Articles repérés par Hervé Le Crosnier

Je prend ici des notes sur mes lectures. Les citations proviennent des articles cités.

  • The Madness of the Crowd
    https://logicmag.io/intelligence/the-madness-of-the-crowd
    https://images.ctfassets.net/e529ilab8frl/48aUxBW79ZcMEk2CfmsjBs/d5c5fd43b181e225369a0032bc119f07/rob-curran-sUXXO3xPBYo-unsplash.jpg?w=1200&fm=jpg&fl=progressive

    Par Tim Hwang (mars 2017)

    As the Trump Administration enters its first hundred days, the 2016 election and its unexpected result remains a central topic of discussion among journalists, researchers, and the public at large.

    It is notable the degree to which Trump’s victory has propelled a broader, wholesale evaluation of the defects of the modern media ecosystem. Whether it is “fake news,” the influence of “filter bubbles,” or the online emergence of the “alt-right,” the internet has been cast as a familiar villain: enabling and empowering extreme views, and producing a “post-fact” society.

    This isn’t the first time that the internet has figured prominently in a presidential win. Among commentators on the left, the collective pessimism about the technological forces powering Trump’s 2016 victory are matched in mirror image by the collective optimism about the technological forces driving Obama’s 2008 victory. As Arianna Huffington put it simply then, “Were it not for the Internet, Barack Obama would not be president. Were it not for the Internet, Barack Obama would not have been the nominee.”

    But whereas Obama was seen as a sign that the new media ecosystem wrought by the internet was functioning beautifully (one commentator praised it as “a perfect medium for genuine grass-roots political movements”), the Trump win has been blamed on a media ecosystem in deep failure mode. We could chalk these accounts up to simple partisanship, but that would ignore a whole constellation of other incidents that should raise real concerns about the weaknesses of the public sphere that the contemporary internet has established.

    This troubled internet has been around for years. Fears about filter bubbles facilitating the rise of the alt-right can and should be linked to existing concerns about the forces producing insular, extreme communities like the ones driving the Gamergate controversy. Fears about the impotence of facts in political debate match existing frustrations about the inability for documentary evidence in police killings—widely distributed through social media—to produce real change. Similarly, fears about organized mobs of Trump supporters systematically silencing political opponents online are just the latest data point in a long-standing critique of the failure of social media platforms to halt harassment.

    One critical anchor point is the centrality of the wisdom of the crowd to the intellectual firmament of Web 2.0: the idea that the broad freedom to communicate enabled by the internet tends to produce beneficial outcomes for society. This position celebrated user-generated content, encouraged platforms for collective participation, and advocated the openness of data.

    Inspired by the success of projects like the open-source operating system Linux and the explosion of platforms like Wikipedia, a generation of internet commentators espoused the benefits of crowd-sourced problem-solving. Anthony D. Williams and Don Tapscott’s Wikinomics (2006) touted the economic potential of the crowd. Clay Shirky’s Here Comes Everybody (2008) highlighted how open systems powered by volunteer contributions could create social change. Yochai Benkler’s The Wealth of Networks (2006) posited a cooperative form of socioeconomic production unleashed by the structure of the open web called “commons-based peer production.”

    Such notions inspired movements like “Gov 2.0” and projects like the Sunlight Foundation, which sought to publish government data in order to reduce corruption and enable the creation of valuable new services by third parties. It also inspired a range of citizen journalism projects, empowering a new fourth estate.

    Intelligence Failure
    The platforms inspired by the “wisdom of the crowd” represented an experiment. They tested the hypothesis that large groups of people can self-organize to produce knowledge effectively and ultimately arrive at positive outcomes.

    In recent years, however, a number of underlying assumptions in this framework have been challenged, as these platforms have increasingly produced outcomes quite opposite to what their designers had in mind. With the benefit of hindsight, we can start to diagnose why. In particular, there have been four major “divergences” between how the vision of the wisdom of the crowd optimistically predicted people would act online and how they actually behaved.

    First, the wisdom of the crowd assumes that each member of the crowd will sift through information to make independent observations and contributions. If not, it hopes that at least a majority will, such that a competitive marketplace of ideas will be able to arrive at the best result.

    Second, collective intelligence requires aggregating many individual observations. To that end, it assumes a sufficient diversity of viewpoints. However, open platforms did not generate or actively cultivate this kind of diversity, instead more passively relying on the ostensible availability of these tools to all.

    Third, collective intelligence assumes that wrong information will be systematically weeded out as it conflicts with the mass of observations being made by others. Quite the opposite played out in practice, as it ended up being much easier to share information than to evaluate its accuracy. Hoaxes spread very effectively through the crowd, from bogus medical beliefs and conspiracy theories to faked celebrity deaths and clickbait headlines.

    Fourth, collective intelligence was assumed to be a vehicle for positive social change because broad participation would make wrongdoing more difficult to hide. Though this latter point turned out to be arguably true, transparency alone was not the powerful disinfectant it was assumed to be.

    The ability to capture police violence on smartphones did not result in increased convictions or changes to the underlying policies of law enforcement. The Edward Snowden revelations failed to produce substantial surveillance reform in the United States. The leak of Donald Trump’s Access Hollywood recording failed to change the political momentum of the 2016 election. And so on. As Aaron Swartz warned us in 2009, “reality doesn’t live in the databases.”

    Ultimately, the aspirations of collective intelligence underlying a generation of online platforms proved far more narrow and limited in practice. The wisdom of the crowd turned out to be susceptible to the influence of recommendation algorithms, the designs of bad actors, in-built biases of users, and the strength of incumbent institutions, among other forces.

    The resulting ecosystem feels deeply out of control. The promise of a collective search for the truth gave way to a pernicious ecosystem of fake news. The promise of a broad participatory culture gave way to campaigns of harassment and atomized, deeply insular communities. The promise of greater public accountability gave way to waves of outrage with little real change. Trump 2016 and Obama 2008 are through-the-looking-glass versions of one another, with the benefits from one era giving rise to the failures of the next.

    To the extent that the vision of the wisdom of the crowd was naive, it was naive because it assumed that the internet was a spontaneous reactor for a certain kind of collective behavior. It mistook what should have been an agenda, a ongoing program for the design of the web, for the way things already were. It assumed users had the time and education to contribute and evaluate scads of information. It assumed a level of class, race, and gender diversity in online participation that never materialized. It assumed a gentility of collaboration and discussion among people that only ever existed in certain contexts. It assumed that the simple revelation of facts would produce social change.

    In short, the wisdom of the crowd didn’t describe where we were, so much as paint a picture of where we should have been going.

    The vision of collective participation embedded in the idea of the wisdom of the crowd rests on the belief in the unique potential of the web and what it might achieve. Even as the technology evolves, that vision—and a renewed defense of it—must guide us as we enter the next decade.

    #Tim_Hwang #Mythes_internet #Sagesse_des_foules #Intelligence_collective

  • ’The third era of Zuck’: how the CEO went from hero to humiliation | Mark Zuckerberg | The Guardian
    https://www.theguardian.com/technology/2018/apr/06/mark-zuckerberg-public-image-cambridge-analytica-facebook
    https://i.guim.co.uk/img/media/f9ea33edca9b75c81444946e6afc11dad541e228/0_0_3094_1857/master/3094.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    The exercise is practically an American tradition – executives from airlines, banks, credit agencies and tobacco companies have all been there. But for Zuckerberg, a CEO whose personal image is inextricable from that of the company he founded, it is symbolic of his loss of control of the narrative.

    “We now are entering what I would call the third era of Zuck,” said Tim Hwang, who founded the California Review of Images and Mark Zuckerberg, a journal of academic essays on the “visual culture of Mark Zuckerberg”. Hwang sees Zuckerberg as a sort of techie Madonna, cycling through personas as he matures, both shaping and reflecting the culture.

    First there was Zuck the “plucky in the college dorm room hacker guy”, said Hwang, who is also director of the Harvard-MIT ethics and governance of AI initiative. Then came “Zuck as world leader” – a period that saw the CEO travelling the world, meeting with elected leaders, occasionally donning a suit and speaking authoritatively about his global ambitions and social values. Zuckerberg and his public relations team successfully exploited Facebook’s signature blurring of the lines between the personal, political and commercial to create “Mark Zuckerberg”: the responsible boss, good husband, loving father, daring philanthropist and credible world leader.

    Mark Zuckerberg and his wife, Priscilla Chan, with their daughters in Palo Alto, California. Photograph: Charles Ommanney/AP
    Advertisement

    Hwang calls this new era Zuckerberg’s “in the wilderness phase”. “This is one of those moments where we’re really fascinated because this huge PR machine has sort of cracked and we can see through, and what we can see is someone way over his head,” he said.

    #Mark_Zuckerberg #Tim_Hwang

  • États-Unis : sera-t-il possible d’interdire d’interdire les livres ?
    https://actualitte.com/article/107960/international/etats-unis-sera-t-il-possible-d-interdire-d-interdire-les-livres

    BookBanUSA — Une vague de censure de livres traverse les États-Unis depuis plus d’un an, écartant des centaines de titres des bibliothèques publiques ou scolaires. Si certaines tentatives sont contrées, d’autres parviennent à leur fin. Au Sénat et à la Chambre des représentants, deux démocrates souhaitent réaffirmer les principes de liberté d’expression et de liberté d’apprentissage.

    Publié le :

    23/09/2022 à 11:20

    Antoine Oury

    681 tentatives de censure entre janvier et août 2022, selon l’Association des bibliothécaires américains, 1648 titres visés entre juillet 2021 et juin 2022, selon PEN America. Tel est le triste décompte de la censure et des tentatives de retraits de livres aux États-Unis.

    Depuis plusieurs mois, les bibliothèques publiques et scolaires font l’objet d’attaques vis-à-vis de certains livres de leurs collections. Parce qu’ils abordent des thèmes comme les violences sexuelles, l’homophobie, le racisme ou encore les questionnements liés aux genres, ils sont qualifiés d’« obscènes », voire de « pornographiques » et jugés inappropriés par certains usagers, parents d’élèves ou citoyens.

    Ces derniers effectuent des signalements, estimant, malgré les compétences professionnelles des bibliothécaires, qu’ils ne doivent pas être mis à la disposition des usagers des établissements. Les tentatives de censure sont encouragées et parfois soutenues par des groupes de pression et autres associations conservatrices, d’autant plus que les titres visés sont souvent signés par des auteurs afro-américains, latinx, sino-américains et issus de la diversité, ou appartenant à la communauté LGBTQIA+.

    Dans plusieurs États, notamment au Texas, dans l’Idaho, en Caroline du Sud ou en Virginie, gouverneurs et autres responsables politiques ont fait de la censure un programme politique, incitant les partisans à faire pression sur les établissements. L’Association des bibliothécaires américains y voit d’ailleurs la principale différence celle du passé : elle est désormais organisée et massive, et ne porte plus sur un ou deux titres en particulier par an.

    Parmi les titres touchés, citons Maus, d’Art Spiegelman, Watchmen, d’Alan Moore et Dave Gibbons, Batman : White Knight, de Sean Murphy et Matt Hollingsworth, La Servante écarlate, de Margaret Atwood et Renée Nault (pour l’adaptation en BD), ou encore le Journal d’Anne Frank, adapté également en BD par Ari Folman et David Polonsky. Mais aussi des livres de Rupi Kaur, Toni Morrison, Alison Bechdel ou encore George M. Johnson...
    Deux résolutions symboliques

    Parallèlement à la Banned Book Week, semaine dédiée aux livres visés par la censure, deux responsables démocrates, à la Chambre des représentants et au Sénat, ont introduit des résolutions portant sur cette vague. Jamie Raskin, du côté de la Chambre, et Brian Schatz, au Sénat, s’inquiètent dans deux textes « de la prolifération des cas de censure de livres et des menaces à l’encontre de la liberté d’expression aux États-Unis ».

    Ces résolutions, des textes symboliques, mais qui révèlent les préoccupations du parlement américain s’ils sont adoptés, entendent aussi « affirmer le soutien des États-Unis à la liberté d’expression des auteurs et à la liberté de tous les Américains en matière de lecture, à l’encontre de toute censure étatique ».

    Le texte de Jamie Raskin appelle aussi « les gouvernements locaux et les institutions pédagogiques à protéger le droit à l’apprentissage des étudiants et la liberté des enseignants et bibliothécaires à assurer des enseignements en fournissant aux étudiants des opportunités de lire une large sélection de livres reflétant des points de vue et des perspectives multiples ».
    Interdire la censure ?

    Certains cas ont déjà été contestés avec succès dans certains États. Dans le Missouri, deux élèves avaient attaqué leur administration scolaire après la suppression de 8 titres. Si la justice ne s’est toujours pas prononcée, l’administration avait fait machine arrière, partiellement, en réintégrant L’œil le plus bleu de Toni Morrison. Dans d’autres cas, le Premier amendement, qui protège la liberté d’expression, est régulièrement évoqué, mais les cas de censure passent rarement devant les tribunaux.

    Dans l’État de Virginie, une tentative cherchant à interdire la vente en librairie de deux ouvrages, Gender Queer, de la dessinatrice Maia Kobabe (Genre Queer, traduit en France par Anne-Charlotte Husson) et A Court of Mist and Fury de Sarah J. Maas (Un palais d’épines et de roses, traduit en France par Anne-Judith Descombey), a toutefois été écartée par la justice.

    À Wellington, dans l’État du Colorado, le conseil d’administration d’une bibliothèque publique a récemment voté une résolution prohibant « la censure, la suppression, le retrait, la surveillance ou l’ajout d’une restriction liée à l’âge sur des idées ou information, au sein de la bibliothèque ». Toute la difficulté résidant dans le fait qu’un établissement scolaire ou public peut toujours subir des pressions de l’administration, exercée sur ses financements ou sa réputation...

