    Screenshot from the MIT AI training dataset

    A screenshot of the 2.2m dataset visualization before it was taken offline this week. It shows some of the dataset’s examples for the label ’whore’, which we’ve pixelated for legal and decency reasons. The images ranged from a headshot photo of woman and a mother holding her baby with Santa to porn actresses and a woman in a bikini ... Click to enlarge

    Antonio Torralba, a professor of electrical engineering and computer science at CSAIL, said the lab wasn’t aware these offensive images and labels were present within the dataset at all. “It is clear that we should have manually screened them,” he told The Register. “For this, we sincerely apologize. Indeed, we have taken the dataset offline so that the offending images and categories can be removed.”

    In a statement on its website, however, CSAIL said the dataset will be permanently pulled offline because the images were too small for manual inspection and filtering by hand. The lab also admitted it automatically obtained the images from the internet without checking whether any offensive pics or language were ingested into the library, and it urged people to delete their copies of the data:

    “The dataset contains 53,464 different nouns, directly copied over from WordNet," Prof Torralba said referring to Princeton University’s database of English words grouped into related sets. “These were then used to automatically download images of the corresponding noun from internet search engines at the time, using the available filters at the time, to collect the 80 million images.”

    WordNet was built in the mid-1980s at Princeton’s Cognitive Science Laboratory under George Armitage Miller, one of the founders of cognitive psychology. “Miller was obsessed with the relationships between words,” Prabhu told us. “The database essentially maps how words are associated with one another.”

    For example, the words cat and dog are more closely related than cat and umbrella. Unfortunately, some of the nouns in WordNet are racist slang and insults. Now, decades later, with academics and developers using the database as a convenient silo of English words, those terms haunt modern machine learning.

    “When you are building huge datasets, you need some sort of structure,” Birhane told El Reg. “That’s why WordNet is effective. It provides a way for computer-vision researchers to categorize and label their images. Why do that yourself when you could just use WordNet?”

    WordNet may not be so harmful on its own, as a list of words, though when combined with images and AI algorithms, it can have upsetting consequences. “The very aim of that [WordNet] project was to map words that are close to each other,” said Birhane. "But when you begin associating images with those words, you are putting a photograph of a real actual person and associating them with harmful words that perpetuate stereotypes.”

    The fraction of problematic images and labels in these giant datasets is small, and it’s easy to brush them off as anomalies. Yet this material can lead to real harm if they’re used to train machine-learning models that are used in the real world, Prabhu and Birhane argued.

    “The absence of critical engagement with canonical datasets disproportionately negatively impacts women, racial and ethnic minorities, and vulnerable individuals and communities at the margins of society,” they wrote in their paper.

    #Intelligence_artificielle #Images #Reconnaissance_image #WordNet #Tiny_images #Deep_learning

  • Le juge confirme : l’emprisonnement de Michael Cohen relève de la censure
    https://www.actualitte.com/article/monde-edition/le-juge-confirme-l-emprisonnement-de-michael-cohen-releve-de-la-censure/101893?origin=newsletter

    Retourné en prison début juillet, l’ancien avocat de Donald Trump s’était retrouvé dans l’impossibilité de finir un livre à charge contre le président, et criait à la censure. Un juge a conclu que cette détention s’apparentait effectivement à des pressions de la part du gouvernement : il a donc permis à Michael Cohen de définitivement quitter sa cellule.

    Voilà maintenant des mois que Michael Cohen, ancien avocat et soutien de Donald Trump, prépare un ouvrage à charge contre le président. Autrefois proches, ils se sont séparés après la mise en cause de l’homme de loi par la justice, en 2017. Accusé de corruption, Cohen affirme avoir agi sous les ordres du milliardaire et occupe désormais une grande partie de son temps à l’écriture de son manuscrit, qui raconterait son histoire et mettrait en cause son ex-client.

    En prison depuis 2 ans, il avait eu l’autorisation de rentrer chez lui en mai dernier en raison de la pandémie, et c’est à son domicile qu’il comptait terminer son ouvrage. Avec une publication fixée en septembre, il risquait fort de devenir une épine dans le pied du leader des républicains. Mais début juillet, il était renvoyé derrière les barreaux. Celui-ci aurait hésité à signer un accord qui l’aurait laissé libre, mais qui lui interdisait de publier son livre avant les élections de novembre.

    Hier, un juge a statué que la décision d’incarcérer Cohen s’apparentait à des pressions de la part du gouvernement et a ordonné sa remise en liberté. Il devrait revenir dans son appartement de Manhattan ce vendredi et retourner à son manuscrit inachevé.