    #Censure #Bibliothèques #Extrême-droite

  • Le montant réglementé des frais de port des livres fixé à 3 euros
    https://actualitte.com/article/107955/economie/le-montant-reglemente-des-frais-de-port-des-livres-fixe-a-3-euros

    Après la promulgation de la loi du 30 décembre 2021, dite « Loi Darcos » qui instaurait un montant des frais de port minimum pour les envois de livres venait la définition de ce montant. Le ministère de la Culture a accepté la proposition de l’Arcep, chargée de déterminer un tarif : l’expédition d’un livre coûtera donc au minimum 3 € à l’acheteur.

    Publié le :

    22/09/2022 à 18:30

    Antoine Oury

    Le ministère de la Culture a mis fin au suspense concernant le montant minimum des frais de port pour l’expédition des livres : un acheteur paiera ainsi 3 € pour recevoir son livre à domicile ou dans un point de retrait (hors point de vente au détail de livres).

    Ce tarif minimum sera obligatoire pour tous les vendeurs de livres neufs, sans aucune dérogation possible par l’intermédiaire de programmes de fidélité. Par ailleurs, l’achat d’un livre avec d’autres produits, comme une machine à laver, par exemple, nécessitera également le paiement de 3 € pour l’expédition du livre.

    À partir de 35 € d’achat de livres, toutefois, il sera de nouveau possible, pour les vendeurs, de proposer une livraison à 1 centime € minimum, la gratuité étant interdite depuis une loi de 2014. Quel que soit le montant de l’achat, si la livraison s’effectue dans un point de vente au détail de livres — autrement dit, une librairie —, les frais d’expédition pourront être nuls.

    Le tableau de l’Arcep, mis à jour

    L’ensemble de ces règles s’appliquera à la Métropole et à l’Outre-mer, a précisé le ministère de la Culture lors d’un échange avec la presse.
    Restaurer l’équité

    Publiée au Journal officiel le 31 décembre 2021, la loi du 30 décembre de cette même année comportait notamment une nouvelle mesure relative aux frais de port des livres commandés en ligne. Après l’interdiction de la gratuité, il devenait obligatoire de respecter un certain montant minimum, que l’Arcep, l’Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse, devait définir.

    Cette même autorité avait proposé un tarif de 3 € en avril dernier, avant d’ouvrir une consultation publique pour recueillir les avis des acteurs du livre et du e-commerce sur ce montant et la législation en général. Au moment de la présentation de ce tarif, le Syndicat de la librairie française (SLF) indiquait qu’il « n’[avait] convaincu personne, sauf Amazon »...

    Malgré les efforts du SLF, la satisfaction d’une très large majorité des autres intéressés aura pesé dans la balance. Selon une source proche du dossier, la corporation poursuivra ses négociations collectives avec La Poste, afin de réduire les frais pour les librairies, faute de mieux.

    Ce tarif minimum concernera en effet tous les acteurs du livre, des librairies indépendantes au géant de la vente en ligne Amazon, ses concurrents, la Fnac ou Cultura, ou encore des plateformes de vente comme leslibraires.fr.

    L’esprit de la loi était de rétablir une plus juste concurrence entre les différents vendeurs de livres : avec l’interdiction de la gratuité des frais d’expédition des ouvrages, Amazon avait instauré un tarif de 0,01 €, bientôt imités par d’autres grands acteurs de la vente en ligne. En instaurant un tarif minimum commun à tous les vendeurs, le législateur espère placer les grands acteurs et les librairies plus modestes sur un terrain plus égalitaire.
    Hausse des prix et tentation de l’occasion

    La volonté du législateur s’est heurtée à plusieurs critiques, de taille. La première d’entre elles concernait le « cadeau » fait à Amazon, en réduisant de fait les dépenses du géant pour assurer les frais de port à 1 centime. « Nous préservons sa rentabilité malgré lui, on ne peut pas le nier », reconnaissait elle-même Roselyne Bachelot-Narquin, alors ministre de la Culture lors des débats à l’Assemblée nationale, présentant ce fait comme un mal nécessaire.

    Martine Berthet, rapporteure pour avis de la Commission des affaires numériques, lors de ces mêmes débats, s’inquiétait pour sa part de « la hausse drastique du prix des livres [...] sans pour autant que les libraires ne gagnent de clients supplémentaires ». Il y a plus d’un an, en juin 2021, lorsqu’elle émit ces réserves, le taux d’inflation était bien moindre qu’aujourd’hui...

    À ce titre, le cabinet de la ministre de la Culture explique que « la différence entre le tarif de 1 centime et celui de 3 € semble suffisamment importante pour avoir un impact, tout en prenant en compte le contexte d’inflation actuel. Il aurait été contre-productif d’aller plus loin, par rapport au pouvoir d’achat des Français. »

    Le tarif de 3 € a obtenu les faveurs de la rue de Valois et du ministère de l’Économie, parce qu’il est « accepté socialement et déjà appliqué par des enseignes pour la vente de produits culturels à distance ».

    D’autres acteurs du livre s’inquiètent d’un report des lecteurs et lectrices vers le marché de l’occasion, pour compenser les nouvelles dépenses liées aux frais de port. Soulignons que, depuis quelques mois, auteurs et éditeurs préparent le terrain pour une possible taxe sur les ventes de livres d’occasion, pour financer la création... Sur ce point, le ministère confirme que le sujet est étudié, en collaboration avec les auteurs et les éditeurs, mais que le sujet reste « plus complexe ».

    Le cabinet reconnait qu’il « peut y avoir un intérêt » pour le consommateur à se tourner vers le livre d’occasion, mais que ce marché reste « réduit aujourd’hui ». Des livres moins chers, et des frais de port qui ne sont pas astreints au tarif minimum de 3 € : le calcul pourrait toutefois être fait rapidement par des lecteurs et lectrices.
    Notifier la Commission européenne

    Autre bémol mis à la législation, et non des moindres, une distorsion de concurrence qu’avait pointée la Commission européenne. En début d’année, elle estimait que « certains des plus petits vendeurs à distance pourraient ne pas être en mesure de concurrencer les vendeurs de détail », avec cette charge obligatoire pour les frais de port.

    « [L]e projet notifié semble porter atteinte à l’objectif de la Loi relative au prix du livre qui a introduit le système de prix fixes, applicable dans les mêmes conditions à tous les vendeurs, quel que soit leur filière de vente », poursuivait la Commission dans un courrier. En imposant une augmentation substantielle au prix final du livre, la législation irait tout bonnement à l’encontre de la loi sur le prix unique...

    Le montant réglementé, avant d’être applicable, devra bien passer sous les yeux de la Commission européenne : le ministère de la Culture la notifiera dans les prochains jours du projet d’arrêté, pour avis. L’institution aura alors 3 mois pour rendre ses observations et éventuelles objections. « Si de nouvelles réserves sont émises, ce sera à nous d’y répondre, avec des arguments très précis », explique le cabinet de la ministre.

    Une fois la publication de l’arrêté au Journal officiel, un délai de 6 mois sera laissé à tous les acteurs pour la mise en conformité. La rue de Valois vise donc l’été 2023 pour l’entrée en vigueur effective des 3 € de frais de port minimum obligatoire pour le livre neuf.

    Dossier : Le prix unique des frais de port du livre, une saga législative

    Photographie : illustration, ActuaLitté, CC BY SA 2.0

    #Edition #Frais_postaux

  • Entretien avec Marine Kennerknecht autour de « Les libres » de Stéphane Crozat
    https://mailchi.mp/c208380409b7/rentree-2022

    ENTRETIEN AVEC MARINE KENNERKNECHT, ÉDITRICE

    La sortie du roman Les Libres de Stéphane Crozat chez C&F est un petit événement. Première publication fiction depuis un recueil de nouvelles en 2020, cette parution assoit la volonté de cette singulière maison indépendante de développer une collection tout aussi singulière. L’occasion pour nous de rencontrer l’éditrice, notre homologue Marine Kennerknecht, pour évoquer ensemble l’univers de cet auteur et le travail d’édition effectué sur ce titre.

    « Carole Lidelev était plus lente que les autres mineurs, elle ne clôturait souvent que deux libres par jour. Pas par manque d’aptitude, elle était très douée pour la lecture, ni par paresse, mais parce qu’il lui était agréable de prendre son temps. Parce que ça n’avait pas d’importance. Parce qu’elle aimait s’imaginer que tout cela, sa vie, faisait partie d’un jeu, dont elle serait une pièce, manipulée pour le divertissement d’êtres supérieurs. Elle acceptait ce rôle, mais avec désinvolture. Avec un sourire qui disait à qui saurait le lire : je ne suis pas dupe, mais il me plaît de vivre comme il vous plaît. »

    Les Libres, Stéphane Crozat, C&F Éditions

    Avant toute chose, pourrais-tu nous présenter ce premier roman publié par C&F ?
    Les Libres est un roman de science-fiction qui devrait séduire un large public. Face à l’épuisement des ressources naturelles et la surpopulation, l’humanité a réagi, et c’est désormais une intelligence artificielle qui décide de la répartition des ressources, permettant à la Terre d’entamer enfin sa régénération. Cette dystopie aborde des thématiques contemporaines, entre écologie, technologie, littérature et culture, le livre (ou libre) jouant un rôle clé dans le récit.

    Qu’est-ce qui a incité C&F, maison axée principalement sur la culture numérique, à le publier ?
    Nous avions ouvert le bal de la fiction avec les Mikrodystopies de François Houste, une anthologie de nano-fictions conçues initialement pour Twitter. Face au succès rencontré par cette œuvre, nous avons confirmé le virage de la fiction pour C&F, souhaitant élargir la ligne éditoriale de la maison et explorer les possibilités qui s’ouvraient à nous : sur la forme que peut prendre la fiction, sur les thématiques abordées, et la réalisation des livres en eux-mêmes avec une réflexion sur la mise en page, la typographie, etc.

    Le récit s’accompagne d’une recherche formelle, avec notamment des citations de Crime et Châtiment et un langage en partie inventé. Peux-tu nous en parler ?
    C’est un livre d’une grande profondeur, qui aime jouer avec les mots. L’auteur s’est servi de notre monde pour nourrir cet univers fictif et lui faire prendre un autre chemin, avec cette idée de régression de l’humanité. Les derniers représentants de l’espèce humaine ont créé un monde plus simple, presque épuré, pour revenir à des bases plus saines, le tout dans le cadre d’un jeu, où la bibliothèque tient une place centrale.
    C’est sur cette idée de simplification que repose la recherche de l’auteur autour du langage. Et il y a justement une forme de contradiction entre les extraits de Crime et Châtiment et le langage inventé.

    Comment as-tu découvert Stéphane Crozat ? Je crois savoir que c’est toi qui l’as porté jusqu’au catalogue de C&F.
    C’est lui qui nous a sollicités initialement. Son premier roman, Traces, avait été publié par Framabook [collection du « livre libre » du réseau Framasoft]. Ce texte très travaillé (il en était à sa quatrième version) était si riche que nous ne devions pas passer à côté !

    Marine Kennerknecht, C&F Éditions

    En quoi a consisté ton travail d’éditrice sur ce titre ?
    Du travail sur le texte à proprement parler, jusqu’aux choix typographiques en passant par l’identité visuelle générale souhaitée pour la fiction chez C&F, Hervé Le Crosnier m’a donné carte blanche. La réflexion sur la forme a été une longue expérimentation, dans un effort commun avec le graphiste Nicolas Taffin (n’hésitez pas à lire le colophon qui explique les différentes typo utilisées). Nous avons également décidé de l’ajout d’un lexique afin de faciliter la compréhension de certaines transformations opérées volontairement par l’auteur. En revanche, nous avons rejeté l’idée d’une frise chronologique. Nous voulions que les lecteurs se laissent porter et reconstituent d’eux-mêmes le puzzle du récit. Nous avons donc gardé le mystère intact.

    As-tu imaginé les réactions que pourrait susciter cette œuvre auprès des lecteurs ?
    Oui et non. En fait, ma première lecture du manuscrit a été celle d’une lectrice. Je n’étais pas du tout dans la peau d’une éditrice, je ne le lisais pas dans une perspective professionnelle. Je voulais découvrir ce texte comme une lectrice qui le lirait après l’avoir acheté en librairie. Et c’est justement grâce à cette lecture que j’ai absolument voulu le publier. Étant une grande amatrice d’ouvrages de SF et fantasy, j’ai été très sensible au fait de découvrir un auteur français. Je savais que ce livre avait ce qu’il fallait pour plaire aux fans de SF mais pas seulement.

    Après Les Libres, que nous réserve C&F en matière de fiction ?
    Deux titres sont d’ores et déjà en préparation. Germinata est un roman de science-fiction signé par le sémiologue Olivier Fournout. Doté d’une forte dimension linguistique et littéraire, le roman s’accompagne d’un jeu sur la typographie qui complète son identité. Le second, Insidieusement, première publication de Nathalie Baudouin, mélangera polar, science-fiction, tragédie grecque et psychanalyse.

    Découvrez sans plus attendre un extrait de Les Libres de Stéphane Crozat.
    La presse en parle : ActuaLitté et le Courrier picard

    #Les_libres #Marine_Kennerknecht #Stéphane_Crozat

  • Google, Microsoft can get your passwords via web browser’s spellcheck
    https://www.bleepingcomputer.com/news/security/google-microsoft-can-get-your-passwords-via-web-browsers-spellchec

    Encore une question inquiétante... même si pour cela, il faut avoir choisit la correction syntaxique améliorée et demander à voir son propre mot de passe... mais ce sont néanmoins des situations que l’on doit utiliser régulièrement... sachant que demain, ce qui est « enhanced » sera la norme standard, pour le service de l’usager, évidemment.
    A tous les programmeurs : mettre l’attribut spellcheck=false dans tous les champs comportant des données sensibles (mot de passe, numéro de sécu, adresses,...). Ça évitera aussi aux usagers d’avoir des suggestions absurdes...

    Extended spellcheck features in Google Chrome and Microsoft Edge web browsers transmit form data, including personally identifiable information (PII) and in some cases, passwords, to Google and Microsoft respectively.

    While this may be a known and intended feature of these web browsers, it does raise concerns about what happens to the data after transmission and how safe the practice might be, particularly when it comes to password fields.

    Both Chrome and Edge ship with basic spellcheckers enabled. But, features like Chrome’s Enhanced Spellcheck or Microsoft Editor when manually enabled by the user, exhibit this potential privacy risk.

    #Sécurité #Mots_de_passe #Chrome #Spellcheck

  • Charte pour un journalisme à la hauteur de l’urgence écologique – Charte pour un journalisme à la hauteur de l’urgence écologique
    https://chartejournalismeecologie.fr/la-charte

    Charte pour un journalisme à la hauteur de l’urgence écologique

    Le consensus scientifique est clair : la crise climatique et le déclin rapide de la biodiversité sont en cours, et les activités humaines en sont à l’origine. Les impacts sur les écosystèmes et les sociétés humaines sont généralisés et, pour certains, irréversibles. Les limites planétaires sont dépassées l’une après l’autre, et près de la moitié de l’humanité vit déjà en situation de forte vulnérabilité.

    Dans son sixième rapport, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) insiste sur le rôle crucial des médias pour « cadrer et transmettre les informations sur le changement climatique ». Il appartient à l’ensemble des journalistes d’être à la hauteur du défi que représente l’emballement du climat pour les générations actuelles et à venir. Face à l’urgence absolue de la situation, nous, journalistes, devons modifier notre façon de travailler pour intégrer pleinement cet enjeu dans le traitement de l’information.

    Tel est l’objet de la présente charte. Nous invitons donc la profession à :

    Traiter le climat, le vivant et la justice sociale de manière transversale. Ces sujets sont indissociables. L’écologie ne doit plus être cantonnée à une simple rubrique ; elle doit devenir un prisme au travers duquel considérer l’ensemble des sujets.
    Faire œuvre de pédagogie. Les données scientifiques relatives aux questions écologiques sont souvent complexes. Il est nécessaire d’expliquer les ordres de grandeur et les échelles de temps, d’identifier les liens de cause à effet, et de donner des éléments de comparaison.
    S’interroger sur le lexique et les images utilisées. Il est crucial de bien choisir les mots afin de décrire les faits avec précision et rendre compte de l’urgence. Éviter les images éculées et les expressions faciles qui déforment et minimisent la gravité de la situation
    Élargir le traitement des enjeux. Ne pas renvoyer uniquement les personnes à leur responsabilité individuelle, car l’essentiel des bouleversements est produit à un niveau systémique et appelle des réponses politiques.
    Enquêter sur les origines des bouleversements en cours. Questionner le modèle de croissance et ses acteurs économiques, financiers et politiques, et leur rôle décisif dans la crise écologique. Rappeler que les considérations de court terme peuvent être contraires aux intérêts de l’humanité et de la nature.
    Assurer la transparence. La défiance à l’égard des médias et la propagation de fausses informations qui relativisent les faits, nous obligent à identifier avec précaution les informations et les experts cités, à faire apparaître clairement les sources et à révéler les potentiels conflits d’intérêts.
    Révéler les stratégies produites pour semer le doute dans l’esprit du public. Certains intérêts économiques et politiques œuvrent activement à la construction de propos qui trompent la compréhension des sujets et retardent l’action nécessaire pour affronter les bouleversements en cours.
    Informer sur les réponses à la crise. Enquêter avec rigueur sur les manières d’agir face aux enjeux du climat et du vivant, quelle que soit leur échelle d’application. Questionner les solutions qui nous sont présentées.
    Se former en continu. Pour avoir une vision globale des bouleversements en cours et de ce qu’ils impliquent pour nos sociétés, les journalistes doivent pouvoir se former tout au long de leur carrière. Ce droit est essentiel pour la qualité du traitement de l’information : chacun•e peut exiger de son employeur d’être formé•e aux enjeux écologiques.
    S’opposer aux financements issus des activités les plus polluantes. Afin d’assurer la cohérence du traitement éditorial des enjeux du climat et du vivant, les journalistes ont le droit d’exprimer sans crainte leur désaccord vis-à-vis des financements, publicités et partenariats média liés à des activités qu’ils jugent nocives.
    Consolider l’indépendance des rédactions. Pour garantir une information libre de toute pression, il est important d’assurer leur autonomie éditoriale par rapport aux propriétaires de leur média.
    Pratiquer un journalisme bas carbone. Agir pour réduire l’empreinte écologique des activités journalistiques, en utilisant notamment des outils moins polluants, sans pour autant se couper du nécessaire travail de terrain. Inciter les rédactions à favoriser le recours aux journalistes locaux.
    Cultiver la coopération. Participer à un écosystème médiatique solidaire et défendre ensemble une pratique journalistique soucieuse de préserver de bonnes conditions de vie sur Terre.

    #Médias #Journalisme #Climat #Ecologie

  • A Goodbye to Readers and a Reflection - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2022/09/08/technology/on-tech-shira-ovide.html

    Intéressante dernière newsletter « On Tech » tenue par Shira Ovide dans le New York Times.

    Elle souligne ici le caractère bifrons du numérique : aide à penser le futur d’une main et nouveaux pouvoirs de l’autre.

    Elle dénonce surtout le néo-scientisme qui veut que les améliorations technololiques nous permettront de construire l’avenir... alors qu’il s’agirt de repenser les relations et le modèle économique et politique.

    Shira Ovide

    By Shira Ovide
    Sept. 8, 2022

    I’ve had the opportunity to write the On Tech newsletter for the past two and a half years, and now that time has come to an end. This is my last edition.

    I have been grateful to write what have felt like personal letters to you about the meanings, joys and frustrations of technology in our lives. We have been in this together. I will miss your voices in my inbox and rattling around in my brain with smart ideas, compliments and suggestions to do better.

    I will sign off by returning to a familiar theme in On Tech that emerged in the first edition of this newsletter and many times since: Technology empowers us, but technology alone is not enough. We — not technology products or the companies and executives behind them — hold the power to shape the world we want.

    My views on technology have been altered by the pandemic and other events since 2020 in ways that I still don’t understand. I feel both more thankful for technology and more impatient about it.

    Technology holds the hope of profound, positive change and often delivers it, but at times it falls short, partly because people behind the technologies we love sometimes can be too myopic and unimaginative about the complexity of our lives.

    What do I mean? I recently sent a giddy ALL CAPS email to a colleague about a New York Times Opinion column by the health writer Libby Watson, who focused on the limits of Amazon’s ambitions to make navigating American health care as convenient as shopping from our sofas.

    Amazon and its peers have done remarkable feats to change what it means to buy and sell products. But the promise of Amazon-ifying health care seemed simultaneously hopeful and hopelessly naïve.

    “Any company claiming its innovation will revolutionize American health care by itself is selling a fantasy,” Watson wrote. “There is no technological miracle waiting around the corner that will solve problems caused by decades of neglectful policy decisions and rampant fraud.”
    Editors’ Picks
    Jokes + Exasperation + Subtext = a New York Club Comic on the Rise
    A Sports Media Empire Runs on ‘Good Vibes Only’
    Why Won’t My Husband Change His Will to Protect Our Baby and Me?

    I’m not a health care expert, as Watson is, but I can grasp that bad technology is not really the reason America pays more for health care, for worse outcomes, than other rich countries.

    Making Americans healthier demands smarter policies, a better understanding of why people mistrust health institutions, a recognition that changing the status quo will leave some people worse off, and a tackling of the financial motives keeping things the way they are. Making a better customer app won’t fix this.

    Over and over, I’ve written in this newsletter about crummy technology that is a symptom, not a cause, of broader structural failures in areas like health care, connecting more of the world to the internet and our interactions with government services. And that means that technology is just one piece of the solution to making things better.

    Digital tools are table stakes now — a necessity for any change. But to steal a line that I used in an early edition of this newsletter and think of as a motto for my work: Technology is not magic.

    Advances in battery technology and solar energy innovations will help make our planet more livable, but they are one part of the difficult, collective solution to slow climate change. Firing satellites into space or expanding 5G wireless technology may help connect more people to the internet, as I wrote, but tech inventions are not sufficient to tackle all the personal, financial and social barriers that keep billions of global citizens from making the most of modern digital life.

    It’s great to imagine that better versions of cars will fix what we hate about transportation, but as I’ve pointed out, they might not.

    We need better schools, better infrastructure, better workplaces, better housing and stronger human connections. Technology is a piece of that, but it’s just one piece.

    That said, we need the imaginations of technologists to help dream of better ways of doing things.

    We know the strong bonds that we can build with people who are on the other side of a WhatsApp message or a Facebook group. My work would not be possible without having endless information one web search away and my colleagues close by on a video call. During the coronavirus pandemic, we have been able to muddle through partly because we have been able to socialize, shop, work and attend school through screens. That is a miracle.

    I am also grateful for people in technology with the can-do spirit who keep questioning whether there is a better way. Why should we have to buy eyeglasses or hearing aids from expensive health care providers? What if cars didn’t have drivers or traveled above the ground? What if digital calculations on the blockchain could help us take power from gatekeeper institutions like banks and internet corporations? We need the digital dreamers and tinkerers, even if they go off the rails sometimes.

    But I also worry that a belief in the power of invention will be an excuse to avoid the hard work of improving our relationships with one another, strengthening education and housing, making our planet healthier, and keeping us safe and secure.

    It’s up to us to take technology and run with it. We deserve to shape technology to serve our interests. And we also need to know when technology is essential, and when it is not enough.

    *

    Thank you for reading. Endless clapping to all of the creative illustrators who have made this newsletter a visual delight. Thanks to Hanna Ingber, the On Tech editor, and our art directors, most recently Elana Schlenker and Alvaro Dominguez, for making our creation even better. It has been a thrill to be invited into your inboxes.

    Our tech newsletter will be taking a hiatus. In the meantime, you can continue to follow my colleagues’ excellent reporting on technology at NYTimes.com, and stay in touch with me on Twitter.

  • Être fan, une admiration qui aide à grandir
    https://www.ouest-france.fr/education/parents-enfants/etre-fan-une-admiration-qui-aide-a-grandir-d702ee8e-198c-11ed-8966-3007
    https://media.ouest-france.fr/v1/pictures/MjAyMjA4NjI3NTllNWZlZGRkODQwMTJjMjlkOWI4M2Q2NzhiMzY?width=1260&he

    Des posters plein les murs, des albums écoutés en boucle dans leur chambre, des répliques de film apprises par cœur. Ils sont fans et leurs parents ne comprennent pas toujours pourquoi. Une admiration qui ne se limite pas qu’à l’adolescence. Il est bon de se rappeler que l’attitude de fan peut apparaître dès tout petit, "en voulant toute la chambre et les vêtements Pat’patrouille"​, donne pour exemple la psychologue clinicienne Aline Nativel Id Hammou. Aux environs de "trois ans"​, votre enfant, déjà, peut être fan.

    "« Les pratiques ne sont pas différentes selon les âges"​, rapporte Mélanie Bourdaa, sociologue spécialiste des fan studies . "Souvent on va vers ce qui nous ressemble quand on est plus jeune"​, distingue Aline Nativel Id Hammou,"et après on a envie de développer ses traits de personnalités ou en découvrir d’autres. On projette un idéal." ​Celui qui vient parfois combler un manque : "La force, le courage, la beauté… Moi je m’aperçois que je n’ai pas ça, mais en même temps ce personnage que j’adore va peut-être me donner la force, le courage ou l’envie de développer des compétences que je n’ai pas."

    Matéo*, 18 ans, est fan depuis ses 16 ans de Dua Lipa. Il a trouvé chez elle des "points communs" ​et dans ses paroles le sentiment de"ne pas être seul"​. "Je suis bisexuel et j’ai eu beaucoup d’histoires avec des garçons comme des filles. C’était très compliqué pour moi d’accepter ça. Dua lipa, elle, est très ouverte à "

    #Mélanie_Bourdaa #Fans

  • Les fans : l’armée des ombres | Illustré
    https://www.illustre.ch/magazine/les-fans-larmee-des-ombres-526509

    Spécialiste des fans de séries télé, la sociologue Mélanie Bourdaa décrypte leur effervescence dans un nouvel essai : « Les fans. Publics actifs et engagés » (C&F Editions). « Un fan est quelqu’un qui participe à un collectif social pour produire du sens et du contenu, et faire preuve d’expertise, qui est la définition même du fan : il va connaître par cœur une œuvre ou un artiste, ainsi que tout son univers, pour défendre ce qu’il aime », résume-t-elle. Le fan aime retrouver ses pairs pour partager la même passion, mais aussi déployer des pratiques créatives. Fanfiction, « fan art » (la pratique de dessins et collages), création de sites encyclopédiques et de musées virtuels dédiés à l’objet de son affection, sans oublier le cosplay, cet art de créer ses propres déguisements autour de l’univers d’une œuvre, et maintenant « random dances »…

    Loin d’être un consommateur passif, le fan est même très solidaire, précise Mélanie Bourdaa : « A chaque fois, dans ces communautés, un partage collaboratif de compétences va se mettre en place, à travers des tutos ou du mentorat. Ce partage du lien social peut aller jusqu’à l’activisme partagé : les fans questionnent souvent l’identité́ sexuelle, le racisme ou le genre à travers leurs productions, par exemple. » Les fans ont même une telle puissance qu’ils ont façonné les réseaux sociaux, selon Kaitlyn Tiffany, journaliste pour le média « The Atlantic » et elle-même fan du « boys band » One Direction à l’adolescence. Profitant de sa connaissance pointue de ce « fandom », elle décortique le monde souterrain des fans dans un livre paru en juillet : « Everything I Need I Get from You ».