    #Censure #Donald_Trump

  • Bibliothèque d’urgence ou urgence économique : Internet Archive, “inutile procès”
    https://www.actualitte.com/article/lecture-numerique/bibliotheque-d-urgence-ou-urgence-economique-internet-archive-inutile-proces/101912?origin=newsletter

    À l’occasion d’une conférence de presse via Zoom, d’une trentaine de minutes, le fondateur de Internet Archive a appelé les grands groupes américains à renoncer à leur plainte. « Un procès inutile », expliquait-il ce 22 juillet, considérant que l’interprofession devrait plutôt œuvrer de concert pour « aider les enseignants, les parents et particulièrement les élèves ».

    Dérapage incontrôlé

    À sa suite, plusieurs autres intervenants plaidaient en faveur du Prêt Numérique Contrôlé — solution hybride par laquelle l’IA a scanné et mis à disposition 1,4 million de titres encore sous droit. Rappelant la vocation de toute bibliothèque — acheter, conserver et prêter — Kahle assimile donc cette approche à celui de tout autre établissement.

    Ce modèle repose sur le concept 1 livre = 1 utilisateur, celui-là même qui est en vigueur pour les ouvrages papier. « Le prêt numérique contrôlé est une pratique largement répandue et qui date, pour les bibliothèques. » Et de glisser que depuis neuf années qu’existe Internet Archive, cette solution a avant tout fait des heureux.

    Sauf que les éditeurs ne l’ont pas vu de cet œil, décidant de porter plainte, et contraignant la plateforme à fermer sa bibliothèque d’urgence. Les plaignants jurent leurs grands dieux qu’Internet Archive est « impliquée dans une vaste violation délibérée du droit d’auteur ». Rien que cela.

    « La plainte s’en prend au concept même d’une bibliothèque qui posséderait et prêterait des livres numériques, remettant en cause l’idée même de ce qu’est une bibliothèque dans un monde numérique », rétorquait pourtant la plateforme. Mais en vain : en période de crise sanitaire, les intérêts financiers priment. Quant à la perspective de dommages-intérêts juteux, elle ne laisse pas l’ombre d’un doute.

    Mais pour les éditeurs à l’origine de l’action, la messe est dite, et Internet Archive représente une bête à dépecer, maintenant qu’il faut renflouer les caisses. « Avec ce procès, les éditeurs affirment que dans le monde numérique, les bibliothèques ne peuvent plus acheter de livres. Nous ne pouvons que les proposer sous licences et selon leurs conditions. Nous ne pouvons les conserver qu’en vertu des modalités qu’ils nous accordent, avec une autorisation explicite, et durant la période de temps pour laquelle nous avons l’autorisation », reprend le fondateur d’IA.

    De quoi se remémorer que depuis l’apparition du livre numérique, un conflit ouvert entre bibliothécaires et éditeurs se poursuit. Les premiers demandant qu’on ne leur impose pas des conditions trop drastiques — surtout financièrement. Quand les seconds tentent, parfois en facturant 3 à 5 fois le prix public d’un ebook, de se nourrir sur le truand. Le tout en prétextant sans honte ni vergogne que le prêt numérique cannibalise les ventes, et qu’il faut bien se récupérer quelque part.

    “En aucun cas une menace”

    Internet Archive devra présenter ses arguments devant le juge le 28 juillet. Évidemment, aucune indication sur la stratégie qui sera adoptée n’a été communiquée. Dans ce combat, un allié de poids s’est récemment manifesté : Electronic Frontier Foundation, organisation de défense des droits des internautes.

    Elle avait annoncé fin juin qu’elle soutiendrait le site dans le procès qui s’annonce. « L’EFF est fière d’être aux côtés d’Internet Archive et de protéger cet important service public. Le prêt numérique contrôlé aide des professeurs, élèves et plus généralement le public à accéder aux livres, à un moment où cela est difficile et plus nécessaire que jamais. Il ne constitue en aucun cas une menace », indiquait Corynne McSherry, directrice juridique.

    #Bibliothèques #Confinement #Internet_archive #Prêt_numérique

  • « Citoyens, citoyennes, résistons, semons des graines » : une révolution potagère à Tours
    https://www.lemonde.fr/series-d-ete/article/2020/07/24/citoyens-citoyennes-resistons-semons-des-graines-une-revolution-potagere-a-t

    PortraitJardins secrets (1/5). Un collectif de jardiniers tourangeaux réinvestit les parcelles délaissées de la ville pour y faire du maraîchage sauvage et solidaire. Portrait de Pauline Jallais, l’une de ses militantes pro-autonomie alimentaire.