    #Mélanie_Bourdaa #Fans #Fan_studies

  • Les « dark stores » sont des entrepôts : le gouvernement se rallie à la position des maires, qui veulent réguler leur implantation
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2022/09/07/les-dark-stores-sont-des-entrepots-le-gouvernement-se-rallie-a-la-position-d

    Les « dark stores » sont donc bien des entrepôts. Cette définition sans équivoque est celle qu’a finalement décidé de retenir le gouvernement au terme d’une réunion de concertation très attendue, menée, mardi 6 septembre, avec les maires des grandes villes de France. « Et il n’y a plus de “sauf si” », ont insisté la ministre déléguée au commerce, Olivia Grégoire, et le ministre délégué au logement et à la ville, Olivier Klein. Que ces lieux, fermés, consacrés à la livraison de courses commandées en ligne aient installé ou non un comptoir de retrait, ce ne sont pas des commerces, ont insisté les deux ministres.

    Cette clarification, qui doit être encore confirmée dans un arrêté, pourrait mettre fin à plusieurs mois de crispations autour de ces activités de livraison rapide, voire ultrarapide, apparues dans les centres-villes et dont les maires – ceux de Paris et des grandes métropoles en tête – ne cessent de dénoncer les nuisances.

    Pour les « dark kitchens », ces cuisines consacrées à la confection de plats à livrer, et dont certaines, par leur taille, provoquent d’importantes nuisances pour le voisinage, la solution retenue est encore vague. L’idée serait de créer une nouvelle catégorie, ou sous-destination, dans le code de l’urbanisme. « Avec le risque que le flou juridique persiste, si la rédaction n’est pas claire », met en garde France urbaine.

    Ce consensus trouvé sur le statut de ces activités ne signifie pas forcément la fin de celles-ci. En revanche, à présent que le flou juridique est levé, les enseignes vont devoir se plier à la règle. Cela signifie, car c’est ainsi que cela fonctionne en France, qu’elles devront s’installer là où le maire aura jugé opportun, au moment de la rédaction de son plan local d’urbanisme (PLU), qu’une activité de logistique urbaine soit implantée.

    Pour les « dark stores » déjà en place, « les règles devront s’appliquer » aussi, insiste Olivier Klein. A Paris, où le PLU les considère déjà comme des entrepôts (car la zone de stockage est supérieure à un tiers de la surface), la plupart des acteurs des courses express sont hors des clous. Soit parce qu’ils sont installés au rez-de-chaussée d’un immeuble d’habitation, soit parce qu’ils ont transformé, sans autorisation, un local commercial en entrepôt.

    Une partie avait décidé de passer outre aux rappels à l’ordre de la municipalité. Les règles ne sont pas adaptées à leur modèle, l’Etat modifiera tout cela, expliquaient-ils alors. La procureure de Paris est saisie de plusieurs dossiers. En parallèle, la Ville les a mis en demeure de régulariser leur situation. Les premières astreintes financières – plafonnées à 500 euros par jour, dans une limite de 25 000 euros – doivent tomber dans les tout prochains jours.

    #Urbanisme #dark_kitchen #Dark_store #Régulation

  • La Bulle et la Fête - Etourisme.info
    https://www.etourisme.info/la-bulle-et-la-fete

    Librement romancé et inspiré par « Le grand krach de l’attention – la publicité une bombe au cœur de l’Internet » de Tim Hwang, écrivain, avocat et chercheur sur l’impact politique des technologies. Toute ressemblance avec des personnages existants serait purement fortuite (ou pas).

    Cédric Chabricole était la nouvelle recrue dans la rédaction. Il n’en menait pas large dans le couloir étroit qui le dirigeait tout droit vers le bureau du rédacteur en chef. On pouvait lire « JLB » en lettres capitales, imposantes et dorées sur la porte capitonnée dont l’aspect feutré jurait avec le reste de l’open space central composé de bric et de broc. Avec le succès exponentiel de la jeune entreprise, l’ameublement ne suivait pas le recrutement frénétique des auteurs pour assouvir l’insatiabilité productiviste de JLB. « Un article par jour ou rien ! » C’est le mantra que le rédacteur en chef prononçait tous les matins en sortant de l’ascenseur, d’une voix tonitruante qui faisait sursauter les vaillantes équipes en place dès potron-minet ; elles n’en pouvaient plus de ce rythme de publication insoutenable, mais le capitaine du navire tenait bon. Il faut dire qu’il avait la pression des actionnaires depuis que l’association etourisme.info avait été rachetée par les P&P, de riches canadiens excentriques dont on ne connaissait que les initiales de leur prénom et leur avatar dans le métavers, pour en faire un média international qui dépasserait les frontières francophones.

    « J’ai lu votre papier et je suis assez circonspect. J’ai les Canadiens qui me collent aux basques chaque année lors du Conseil d’Administration de clôture des comptes. Ils m’attendent sur les taux de clics heureusement toujours en hausse grâce à François notre webmarketeur senior qui optimise notre budget publicitaire on-line comme un basque, en obtenant des taux d’engagement ha-llu-ci-nants ! ».

    François avait été engagé comme community manager puis son poste avait évolué comme gestionnaire de campagnes depuis que le classement des destinations sur les réseaux sociaux était exactement proportionnel à celui des organismes qui investissaient le plus en publicité. Par ailleurs, les influenceurs avaient supplanté les community managers dans l’animation des communautés. Un comble puisque ces mêmes community managers avaient porté aux nues les influenceurs à grandes embardées de programmes d’ambassadeurs et autres rencontres entre Instagrammeurs, sans même se douter qu’ils étaient en train de scier la branche sur laquelle ils étaient assis. On enseignait même l’influence à l’Université avec des listes d’attentes interminables pour intégrer le cursus de formation vers un nouveau métier qui faisait rêver les jeunes bien plus que boulanger, pompier, médecin et même cuisinier dans la restauration. Ce qui n’était pas pour faciliter la pénurie de main d’œuvre dans l’industrie touristique.

    — Je vois que vous êtes réceptif, nous allons pouvoir rentrer dans le vif du sujet. Donc mon chez Chabricole, dans votre papier, vous insinuez que nous vivons dans une utopie et vous prétendez que la bulle de la publicité en ligne est prête à exploser alors que le marché a atteint 427 milliards de dollars ! Pour étayer votre thèse, vous faîtes en plus un parallèle avec les marchés financiers. Là sincèrement j’ai du mal à suivre ! Interrogea-t-il d’un air circonspect.

    -- Tout à fait répondit Cédric. Le marché de la publicité en ligne s’est largement inspiré de celui des salles de marché. Par exemple, on achète des publicités programmatiques aux enchères en quelques clics, à une vitesse vertigineuse l’inventaire publicitaire et la position des annonces sont mis à jour grâce à de nombreux algorithmes. On vend de l’espace publicitaire comme on vend des confits de canards ! Dit autrement, on regroupe des moments d’attention en actifs liquides distincts qui sont achetés et vendus sans difficultés sur un marché mondial, jour et nuit.

    — Je poursuivrais sur ce point Monsieur Bourrin, je veux dire Jean-Luc, se reprit rapidement Cédric. Google et Meta concentrent la majorité des budgets d’annonceurs et leur chiffre d’affaires provient à 90% de la publicité. Ainsi l’apparente gratuité des services pour l’utilisateur est en réalité financée par les annonceurs ! De plus, ces plateformes reversent très peu d’imposition dans le système fiscal des pays depuis lesquels ils dégagent de colossaux bénéfices, surpassant même le PIB de tout un pays. Surtout, ils sont à la fois juges et parties. Google fournit même pernicieusement Analytics, un logiciel d’analyse du trafic des sites Web, la firme maîtrise ainsi la chaîne de bout en bout depuis la gestion des annonces publicitaires (avec AdWords, AdSense) jusqu’aux résultats statistiques (Analytics). Enfin, je terminerais sur ce point : aucun organisme n’est habilité à vérifier quotidiennement la fiabilité des données. Quand bien même ce tiers existerait, privé ou public, on pourrait s’interroger sur sa propre légitimité puisque sa viabilité dépendrait de la pérennité du système dans lequel il s’inscrirait. CQFD ! Conclu-t-il avec l’assurance inébranlable d’un camelot.

    Des cris de plus en plus proches venaient distinctement perturber cette séquence mélancolique. Des pas de plus en plus pressés semblaient s’approcher quand soudain la porte s’ouvrit dans un vacarme retentissant. Lorsque François pénétra dans la pièce, il s’exclama :

    -- Bourrin, c’est la fin !

    -- La fin de quoi bon Dieu ? jura Jean-Luc avec inquiétude.

    -- Vous n’avez pas entendu les infos ? La bulle de la publicité en ligne a explosé ! Des lanceurs d’alertes ont tout balancé ! Un dossier long comme mon bras ! Tout le monde panique, Zuckerberg est parti se cacher dans le métavers, plus personne ne sait où il se trouve, c’est malin. Google annonce la fermeture de Adwords et de tous ces services relatifs à la publicité en ligne, c’est un cataclysme. J’en passe ! Mon job est foutu ! Je peux déjà mettre en vente mon appartement à Saint-Jean-de-Luz pour assurer mes arrières. Mais comment ? Si je ne peux plus faire de publicités en ligne, c’est inextricable !

    Pendant quelques minutes, le temps était comme suspendu. Plus personne n’osait prononcer un seul mot, même Ludovic avait décroché de son smartphone et semblait lui aussi happé par l’instant fatidique qui se jouait. Seul Pierre semblait complétement détaché de la scène, il avait déjà anticipé et misé sur d’autres leviers de visibilité que la publicité en ligne.

    #Tim_Hwang #Krach_attention

  • Manuel Bompard « Une force d’alternative prête à gouverner demain » - regards.fr
    http://www.regards.fr/actu/article/manuel-bompard-une-force-d-alternative-prete-a-gouverner-demain

    Tiens, mais c’est très intéressant cet interview.
    Tactique et stratégie sont les deux mamelles...

    Figure centrale de la France insoumise, Manuel Bompard revient sur les conditions du rassemblement de la gauche. Le nouveau député définit aussi les perspectives et les responsabilités de cette alliance.

    #Politique #France

  • Facebook Gave Nebraska Cops A Teen’s DMs So They Could Prosecute Her For Having An Abortion
    https://www.forbes.com/sites/emilybaker-white/2022/08/08/facebook-abortion-teen-dms/?sh=284f4202579c

    Voilà, c’était dans l’air, on en causait... maintenant c’est une réalité : vos traces seront utilisées contre vous.
    La question de l’avortement est redevenue une question centrale pour le droit des femmes à disposer de leur propre corps, et ceci dans le monde entier. Bientôt près de chez vous.

    A Nebraska teenager is facing criminal charges alleging she aborted a fetus in violation of state law, after authorities obtained her Facebook messages using a search warrant. Seventeen-year-old Celeste Burgess, who is being tried as an adult along with her mother Jessica Burgess, is awaiting trial in Madison County District Court on charges that they broke a Nebraska law banning abortions after 20 weeks.

    This marks one of the first instances of a person’s Facebook activity being used to incriminate her in a state where abortion access is restricted — a scenario that has remained largely hypothetical in the weeks following the US Supreme Court’s decision to overturn Roe v. Wade. Nebraska currently outlaws abortions beyond 20 weeks. On Monday, Republican lawmakers in the state failed to secure enough votes to decrease that window to 12 weeks.

    Celeste and her mother were charged in July with allegedly removing, concealing or abandoning a dead human body and concealing the death of another person after the Norfolk Police Department received a tip claiming Celeste had miscarried in April at 23 weeks of pregnancy and secretly buried the fetus with her mother’s help. The case was first reported by the Lincoln Journal Star.

    While Celeste told police that she had suffered a miscarriage, they continued to investigate, serving Facebook with a search warrant to access Celeste and Jessica’s Facebook accounts. They subsequently found messages between the mother and daughter allegedly detailing how Celeste had undergone a self-managed abortion with Jessica’s help. There are four states that ban abortion at 24 weeks, and more than a dozen that broadly ban it at the start of fetal viability.

    After this story’s publication, Meta spokesperson Andy Stone said in a statement on Twitter that "Nothing in the valid warrants we received from local law enforcement in early June, prior to the Supreme Court decision, mentioned abortion. The warrants concerned charges related to a criminal investigation and court documents indicate that police at the time were investigating the case of a stillborn baby who was burned and buried, not a decision to have an abortion."Stone added that Meta was prohibited from sharing information about the search warrant by non-disclosure orders which have since been lifted.

    A month before Celeste was charged, Mark Zuckerberg, CEO of Facebook parent Meta, was asked by employees how the company will protect those seeking abortions. Zuckerberg replied that efforts to expand encryption across the platform will “keep people safe,” CyberScoop reported. In May, Meta’s VP of HR, Janelle Gale, told employees they were not allowed to discuss abortion at work, according to the Verge. The company later announced that it will reimburse employees who find they must travel to a different state to seek an abortion.

    Still, Meta has remained largely silent on how it will moderate abortion content in general. However, users recently noticed that Instagram and Facebook posts about acquiring abortion pills such as mifepristone were being systematically removed. At the same time, Meta continued to earn revenue from anti-abortion advertisements containing dangerous misinformation, Media Matters found. An investigation by the Markup discovered that Facebook was collecting data from users interacting with abortion services websites, and subequently made that information available to anti-abortion groups.