    Elle arrive au lieu de rendez-vous sur son vélo hollandais équipé de deux porte-bébés, yeux verts et large sourire. La « jardinière masquée » circule donc à visage découvert. A 34 ans, la Tourangelle Pauline Jallais est l’un des membres de ce collectif de maraîchers improvisés qui, chaque semaine, se retrouvent pour planter et entretenir des fruits et légumes dans les espaces délaissés de la ville de Tours.

    L’idée est née pendant le confinement. Mélanie Bresson, une couturière professionnelle de la région, s’est lancée dans la fabrication de protections en tissu. Très vite, une armée de petites mains la rejoint pour coudre et distribuer gratuitement plus de 60 000 exemplaires en Touraine. « A cette occasion, on a vu qu’il y avait aussi une urgence alimentaire car beaucoup de bénévoles rencontraient des difficultés pour se nourrir », explique Pauline Jallais, proche des « couturières masquées du Centre-Val de Loire ».

    Grâce aux réseaux sociaux, et au relais de militants, comme l’aventurier écolo tourangeau Baptiste Dubanchet (qui s’est fait connaître en traversant l’Atlantique en pédalo en se nourrissant de restes et d’invendus), un petit groupe de jardiniers décide sans autorisation municipale d’investir un bout de parcelle en friche dans le quartier Lakanal-Strasbourg, à proximité du centre de Tours. « Planter des comestibles dans la ville était une façon de faire prendre conscience de la nécessité de se réapproprier notre alimentation en produisant là où les gens vivent. » Le masque est l’accessoire de l’époque : après les couturières, va pour les jardinières ainsi nommées.
    Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Des potagers bio et solidaires pour ceux que la crise ne manquera pas de toucher »
    Néophytes et passionnés

    Quelques semis de radis plus tard, le mouvement a essaimé dans cinq quartiers de la ville et plus d’une soixantaine de femmes et d’hommes se retrouvent régulièrement pour manier la bêche et le râteau.

    « Tout le monde peut participer. Il y a des gens qui se connaissent et d’autres qui viennent par hasard ou par curiosité. Cela crée du lien », assure Pauline Jallais. Les plants et graines proviennent de dons de maraîchers ou de particuliers. « Nous savons bien que l’on ne va pas nourrir une ville avec nos plantations, mais c’est une manière de montrer que l’on peut faire différemment, en mettant à disposition de tous une nourriture plus locale. »

    #Communs #Jardins_partagés #Agriculture_urbaine #Tours

    • @hlc, il commence à y avoir une petite littérature sociologique sur la lutte des classes au jardin, des études sur les usages différenciés que les gens font des jardins partagés selon leur statut économique (et leur accès à de la bouffe bio), dans lesquelles on apprend que oui, la petite bourgeoisie s’amuse. D’autre part, l’engouement des classes dirigeantes pour l’agriculture urbaine permet de jeter un voile pudique sur l’artificialisation des sols en cours dans les périphéries des métropoles. Comme tu dis, c’est compliqué.

      Les jardins partagés franciliens
      https://journals.openedition.org/gc/4916

      Alors que la plupart des travaux s’appuient sur l’idée que les lieux d’agri­culture urbaine contribuent à la justice sociale en tant qu’espaces d’éman­­cipation et de remise en cause des rapports de domination (Eizenberg, 2012 ; Purcell & Tyman, 2015), d’aucuns les analysent comme vecteurs d’injustices sociales prenant part à ce titre au modèle néolibéral de la fabrique urbaine (Allen & Guthman, 2006 ; Ernwein, 2015, Reynolds, 2015).

      Le terme de « justice environne­mentale » est d’ail­leurs absent des discours politi­ques français. Certains auteurs évoquent à ce propos la volonté d’une dépolitisation de l’environ­nement, envisagé comme forcément positif et donc consensuel (Blanchon, Moreau & Veyret, 2009). Si l’on s’intéresse ensuite à la diversité des participants ; les collectifs d’usagers des jardins partagés franciliens appa­rais­sent relativement mixtes malgré la domi­nation des classes moyennes et supérieures ainsi que la surrepré­sentation de la tranche d’âge 40-59 ans, des femmes et des blancs (Demailly, 2014a). Les dimensions ethnico-culturelles n’ont toutefois pas fait l’objet d’investi­gations approfondies en France. Le dernier point est relatif à la participation au processus politique, que Marion Young qualifie de « justice inclusive » (Young, 1990). Si les usagers participent à la gestion au quoti­dien des jardins partagés, ce qui favorise une autonomie certaine des associations, leur rôle en termes de décision reste modeste ; les municipalités en tant que propriétaires du foncier en conservent l’attribut (Demailly, 2014b). Au vu de ces constats, compte tenu de la faible mobilisation de ce terme et du fait que certaines dimensions aient fait l’objet de travaux anté­rieurs, nous avons choisi d’interroger dans cet article les jardins partagés comme de potentiels éléments d’une transition environne­men­tale plutôt que comme des compo­sants d’une justice environnementale.

  • Introduction de Stéphane Resche au livre « Un démocrate », une pièce de Julie Timmerman | Entre les lignes entre les mots
    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2020/07/27/introduction-de-stephane-resche-au-livre-un-democrate-u

    Introduction de Stéphane Resche au livre « Un démocrate », une pièce de Julie Timmerman
    Publié le 27 juillet 2020 | Poster un commentaire

    Avec l’aimable autorisation des Editions C&F

    On commence par céder sur les mots
    et on finit parfois par céder sur les choses.
    Sigmund Freud, Psychologie collective et analyse du moi

    Tout a commencé en 2017 avec une représentation d’Un démocrate, pièce écrite et mise en scène par Julie Timmerman, consacrée à la figure d’Edward Bernays, le père des Public Relations. Né à Vienne en (1891 et mort à Cambridge (près d’Harvard, aux États-Unis) en 1995, Bernays est aujourd’hui une figure discrète du panorama médiatique occidental. Globalement, on ignore en effet le rôle fondamental qu’a joué, tant du point de vue théorique que pratique, le « double neveu » de Sigmund Freud dans la structuration textuelle, publicitaire, communicationnelle de notre actuelle société de la suggestion.

    Alors que le spectacle Un démocrate de la compagnie Idiomécanic Théâtre tournait (il tourne encore !), le texte réclamait une attention, un écrin, une diffusion. Son édition s’est imposée comme une évidence. Il a été décidé de l’accompagner d’autres contributions – artistiques et critiques –, autant d’outils potentiels de compréhension d’un monde malmené par les apparences.

    L’ouvrage que vous tenez entre les mains (on vous l’a bien vendu, n’est-ce pas ?) est le fruit d’un enchaînement de collaborations et de partenariats, comme pour démontrer que face à la manipulation des masses par la manipulation des mots, la seule solution consiste à se souder, à faire corps et front, pour mieux comprendre d’abord, pour mieux répondre ensuite. Le résultat est évident : c’est un livre qui dit les choses de notre temps. Un livre que l’on peut renverser, lire d’un trait, dans le désordre, ou feuilleter. C’est une pièce de théâtre augmentée mais aussi une série de points de vue illustrés.

    Notre invitation est donc double : la pièce de théâtre est d’abord à votre disposition pour être découverte sans détour ni accompagnement paratextuel (en espérant que vous aurez la chance de voir le spectacle aussi, si ce n’est déjà fait). Mais ce texte pour la scène a également fait naître des échanges captivants, qui ont fait jaillir ce que nous avons regroupé sous la forme d’un dossier critique, qui emboîte le pas à l’imagination foisonnante et tangible qu’une lecture de la pièce vous procurera assurément. Celui-ci comprend cinq contributions précédées d’une courte introduction dramaturgique qui est aussi un excursus sur la séduction de la propagande et sa mise en scène.

    Bernays était le roi de l’information publique, il nous fallait donc, dans notre dossier, aborder à la fois les mondes visuel et écrit. Voilà qu’un premier partenariat s’est noué avec la promotion 2018-2019 du nouveau DN MADE (diplôme national des métiers d’art et du design) Gravure, images imprimées et Images et narration, de l’école Estienne (école supérieure des arts et industries graphiques). Et les étudiants, accompagnés par Florence Jamet-Pinkiewicz, de prendre à bras-le-corps les métaphores dramaturgiques pour mieux interroger la distance critique nécessaire à leur profession future. En tant que créatrice, Florence Jamet-Pinkiewicz propose sa lecture de la pièce de Julie Timmerman et une réflexion sur les images. Elle développe également le processus de création des illustrations de la pièce par les étudiants de l’école Estienne. De cette manière, le témoignage ici reporté nous introduit dans la forge intellectuelle de futurs graphistes éclairés.