    In response to pressure from employees, Google announced that it would delete location data of users who had used the platform to look up abortion services.

    All of the largest tech giants have been pressed on whether, and to what extent, they may cooperate in investigations that seek to punish women for seeking an abortion. In June, Meta spokesperson Andy Stone told the Washington Post that the company “carefully scrutinize[s] all government requests for user information and often push[es] back, including in court.”

    A District Attorney assigned to the case declined to comment. An attorney for Celeste Burgess did not immediately respond to a request for comment.

    Update: This story has been updated to note that the Facebook messages were obtained via search warrant.
    Emily Baker-White
    Emily Baker-White

    I’m a technology reporter and senior writer at Forbes based in San Francisco. Have a tip? Email me at ebakerwhite@forbes.com or emilybakerwhite@protonmail.com.
    Sarah Emerson
    Sarah Emerson

    #Facebook #Avortement

  • États-Unis : fermer une bibliothèque plutôt que d’y trouver des livres LGBT
    https://actualitte.com/article/107316/international/etats-unis-fermer-une-bibliotheque-plutot-que-d-y-trouver-des-livres-lgb

    Les formes d’action et les cibles de l’extrême-droite sont un puits sans fond. C’est au Etats-Unis... cela viendra bientôt chez vous. Je prends les paris.
    « La gangrène est partout ».

    La bibliothèque de Patmos, dans le canton de Jamestown, a perdu 84 % de son budget annuel de 245.000 $, après l’échec du renouvellement du millage [part des impôts fonciers consacrée à divers services] lors des élections primaires de ce mardi 2 août. Larry Walton, président du conseil de la bibliothèque, a expliqué que le renouvellement avait échoué, avec 1905 votes contre 1142 votes pour.

    En cause, un petit groupe de résidents conservateurs, les Jamestown Conservatives, qui ont mené campagne contre le renouvellement du budget de l’établissement parce que la bibliothèque a refusé de retirer tous les ouvrages LGBTQ+ des rayonnages, a déclaré Walton à l’Associated Press.

    La controverse s’inscrit dans le contexte d’une vague de censure sans précédent aux États-Unis, qui vise en particulier les titres évoquant l’expérience du racisme, de l’homophobie, ou qui mettent en scène des personnages LGBTQIA+. On pourra notamment citer le titre Genre Queer, une autobiographie non binaire (trad. Anne-Charlotte Husson chez Casterman), un roman graphique de Maia Kobabe sur le passage à l’âge adulte en tant que personne non binaire et asexuelle.

    « Ils protesteront contre tous les livres LGBTQ qui sont sur nos étagères. Ils veulent que l’on interdise ces livres, ce qui est inacceptable. Nous, le conseil, nous ne censurerons pas les livres », a expliqué Walton. Le cas est particulièrement extrême, puisqu’une bibliothèque sera fermée par une partie de la population à cause de quelques livres au sein de ses collections.
    Démission, harcèlement et fermeture

    Au printemps, les réunions de la bibliothèque avaient réuni de nombreux résidents se plaignant de la présence de ces ouvrages et allant jusqu’au harcèlement envers les membres du personnel. Des événements qui avaient poussé Amber McLain, la directrice de l’établissement, à démissionner après avoir été harcelée en ligne et avoir été accusée d’endoctriner les enfants. Elle a été suivie par le directeur par intérim Matthew Lawrence quelques mois plus tard.

    « Ce ne sont que les trucs LGBTQ qui me dérangent, surtout vis-à-vis de mes enfants », a commenté Cody Newhouse, membre des Jamestown Conservatives. « Si vous êtes plus âgé, vous pouvez prendre vos propres décisions, c’est très bien. Mais avec les plus jeunes, je pense simplement que cela devrait rester loin d’eux. »

    Cody Newhouse, qui a bien entendu voté contre le renouvellement du budget, a déclaré à Wood TV que même si les livres sont placés dans la section adulte de la bibliothèque, les enfants peuvent toujours y accéder. Des panneaux ont par ailleurs fleuri dans les jardins et les cours incitant les résidents à voter contre le renouvellement du budget de la bibliothèque, notamment le long de l’artère principale de Jamestown.

    Walton a déclaré que la bibliothèque pourrait fonctionner jusqu’à la fin du premier trimestre 2023 sur le budget actuel, mais qu’une fermeture se profilait ensuite. Il a ajouté que le conseil devait examiner ses revenus et dépenses afin d’envisager les futures possibilités, y compris la recherche d’un nouveau financement lors de la prochaine élection.

    « Je suis optimiste quant au fait que nous puissions surmonter l’obstacle que le groupe de conservateur a placé sur notre chemin », a conclu Walton.

    #Censure #Bibliothèques

  • Bûche glacée, dinde de Noël : à qui appartiennent les recettes de cuisine ?
    https://actualitte.com/article/103623/enquetes/buche-glacee-dinde-de-noel-a-qui-appartiennent-les-recettes-de-cuisine

    À qui appartiennent les recettes de cuisine ? Celles de grand-mère sont rarement reproductibles, avec son habitude de mettre un peu de ça, juste assez de ça et rajouter une pointe de ça pour la couleur. Des proportions difficilement imprimables, reposant sur un empirisme subjuguant. Mais dans les faits, un texte de recettes, d’où vient-il, où va-t-il, et dans quelle étagère-t-il ? Car la question de la propriété intellectuelle lorsqu’il s’agit de ces ficelles de la cuisine n’est pas forcément la plus évidente.

    Elles sont, pour beaucoup, considérées comme appartenant au domaine public – une sorte de bien commun, transmis générationnellement. Faire une purée, on le sait bien, n’a rien de révolutionnaire en soit — sauf lorsque ladite purée se trouve être une création originale d’une personne très inspirée, qui décide de partager sa découverte sur la toile. Et pourtant, même dans ce cas-là, comment s’assurer qu’une telle invention culinaire reste protégée ?
    La tambouille... juridique

    Maître Magaly Lhotel, avocate spécialisée en droit de la propriété intellectuelle donne le ”la“ : « Il n’existe pas de droits de propriété intellectuelle sur les recettes de cuisine. Elles ne sont pas protégeables en tant que tel, notamment par le droit d’auteur. » À ce titre, seule l’expression visuelle — autrement dit, la présentation dans l’assiette — ou bien littéraire — les mots choisis pour la présenter — peuvent être protégés.

    Et encore, souligne l’avocate, « si leur expression est suffisamment originale, c’est-à-dire empreinte de la personnalité de l’auteur ». Le nom de la recette, en revanche, pourra être déposé au titre de marque. De même, il est possible de breveter un procédé de fabrication.

    À ce titre, un petit tour sur le registre de l’INPI, Institut national de la propriété industrielle, nous apprend que Cyril Lignac, adepte du « Gourmand croquant », est un féru de protection de la propriété intellectuelle. Il a déposé la marque en juillet 2015, ainsi qu’une vingtaine d’autres – notamment le Fait maison, qui a donné lieu à la publication de cinq ouvrages parus chez La Martinière. Conclusion : 1,322 million d’exemplaires pour plus de 16,72 millions € de chiffre d’affaires (données : Edistat).

    « En revanche, il n’existe pas de possibilité de protéger une saveur. À défaut, les recettes de cuisine sont protégées par le secret et des accords de confidentialité sont signés », conclut Magaly Lhotel. Peut-être un jour, à l’instar des parfums de Grasse, une inscription au patrimoine immatériel de l’Humanité par l’Unesco ?
    Aux fourneaux, les blogueuses

    Que disent donc les premières concernées par une possibilité de plagiat ? Les blogueuses (majoritairement) cuisine sont multitude, toutes à la recherche de recettes signatures qui sauront attirer les amateurs de nourriture. Or comment s’assurer que leurs créations ne soient pas tout bonnement recopiées et diffusées, mot pour mot, et sans autorisation ?

    « Je ne protège pas mes recettes et je ne saurais pas comment le faire, si ça prend du temps, via quelle plateforme ou par quel billet le faire… », nous avoue Charlotte Chateau, créatrice de Paris with Charlotte. Et d’ajouter : « Si je trouve quelqu’un qui a repris ma recette, qu’est-ce que je peux faire en soi ? De manière légale, je ne vais pas porter plainte. Je ne sais même pas quelles seraient les règles, si elles existent. C’est très flou, finalement, et j’ai l’impression qu’on n’en parle pas assez… ». Justement !

    Nathalie Pagnoux, qui gère Envie d’Apéro, dit les choses simplement : « Mes recettes ne sont pas protégées. Tout le monde publie des hachis parmentier, c’est du domaine public. Pour moi ça n’aurait pas de sens. » Plutôt de que mixer une soupe à la grimace, Christelle de Il était une fois la pâtisserie, fait contre mauvaise fortune bon coeur et considère le vol de recette devient une forme — maladroite, au mieux — de reconnaissance : « Au contraire, ça me fait plaisir plutôt que de provoquer une quelconque colère », explique-t-elle.

    « La plupart du temps, les gens proposent un lien vers mon blog, pour indiquer d’où provient la recette, c’est bon pour le référencement ! » Or, tout le monde dans l’univers de la cuisine pixélisée n’est pas forcément du même avis : « Certaines de mes amies sont très remontées si elles se font piller leur recettes : au point d’aller jusqu’à porter plainte pour plagiat. »

    Avec un taux de réussite fragile : depuis que le Tribunal de Grande Instance de Paris a statué, en 1974, que les recettes n’entraient pas dans le champ du droit de la propriété littéraire et artistique — à l’instar des idées, elles sont « libres de parcours », la messe est dite. Mieux : en 1997, ce même TGI avait ajoutait qu’elles ne relevaient pas de l’œuvre de l’esprit : elles sont un enchaînement d’instructions et de mesures, en rien un savoir-faire.

    Les grands chefs étoilés, qui se plaignent du « plagiat culinaire » aussi bien que les cuisiniers amateurs, montrent tout à la fois une imperfection en ce sens autant que la nécessité de laisse libre court aux arts gastronomiques. Le législateur français avait pourtant, fin avril 2019, envisagé une proposition de loi pour la protection des recettes et créations culinaires. Mais l’idée d’une Fondation pour la gastronomie française aura fait long feu.

    Pourtant, écrire une recette demande du temps à ces passionnées : créer, tester, mais aussi penser à leur mise en page. Sans oublier préparer un catalogue de clichés, qui viendront guider les internautes, pas à pas, vers la bonne réalisation d’un plat unique. Nathalie Pagnoux nous explique que « pour les photos, tout le monde râle parce qu’elles sont souvent reprises sans autorisation. Et moi-même, je râle en retrouvant mes photos sur Instagram par exemple, en disant que ce serait sympa de citer [le nom de l’auteur] ».

    Le cas du plagiat de photographies est une toute autre histoire, avec des régulations plus claires en termes de propriété intellectuelle. Contrairement à un texte, et en particulier à une recette de cuisine, une image est figée, et ne laisse pas de doute quant à une reprise sans autorisation. Christelle indique être inscrite à un système, nommé PixTrakk, qui permet de notifier en cas de duplicata et ainsi lutter contre le vol d’images sur internet, en plus d’affubler ses clichés d’un tatouage numérique.

    Le grain de sel des éditeurs

    Les recettes, donc, appartiennent à une domaine juridiquement complexe. Didier Ferat, pour les Editions Solar, est catégorique : une recette ne peut pas être protégée juridiquement : « À partir du moment où elle est dans le livre, elle appartient à l’auteur et à l’éditeur », nous indique-t-il. « Mais les gens peuvent toujours piller de manière éhontée. »

    D’après lui, il est très simple pour quiconque de piocher une recette, la recopier, pour ensuite la modifier à sa guise, en ajoutant, remplaçant, ou supprimant un ingrédient par-ci, par-là. « Un recours n’est possible que si le plagiat en question est fait de manière vraiment visible. »

    Interrogé sur la possibilité d’un recopiage explicite d’une recette de cuisine publiée par les éditions Solar, Didier Ferat a affirmé n’avoir jamais eu de telle expérience, même avec un rythme de publication de 60 livres pas an. « Pourtant, nous publions les livres de Laurent Mariotte, qui est numéro 1 en cuisine depuis septembre ! »

    Mieux manger sans se ruiner, ouvrage sorti le 7 octobre, culmine en effet à 42.369 exemplaires, mais l’animateur radio est un habitué des joli succès : Mieux manger toute l’année, une sorte d’almanach de recettes, démarré en 2017, cumule plus de 379.700 exemplaires — 7,4 millions € (données : Edistat). Et pour 2022, l’animateur prépare également deux autres parutions, aux sujets évocateurs : Grand apéro : petits plats en équilibre ainsi que Grandes tablées : petits plats en équilibre, toujours avec cette perspective de recettes gourmandes, simples et accessibles.

    Les éditions Hachette Cuisine, ainsi que les éditions de L’Epure ont été contactées, mais n’ont pas pu répondre, prises de court par les préparatifs des fêtes de fin d’année.

    #propriété_intellectuelle #cuisine #recettes

  • « Il faut avancer avec les communs numériques », selon le sociologue Gilles ­Jeannot
    https://www.lagazettedescommunes.com/804670/%e2%80%89il-faut-avancer-avec-les-communs-numeriques%e2%80%89-

    ­

    Waze, ­Citymapper, ­Doctolib, ­Airbnb… Au regard de la démultiplication d’applications entrant dans notre quotidien, les chercheurs ­Gilles ­Jeannot, ingénieur des travaux publics de l’Etat et sociologue à l’Ecole des ponts et chaussées, et ­Simon ­Cottin-Marx, sociologue, se sont penchés dans leur ouvrage « La Privatisation numérique, déstabilisation et réinvention du service public » (éd. Raisons d’agir, mars 2022), sur ce qu’ils considèrent être de nouvelles formes de privatisation permises par le biais du numérique et qui passent le plus souvent inaperçues.