    Dans le prolongement des premiers féconds échanges avec les étudiants d’Estienne, la promotion 2019-2020 du master 2 Métiers du livre et de l’édition (parcours édition) de l’université de Caen – chapeautée par Marie-Astrid Bailly-Maître avec le regard avisé de Nicolas Taffin – a apporté sa curiosité, son engagement, son expertise, à la confection d’un ouvrage conçu sur-mesure. Permettez que l’on rende sincèrement et totalement, à Marie-Astrid Bailly-Maître et à son équipe au complet, les honneurs de la réussite de l’ouvrage qui vous appartient désormais. Dans sa contribution, Nicolas Taffin, notre éditeur et conseiller en chef, revient quant à lui sur l’art discret de la typographie, qui nous invite selon ses termes à « décortiquer les mécanismes de la publicité et de la propagande ». L’association des images construit des signes, des sens, qui ont vocation à manipuler le public. Et dans le retrait du monde plus effacé des livres, il est un art de la composition qui favorise à l’inverse la déconstruction, laissant la liberté éclore. La typographie présente ainsi une lueur d’espoir au sein même de l’organisation de la page.

    Lors des rencontres et des sessions de travail éditorial communes qui se sont tenues entre l’automne 2018 et le printemps 2020, la jeunesse nous a exhortés à repenser les codes, déjouant les attentes, réclamant des explications. Chacun a tiré en définitive des enseignements fertiles. En appui de nos discussions et des perspectives d’action, Karine Chambefort-Kay a ainsi décidé de nous apporter à son tour un éclairage sur la manière dont la photographie a su, dès les années 1930, concevoir des stratégies de riposte à l’usage propagandiste des images. En prenant du recul sur les travaux de Bernays, la chercheuse développe dans son exposé un discours critique sur les images, exposant la photographie comme outil de propagande, mais aussi comme instrument de combat fondamental face à la manipulation des masses.

    À ces réflexions s’ajoute l’intervention biographique, dynamique, indispensable que Mathis Buis a voulu consacrer spécifiquement à Bernays. En somme, avec sa plume acerbe, l’auteur nous ouvre les portes de la vie d’« Eddie » et nous propose, par la même occasion, une analyse de la société ultra-contemporaine, celle de la surconsommation, d’internet et de Netflix.

    Julie Timmerman, enfin, a accepté de nous confier ses convictions éminemment politiques du travail de mise en scène. Dans cet entretien mené par votre serviteur, l’autrice revient sur la genèse de sa pièce, Un démocrate, sur sa démarche de création, sur ses sources d’inspiration, ainsi que sur les idées qu’elle a tenu à défendre et à illustrer.

    Les présentations sont faites. Et l’ouvrage n’impose aucune préséance dans son utilisation. La pièce de théâtre, comme le dossier critique qui l’accompagne, n’attendent plus que vous. Nous espérons qu’ils vous plairont et qu’ils sauront vous offrir quelques belles idées pour affronter l’avenir. Bonne lecture !

    Stéphane Resche

    Julie Timmerman : Un démocrate

    Suivi du dossier : Edward Bernays, petit prince de la propagande

    C&F éditions, Caen 2020, 240 pages, 18 euros

    https://cfeditions.com/bernays

    #Un_démocrate #C&F_éditions #Edwards_Bernays #Propagande

  • Google Takes Aim at Amazon. Again. - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2020/07/23/technology/google-ecommerce-amazon.html

    On Thursday, Google announced that it would take steps to bring more sellers and products onto its shopping site by waiving sales commissions and allowing retailers to use popular third-party payment and order management services like Shopify instead of the company’s own systems. Currently, commissions on Google Shopping range from a 5 percent to 15 percent cut depending on the products.

    Google is usually the starting point for finding information on the internet, but that is often not the case when consumers are searching for a product to buy. More consumers in the United States are turning first to Amazon to find products that they plan to purchase. This has allowed Amazon to build a rapidly growing advertising business, which is a threat to Google’s main financial engine.

    Google announced in April that it would allow anyone to list products for free on its shopping site, reversing its previous policy of requiring sellers to buy an ad for products to appear. The company also announced that those free listings would appear on its search results. By eliminating the cost of listing and selling products, Google aims to make it more appealing for retailers to put products in front of the search engine’s enormous user base.

    In an interview, Mr. Ready said most retailers were already lagging behind in e-commerce before the pandemic hit. And as more consumers moved to shop online in recent months, the gap has widened with much of the growth in online sales swallowed by a handful of players.

    #Google #Amazon #Commerce_électronique

  • Un sachant sachant chasser les autres sachants - UP’ Magazine
    https://up-magazine.info/decryptages/analyses/62478-un-sachant-sachant-chasser-les-autres-sachants

    Comme une enquête policière, l’épistémologue Vincent Israel-Jost s’est penché pour UP’ Magazine sur l’incroyable controverse provoquée en pleine crise du Covid-19 par l’Hydroxychloroquine et a pu décortiquer, dans ses ressorts les plus intimes, le système de parole du professeur le plus connu de France : Didier Raoult.
    EXCLUSIF

    Avec les quelques mois de recul dont nous disposons maintenant et les nombreux rebondissements auxquels nous avons assisté sur l’hydroxychloroquine (HCQ), le temps semble venu d’entreprendre une analyse de ce qui s’est passé. Nous ne disposons certes toujours pas d’un dénouement sur cette controverse publique qui permettrait de reprendre toute l’histoire à la lumière d’une réponse claire à la question « Est-ce que, oui ou non, l’HCQ est un traitement au Covid-19 ? », mais c’est justement une bonne chose pour l’analyse. Il serait en effet difficile, si nous disposions d’une telle réponse ferme, de reprendre les contributions des uns et des autres autrement qu’en attribuant bons et mauvais points en fonction du résultat désormais connu. Dans le cas présent, l’incertitude planant toujours, c’est à une analyse plus circonspecte qu’il convient encore de se livrer, ignorante de l’issue d’une controverse encore en cours, mais par là-même plus réceptive aux arguments des uns et des autres qui doivent encore être considérés sur un pied d’égalité.

    Pour aborder les problèmes soulevés par cette controverse publique, c’est-à-dire cette dispute scientifique qui a été largement suivie, commentée et influencée par le public, le terme même de controverse ne peut être prononcé sans évoquer son personnage principal, celui dont on peut dire qu’il a le plus contribué à faire d’une question scientifique une controverse, le professeur Didier Raoult.

    Figure dominante du domaine des maladies infectieuses en France, spécialiste mondialement reconnu, directeur de l’IHU Méditerranée, le professeur Raoult allie à cette reconnaissance et ce pouvoir institutionnel une facilité déconcertante à prendre la parole pour exposer ses vues d’une manière qui a beaucoup séduit et en tout cas laissé peu indifférent.
    Le ton est généralement posé, un mélange de sérieux, de badinage et d’âpreté parfois ; les arguments scientifiques sont la plupart du temps compréhensibles et le décryptage des jeux de pouvoir et d’argent, des dynamiques institutionnelles ou des travaux faits par d’autres équipes apporte une touche de nouveauté par rapport aux communications scientifiques souvent plus austères et centrées sur une seule et même question.
    Mais ce qui domine et qui fait vraiment le succès de ses interventions, c’est la liberté de ton, l’absence totale de concessions par rapport à ses convictions qui semblent pouvoir être exposées sans aucun filtre. Il peut quitter un plateau quand il veut, accabler les plus hauts décisionnaires scientifiques, se saisir pleinement de la liberté académique qu’il revendique pour s’exprimer en restant toujours au plus près de qui il est et ce en quoi il croit. Les résultats sont assez prévisibles : tout le monde n’est pas derrière lui, notamment dans sa propre communauté scientifique, mais le soutien populaire, dans les médias et chez bon nombre de personnalités ne se dément pas, faisant du professeur Raoult la star incontestée de la crise en France.

    Or de cet état de chose découle une question un peu embarrassante. Puisque nous avons affaire à un homme qui jouit à la fois d’une position scientifique, institutionnelle et médiatique ultradominante, et que cet homme a pris fait et cause pour l’HCQ, comment se fait-il que la question ne soit pas tranchée ? Comment se fait-il que les travaux menés par l’IHU Méditerranée qui, selon les dires du professeur Raoult, démontrent une claire utilité de l’HCQ dans la prise en charge des patients atteints de Covid-19, ne closent pas la question ?
    Tous les ingrédients sont pourtant réunis : un leader et leader d’opinion doté d’une véritable aura, qui pilote le fleuron français des instituts de recherche en maladies infectieuses, animé d’une conviction forte et ayant agi en conséquence, traitant plusieurs milliers de personnes et publiant plusieurs articles. Et pourtant, après plusieurs mois, et sans présumer de ce qu’il adviendra lorsque de nouveaux éléments paraîtront encore sur la question, l’HCQ est toujours loin de faire l’unanimité et la tendance est même plutôt défavorable dans le milieu scientifique.
    D’où cette situation inconfortable dans laquelle nous nous trouvons, entre la parole d’autorité et qui semble pleine de bon sens du professeur Raoult et l’image plus large que propose la science : comment nous situer et en vertu de quoi ? Le public, forcément touché par une question des traitements au Covid-19 qui le concerne, et obligé depuis le début de faire son chemin au milieu de sources discordantes, n’a d’autre choix que de soupeser à la fois les arguments des uns et des autres, mais aussi leur crédibilité, celle de leurs commentateurs, etc. Chacun est ainsi amené à appréhender cet épisode en épistémologue, s’interrogeant sur le chemin qui mène à la connaissance, dont on redécouvre avec cette controverse combien il est semé d’embûches !