    Au-delà des formes plus classiques telles que la délégation de service public, ou, à l’échelon local, au travers du marché des villes intelligentes et des safe cities, leur pendant dédié à la ­sécurité urbaine, le numérique marque l’arrivée d’acteurs privés de type « plateforme ». Ils interfèrent avec l’intervention publique et bouleversent la hiérarchie entre intérêts individuels et intérêt général : les nouvelles mobilités et leur cohorte de trottinettes en free floating dans l’espace public, le logement avec Airbnb, l’accès à la vaccination par Doctolib…

    Les auteurs analysent la manière dont les pouvoirs publics réagissent à ce mouvement « qui ne doit pas être repoussé », par exemple, en tentant de mettre en place une offre ­concurrente, de réguler les activités selon des approches plus ou moins rigides ou de ­constituer un service public local de la donnée, même s’ils se trouvent « trop souvent démunis » face à un processus de fond. Les deux sociologues esquissent enfin une possible troisième voie que constituerait la coproduction de communs numériques, de la part de citoyens ordinaires ou de fonctionnaires militants, afin de participer à une réinvention du service public.
    Comment la privatisation numérique se traduit-elle à l’échelle des collectivités ?

    Une nouvelle forme de recompo­sition du partage public-privé, que nous appelons « privatisation numérique », est ouverte par le numérique. Nous sommes partis d’un étonnement face aux applications portées par des acteurs en dehors des services publics mais qui, par leur action, ont à voir avec eux. Cette privatisation numérique s’actualise avant tout sur le fait urbain : ­Uber, ­Waze, etc. ­Waze sert l’intérêt de celui qui l’utilise, sans tenir compte de la politique des villes en matière de hiérarchisation de l’usage des voiries, ce qui peut générer des tensions. Des collectivités ont souhaité collaborer avec la plateforme, comme ­Metz ou ­Versailles, d’autres ont essayé de passer par les bénévoles qui recensent la typologie des voiries… Il y a aussi eu des réponses non numériques comme l’ajout de feux rouges ou la création d’impasses artificielles pour rendre plus difficilement ­circulables certaines voies secondaires !

    Ainsi, si, à l’échelon national, la tendance est à encourager voire à faciliter les activités des plateformes, à l’échelon local, les réactions peuvent être plus vives, sans doute en raison d’une possible aggravation des inégalités territoriales. Par exemple, le périurbain est laissé en déshérence, certaines villes aimeraient avoir des mobilités partagées, et le privé n’y va pas. C’est le vieux mécanisme selon lequel le public vient combler les trous laissés par le privé, comme pour le déploiement de la fibre, avec des zones rurales jugées non rentables et où, après intervention publique, les habitants pourront regarder Netflix, sans contrepartie fiscale de celui-ci…
    A l’échelon local, vous évoquez le marché des villes intelligentes et des safe cities…

    C’est un volet plus « classique », dont IBM avait ouvert la voie avec ses « smarter cities ». Il y a aussi le cas historique de la ville de ­Nice, avec son centre de contrôle porté par cette entreprise. Aujourd’hui, les offres se reconstituent plutôt autour de plusieurs grands opérateurs, qui ont des délégataires de service public, et des acteurs du numérique, Capgemini, des filiales d’EDF et des start-up… Le modèle est plutôt celui d’­OnDijon ou d’­Angers, avec des conglomérats. Pour le cas de la safe city, certains acteurs externes au monde urbain traditionnel peuvent toutefois s’implanter en raison de compétences spécifiques, comme Thales. Du côté des villes, il peut aussi être commode pour elles, sur des sujets jugés sensibles ou délicats, de confier la gestion à des acteurs privés : par exemple, la filiale Moovia de Vinci, qui fait de la reconnaissance automatique de stationnement irrégulier. Les villes qui ne mettent pas en avant un aspect ­sécuritaire peuvent tout de même faire réaliser certaines fonctions par ce biais.
    Vous soulignez aussi l’enjeu de l’intégration des datas…

    Oui, car certains acteurs comme la­ ­Fédération nationale des collectivités concédantes et régies ou la Caisse des dépôts plaident pour une donnée territoriale et un service public de la donnée, au risque sinon que les entreprises se chargent d’intégrer les données pour les revendre aux villes. La question des ­compétences en interne est cruciale pour la maîtrise de ces données.

    De son côté, l’Etat tente de simplifier la mise en relation de grands systèmes informatiques publics et a poussé le slogan de « l’Etat plateforme ». Si l’idée que des acteurs externes à l’­Etat pourraient produire des services en s’appuyant sur l’open data n’a pas réellement fonctionné, des start-up d’Etat ont proposé des solutions créatives de simplification. C’est notamment le cas par le biais des API, applications qui permettent de faciliter les échanges de données entre administrations. Il est essentiel aussi de poursuivre l’intégration de l’ensemble des systèmes informatiques.
    Selon vous, les plateformes offrent un défi positif. Croyez-vous en l’avenir des communs numériques ?

    Les offres des plateformes fonctionnent, les usagers les trouvent efficaces, il serait vain de vouloir repousser ce mouvement de fond. Les interfaces numériques ­publiques doivent s’approprier la familiarité et la simplicité permises par ces applis. Nous croyons aussi à la réalité sociale des communs numériques, une interpellation à prendre au sérieux. Ils peuvent être portés par des collectifs de citoyens mais aussi par des fonctionnaires militants : dans les collectivités, c’est le cas de l’Adullact (Association des développeurs et utilisateurs de logiciels libres pour les administrations et les collectivités territoriales), qui offre une alternative à des applis métier privées, cette concurrence étant une forme efficace de régulation.

    Il faut faire converger les collecti­vités, qui doivent accepter de se laisser questionner et renoncer à une position centrale, et les citoyens, parfois porteurs de critiques fortes, mais dont les projets de communs ne disposent pas des moyens adéquats et qui peuvent avoir du mal à réaliser que les services publics ne sont pas contraires à leur propre finalité. Collectivités et militants des communs doivent apprendre à collaborer. Un partenariat, qui n’a hélas pas fonctionné, était le projet d’une base adresse nationale porté par l’IGN, La Poste et Open Street Map, une appli pratique pour savoir où se trouve une personne avec une adresse donnée. Les défenseurs des communs rêvent d’une troisième voie entre l’Etat et le marché, nous proposons l’idée d’un partenariat public-commun.

    #Communs #Communs_numériques #Villes

  • Un assez court manifeste concernant le concept de révolution | Cairn.info
    https://www.cairn.info/revue-ecorev-2022-1-page-15.htm?u=d9493d3f-54c6-41cb-a9a1-da7b918098cd&WT.ts

    Par David Graeber

    1
    Le terme « révolution » est si galvaudé qu’il signifie tout et son contraire. Il y a des révolutions chaque semaine aujourd’hui : des révolutions bancaires, des révolutions cybernétiques, des révolutions médicales, et une révolution Internet chaque fois que quelqu’un développe un nouveau logiciel ingénieux.

    2
    Cette sorte de rhétorique est seulement possible parce que la définition commune de la révolution a toujours signifié quelque chose qui était de l’ordre du changement de paradigme : une rupture claire et fondamentale dans la nature de la réalité sociale après laquelle tout fonctionne différemment et les catégories antérieures ne s’appliquent plus. C’est ce qui fait qu’il est possible, par exemple, d’affirmer que le monde moderne est issu de deux « révolutions » : la Révolution française et la révolution industrielle, malgré le fait que les deux n’aient rien d’autre en commun que de sembler marquer une rupture avec ce qui les a précédées.

    S’il y a une erreur logique à la base de tout cela, c’est le fait d’imaginer que le changement social ou même technologique a la même forme que ce que Thomas Kuhn a appelé « la structure des révolutions scientifiques ». Kuhn se réfère à des événements comme la transition d’un univers newtonien à un univers einsteinien : il y a une percée intellectuelle et l’univers n’est plus le même par la suite. Appliqué à n’importe quoi d’autre que les révolutions scientifiques, cela impliquerait que le monde correspond vraiment à la connaissance que nous en avons, et que dès que nous changeons les principes sur lesquels notre savoir est fondé, la réalité change elle aussi. C’est exactement la sorte d’erreur intellectuelle élémentaire que nous devrions, selon les psychologues du développement, surmonter au début de l’enfance, mais il semble que ce soit le cas de peu d’entre nous.

    4
    En fait, le monde n’est pas tenu de répondre à nos attentes et, dans la mesure où la « réalité » réfère à quelque chose, c’est précisément à ce qui ne peut jamais être totalement compris dans nos constructions mentales. Les totalités, en particulier, sont toujours des créatures de l’esprit. Les nations, les sociétés, les idéologies, les systèmes clos… rien de cela n’existe vraiment.

    Une révolution à l’échelle mondiale prendra très longtemps. Mais on peut aussi reconnaître qu’elle a déjà commencé. La façon la plus facile de l’appréhender est d’arrêter de penser à la révolution comme à une chose – « la » révolution, la grande rupture cataclysmique – et plutôt de demander « qu’est-ce que l’action révolutionnaire ? » Nous pourrions alors avancer qu’une action révolutionnaire est toute action collective qui rejette, et donc défie, une forme de pouvoir ou de domination et, ce faisant, reconstitue les relations sociales, même au sein de la collectivité, dans cette perspective. L’action révolutionnaire ne doit pas nécessairement avoir pour objectif de renverser les gouvernements. Les tentatives de créer des communautés autonomes en dépit du pouvoir (en utilisant ici la définition de Castoriadis, soit des communautés qui constituent elles-mêmes, qui décident collectivement de leurs propres règles ou principes de fonctionnement, et qui les reconsidèrent continuellement) seraient, par exemple, des gestes révolutionnaires presque par définition. Et l’histoire nous montre que l’accumulation continue de tels gestes peut (presque) tout changer.

    #David_Graeber #Révolution

  • China’s Expanding Surveillance State : Takeaways From a NYT Investigation - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2022/06/21/world/asia/china-surveillance-investigation.html

    Un article doublé d’une extraordinaire vidéo montrant l’étendue de la surveillance en Chine.
    Basé sur les données de China Files, l’agence de presse fondée par Simone Pieranni, c’est un excellent complément à son livre Red Mirror (https://cfeditions.com/red-mirror)

    By Isabelle Qian, Muyi Xiao, Paul Mozur and Alexander Cardia
    Published June 21, 2022Updated July 26, 2022
    查看本文中文版

    China’s ambition to collect a staggering amount of personal data from everyday citizens is more expansive than previously known, a Times investigation has found. Phone-tracking devices are now everywhere. The police are creating some of the largest DNA databases in the world. And the authorities are building upon facial recognition technology to collect voice prints from the general public.

    The Times’s Visual Investigations team and reporters in Asia spent over a year analyzing more than a hundred thousand government bidding documents. They call for companies to bid on the contracts to provide surveillance technology, and include product requirements and budget size, and sometimes describe at length the strategic thinking behind the purchases. Chinese laws stipulate that agencies must keep records of bids and make them public, but in reality the documents are scattered across hard-to-search web pages that are often taken down quickly without notice. ChinaFile, a digital magazine published by the Asia Society, collected the bids and shared them exclusively with The Times.

    This unprecedented access allowed The Times to study China’s surveillance capabilities. The Chinese government’s goal is clear: designing a system to maximize what the state can find out about a person’s identity, activities and social connections, which could ultimately help the government maintain its authoritarian rule.

    Here are the investigation’s major revelations.

    #Red_Mirror #Chine #Surveillance #Simone_Pieranni #Vidéo

  • [C&F] Zeynep Tufekci et les prisonniers politiques en Égypte
    http://0w0pm.mjt.lu/nl3/utMolmSYPAr8qpFWYhyBEw?m=AMAAAMxZtEAAAABF_u4AAAkTGo0AAAAAtBIAAK4dABjAHgBi6

    [C&F] Zeynep Tufekci et les prisonniers politiques en Égypte

    Bonjour,

    Zeynep Tufekci vient de publier dans le New York Times un long article sur l’intellectuel et blogueur égyptien Alaa Abd el-Fattah qui croupit actuellement dans les prisons de la dictature égyptienne de Abdel Fattah el-Sisi, après avoir été emprisonné sous la dictature de Hosni Moubarak et sous la dictature islamiste des Frères musulmans de Mohamed Morsi. Dans son article, elle s’étonne de l’absence de soutien de la part des pays et des médias qui étaient pourtant si avides de le rencontrer pour parler de la « révolution Facebook » et de l’inviter à s’exprimer. Et cela alors même que la dépendance de l’Égypte aux financements occidentaux offre un levier... à la veille de la future COP sur le climat qui devrait se tenir au Caire à l’automne. Et bien entendu que le cas de cet intellectuel humaniste ne saurait cacher le sort des très nombreux prisonniers politiques dans les geôles du Caire, mais au contraire servir d’exemple frappant.

    Je traduis quelques extraits de son article du New York Times à la fin de ce message.

    Zeynep Tufekci était place Tahrir au Caire en 2011 pour observer et accompagner les activistes du grand mouvement populaire qui a réussi à renverser la dictature de Moubarak. Les descriptions précises qu’elle fait dans son livre Twitter & les gaz lacrymogènes sont fascinantes, comme lorsqu’elle raconte comment Twitter a pu servir à construire un hôpital de campagne pour soigner les blessé·es.

    Mais au delà du reportage, Zeynep était sur place comme sociologue, c’est-à-dire pour tirer des leçons généralisables ou comparables de ce qu’elle pouvait observer. Elle continuera ce travail d’observation engagée en 2013 à Istanbul, et à deux reprises à Hong-Kong. De ce travail de terrain elle va tirer des analyses précises et inspirantes qui constituent le cœur de son livre : Quelle est la place réelle des médias sociaux dans les mouvements de protestation ? Quelles sont les forces et les faiblesses des mouvements connectés ?

    Ses analyses sont tellement anticipatrices que Sandrine Samii écrira dans Le Magazine Littéraire : « Publié en 2017 chez Yale University Press, l’essai n’aborde pas l’évolution hong-kongaise, les marches féministes, ou les mouvements français comme Nuit debout et les gilets jaunes. La pertinence de la grille de lecture qu’il développe pour analyser les grands mouvements connectés actuels en est d’autant plus impressionnante. »

    Le New York Times la décrira comme « La sociologue qui a eu raison avant tout le monde ».

    Twitter et les gaz lacrymogènes. Forces et fragilités de la contestation connectée
    Zeynep Tufekci
    Traduit de l’anglais (États-Unis) par Anne Lemoine
    Collection Société numérique, 4
    Version imprimée -,29 € - ISBN 978-2-915825-95-4 - septembre 2019
    Version epub - 12 € - ISBN 978-2-37662-044-0
    Promotion spéciale suite à cette newsletter

    entre le 4 août et le 8 août 2022
    Le livre de Zeynep Tufekci est à 18 € au lieu de 29 €

    La commande peut être passée :
    – sur le site de C&F éditions (https://cfeditions.com/lacrymo)
    – via votre libraire favori (commande avant le 9 au matin)

    Traduction d’extraits de l’article de Zeynep Tufekci dans le New York Times

    J’aimerais tellement pouvoir demander à Alaa Abd el-Fattah ce qu’il pense de la situation du monde

    Zeynep Tufekci
    2 août 2022
    The New York Times
    https://www.nytimes.com/2022/08/02/opinion/egypt-human-rights-alaa.html

    Début 2011, après les manifestations massives de la Place Tahrir au Caire qui ont mis fin aux trois décennies de la dictature d’Hosni Moubarak, nombre d’activistes qui avaient pris la rue se sont retrouvé fort demandés par les médias. Ils étaient invités dans le « Daily Show » et Hillary Clinton, à l’époque Secrétaire d’État, a visité la place Tahrir en insistant sur le côté extraordinaire d’être « sur le lieu même de la révolution » et d’y rencontrer des activistes.

    Alaa Abd el-Fattah, l’intellectuel et blogueur qui était décrit comme « un synonyme de la révolution égyptienne du 25 janvier » savait déjà que l’attention mondiale s’évanouirait bientôt.

    Il vont très vite nous oublier m’a-t-il dit il y a plus de dix ans.

    Il avait raison, évidemment. Alaa a toujours été réaliste, sans jamais devenir cynique. Il avait 29 ans quand il protestait Place Tahrir, mais il a continué ensuite. Charismatique, drôle et possédant un bon anglais, il a délivré des conférences partout dans le monde, mais il est toujours revenu en Égypte, alors même qu’il risquait la prison pour sa liberté de parole.

    La famille d’Alaa connaît bien les cruautés qui accompagnent la vie sous un régime autoritaire. Sa sœur Mona est née alors que son père, qui allait devenir un juriste spécialiste des droits humains, était prisonnier. Le fils d’Alaa est lui-même né alors que son père était emprisonné. En 2020, son autre sœur Sanaa a été attaquée alors qu’elle attendait pour le visiter en prison et condamnée à un an et demi pour avoir colporté des « fausses nouvelles », une situation qu’Amnesty International décrit comme un procès fabriqué.

    Durant sa brève libération en 2014, Alaa expliquait combien il était heureux de pouvoir changer les couches de son bébé... il fut emprisonné peu de temps après. En 2019 il fut de nouveau libéré, si content de pouvoir passer un peu de temps avec son fils. Mais il fut remis en prison quelques mois plus tard et jugé en 2021, écopant de cinq années de prison pour diffusion de « fausses nouvelles ».

    La manière dont Alaa est traité montre le peu de considération que porte le reste du monde aux acteurs et actrices de la révolution égyptienne. Il est connu internationalement, devenu citoyen britannique en 2021, décrit par Amnesty International comme un prisonnier de conscience injustement emprisonné... tout ça pour rien.

    Ce n’est pas être naïf face à la politique internationale que de voir combien ce comportement est dévastateur. De nombreux pays font des déclarations sur la démocratie et les droits humains, ce qui ne les empêche pas de signer des accords avec des régimes brutaux en raison de leur stratégie d’accès aux ressources essentielles. Mais dans le cas présent, l’Égypte est totalement dépendante de l’aide étrangère et du tourisme pour faire fonctionner son économie... il n’y a donc aucune raison pour qu’elle ne libère pas des prisonniers politiques si les pays démocratiques, qui disposent d’un moyen de pression, le demandent. L’absence de pression sur l’Égypte ne peut en aucun cas être considérée comme de la realpolitique.

    En novembre, l’Égypte va accueillir une conférence internationale sur le changement climatique. Environ 120 chefs d’État et de gouvernement se sont rendus à la dernière conférence en Écosse. Ils pourraient au moins obtenir des progrès avant de venir se montrer et faire comme si de rien n’était.

    En 2011, trois jours après sa naissance de son fils Khaled, Alaa a pu le voir en prison pendant une demi-heure et le tenir dix minutes dans ses bras.

    « En une demi-heure, j’ai changé ,et le monde autour de moi également » écrivit Alaa à propos de cette visite. « Maintenant, je sais pourquoi je suis en prison : il veulent me priver de la joie. Et maintenant, je comprends pourquoi je vais continuer à résister : la prison de détruira jamais mon amour. »

    On a volé toutes ces demi-heures à Alaa. Il est nécessaire que les gens au pouvoir fassent savoir au gouvernement égyptien que le monde n’a pas complètement abandonné celles et ceux qu’il a autrefois tant admiré, ces courageuses jeunes personnes qui se battaient pour un meilleur futur. Le moins que l’on puisse demander pour eux, ce sont de nouvelles demi-heures pour marcher et respirer librement, pour tenir leurs enfants dans les bras et continuer à rêver d’un autre monde.
    Alaa avec Khaled, 2019.

    Bonne lecture,

    Hervé Le Crosnier

    #Zeynep_Tufekci #Alaa_Abd_el-Fattah #Egypte

  • Interview with a Gatekeeper : Jacques Testard ‹ Literary Hub
    https://lithub.com/interview-with-a-gatekeeper-jacques-testard

    Yep, comme éditeur, je me sens très proche de ce que dit Jacques Testard, le fondateur de Fitzcarraldo editions au Royaume Uni.

    I suppose my original interest in editorial work specifically came from a misguided notion of the glamour involved in the job, the mythology around great publishers of yesteryear, and the intellectual nature of the job. I wouldn’t say I had an easy time becoming an editor—in the early days I never managed to get the jobs I was applying for and so I ended up doing it in this long, unusual and convoluted way, working my way in from the margins by starting up my own project with a friend in order to eventually get to do it for a living.

    KA: You mean editing isn’t glamorous?

    JT: Publishing is a fairly low-adrenaline job, particularly when you work for a small independent press. I spend a lot of time on my own, editing, but also doing everything else you need to do to keep a small press ticking. I’ve had a few glamorous moments—the pinnacle was the Nobel Prize dinner for Svetlana Alexievich in Stockholm—but I spend a lot more time carrying big bags of books to the post office than drinking martinis with famous authors. In fact, carrying books around is quite a big part of the job.

    KA: I see Second-hand Time was longlisted for the Baillie Gifford Prize, the UK’s most prestigious award for nonfiction. What has publishing Alexievich meant for Fitzcarraldo?

    JT: A lot. It gave the company financial stability in our second year of operations—thanks to the rights sales we were able to slowly grow the company, going up initially to eight books a year, and now ten. It also gave Fitzcarraldo Editions a platform, a visibility which it might have taken a bit more time to achieve—that book was reviewed absolutely everywhere and critics and literary editors pay attention to what we publish as a result. It also gave us our first significant publishing success, from having to manage successive reprints to making contingency plans in the event of a prize-win, to organizing a ten-day tour for a Nobel Prize laureate. In that respect it’s given me the opportunity to learn more about my job as a publisher.

    KA: What’s behind the name Fitzcarraldo?

    JT: The name of the press, which comes from the Werner Herzog film about the man who wants to build an opera house in the jungle, is a not very subtle metaphor on the stupidity of setting up a publishing house—it’s like dragging a 320-ton steamboat over a muddy hill in the Amazon jungle.

    KA: Are you saying publishing is a madman’s dream?

    JT: Kind of. I guess the suggestion is that publishing is so difficult and financially precarious that to set out to publish the kinds of books that we do is akin to dragging a 320-tonne steamboat up a hill. It’s possible, but it’s going to be extremely difficult.

    KA: How can publishing be more sustainable than a madman’s dream?

    JT: I have a somewhat naïve and idealistic conception of the role of a publishing house. I want Fitzcarraldo Editions to be the kind of publishing house that publishes authors, rather than books. For example, if I publish your debut book and it sells 500 copies, I will publish the second one anyway, and so on and so forth. The hope is that author and publishing house can grow—and prosper—together. I suppose here it’s important to point out that Fitzcarraldo Editions is a limited company, a profit-making company—perhaps a profit-desiring company is more accurate at this stage.

    The idea is to build a publishing house that is sustainable over a long time and to make it work in the old tradition of publishing. The traditional publishing model is, put in very simple terms, that you publish X number of books a year and that you have one book that sells more than everything else and props the rest of the list up.

    KA: What do you feel your role is as an editor?

    JT: The main thing is to bring texts from manuscript stage to publication. Sometimes that involves very little work, and just going through the motions of production—when you’re publishing a book you’ve acquired from an American publishing house, for example. But most of the time I do actually have to edit things, for structure or style or both.

    I am both editor and publisher, so my role goes a bit beyond that of the editor at a bigger publishing house. As all editors I have a responsibility to the authors I’m publishing, to publish their books as well as I can, and to do the best by them and their work. That means producing a nice book, with a flawless text, that we’re both happy with, and making sure it gets out to as many people as possible and try to sell as many copies as possible. Then, I also feel very strongly that unlike many publishers—particularly corporate publishers—I have a responsibility to stick by authors. Whenever I take on a new author I say to them that if the first book doesn’t work I will still want to do the next one. The idea is that we grow as publisher and author side by side. If it’s a young writer and they sell 500 copies that’s fine, we’ll just plan the next book and carry on publishing together and build their career little by little. I think that’s really important, to build a relationship of trust with authors and to make them feel like we’re in it together for the long haul. In French publishing there is a term for this —‘une politique d’auteur,’ which translates roughly (and badly) as an author-focused policy.

    #Edition #Fitzcarraldo

  • Opinion | I Wish I Could Ask Alaa Abd el-Fattah What He Thinks About the World Now - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2022/08/02/opinion/egypt-human-rights-alaa.html

    In early 2011, after huge protests in Cairo’s Tahrir Square ended Hosni Mubarak’s three-decade autocracy, many activists who had taken to the streets found themselves in high demand. They were guests on “The Daily Show.” Hillary Clinton, then the U.S. secretary of state, visited the square, remarking it was “extraordinary” to be “where the revolution happened,” and met with some of the activists.

    Alaa Abd el-Fattah, the Egyptian activist, intellectual and blogger described as “synonymous with Egypt’s 25 Jan. Revolution,” knew the world’s attention would soon move on.

    “They’ll soon forget about us,” he told me more than a decade ago.

    He was right, of course. Alaa was always cleareyed and realistic but somehow never became a cynic. He protested in Tahrir Square in 2011, when he was 29, but afterward, too. Charismatic, fluent in English and funny, he gave well-received talks abroad but always returned to Egypt, even when faced with the prospect of imprisonment for his outspokenness. His writings, some smuggled out of jail, were published this year as a book, “You Have Not Been Defeated.”

    After years of imprisonment under appalling conditions — he reports long periods of being deprived of exercise, sunlight, books and newspapers and any access to the written word — Alaa, a British citizen since 2021, started a hunger strike in April to protest being denied a British consular visit.

    Alaa’s family is well acquainted with the cruelties of life under authoritarianism. Alaa’s sister Mona was born while their father, who later became a human rights lawyer, was in prison. Alaa’s son, Khaled, was born when Alaa was in prison. In 2014, both Alaa and his other sister, Sanaa, then only 20, were in prison and were not allowed to visit their dying father. In 2020, while waiting outside Alaa’s prison, Sanaa was attacked and then charged with disseminating false news and imprisoned for another year and a half — a case Amnesty International condemned as a fabrication.

    Alaa has the dubious honor of having been a political prisoner, or charged, under Hosni Mubarak, the Islamist leader Mohamed Morsi and then Abdel Fattah el-Sisi, the general who is now Egypt’s president. During his brief release in 2014, Alaa kept saying how happy he was to finally get to change his son’s diapers; he was imprisoned again just a few months later. In 2019 he was released, again deliriously happy to spend time with his son.

    But he was put in detention without charges just a few months later. In 2021, when he finally got a trial, he received another five-year sentence for spreading “false news.” Alaa said he hadn’t even been told what he was being charged with before being hauled to court.

    But Alaa’s treatment is an indication of how little care there is left in the world. He’s internationally known, a British citizen, described by Amnesty International as a prisoner of conscience who has been unjustly imprisoned. There have been opinion essays and calls from human rights organizations — to no avail.

    One need not be naïve about international politics to understand why this is so devastating. We know that many countries with stated commitments to democracy and human rights routinely cut deals with terrible regimes because of their strategic goals or for access to resources or cooperation.