    L’ambition de ce texte est donc d’accompagner une réflexion épistémologique populaire et de mettre au jour les éléments qui expliquent pourquoi, en dépit d’une situation hyper-favorable au professeur Raoult, celui-ci peine à convaincre sur le plan scientifique.

    #Epistémologie #Didier_Raoult #Hydrochloroquine

  • Aux États-Unis, Amazon confie ses livraisons à des “scouts”
    https://www.actualitte.com/article/zone-51/aux-etats-unis-amazon-confie-ses-livraisons-a-des-scouts/101853

    Dans plusieurs villes des États-Unis, le géant de l’e-commerce teste un nouveau dispositif de livraison. Les paquets commandés sont désormais parfois délivrés par des « Scout », sorte de grosse caisse à roulette automatisée. Sympathiques et pratiques robots colorés ou dystopie cyberpunk en marche, seul l’avenir nous le dira.

    Les caisses automatisées d’Amazon semblent parfaitement adaptées à la ville et sont capables d’éviter les principaux obstacles que l’on retrouve sur les trottoirs — des chiens un peu trop enthousiastes aux réfrigérateurs laissés aux encombrants. Le dispositif a cependant toujours un problème de taille : les Scouts ne sont pas encore capables de vérifier si la personne qui ouvre la trappe de stockage est bien celle qui a passé la commande.

    Les caisses bleues seront donc toujours accompagnées d’un livreur classique, chargé de vérifier que les paquets sont bien livrés à la bonne adresse. Ces duos étranges, humain et machine marchant et roulant côte à côte, ont de grandes chances de se multiplier dans les années à venir.

    Pour promouvoir le projet, Amazon affirme ainsi que ses robots, alimentés par batterie, s’inscrivent dans son objectif d’atteindre le zéro carbone net d’ici 2040 et font donc partie d’une stratégie sur le long terme.

    #Amazon #Livraison #Robots #Travail

  • With social media, Zimbabwean youth fight pandemic ’infodemic’
    https://news.trust.org/item/20200723041330-fqvs7
    https://d8zcwdvc14g2e.cloudfront.net/contentAsset/image/8adbe014-7451-4891-805c-0a8f4050302a/image/byInode/1/filter/Resize,Jpeg/jpeg_q/70/resize_w/1100

    JOHANNESBURG/BULAWAYO, Zimbabwe, July 23 (Thomson Reuters Foundation) - Drinking alcohol will kill the coronavirus. It is OK to share face masks. Africans cannot get COVID-19. The pandemic is not even real.

    These are some of the coronavirus myths that a team of 20 Zimbabwean youth have been busting online since the country’s lockdown began in late March, using social media and radio shows to reach an estimated 100,000 people to date.

    “There is a common saying that ’ignorance is bliss’. Well, in this instance, ignorance is not bliss, if anything ignorance is death,” said Bridget Mutsinze, 25, a volunteer based in the capital, Harare.

    Although relatively low compared to the rest of the continent, Zimbabwe is experiencing an uptick in the number of coronavirus infections, with more than 1,800 cases and at least 26 deaths, according to a tally by Johns Hopkins University.

    To stem the spread of the disease, Zimbabwean youth working with development charity Voluntary Service Overseas (VSO) have taken to Twitter, WhatsApp, Facebook and radio to comb through online comments, identify and correct COVID-19 misinformation.

    The spread of coronavirus misinformation has been a global issue, with the World Health Organization describing it as an “infodemic”.

    While tech giants WhatsApp and Facebook have teamed up with African governments to tackle fake news through interactive bots, adverts and push notifications, VSO volunteers are leading the battle within their communities.

    Across the continent, 86% of Africans aged 18-24 own a smartphone and nearly 90% use it for social media, according to a survey by the South African-based Ichikowitz Family Foundation.

    VSO volunteers are tapping into the informal conversations taking place on these platforms.

    “If we do not get facts out there, people will continue to live as they wish and the number of people who get the virus will continue to spread,” Mutsinze told the Thomson Reuters Foundation.