    But here, though, countries professing to care about human rights are the ones with leverage, as Egypt depends on foreign aid, trade and tourism to keep its economy going, and there’s no reason it can’t release a few political prisoners and improve prison conditions, even if just for appearance’s sake, since it would pose no threat to the regime.

    That Egypt is not pushed harder to do even this little is a moral stain that cannot be justified by realpolitik.

    In November, Egypt will host a global climate change conference. About 120 world leaders, including President Biden, went to the last one, in Scotland. They could, at least, ask for progress before showing up for this one and acting as if all is fine.

    In 2011, three days after he was born, Alaa’s son, Khaled, was allowed to visit him in prison, for half an hour — 10 minutes of which Alaa held him.

    “In half an hour I changed, and the universe changed around me,” Alaa wrote about the visit. “Now I understand why I’m in prison: They want to deprive me of joy. Now I understand why I will resist: Prison will not stop my love.”

    Alaa then wrote of his dreams for a future with his son: “What about half an hour for him to tell me about school?” he wondered. “Half an hour for him and I to talk about his dreams?”

    Alaa Abd el-Fattah has been robbed of all those half-hours.

    Someone with power has to let the Egyptian government know that while loftier goals may be abandoned, the world hasn’t completely forgotten how it once admired those courageous young people who dared to dream of a better future. The least we owe them is more half-hours, to walk and breathe freely, to hold their children and perchance to keep dreaming of a better world.

    #Zeynep_Tufekci #Egypte #Alaa_Abd_el-Fattah

  • Kenya’s Threat to Ban Facebook Could Backfire | WIRED
    https://www.wired.com/story/kenya-facebook-elections-hate-speech-ban

    Que Facebook ait du mal à filtrer les messages de haine produits par des particuliers, on peut le comprendre (même si cela remet en cause ce que l’on peut penser des médias sociaux). Mais que Facebook n’arrive pas à filtrer les publicités incitant à la haine... L’argent n’a pas d’odeur, mais celle de Facebook pue profondément.

    In July, Meta touted its efforts to clamp down on hate speech on Facebook ahead of Kenya’s August 9 election. It spoke too soon. The company continued to permit ads encouraging ethnic violence in the country, according to a new report—and now Meta’s platforms face a possible suspension.

    In the report, researchers from the activist group Global Witness and the British law firm Foxglove Legal attempted to buy ads that included hate speech and calls for violence, including genocide, in both Swahili and English. Meta’s ad systems eventually approved all of them.

    “It is very clear that Facebook is in violation of the laws of our country,” Danvas Makori, the commissioner of Kenya’s National Cohesion and Integration Commission (NCIC), said in a press conference following the publication of the Global Witness report. “They have allowed themselves to be a vector of hate speech and incitement, misinformation, and disinformation.” The NCIC said Meta would have a week to comply with the country’s hate speech regulations, or be suspended. (The NCIC and the Communications Authority did not respond to requests for comment by the time of publication).

    But shutting down the platform, or even the mere threat of doing so, could have long-term consequences, says Odanga Madung, a Kenyan journalist and Mozilla fellow who has researched disinformation and hate speech on social platforms. “We have been saying for years that if the platforms do not clean up their act, their models of doing business won’t be sustainable,” says Madung. Leaving up hate speech and other content that may violate local laws provides governments an easy justification to ban social platforms altogether. “In authoritarian governments, or governments with authoritarian streaks, they are looking for convenient reasons to get rid of platforms.”

    Kenya formed the NCIC in 2008 to ensure peaceful elections, after the results of the country’s 2007 presidential elections led to widespread violence and the displacement of some 600,000 people. Earlier this year, the commission warned that hate speech on social platforms had increased 20 percent in 2022, citing the “misuse of social media platforms to perpetuate ethnic hate speech and incitement to violence.” Experts have warned that this year’s elections are also at risk of becoming violent.

    In June, Global Witness and Foxglove found that Meta continued to approve ads in Amharic targeting Ethiopian users that included hate speech and calls for violence. Facebook has been implicated in spreading hate speech and stoking ethnic violence in Ethiopia’s ongoing conflict.

    Crider argues that Facebook needs to invest more in its moderation practices and protections for democracy. She worries that even the threat of a ban allows the company to deflect accountability for the problems it has left unaddressed.

    “What the researchers did was stress-test Facebook’s systems and proved that what the company was saying was hogwash,” says Madung. The fact that Meta allowed ads on the platform despite a review process “raises questions about their ability to handle other forms of hate speech,” says Madung, including the vast amount of user-generated content that does not require preapproval.

    #Facebook #Modération #Publicité

  • Sorare, la start-up française reine des cartes à jouer virtuelles, ... | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/010822/sorare-la-start-francaise-reine-des-cartes-jouer-virtuelles-dans-le-viseur

    Grâce à un mélange de paris sportifs et d’achats-ventes en cryptomonnaie d’images numériques de footballeurs, Sorare est devenue l’étendard de la « French Tech ». Mais l’Autorité nationale des jeux réfléchit à classer ses activités dans la catégorie lourdement encadrée des jeux de hasard.

    La star de la « French Tech » a fini par attirer l’attention des autorités. BFM Business a révélé le 29 juillet que Sorare, l’entreprise valorisée 4,3 milliards de dollars qui propose un jeu spéculatif basé sur l’achat de cartes de footballeurs virtuelles, a été l’objet d’une mise en garde de l’Autorité nationale des jeux (ANJ).

    Le régulateur des jeux d’argent doit rencontrer les responsables de la start-up, dont Mediapart a justement interrogé le modèle il y a quelques jours. Au centre des discussions : la statut du service proposé par Sorare, qui pourrait être considéré comme une plateforme de paris sportifs déguisés. Ces paris en ligne sont fortement régulés en France, leurs opérateurs devant bénéficier d’une licence spécifique, tout en contrôlant l’identité réelle de tous leurs abonné·es. Ils sont aussi soumis à une fiscalité plus lourde et à l’obligation de mettre en place des mesures pour éviter l’addiction aux jeux.

    La France n’est pas la première à s’interroger : au Royaume-Uni, le régulateur des jeux d’argent s’interroge également sur le statut de Sorare, et la Suisse a interdit le jeu, en attendant la fin des négociations avec l’entreprise.

    « Ce que proposent Sorare et de nombreux acteurs est un nouveau modèle qui n’entre dans aucun cadre existant », a affirmé en réponse Nicolas Julia, le fondateur et PDG de Sorare, disant s’appuyer sur « de solides arguments juridiques », tout en reconnaissant comprendre les interrogations et discuter « proactivement » avec les autorités.

    En France, les jeux d’argent et de hasard sont définis comme des opérations pouvant « faire naître l’espérance d’un gain qui serait dû, même partiellement, au hasard », en échange d’un « sacrifice financier » de la part des participant·es.

    Or, Sorare propose d’acheter, via des NFT, des cartes représentant des joueurs réels, qui sont ensuite mises en compétition dans des tournois virtuels. Et les récompenses que permettent d’obtenir ces cartes évoluent en fonction des statistiques des joueurs réels qu’elles représentent. Et les cartes sont un actif objet de spéculation.

    Jeu de spéculation et de football, Sorare place ses utilisateurs et utilisatrices dans la peau d’un manager qui compose des équipes en achetant aux enchères des cartes de footballeurs 100 % numériques, mais certifiées uniques par les fameux NFT (non-fungible tokens), ces titres de propriété d’objets numériques.

    Les performances des joueurs dans la vie réelle attribuent un score à chaque carte, qui permet aux managers Sorare de gagner de l’argent ou de nouvelles cartes dans des compétitions virtuelles organisées deux fois par semaine. Et les cartes peuvent être revendues à tout moment à d’autres participant·es sur une Bourse en ligne.

    L’engouement financier pour cette nouveauté semble sans limites : il fallait débourser 619 000 euros en janvier pour acquérir l’image de l’attaquant norvégien Erling Haaland, 425 000 euros pour celle de Kylian Mbappé quatre mois plus tard, et quelque 2 500 euros pour celle du gardien de la cinquième équipe du championnat de Corée du Sud, Kim Dong-Heon.

    Lancé en 2019, le jeu est valorisé aujourd’hui 3,6 milliards d’euros, après avoir réalisé la plus grosse levée de fonds de l’histoire de la French Tech : 680 millions de dollars fin 2021. Dans le sillage des premiers investisseurs, parmi lesquels le fonds de Xavier Niel, Kima Ventures, en 2019, une quinzaine de fonds d’investissement, notamment anglais et américains, se sont précipités pour rejoindre l’aventure, aux côtés de footballeurs comme Antoine Griezmann, Gerard Piqué et plus récemment Kylian Mbappé.

    Sorare ne totalise pas plus de 137 000 joueurs possédant au moins une carte dans le monde et une centaine de salariés (chiffre qui sera porté à deux cents à la fin de l’année selon sa projection), mais elle a immédiatement été rentable et sa croissance est insolente (+ 274 % au premier semestre 2022 par rapport au premier trimestre 2021).

    Pour les défenseurs d’un internet libre et commun, les NFT confinent au contraire à l’absurde. « On crée de la propriété artificielle, voire fallacieuse, souffle Pouhiou, dont le pseudo cache le codirecteur de l’association Framasoft, pilier du logiciel libre. On crée de la rareté là où il y a une abondance naturelle. Mais en payant un NFT, vous n’achetez rien d’autre que le fait que quelqu’un, en l’occurrence Sorare, écrive dans un grand livre de comptes que vous êtes le propriétaire d’un lien renvoyant vers une image. Vous n’achetez pas un contrat, mais la croyance en ce contrat. »

    Sorare sublime les vertus spéculatives des NFT en s’appuyant sur la passion planétaire pour le ballon rond. « Faire du trading, c’était redondant et pas très fun. Avec Sorare, je mêle ma passion et mon investissement », explique Alexandre, alias « Moalito », 26 ans. « Sorare est certes plus volatil que la Bourse, mais c’est aussi beaucoup plus divertissant », confirme « Johnny ».

    Sorare s’estime protégée de l’implosion parce que ses cartes ont une utilité, à la différence des autres NFT. Selon l’analyse optimiste de rigueur chez les cybermanagers, le marché des joueurs-collectionneurs-spéculateurs et la promesse financière de Sorare seraient donc arrimés à l’audience du football davantage qu’aux oscillations des cryptomonnaies.

    La start-up envisage d’ailleurs « de n’avoir que des monnaies courantes pour collectionner des cartes Sorare », consciente que la volatilité de l’ether rebute les nouveaux adeptes.
    Jeu de hasard ou non ?

    Robuste ou non, Sorare est une vitrine à double tranchant pour la French Tech. Comme beaucoup de start-up, l’entreprise a bénéficié d’un prêt de 500 000 euros de la Banque publique d’investissement lors de sa première levée de fonds, en mai 2019. Lauréate 2022 du programme « Next40 », classement des 40 entreprises les plus prometteuses, elle a aussi bénéficié d’un lien privilégié avec les services du secrétariat d’État à la transition numérique, pour un accompagnement réglementaire.

    De plus, Sorare bénéficie d’un flou juridique propice à sa croissance. Ses produits ne sont pas considérés comme des jeux de hasard, malgré un « risque d’addiction indéniable », regrette Thomas Amadieu, sociologue à l’école de management ESSCA , qui constate que le nombre d’accros aux jeux a plus que doublé en dix ans, pour atteindre 1,4 million.

    « On mesure encore mal le phénomène Sorare, mais il est de mon point de vue inquiétant, car il risque de démocratiser la spéculation boursière auprès de toute une génération, prévient-il. Spéculer devient un jeu. »

    #NFT #Foot #Sorare #Speculation #Jeux_hasard

  • Les ventes de NFT s’effondrent - Numerama
    https://www.numerama.com/tech/1061672-les-ventes-de-nft-seffondrent.html

    Un marché en pleine crise

    « L’hiver crypto » est le surnom donné à la période très difficile que traverse actuellement le marché. En plus de cours en baisse depuis des mois, le secteur des crypto-monnaies a aussi dû affronter plusieurs krachs impressionnants : celui de l’écosystème Terra, qui a emporté avec lui 50 milliards de dollars, et les faillites de Celsius et de 3 Arrows Capital.

    Jusqu’au mois de juin, pourtant, le secteur des NFT avait été plutôt épargné par le phénomène, comme le montrent les données de The Block : les ventes étaient toujours hautes. L’effondrement des ventes a véritablement eu lieu en juin. Alors que les ventes étaient de 3,9 milliards de dollars en mai, elles n’étaient plus que de 884 millions un mois plus tard. OpenSea, la principale plateforme de vente de NFT, est la seule qui arrive à sortir son épingle du jeu, tandis que les autres ont quasiment disparu des données. C’est simple : cela faisait un an que les chiffres de vente n’avaient pas été aussi bas pour les NFT.

    Ce ne sont pas les seules données qui montrent que le marché traverse une passe difficile. Le site NonFungible, qui recueille les données de plusieurs plateformes, a publié son analyse pour le 2e trimestre 2022 le 26 juillet, et ses conclusions sont également négatives. Il estime que le marché a enregistré une baisse de 25% dans la valeur des ventes — une tendance qui pourrait durer dans le temps.

    Quant aux baisses dans les ventes, elles peuvent être en grande partie expliquées par le fait que beaucoup de collections de NFT ont perdu leur attrait depuis le début de l’année, au profit des plus connues. « Les CryptoPunks, les Meebits et les Bored Ape Yacht Club représentent maintenant 30% de tout le volume de vente », selon NonFungible. Étant donné que ces trois collections appartiennent à une seule entité, Yuga Labs, on assiste véritablement à une concentration du marché.

    #NFT #Marché #Concentration

    • « L’hiver crypto » ? Oui ! voilà qui nous apporte un peu de fraîcheur par ces temps caniculaires. Concernant les NFT, je vote pour la glaciation.