    #Désinformation #Fake_News #COVID-19 #Zimbabwe

  • Health Care Comes to Us - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2020/07/22/technology/coronavirus-telemedicine.html

    The pandemic, an unemployment surge and unrest over racial inequality have made more Americans feel isolated, anxious or depressed. Psychological distress could prove temporary, but the hurt and the ripple effects are serious nevertheless.

    Now here’s some good news. Benjamin F. Miller, a psychologist and chief strategy officer for Well Being Trust, a national foundation focusing on mental and spiritual health, told me something hopeful: In part because of technology, this moment in history contains the makings of more accessible and effective mental health care for everyone.

    “Probably one of the most profound impacts that technology had in the pandemic is that the care now comes to the patients,” Dr. Miller said.

    Since the start of the pandemic, Medicare and many private health insurers have changed policies to reimburse practitioners for patient visits by phone or web video at somewhere close to the payment rate of in-person visits.

    Privacy rules were relaxed to let people use familiar web video services like Skype and not only medical-specific video sites. (Yes, this comes with a possible risk to patient information.)
    Editors’ Picks
    No One Knows What Thailand Is Doing Right, but So Far, It’s Working
    Behold Vermont, From Above
    Father Soldier Son

    Telemedicine for all types of health care remains a tiny fraction of patient care, but many more people and providers have tried and liked it. Nearly every major mental health organization is pressing policymakers to make those temporary changes permanent, Dr. Miller said.

    #Confinement #Santé_mentale #Télémédecine

  • Google Coronavirus Apps Give it Way to Access Location Data - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2020/07/20/technology/google-covid-tracker-app.html

    When Google and Apple announced plans in April for free software to help alert people of their possible exposure to the coronavirus, the companies promoted it as “privacy preserving” and said it would not track users’ locations. Encouraged by those guarantees, Germany, Switzerland and other countries used the code to develop national virus alert apps that have been downloaded more than 20 million times.

    But for the apps to work on smartphones with Google’s Android operating system — the most popular in the world — users must first turn on the device location setting, which enables GPS and may allow Google to determine their locations.

    Some government officials seemed surprised that the company could detect Android users’ locations. After learning about it, Cecilie Lumbye Thorup, a spokeswoman for Denmark’s Health Ministry, said her agency intended to “start a dialogue with Google about how they in general use location data.”

    Switzerland said it had pushed Google for weeks to alter the location setting requirement.

    “Users should be able to use such proximity tracing apps without any bindings with other services,” said Dr. Sang-Il Kim, the department head for digital transformation at Switzerland’s Federal Office of Public Health, who oversees the country’s virus-alert app.
    Image

    Pete Voss, a Google spokesman, said the virus alert apps that use the company’s software do not use device location. That’s including for people who test positive for the virus and use the apps to notify other users. The apps use Bluetooth scanning signals to detect smartphones that come into close contact with one another — without needing to know the devices’ locations at all.

    Since 2015, Google’s Android system has required users to enable location on their phones to scan for other Bluetooth devices, Mr. Voss said, because some apps may use Bluetooth to infer user location. For instance, some apps use Bluetooth beacons in stores to help marketers understand which aisle a smartphone user may be in.

    Once Android users turn on location, however, Google may determine their precise locations, using Wi-Fi, mobile networks and Bluetooth beacons, through a setting called Google Location Accuracy, and use the data to improve location services. Mr. Voss said apps that did not have user permission could not gain access to a person’s Android device location.

    Apple, which does not require iPhone users of the virus apps to turn on location, declined to comment on Google’s location practices.

    “This app deserves your trust. It protects your privacy,” Angela Merkel, the chancellor of Germany, said in a recent video address about her government’s Corona-Warn-App, which is based on the Apple-Google model. “No geodata is collected,” Ms. Merkel said.

    But privacy and security experts said they were troubled that Google’s location practices might deter some people from using public health agency apps during the pandemic.

    “The point of the Apple-Google exposure notification design is to protect privacy and mitigate barriers to adoption,” said Jonathan Mayer, an assistant professor of computer science and public affairs at Princeton.

    Some Android users in Europe say they feel misled by their governments. Instructions on many of the apps direct Android users to turn on location, for instance, but make no mention of Google or that users can stop the company from determining their precise locations by turning off the accuracy feature within the location setting.

    “With this app, you’re invited, by the government strongly appealing to your sense of responsibility and morality, to give away your live location to entities that are getting a profit out of it, in order to protect public health,” said Massimo Zannoni, an electronic engineer in Zurich.

    #Tracking_app #Google #Géolocalisation